Page 1

Octobre 2012

YANOO LE MAG LE MAGAZINE DU RUNNING DU GRAND OUEST

PLT 2012/ LA COURSE AU LONG COURS RÉCIT D’UNE COURSE LONGUE, DIFFICILE OÙ LE MENTAL JOUE UN RÔLE IMPORTANT. FROID ET DOULEUR SE FONT RESSENTIR, MAIS PERSONNE NE LÂCHE PRISE... SOMMAIRE -­‐PLT 2012 -­‐CAISSE  D’EPARGNE -­‐EFFINOV   -­‐MANAGER -­‐CAISSE  D’EPARGNE  FACEBOOK -­‐10  KM  DE  CHOLET -­‐HERVE  BEC -­‐TRAIL  DE  LA  MIGNONNE  2012 -­‐ROUTE-­‐TRAIL-­‐ULTRA.COM -­‐COURIR  À  SAINT  AVÉ -­‐BOUTIQUE  YANOO  ORGANISATEUR -­‐LES  FOULÉES  BLEUES -­‐VERTOLONNE -­‐STAGES  YANOO -­‐ART  DE  COURIR -­‐  ROUTE-­‐TRAIL-­‐ULTRA.COM

YANOO LE MAG

1

OCTOBRE 2012


PTL2012

DES PAYSAGES DE RÊVES...

RECIT D’UN COUREUR BRESTOIS, SERGE HARDY. 27 juin  2012,  l'heure  du  départ  approche...  Place  du  triangle  de  l'amiRé,  les  équipes  de  la  PTL  arrivent  les  unes   après  les  autres. Avec  Sergueï,  on   ne  fait  pas  trop  les  malins.  On  pensait   se  faire  un  départ  discret,  loin  des  foules  de  l'UTMB  :   c'est  raté  ,  la  place  est  noire  de  monde  ! Sergueï,  ça  commence  à  être   un  vieux  compère.  On   s'est  rencontré  sur  une  montagne  qui  s'appelle  le  Khan   Tengri,  à  la  fronRère  du   Kirghizstan   et  du   Kazakhstan,  entre  le  camp  1  et  le  camp  2,  c'est  à  dire  vers  5300m.   C'était   pendant   l'été   2009.   L'été   dernier,   en   2011,   ensemble   nous   sommes   devenus   des   "léopards   des   neiges"  ;  c'est   à  dire   que   nous  avons  achevé  l'ascension  des  cinq   montagnes  de  plus  de  7000  mètres  de  l'ex-­‐ URSS.  Un  challenge  pour  alpinistes  russes  :  engagement  et  réussite  au  programme. On  cherchait  quelque  chose  à  faire  en  France  en   fin  d'été,  qui  ne  dure  pas  trop  longtemps,  et  si  possible  pas   trop  loin  du  tout  peRt  -­‐  mais  oh  combien  célèbre  -­‐  Mont  Blanc. Sur  le  papier,  la  PTL   avait  de  sérieux  atouts  :  pas  trop   de  course  (Sergueï  n'est  pas  un  coureur),du  dénivelé  et   pour  tout  dire...un  peu  mythique.

YANOO LE MAG

2

OCTOBRE 2012


Brrrrrr, toujours  ces  quesRons  qui  me  trokent  dans  la  tête  :  on  a  assez  à  manger   ou  pas  ?  le  GPS  ne  va-­‐t-­‐il  pas  nous  jouer  des  tours?  Était-­‐ce  vraiment  une  bonne   idée   d'aller   au   sommet   du   Mont   Blanc   il   y   a   cinq   jours   (mais   c'était   indispensable      !?)   22   heures   :   c'est   parR...   Après   un   peRt   tour   triomphal   dans   Chamonix,   on   akaque   la   première  grosse   montée   vers   le   col  du   Brévent.   Pas  de   problème,   enfin  si  juste  un  :  garder   en   mémoire  que  la  peRte  troke  c'est  environ  285  km   pour  22000  m  de  dénivelé...  et  donc  qu'il  faut  y  aller  tout  doux  ! La  machine  franco-­‐russe  tourne  bien  ;  on  passe  le  sommet  du  Buet  au  peRt maRn   :   lever  de  soleil  magique,   et  clic-­‐clac  la  photo.  Quelques  chaînes  et  barres   métalliques   plus   loin,   encore   clic-­‐clac   pour   photographier   les   traces   des   dinosaures  qui,  il  y   a  230  millions  d'années,  faisaient   aussi  un  ultra-­‐trail  dans  le   coin   (mais  à  l'époque  c'était   le   bord   de   mer   et  c'était   tout   plat   !).   Arrêt   à  la   cabane  d'Emosson,  pour   manger  des  pâtes.  Sergueï   se  dit  que,   pour  un  peuple   réputé  gastronome,  les  français  mangent  quand  même  beaucoup  de  pâtes  !

