Issuu on Google+

YaNoo Le Mag Décembre 2011 - numéro 20

SOMMAIRE

Marathon de Cheverny Trail de Trévarez Marathon de la Rochelle Stages sportifs YaNoo Zoom sur Erik Clavery 2 australiens by Cartier Le Cabinet Verlingue court Carnet d’entrainement Partez avec Marcher Courir Portrait d’Alain David Endurance Shop Marathon du Bout du Monde Rudy Wedlarski portrait Salomon Boutique organisateurs

Photo couverture —Photos YaNoo—Marathon de La Rochelle Rédaction : Christophe Faligon, Thierry Lefeuvre, et tous les interviewés


A une époque où le marathon était plutôt urbain, c’est l’histoire d’une bande de copain qui décide de créer ‘’le marathon des champs’’. Pendant 7 ans notre terrain de jeu se situe sur les terres de François 1 er à Chambord, et le 1er avril prochain, nous vous proposons de’’ courir au pays de Tintin’’ où aura lieu le 11ème marathon de Cheverny. Une pasta-party le samedi soir dans l’Orangerie, un départ devant le château, des ravitaillements gastronomiques avec dégustation des produits du terroir, de nombreux orchestres ……tout est réuni pour un week-end festif.

Le marathon de Cheverny, c’est aussi la première épreuve du Challenge de la Convivialité qui en compte une douzaine dans l’hexagone. Et pour que chacun puisse être de la fête, nous créons l’an prochain un duo marathon. Le 1er coureur fera 23 km et le second 19 km. Une randonnée de 11 km vous permettant de croiser les marathoniens à 5 reprises est aussi proposée Notez dès maintenant le 1er avril 2012 sur vos agendas….et ce n’est pas un poisson.


La 5ème édition du Trail de Trévarez aura lieu le Dimanche 12 février 2012, organisé par le Mil’Pat de l’Aulne, association de 40 coureurs et marcheurs de Châteauneuf du Faou qui a forgé son expérience d’organisateur de courses depuis 1991 en démarrant avec les Foulées de l’Aulne. (http://www.milpatdelaulne.fr) Deux circuits trail sont proposés : un 20,5 km départ à 9h15 (inscription 8€ à l’avance, 9€ sur place) et un 13,5km départ à 10h (inscription 7€ à l’avance, 8€ sur place). Les conditions météorologiques peuvent rendre les circuits assez techniques. L’édition 2011 fût particulièrement pluvieuse, nous comptons sur le beau temps cette année.

Un circuit de randonnée d’une douzaine de kilomètres est également proposé (inscription 5€) départ libre de 8h à 11h, avec la possibilité d’un départ groupé à 9h30 pour la marche nordique.

Les circuits trail et rando sont redessinés chaque année, sur de petits tronçons, pour permettre aux participants de découvrir de nouveaux points de vue sur la vallée de l’Aulne et le château de Trévarez. Les terrains traversés sont variés, chacun s’y procurera des sensations agréables, de l’amateur de larges sentiers forestiers, aux petits chemins en dévers… au contact d’une nature qui se prépare à rentrer dans le printemps. Vous traverserez le magnifique parc du château !

L’accent est également mis sur l’accueil des participants : deux ravitaillements sur le trail long, un sur le trail court, un pour les randonneurs. A l’arrivée, ravitaillement chaud avec une soupe maison. Chaque coureur sera récompensé, les femmes recevront une rose à l’arrivée. Les premiers de chaque catégorie homme et femme et les 5 premiers au scratch recevront trophées et paniers garnis. Une tombola dotée de nombreux lots complétera cette grille. Les randonneurs auront leur propre tombola. Cette manifestation solidaire des associations Céline & Stéphane et Vaincre la mucoviscidose constitue la première étape dans le calendrier du Challenge Armor-Argoat. Inscrivez-vous dès maintenant sur YaNoo et n’oubliez pas votre certificat médical au retrait des dossards. Bonne préparation physique !

