Page 1

Périphérique d’entrées n°0

Vendu exclusivement sur parquet de bal

Faire rêver petits et grands, encore et toujours, avec comme récompense l’amour et la fidélité du public. décembre 2012-/-2€

la mutation

Une seule solution

équilibre Optimum


Préparez vous au pire

2

Moi, Matthieu Ha, 37 ans, bruxellasien d’origine franco-vietnamienne, père de deux enfants issus de deux meres. Moi Matthieu Ha, artiste total (musicien, graphiste et autres). Moi, Matthieu Ha, je revendique le mariage avec moi-même. et engagement m’est apC paru après avoir realisé en sommeil éveillé une série de dessins que j’ai intitulé Les tortues vicieuses d’un homme chaste. La tortue vicieuse a un pénis à la place de la tête. Elle se destine au sexe de la femme dans un kamasutra tantriste non identifiable. Elle se situe entre le vice et la vertu, entre la pensée et l’arrière-pensée. C’est comme si, par magie, je m’étais transformé en ces tortues.

psychanalyse et dans les nouvelles mathématiques, se sentent inspirées par cette idée. Comme disait André Malraux, “Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas”.

est acculée vers une une résignation totale, perdant toute lisibilité de leurs plus anciennes visions d’espoir. Pour certains , l’ heure est idéale pour faire la guerre, pour vendre un pays. ais parmis ce panorama M sombre il y a des courants d’idées alternatives,

je sublime l’isolement de mon -suffisamment être vers une renaissance individualiste

pour savoir prendre en main mon destin avec amour.  je me renouvelle, je renais, je me cotoie, je me réalise.  je me promets fidélité avec moi-même pour le meilleur et pour le pire.

-

naissant face au diktat de la culture de la croissance. Entre autres, celle de se marier avec soi-même.

même est un nouveau point de départ dans le monde moderne, qui pourrait donner de la force au plus minuscule dénominateur commun.

un grand pas pour l’humanité. e n est pas le manifeste C des prétentieux mais des prétendants.

que la cérémoJde ’aimerais nie ait lieu à l’église -je suis confession catholique- et

dans un hôtel de ville à Bangkok. Afin d’avoir une reconnaissance de ces institutions au même titre qu’un mariage classique, et étant donné que cet acte n’est pas encore officiellement accepté, je fais appel à un maximum de témoins pour soutenir mon mariage. Toutes les personnes désirant soutenir ce projet peuvent m’écrire à l’adresse électronique suivante: iiiiiiiste@hotmail.com Pékin, le 21 septembre 2010

L C

e sujet m’a conduit tout d’abord à faire voeux de chasteté durant huit mois. Après analyse de cette production, et au terme de cette période chaste, j’en ai conclu de me marier avec moi-même.

e monde moderne nourrit des doutes, tant au niveau de son espace, de sa chronologie et de son espèce, qu’ au niveau de son destin. Les explications-solutions que l’on donne sont souvent en réponse à une équation propre à l’ordre mondial: Le grenelle-Copenhague, le sauvetage des banques, l’afghanisation, l’irakisation, la bruxellisation, la religion, la laïcité. Non plus pour une cohérence cosmique mais par acquis de conscience consumériste.

’ai pu constater que beauJautres coup de personnes, entre rogressivement, la popudans le milieu de la Plation du monde du travail

14 croquis de Johanna pendant son immersion

Une immersion électrique En mai et juin dernier, j’ai suivi un stage dans ce curieux milieu qu’est le Cirque Electrique. Étudiante en arts appliquées, Étant enfant de marionnettiste, et appelée par le milieu du spectacle, mon domaine recherché était celui de la mise en scène et des arts vivants. J’entendais

Ainsi, je proposai ma petite main aux membres du Cirque Electrique, qui après les présentations, m’acceptèrent parmi l’équipe. Celle ci était à ce moment là composée d’une quinzaine de personnes : directeur, musiciens, acrobates, techniciens..

parler d’un cirque à dix minutes de chez moi, où on m’invita à voir un spectacle. Quel enchantement ce fut, de trouver ce lieu, implanté au dessus du périph’ et qui pourtant vous transporte ailleurs du trafic parisien. Les chapiteaux, les caravanes, les guirlandes, le manège, et la bonne ambiance me plongea dans un autre monde. Enfin un lieu où je me retrouvai un peu!

