Issuu on Google+

ACTIONS DE LA CCI

FORMATION

L’INVITÉ

Préservez la Le Bachelor de qualité des eaux l’ESC intéresse les du Bas-Léon p.3 entreprises p.7

Georges Sampeur tient la barre de B&B Hôtels p.8

N° 124 mars-avril-mai 2009 09

Edition publicitaire de la C.C.I. de Brest. Ouest-France du 26 mars 2009

JOURNAL D’INFORMATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE BREST

es

por t

ta se

trep ris

Dév

reprises et d des ent t es e n e mp m e rritoire Équipe p lois p m ent le o et du te s(

Défe

Formations

nse des intérêts des en

) port éro

FOCUS. La chambre de commerce et d’industrie de Brest se distingue par la diversité de ses missions. Si vous prenez l’avion à l’aéroport Brest Bretagne, vous transitez par un équipement géré par la CCI. Si votre enfant fait ses études à l’Ifac ou à Sup de Co’, il s’instruit dans un centre de formation de la CCI. Si vous voulez créer votre commerce, vous passerez par la CCI. Cet établissement public rayonne sur un tiers du territoire finistérien. Mais aujourd’hui, un projet de réforme met en cause son rôle dans la bonne marche de la région brestoise. à l’affiche

Iris RFID

René Guichard

SIMON COHEN

RFID : la puce qui monte « La Silicon Valley en Californie s’est déjà détournée d’Internet. Elle explore d’autres technologies. La France ne doit pas être en reste car la RFID est une issue possible pour un pays en plein ralentissement. » Ainsi s’exprime le co-fondateur d’Iris RFID, Bernard Elhaik. Après la vente de sa florissante entreprise Fia-Net (sécurisation des paie-

ments sur Internet), il s’est intéressé de près à la Radio Frequency IDentification (RFID). Ce procédé est basé sur la traçabilité d’organismes qu’ils soient vivants ou pas, sur lesquels est apposée une puce électronique. Elle émet et reçoit des messages par radio-fréquence lorsqu’elle se trouve à proximité d’un lecteur RFID.

Créée en 2007 à Paris, par Bernard Elhaik et son ami René Guichard, l’entreprise a su s’entourer en recrutant des ingénieurs en France, au Canada, au Brésil et en Chine. «  Les demandes en RFID affluent de France mais aussi de Cuba, de l’Afrique, du Canada  ! Ses usages sont infinis. » Par exemple, suivre le parcours de produits dangereux ou encore d’aliments, d’œuvres d’art ou encore garantir l’origine du bois importé… La Scarmor (centrale d’achat de Leclerc) a sollicité en premier leurs compétences afin de garantir la traçabilité

ILLUSTRATION : BASILIC COMMUNICATION

L’avenir des CCI en question

de ses produits. Puis, en tant que membre, elle en a informé Investir en Finistère qui les a convaincus de s’installer au technopôle Brest-Iroise. « Il y a ici une ressource en ingénierie et recherche », précise le co-dirigeant qui va y transférer le siège social. L’entreprise a établi d’étroites relations avec l’Enib, Pracom (Telecom Bretagne) et l’UBO pour spécialiser de jeunes ingénieurs. Et vu l’ampleur du marché, elle réfléchit à un emplacement plus grand pour travailler sur l’infiniment petit à la pointe bretonne.


professionnel réunissent une cinquantaine d’exposants.

50 exposants Seront présents : le service Accueil de l’entrepreneur de la CCI, des conseillers des autres chambres économiques et du technopôle Brest-Iroise, des experts-comptables, banquiers, assureurs… soit tous les interlocuteurs qui concourent à la réussite ainsi qu’à la pérennité d’un projet. Maëlle Juin (CCI) 02 98 00 38 73 Le programme est disponible sur : www.forum-creation-brest.fr

3• S avez-vous comment choisir le statut juridique de votre entreprise et du gérant ? Oui Non 4• Pour chacune des trois premières années : avez-vous réalisé une estimation des cotisations personnelles de sécurité sociale et de la CSG à payer (maladie, allocations familiales et vieillesse) ? Oui Non 5• A vez-vous estimé le chiffre d’affaires, les charges d’exploitation et le résultat d’exploitation ? Oui Non 6• S avez-vous comment choisir le statut fiscal qui vous est le plus favorable ? Oui Non

2 Courants

L’accueil de l’entrepreneur de la CCI enregistre une hausse de 23 % du nombre de participants à sa réunion d’information Les Matins Créateurs en 2008. 54 participants ont suivi le stage approfondi 6 jours pour entreprendre.

Pouliquen <interview> Hervé-Marie élu CCI à l’environnement

‘‘L’eau, un patrimoine à préserver’’

7• Disposez-vous d’une situation prévisionnelle trimestrielle de trésorerie, TVA et taxe professionnelle comprise (encaissements, décaissements, soldes de tout compte) ? Oui Non 8• Savez-vous comment choisir votre régime de protection sociale (avantages et inconvénients) ? Oui Non 9• Connaissez-vous les dates d’échéance des cotisations de sécurité sociale pour l’organisme conventionné maladie, l’Urssaf et la caisse vieillesse ? Oui Non 10• Connaissez-vous les aides pouvant être éventuellement accordées aux nouvelles entreprises ? Oui Non

Ce stage organisé par l’Espace entreprendre de la CCI de Brest couvre les différents aspects liés à la création d’entreprise : juridiques, gestion/fiscalité, banque, assurance, expert-comptable, notaire… Il passe de cinq à six jours à compter de ce semestre. Participation : 150 €. Accueil de l’entrepreneur (CCI). 02 98 00 38 73 @ accueil.entrepreneur@cci-brest.fr

…des professionnels

Les communes de Lanildut et de Lampaul-Plouarzel font partie du périmètre du Sage du Bas-Léon.

28 mars Les Rencontres pour l’entreprise. Cédants, repreneurs, rencontrez-vous à l’occasion des trois temps forts proposés par les CCI du Finistère et du Morbihan le samedi 28 mars de 9h à 12h30 à la CCI de Quimper (conférence, bourse d’affaire, rencontres avec des experts). Entrée libre ; accueil à partir de 8h45. Martine Toquet. 02 98 98 29 53

15 mai et 5 juin Réunions pour les agents commerciaux.

02 98 00 38 73

22 mai et 26 juin Réunions pour les professionnels libéraux

02 98 00 38 73 

la CCI vous accueille pour vous informer Chambre de commerce et d’industrie de Brest. 1, place du 19e R.I., BP 92028 Cedex 2. Votre CCI est ouverte de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h, du lundi au vendredi. 02 98 00 38 00 @ info@cci-brest.fr @ www.cci-brest.fr Antenne de Châteaulin. 30, quai Charles-de-Gaulle, 29150 Châteaulin 02 98 86 53 02 @ antenne.chateaulin@cci-brest.fr CCI Info. Centre de documentation économique ouvert à tout public chaque jour de 14 h à 17 h. 02 98 00 38 15 Fichier des entreprises. Information et vente d’annuaires des entreprises (8 h 30-12 h 30 / 14 h-17 h). 02 98 00 38 06 Service Habitat. 02 98 00 38 88 Courants. @ courants@cci-brest.fr 02 98 00 38 44

pour vous aider à créer et développer Espace entreprendre. Service d’information et de conseils juridiques, fiscaux et sociaux pour les porteurs de projets de création ou reprise d’entreprise. 02 98 00 38 73 Pépinières d’entreprises. Hébergement et accompagnement de porteurs de projets et de créateurs d’entreprise. » Mescoat, à Landerneau 02 98 30 35 00 » Penhoat, à Plabennec 02 98 07 27 27 » L’Aulne-Maritime, au Faou 02 98 81 17 60 Département industrie, services et international. Sur rendez-vous.

