Issuu on Google+

L’apprentissage s’adapte à la reconversion professionnelle

p.6

© SIMON COHEN

France Business School : nouvelle grande école de management p.3

INVITÉE

FORMATION

© SIMON COHEN

ACTIONS DE LA CCI

Laïta, coopérative internationale du lait (Brest) p.8

N° 140 juin - juillet - août 2012

Édition publicitaire de la C.C.I. de Brest. Le Télégramme, éditions de Brest et Châteaulin du 31 mai 2012.

JOURNAL D’INFORMATION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE BREST

Le Swaensborgh, goélette à huniers (1907) sera l’une des nombreuses vedettes des Tonnerres de Brest.

© DR

Les 20 coups des Tonnerres de Brest à l’affiche Brest. C. Chocolat

Un point C. tout ! Sa signature s’est imposée à Brest et auprès des pâtissiers professionnels : Pierre-Yves Hénaff, chocolatier de l’enseigne familiale C. Chocolat, a rejoint le club international de Relais Desserts (3 membres en Bretagne) en début d’année. Pour son père Christian, également gérant, « cette admission du premier

coup est la reconnaissance d’un travail très intense », accompli depuis l’ouverture de la boutique 6, rue Duquesne en 2006 (suivi de celle de Quimper). Cette renommée décrochée au sommet, l’équipe C. Chocolat tient à la valoriser. Pour cela, une 3e enseigne a vu le jour au 41, rue

Jean-Jaurès, dans un décor ultra contemporain qui sert d’écrin à ses compositions chocolatées, complétées par les gâteaux dits « de voyage » (cakes, financiers). Cette « boutique bijou » située sur la ligne Tram a nécessité 1,6 M€ d’investissement. 20 salariés font tourner l’entreprise autour du quatuor Christian, son épouse, le fils Pierre-Yves et sa sœur AnneClaire, qui a obtenu son Bachelor à l’ESC Bretagne Brest. « Nous avons agrandi le laboratoire, qui fait 200 m2 et est visible par les clients de la rue Duquesne. Nous possédons

les machines, avons des pâtissiers motivés et nous fabriquons tout, jusqu’au praliné… Alors on s’est dit : Avançons ! Il y a rue JeanJaurès un nouveau dynamisme. La clientèle y est aussi différente. C’est un nouveau challenge à relever », s’enthousiasme Christian Hénaff, dont les idées fusent, comme ce projet de franchise qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet. «  Tout franchisé appliquera notre concept à la lettre, car nous le voulons très qualitatif. L’objectif n’est pas d’en ouvrir à tout-va ! » Une telle signature, ça se mérite !

Pierre-Yves Hénaff

© SIMON COHEN

FOCUS. Les préparatifs de la 20e édition de la fête internationale de la mer ont commencé au port de Brest. Sur les quais comme en mer, du 13 au 19 juillet, les animations de cette exposition universelle maritime seront nombreuses. La CCI, qui fait partie des membres fondateurs, s’y engage pleinement tout comme les entreprises, car les retombées pour la région brestoise se chiffrent en dizaines de millions d’euros. p4-5


L’aéroport Brest Bretagne organise des visites guidées pour les groupes qui souhaitent découvrir l’univers aéroportuaire voire, pour certains, se rassurer avant de prendre l’avion.

Prendre l’avion, c’est facile

 

9h45. Notre guide, Jean-Marc Fily, a donné rendez-vous sur le parvis de l’aérogare à l’association de retraités « C Facile », venus de tout l’ouest breton pour visiter cet équipement géré par la CCI (991 000 passagers en 2011). L’ambiance est bon enfant, les retraités très en forme. Une fois la présentation générale faite, nous faisons un tour par le dépose-minute lequel, comme le précise notre guide, «  est bien un emplacement réservé aux arrêts d’une minute ! ».

7, 28 juin

Matin Créateur. Vous avez un projet de création ou de reprise d’entreprise ? La CCI de Brest vous propose d’assister dans ses locaux à une réunion d’information gratuite, le Matin Créateur, de 8h45 à 12h15. Inscription obligatoire.

18 au 25 juin

Stage 5 jours pour entreprendre. Ce stage, organisé par l’Espace entreprendre de la CCI de Brest, couvre les différents aspects liés à la création d’entreprise : juridique, gestion/fiscalité, banque, assurance, expert-comptable, notaire… Participation : 150 €.

le vendredi, sur rendez-vous

Permanence des professions libérales. À 14h, 15h ou 16h, rencontre avec un représentant de l’association de gestion des professions libérales agréée, à la CCI.

Maëlle Juin, Accueil de l’entrepreneur (CCI). @ accueil.entrepreneur@cci-brest.fr

02 98 00 38 73.

20 juin © C. HALL

10h26. Après les parkings, passage par les comptoirs d’enregistrement dans le hall. Là sont exposés les objets interdits les plus divers. «  Il faut lire les conditions générales de ventes des billets électroniques », conseille Jean-Marc Fily. « Lorsque vous arrivez au comptoir avec le billet imprimé à la maison, vous devez avoir une carte d’identité valide. Si vous allez aux États-Unis, il vous faut un passeport valide 6 mois audelà de votre date de retour. Et, si correspondances il y a, il est préférable de prendre la même compagnie ou le même groupe aérien pour éviter les ratés. » Une fois enregistrés, les bagages de soute mettent une dizaine de minutes à gagner l’avion. « D’où l’importance d’arriver avant l’heure limite d’enregistrement. » À noter : l’aéroport n’est pas respon-

les rendez-vous

La visite débute sur le parvis de l’aérogare.

sable des trajets mais de l’équipement. Les incivilités envers les agents, employés CCI, sont donc non seulement répréhensibles mais aussi totalement injustifiées. 10h40. Poste inspection frontalier. Nous sommes délestés des chaussures, ceintures et bagages à main avant de passer sous le portique. Les membres de l’association plaisantent mais c’est en général dans cet espace que les tensions sont les plus fortes parmi les passagers. L’appréhension, le stress des préparatifs, la peur de rater son avion, l’attente… Tout cela peut conduire à perdre son calme. Or « le commandant de bord peut décider de ne pas embarquer un passager récalcitrant ». 11h07. 3,5 kilomètres, 45 mètres de large, la piste déroule son

macadam devant nous. Là, retraités ou pas, c’est avec des yeux émerveillés d’enfants collés à la vitre que nous regardons le bal des avions. L’A321 se lance vers Paris. Les agents de pistes sont à l’œuvre autour du Bombardier CRJ 1000 de Brit Air. 11h30. Traversée des passerelles, chacun espère partir quelque part… Mais retour dans l’aérogare après un passage par la zone de récupération des bagages. Personne n’a décollé mais c’est comme si, avec notre guide, nous avions partagé un petit bout de ciel bleu. Visites commentées payantes (12 personnes) : de 4 € pour les scolaires à 25 € avec repas. Programme printemps-été disponible sur www.brest.aeroport.fr. 02 98 32 86 00