Page

3


Marathon de la Rochelle, édition 2011 Entre pluie, baisse du nombre de coureurs et record de l’épreuve ... Il est évident qu’on est bien accueilli à la Rochelle. Un village partenaire très spacieux, une pasta party bien rôdée, une organisation sans faille tout au long de la course. Par contre, il fallait bien s’attendre à un peu de froid ou un peu de pluie. Et effectivement 1/2 heure après le départ, la pluie est arrivée pendant quelques dizaines de minutes. Malgré une baisse de la fréquentation du nombre d’inscrits sur le 42km, le marathon de la Rochelle est l’un des plus rapides de France. Es ce dû aux conditions climatiques propices ? En tout cas, cette édition va rester dans les mémoires de part la course des élites garçons qui se sont livrés à une véritable bataille. Comme d’habitude, le match n’est jamais truqué avec ces athlètes. Ce sera forcément le meilleur qui gagnera à la fin! A l’image donc de John Komen qui est parti seul face a chrono à partir du 32ème km. Il termine donc le marathon en battant le record de l’épreuve devant les télévisions de France 3 région en 2h07’13. Une image assez forte à retenir celui d’un coureur qui terminera l’épreuve sur la barre des 3Heures. Aidés par 2 coureurs il s’écroulera devant nos yeux devant la ligne d’arrivée. Deux coureurs le traineront afin qu’il passe la ligne, et termine sa course ! L’organisation est en pleine réflexion quant à son avenir concernant sa date. Cette année un 10 km avait été ouvert, laissant 1500 coureurs s’éclater sur le parcours. L’an prochain, peut être que la date basculera, mais tout cela dépendra des négociations avec les autres marathons en France situés sur le même créneau de date ... Dans tous les cas, le marathon de la Rochelle reste et restera un grand marathon ...


Page

5


Page 6


Retour avec Erik Clavery qui termine sa saison 2011 très heureux. Titré Champion du Monde de Trail en Irlande en juillet, il fait un passage rapide aux Templiers où il casse, et il gagne la SaintéLyon début décembre. On peut dire que la saison est réussie pour Erik ! Comment te sens tu après cette dernière grosse course que tu remportes ? Fatigué ! Heureux mais fatigué. Terminer la saison sur une telle victoire, c'est motivant pour la saison prochaine ! Même si tu ne finis pas les Templiers, tu réalises une grosse saison 2011 ? Oui effectivement, c'est pour moi une grosse saison. Je me suis longtemps plaind de souvent bien figurer sans jamais réussir à vaincre. Enfin cette année, j'ai transformé l'essai à deux reprises...et pas avec le plus moches des courses. Donc vraiment très positif. Il reste à poursuivre dans cette voie ! Comment arrive t on à gérer 3 grosses échéances en 6 mois ? Avec un excellent entraineur ! Il est indispensable de s'aménager des temps de récupération suffisant. Après, il est vrai que j'ai toujours été habitué à faire un gros volume, du coup, je digère plus facilement cette répétition d'effort ! Et il est vrai qu'on se permet d'accumuler les compétition en trail car le sol est souple et l'effort, bien que soutenu, moins traumatisant que d'autres disciplines. Il n'en est pas de même du marathon ou du 100km par exemple. Tu as cassé aux templiers... avec du recul, tu sais pourquoi ? Oui, plus ou moins, c'est une accumulation de chose, dans la préparation physique d'avant course, dans l'après championnat du Monde, également dans la nutrition. Nous y avons travaillé. Concernant la SaintéLyon, c'était une première pour toi ? Oui effectivement. Une course de nuit, c'est spécial ? Oui, c'est spécial, mais personnellement, j'aime bien les efforts nocturnes. J'ai toujours été habitué à courir de nuit et se milieu calme et reposant, immergé dans l'obscurité, ça me plait énormément ! On se prépare aussi de nuit ? Bien sûr, plus ou moins contraint d'ailleurs puisque nous ne sommes pas professionnels, à cette époque de l'année, presque tous les entrainements se font de nuit ! Tu finis 1er à 10 mn de Emmanuel .. tu y croyais à cette victoire avant de partir ? Oui, je crois toujours en la victoire. Sur cette course, j'étais très bien, nous avons eu une grosse bataille avec Thierry Breuil, je l'ai gagnée cette fois ci, et c'est pour moi une très grosse satisfaction ! Et gagner avec 10' sur Manu, ça prouve bien ma force du jour, puisque Manu est un adversaire dont il est inutile de préciser le niveau ! Vous aviez construit une stratégie d'équipe ? Il n'y a eu aucune stratégie puisque nous n'avons presque pas couru ensemble pendant la course. Je suis parti tôt avec Thierry, on à fait un gros duel, Manu ) temporisé un peu plus derrière, il est revenu ensuite puor prendre la seconde place, mais je ne savais pas du tout l'écart avec mon second ni qui il était. Difficile d'avoir des infos quand on est en tête de course. Des idées de course pour 2012 après le Glazig ? Non, encore rien de prévu. Peut être Paris, ce qui est sure, c'est qu'en 2012, mes 2 principales courses seront la CCC et la diagonale des Fous ! Merci Erik et bon repos ! Page