02 98 00 38 18

Sur rendez-vous.

02 98 00 38 17

Département commerce, tourisme et services. Centre de formalités des entreprises. Service d'information sur les formalités juridiques liées à la création-reprise d'entreprise. 02 98 00 38 05 ChamberSign. Service de promotion de la signature électronique des CCI. 02 98 00 38 76

pour vous faire voyager Aéroport Brest Bretagne. @

www.brest.aeroport.fr

02 98 32 86 00 navette routière 0 820 850 252

pour vous former Voir page 7

Courants

Publication éditée par la Chambre de commerce et d’industrie de Brest : 1, place du 19e RI, BP 92028, 29220 Brest Cedex 2. Tél. 02 98 00 38 00. Mél. courants@cci-brest.fr Sous la responsabilité de : Michel Gourtay - Président du comité de rédaction : Michel Guyot - Responsable de la rédaction : Blandine Kermarec Coordination et secrétariat de rédaction : Christelle Hall Rédaction : Catherine Croze et Christelle Hall. ISSN : 0981-9282. Dépôt légal à parution - Conception graphique-réalisation : Basilic Communication - Publicité : Gédéon Marketing. Tél : 02 98 44 66 02. Tirage : 10 058 exemplaires

mars-avril-mai 2009

Le Sage marie économie et écologie

Stage 6 jours pour entreprendre

Nos conseils, suivant votre score  >Moins de 4 réponses «  oui  »  : rendez-vous aux ateliers du forum de la création-reprise >Au moins 7 réponses « oui » : rendez-vous avec un professionnel de la création-reprise

2• Disposez-vous d’une étude de marché pour construire ou affiner votre projet ? Oui Non

Vous avez un projet de création ou de reprise d’entreprise ? La CCI de Brest vous propose d’assister à une réunion d’information gratuite, le Matin Créateur (étude de l’idée, méthodologie de la création, aides techniques et financières…). Participation gratuite mais inscription obligatoire. Accueil de l’entrepreneur (CCI). 02 98 00 38 73 @ accueil.entrepreneur@cci-brest.fr

30 mars au 16 février, 15 au 22 juin

Voici un quiz dont les résultats pourront vous aiguiller pendant ce forum. 1• Possédez-vous une expérience professionnelle ou une formation ayant un rapport avec votre projet ? Oui Non

Matin Créateur

chambre de commerce et d’industrie de Brest

© Air Breizh Services

A

vec l’émergence de nouveaux textes législatifs (auto-entrepreneur, micro-entreprise…), créer son entreprise semble à la portée de plus en plus de Français. Semble, car monter sa boîte, recruter, se développer et durer, nécessitent un minimum de connaissances, n’en déplaise à ceux qui voudraient se lancer sans préparation parce qu’ils tiennent une idée. Pour guider les aspirants créateurs, les professionnels de la création-reprise d’affaires se regroupent pendant deux jours au Quartz, les vendredi 24 (10h-19h) et samedi 25 avril (9h-16h30). Des ateliers pratiques et un salon

…de la CCI 23 AVRIL, 14 MAI, 4 et 25 JUIN

Le schéma d’aménagement et de gestion des eaux du bas-Léon s’ouvre aux professionnels pour garantir la qualité de la ressource de ce territoire aux activités plurielles.

P

our préserver la qualité des eaux, des règles précises ont été édictées au niveau européen, permettant de gérer de manière équilibrée eau et milieux aquatiques. Ces règles se déclinent en schémas d’aménagement et de gestion des eaux (Sage) à l’échelle des bassins versants. Chaque Sage est piloté par une commission locale de l’eau, constituée de représentants des collectivités territoriales (50 %), des usagers dont la CCI (25  %) et de l’État (25 %).

Portée juridique Après les Sages de l’Élorn et de l’Aulne, c’est au tour du basLéon d’être l’objet de toutes les attentions. Ce schéma, qui doit être prêt dans 4 ans, aboutira à deux principaux documents de référence  : le plan d’aménagement et de gestion durable (PAGD) et le règlement. Ces derniers auront une valeur juridique  ; ils seront opposables aux usagers et devront être compatibles avec toute décision administrative. D’où la volonté de la commission de l’eau de

mettre la concertation au cœur de sa réflexion.

Phase de concertation Aujourd’hui, le Sage du basLéon entre dans sa première phase, celle de la collecte de données qui permettront de réaliser un état des lieux de la qualité des eaux. L’agence de l’eau, Ifremer, la CCI… sont sollicitées. «  La principale difficulté d’un Sage est de satisfaire l’ensemble des usagers, tout en préservant l’environnement et la dynamique économique  », commente Valérie Lasquellec, conseillère environnement à la CCI de Brest. Ce Sage doit en effet prendre en compte la diversité des activités s’y côtoyant. Agriculture, industrie, conchyliculture et tourisme se partagent les 950 km2 d’un territoire pluriel étendu sur 4 bassins versants : Aber-Wrac’h aval et Aber-Benoît  ; Aber-Wrac’h amont  ; Kermorvan et Quillimadec. C’est dire l’importance de cette phase de concertation. Trois groupes de réflexion  (espace rural et urbanisé, littoral

et estuaire, milieux naturels) planchent actuellement sur des sujets aussi variés que les économies d’eau, les rejets ou encore la prévention des risques. «  Les entreprises ont intérêt à participer à la démarche, à prendre part aux réunions pour exposer leurs contraintes techniques, discuter des orientations avec leurs partenaires. Car ces groupes formuleront des propositions auprès de la commission locale de l’eau », souligne Valérie Lasquellec. «  On constate que les entreprises sont attentives à la protection de l’environnement. Beaucoup ont déjà fait des efforts. Ce Sage va dans le sens de la poursuite de ces efforts. » Pascal Tinard, directeur des carrières Lagadec, abonde dans ce sens. « J’ai choisi de rejoindre un groupe de travail du Sage du bas-Léon  parce que je me sens concerné et que je souhaite y jouer un rôle. »

Repères La loi sur l’eau de 1992, confirmée par une directive européenne de 2000, fixe à l’horizon 2015 des objectifs ambitieux en termes de qualité de l’eau et de protection de la ressource.