PARTENAIRES

L'après-­‐midi est  un  peu  chaude,  et  dans  ce  cas  là  c'est  plus  dur  de  manger.  Ça  se   rafraîchit  un   peu  en   arrivant  sur  MarRgny,  pays   de  vignes   où   le  raisin  bien  mûr   ne  fournira   sans   doute  qu'une   cuvée  2012   d'assez   faible   volume...   Super   une   épicerie  ouverte  :  razzia  sur  les  bananes  et  les  biscuits  au  chocolat  !!  Il  faut  faire   le  plein  avant  la  (très)  longue  montée  vers   Catogne  et  le  col  des  Guides.  Quand   nous   passons  le  col,   il   fait   déjà  bien   nuit,   et  la  descente   dans   le   peRt   chemin   glissant  et  raide  n'est  pas  franchement  une  parRe  de  plaisir. Champex  !  La  base  prévue  pour   l'UTMB   nous   est  réservée   :  on  peut  manger   et   dormir.  Sergueï  n'a  pas  très  faim  et  ça  m'inquiète  un  peu.  Natacha,  la  femme  du   directeur   de  la   course,  nous  accueille   à  bras  ouverts  :   elle  est  russe  et  ...  nous   aussi  (enfin,  à  moiRé),  c'est  pas  si  banal.

On dort   deux   heures   et   c'est   reparR.   Sergueï   me   dit   qu'il   se   sent   mieux   :   effecRvement  ce  garnement  me  met  à  l'agonie  dans  la  montée  au  premier  col,   après   Bourg   Saint  Pierre  !   10   mn  de  micro-­‐sieste  et  c'est   reparR   pause   casse-­‐   croute   à   la   "cabane"*   de   Panossière,   et   vogue   la   galère   jusque   la   cabane   Chanrion.  Là  encore  deux   heures   de   sommeil,   et   c'est  à   nouveau  reparR   sous   une   météo   crachotante,   digne   de...   la   Bretagne   !   (là   je   vais   me   faire   des   ennemis...).

YANOO LE MAG

3

OCTOBRE 2012


RECIT DE SERGE HARDY Etroubles :  30  mn  d'arrêt  !  Victoire,   il   y   a   une   épicerie   ouverte   !   On   s'achète   des   gros   gâteaux   roulés   fourrés   à   je   ne   sais   trop   quoi   :   un   chacun   +   du   jus   de   fruits   +   de   l'Ice   Tea   et   ...   une   pizza  en   dessert   (ben   oui,   on   est   en   Italie   maintenant).   C'est   quand   même   assez   praRque   d'avoir   un   estomac   qui   peut   à   peu   près  supporter   n'importe  quoi  ;  merci   maman  !

On rigole,  mais  le  problème  c'est  que   notre   ami   Sergueï   supporte   de   plus   en   plus  mal  les  descentes.  Les  genoux   commencent  à  se  faire  senRr  :  il   faut   dire   que   chez   ce   grand   costaud,   les   chocs   ne   sont   pas   tout   à   fait   les   mêmes  que  pour  un  gringalet  comme   moi... La   descente   sur   Morgex   sera   du   genre  pénible,  par  un  chemin  nommé   opportunément   "l'homme   et   la   pente".   Sergueï   arrive   à   Morgex   quasi-­‐agonisant  ;  avec  des  genoux  qui   commencent   à  gonfler   :   pas  du   tout   sûr   qu'on   puisse   reparRr.   Faudrait   qu'on   trouve   un  toubib,  mais  pour  le   moment  on  se  gave  de  lasagnes...   En   plus  la  météo  annonce  la  catastrophe   imminente   :   neige   à   parRr   de   1500   mètres   ,   vent   assez   fort   sur   les   crêtes...   bref   la  fête  !   On   apprend  la   décision   d'annuler   le   parcours  iniRal   d e   l ' U T M B ,   p o u r   c a u s e   d ' i m p r a R c a b i l i t é   d u   c o l   d u   Bonhomme  et  du  col  de  la  Seigne. L'organisaRon   bloque  tout   le  monde   à   Morgex   jusqu’à   cinq   heures   du   maRn.   De   toute   façon   pour   nous,   l'affaire   semble   bien   compromise   :   Sergueï  boite  et  il  a  l'air  quand  même   pas   mal   ravagé.   A   cinq   heures   YANOO LE MAG

