Page 1

Le magazine de l’Association Valentin Haüy

L : A I C SPÉ

NNÉE A ’ D DE FIN E NDE ! G A L A É Y Z O LE V VELLE U O N EN

ERO M U N

N°41

JUIN 2013

GRATUIT


Auckland Rotorua

EDITO UN PROJET,... UNE RÉALITÉ ! Ca y est !! Après deux ans et demi d’attente pour récolter les fonds nécessaires, le premier voyage de l’Association Valentin Haüy Comité NouvelleCalédonie, a pu se dérouler fin 2012 en Nouvelle-Zélande.

déjà l’odeur qui la caractérise mais également pour découvrir la culture Maori, très présente dans cette région. Puis nous avons passé les 3 derniers jours sur Auckland pour découvrir la ville mais également pour aller à la rencontre d’autres personnes déficientes visuelles et découvrir leur quotidien. Mais je ne vous en dit pas plus et vous laisse découvrir les témoignages de nos adhérents sur leurs ressentis et leurs découvertes !! Je profite également de cet édito pour remercier les institutions, les entreprises privées, et les anonymes qui nous ont aidé à financer ce beau projet qui n’aurait pas pu voir le jour sans leur contribution.

Pendant 7 jours, 15 de nos adhérents, accompagnés de 5 personnes de l’association ont pu découvrir ce magnifique pays et ses habitants par le biais de leurs autres sens que celui de la vue ! En effet, afin que ce handicap ne soit pas vécu comme un obstacle dans la vie mais qu’il soit un point de départ pour vivre de nouvelles expériences, l’équipe éducative a monté un projet ambitieux avec des activités qui font entrer l’odorat, le toucher, l’ouïe et le goût en première ligne. Ainsi, nous avons pu passer 4 jours à Rotorua, ville incontournable pour notre séjour, de part

2

v

n sou

Un bo

our enir p

e

Hélèn

Concernant le départ de Hélène : Après un peu plus de 10 ans au service de l’AVHNC, Hélène nous a quitté pour découvrir une nouvelle institution et élargir son champs de compétences. Tous les adhérents, les bénévoles et l’équipe lui souhaite bonne chance pour la suite et beaucoup de réussite dans ses projets. Constance


S O M M A I RE

Logistique......................................................... P .04/05 le sport d’hiver................................................. P .06/07 Les maoris..........................................................P .08/09 les sources thermales.................................... P .10/11 le kiwi................................................................ P .12/13 carnet de voyage ........................................... P .14/15

N° International de Publication ISSN : 1769 - 0455 Comité de rédaction : Michel Pachot - les membres de l’AVH bimestriel tiré à 2 000 exemplaires AVH - Tél / Fax : 24 11 15 email : avhnc@lagoon.nc

Nouvelle-Calédonie

Trafic maritime 2012: 5.390.670 Tonnes

PREMIER PORT FRANÇAIS d’outre-mer

34, avenue James Cook - BP14 - 98845 Nouméa Cedex - Nouvelle -Calédonie Tél : (687) 25 50 00 - Fax : (687) 27 54 90 - Email : panc@noumeaport.nc

3

solaris

PORT autonome


l’avh chez les kiwis

Auckland

SPECIAL NZ

Côté cuisine

C’était une semaine réellement formatrice pour moi qui étais habituée à être plus en compagnie de jeunes enfants que d’adultes..., handicapés de surcroît. Bien évidemment, rien ne prévoyait que j’allais assouvir durant ce bref séjour chez les kiwis, mon plaisir de cuisiner. Oh, ce n’est pas de la grande cuisine mais une tambouille familiale. Des pâtes, des sautés de légumes, salades et bien entendu du riz à tout bout de champ (je ne suis pas bayou pour rien). C’était une symphonie de saveurs (quelle prétentieuse !). Cela l’était surtout pour de multiples mains créatrices : vingt paires de mains ! C’est pas mal n’est-ce pas ? C’est même digne d’un grand chef que d’avoir autant de marmitons. Bref, sérieusement, j’ai vraiment apprécié cette semaine avec mes amis de l’AVHNC. Merci à eux car ils m’ont souvent donné une bonne leçon de courage et merci aux responsables qui ont eu la gentillesse de me permettre de partager des moments intenses. L’épisode, le plus inoubliable reste encore le chamboulement que nous avons fait dans notre appartement d’Auckland. Déménagement des tables, chaises et ainsi de suite. Imaginez la tête des personnes de la sécurité devant leur écrans de surveillance ! Et Jean qui faisait le groom pour que chacun puisse rentrer dans notre salle aisément pour notre premier dîner. Merci encore à tous. Subinah.