Bas-Léon • 58 communes littorales et rurales • 125 000 habitants • 950 km2 • 4 bassins versants

Valérie Lasquellec (CCI) 02 98 00 38 18

Quel est le rôle de la CCI dans la commission locale de l’eau ? H-M. P.  : La CCI de Brest est mandatée pour y représenter les industriels. Notre mission consiste à faire en sorte que la problématique de ces entrepreneurs soit prise en compte. Face à des interlocuteurs tels que les agriculteurs, les conchyliculteurs ou les associations écologiques, nous cherchons à placer le débat sur des bases équitables. Il n’est pas question de minimiser l’impact de l’industrie sur l’environnement, ni de dire que ce secteur d’activité ne peut pas améliorer ses pratiques, mais de montrer que des efforts ont été faits. Nous proposons par exemple une visite des installations industrielles. C omment sensibiliser les entrepreneurs du bas-Léon à la qualité de cette ressource ? H-M. P. : La CCI les a conviés à une réunion d’information sur le Sage en novembre. Nous les invitons aussi fortement à participer aux réunions des groupes de réflexion. L’essentiel est de leur fournir le maximum d’éléments leur permettant de mieux connaître l’historique de ce secteur. Ces connaissances sont indispensables pour comprendre la nécessité de préserver la ressource en prenant les bonnes décisions. C omment aider les entreprises à améliorer la gestion du cycle de l’eau ? H-M. P.: Nous mettons à leur disposition une source d’information permanente et aussi riche que possible. Nous avons par exemple édité un guide des bonnes pratiques qui donne des conseils dans des domaines tels que le recyclage, le captage des eaux pluviales ou encore la diminution des rejets. Ce guide est illustré d’exemples concrets d’entreprises ayant investi dans de nouvelles installations. Elles ont ainsi réussi à réduire leur consommation d’eau ou à limiter leurs rejets.

Ce printemps et cet été, les vols vacances se dispersent aux quatre coins de la planète et les vols réguliers renforcent leurs positions.

Où passerez-vous vos vacances ?

Vols vacances Après Agadir, Athènes et Larnaca en 2008, quatre nouvelles destinations font leur apparition  : Fuerteventura, Rhodes, Burgas et, surprise du chef, la République dominicaine (lire ci-contre). Commençons tout à l’est  : Antalya en Turquie vous séduira par son golfe avec vue sur Chypre, à raison d’un départ le lundi jusqu’au 26 octobre. Chypre justement est à nouveau programmée cette année avec Larnaca le lundi 25 mai, 1er juin, 21 septembre et 26 octobre. Un peu plus au nord, après Varna il y a deux ans, la Bulgarie met en avant Burgas, port ayant vue sur la Mer Noire, pour un départ unique le vendredi 22 mai. La Grèce est très bien représentée cette année avec huit départs pour Athènes, le mardi, du 21

avril au 30 juin, ainsi que deux vols par semaine pour Héraklion, le lundi, du 6 avril au 28 septembre, et le jeudi du 2 avril au 22 octobre. Sans oublier la mythique Rhodes, proposée le 3 juin et le 6 septembre. La Croatie reste une belle destination avec Dubrovnik ou Pula, le lundi, les 25 mai, 1er juin, 21 septembre et 26 octobre. En France, Ajaccio fait le plein à chaque vol. Il est prévu un vol direct le samedi du 4 avril au 10 octobre. Plus au sud, l’Espagne vous offre son sud chaleureux avec Malaga en Andalousie, le samedi, du 4 avril au 27 juin, puis du 5 septembre jusqu’au 3 octobre. Et s’il vous prend l’envie de descendre plus au sud encore, Les Baléares vous offrent ses îles d’Ibiza, le samedi du 11 avril au

26 septembre, et de Majorque. L’offre passe à deux vols par jour sur Palma de Majorque, du 1er avril au 28 octobre. Au sud-ouest, Les Canaries restent d’actualité avec Tenerife mais aussi, en nouveauté, Fuerteventura, tous les samedis jusqu’au 18 avril. De l’autre côté de la Méditerranée, profitez, au Maroc, soit de Marrakech avec deux vols par semaine le jeudi toute l’année et le dimanche jusqu’au 1er novembre, soit d’Agadir, le jeudi du 9 avril au 5 novembre. Alternez les plaisirs avec la Tunisie qui se décline entre Djerba, le dimanche jusqu’au 1er novembre et le lundi jusqu’au 26 octobre, et Monastir le lundi jusqu’au 26 octobre. L’Afrique de l’ouest vous ouvre ses portes avec Dakar, au Sénégal, le jeudi jusqu’au 16 avril.

Vols réguliers

À l’ouest, l’Angleterre revient en force  : Birmingham (2 vols/ sem.), Exeter (3 vols/sem.), Southampton (4 vols/sem.) et Manchester (3 vols/sem.) avec Flybe, ainsi que Londres Luton (3 vols/sem.) avec Ryanair. L’Irlande se visite également par Dublin (2 vols/sem.), avec Ryanair qui augmente ses capacités sur Marseille désormais accessible tous les jours. Air France programme Lyon tous les jours, Paris-Orly et Roissy aussi en quotidien et Nice (2 vols/ sem.). Bordeaux est desservi tous les jours hors week-end par Airlinair et Toulon (3 vols/sem.) par Jetairfly. Reste Ouessant relié tous les jours au continent par le ciel avec Finist’Air. @

www.brest.aeroport.fr

chambre de commerce et d’industrie de Brest

DR

Un forum pour faire le premier pas

les rendez-vous…

© SIMON COHEN

Pour la seconde fois, la chambre de commerce et d’industrie et Brest métropole océane organisent le forum de la création-reprise d’entreprise. La chambre de métiers s’associe à l’évènement.

La République Dominicaine

est programmée pour la première fois en vol direct de Brest. L’unique départ vers Punta Cana est programmé le 2 mai, en A 330, à 15h55 de Brest (une centaine de places disponibles). Hébergement en hôtel 5*, 9 jours/7 nuits. Retour prévu le 10 mai. Réservation dans toutes les agences de voyages.

Courants mars-avril-mai 2009

3


FOCUS

FOCUS

le cadre de l’association CCI 29, comme le tourisme de découverte économique, l’environnement (ex : charte des bonnes pratiques de gestion des déchets du BTP), l’international (ex  : organisation avec le conseil général du Finistère de déplacements collectifs dans des salons internationaux). Ex : La CCI participe à la cellule de vigilance départementale mise en place par la préfecture dans le cadre de la crise économique. Les 3 CCI finistériennes et l’association Investir en Finistère, qu’elles ont créée avec le Crédit Agricole et le CMB-Arkéa, sont particulièrement mobilisées auprès de l’État sur le dossier TGV Bretagne à 3 h de Paris.

> Sur la circonscription de la CCI, les

Ex : La CCI de Brest fait partie avec BMO de la SemTram, société d’économie mixte en charge de la réalisation du tramway (voir ci-contre). Elle a également alerté BMO sur les problèmes de ressources foncières que connaissent les entreprises. Elle intervient dans les commissions locales de l’eau dans le cadre de la préservation des eaux des bassins versants.

© SIMON COHEN

élus ont pour interlocuteurs les mairies, Brest métropole océane et les communautés de communes. Leur action porte sur des projets collectifs de développement et d’animation.