Le 13 banni. Vous ne trouverez jamais de numéro 13 au comptoir d’enregistrement ni dans l’avion, n’en déplaise à ceux à qui ce chiffre porte chance…

Forum Finist’éco. Les trois CCI du Finistère, la chambre de métiers et de l’artisanat et la chambre d’agriculture présenteront, au Chapeau Rouge à Quimper, leur étude de la conjoncture du Finistère. Le forum débutera par une présentation de l’activité économique finistérienne de 2011, avec trois zooms spécifiques sur : l’automobile, la culture et le nautisme. Le « chasseur de tendances » Benjamin Chaminade viendra exposer ce qu’il entend par « Wanagement » (nouvelles méthodes de management). Un intervenant s’exprimera sur « le Finistère, nouvelle génération » (la génération Y ou Petite Poucette selon le philosophe Michel Serres) suivi par des témoignages de chefs d’entreprises. CCI. 02 98 00 38 02

la CCI vous accueille pour vous informer Chambre de commerce et d’industrie de Brest. 1, place du 19e R.I., BP 92028, 29220 Brest Cedex 2. Votre CCI est ouverte de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h, du lundi au vendredi. 02 98 00 38 00 @ info@cci-brest.fr @ www.cci-brest.fr

Antenne de Châteaulin. 30, quai Charles-de-Gaulle, 29150 Châteaulin 02 98 86 53 02 @ antenne.chateaulin@cci-brest.fr CCI Info. Centre de documentation économique ouvert à tout public chaque jour de 14h à 17h.

02 98 00 38 15

Fichier des entreprises. Information et vente d’annuaires des entreprises (8h30-12h30 / 14h-17h). 02 98 00 38 06

Inicial (ex-service Habitat). 02 98 00 38 88 Courants. @ courants@cci-brest.fr 02 98 00 38 44

pour vous aider à créer et développer Espace entreprendre. Service d’information et de conseils juridiques, fiscaux et sociaux pour les porteurs de projets de création ou reprise d’entreprise. 02 98 00 38 73 Pépinières d’entreprises. Hébergement et accompagnement de porteurs de projets et de créateurs d’entreprise. » Mescoat, à Landerneau 02 98 30 35 00 » Penhoat, à Plabennec 02 98 07 27 27 » L’Aulne-Maritime, au Faou 02 98 81 17 70 » Châteaulin 02 98 81 25 34

Département industrie, services et international. Sur rendez-vous.

02 98 00 38 18

Département commerce, tourisme et services. Sur rendez-vous.

02 98 00 38 17

Centre de formalités des entreprises. Service d'information sur les formalités juridiques liées à la création-reprise d'entreprise. 02 98 00 38 05

ChamberSign. Service de promotion de la signature électronique des CCI. 02 98 00 38 76 @ www.chambersign.fr

pour vous faire voyager Aéroport Brest Bretagne. @

2 Courants

www.brest.aeroport.fr

02 98 32 86 00 navette routière 0 820 850 252

pour vous former Voir page 7 juin-juillet-août 2012

chambre de commerce et d’industrie de Brest


Pour ses 50 ans, l’ESC Bretagne Brest change de dimension. Elle fait désormais pleinement partie de France Business School, au côté des écoles de management de Tours-Poitiers, Clermont-Ferrand et Amiens. Cette nouvelle école rayonne sur la France tout en valorisant son ancrage régional.

FBS : quatre écoles de commerce en une

D

Isidore Fartaria

© C. HALL

epuis l’annonce officielle de sa naissance le 22 mai, les écoles supérieures de commerce de Brest, Clermont, l’ESCEM Tours-Poitiers et Sup de Co Amiens se préparent à leur regroupement dans France Business School, effectif au 1er janvier 2013. Objectifs de cette structure associative : faire face non seulement à la concentration des grandes écoles internationales mais aussi à la mutation du modèle économique des écoles de commerce, tout en répondant aux besoins en management de qualité des entreprises de la région.

Renforcer l’attractivité Le porteur du projet, François Duvergé, président de l’ESCEM Tours-Poitiers, constate que « la dictature des classements, dont les indicateurs ne tiennent pas compte de la qualité pédagogique, conduit les plus petites écoles dans une spirale infernale qui peut mener à la perte du grade de master et donc à la mort. Ce serait dramatique pour les régions et les PMEPMI en quête d’encadrement spécifique. » Le projet FBS place en effet le développement des régions au cœur de son programme. « Le renforcement de l’attractivité des ESC va de pair avec celui des entreprises », ajoute le directeur général de la CCI, Michel Gourtay. « Nous sommes tous d’accord pour affirmer que le pôle Brestois de FBS doit être en phase avec les besoins de l’économie de la Bretagne et de ses entreprises. » «  Cette nouvelle école a vocation à devenir une référence nationale », commente le

François Duvergé, président de l’ESCEM Tours-Poitiers a présenté le projet FBS à la presse à Paris le 22 mai.

vice-président Formation de la CCI, Yannick Cadiou. « Des moyens importants et un réseau dense apporteront visibilité et crédibilité à nos écoles. » En termes de moyens, FBS s’appuie sur un budget de 65 M€. Cette association compte notamment 7 000 élèves, 600 collaborateurs, 170 professeurs permanents. Le directeur général est Patrick Molle, une sommité auparavant directeur général de l’EM Lyon, qui sera basé au siège administratif à Paris. Que ce soit en termes de classements ou d’optimisation des dépenses (notamment administratives et commerciales), FBS apporte des solutions positives pour garantir l’avenir des 4 écoles de commerce.