4


le musée de la technologie

Devant la locomotive... Nathalie et la vieille voiture

Nathalie et... sa guide

!

Cela a été pour moi un très beau voyage. J’avais un bon guide qui me décrivait tout ce qu’il y avait et, du coup, cela m’a permis d’imaginer ce qu’il y avait autour de moi et de revenir avec plein d’images dans la tête. Donc, un grand merci à Emeline ! Elle m’a bien décrit les beaux maoris avec leurs tatouages sur les fesses ! Mais elle ne voulait pas que j’aille toucher. J’ai aimé toutes les activités, mais à choisir, je vais vous parler du musée de la technologie avec un parcours dans le noir. J’ai beaucoup aimé parce que, c’est là que les nonvoyants ont été les plus performants. Les voyants et les malvoyants ont pu, pour une fois, vivre les choses comme nous, aveugles, et se rendre compte des difficultés de déplacement que l’on peut vivre au quotidien. Pour ce qui est des logements, j’ai préféré le Séquoia Motel car c’était une ambiance familiale. Je suis revenue épuisée de ce voyage car nous n’avons pas arrêté pendant 7 jours de voyage, mais il s’agissait d’une bonne fatigue ! J’attends le prochain voyage avec impatience. Un grand merci aussi à notre guide Angéla, qui a su nous accompagner d’une façon magistrale et à s’adapter à notre handicap. Nathalie «Thalia» Wamytan.

5


decouverte du ski SUR LA NEIGE DES MERS DU SUD...

SPECIAL NZ

Ce mardi 4 décembre restera comme un de mes plus beaux souvenirs de voyage avec la découverte du ski sur de la neige artificielle. C’était l’éclate totale à Snow Planet.

6

On s’est tous habillés chaudement et équipés de gants et de bonnets, car c’était une séance de ski dans un grand complexe aménagé, une sorte de hangar réfrigéré construit sur le flanc du cratère d’un ancien volcan. On a eu droit au matériel, le pantalon et la veste étaient fournis, sans oublier les grosses bottes adaptées que l’on fixe aux skis et le casque : j’avais l’air d’être un canard boiteux ! Je me suis régalé ! C’est la première fois de ma vie que je faisais du ski. Je suis tombé plusieurs fois, bon sang ! C’était glacial, je n’avais pas de gants en plus et ça faisait mal. Ca ne servait à rien de se frotter les mains, il valait mieux les secouer ou les frapper l’une contre l’autre pour faire circuler le sang. Je n’ai eu les gants qu’en fin de séance, là, c’était plus agréable. Mais j’ai finalement réussi à glisser, c’était géant ! La sensation de glisse était géniale. J’ai appris quelques rudiments, comme de ralentir ma vitesse en croisant en «V» devant moi les skis, ou plier les genoux pour avoir plus de stabilité et tourner à gauche ou à droite. J’espère un jour refaire du ski, je ne sais pas quand, mais si j’ai une occase, je la saisirai ! J’ai eu la chance d’avoir de bonnes profs d’un jour, merci à Angela et Laurianne qui ont été très pédagogues. Quant à mes amis malvoyants, ils ont tous finalement choisi l’option luge, on a eu droit à quelques histoires drôles, et notamment des collisions en cascades entre les uns et les autres... Un grand merci à l’AVH, sans qui moi et mes amis ne pourrions jamais vivre de tels moments de sensations fortes, mais surtout de les vivre intensément et ensemble. Jean-Michel

Photo souvenir


Des sensations fortes

La luge c’est plus simple...

Emolly et sa première glisse

e!

r la rivièr

A fond su

En route

pour l’ad

rénaline

Avec l’ouïe, l’odorat, le toucher, le goût, nous avons découvert les geysers, les bains de boue, la cuisine locale... Nous avons mangé du maïs cuit dans l’eau de source thermale. Nous avons découvert la forêt de séquoias géants ; il faut quatre ou cinq personnes pour entourer le diamètre du tronc d’un arbre. J’ai également aimé la neige artificielle de SNOWPLANET. J’ai fait de la luge, c’est rigolo. Partie de rigolade surtout quand Subinah est venue me heurter, j’ai atterri sur ses jambes dans sa bouée. Quant aux spectacles maoris, c’est impressionnant quand tu entends les bruits qu’ils font, on a l’impression qu’ils vont nous manger tout cru ! C’est le temps passé à Rotorua que j’ai le plus apprécié. C’était trop court. La visite de la ferme était intéressante ; les animaux qui viennent vers toi, c’est incroyable. Nous avons aussi découvert un verger de kiwi. Marie-Angèle.