> Au niveau régional, les 8 CCI bre-

> Au

niveau départemental, les CCI de Brest, Quimper et Morlaix mènent des projets en commun dans

Conseiller et accompagner. L’accompagnement des entreprises repose sur des outils développés par la CCI. Toute personne souhaitant créer une entreprise peut se présenter au siège (près de la gare de Brest) où elle sera orientée vers un conseiller en fonction de sa demande. Elle accèdera à la documentation concernant son secteur d’activité, avec CCI Info (ouvert à tout public) et le fichier des entreprises. Elle bénéficiera d’un diagnostic de faisabilité ainsi que de formations

Ex : La CCI est ainsi à l’origine du dispositif Reprendre en Bretagne (conseils, conférences, cycles de formation et bourse électronique). Elle accompagne les entreprises à l’étranger (à Djakarta en février dernier dans le cadre de la Mission Jeanne-d’Arc). Les conseillers de la CCI effectuent environ 4 000 interventions par an en entreprise dans divers domaines (international, ingénierie financière, gestion de production…). Un numéro unique est mis à la disposition des entreprises en difficulté suite à la crise économique. Accueillir les jeunes entreprises. Le créateur peut être hébergé dans une pépinière d’entreprises, animée par la CCI, à Landerneau (Mescoat), Plabennec (Penhoat), Le Faou (Quiella) et Châteaulin. Cet hébergement facilite le démarrage de la jeune entreprise en mettant à sa disposition des services mutualisés (standard, Internet, locaux techniques…). La CCI travaille également avec des associations économiques  qui œuvrent en faveur

Former : la cci leader En France, le réseau des CCI est le second formateur derrière l’Éducation nationale. Sur la région brestoise, la CCI forme chaque année environ 9 000 personnes.

du développement de l’emploi  : Investir en Finistère, Produit en Bretagne, Club de développement durable, réseau Entreprendre, Club des repreneurs d’affaires, Centre des jeunes dirigeants, Entente  des générations pour l’emploi et l’entreprise, Finistère angels…

> L’ESC

Bretagne Brest prépare au management - en formation initiale, alternée ou continue - des chefs d’entreprises, cadres et salariés qualifiés. Elle compte 600 étudiants répartis entre l’ESC Grande École, les mastères spécialisés/3e cycle et le bachelor en management. L’École porte ses efforts sur la recherche, l’international et développe des partenariats avec les grandes écoles et universités étrangères. Son bachelor en management est classé 3e au palmarès national cette année (voir page 7).

Ex : Un espace Entreprises a vu le jour en janvier à l’ESC Bretagne Brest. Il met en réseau les étudiants, les enseignants-chercheurs et les jeunes entreprises à haut potentiel de développement. L’incubateur Produit en Bretagne y a aussi été créé. Analyser. Au département Études/ information économique, les chargés d’études explorent des données économiques pour aiguiller les décideurs et les commissions de la CCI dans leur démarche prospective.

Cefortech

> L’Ifac,

centre de formation des apprentis, prépare à 40 diplômes, du CAP au BTS (avec Sup’Ifac). Plus de 1  700 jeunes sont formés en alternance dans 20 métiers (87 % de réussite en 2008), ce qui en fait un des plus importants CFA de Bretagne. L’Ifac travaille en étroite collaboration avec 4 000 entreprises bretonnes.

Ex : Cette année, une étude sur les services aux particuliers et aux entreprises a donné lieu à une restitution publique. La CCI participe à l’élaboration du Tour des Chiffres, un document de référence sur la conjoncture économique finistérienne, édité chaque année et gratuit. Ce département d’études et le centre de documentation CCI Info établissent aussi une veille documentaire pour le pôle Mer Bretagne, sans oublier sa contribution auprès de l’Agence de développement et d’urbanisme du pays de Brest.

Ex : Les Mercredis de l’apprentissage lui permettent d’accueillir des jeunes gens en orientation. Un projet de Campus des métiers est sur les rails, qui devrait être opérationnel à l’horizon 2013.

Équiper et gérer

> Le pôle Formation continue entreprises forme près de 8 500 dirigeants et salariés. Il adapte ses formations à tous les domaines d’activités, tailles des entreprises et besoins concrets : formations tertiaires, linguistiques, techniques (Cefortech) et en direction des petites entreprises. Ainsi, la formation Technicien des forces de vente, spécialisation industrie et services nautiques a été créé à la demande d’entreprises qui peinent à trouver des commerciaux dans ce domaine.

> Le

pôle Formations professionnelles qualifiantes s’adresse aux demandeurs d’emploi. Il propose des formations déployées au niveau régional. Ce sont des formations longues, qui concernent plus de 200 stagiaires chaque année.

> Le

centre international d’études des langues accueille plus de 800 étudiants étrangers qui viennent apprendre le français. Le Ciel Bretagne met en ligne des exercices de français ludiques et gratuits, adaptés aux affaires et donc disponibles partout dans le monde.

Jacques Kuhn

Président de la CCI de Brest et de CCI 29

J.K.  : Les 148 CCI, en tant qu’établissements publics de l’État, sont concernées par la RGPP, la révision générale des politiques publiques. Dans ce contexte, notre instance nationale,  l’assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI), a imaginé un projet de réforme auquel nous n’avons pas été associés. Le 25 novembre dernier, 108 présidents de CCI et de CRCI ont approuvé une motion de synthèse sur la dite réforme. Je fais partie des 58 présidents qui ont voté contre car il s’agit de régionaliser les CCI en ne créant plus qu’un établissement public régional qui pilotera des CCI territoriales, ce qui implique une perte d’autonomie de celles-ci.  Lors de la dernière assemblée gé-

nérale des présidents de CCI en février, nous avons découvert un projet de loi signé du ministère de l’Économie qui nous a catastrophés : il crée 22 CCI régionales qui définissent la politique du réseau, fixe les budgets et emploie tout le personnel de droit public des CCI territoriales. Nous ne deviendrions que de simples antennes. Toutes les études juridiques faites à ce jour sont unanimes pour dire que de telles CCI territoriales sans budget ni personnel sont juridiquement impossibles comme établissements publics et seraient même à leur avis anticonstitutionnelles. Même parmi les 80 présidents (hors CRCI) ayant voté en faveur de la synthèse en novembre, beaucoup ont été interloqués. Nous avons été trompés  ! Le 14 avril prochain, malgré les réticences de l’ACFCI, nous devrons voter pour ou contre ce scénario parisien hyper centralisateur, qui vise à détruire le réseau consulaire que nous connaissons. Espérons qu’il y aura à ce moment une prise de conscience

Chambre de commerce et d’industrie de Brest

d’une majorité de présidents pour rejeter ce projet. Une action est actuellement en cours avec le soutien de nombreux députés pour éviter qu’il ne passe en l’état. Il n’est pas impossible que des recours soient aussi engagés. La région brestoise et le Finistère ne doivent pas perdre leurs centres de décisions au profit d’un nouveau centralisme régional. Sinon après les CCI, à qui le tour... ?

Qui décide quoi ?

© SIMON COHEN

Pourquoi la CCI de Brest s’oppose-t-elle à une centralisation du pouvoir de décision des CCI dans un établissement régional ?

4 Courants mars-avril-mai 2009

Ex : Elle est l’une des premières de France à avoir mis en place, avec Brest métropole océane, la charte d’urbanisme commercial, complétée depuis par d’autres engagements avec les communautés de communes. Objectif  : préserver un équilibre entre les différentes formes de commerce. L’opération «  J’aime ma ville et ses commerces  », organisée en 2004, 2006 et 2008, valorise le commerce de proximité.

auprès de l’Espace Entreprendre, et sera accompagnée tout au long de la maturation de son projet. Le centre de formalités des entreprises effectuera les formalités de dépôt de statut et de transmission des données légales aux administrations. Elle pourra être hébergée dans les pépinières d’entreprises.

© SIMON COHEN

<question à>

tonnes sont capables de se mobiliser en faveur de l’économie bretonne dès que celle-ci est malmenée. Ce fut le cas en février dans le cadre de la taxe Borloo (voir ci-contre).