quelques équipes  prennent  le  départ.   frontale...   Ce   qui   nous   vaut   une   Un  coup  d'œil  vers  mon  camarade  de   arrivée   nocturne   au   refuge   Robert   cordée  :  il  ronfle  comme  un  grizzly  ! Blanc  (le  bien  nommé  !),  qui  surprend   le   gardien   qui   montait   se   coucher...   On   tourne  en   rond,  mais  pendant   ce   ne  voyant  pas  de  frontales  à temps  une   bonne  âme  s'est  acRvée  :   l'adorable  Mimo  nous  a  dégoté  de  la   l'horizon  !  On  dort  là,   de  toute  façon,   bande   pour   strapper   les   genoux   de   vu  ce  qui  se  passe  dehors,  il  n'y  a  pas   notre  ami,  et  mieux  que  ça,  il  a  même   grand   chose   d'autre   à   faire.   On   trouvé   une  copine  à  lui  qui  va  passer   mange  aussi  :  le  gardien  n'est  pas faire  ça.   Sur   ce,  arrive  Louisa,  sur   qui   reposent   maintenant   tous   nos   mesquin   sur   le   pain   !   On   aura   le   e s p o i r s .   M u n i e   d ' u n   l i v r e   dortoir   pour  nous  tous   seuls  :  toutes   e n c y c l o p é d i q u e   d é t a i l l a n t   l e s   les  équipes  qui  suivaient  ont  bifurqué   différentes  manières  de  strapper,  elle   vers   des   cieux   (un   peu)   plus   se   met   au   boulot,   et   fabrique   cléments. quelque  chose  qui  a  une  allure   tout  à   fait   professionnelle.   Finalement   un   Le   lendemain,   un   jour   grisâtre   et   genou  russe,  ça  ressemble  assez  à  un   neigeux   se   lève   vaguement   :   c'est   genou  italien.   Allez,   tous  les  hommes   qu'il  en  est  tombé  une  bonne   couche   pendant   la  nuit   !   Coup   de   fil   au   PC   sont  frères  sur  la  Terre  ! course,   pour   leur  dire  qu'on   modifie   Ces   deux   là   nous   sauveront   la  mise.   l'iRnéraire   :   la   montée   vers   la   Tête   En  nous  voyant  parRr,  le  responsable   d e s   F o u r s   e s t   f r a n c h e m e n t   de   l'organisaRon   à   l'air   de   vivre   un   impraRcable.   On   descend   donc   vers   cauchemar   :   deux   imbéciles   éclopés   la  Ville  des  Glaciers  et  les   Chapieux,   qui  se  lancent  dans  l'affaire  alors  que   pour   remonter  au  col  du  Bonhomme   la  météo  se  détraque  totalement,  ça   et   rakraper   ainsi   l'iRnéraire  normal  :   "plus  de  kilomètres,  plus  de  plaisir  !".   sent  la  connerie  à  plein  nez... Dès   la   sorRe   du   refuge,   on   se   Seulement,   Sergueï   c'est   un   vrai   retrouve   à  faire  la  trace  dans  60  cm   costaud,  qui  cicatrise  vite  et  se  plaint   de   fraîche   :   ah   ce   qu'on   était   bien   peu.   Dans  la  montée   au   col   du  Berrio   sous  la  coueke. Blanc,  on  double  quand  même  quatre   équipes   parRes   de   Morgex   avant   Le  refuge  du   Bonhomme  est   sous  la   nous.  C'est  idiot,  mais   ça  remonte  le   neige   et   Tristan,   le   gardien,   nous   m o r a l . . . reçoit   comme   des   rois.   Il   faut   dire   q u ' o n   a   d e s   c o n n a i s s a n c e s   communes...   Promis,   je   reviendrai   une  autre  fois  !

Arrivé au   col   de   la   Seigne,   on   constate   l'évidence   :   il   y   a   de   la   neige...   Passé   le   col,   ben   euh,   comment   dire...   il  y   en   a   de  plus   en   plus...  Allez,  aujourd'hui  on  fait  un jeu   :   comme   on   est   parR   ce   maRn   sans   frontale,   on   arrivera   aussi   sans   4

Après ça  commence   à  senRr  l'écurie  :   Tré  la  Tête,   col  du  Tricot  et  direcRon   Les  Houches.  On  invente  un  nouveau   jeu  :  terminer  la  course  le  samedi,   et   pas   le   dimanche.   Les   genoux   russes   couinent,   grincent,   mais   une   fois   passé  Les  Houches,  on   sait  que  c'est   gagné.   On   s'arrête   dans   un   café,   espérant   pouvoir   s'acheter   un   sandwich,   mais   hélas   pas   de   sandwich...   Je   ressors  de   là   sous   les   hourras,   les   mains   pleines   de   cacahuètes   que   la   serveuse   m'a   généreusement   offertes.   On   se   partage   le   magot   avec   Sergueï,   qui   manque   de   s'étouffer   tellement   il   rigole. OCTOBRE 2012


La fin d’une histoire

SOUFFRANCE ET COURAGE

C’est en 121 heures et trente minutes que nos deux confrères on finit leur course. Longue et douloureuse. Transit de faim et de fatigue c’est avec joie qu’ils nous donnent rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles aventures...

La fin d’une aventure inoubliable pour nos deux coureurs...

L’équipe remercie Hervé de Running conseil à Brest.

Allez Chamonix   est   en   vue   ;   les   derniers   kilomètres   sont   roulants   et   on   finit   en   trokant   joyeusement,  comme   si   de   rien   n'était.  On  passe   la   ligne   à   23h30,   121   heures   et   trente   minutes   après  être   parRs...  Une  bonne  peRte  troke  quand   même  ! Après   ?  Après  on   mange  quasiment   sans  respirer   pendant   une   journée   enRère   :   tout   y   passe   saucisson,  fromage,  cake,   fruits,  gâteaux,  yaourts,   vin  rouge.

programme. Alerte,  appelez  le  SAMU  !  Un  coureur   de   la   PTL   s'est   étouffé   en   avalant   une   banane   enRère  sans  la  mâcher... * :   En   Suisse   les   refuges   s'appellent   "cabanes".   Certains   ressemblent   plus  à  des   hôtels   ***  qu'à   des  construcRons   faites   de   planches  disjointes...   Les   prix   y   sont   d'ailleurs   parfois   tout   à   fait   dignes

Sergueï m'annonce,   avec   un   sourire   jusqu'aux   oreilles,   que   l'an   prochain   c'est   lui   qui   fixera   le Merci  à  Sergei  et  Serge YANOO LE MAG

5

OCTOBRE 2012


PARTENAIRES [n.m]: CREATEURS D’EMOTION POUR UNE PASSION PARTAGEE La Caisse d’Epargne est partenaire des Foulées du Tram. Venez retrouver notre mascotte sur la ligne d’arrivée !

insertion_sept.indd 1

YANOO LE MAG

6

31/08/2012 10:11:31

OCTOBRE 2012


YANOO LE MAG

7

OCTOBRE 2012


MANAGER

INTERVIEW DE PASCAL BUREAU

MANAGER ? Pascal Bureau nous explique son quotidien en tant que manager et répond à quelques questions.