7


CHEZ LES MAORIS

Rotorua

SPECIAL NZ

un Wallis-Tokelau chez ses cousins Maoris Enfin le 29 novembre ! Nous arrivons à notre hébergement à Rotorua, tenu par des calédoniens : le Séquoïa Motel. Nous avons fait de nombreuses visites. Celle qui m’a le plus marqué a été la visite d’un village Maori. Nous avons fait une coutume d’accueil et assisté au Haka de bienvenue. Je me suis alors aperçu que les maoris parlaient la même langue ou presque que moi qui suis wallisien-tokelau. Nous nous comprenions parfaitement. Après le repas j’ai fait un speech de remerciement en anglais au micro, dans lequel j’ai utilisé des mots wallisiens-maoris, notamment l’expression : « nous sommes tous des fanuas », c’est à dire nous sommes un même peuple, frères. Ça a jeté les danseurs maoris dans un retentissant Haka, non prévu au programme, mais qui a été d’une intensité extraordinaire, avec des gestes d’une vigueur et d’une force extrêmes. Notre groupe, mais aussi tous les touristes présents en sont ressortis comme assommés. Le haka ressemble aussi étrangement à nos danses de Wallis, danses guerrières, avec les mêmes gestes, les mêmes expressions, sauf peut-être la langue tirée ! Nous avons visité l’agro dôme et vu l’époustouflant travail des chiens de berger sur les troupeaux de moutons. C’est d’une finesse extraordinaire, un pas du chien à droite ou à gauche et tout le troupeau sait ce qu’il doit faire, sinon… Au zoo d’Auckland j’ai vu pour la première fois des lions, girafes, singes, éléphants, etc….. On a fait plein d’autres choses et aussi pris contact avec l’association des déficients visuels de Nouvelle-Zélande et avons passé une journée avec eux. Ce voyage a été une source extraordinaire de connaissances et de découvertes pour tous les membres de notre groupe qui s’en est trouvé encore plus soudé. Vivement le prochain ! Gilles Le Haka de bienvenue

8


Chants maoris

ooo ooooo

H

!

Le groupe bien gardé !

ire

èle adm

ng Marie A

9


LE Wai O Tapu

SPECIAL NZ

DES SOURCES THERMALES de helle’s gate

10

La promenade que j’ai préférée est celle du Wai O Tapu. C’était un après-midi. Ça m’a beaucoup touché parce que j’avais l’impression d’être en enfer ; avec le bruit de l’eau qui bout, la terre qui dégage les odeurs de soufre, de petits tremblements au niveau du sol… Avec en plus la description de notre guide, Angela, qui nous disait voir un paysage lunaire, sans rien que des cailloux mais par contre, juste à côté, de la végétation toute verte... La guide nous a également appris que la végétation qui venait de mourir indiquait un futur geyser. De plus, j’ai apprécié que le parcours soit adapté, tant pour nous non-voyants que pour les personnes en fauteuil. En fin de parcours, nous avons pu planter notre propre fougère, une fougère arborescente endémique à la Nouvelle-Zélande, que nous avons prénommée «Éclaireur» ! Angela nous a raconté qu’autrefois les maoris pour se déplacer en pleine nuit sans se perdre, déposaient des feuilles de fougère sur le sol à l’envers et que la lumière de la lune et des étoiles permettait la réflexion de cette lumière grâce aux fougères arborescentes qui tirent leur nom de là. C’est cette visite qui a été la plus impressionnante pour moi, car même sans voir, j’ai pu ressentir les éléments et les imaginer. J’ai bien aimé ce voyage. J’ai bien fait fontionner ma mémoire. J’ai également remarqué que les néo-zélandais étaient très respectueux des personnes et de l’environnement, du coup, j’ai fait attention à ne pas jeter mes mégots par terre !! En Nouvelle-Calédonie la prise de conscience commence mais il y a encore du travail… Jean Roine

Rotorua


IMPRESSIONS DE VOYAGE

«Eclaireur» est planté !

eà Marcelin

ate

Helle’s G

Losa, M dans l arceline, H élène. a bou .. e!

ifiques !