Garante de l’équilibre commercial. La CCI appuie les groupements professionnels et unions commerciales (sur la circonscription). Elle doit aussi rendre un avis sur les dates des soldes, les autorisations de vente au déballage, l’ouverture des commerces le dimanche, etc. Elle a mis en place deux observatoires  concernant le commerce et les baux et loyers commerciaux.

Statut. Établissement public de l’État (régi par la loi d’avril 1898) Ministères de tutelle. Économie et Finances, Industrie, Éducation nationale. Salariés. 551 Établissements ressortissants. 11 000, également électeurs à la CCI Budget 2009 : 64,39 M€ dont 15,06 M€ d’investissements (AG de novembre 2008). Signe particulier  : se classe à la 9e place des 148 CCI françaises en termes d’importance. Champ d’action : sa circonscription équivaut à près de 1/3 du Finistère en superficie, soit presque la moitié en population ; 380 000 hab. sur 830 000 ; 105 communes.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

• La CCI de Brest est une assemblée composée de 34 membres titulaires. Depuis novembre 2004, ils sont élus dans leur totalité au suffrage universel à un tour (par correspondance ou électronique) pour 5 ans. Cette assemblée générale, organe délibérant souverain, fixe les orientations de la CCI, votant notamment le budget et les ressources – y compris fiscales – qui y correspondent. Ses orientations sont mises en œuvre sous le contrôle du président, Jacques Kuhn, assisté de Michel Gourtay, directeur général. Les prochaines élections se tiendraient en juin 2010. • 15 membres composent le bureau, qui soumet les grandes orientations à l’assemblée générale (un président, 6 viceprésidents - Industrie, Commerce, Formation, Équipements, Ports, Tourisme - un trésorier et son adjoint, un secrétaire et 5 assesseurs). • L’action du bureau est renforcée par l’existence de 12 commissions. Elles préparent les travaux de l’assemblée générale et du bureau. • Le fonctionnement quotidien des CCI et des équipements, écoles et centres de formation qui en dépendent, est assuré par des professionnels salariés.

Aménageur… La loi de 1898 autorise les CCI à gérer les ports et voies navigables et celle de 1933, les aéroports. À ce titre, l’État les consulte en matière de transports routier, ferroviaire, fluvial ou aérien. La CCI participe non seulement à la définition de projets régionaux de création ou d’extension d’infrastructures, mais intervient aussi auprès des collectivités locales et de l’État pour le choix des investissements, l’élaboration et le suivi des contrats de plan État-Région. …Et gestionnaire d’équipements. Aéroport. En charge de l’aéroport depuis les années 1930, concessionnaire officiel depuis 1961, elle tire les ressources nécessaires à son activité des redevances perçues lors des diverses opérations (atterrissage, stationnement…). La CCI envisageait depuis le début des années 80 la construction d’une nouvelle aérogare (voir ci-contre). Les ports. Le port de commerce de Brest a été créé en 1859, à l’initiative notamment de la chambre de commerce. Celle-ci en a la gestion officielle depuis 1881. Elle gère l’activité commerciale, la réparation navale, la pêche, les ports de L’Aber-Wrac’h (pêche,plaisance), Lanildut (algues) et Le Conquet (pêche). Elle installe, exploite et entretient les équipements : outillage, magasins, bureaux… Elle finance son activité par les droits de port qu’elle perçoit auprès des armateurs et les locations d’équipements auprès des clients utilisateurs du port. Elle loue ainsi les formes de radoub et l’outillage à la réparation navale tout en assurant l’entretien des formes et quais. Sa puissance financière alliée à sa capacité à se projeter sur de longues périodes, a permis l’émergence d’équipements décisifs pour l’avenir de la pointe bretonne.

© BMO

Force de proposition. La CCI représente l’intérêt des entreprises du commerce, de l’industrie et des services, en faisant entendre leurs voix auprès des pouvoirs publics et des collectivités locales. Elle formule des propositions d’actions en faveur des entreprises et du développement du bassin d’emplois. Les élus de la CCI figurent en première ligne dans cette mission. Ils relaient les préoccupations des chefs d’entreprise à trois échelons :

Agir pour le développement des entreprises et des emplois

Héritières des corporations de métiers, les chambres de commerce deviennent de véritables représentantes du négoce à partir de 1832, sous Napoléon 1er. Un décret du 3 septembre 1851 les déclare ensuite « établissements d’utilité publique » et la loi du 9 avril 1898 impose ce statut original qui leur est propre. Lorsque naît la chambre de commerce de Brest en 1851, le réseau des CCI s’étend à un peu plus d’une quarantaine de villes en France. Aujourd’hui, il en existe 148, un chiffre en baisse puisque certaines ont opéré et opèrent des fusions dans le cadre d’une modernisation entamée il y a quelques années.

© SIMON COHEN

Défendre les intérêts des entreprises et du territoire

• Voyage autour de la Chambre, 1851-2001, Renée le Gall, CCI de Brest, réédition 2004. • Rapport d’activités de la CCI de Brest, édité tous les ans et disponible sur www.cci-brest.fr • CCI Mode d’emploi, téléchargeable sur www.cci-brest.fr

> Une équipe sur les rails

La CCI anime un groupe de travail composé des unions commerciales et des groupements situés sur la future ligne du tramway. Réunis deux fois par mois, ils analysent ensemble les propositions de la SemTram afin de formuler des observations, des questions ou des propositions argumentées sur l’avant-projet, la circulation, le stationnement... Elle édite une lettre d’information aux 1 900 entreprises concernées par le tracé du tramway. Une nouvelle conseillère complète depuis peu l’équipe de conseillers CCI dédiée à ce chantier d’envergure, qui débutera en juin pour s’achever en 2012.

© SIMON COHEN

Le projet concocté par l’ACFCI en novembre dernier a été contesté d’emblée par 58 chambres de commerce et d’industrie sur 148, dont celle de Brest. Toutes dénoncent un projet qui aura comme conséquence le rattachement de tous les établissements à une CCI régionale omnipotente. Au final, la CCI de Brest, comme toutes les autres, perdrait son autonomie financière, son personnel et donc sa capacité à prendre des décisions (voir Question à Jacques Kuhn ci-dessous). Une politique centralisatrice inquiétante pour des territoires comme celui de la région brestoise, excentrée et engagée dans un projet métropolitain. Pour comprendre ce qui pourrait se passer, voici quelques exemples des missions et réalisations de votre CCI. Elle se compose de quatre facettes, toutes reliées par un tronc commun : contribuer à l’essor économique de son territoire auquel elle est foncièrement attachée.

Les faits marquants

> Taxe Borloo. Un mouvement régional

Plus d’un millier de chefs d’entreprise et de représentants du monde économique bretons, dont l’ensemble des CCI bretonnes, ont manifesté le 4 février au péage de La Gravelle pour protester contre la taxe Borloo sur le transport routier de marchandises. Au terme d’une réunion avec les représentants du gouvernement, il a été décidé de procéder à une analyse commune du contexte breton. Des propositions seront faites au Premier ministre le 15 avril. La CCI de Brest est une des forces motrices de ce mouvement régional, la périphéricité du Finistère expliquant la double pénalité que constituerait cette taxe sur l’économie départementale.

Forme 1 avant travaux.