Une école multi campus « FBS a la particularité de s’appuyer sur plusieurs campus », présente Philippe Le Glas, directeur de la formation à la CCI de Brest et contributeur actif du projet. « Les ressources apportées permettent de constituer une école importante, de notoMolsheim riété nationale et habilitée à délivrer le diplôme du grade de master. Chaque pôle a la

capacité à organiser librement sa propre gouvernance, ce qui est innovant car nous considérons que le succès de FBS passe par le développement de chacun. » L’organisation du pôle brestois est en cours de définition. FBS mise sur une politique de recherche accrue, nécessaire aux certifications internationales comme celles visées de l’AACSB ou EQUIS. « Le laboratoire de recherche le plus important de France va permettre aux professeurs de travailler sur des thèmes transversaux que nous déterminerons avec eux, en lien avec les besoins des entreprises et de chaque territoire », présente Philippe Le Glas. Chaque école sera un centre de ressources et de réflexion. Ainsi, la question « Quels managers demain ? » sera d’emblée posée afin « de faire peser les notions de comportements et de leadership dans les évaluations, au même titre que la finance ou le marketing. » Pour ses 50 ans, l’ESC Bretagne Brest entre dans une nouvelle phase de maturité : celle de la reconnaissance de la qualité de son enseignement à un niveau national.

Transfert du personnel. Le personnel de l’ESC Bretagne Brest sera transféré à FBS BrestBretagne au 1er janvier 2013. Chacun des collaborateurs se verra proposer un contrat équivalent par l’association FBS.

FBS, une marque. La marque France Business School a été déposée. Le site www. france-bs.com sera en ligne à partir du 6 juin.

ESC Bretagne Brest

Président : François Duvergé (gestion conjointe Syndicat mixte de l’ESC Vienne, CCI Touraine et Loiret) 2 900 élèves Accréditation AACSB 

IAE CAEN

Président : Bernard Désérable (CCI d’Amiens) 1 350 élèves

ROUEN BUSINESS SCHOOL

ESCEM TOURS

FRANCE BUSINESS SCHOOL

EM STRASBOURG 2007

SKEMA 2009

ESCEM POITIERS

BEM BORDEAUX

© basilic communication

ESC PAU

Pourquoi une telle augmentation des charges des ESC ? F. B. : Cela s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs. Tout d’abord, nous devons répondre à des standards nationaux et internationaux qui nous poussent à davantage d’académisme donc à recruter des enseignants chercheurs, docteurs ou enseignants habilités à diriger des recherches (HDR). Nous sommes notés dans les classements sur ces indicateurs, qui ne tiennent pas compte de qualité pédagogique. De mauvais classements peuvent conduire à la perte du grade master et, à terme, à disparaître. C’est donc faire preuve de sagesse que d’adopter cette organisation, qui est très innovante et fera bouger les lignes dans les écoles de commerce françaises. Pas de jacobinisme, nous restons profondément attachés au développement de nos régions respectives. France Business School permet à l’ESC Bretagne Brest non seulement de bénéficier de cet « effet taille », mais aussi de dégager des ressources nécessaires pour répondre aux exigences des accréditations nationales (CEFDG, AERES) et internationales (AACSB). De plus, les concentrations engagées par d’autres durcissent la compétition sur un marché de marques. La notoriété nationale et internationale est tout aussi importante pour les étudiants qu’un enseignement de qualité dans un environnement propice.

Quels sont les fondements de FBS pour se démarquer ?

ESC CLERMONT

FBS

budget de 65 M€ 7 000 élèves 600 collaborateurs 170 professeurs permanents 300 partenaires internationaux directeur général : Patrick Molle Président : Isidore Fartaria (président de la CCI du Puy-de-Dôme)

Frank Bellion : Nous sommes très attachés à notre ESC, c’est pourquoi nous devons lui assurer un avenir serein dans ce secteur en pleine évolution. Le modèle économique actuel encourage les ESC à grandir car les coûts sont dans une inéluctable progression.

F. B. : Il nous apparaît à nous tous, gestionnaires d’ESC, que notre marque FBS doit s’adresser prioritairement au marché national, tout en consolidant nos partenariats internationaux, nombreux et précieux. Nos 5 sites partagent un enracinement profond dans leurs régions. FBS tire sa force de cette philosophie ainsi que de la ressource que constitue son corps de 170 enseignants chercheurs. Notre projet pédagogique, basé à la fois sur la recherche et le développement personnel des managers de demain, fait que FBS a une véritable puissance de feu.

IECS STRASBOURG IAE STRASBOURG

EN PROJET

Président : René Zingraff (vice-président CCI de Clermont-Ferrand/Issoire) 2000 élèves Accréditation AACSB

La CCI est l’organisme fondateur et gestionnaire de l’ESC de Brest depuis 50 ans. Pourquoi cette décision de la sortir de son groupe ?

F. B. : Notre relation originelle CCI-ESC est conservée puisque chaque école est représentée de manière égale dans les instances décisionnelles de FBS tant dans l’assemblée générale que le conseil d’administration.

REIMS MANAGEMENT SCHOLL

2012

ESC Clermont

Sup de Co Amiens

ESC AMIENS

EM NORMANDIE LE HAVRE ESC BREST

Une véritable puissance de feu pour l’ESC

Qu’est-ce que cela changera pour les élèves ? ESC LILLE

ESCEM Tours-Poitiers

Frank Bellion, président de la CCI de Brest

La CCI de Brest gardera-t-elle la main sur FBS Brest-Bretagne ?

Les regroupements des écoles de commerce

Président : Frank Bellion (CCI de Brest) 900 élèves

< questions à >

CERAM SOPHIAANTIPOLIS

COURANT 2013 EUROMED MANAGEMENT MARSEILLE

F. B. : Il y aura un concours commun et un diplôme unique dès l’année prochaine et ils bénéficieront d’un réseau de 30 000 diplômés. La transition sera plus visible pour le personnel, notamment les collaborateurs brestois, qui vont changer de statut l’an prochain dans un souci d’unité managériale. Les conditions d’emploi seront identiques. Ce qui va changer, ce sont des méthodes de travail, davantage transversales, ainsi que la politique de recherche, très importante.

Crise du Business Model. Le mouvement de concentration des grandes écoles de commerce a été initié en 2007 par le rapprochement de celle de Strasbourg et de l’institut d’administration des entreprises de son université. À Brest, une telle piste a été explorée l’an passé sans résultat. De même, les tentatives de fusion entre l’ESC Bretagne Brest et l’ESC de Rennes n’ont pas abouti (Bretagne Business School, en 2001 ). Si cette piste régionale était pertinente alors, « elle ne serait pas suffisante aujourd’hui, affirme François Duvergé (qui a été le porteur du projet breton en 2001), car elle ne serait pas à la hauteur des enjeux. » En 2009, la Ceram de Nice et l’ESC Lille ont créé Skema afin d’être davantage présents à l’international, ouvrant la voie non seulement aux écoles multisites mais aussi à l’émergence des marques d’écoles en management, lesquelles attirent les étudiants. « FBS Brest sera une école de commerce bretonne, au service de son économie et de ses entreprises », tient à souligner Michel Gourtay, directeur général de la CCI.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Courants juin-juillet-août 2012