D

s magn es arbre

J’ai fait partie des heureux touristes de l’AVH qui sont allés visiter nos voisins néozélandais. J’ai pu avec joie aider notre groupe lors de nos contacts avec les locaux, car étant d’origine Hébridaise, je parle correctement l’anglais. Mes plus fortes impressions ressortent des visites des sites géothermiques, c’est grandiose. C’est difficile d’imaginer tout ce qui se passe sous nos pieds, mais c’est un peu effrayant de savoir que là-dessous tout est en fusion, tout est en roches liquides, tout est brûlant à l’extrême. Avec les autres nous avons pris des bains de boue : nous sommes dans l’eau et au fond il y a de la boue que l’on prend et que l’on pose sur le corps, c’est une deuxième peau. La première en ressort toute douce. Ce voyage a été un bonheur, j’ai découvert tant de choses inimaginables : le peu de vision qui me reste a été suffisant pour me remplir de belles images. Dans une forêt de séquoias deux membres de notre groupe ont officiellement mis en terre un plan de fougère argentée que nous avons nommée « éclaireur » en français. D’autres images me viennent de la ferme, du travail des chiens sur les troupeaux de moutons, de la tonte : j’y ai découvert les lamas, je connaissais ces bêtes par le ouï-dire, mais là elles étaient bien réelles devant moi. Tout était parfait. Je remercie les accompagnateurs, Angéla, notre guide française vivant en Nouvelle-Zélande depuis 9 ans et bien sûr l’AVH et Constance pour avoir tout organisé. Emolly

11


Auckland

LES kiwis, les moutons...

Rotorua

LE TOURISME CULINAIRE La culture du kiwi

SPECIAL NZ

Des vitamines !

12

Tout d’abord, je tiens à dire que l’ambiance était géniale. Nos accompagnatrices étaient superbes et très présentes. À Rotorua nous avons visité les geysers, nous avons même pu planter une fougère arborescente pour marquer notre passage et avoir un souvenir que nous pourrons retrouver même dans plusieurs années car une plaque sera déposée à son pied. Lors de notre visite à la ferme, j’ai pu caresser un mouton pour la première fois de ma vie et même soulever un agneau ! Une sacrée expérience. Nous avons également découvert que les kiwis poussent un peu comme des vignes. Nous avons pu voir la machine de triage et goûter du vin de kiwis. Pour moi, les voyages, c’est déguster les boissons et la nourriture locale et me balader ! J’ai pu faire tout cela durant notre voyage et goûter le vin rouge de Nouvelle-Zélande lors de notre dernier repas. Il n’est pas mauvais, mais il n’est pas extraordinaire. Ce sont les mêmes cépages qu’en France, mais ce n’est pas la même terre et le goût s’en ressent. En tout cas la bière est bonne ! Nous avons également consommé du saumon en papillote. Grande nouveauté pour moi qui n’avais jamais mangé de saumon cuisiné de cette façon. J’ai trouvé ça excellent. Nous avons pu goûter également au fameux « Fish and chips » ! Après tous ces excès j’ai réussi à avoir un début de goutte ! En conclusion, j’ai passé des moments agréables que je n’oublierai jamais surtout que ce voyage avec l’AVHNC était une grande première ! Ponidjo Tabri


aux re est

-Clai

Marie

...

anges

Tabri é l

eveur !

tion égusta

La d

macho

!

C’est si doux !

n

ustatio

La dég

13


Auckland

carnet de voyages... l’ORPAILLEUSE : Viviane lors de son séjour en 2010 ...

SPECIAL NZ

Chercheuse d’or à SHANTYTOWN, sur la côte ouest de l’île du sud. Magnifique village reconstitué, sans compter la scierie, l’ancien village avec son magasin et ses habitions, Une immense roue à eau servant à concasser les gros blocs de pierre. A voir. Viviane

souvenirs : .

me..

utu La co

Emoll

y fait

ses em

plette

s

e!

14

Un

x

eu

i cur

id gu

C’était super, nous reviendrons !


15


L’AVH est éligible au mécénat, fiscalement très intéressant pour les mécènes.

Uar 41  

Le voyage en Nelle Zélande de nos amis du centre AVH de Nouméa

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you