YANOO LE MAG

8

OCTOBRE 2012


I N T E R V I E W D E P A S C A L stretching qui n'est pas leur partie Pour moi c'est la plus grande forte, par faute de connaissance. satisfaction qui puisse y avoir, ce qui BUREAU PAR CHRISTOPHE. Depuis combien de temps es tu manager ? -Je suis manager depuis 3 ans et je suis accrédité par la FFA. Pour pouvoir manager en France vous devez être accrédité par la FFA ou si vous êtes manager étranger, en faire la demande auprès de la FFA, un mois avant d'engager vos athlètes. Vous devez réussir un examen organisé par la FFA qui vous demande 500€ à l'inscription et d'avoir des notes minimales de 10 sur 20 à l'examen. Cela porte sur du général (droit des sociétés, du travail, d'image, du nom, droit des impôts... et du spécifique, règlementation anti dopage, règle nationale et international d'athlétisme..) Il faut savoir qu'aujourd'hui, nous sommes le pays le plus strict et le plus encadré en la matière. Tu as une certification ffa je crois ? On la passe comment ? Quel est le coût? -Nous ne sommes pas beaucoup à avoir la licence une dizaine il me semble. (Sans compter tous ceux et celles qui font du management au black, illégalement en France sans autorisation, sans licence! ) Comment arrive-t-on à ce métier ? -Pour ma part je suis arrivé dans le milieu par plaisir, pratiquant moimême l'athlé depuis 20 ans à un niveau national (3000m piste et ensuite 10km et semi). J'avais envie de transmettre aux autres athlètes ma vision de l'athlé et mon expérience acquise depuis toutes ces années. Quel est ton travail avec eux ? -Le travail au quotidien est très large avec eux, conseil en entrainement, déplacement sur les lieux de compétitions, négociations auprès des organisateurs, rendez-vous chez le médecin du sport en cas de nécessité, organisation, hébergement et tout ce qui va avec, et encore beaucoup d'autres aspects. J'avoue que certaines journées sont très chargées. Sont-ils autonomes? -En général pour les coureurs africains je donne les directives d'entrainements en France et aussi

YANOO LE MAG

Comment se déroule la relation entre athlète et organisateur? -La relation entre organisateur et athlète, est simple. Pour certains, on se connaît depuis un certain temps, ce qui fait que c'est plus facile et parfois il se crée des liens d'amitiés au fil du temps.

On a souvent une mauvaise image du manager. Sais tu pourquoi ? -Aujourd'hui quand vous parlez d'agent sportif, on pense football. Je pense que le football est en grande partie responsable de la mauvaise image du métier. C'est pour cela qu'une loi a été votée et que le métier est réglementé et encadré aujourd'hui. Malheureusement à ce jour, tout tourne autour du football et cette règlementation est difficilement applicable pour les autres sports qui ont chacune leurs particularités. Ensuite tout est lié à l'état d'esprit du manager, dépendant de sa mentalité, et de sa ligne de conduite. Est ce que le dopage existe chez eux ? - Il y a des contrôles réguliers sur les compétitions, et pour moi il est certain que non. Quelle est leur philosophie de vie ? -La philosophie d'un sportif c'est avant tout de le faire parce qu'il aime ce qu'il fait, c'est-à-dire son sport, ensuite il est évident que le rapport à l'argent est inéluctable, car cela demande beaucoup d'investissement car ils ont besoin de manger, payer les stages etc... Que t’apportent ces coureurs ? -Je dirais celle d'un athlète qui vous remercie pour ce que vous avez pu lui apportez une fois le travail terminé.

9

se perd dans la majorité des entreprises d'aujourd'hui. Que font-il avec l’argent gagné? -Il faut souligner que tous ne gagnent pas des sommes mirobolantes, malheureusement pour eux. Il y a ceux qui gagnent confortablement leur vie et qui investissent dans l'immobilier, comme souvent je leur conseille, et ceux plus modestement qui s'en servent pour tout simplement vivre et faire vivre leur famille. D'une nationalité à une autre cela diffère totalement.

Combien de temps passent-ils en France ? -Ils restent en France en moyenne 3 mois par an fractionné en deux. Ils courent un peu partout en France et aussi à l'étranger quand l'occasion le permet. Pour certains qui font du marathon c'est juste le temps de l'évènement. Penses tu faire la même chose dans le trail ? -Le trail est aujourd'hui en voie de progression est attire beaucoup de runner. Maintenant la question est de savoir si les organisateurs seraient intéressés pour avoir des athlètes de haut niveau au départ de leurs épreuves. Aujourd'hui il me semble que non, car il n'y pas d'argent attribué pour cela. Les athlètes seraient bien évidemment attirés par cette demande, mais ce sont les organisateurs qui le décident. MERCI À PASCAL BUREAU

OCTOBRE 2012


Devenez fan  d’Esprit  Ouest  et  profitez  des  bons  plans  musique  et  running  de  votre  région  ! Partenaire  de  nombreuses  salles  de  concert,  fesRvals  et  événements  sporRfs  de  la  région,  la  Caisse   d’Epargne  Bretagne  Pays  de  Loire  vous  réserve  des  informaRons  et  offres  exclusives.  Avec  Esprit  Ouest,  vous   serez  les  premiers  à  tout  savoir  du  meilleur  de  la  musique  et  du  running  à  l’Ouest  !