3


FOCUS TONNERRES DE BREST Ça gronde sur les quais. Dans moins de 45 jours, un demi-million de personnes foulera le port de commerce et le port militaire de Brest, en quête de belles répliques ou de petites embarcations à l’humeur enjouée. La CCI, gestionnaire du « port de’ », prépare l’événement tandis que les professionnels du tourisme et les commerçants adaptent leurs offres. « Au plus fort des fêtes de 2008, nous avions servi 550 couverts en une journée, contre 60 à 100 en temps normal ! En prévision de la forte affluence, nous embauchons une douzaine d’extras cette semainelà. Nous allons également modifier l’aménagement afin d’accueillir un maximum de personnes et installer un barnum en extérieur pour la vente à emporter. La carte est raccourcie et adaptée à un tel événement. Nous proposerons une formule spéciale à moins de 20 €. En 2008, nous avions réalisé entre 60 000 et 80 000 € de chiffre d’affaire sur la semaine de la manifestation. »

Professionnels du tourisme/ services

Francis Bonnefoy, président de l’association Loisirs en Finistère. «  Notre affaire, ça marche du Tonnerre ! » C’est ainsi que Francis Bonnefoy présente l’opération Chéquier loisirs menée par association Loisirs en Finistère dont il assure la présidence. 300 000 exemplaires ont été édités pour être distribués aux entrées de la fête. « Ils permettent d’obtenir des avantages dans les 44 établissements adhérents. »

Patrick Dos Santos

André Pertron, président du Club des hôtels pointe Bretagne.

Julien Bruant

Commerçants-restaurateurs Julien Bruant, responsable du restaurant Un Amour de Pomme de Terre, à Saint-Louis (Brest).

31 M€ de retombées en 2008. Il y a 4 ans, les entreprises ont contribué pour un tiers au financement de la fête, soit 13 M€. Les retombées économiques et touristiques ont été évaluées à 31 M€ par l’Agence d’urbanisme du pays de Brest. Pour 1€ de financements publics, environ 6 € ont donc été placés dans l’économie.

« Durant la semaine, nous resserrons la carte afin qu’elle soit plus attractive pour la clientèle de touristes et qu’ils soient servis plus rapidement. Côté commandes, il va falloir anticiper pour avoir suffisamment de patates ! Nous embauchons quatre personnes en extra et nous assurons nousmêmes la communication : office du tourisme, cartes de visite dans les hôtels, site internet… Nous sommes également présents sur le site de la fête, puisque nous proposons un service traiteur. Là, on sait déjà que ce sera le rush ! »

Francis Bonnefoy

Patrick Dos Santos, vice-président du groupement des campings Pointe Bretagne.

Christian Petitfrère

Industriels Christian Petitfrère, président de l’Union maritime de Brest et sa région (50 entreprises).

Yann Kerouanton

Yann Kerouanton, directeur de Vinomania, cave, restaurant et bar à vin sur le port de Brest.

«  Nous souhaitons profiter des Tonnerres de Brest pour faire connaître nos métiers portuaires aux Brestois. Nous préparons donc un concours pour les collégiens de 4e sur le thème de la vie portuaire, qui leur permettra de décrocher des stages dans les entreprises adhérentes de l’UMBR en classe de 3e. Nous sommes en contact avec le rectorat pour ce projet et nous espérons que les entreprises adhérentes joueront le jeu afin de pouvoir proposer au minimum vingt stages. Le concours se déroulera en fin d’année scolaire mais la remise des prix aura lieu pendant les fêtes, ce qui nous permettra de communiquer auprès du public. »

< questions à > Évelyne Lucas, élue et représentante de la CCI à Brest évènements nautiques

Comment la CCI se prépare-t-elle à ce grand rassemblement ?

© Guillaume © cci team

En tant que partenaires fondateurs de ce grand rassemblement, nous serons évidemment sur le pont pour les 20 ans. N’oublions pas qu’à l’origine, la CCI de Brest était une chambre de commerce maritime. Depuis 1992, nous nous engageons à faciliter l’organisation de la fête sur la partie dont nous avons la charge. L’utilisation à venir des quais, du magasin D, de l’eau et de l’électricité..., nécessite l’intervention de notre personnel portuaire, en plus de notre soutien financier.

4 Courants

juin-juillet-août 2012

Le groupement des campings Pointe Bretagne s’est rapproché de Brest événements nautiques pour faire connaître les 27 adhérents de l’association. « Un flyer spécial Tonnerres de Brest a été conçu à 100 000 exemplaires pour être proposé en libre-service sur cinq chalets d’information, répartis sur les quais », présente Patrick Dos Santos, vice-président et dirigeant du camping de l’Aber Benoît (SaintPabu). Des autocollants aux couleurs de l’association feront le lien vers leur site internet dont la carte interactive permet de balayer une offre très large en hébergement de plein air, sur la circonscription de la CCI (de Brignogan à Locronan).

Du côté du club des hôtels, la fête draine un important flux de clients. André Pertron, son président et patron du Citôtel de la gare, constate « un effet Tonnerres auprès des entreprises qui réservent leurs chambres, jusqu’à deux ans à l’avance, dès que la date est fixée. Nous avons beaucoup d’appels sur les disponibilités mais tout est complet sur le pays de Brest. Cet événement est très positif pour la ville. »

André Pertron

Petit tour sur les quais LE VILLAGE DES SCIENCES ET DES TECHNOLOGIES DE LA MER

20 BOUGIES, PAS DE NOSTALGIE

Superbe vitrine des compétences bretonnes dans le domaine maritime, le Village des sciences et des technologies de la mer s’installera sur le Parc à chaînes pendant les fêtes. Cette édition a pour thème le changement global et l’océan. 19 partenaires se réuniront dans un espace de 800 m2.   Les projets de recherche seront présentés aux visiteurs de façon ludique et interactive : observation du plancton au microscope, découverte d’un drone dernière génération, expériences pratiques en aquarium pour mieux comprendre la fonte des glaces… Cet espace devrait plaire aux petits comme aux grands. L’objectif de ce projet, porté par le Pôle Mer et Océanopolis/ Brest’aim, est de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux mais aussi de promouvoir la Bretagne innovante.