Ici, pas de « maître de stage » particulier, pas de hiérarchie, tout le monde participe à la création du spectacle, tout le monde propose, et apporte quelque chose. A 10h, café, et c’est parti ! Chacun son rôle, on déambule dans cet espace de 200m2, entre les chapiteaux, les caravanes, et le parquet de bal pour effectuer nos objectifs ou trouver quelqu’un

on pour me noyer dans N les reflets du narcissisme, mais pour m’instruire de moicette heure là, je me À considère dans l’Ensemble des Choses, tout en m’associant d’avantage avec moi-même. je reconnais la biographie –passé, présent, futurcomme la ligne temporelle d’un jour, le jour le plus long.

-

qui a besoin d’un coup de main. Réaliser des retouches sur les costumes, peindre, mettre en place les décors, retaper une roulotte, et même préparer les crêpes et galettes… J’ai vite constaté que travailler dans un cirque nécessite d’être pluridisciplinaire. De ce fait, j’ai été initié à différents corps de métiers,

même. Je me marie avec moi sincèrement, et pour que ma paix rayonne sur les autres.

e mariage avec soi-même L est un évènement contagieux de solidarité, qui ne

veut de mal a personne. Le mariage avec soi-même est un acte qui veut participer à la mécanique civique de notre société. Le mariage avec soi-

quatre jours intenses, on organisa et travailla en collaboration avec l’équipe de « Hey ». Le midi, je me retrouvais à table avec réalisateurs, graphistes, performeurs, et autres artistes. Je rencontrai notamment un photographe, Jerome Vila, qui me prêta son matériel et que j’aidai pour la réalisation de son

e mariage avec soi peut L constituer un petit pas vers la paix dans le monde et

alors qu’on devrait plutôt partager, confronter les idées, travailler ensemble, » Telle est la conviction de ce lieu, où chacun s’inspire et s’imprègne de la créativité émergente qu’il dégage, et où la règle est de partager la culture, ses expériences, et de faire circuler le précieux monde qu’est celui des arts. J’ai

rience de vie, beaucoup plus humaine, dont je garde de forts liens avec les membres de l’équipe. Aujourd’hui, six mois après, je reviens chaque semaine. C’est un moment ressourçant, où l’on s’évade de son métro-boulot quotidien. Je me suis notamment mise à suivre les cours que le Cirque Electrique propose, et c’est toujours

avec un grand sourire qu’on se du montage des décors, de la gestion à la communication, de la lumière au son… La particularité de ce lieu est d’être un lieu d’accueil, qui met à disposition leur espace pour différents types de créations artistiques. Ainsi se déroula un festival d’arts graphiques du magazine « Hey ». Durant

projet de portraits. Ce cirque rend tout possible, et considère chacun sur la même échelle humaine. Je me souviens qu’Hervé, le fondateur de la troupe, me dit un jour : « À l’heure actuelle, tous les artistes travaillent seuls chez eux, s’enferment dans leur propre vision,

vécu cette expérience à fond et voulant vraiment en marquer une trace, je réalisai par la suite une video de leur spectacle en stop-motion avec photos et croquis (http://www.youtube.com/ watch?v=jfFNdpPaxJc ). Cette expérience n’a pas été seulement un stage professionnel, mais je dirais une expé-

retrouve. Je souhaite que ce lieu continue à accueillir et faire vivre à chacun un moment de poésie, aux spectateurs et artistes, et permettent de faire valoir la culture du cirque, et la créativité sous toutes ses formes. 