7


Sydney-Melbourne et retour En mars 1993, les deux coureurs australiens, Dave Taylor, 42 ans, et Tony Rafferty, 54 ans, se lancent un défi, aller de Sydney à Melbourne et retour sur le tracé de la Westfield Run, soit 1850 km. Il n’y aura pas de cut off final et chacun pourra être assisté comme il le souhaite. Il y aura juste une pause obligatoire de 30 minutes avant d’enter dans Melbourne pour permettre à l’escorte de Police de prendre en charge les coureurs et de les guider jusqu’au demi-tour devant Parliament House. Les étapes seront de 12 heures, pas de course la nuit pour raisons de sécurité. A 18 heures, les équipiers devront marquer sur la route avec une bombe de peinture de couleur argentée l’endroit que quitte le coureur pour repartir le lendemain du même endroit. En 1987, Dave Taylor avait effectué ce même parcours en solo en 22 jours 16 heures et 15 minutes. Neuf ans plus tôt, en 1978, Tony Rafferty avait lui aussi couru de Sydney à Melbourne et retour sur une distance plus courte : 1761 km, en 18 jours, 4 heures et 30 minutes, il avait au passage amélioré le record du monde des 1000 miles sur route. En plus, les deux compétiteurs connaissent bien ce tracé, Tony Rafferty est quatre fois finisher de Sydney-Melbourne, Dave Taylor une fois. Cette route est montagneuse et comme partout le danger vient de la circulation automobile aux heures de pointe. Hume Freeway est un tronçon d’une quinzaine de kilomètres seulement mais qui est plus connu pour ses accidents d’automobiles que pour ses ultra marathons ! Couronnes de fleurs et photographies de personnes décédées sur cette route sont affichées ici et là, 22 tués entre octobre 1992 et mars 1993 ! Un cauchemar pour les coureurs. En 1986, un accident de la circulation lors de l’épreuve Sydney-Melbourne fit un mort et un blessé grave. Ce 4 mars 1993, les deux coureurs prennent le départ du centre commercial Plaza dans le quartier de Liverpool à Sydney.

Dave Taylor écrivait quelques jours après cette aventure : « Même s’il y a eu quelques problèmes d’organisation, cela a été un événement réussi. J’ai gagné cette course expérimentale sur le même parcours que la classique Westfield Run en 19 jours 22 heures et 45 minutes pour 1808 km [Dave Taylor écrit 1808 km et certains articles de presse 1850 km]. J’ai couru 613 km les derniers 6 jours à raison de 12 heures par jour. Les deux derniers jours j’ai couru 105 km et 106 km. J’ai bien géré mon allure n’hésitant pas à faire des pauses de 5 minutes régulièrement et j’ai effectué plus de kilomètres au retour qu’à l’aller. Sur la route du retour Tony était en tête, [Tony Rafferty pris la tête de la course 3 heures après le départ de Sydney] à 20 km au sud de Mittagong, au lieu-dit Bordeaux Creek, je suis revenu à 1,8 km de lui, il était alors à 87 km de l’arrivée. C’est à ce moment que Tony a décidé de se retirer de la course, victime d’une tendinite au talon d’achille. Je suis étonné et déçu qu’un coureur aussi expérimenté que Tony Rafferty, capable de courir plus de 1700 km s’arrête si près du but ! alors qu’il n’y avait pas de délai horaire. Je crois que la blessure de Tony est due à la pression que j’ai exercée sur lui alors que l’arrivée était proche. Le plus triste à propos de ce challenge c’est que Tony ait attendu que j’arrive presque à sa hauteur pour abandonner, je ne l’ai donc pas dépassé ! Le directeur de course Larry Memery, a demandé à Tony d’attendre mon arrivée à Liverpool Plaza mais il a refusé. C’est un triste dénouement surtout quand vous ne pouvez pas serrer la main de votre adversaire après une course de plus de 1800 km alors que nous étions que les deux seuls concurrents. Mais pour moi, cela c’est bien passé physiquement, je n’ai pas eu d’ampoules sans doute grâce à la vaseline que j’appliquais sur mes pieds. En plus, j’ai fixé autour de mes chevilles des bonnets de douche pour empêcher les petits cailloux de pénétrer dans mes chaussures. C’était ma priorité, ne pas avoir de problèmes aux pieds durant la course pour arriver au terme de cette aventure. Côté météo, durant ces vingts jours il pleuvra une seule fois deux petites heures. Mon équipe accompagnatrice a toujours été aux petits soins pour moi et ça c‘est très important. » Page 8