Ex : La délégation de service public de l’activité commerce du port de Brest vient d’être attribuée à la CCI de Brest pour 10 ans par la Région. La chambre de commerce a porté pendant 10 ans le projet de modernisation de la première forme de radoub brestoise. Après de nombreuses transformations effectuées dans le respect du patrimoine, elle sera opérationnelle cette année.

© SIMON COHEN

Développer l’économie de son territoire

Pour en savoir plus

© Ivan Breton

Les CCI, établissements publics de l’État, sont concernées par la révision générale des politiques publiques. Un projet, mené par son organe de représentation, l’assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie, veut régionaliser le pouvoir de décision des CCI. À Brest, cette vision de l’avenir ne passe pas.

> Nouvelle aérogare. Une raie Manta aérienne

Les superlatifs ne manquent pas pour qualifier la réussite architecturale de la nouvelle aérogare du premier aéroport breton. Cet équipement fait la fierté des habitants de la moitié occidentale de la région tout en communiquant, auprès des visiteurs, une identité maritime contemporaine. Le trafic a augmenté de 3,1 % l’an passé avec 888 626 passagers. L’aérogare est dimensionnée pour faire face à 1,4 million de passagers. La CCI, maître d’ouvrage des travaux, en a la gestion.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Courants mars-avril-mai 2009

5


Suivre une formation

Le réseau Entreprendre en Finistère a pris ses quartiers à la CCI de Brest au début de l’année. Objectif : pérenniser les entreprises nouvelles grâce à un soutien individualisé et financier.

> Tourisme

Entreprendre : un réseau pour « créer des employeurs »

> Fram fête « 60 fois plus de plaisir ». Pour ses 60 ans, le voyagiste Fram veut miser sur les séjours à la carte. Il met l’accent sur ses hôtels-clubs. Dernier en date : Les Jardins de l’Agdal, à Marrakech, premier Framissima 5 étoiles classé Premium. Coût de l’investissement : 25 M€. Cette nouvelle génération d’établissements Fram sera étendue en Crète, Tunisie, Hôtel Premium 5 étoiles - Les Jardins République Dominicaine.Le de l’Agdal, Marrakech (C. Hall) tour-opérateur français se lance aussi sur le Mexique, la Réunion et l’Ile Maurice. Autre nouveauté  : un catalogue réservé exclusivement à la France, contexte économique oblige. Le voyagiste veut implanter le label Framissima dans le pays. Et pour les budgets en repli, l’offre duo (1 € de plus pour le second voyageur) s’élargit avec le trio et le quatro pour les familles.

I

UN APPUI PRÉCIEUX Anne Hampton sillonne les routes du département à la recherche de nouveaux adhérents, mus à la fois par un désintéressement financier et une vraie préoccupation pour les bassins d’emplois, «  des personnes qui misent sur la pérennité des entreprises mais aussi sur une jeu-

6 Courants

> Formations techniques. Cefortech, 20, rue Jean-Charles Chevillotte,

> Formations linguistiques. Ciel, rue du Gué-Fleuri, Le Relecq-Kerhuon 02 98 30 45 80 @ www.formation.cci-brest.fr

> Formation professionnelle continue : tertiaires 02 98 30 45 75, techniques 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

> ESC (cycles formation continue et mastères/3e cycle). 02 98 34 44 44 @ www.esc-bretagne-brest.com

demandeur d’emploi 26 ans

> ESC (cycles formation continue, mastères/3e cycle). 2, avenue de Provence, Brest 02 98 34 44 44 @ www.esc-bretagne-brest.com

nesse formée qui doit bien souvent chercher du travail ailleurs. » Ces détecteurs de talents rencontrent le porteur de projet en face-à-face pour évaluer leur capacité à créer entre cinq à dix emplois en cinq ans. Et à la suite d’un comité d’engagement, si la réponse est favorable, il peut bénéficier d’un prêt à taux zéro de 15 000 à 50 000 €, remboursable sur 5 ans avec différé de 12 mois. « Cette somme sert de levier auprès des banques. Toutefois, notre force, c’est l’accompagnement, grâce auquel 85 % des entreprises du réseau survivent passé cinq ans. » La

première entreprise lauréate 2009 du Finistère, S2P (reprise par Jean-Louis Marot, ex-Sobrebat Ravalement) bénéficie d’un apport de 35  000 € et va rejoindre un club d’entreprises où l’objectif est de dénouer des problèmes quotidiens. Tous les domaines d’activité peuvent bénéficier du soutien du réseau  : il suffit de partager des valeurs qui replacent l’homme au centre des projets.

* Témoignage sur Web TV, réseau Entreprendre Nord.

> Construction > Trécobat à Kergaradec. L’agence brestoise de Trécobat a dé-

ménagé mi-février de Lambézellec pour intégrer un espace de 450 m2 à Kergaradec. Le groupe, dont le siège est à Lannilis depuis sa création en 1972, envisage la construction de 250 maisons sur BMO, dont 15 % en ossature bois par sa filiale Maisons Nature Bois. Il a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 115 M€ et emploie 320 personnes.

> Une Web TV équitable. Pop-Korn, agence brestoise qui se dé-

finit dans la communication équitable, a lancé il y a un an une Web TV sur www.epi-tv.fr ainsi qu’un « web-zine » sur www. epi-mag.fr. « Nous faisons appel aux associations de développement durable qui peuvent se servir de ces outils pour faire la promotions de leurs actions  », explique Cédric Bescond, l’un des trois associés de l’agence. « Il suffit de nous envoyer des contenus écrits ou vidéos et nous nous chargeons de les mettre en ligne dès lors que le propos suit notre fil conducteur, à savoir faire émerger des modes alternatifs de penser et d’agir. »

INDICATEUR L’emploi cadre en Bretagne : une année de repli L’association pour l’emploi des cadres (Apec) a réalisé une étude inédite sur les prévisions de recrutements de cadres à cinq ans. On assisterait ainsi en 2009 à une chute du recrutement des cadres à hauteur de - 17 %. Puis, la période 2010-2012 correspondrait à une période de quasi-stagnation des recrutements, avec des niveaux proches de ceux enregistrés en 2002, après l’éclatement de la « bulle Internet ». La reprise n’interviendrait qu’en 2013, avec, selon l’Apec, le recrutement de 190 000 cadres en France. En Bretagne, le recrutement des cadres devrait reculer de 11 % cette année. Ceux qui exercent une fonction informatique seraient les plus recherchés, devant les commerciaux et la recherche-développement. Au niveau des secteurs, les services seraient les plus porteurs, avec 69 % des opportunités, juste derrière le commerce et l’industrie, selon l’enquête de l’Apec. Les cadres débutants seraient les plus touchés par la crise. Toutefois, les entreprises du Finistère seraient les plus optimistes de la région : 9 % prévoient d’augmenter la taille de leur effectif cadre (contre 6 % au niveau breton), alors que 3 % envisagent de le réduire (contre 6 % en Bretagne). Enquête réalisée sur 11 000 entreprises des 4 départements, soit 2 millions de salariés dont 340 000 cadres, entre le 2 novembre et le 20 décembre 2008.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

> ESC Grande Ecole. 2, avenue de Provence Brest 02 98 34 44 44

concours ou examen

Objectifs. Cette formation d’une journée permet d’apprendre à défendre un projet devant un responsable hiérarchique, un jury d’examen ou de concours. Il s’agit de maîtriser à la fois son discours, ses émotions et son attitude en faisant ressortir sa personnalité. Au programme. Le stage fait un tour d’horizon des règles de base de la communication (prise d’espace, gestuelle, outils pour mieux communiquer…) puis aborde la préparation de son entretien (règle du jeu, improvisation, chasse aux imprécisions…). Il faut aller vite à l’essentiel ! Les exercices en situation réelle permettent de s’habituer au respect des contraintes de l’oral et font rapidement apparaître quelques défauts de méthode faciles à corriger ultérieurement.