Johanna Baudouin-Van Os


Acrobatie aérienne

3

Fig.1

Inertie pathétique.

Souhaitant la capture des neutrinos attardés, satellites ou échappés, que la résonance se rappelle au noyau. Lulu Larsen 012 Fig.2

Agitation atomique

Souhaitons à la poursuite des neutrinos,qu’ils participent à la substantation par excitation magnétique. Lulu Larsen 012 Fig.3

Evasion impossible

Personnel en vol : Tapman (boite à rythme), Lalla Morte (médium), Tarzana (piste centrale), Tétaar (aiguilleur du ciel), Nani (à vot’ bon cœur), Bigal (stewart), Maron (sécurité), Ccil Facom (opératrice radio), Charles (terroriste), Roselyne (maintenance), Nelson (sans papiers), Le Belge (hôtesse), Chaleix (prise en charge du suivi des incidents sur site), Fox (le renard), Mathieu Ha (catholique)... Personnel au sol : Johanna (immergée), Olivia Clavel (no sport), Lulu Larsen (spatialisé), Kiki Picasso (tous travaux d’art), Zou/Phil Rocks (modeliste), Younes (stéréographe), Painthouse (dealers), Robert Achoury (artiste), Nono (tatoueur), Dave (biker/skater), Reed 013 (documentation), Tristam (musulman fumant), Kim Chapiron (correcteur), Mai Lan (chanteuse), Gilles Berquet (chercheur), Placid (paysagiste), Black Bloc (hauteur)...

Souhaitant s’évader par la lecture il reste enchainé au bord de la page. Zou/Phil Rocks

Quand tu arrive sur le périphérique, c’est le périphérique qui te change, pas toi qui change le périphérique.

Le Cirque Electrique soutient la DRAC Ile de France


o r z

u r a n e

Lalla Morte photographiĂŠe par Gilian Che

T F a

LalLa Morte

4

Funky

a

s


Funky

5

Mïrka photographiée par Gilles Berquet

TAPMAN

Tessa Demande à ton idole Lulu Larsen de te faire un dessin à la plume sur cette feuille blanche. Contacte-le @ webcam.


La Cen

L’émeute photographiée par Kim Chapiron

6

passage à l’acte

des cadavres sont marqués à la craie, les marques s’effacent, des travaux de rénovations sont entrepris. Une stèle comLe visage terrifiée de la pros- mémorative est inaugurée. On tituée se crispe, elle mord ses peut y lire, sur une plaque, que lèvres jusqu’au sang. Dans son deux fonctionnaires de police qui dos, le flic qui a enfoncé sa portaient secours à une femme matraque halète. Il fait semblant agressée par des voyous furent, de prendre du plaisir. Elle, elle à cet endroit, lâchement assasne dit rien, elle a oublié de les sinés et que la Nation n’oubliera payer. Les mains du coéquijamais leur courage. Des coupier fouillent le sac à main et ronnes et des gerbes de fleurs trouvent l’argent. La scène se sont déposées. Les fleurs se déroule au fond d`un passage où, flétrissent. La pluie tombe, des cachés sous un porche, deux feuilles mortes s’accumulent au policiers en uniforme violent pied du monument, la neige le une prostituée. Tout prêt, dans recouvre. Un soir la plaque est l’ombre, un témoin observe. Il volée dans l’indifférence, puis allume un briquet et enflamment la stèle se macule de graffitis. le chiffon imbibé accroché au Deux gros yeux en spirale et goulot d’une bouteille d’essence. une bouche hâtivement tracés à Comme une étoile filante la bou- la bombe lui donne un air d’idole. teille enflammée traverse l`obscurité et éclate au centre du viol. Les flics et la prostituée se débattent dans l`embrasement. La fumée envahit l`image. Le son Un robot frotte les marches devient ouaté, les hurlements poussiéreuses avec sa serpilet le crépitement des flammes lière. Il fait une moue dégoûtée sont remplacés par un silence en voyant une traînée d`urine qui de mort. Seule la fumée semble dégouline de marche en marche encore animée, elle rampe sur jusqu`à l`étage en dessous. Les le sol comme une créature ma- mains gantés de caoutchouc léfique. Lorsqu’elle se dissipe, rose, il essore courageuseon voit en accéléré le temps ment la serpillière dans l’eau qui passe. La scène de crime, savonneuse. Une vielle femme éclairée par des gyrophares est ceinturée par des barrières essoufflée monte l’escalier en portant deux gros sacs. Vous de police et des cordons de voulez de l’aide ? demande le sécurité. Les emplacements