Dave Taylor mettra de Sydney à Melbourne : 10 jours 1 heure et 50 minutes, et de Melbourne à Sydney : 9 jours 20 heures et 55 minutes. Total : 19 jours 22 heures 45 minutes. Dave perdit 10 kg durant la course, 73,5 kg au départ. 63,5 kg à l’arrivée. Un soir à Victoria, Dave commença à avoir des hallucinations, en effet il était sur la route du retour mais pensait se tromper et voulait retourner à Melbourne. Après cet exploit Dave Taylor fut surnommé par les médias australiens The King of the Road . Une innovation pour une course à pied, la position des deux concurrents était suivie au P.C course grâce à un appareil portatif appelé Global Positioning System (GPS). Tony Rafferty a mis 119 heures et 30 minutes pour faire la moitié du parcours soit une moyenne horaire de 7,28 km. Il a abandonné après 1675 km de course en 224 heures et 30 minutes, moyenne : 7,46 km/h. En réalité Tony Rafferty était vraiment blessé : « Je ne pouvais plus courir, c’était impossible mon tendon d’achille me faisait trop souffrir ». Tony Rafferty était un coureur d’ultra expérimenté, en plus de Sydney-Melbourne, il avait entre autres été le premier à effectuer le trajet de Perth à Brisbane, 5932 km en 74 jours et 8 heures du 4 août au 16 octobre 1973. Après cette première en 1993, une seconde compétition Sydney-Melbourne-Sydney, aura lieu en mars 1995 sur une distance de 1743 km. Quatre concurrents termineront dont Dave Taylor 2 e. Une féminine Georgina Mc Connell 3e et Cliff Young 4e. Le 1er Tony Collins mit 19 jours 1 heure et 40 minutes soit 91,7 km par jour.


La société Verlingue dont le siège social est à Quimper (29) est une entreprise de courtage en assurance auprès de professionnels créée depuis plus de 75 ans. Organisée en douze agences dont deux en Angleterre, elle travaille auprès de clients fidèles comme Sodexo, La Poste, les 3 Suisses. Verlingue se situe au 9ème rang des sociétés de courtage en France. Pourquoi parler du cabinet de courtage Verlingue sur YaNoo ? Tout simplement parce que depuis 2008, elle a su trouver à travers la course à pied, un vecteur de cohésion et de dynamisme pour ses clients et ses salariés. Tout a démarré lorsque son directeur, Jacques Verlingue et une autre société de courtage située à Marseille se réunissaient le temps de la course Marseille Cassis, avec quelques salariés pour une association en faveur du don d'organe. De cette initiative est né le projet d'inviter des clients et des salariés lors d'une épreuve de course à pied. C'est pourquoi en 2010 et 2011, durant le marathon de

Verlingue a invité des partenaires, des clients, des collaborateurs le temps d'un week end. Cette année par exemple plus de 50 personnes étaient réunies.

Gwénola Jutel, responsable de la communication, explique : "nous souhaitons faire plaisir au client, à nos collaborateurs, à leurs familles, le temps d'un week end. Nous cherchons à rapprocher nos collaborateurs et nos clients". Le cabinet Verlingue, qui soutient par exemple quelques expositions d'art contemporain comme à l'Hôpital de Quimper court en faveur d'une association "la recherche contre la mucoviscidose". La mucoviscidose qui est une maladie trop présente en Bretagne et tout particulièrement le département du Finistère qui est très touchée. Des dons sont donc versés chaque année à des associations.

Le courtier Verlingue fait courir ses salariés et ses clients

Page 10


Page

11


Page 12


Portrait d’Alain David, licencié au club Ultra Marathon France, professeur de Trompette et Intervenant en milieu scolaire. Habitant en vendée, Alain est très connu dans le milieu de l’ultra français. Ses quelques places nous permettent tout de suite de situer le niveau du sportif avec sa 3° place au grand raid du golfe du Morbihan en 2009 en 19H31, ses 8H55 sur 100 kms et ses 231 kms sur 24 Heures. Depuis combien de temps tu cours ? Depuis que je suis né, je me plaisais déjà à courir une boucle de 7.5kms quand j'avais une dizaine d'année. quelques périodes entre 100 et 150 kms /semaine vers mes 25 ans, et depuis 2008 plus régulièrement.