Les fêtes maritimes célèbrent cette année leurs 20 ans. Qu’il semble loin le temps où Le Chasse-Marée lançait l’idée d’une manifestation par et pour les marins dans la métropole océane ! C’était en 1992 et Brest avait répondu présent. Afin de marquer cet anniversaire, un village festif commémorera les temps forts et les contenus majeurs des cinq éditions précédentes. Tous les pays invités enverront un échantillon de leurs bateaux emblématiques. De quoi rappeler d’heureux souvenirs !

chambre de commerce et d’industrie de Brest

KRYS OCEAN RACE Il sagit de la première transat New YorkBrest, dont l’arrivée des 6 trimarans est prévue pendant la fête. Un grand moment sportif en perspective. www.krys-oceanrace.com


13-19 juillet : tous sur le pont ! >> Informations pratiques

Bien se repérer dans la fête

© ben

La journée : 15 € (adulte)/ 12 € (enfant) Deux jours : 26 €/21 € (gratuit pour les moins de 10 ans) Billetterie en ligne : www. lestonnerresdebrest2012.fr Embarquez ! Promenade 1h : 14 €/8 € Liaison Le Fret ou Camaret : 14 €/8 €€ Grande parade : 43 €/23 € Réservations 02 98 80 81 65

Ici, le grand jeu, c’est la mer. Tout va à la mer, aux choses de la mer et aux hommes de la mer,

Pierre Mac Orlan, Brest (éditions Dialogues).

UN FESTIVAL DE SOUVENIRS AU « BAZAR BRESTOIS »

UNE FLOTTE IMPRESSIONNANTE ET BIGARRÉE de 1000 navires

Les fêtes maritimes, ce sont aussi les Brestois, acteurs majeurs de cette manifestation. L’équipe des Tonnerres a décidé de mettre en valeur cette mémoire, à la fois intime et collective, en demandant aux habitants de réunir leurs souvenirs des fêtes, depuis 1992. Affiches, vêtements, pin’s, maquettes, cadeaux des équipages ou simples témoignages constitueront un musée éphémère pendant la manifestation. Les organisateurs imaginent ce bazar brestois comme un joyeux capharnaüm. Les entreprises sont elles aussi invitées à fouiller dans leurs archives ! Les participants peuvent s’inscrire dès maintenant, les dépôts auront lieu au Fourneau à partir du 15 juin. jean.kermarrec@brestevenements-nautiques.fr

Sont attendus sur les quais d’impressionnants navires, tels que le Sedov (le plus grand voilier du monde, 110 mètres de long !), le Stad Amsterdam, le Götebog, l’Etoile du Roy ou encore le Cuauhtémoc conduit par les cadets de la marine mexicaine. L’ultramoderne brise glace russe SaintPetersbourg sera également de la partie, ainsi que des navires océanographiques, des multicoques mais aussi des dizaines de yoles, caboteurs, yachts… La CCI a annoncé la venue du paquebot Minerva le 16 juillet, comptant 312 passagers, lesquels profiteront d’une vision exceptionnelle de la fête sur la rade.

Le paquebot Minerva est attendu le 16 juillet

Le brise glace St-Petersbourg sera présent grâce au voyagiste Salaün Holidays

chambre de commerce et d’industrie de Brest

UN PORT, CINQ PAYS ! Les invités d’honneur de cette édition sont l’Indonésie, le Maroc, le Mexique, la Norvège et la Russie.

ET AUSSI : Brest au temps de Lapérouse, reconstitution historique avec de vrais figurants ! Cultures arctiques, une balade en kayak entre les icebergs pour comprendre le changement climatique et la culture inuit ; Terre et mer de Bretagne ; Construire un bateau avec les charpentiers marine ; Voyage au cœur des pôle avec l’Institut polaire français… Et des spectacles, concerts, vire-vire des 20 ans, parades nocturnes… www.lestonnerresdebrest2012.fr

Courants juin-juillet-août 2012

5


INITIATIVES INDICATEURS

Peu connue, l’Agéa défend les intérêts d’une profession bien implantée dans les communes : celle d’agent d’assurance. En Bretagne, elle agit pour la reconnaissance de leur expertise.

> Un salarié breton sur 6 travaille dans une entreprise

de taille intermédiaire. Les entreprises de taille intermédiaire (ETI, entre 250 et 5 000 salariés) sont très présentes en Bretagne. Début 2011, on en recense 151 dans la région, dont près de 40% relèvent de l’industrie. Tous secteurs confondus, un salarié sur six travaille en Bretagne dans l’une d’entre elles. L’Ille-et-Vilaine (44 %) et le Finistère (32 %) concentrent les ETI, en particulier dans les villes de Rennes et Brest. La répartition sectorielle des emplois des ETI montre une prédominance très nette de l’industrie, sauf à Brest, Quimper et Rennes, où le secteur commercial est dense. Bien implantées sur l’ensemble du territoire breton, ce type d’entreprises contribue par son effet d’entraînement à la dynamique économique de la région et emploie 17 % des salariés bretons (117 400). L’Allemagne compte deux fois plus d’ETI que la France.

L’Agéa Bretagne, une force qui vient du terrain

Source : Observatoire régional des entreprises, décembre 2011.

Jean-François Desclèves, président de l’association bretonne des agents généraux d’assurance.

L

’association des agents généraux d’assurance (Agéa) organise la défense des agents généraux, au nombre de 600 en Bretagne, 12 600 en France. « L’agent d’assurance signe un mandat avec l’une des 17 compagnies d’assurance pour la reprise d’un portefeuille. En Bretagne, 66 % des agents sont membres de notre association, un taux qui atteint 70 % pour le Finistère », présente Jean-François Desclèves, président de l’Agéa Bretagne et dirigeant de l’agence Axa à Lesneven depuis 8 ans. « C’est dire son importance pour notre profession qui est assimilée à celle d’un libéral soumis à de lourdes obligations. Nous proposons des produits complexes, couvrant un très large champ, comme les dommages, la personne ou encore le secteur bancaire. » Particuliers, professionnels, TPE ou grandes entreprises, font partie

de leurs portefeuilles clients, soit autant de problématiques qui nécessitent d’être au goût du jour. L’Agéa permet aux agents généraux d’assurance et collaborateurs de se former régulièrement.