Parties communes

robot. Oh merci, c’est gentil, je n’en peux plus, répond la femme essoufflée, et en levant le nez, elle fronce les sourcils, Ça sent le brûlé ? Le robot et la vieille femme explorent le palier. Ils frappent aux portes. Y’a le feu ? Personne ne répond. Le robot ouvre la porte d’un local de service. Une épaisse fumée noire s’en échappe. La vieille prend son portable et appelle les pompiers. Le robot frappe à toutes les portes. Un homme en peignoir de bain ouvre, il est trempée, il sort de la douche. Y’a le feu, il faut évacuer l’immeuble. Une mère affolée et ses enfants dévalent l’escalier. Des retraités les suivent. La robot monte pour donner l’alerte dans les étages. Tous les habitants se retrouvent dans les escaliers. Certains sont en pyjama. D’autres, à demi-nus toussent et pleurent à cause de la fumée.

pompier inspecte les parties communes. Le robot est étonnée, aucune trace de fumée. C’est incroyable. Le pompier renifle l’air ambiant et déclare, il n’y en a peutêtre jamais eu. Le robot flippe, il ne comprend pas. Ils arrivent devant la porte du local de service d’où s’échappait la fumée. Le pompier braque sa torche à l’intérieur... Rien! Dans le quartier, vous aimez bien nous déranger pour rien... Puis en confidence, il ajoute, un jour on viendra plus et vous l’aurez bien cherché. Mécaniquement, le robot réplique, on pouvait plus respirer Monsieur. Je vous jure.

Fausse alerte Les habitants entourent le pompier

à sa sortie de l’immeuble. Le pompier déclare avec assurance, vous pouvez rentrer chez vous. C’était une fausse alerte. Le petit malin qui nous a appelé sera convoqué à la police pour s’expliquer. Une rumeur de protestation s’élève du groupe d’habitants. Le pompier Les habitants frigorifiés saus’éloigne. Le retraité le rattrape tillent sur place pour se réchauf- et insiste, il y a le feu dans l’imfer. Ils guettent l’arrivée des meuble. Le pompier se retourne exsecours. Un retraité surveille cédé, Et moi je vous dis que non. Le sa montre. Mais qu’est-ce qu’ils retraité s’accroche à la manche du attendent ? Que tu soit mort, pompier et grogne de colère, vous répond un gamin excité. Un pom- allez y retourner, tout de suite. pier arrive à pied avec un petit Des gamins qui ont suivi les deux extincteur. hommes s’agitent en écoutant

Devant l’immeuble


ntrale

11

l’altercation. Les pompiers, c’est tous des pédés, plaisante un gamin et son copain ajoute, et ils se font sucer par leurs mères. Le pompier repousse le retraité et balance une claque au gosse le plus proche. Les habitants de l’immeuble restés en arrière arrivent en courant. Le pompier est molesté. Il essaye vainement de répliquer mais, face au nombre, il ne peut rien faire et il est passé à tabac. Au quatrième étage de l’immeuble en face, un voisin qui observe la scène de sa fenêtre dit à sa femme, viens voir, ils tabassent un pompier. La situation est confuse, certains personnes tentent de protéger le pompier. Un homme , courageusement repousse les autres. Le pompier, couché sur le macadam, est recroquevillé en position fœtale pour se protéger des coups de pied. La bagarre devient générale entre ceux qui le protègent et ceux qui veulent le rouer de coups. Le pompier profite de la mêlée pour se sauver.