Les prochaines  courses  Caisse  d’Epargne  Bretagne  Pays  de  Loire  :   -­‐

9 septembre  :  le  Tour  des  Sitelles  à  Mon}ort-­‐le-­‐Gesnois

-­‐

14 octobre  :  les  Foulées  du  Tram  à  Nantes

-­‐

11 novembre  :  le  Cross  du  Courrier  de  l’Ouest  à  Angers

-­‐

2 décembre  :  le  Cross  Départemental  de  Mon}ort-­‐le-­‐Gesnois

YANOO LE MAG

10

OCTOBRE 2012


YANOO LE MAG

11

OCTOBRE 2012


HERVE BEC LE NANTAIS HERVE BEC VIENT DE TERMINER SON 3EME SPARTATHLON Voilà c'est fait, c'était mon plus gros objectif de l'année, faire un sans faute lors de ma participation au Spartathlon, pourtant rien n'est jamais acquis. L'avantage du terrain c'est de pouvoir s'imaginer sous un soleil de plomb quand on l'a déjà connu, pourtant coté chaleur cette année on n'a pas tellement été vernis en Bretagne. Il m'a fallu serrer les dents dès le marathon à cause de cette chaleur humide. A 40°C tu cherches à trouver de l'ombre le plus possible ne serait-ce que pour les mollets, ensuite quand je suis arrivé au gros ravitaillement après le canal de Corinthe (80 km), une mini pause de 10 mn m'a fait du bien, quand je suis reparti la confiance revenait... Plus loin une vieille douleur au quadri gauche s'est faite insistante, il a fallu bander ma cuisse, mais ça n'a pas changé grand chose, alors après la montagne (160 km) j'ai décidé que le mieux était de marcher pour ne pas aggraver l'état de mon muscle, en effet en marchant je

YANOO LE MAG

12

n'avait quasiment pas de douleur (pas de choc), j'avais plus de deux heures d'avance sur les barrières horaires, il fallait tenter le coup (on s'était dit 'tant qu'on ne se fait pas éliminer, on continue'). Marcher pendant 80 bornes n'est pas facile à intégrer, mais c'était surement la manière la plus sûre de finir. J'étais au kilomètre 182 après 24h00, il restait 65 kilomètres à faire en 12 heures, mon entourage m'a motivé et je suis allé de PC en PC , sans perdre de temps en marchant à 6 km/h même dans les montées, je termine en 34h47', loin de mon chrono espéré mais l'essentiel était d'aller au bout. 23% d'arrivants sur cette édition, la pire des 30, beaucoup d'émotion à l'arrivée. Mes trois amis qui finissent une heure avant moi m'accueillent ainsi que ceux qui ont été contraint de rendre leur dossard. Voilà 3/3 pour moi, une petite envie de remettre le couvert mais pas avant deux ans...j'ai des projets déjà validés en 2013

OCTOBRE 2012


INTERVIEW DE HERVE BEC

aussi compter sur les 74 barrières horaires éliminatoires qui sont assez Club/profession serrées au début et qui imposent donc une vitesse moyenne relativement À l'ASCHU Nantes pour une 3ème élevée saison, c'est un club plein de gens simples et sympa qui me soutiennent lors de mes courses. Ils m'ont beaucoup encouragé lors des 6 jours d'Antibes en 2011 et si j'y ai réalisé une bonne marque c'est beaucoup grâce à eux.

2 kilomètres pour nous escorter jusqu’à l'avenue au bout de laquelle se trouve la statue de Léonidas. Là c'est énorme, il reste moins de 500 mètres, toute une foulée vous encourage, vous applaudie, vous pousse vers cette statue dont on embrasse le pied, c'est une grosse émotion ! La barrière horaire est une pression supplémentaire pour les coureurs ? C'est certain, il est préférable d'avoir un peu de marge pour prendre un peu d'avance sur les barrières qui sont présentes tous les 3 ou 4 kilomètres. Ensuite il faut savoir ralentir à temps afin d'éviter de se mettre dans le rouge pour pouvoir finir sans dilapider trop vite cette avance.

Depuis combien de temps tu cours ? J'ai commencé à 37 ans, j'étais sédentaire et fumeur. La course à pied était bien la seule activité qui semblait à ma portée, après 15 ans de course à pied je me découvre encore certaines capacités. Pourquoi l'ultra ?

Tout le monde peut faire cette course?

J'ai couru pendant quelques temps après les moins de 3 heures sur marathon, j'ai réalisé cette perf en 2003 en passant la ligne en 2h59'43". Je ne voulais plus passer mon temps d'entrainement à fractionner pour gagner 1 ou 2 minutes, j'ai donc commencé quelques 100 km et 24h00, les courses en lignes sont venue un peu après, maintenant c'est ce qui m'attire le plus.