Veille juridique Une permanence de 25 salariés, située dans le 17e arrondissement de Paris, assure une vitrine à la fédération nationale, pour promouvoir le métier, défendre ses intérêts lors de négociations nationales voir européennes. « Nous avons un rôle de veille et d’information auprès des pouvoirs publics car le législateur n’est pas toujours au fait de la complexité du métier. Par exemple, nous sommes intervenus sur la réforme de la taxe professionnelle dont le projet d’origine mettait en péril l’égalité de traitement prévu dans la Constitution. Tout est parti du terrain. »

Face à la concurrence croissante d’organismes qui se lancent dans la vente de contrats d’assurance, les agents généraux se serrent les coudes et veulent se démarquer. «  Un contrat d’assurance, ce n’est pas neutre », souligne Jean-François Desclèves. « Notre ancrage local nous permet de suivre les clients sur le long terme, de leur expliquer les clauses en détail, de les conseiller, voire de trouver des arrangements en période difficile, en se faisant l’intermédiaire avec les compagnies. C’est le sens de notre signature : on assure mieux quand on connaît bien. » L’Agéa Bretagne rapproche également les agents, leurs collaborateurs et les familles, en organisant des évènements comme l’arbre de Noël, ou encore des opérations publiques comme celles à bord du voilier Joanna Saturna pendant les Tonnerres de Brest.

L'apprentissage :

Les

Mercredis

de l'Apprentissage Prochaines dates :

6 et 13 juin 2012 Rendez-vous à l'Ifac à 14h30

1 900 apprenants en CAP, BP, bac pro, CQP BTS, enseignement supérieur, 40 formations en alternance

Fontaine Blanche à Landerneau. Claudie Riou et le chef cuisinier Eric Ollivier ont totalement rénové l’ancien pressing pour en faire un lieu agréable mêlant restauration (40 places), lecture, salle de jeux pour enfants et salon de thé. « C’est un lieu intergénérationnel », souligne la dirigeante qui table sur une cuisine de saison et des produits en circuits courts. « Le dimanche, c’est brunch pour tout le monde, dans la convivialité. » Possibilité d’organiser des goûters d’anniversaire. www.restaurantdulivrealassiette.fr

La biscuiterie Terre d’Embruns s’ouvre au public. Transférée > depuis le 28 février de Kergaradec au port de plaisance (5, rue Alain-Colas), la biscuiterie Terre d’Embruns a multiplié par plus de cinq sa surface de production. Spécialisée dans la pâte levée feuilletée tourée dans le sucre, elle fabrique des Kouign Aman, des tartelettes, des pastéchou, des palets caramel beurre salé… « Nous développons aussi des produits en cuisson du jour, pour notre espace de vente au public », commente Laurent Jolivet, l’un des deux associés avec Fabrice Berrou. Ce dernier a créé l’entreprise il y a sept ans, produisant des réductions pour de grands comptes comme certaines compagnies aériennes qui s’intéressent de près aux « petites craquantes » de Terre d’Embruns. Ce transfert et l’achat de machines ont nécessité 400 000 € d’investissements et a été suivi par la CCI.

le guide de visite des entreprises. Le guide du tourisme de découverte économique permet de visiter 69 entreprises dont 22 regroupées en circuits. Le guide est disponible auprès des CCI, qui pilotent l’opération, des offices de tourisme, des entreprises participantes mais aussi sur demande à l’adresse www.visitesentreprises29.com.

> Nouveau

site internet pour le club des hôtels pointe Bretagne. Le club des hôtels pointe Bretagne a changé de site internet : nouvelle adresse, nouvelle maquette et compte Facebook actif, le club entend bien faire valoir les atouts de sa cinquantaine de membres. Il est possible d’y consulter les disponibilités et de réserver sa chambre en quelques clics. Des « bons plans » et « idées séjours » sont régulièrement affichés dans une rubrique dédiée. http://hotels-brest-finistere.com

Courants

www.ifac.cci-brest.fr / Tél. 02 29 00 60 60 / 02 29 00 60 00 CENTRE DE FORMATION DES APPRENTIS DE LA CCI DE BREST L'IFAC EST CONVENTIONNÉ PAR LA RÉGION BRETAGNE

juin-juillet-août 2012

Livre@l’Assiette en passant par Landerneau. Du > Du Livre@l’Assiette, tel est le nouveau restaurant du 18 rue de la

> Demandez

 une formation  un diplôme  une expérience  un contrat de travail  un emploi

6 Courants

Camaret remporte le premier prix du challenge des UC. Le premier challenge des unions commerciales, organisé par la CCI le 14 mai, a permis aux représentants d’une quinzaine d’associations d’échanger autour des animations mises en place en 2011. Trois d’entre elles ont bénéficié de la majorité des suffrages : l’association Kerhuon Dynamique arrive à la 3e place pour son « vin chaud lors de la nuit singulière » ; l’union commerciale de Landéda remporte le second prix pour l’édition d’une carte de situation des boutiques et sites touristiques. L’association des commerçants de Camaret a remporté le premier prix (1 500 €) pour son marché de l’artisanat et des produits régionaux. Roger Mérour, élu CCI en charge du commerce, a remis les prix aux lauréats à l’Hostellerie de la Pointe Saint-Mathieu.

© C. HALL

> © SIMON COHEN

L’Agéa Bretagne rassemble les quatre chambres départementales. Elle est membre du comité de pilotage de la cellule des catastrophes naturelles de la préfecture. Elle fait partie de la fédération nationale Agéa dont le but est de défendre les prérogatives des agents généraux d’assurance.

Publication éditée par la chambre de commerce et d’industrie de Brest : 1, place du 19e RI, BP 92028, 29220 Brest Cedex 2. Tél. 02 98 00 38 00. Mél. courants@cci-brest.fr Sous la responsabilité de : Michel Gourtay Présidente du comité de rédaction : Béatrice Cochard Responsable de la rédaction : Blandine Kermarec Coordination et secrétariat de rédaction : Christelle Hall Rédaction : Christelle Hall, Oriane Marrec et Virginie de Rocquigny . ISSN : 0981-9282. Dépôt légal à parution - Conception graphique-réalisation : Basilic Communication - Publicité : Gédéon Marketing. Tél : 02 98 44 66 02. Tirage : 77 500 exemplaires

chambre de commerce et d’industrie de Brest


Suivre une formation > Vous êtes salarié(e) > Vous avez

moins de 26 ans > Ifac (Centre de formation des apprentis). 11, rue Yves-Giloux, Brest 02 29 00 60 60 @ www.ifac.cci-brest.fr > ESC Grande École. 2, avenue de Provence Brest 02 98 34 44 44

> Vous êtes demandeur d’emploi

> Formations tertiaires. Rue du Gué-Fleuri, Le Relecq-Kerhuon 02 98 30 45 75 @ www.formation.cci-brest.fr

> Formations linguistiques. Ciel Bretagne, rue du Gué-Fleuri, Le Relecq-Kerhuon 02 98 30 45 80 @ www.formation.cci-brest.fr

> Formation professionnelle continue. Tertiaire 02 98 30 45 75, Technique 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

> Formations techniques. Cefortech, 20, rue Jean-Charles Chevillotte, zone industrielle portuaire, Brest 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

> ESC (cycles formation continue et mastères / 3e cycle). 02 98 34 44 44 @ www.esc-bretagne-brest.com

> Ifac (Certificats de qualification professionnelle). 11, rue Yves-Giloux, Brest 02 29 00 60 60  @ www.ifac.cci-brest.fr

> ESC (cycles formation continue, mastères / 3e cycle). 2, avenue de Provence, Brest 02 98 34 44 44 @ www.esc-bretagne-brest.com

1 formation, 1 métier BTS Assistant(e) de gestion PME-PMI

© simon cohen

Brieuc Clorennec, 25 ans, ajoute à ses diplômes un CAP de boucherie suivi à l’Ifac.