Inspection Accompagné par le robot, le

pompier inspecte les parties communes. Le robot est étonnée, aucune trace de fumée. C’est incroyable. Le pompier renifle l’air ambiant et déclare, il n’y en a peut-être jamais eu. Le robot flippe, il ne comprend pas. Ils arrivent devant la porte du local de service d’où s’échappait la fumée. Le pompier braque sa torche à l’intérieur... Rien! Dans le quartier, vous aimez bien nous déranger pour rien... Puis en confidence, il ajoute, un jour on viendra plus et vous l’aurez bien cherché. Mécaniquement, le robot réplique, on pouvait plus respirer Monsieur. Je vous jure.

Fausse alerte Les habitants entourent le pom-

La fuite

Berquet

pier à sa sortie de l’immeuble. Le pompier déclare avec assurance, vous pouvez rentrer chez vous. C’était une fausse alerte. Le petit malin qui nous a appelé sera convoqué à la police pour s’expliquer. Une rumeur de protestation Le pompier s’enfuit en boitillant. s’élève du groupe d’habitants. Le Son visage est tuméfié. Il est effrayé. Au moindre bruit, il s’ac- pompier s’éloigne. Le retraité le rattrape et insiste, il y a le feu croupit entre les voiture. Il est poursuivi par une bande de gamins dans l’immeuble. Le pompier se organisés comme des chasseurs retourne excédé, Et moi je vous pour une battue. Ils prennent plaisir dis que non. Le retraité s’accroche à la manche du pompier à lui faire peur. Ils savent très et grogne de colère, vous allez bien où il se

y retourner, tout de suite. Des gamins qui ont suivi les deux hommes s’agitent en écoutant l’altercation. Les pompiers, c’est tous des pédés, plaisante un gamin et son copain ajoute, et ils se font sucer par leurs mères. Le pompier repousse le retraité et balance une claque au gosse le plus proche. Les habitants de l’immeuble restés en arrière arrivent en courant. Le pompier est molesté. Il essaye vainement de répliquer mais, face au nombre, il ne peut rien faire et il est passé à tabac. Au quatrième étage de l’immeuble en face, un voisin qui observe la scène de sa fenêtre dit à sa femme, viens voir, ils tabassent un pompier. La situation est confuse, certains personnes tentent de protéger le pompier. Un homme , courageusement repousse les autres. Le pompier, couché sur le macadam, est recroquevillé en position fœtale pour se protéger des coups de pied. La bagarre devient générale entre ceux qui le protègent et ceux qui veulent le rouer de coups. Le pompier profite de la mêlée pour se sauver.

La fuite Le pompier s’enfuit en boitillant. Son visage est tuméfié. Il est effrayé. Au moindre bruit, il s’accroupit entre les voiture. Il est poursuivi par une bande de gamins organisés comme des

chasseurs pour une battue. Ils prennent plaisir à lui faire peur. Ils savent très bien où il se cache. Les gamins communiquent entre eux par des sifflements et des aboiements. Ils jouent au prédateurs. Ils se dressent et s’abaissent entre les voitures. Le pompier traqué sursaute en entendant un caillou rebondir sur une carrosserie. Il se prend la tête entre les mains et gémit de désespoir. Tout à coup, il aperçoit une voiture de police qui s’engage dans la rue. Risquant le tout pour le tout, il bondit en avant et court comme un fou vers le véhicule de patrouille. Les gamins sont sur ses talons. La voiture freine brutalement devant lui. La portière s’ouvre. Il monte de justesse à l’intérieur. Une grêle de gravier s’abat sur le capot au moment où la voiture démarre. Les gamins courent autour du véhicule en jetant des projectiles. Par la vitre arrière, le pompier regarde avec soulagement ses agresseurs distancés. Enfin en sécurité, il tapote affectueusement l’épaule du policier au volant, vous êtes arrivés à temps, c’était chaud. Les deux flics à l’avant se retournent. Ce sont les flics du début de l’histoire. Ils sont morts-vivants et leurs faciès sont atrocement brûlés.