> 10 ans de fête gastronomique. Le groupement des restau-

rateurs pointe Bretagne fête ses 10 ans d’existence cette année. Différents rendez-vous seront détaillés sur leur site internet. Le guide commun à ces 50 professionnels sera lancé officiellement le 20 avril, à l’Hostellerie de la pointe St-Mathieu à Plougonvelin. Les restaurateurs vous inviteront aussi à fêter la St-Yves, patron des juristes, des avocats et surtout de la Bretagne. Pour cela, ils mettront au menu un plat breton, du 19 au 24 mai prochains. @ www.restaurateurs-pointe-bretagne.com

> Sup’Ifac (BTS en alternance). 11, rue Yves-Giloux, Brest 02 29 00 60 21 @ www.ifac.cci-brest.fr

> Préparer l’oral d’un entretien,

Durée du stage. Une journée. Date. 7 avril © SIMON COHEN

À ce jour, six employeurs finistériens s’investissent dans le réseau  : Sotraval, Access Intérim, Enag, J2 Reliance, Sofinco Bretagne, DCNS et Forventor. Le fonds des prêts est alimenté par la Région Bretagne, la Caisse des dépôts et consignations, les quatre Départements, la fondation Guyomarc’h.

> Ifac (Centre de formation des apprentis). 11, rue Yves-Giloux, Brest 02 29 00 60 60 @ www.ifac.cci-brest.fr

Une formation, un métier

acquis 12 agences du groupe Wasteels en Belgique, mi-janvier. Au total, l’entreprise de Pont-de-Buis emploie 729 personnes (dont 53 en Belgique) et a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 175 M€.

> Communication

mars-avril-mai 2009

> Formations tertiaires. Rue du Gué-Fleuri, Le Relecq-Kerhuon 02 98 30 45 75 @ www.formation.cci-brest.fr

> Vous êtes

> Salaün Holidays se renforce en Belgique. Le groupe Salaün a © JEAN HIN

l comptabilise 20 emplois nouveaux en France par jour et affiche l’ambition positive en ces temps de crise, de parvenir à 50 emplois nouveaux par jour d’ici à 2015. Qui est-il donc ? Il s’agit du réseau Entreprendre, fondé en 1986 par André Mulliez, président de Phildar, traumatisé par son dépôt de bilan qui laissa 800 salariés sur le carreau* : « J’ai dû casser de l’emploi, je vais créer de l’emploi et pour cela, il faut créer des employeurs  !  » Ce modèle économique original a essaimé dans toutes les régions  : 40 associations appartenant à la fédération maillent le territoire, dont celle toute récente du Finistère. «  Le réseau s’implante dans les territoires où des chefs d’entreprise sont prêts à s’engager bénévolement auprès de créateurs  », explique Anne Hampton, coordinatrice du réseau pour le Finistère. «  Notre charte indique clairement que ces accompagnateurs ne doivent pas prendre la moindre participation dans les entreprises conseillées, à la différence des business angels qui peuvent intervenir en complément. Il se base aussi sur la réciprocité : celui qui a été soutenu aidera demain. »

> Vous êtes salarié(e)

> Vous avez moins de

zone industrielle portuaire, Brest 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

Contact et inscriptions : Simone Ellégoët (CCI). 02 98 30 45 74 @ www.formation.cci-brest.fr

Le bachelor en management de l’ESC est classé 3e du palmarès national, un plus pour Mickaëlle (à droite) et Alexis, entourant leur marraine Stéphanie Barreau.

Les étudiants en bachelor en management à l’ESC Bretagne Brest peuvent désormais opter pour la voie de l’apprentissage.

Apprenti-manager, une voie vers l’emploi

L

a formule équilibrée de l’alternance école-entreprise s’applique maintenant au bachelor en management de l’ESC Bretagne Brest. À l’issue d’une première année de cours, les étudiants signent un contrat d’apprentissage avec une entreprise. Ils poursuivent leur formation au rythme d’une semaine à l’école et de trois semaines chez l’employeur pendant les deux années suivantes. Fortuneo, filiale du CMB-Arkéa spécialisée dans la vente en ligne de produits financiers et boursiers, a pris sous son aile deux de ces étudiants. Mickaëlle, jeune femme de 19 ans et Alexis, 23 ans, ont rejoint dès leur arrivée l’open-space dédié

à l’équipe des conseillers clientèle. « Notre objectif est de valoriser leur travail en les traitant comme des salariés à part entière, tout en les guidant dans leur apprentissage », explique Stéphanie Barreau, la responsable du service. « Ils passent les mêmes épreuves de recrutement que les autres, bénéficient des mêmes formations. La seule différence, c’est qu’ils ont chacun une « marraine » chargée de travailler avec eux. À terme, ce que nous souhaitons, c’est les titulariser. »

Un plus sur le CV Mickaëlle et Alexis se sont immédiatement intégrés à l’équipe. « On est chouchouté », sourient-ils. Pour

CONDITIONS D’INSCRIPTION

L

e bachelor en management programme d’administration des entreprises est un diplôme de niveau L, visé par l’Etat, qui forme des cadres directement opérationnels. Il peut se préparer entièrement à l’ESC ou en alternance (pour les 2e et 3e année). Il est accessible aux bacheliers, toutes filières confondues. Après le bachelor, ils sont naturellement bien placés pour candidater à leur entrée en 2e année du programme ESC Grande école pour obtenir un master. Les inscriptions sont soumises à la présentation d’un dossier d’admissibilité, suivie d’épreuves écrites. Les étudiants en alternance ont un statut d’apprenti. Ils perçoivent une rémunération située, selon l’âge, entre 61 et 78 % du Smic. Frais de scolarité pris en charge par l’entreprise. Martine Troussel (ESC). 02 98 34 44 43 - @ martine.troussel@esc-bretagne-brest.com

Mickaëlle, qui a démarré son bachelor après le bac et souhaite entrer rapidement dans la vie active, l’occasion est trop belle de découvrir un vrai métier. « La banque, ça ne me tentait pas spécialement, mais plus j’approfondis mes connaissances, plus ça m’intéresse. De plus, j’acquiers une expérience professionnelle tout en suivant à l’école des cours dans des matières générales. » À l’issue de sa formation, la jeune apprentie aura donc à la fois en poche un diplôme de niveau licence et deux années d’expérience : un bagage bien rempli pour bien démarrer une carrière.  