Il faut donc remplir certaines conditions de vitesse sur une épreuve de 100 kilomètres, ou de distance sur 24h00, on peut aussi avoir déjà effectué une course de plus de 200 kilomètres. On peut rajouter des dispositions à l'endurance et de bien supporter la chaleur, en 2007 la température était montée à 40°C, mais le Spartathlon à connu des heures encore plus chaudes

Quelles sensations as tu aux côtés des légendes de l'ultra et du spartathlon ? On côtoie des champions qui sont simples malgré tout, côté Français ceux qui étaient rompus à l'exercice m'ont expliqué en 2007 comment ça allait se passer. Roland Roux ,nous a rassuré, donné des conseils; c'est à moi maintenant d'en Pourquoi le spartathlon ? faire autant avec ceux qui vont manquer d'expérience. C'est par sa renommée que je me suis Ensuite participer à la même course retrouvé en 2007 sur cette course que Scott Jurek ou Markus Thalmann internationale longue distance, on me est l'avait proposé l'année précédente très motivant, même si on a des mais je ne me sentais pas prêt, 1 an résultats à des années-lumière de ces après ça avait murit alors comme coureurs hors normes. Phidippidès en 490 av JC je suis parti d'Athènes vers Sparte. Les sensations au départ et à l'arrivée ? Cette course a une saveur particulière ? Me concernant, le départ me libère de cette attente qui dure depuis des Malgré la sélection à l'entrée, un 100 j o u r s , o n v a e n fi n s a v o i r kilomètres en moins de 10h00 ou au prochainement si on arrive au bout. On minimum 180 kilomètres sur 24h00, un retrouve tiers seulement des partants arrivent ses sensations rapidement. au bout de cette course. L'arrivée est un aboutissement, de plus La distance, la chaleur et le dénivelé y un motard de la police nous attend à sont pour beaucoup mais il faut

YANOO LE MAG

13

Des projets en 2013 ? En 2013, le point d'orgue c'est la traversée de la Gaule du 13 au 31 aout sous la direction de JBJ. Mais avant je fais la Thonnérieux, édition zéro d'un trail de 160 kilomètres dans le Finistère début mars; sans doute un 24h00; la seconde édition de l'Ultr'Ardèche (216 km) et le raid du Golfe du Morbihan où j'ai fini 9ème cette année.

MERCI À HERVE BEC

OCTOBRE 2012


TRAIL DE LA MIGNONNE 2012 (LANDERNEAU 56)

ZOOM

Ce samedi 22 septembre, a eu lieu à St Urbain, près de Landerneau, le 3ème trail de la Mignonne (1er sous l'ère du Naturvan Team). 280 coureurs se sont retrouvés sur 2 circuits. Un 13 km (350 m de dénivelé positif) mi-roulant, mi-technique, remporté par Jean-René Bernard du Pays de Landerneau Athlétisme et un 28 km (700 m de dénivelé positif) comme le 13 pour le départ puis une fin de parcours cassante, remporté par Vincent Le Jollec de Courir à Chateaulin. Les participants ont pu découvrir quelques sentiers de St Urbain, Tréflévénez, La Martyre et Irvillac. Au final, tout le monde, participants, bénévoles et sponsors, se sont retrouvés autour d'un copieux buffet, faisant office de ravitaillement de fin. Ravi par le déroulement de la journée et du bon retour fait par les coureurs, le club Naturvan remet le couvert en 2013 et cale son trail le samedi 21 septembre. Nouveauté pour cette année à venir, le lancement du Challenge Armorik Trail, dont le trail de la Mignonne fera parti. Plus d'info à venir...

YANOO LE MAG

14

OCTOBRE 2012


RÉSULTATS

Les premières femmes du 13 km: LE FLOC'H      Stéphanie       # kerc'hrom       myriam   # # Sidaner Anne-Marie       # # RANC    Anne    # # # CHOPIN  Marie    # # # BERNAS  anne     # # # piret irvoas    brigitte         ## BODROS  KARINE  # # ANDRE   CORINNE # # Dudrat  Maguy    # # #

# # # # # # # # # #

13 KM  01:06:23 13 KM   01:11:58 13 KM   01:12:41 13 KM   01:14:24 13 KM   01:14:29 13 KM   01:15:04 13 KM   01:16:54 13 KM   01:17:42 13 KM   01:19:50 13 KM   01:20:09

# # # # # # # # # #

13 KM  00:54:12 13 KM   00:55:18 13 KM   00:57:41 13 KM   00:57:42 13 KM   00:58:09 13 KM   00:58:26 13 KM   00:59:35 13 KM   00:59:45 13 KM   00:59:57 13 KM   01:00:02

# # # #

28KM   02:36:31 28KM    03:00:08 28KM    03:01:02 28KM    03:15:14

# # # # # # # # # #

28KM   01:58:44 28KM    01:59:59 28KM    02:00:15 28KM    02:04:07 28KM    02:05:50 28KM    02:10:27 28KM    02:11:20 28KM    02:11:36 28KM    02:12:06 28KM    02:15:06

Les premiers hommes du 13 km: bernard Jean René       # # abily   bruno    # # # GUILLOU Quentin # # # mauguen david    # # # PARENTHOINE   Thierry # # Muscat  Sébastien        # # BRAS    Jeff     # # # LE BRIS jacques # # # PREDOUR Mickael # # CHCHERY Olivier # # # Les femmes du 28 km: Lamour  sylvie   # # # Cabioch marie agnes     # # Morfuace        Blandine         # Wunsch  aline    # # # Les premiers hommes du 28 km: LE JOLLEC       Vincent # # QUEMENEUR       Daniel   # MENEUST Dominique       # Morin   Emmanuel         # # Thépaut Maurice # # # Cabon   sebastien        # # PRIGENT Mael    # # # LAMENDOUR  Serge    # # Pellé   Anthony # # # Pouliquen       stéphen # #

YANOO LE MAG

15

OCTOBRE 2012


YANOO LE MAG

16

OCTOBRE 2012


COURIR À SAINT-AVÉ (56) “Quelle belle fête pour Courir à Saint-Avé ! Le temps fût de la partie pour ce dernier dimanche de septembre, journée traditionnelle des foulées de Kerozer.

d'encourager les uns et les autres .