Black Bloc


12

Contenu filtré Licenciements sans filet Trois vice-présidents du Cirque Electrique ont été remerciés en décembre, ainsi que de nombreux employés dans les équipes de distribution des rôles, de soutien à la performance et des ventes/marketing.

Le Cirque Electrique compte 5300 employés à travers le monde, dont 2700 à son siège social de la Porte des Lilas à Paris. « Au cours des dernières années, nous avons licencié la plupart de nos cadres. Nous ajustons cette politique sur un rythme plus rapide et nous consolidons nos opérations pour refléter ce nouveau rythme », a indiqué Alexandre Maron, porte-parole du Cirque,au magazine Bilan Provisoire. Pour justifier cette vague de licenciement, le Cirque Electrique qualifie sa situation financière de « fragile », notamment en raison des difficultés économiques en France, où l'entreprise brasse 80% de ses affaires. Le week-end dernier, le Cirque Electrique a annoncé la fin prématurée du spectacle Steam à Los Angeles, qui aurait subi des pertes de 20 millions

depuis son lancement en juillet 2011. Le spectacle devait être présenté jusqu'en 2021, mais sa dernière représentation sera le 19 janvier 2013 au Dolby Theater, le domicile des Oscars. Le groupe de luxe LVMH, qui a investi dans la production du spectacle, a aussi perdu de l'argent dans l'aventure hollywoodienne du Cirque. L'année 2012 semblait pourtant avoir bien commencé pour le Cirque Electrique, qui comptait sept de ses spectacles parmi les 50 spectacles les plus lucratifs du monde durant les six premiers mois de l'année selon Pollstar. À eux seuls, ces sept spectacles du Cirque ont généré des revenus de 215 millions US en six mois à l'échelle mondiale. Son spectacle Tapman: The Immortal a été le spectacle le plus lucratif en Amérique du Nord (78,5 millions US) et le troisième spectacle le plus lucratif au monde durant cette période.

La plateforme d’études acrobatiques du Cirque Electrique signe la couverture de la Porte des Lilas

Les chapiteaux du Cirque Electrique qui surplombent l’entrée du tunnel de la Porte des Lilas symbolisent l’activisme de la Ville de Paris et la volonté de nos élus d’atteindre, dans un avenir proche, l’équilibre optimum.

La couverture de la porte des Lilas, fondation du Cirque Electrique, a été réalisée de 2005 à 2007 pour un coût de 99 M€ TTC, hors aménagements de surface, financé par la Ville de Paris, à hauteur de 47,41 M€, avec la participation de la région Île-de-France (subvention de 29 M€) et de l’État (subvention de 22,59 M€). La Ville de Paris, maître d’ouvrage de l’opération, s’est appuyée sur une assistance à maîtrise d’ouvrage assurée par le personnel au sol du Bureau des Prévisions. Le maître d’œuvre est la plateforme d’études acrobatiques du Cirque Electrique (PEACE).


équipe de démolition

13

« Traits d’union 2 » notre futur producteur nous oblige à citer les noms suivants : Aleksandar Petrovic, AlexeÏ Batoussov, Bizdubaf, Bruce, Clemens Factus, Costunomade #eclips’Muses, Dag, Djalouz, Dr Vince, Espion, Feek2, FKDL, Jean Fabien & Roxane

Loiseau, Jeff Baillard, Jérôme Mesnager, Kiki Picasso, la Painthouse, Lil’Thugs, Luciole, Lucien Chemla, Lulu Larsen, Lxa, Manuela Ribeiro, Mask, Meik, Mister Ema, Mister Pee,