>

L’Ifac prend un coup de jeune. Nouvelle orientation, nouvelle communication et bientôt, un nouveau campus : l’Ifac, centre de formation d’apprentis de la CCI, cherche à répondre au plus près aux attentes des jeunes en quête d’orientation. Il lance une nouvelle campagne de communication pour intéresser les adolescents aux 20 métiers qu’il propose. L’établissement – l’un des plus importants de Bretagne – renouvelle son opération de découverte Les Mercredis de l’apprentissage du 4 mars au 3 juin, dès 14h. Un site internet renouvelé verra aussi le jour très prochainement. Ifac. 02 29 00 60 00

>

22 et 29 avril : l’Ifac donne rendez-vous au Bij. L’Ifac fera une matinée d’intervention au Bureau information jeunesse de Brest, 4 rue Augustin-Morvan, de 9h à 12h. Il présentera, le 22 avril, les métiers de l’hôtellerie, de la restauration et de l’alimentation, puis le 29 avril, les métiers de l’automobile, du commerce et de la vente. Ifac. 02 29 00 60 60

>

Formation continue, VAE, les nouveautés de 2009. Le catalogue des formations continues pour les salariés, managers et chefs d’entreprise est disponible. Il se partage en quatre grandes thématiques  : informatique, langues, techniques et tertiaire. Chaque année, il s’enrichit de nouveautés en fonction des besoins des entreprises mais aussi de l’actualité. Un autre catalogue est disponible pour les PME et TPE de moins de 10 salariés. Il met en avant les formations dans les domaines du commerce, de l’artisanat et des prestations de services. Vous pouvez vous procurer ce catalogue auprès du pôle Formation continue entreprises de la CCI (02 98 30 45 78) ou consulter le site internet : www.formation.cci-brest.fr

>

Logement des jeunes : une bourse de colocation en ligne. Le centre régional d’information jeunesse a modernisé son site internet en faveur du logement des jeunes et travailleurs mobiles. Il propose une nouvelle bourse de colocation, des offres de location, mentionne les aides pour se loger et dispense des conseils pour choisir son logement. Il comprend également de nombreux liens vers des sites utiles (Caf, Adil etc.). Ce site interactif peut constituer un premier pas dans la recherche d’un logement notamment pour les apprentis (pour les étudiants : www.crous-rennes.fr) @ www.bij-bretagne.com/logement

Vie active ou études

« Ce qui bloque les jeunes au départ, c’est leur manque d’expérience  », souligne Stéphanie Barreau. «  Avec l’alternance, ce n’est plus le cas. Sur un CV, cela peut faire la différence. »  C’est bien l’avis de Alexis qui souhaite toutefois poursuivre après le bachelor  : « J’aimerais d’abord me spécialiser dans la gestion du patrimoine. En tout cas, cette expérience en entreprise sera un atout pour décrocher un premier emploi. »  Reste que mener de front études et pratique n’est pas de tout repos. « Il faut être motivé », reconnaissent les jeunes gens. En contrepartie, la formule permet de financer ses études et d’obtenir une rémunération. Un équilibre qui satisfait étudiants et employeurs.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Courants mars-avril-mai 2009

7


FOCUS Affable et communicatif, le président du directoire de B&B ? Certainement. Georges Sampeur est à l’image de son groupe : soucieux du confort des autres, Français mais aussi Européens. Car sa chaîne hôtelière regarde vers l’est.

Georges Sampeur, l’inventeur de l’« éconochic* »

C

redo, concept, philosophie… Que de qualificatifs employés par le groupe hôtelier B&B pour désigner la direction qu’il a prise en 2003. Racheté à cette date par un fonds d’investissement anglais puis, en 2005, par Eurazéo, une des premières sociétés d’investissement cotées en Europe, il aurait pu se dénaturer. Mais non, B&B, créée en 1990 à Brest par François Branellec, enfonce le clou : il va se développer sans perdre de vue ses valeurs humaines. Cela tient à cœur son président Georges Sampeur.

du groupe. » Et de là, il lui forge de grandes ambitions. Avec l’acquisition de la chaîne Villages Hôtel en 2007, B&B se classe au 3e rang des groupes hôteliers français derrière Accor et le groupe Louvre Hôtels. «  Désormais, nous nous concentrons sur les grandes agglomérations françaises avec des hôtels de 100 à 150 chambres. » Fort de ses assises dans l’Hexagone et appuyé par Eurazéo, B&B s’européanise. Il accélère ses investissements en Allemagne depuis 2007, grâce à son partenaire Tank & Rast (groupe qui gère les services sur les autoroutes allemandes), visant le triplement des établissements, soit 60 unités fin 2010. «  Nous avons des projets en Pologne, République Tchèque, Hongrie et en Italie pour l’an prochain. » Sans oublier des partenariats au Portugal et en Espagne.

« LA PETITE CHAÎNE QUI MONTE »

8 Courants

mars-avril-mai 2009

Entre 1200 et 1300 collaborateurs et associés du réseau Chiffre d’affaires en 2003 : 70 M€ ; en 2008 : 170 M€. Nombre d’hôtels : 178 en France ; 17 en Allemagne. Nombre de chambres en 2008 : 14 000. Objectifs : 17 500 chambres en 2010-2012. «  Nous visons 10 pays, soit 350 hôtels et 350 M€ de chiffre d’affaires en 2013 », précise le président du directoire Georges Sampeur. Construction d’un nouveau siège, à Brest Kergaradec, opérationnel en octobre. Sponsor du Football Club de Lorient.

ÉCONOMIQUE ET CHIC

© SIMON COHEN

Ce Lorientais a débuté sa carrière bas de Siam à Brest, chez Avis. Il y a gravi avec un bac économique tous les échelons des responsabilités internationales. S’ensuit une carrière à Carlson Wagons-Lits, avant d’être repéré à 48 ans par un chasseur de têtes pour mener le groupe hôtelier. «  Je n’avais jamais fait d’hôtellerie mais je sentais un fort potentiel dans cette affaire familiale. Et puis j’ai toujours eu envie de monter ma propre entreprise. » C’est donc à Brest qu’il revient « par hasard ». « J’ai mis 25 ans à remonter la Rue de Siam ! C’est là que sont les racines

Pour se démarquer de la concurrence, B&B joue fin stratège. Pas question d’exporter le dogme français, bien au contraire : « Nous nous adaptons aux cultures des pays : le design, le petit déjeuner, les habitudes sont empruntés aux us et coutumes.  » S’adapter est l’un des fils conducteurs de B&B :

chambre de commerce et d’industrie de Brest

le client doit se sentir chez lui et, surtout, avoir envie de revenir. Pour cela, Georges Sampeur et ses équipes ont fortement misé sur un total relooking de la marque. «  L’hôtellerie économique avait une image dévalorisante dans les années 90, du style la cabane au fond du jardin  ! Nous en avons fait un concept, dit éconochic*, rassemblant nos valeurs : sens de l’accueil, petit déjeuner alléchant, chambre isolée acoustiquement, chaleureuse et munie d’une vraie salle de bain. » Couleurs « olive et chocolat » font aujourd’hui l’identité du groupe, associés à une signature elle aussi repensée  dans un logo rondement dessiné. « B&B, Bed and Breakfast, peut aussi signifier Bonjour et Bienvenue ! » «  L’hôtellerie à prix d’ami  » ne connaît pas la crise, voire en bénéficie, car depuis septembre 2008, le taux de fréquentation des hôtels B&B augmente, côté clientèle d’affaires mais aussi de particuliers. Les week-ends à petits prix s’arrachent sur Internet (25 % du chiffre d’affaires), le nouveau media auquel croit aussi fortement le groupe B&B. * Économique déposée

et chic,

marque


Courants