Objectif de la formation. L’assistant de gestion PME-PMI doit faire preuve de polyvalence puisqu’il participe à la gestion de l’entreprise du point de vue administratif, commercial, comptable, ressources humaines… Il contribue à l’efficacité de l’organisation en anticipant les besoins et instaurant par exemple des indicateurs de suivi. Contenu de la formation. Le BTS permet d’apprendre les bases de droit, économie, management nécessaires à la compréhension de l’environnement de travail. Il se base sur des cours de gestion de la relation clients et fournisseurs, sur la communication interne et externe, sur l’organisation et la gestion de PME-PMI. L’analyse du système d’information et des risques informatiques ainsi que le projet de développement d’une entreprise y sont abordés. Conditions d’admission. Ce BTS s’adresse aux titulaires d’un bac ayant trouvé une entreprise d’accueil. Le recrutement se fait sur dossier scolaire et entretien. Contrat. Il s’agit d’un contrat de professionnalisation, donc d’une formation en alternance, 3 jours en entreprise et 2 jours en formation à Sup’Ifac pendant deux ans. Sup’Ifac. 02 29 00 60 20/21

La reconversion professionnelle est un concept de plus en plus courant. L’Ifac est aujourd’hui témoin d’une augmentation des demandes de reprise d’études en CAP.

Reconversion : l’Ifac s’adapte aux parcours individuels

C

ertains souhaitent mieux conjuguer vie professionnelle et vie familiale, d’autres veulent tout simplement changer de profession ou d’orientation. Brieuc Clorennec, 25 ans, en fait l’expérience. Le jeune diplômé a, au premier abord, un parcours des plus classiques : un bac scientifique et un Master 2 de droit. « Je voulais avant tout me diriger vers une profession libérale, explique-t-il. Mais, dès la troisième année de licence, j’ai décidé de m’orienter vers l’agriculture, parce que c’est une passion et que selon moi, il y a une certaine qualité de vie, une indépendance, une profession rémunératrice et un idéal pour ma vie de famille ». Le jeune homme baigne dans l’univers agricole depuis son enfance à Pleuven, près de Quimper. « En parallèle de mes études, la ferme familiale est toujours restée une occupation. J’ai dû reconsidérer les perspectives d’avenir. Je ne

voulais pas passer à côté de choses importantes. Si plus tard, je souhaite changer ou suis dans l’incapacité d’exercer, je pourrais ainsi rebondir. Mes études de droit, c’est une sécurité pour le futur. »

Une année au lieu de deux Après avoir obtenu son brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (BPREA) une formation qui a permis à Brieuc d’avoir le titre d’agriculteur - il a vu beaucoup plus loin en débutant une formation de boucherie en CAP. « La transformation des produits est une valeur ajoutée pour moi. » Travailleur, ce jeune agriculteur s’est inscrit à l’Ifac, centre de formation des apprentis de Brest, géré par la CCI. « Ayant moins de 26 ans, j’ai accès à l’apprentissage. Je peux ainsi partager mon temps entre les cours et l’entreprise quimpéroise Brin d’avoine, une coopérative indépendante. »

L’Ifac sait s’adapter aux parcours exceptionnels et proposer un programme aménagé sur une année tout en respectant la formule cours et entreprise : trois jours par semaine au centre de formation des apprentis, deux jours en entreprise. Les titulaires d’un diplôme supérieur ou égal au diplôme préparé  sont dispensés des matières d’enseignement général (français, maths…). Brieuc a ainsi passé plus de temps en entreprise. « J’ai dans l’idée de créer ou de reprendre plus tard une boucherie bio artisanale. Grâce à l’Ifac, cet aménagement m’a permis, en un an, de gérer la ferme, les petits boulots à côté et les cours. Le tout, c’est de s’organiser. Ça n’aurait pas été possible autrement. Je trouve bien que l’on tente un nouveau mode de formation. J’encourage ce genre d’initiative et je pense qu’il faut les développer encore plus. L’essentiel, c’est de faire ce que l’on aime et de s’épanouir. »

> stages de langues pour les jeunes. Le département langues

du Ciel Bretagne propose des stages d’anglais pour les jeunes (CM2 à terminale) de 9h à 12h, du 27 au 31 août. Possibilité de coupler à des activités nautiques (voile, planche à voile, kayak...) de 9h à 17h. Annick Laxalde (Ciel Bretagne). 02 98 30 45 80

> Remporter

un appel d’offre : une méthode au Ciel Bretagne. La commande publique est une ressource accessible aux entreprises qui s’adaptent à la méthodologie rigoureuse imposée par le Code des marchés publics. Rédiger une réponse à un marché public en vue de le remporter ne s’improvise pas. Le service Formation Continue de la CCI propose une formation de 2 jours les 19 et 20 juin au Ciel Bretagne : Répondre efficacement à un marché public. • Ce qu’il faut connaître pour bien répondre à un appel d’offres • Ce qu’il faut connaître pour la bonne exécution du marché Simone Ellégoët (CCI). 02 98 30 45 74 @ simone.ellegoet@cci-brest.fr

> Ifac : trois nouveaux diplômes.