Moha, Mr Chat, Nebil Këlem, Nëggus & Kungobram, Odeg, Olivia Clavel, Osta, Paolo S Campanella, Pascal Gentil, Paul Santoleri, Pimax, Popay, Potam, Psyckoze, Retro Graffitism,

San, Sania Ginzburg, Sidney, Soklak, Speedy Graphito, Spek de trolls, Stayreo, Tô, Vision, Wuze, Yom, Zokatos, Artof Popof, Alex Patron Zia et les batraciens Tétaar & Bigal

Prochaine exposition : « Malo Ney 1 » Février 2015 au Palmier de Kyoto


Journal d’un stéréo

14

Journal d'un stéréographe Février 2010 22H Rahhhhhh, Oui !! Je cris !! Je m'énerve, je peste toute les injures possibles et inimaginables à haute voix contre ce petit responsable d'un des plus grand cinéma de paris. Pourtant je le savais, par le passé j'avais déjà eu affaire à ce type de gars, hautain, toujours vif pour dénoncer. Les caractères d'un traître, le genre de gars qui se fait détester dès les premiers contacts. Une tête de chien comparable au jouet en platisque qui acquiesce toujours à l'arrière des voitures. Alors imagine la tête d'étonnement qu'il à eu quand il me lança « si tu n'est pas content,

tu n'est pas obligé d'étre la !! » sûr de sa tirade en quête de soumission, il s'attendit à ce que j'acquiesce, tout en baissant le regard. Que je me résigne à laisser la hiérharchie me marcher dessus en y laissant ses traces ! Ni une ni deux, je lui fis un énorme sourire lui faisant douter tout d'un coup de ces dires. Et d'une simple voix lui dit : "si c'est comme ça, je me casse de la, bye bye sâle connard !!" Il me regarda avec des yeux écarquillés, médusé de voir son autorité bafouée à ce point !! J'ai remarqué que le monde s'est arrêté de tourner autour de lui à ce moment là ! Pire encore je n'avais pas

remarqué mais les autres employés ainsi que les clients nous regardaient, amusés d'assister à cette scène. Le fait de devoir justifier mes absences auprès de sa direction lui poussa à me demander si je lui enverrai une lettre de démission. Ma réponse le cloua sec : « non virez moi !! » et je partis avec le sourire directement chez moi. Pourtant cela fait deux heures que j'y pense seul dans mon petit appartement de Bagnolet, sans chercher à expliquer mon sursaut d'insultes. Je sais pertinemment que je n'aime pas l'autorité et encore plus quand l'impertinence et le manque de

bon sens sont ces alliés. Mais cette fois la réflexion vient de plus loin. Une profonde remise en question de soi devait s'opérer, cela fais des années que je suis expert en informatique. Ça je le sais. Je passe d'entreprise en entreprise et de contrat en contrat, sans plaisir, sans envie, et sans foi. Cette fois le cinéma était mon cheval de bataille. MAIS BORDEL tout à capôter à cause de ce petit enfoiré !!!!!! J’en suis au même point/ de ne pas savoir ce que je veux comme il y a quelques mois/ incapable de choisir un métier dans le cinéma/ ce soir je ne sais toujours pas... à suivre


Panneau d’affichage sur périphérique Au bout de l’esplanade des chapiteaux, on surplombe le périphérique. C’est un lieu idéal pour installer un panneau d’affichage. Des créations originales et des messages insolites s’y succèderont selon l’actualité du moment.

La comptine de l’escargot Oh l'escargot ! Quelle drôle de petite bête ! C’est rigolo ces cornes sur sa tête ! Un chat miaulait le long de la gouttière. Le vent soufflait sur sa petite queue légère. J’ai vu, j’ai vu le p’tit trou d’son derrière. J’ai vu, j’ai vu le p’tit trou d’son... (bis repetita)

Camille un groupie du Cirque

Laure Manaudou dessinée par Olivia (no sport) Clavel

Usage collectif

15


16

ĂŠquilibre Optimum

Equilibre Optimum  

Equilibre Optimum numéro 0

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you