As tu de beaux souvenirs sur des ultras ? des rencontres ... ? Le Grand Raid du Golfe forcément, mais beaucoup de rencontres sur les 24 Heures, les Courses à Etapes (La 442.195 en 2010 et l' Etoile Savoyarde en 2011) et les OFF

Pourquoi tu t'es mis aux ultras ? Un rêve de courir jour un 100 kms en moins de 10 Heures. Comment se passent tes entrainements et ton métier ? On s'organise comment ? J'ai la chance d'avoir un profession qui me laisse du temps libre, mais aussi un gros le besoin de décompresser. Je divise l'année en 2 : Une 1° partie , de Janvier à septembre/octobre, où j'essaye d'être régulier et assidu. Normalement, un footing au saut du lit quasi quotidiennement, puis 3, 4 , 5 autres sorties dans la semaine, souvent autour de 2 Heures, mais presque toujours à un rythme cardiaque lent (moins de 135 puls minutes) Et moins de 125 puls pour les footings au saut du lit et les séances juste avant d'aller se coucher. J'aime bien courir plusieurs fois dans la journée. Je n'ai jamais suivi de plan d'entraînement, je cours pour le plaisir!!! et je n'ai pas envie que cette autre passion soit régler comme d u p a p i e r à m u s i q u e . Très peu de séances au seuil ou de fractionné, mais je joue toujours au foot, en loisir le dimanche matin, et je me fais des séances marches d'escaliers 3à 4000, jusqu'à 6000 marches + et - en 1H30. En juin dernier, pour la 1° fois je me suis tenu pendant 3 semaines à des 3 séries de 5500 mètres sans partie plane, c'était pour préparer l' Etoile Savoyarde. 2° partie : farniente, 1 ou 2 sorties dans la semaine, mais la saison de foot a recommencé. Et la musique reprend le dessus .

Objectifs 2012 ? Améliorer mon temps sur 100 kms, performer sur 24 Heures et refaire un Off avec ma compagne, probablement on continuera les bords de Loire, on s'est arr^été à Saumur en 2010. On te verra sur des trails un jour ? Pour l'instant je me suis cantonné à la Vendée ou presque, j'ai couru 2 fois le Trail du Vignoble Nantais , 2ou 3 fois les 50 kms du Bol d' Air de Mervent et plusieurs fois les 45 kms du Trail de la Vallée de L'Yon. Sans oublier les 177 kms du Grand Raid. En plus de mon boulot de prof, je suis parfois obliger de privilégier les Concerts aux courses. Par exemple dans le cadre du Téléthon j'irai courir à Sant Antoine du Rocher (, mais je ne devrai les rejoindre que vers 2 ou 3 heures du Mat, je joue en Orchestre Symphonique le Vendredi soir près de Noirmoutier) Bon, il me restera quand même 15 ou 16 heures à courir.