COURSE

Une bonne mise en jambe pour les courses d'automne. Frites, galettes et boissons étaient proposées dans une ambiance conviviale, marque L'équipe de bénévoles a tout d e f a b r i q u e d u c l u b m i s e n œ u v r e p o u r b i e n organisateur. accueillir les coureurs dans le site merveilleux du bois de Kerozer à Saint-Avé. Les tee-shirts aux couleurs et aux coupes nouvelles offerts Ceux-ci ont répondu présent aux arrivants ont été plébiscités puisqu'ils étaient environ 300 e t n o t a m m e n t p a r l e s sur le 12 km, 140 sur le 6 km féminines . avec une majorité de femmes et plus de 200 enfants sur les courses jeunes. Les 3 boucles du parcours, passant par le belvédère, ont La présidente de l’association permis aux spectateurs de Courir à St Avé : s u i v r e l e s c o u r e u r s e t Nathalie JAUNET”

YANOO LE MAG

17

OCTOBRE 2012


YANOO LE MAG

18

OCTOBRE 2012


LES FOULÉES BLEUES 2012 ( CONCARNEAU 29) Les vainqueurs   Jérome   Bernard   et   Spéciose   Gakobwa     mais   aussi   et   surtout  les  700  anonymes  du  peloton   avaient   le   sourire   dimanche   midi   à   l’arrivée   des   Foulées   Bleues   de   Concarneau.

plébiscité le   nouveau   parcours   qui   s’avère   plus   varié   mais   aussi   légèrement   plus   dur   que   celui   des   années  passées.

ZOOM

Fidèles à   leurs   habitudes,   tous   les   bénévoles   des  Foulées   Concarnoises   avait   aussi   mis   les   peRts   plats   dans   les  grands   pour  que  la  3ème  mi  temps   soit   à   la   hauteur   du   reste   de   la   course,   gros   ravito   d’arrivée,   apéro,   salade,  belle  remise   de   prix  et  Rrage   au   sort   de  nombreux   lots,   tout   c’est   enchainé  à  merveille

Météo clémente,  bonne  organisaRon,   p a r c o u r s   m a g n i fi q u e ,   p u b l i c   omniprésent,  grosse  parRcipaRon  des   «   populaires   »,     présence   des   meilleurs   régionaux   tant   hommes   que   femmes,   tous   les   ingrédients   étaient  réunis  pour  transformer  ceke   nouvelle   édiRon   des   Foulées   Bleues   Rendez   vous   donc     le  15  septembre   en  succès. prochain   pour   l’édiRon   2013   des   Enchainant   Ville   Close,   corniche,   Foulées  Bleues campagne   concarnoise,   chemin   côRer,   passage   sur   la   plage,   final   rapide,   les   concurrents   ont   tous  

YANOO LE MAG

19

OCTOBRE 2012


VERT’OLONNE (OLONNE S/R MER 85) Le soleil sur la Vert’Olonne. Dimanche 30 Septembre, le soleil était bien au rendez-vous sur le parking de Sauveterre, sur la commune d’Olonne/Mer, pour la 1ère édition de la Vert’Olonne organisée par le Sables Étudiant Club (SEC). Ce sont en tout 241 amoureux de la nature qui se sont élancés dans la matinée sur les 4 parcours proposés sur le magnifique site de la forêt domaniale d’Olonne/Mer. 82 coureurs se sont élancés à 9h30 sur le trail Tue-Corps de 20 km. C’est finalement le luçonnais, venu en voisin, Patrick Le Tarnec chez les masculins en 1h21’26’’ et Laurence Paulmier en 1h48’44’’ qui s’adjugent les 1ères places. Puis, ce fut le tour de 115 traileurs des Fatras de s’élancer sur une boucle de 10 km. Anthony Audineau, en 45’04’’, et Nathalie Chouiah, l’emblématique coureuse du SEC, en 48’43’’ s’imposent sur cette distance. Le prix du Journal des Sables, les meilleurs locaux sur le trail TueCorps, revient à Cristophe Dain et Nathalie Gaborieau.

Les adeptes de la marche nordique se sont alors mis en évidence. Non seulement par leur performance, mais également par leur échauffement spectaculaire sous l’œil conquis du public. Colette Montassier et Yves Le Floch ont « avalés » leur 14 km de la Marche Siage en 2h02’, et Camille Gentreau et Pascal Landré ont terminés leur 7 km de la Marche des Baleresses en 59’30’’. Du Soleil donc dans le ciel, mais aussi dans les coeurs. Malgré la fatigue de certains à l’arrivée, on retiendra surtout les visages radieux des participants en quittant l’agréable village-accueil mis en place par l’organisation, avec le soutien des services municipaux de la ville d’Olonne/Mer. Le SEC tient également à remercier ses partenaires du jour, le Conseil Général de Vendée, 85 Running et la marque CRAFT, le Journal des Sables, Super U d’Olonne/Mer, Métaux Fer Valorys, La Pataterie, Atlantique Courtage Assurance et Bulle Blanc Rouge. Tout les résultats et photos de cette belle journée sur le site du SEC, rubrique Organisations.