- Un BTS Métiers de l’esthétique de la cosmétique et de la parfumerie. Le recrutement des apprentis est en cours (14 places). - Un CAP Chocolatier confiseur en septembre, pour les titulaires d’un CAP ou bac pro Boulanger-pâtissier ou de la mention complémentaire Pâtissier. - Technicien après-vente automobile. Le certificat de qualification professionnelle Technicien après-vente automobile se déroule sur un an. Début des cours : septembre/octobre. Ifac. 02 29 00 60 00

> Mercredis

de l’apprentissage : jusqu’au 13 juin. L’Ifac accueille le public dans le cadre des Mercredis de l’apprentissage, le 6 et le 13 juin. Rendez-vous dans le hall de l’établissement 11, rue Yves-Giloux à 14h30. Ifac. 02 29 00 60 00

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) est un diplôme d’études secondaires et d’enseignement professionnel, qui donne une qualification d’ouvrier ou d’employé qualifié (Niveau V). Ce diplôme est la voie privilégiée d’accès aux métiers de l’artisanat. Il existe environ 250 spécialités dans les secteurs industriels, commerciaux et des services. Les formations qui se déroulent sur un an sont des modules d’adaptation à l’emploi (dix semaines en cours et 37 semaines en entreprise dans l’année). Ifac : 02 29 00 60 00

© simon cohen

Conditions d’inscription

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Le terrassement a commencé sur le Campus des métiers, à Botspern (Guipavas). Financeurs : CCI, conseil régional, conseil général, Brest métropole océane, Caisse des dépôts et Ademe (44,9 M€).

Courants juin-juillet-août 2012

7


INVITÉE Après deux années de restructuration pour cause de fusions des branches laitières, Laïta (Brest) place la barre très haut, avec une croissance de 12 % du chiffre d’affaires et 100 M€ d’investissements sur deux ans.

Mamie Nova sur un petit nuage... de lait D

ominique Chargé et Christian Couilleau, respectivement président et directeur général de Laïta, affichent une belle confiance en l’avenir du groupe Laïta (Mamie Nova, Paysan Breton, Madame Loïk et Régilait) : «  Nous enregistrons une croissance solide et équilibrée en valeur et en volume du lait. » Les voyants sont au vert avec un chiffre d’affaires en 2011 de 1,159 milliard d’euros (+ 12 %), 2 230 salariés (+ 4,6 %), 1,35 milliard de litres collectés ( + 150 millions de litres en deux ans) dans 3 470 exploitations pour un prix payé aux producteurs en augmentation de 8 %. La filière lait de l’ouest entre dans une phase volontariste d’investissement, de prospection internationale et de consolidation de son modèle face à la volatilité des marchés mondiaux du lait.

en France. Mais les pistes de développement pour ces produits se situent désormais hors des frontières hexagonales.

Des pistes en Chine

L’innovation, créatrice de valeur ajoutée, ouvre de nouvelles perspectives à l’entreprise coopérative laitière. Les produits de grande consommation (yaourts, beurre, crêpes, lait ribot, fromages à pâte pressée où elle est leader en France), représentent 56,5 % de son chiffre d’affaires, en progression de 11 %. Mais, concurrence oblige, elle doit miser sur de nouvelles déclinaisons de ses produits pour toucher un public féminin et jeune. Le fromage fouetté Madame Loïk est, par exemple, présenté avec du poivron pour amplifier son usage en snacking. « Cela fonctionne puisque ses ventes ont gagné 38 % », souligne le président Dominique Chargé. Laïta achève la rédaction d’un livre blanc qui exclut par exemple le recours aux exhausteurs de goût, colorants et agents de texture. Une image traditionnelle qui trouve son public car les volumes se maintiennent

© Simon cohen

Le lait, produit protéiforme

Christian Couilleau et Dominique Chargé

6 sites industriels. Le siège social est à Brest (150 personnes ; fonctions commerciales, administratives, informatiques...). Un nouveau siège social est en construction près du site actuel zone de Kergaradec. Les sites de production sont à Ploudaniel, Landerneau, Pont-Scorff (56), Yffiniac, Créhen, Plancoët (22) et Ancenis (44).

Dominique Chargé. Président de la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL) et de Laïta ; membre du bureau et président de la filière laitière de Terrena (une des 3 coopératives fondatrices de Laïta avec Even et Triskalia). Éleveur de vaches laitières et volaille en Loire-Atlantique.

Christian Couilleau. Né à Brest, directeur général du groupe coopératif breton Even (CA : 1,8 milliard d’euros ; 5 000 salariés). Directeur général de Laïta. Ancien élève de l’école Polytechnique, ingénieur, diplômé de l’Institut supérieur de l’agroalimentaire (ISAA) et du Japenese Business Study Program (JBSP-Tokyo), il a travaillé au ministère de l’Agriculture puis à Ouest atlantique. Il est notamment vice-président du pôle de compétitivité Valorial et de l’Association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA).

«  Le marché étranger représente 35 % du chiffre d’affaires, dont les deux tiers en Europe », précise Christian Couilleau. Laïta est implantée en Grande-Bretagne, en Espagne, en Allemagne et en Italie. Avec 20 % de progression en Europe, elle entend s’y renforcer. Autre produit qui fonctionne à l’export, les ingrédients secs, pour l’alimentation infantile, les friandises ou les plats cuisinés. « Ces éléments nutritionnels, à valeur ajoutée, s’exportent très loin », confirme le directeur général. « la demande augmente dans le bassin arabique et en Asie. » Un cadre de Laïta prospecte en Chine depuis le début de l’année. La nutrition clinique (biberons prêts à l’emploi pour prématurés par exemple) progresse aussi fortement. Et une jointventure a été créée avec les Belges de ECI pour travailler sur le colostrum pour la filière vétérinaire. Laïta se donne donc les moyens avec 100 personnes dans son laboratoire de recherche dont 6 recrutées en 2011. « Nous soutenons le développement de la R&D, souligne Christian Couilleau, notre laboratoire collabore avec d’autres, ce qui est rare dans notre domaine. » Innovation aussi du côté des adhérents à la coopérative. « Nous avons fait en sorte que notre entreprise soit moins exposée à la volatilité des marchés, explique Dominique Chargé. Les 12 % de lait collecté en plus par rapport à 2010 montrent qu’ils ont confiance en notre modèle. » L’or blanc est devenu hautement technologique : Laïta engage 100 M€ sur deux ans pour devenir un acteur mondial incontournable du lait.

Chefs d’entreprises, professionnels de l’innovation, chercheurs… la semaine de l’innovation est votre rendez-vous ! Venez découvrir du 18 au 22 juin les dernières innovations nées en Bretagne, tout près de chez vous. Venez assister aux témoignages d’Isaac Getz, spécialiste de “l’open innovation” et Florin Paun, spécialiste du transfert de technologies lors de la journée d’ouverture de la semaine de l’innovation, le lundi 18 juin, à la CCI de Morlaix.

Programmes et inscriptions sur www.innovons.fr avec le soutien de :

8 Courants

juin-juillet-août 2012

La Semaine de l’Innovation est cofinancée par l’Union Européenne. L’Europe s’engage en Bretagne avec le Fonds Européen de Développement Régional.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

© www.pollenstudio.fr

40 événements / 90 partenaires mobilisés / 4000 visiteurs attendus


Courants