Page

13


Rudy se lance depuis quelques années dans l’Ultra avec un beau record de 222 km sur 24H. Un gars bien dans sa tête, bien dans ses baskets ! Depuis combien de temps tu cours ? De façon construite, depuis 2005. C’était un semi-marathon à Boulogne-Billancourt. Pourquoi tu t'es mis très vite à l'ultra (24h00 par exemple) ? Un peu par hasard. A y repenser cela tient vraiment à peu de choses. Je m’entrainais pour mon 1er marathon (Sénart en 2006) quand une amie aveyronnaise m’a parlé des 100km de Millau. Ca m’a de suite interpellé. Je ne savais même pas que de telles courses existaient ! Moi pour qui le marathon était une fin en soi, me suis mis à réfléchir aux 100km avant même d’avoir couru mon 1er marathon ! C’était se poser une nouvelle barre, un nouvel objectif à atteindre. Quelque chose qui semblait vraiment difficile et pour lequel il faudrait vraiment se dépasser. Et un peu plus de 4 mois après mon marathon j’enchainais avec bonheur mon 1er ultra : les 100km de Millau ! Comment as tu vécu ton premier 24 H ? bon ou mauvais souvenir ? Mon 1er 24h aurait dû avoir lieu à Séné en 2007. Mais quelques semaines avant, accident de travail. Mollet transpercé par la corne d’une bestiole récalcitrante. J’ai donc dû retarder de quelques semaines mon essai sur la distance et me suis inscrit aux 24h de Villennes sur Seine organisées par Jean-Luc Garcia. Dire que c’est un bon souvenir est un euphémisme… J’aurais pu en retenir mon passage des 200km pour ma 1ère tentative sur la distance. Ou ma 1ère place, seule et unique en compétition, due en toute honnêteté au faible nombre de participants. Mais j’en retiens surtout cette vague d’émotions qui m’a emportée tout au long de la course. La traversée de la nuit a vu arriver douleurs, doutes, agressivité contre moi-même… et renaissance. Une formidable sensation d’être en vie, tout simplement… L’impression de faire partie du monde, de n’être qu’un avec toute chose… Plénitude absolue. Et de grands moments d’émotion partagée avec celle qui allait devenir ma future femme et qui m’a assisté tout au long de l’épreuve. Luttant dans le froid de la nuit et s’assoupissant derrière les tables de ravitaillement. Le 24h est devenu mon format de course préféré. Même si j’ai découvert au fur et à mesure à quel point cette épreuve pouvait être exigeante quand on voulait la courir réellement. Comment se passent tes entrainements et ton métier ? On s'organise comment ? C’est sans doute là qu’est le hic. Et qui m’a fait penser plusieurs fois dernièrement qu’un tel emploi du temps n’est pas vraiment compatible avec le haut niveau auquel je rêve. Disons désormais que j’ai appris à me débrouiller comme je peux. J’essaye de caser le plus d’entrainements possibles sur la pause de midi (quand j’arrive à la prendre), histoire de ne pas trop empiéter sur ma vie privée. Pour le reste ce sont des entrainements tôt le matin ou tard le soir. Pas facile de trouver l’équilibre. Grosse sensation de fatigue, de lassitude parfois. Mais comme dit Bruno Heubi « La course à pied est la plus importante des choses secondaires ». C’est quelque chose que l’on a choisi. Quand je renâcle à m’entrainer, j’essaye de me rappeler cela et de me dire que la course est et doit rester un plaisir.


Wedlarski Rudy, Reims (EFSRA), vétérinaire au parc zoologique de Doué la Fontaine(49).

On progresse avec un entraineur comme Bruno Heubi ? Oui ! Le 1er exemple qui vient à me l’esprit : en 2010 il m’a fait pulvériser mes records personnels sur 10km, semi-marathon, marathon et 24h. Soit toutes les courses courues cette année-là ! Bruno a une expérience énorme, évidemment, mais aussi de grandes qualités humaines. Il est beaucoup à l’écoute. Il sait s’adapter au ressenti du coureur ainsi que ses aspirations et… aux exigences de sa vie professionnelle comme dans mon cas. Il a surtout été capable de me donner confiance en moi et de faire tomber des barrières mentales. Je ne progresserai peut-être jamais autant que je le rêve, mais il m’a au moins permis de ne plus me poser moi-même de limites. Quelles sont tes meilleures perfs actuellement ? 37’56 sur 10km 1h24’12’’ sur semi 3h00’02’’ sur marathon (3s de trop !) un vieux chrono de 9h26 sur 100km, à dépoussiérer ! 222km sur 24h Objectifs 2012 ? Ce qui est sans doute le plus important : naissance de notre premier bébé prévue pour mars. Côté course à pied, après mon échec à progresser sur 24h cette année, qui m’a fait beaucoup me remettre en question, j’ai décidé de persévérer sur cette distance. Si le calendrier le permet j’essaierai d’enfin passer cette barre des 230km… On te verra sur des trails un jour ? Et pourquoi pas ? Ce serait une bonne occasion de se faire plaisir en variant parcours et épreuves. Même si j’ai décidé de me consacrer au mieux à essayer de progresser sur 24h d’autres épreuves pourraient m’amuser. En 2008, 2 mois après la Transe Gaule, je me suis inscrite au Grand Raid de la Réunion presque par jeu, pour « rentabiliser » nos vacances là-bas. Je n’avais pour ainsi dire jamais couru de trail avant ! Encore blessé de la Transe gaule, j’ai choisi d’arrêter à Cilaos pour ne pas me blesser davantage et ruiner les vacances qui suivaient. Mais je m’étais amusé comme un petit fou !



YaNoo Le Mag Décembre 2011