ZOOM

Edition 2012

YANOO LE MAG

20

OCTOBRE 2012


STAGES YANOO.NET! Stage 1     Stage Course à pied 100 % femme Le 24 & 25 novembre 2012 - Melgven (29) - Sud Finistère Stages uniquement réservés aux femmes. Animés par Maryse Le Gallo et karine Pasquier. Présence d'un médecin femme pour une intervention le samedi apm. Tous les renseignements ci dessous. http://www.yanoo.net/news/2309-stage_course_a_pied_100_femmes.html

Stage 2    Stage préparation trail Le 17 & 18 novembre 2012 - Melgven (29) - Sud Finistère Stage ouvert à tous sur la préparation en Trail. L'intervenant est un intervenant de luxe en la personne de Pascal Balducci, entraineur d'Erik Clavery, Julien Chorier, Thierry Breuil, Thomas St Girons ... http://www.yanoo.net/news/2307-stage_preparation_trail_en_bretagne_avec_un_entraineur_confirme.html

Stage 3      Stage Trail à Guerlédan Mars 2013 - Mûr de Bretagne (22) A l'occasion du 15ème anniversaire du Trail de Guerlédan, YaNoo proposera un stage sur 2 jours qui vous permettra de faire une partie du parcours sur 2 jours avec Christophe Malardé et une partie des organisateurs. 2 jours pour courir, reconnaitre le parcours, écouter les pros mais surtout pour échanger, se faire former sur l'entrainement .... Tarifs avec ou sans hébergement. Les  repas seront compris. Stage limité à 20 coureurs et 15/17 lits max. Stage tout niveau, avec création de groupes pour les entrainements. Ce ne sera pas une compétition. Le premier qui vient pour épater la galerie, paiera son coup à tout le monde !!!! Ce ne sera pas le but du stage. Courons ensemble, et échangeons !!! http://stagepreparationtrailaguerledan.yanoo.net

YANOO LE MAG

21

OCTOBRE 2012


ART DE COURIR L’art de courir le marathon en 1904 La Vie au Grand Air du mois d’octobre 1904 donnait de judicieux conseils pour courir le marathon. Cette épreuve avait seulement huit années d’existence. Bien que la course à pied soit un acte naturel, il y a néanmoins un art de la course, car si l’homme sait courir naturellement et à une allure modérée pendant un certain temps, il n’est pas dit pour cela qu’il doive se livrer à des courses forcées comme celle à laquelle donne lieu l’épreuve historique de Marathon sans s’appuyer sur des principes raisonnés. On a, en somme, assez peu de renseignements sur la manière dont courait le fameux homme de Marathon. Il ne courait évidemment pas comme ces gens que vous rencontrez dans le rue, poursuivant un omnibus, et qui vont brinqueballant des mains, tandis que leurs jambes éperdues s’entre-choquent l’une l’autre, et que leurs pieds cagneux s’agitent en des mouvements de roulis et de tangage inquiétants ; il n’allait pas non plus comme ces jeunes femmes qui montrent aux passants dans le relèvement discret de leurs jupes, des talons de bottines déplorablement éculés d’un seul côté, ce qui est proprement l’indice de jambes torses ou de pieds déformés. Il courait je crois, beaucoup plus simplement, plus régulièrement, et au lieu de dépenser inutilement sa force et son énergie en mouvements inutiles, il cherchait uniquement à adapter ses mouvements, à les grouper, de telle sorte qu’il obtînt le maximum de résultats, c’est à dire le maximum de vitesse en dépensant le minimum de force vive. Voici comment il procédait : Il allait, le corps légèrement incliné vers l’avant, la poitrine bombée, la tête relevée, mais sans raideur ; le long de son corps, ses bras repliés légèrement aux coudes, pendaient souplement. Quant à chacun de ses pieds, et de ses

YANOO LE MAG

jambes, ils ne quittaient point le même plan, la pointe du pied, le talon et le genou restant toujours dans le même axe et faisant des pas réguliers presque tous de même longueur, s’allongeant un peu aux montées, et plus menus et plus serrés aux descentes, tandis que la pointe du pied se posait doucement la première devant la plante et le talon, qui prenait solidement position au sol, pour préparer le pas suivant. Ainsi il allait vite et longtemps. Ainsi devront aller ceux qui, dimanche prochain, voudront avoir le chance d’arriver au bout du marathon moderne.

PARTENAIRES

- Le pied et la jambe droits, au départ, servent de levier au reste du corps. La jambe gauche se lève, puis s’avance, la pointe du pied en bas. La pointe doit poser à terre la première, légèrement, précédant immédiatement la plante et le talon qui se posent franchement. La jambe se raidit ensuite te forme levier pour le second pas de course. -

22

OCTOBRE 2012


REDACTION Christophe FALIGON Damien GUIBLIN. Thierry LEVEUVRE

YANOO LE MAG

REMERCIEMENT Serge Hardy Pascal Bureau Hervé Bec Gwenaël Costiou Yvonnil Lehonsec Loic Ponceau Olivier Lerouzic

23

CONTACT communication.yanoo@gmail.com christophe@yanoo.fr

OCTOBRE 2012

YaNoo le Mag Octobre 2012  

YaNoo le Mag Octobre 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you