Page 1

FORMATION

L’INVITÉE

Lancement d’un groupe Plato sur Brest p.3

Ronan Lussou, fort d’un Mastère logistique à l’ESC p.7

Gaëlle Pérès, des hôtels Les Balladins et Best Western p.8

© SIMON COHEN

ACTIONS DE LA CCI

Édition publicitaire de la C.C.I. de Brest. Le Télégramme, éditions de Brest et Châteaulin du 3 juin 2010.

N° 130 juin-juillet-août 2010

Pépinières d’entreprises

pousser les talents !

© MALO LOUARN - 2009

faire

FOCUS. Né aux États-Unis dans les années 70, le concept de pépinières d’entreprises est aujourd’hui bien ancré dans le paysage du territoire de la CCI : la chambre anime 5 d’entre-elles. Son but est d’aider au maximum les porteurs de projet, grâce à un accompagnement effectué par les conseillers. Objectif établi : assurer la pérennité de ces jeunes entreprises et ainsi, favoriser le développement économique de la région. p 4-5

Adieu la Jeanne Elle a effectué son ultime traversée. Le 27 mai, la Jeanne d’Arc a fait escale pendant quatre jours au port de commerce de Brest. Ce fut le dernier tour de piste de ce navire-école de la Marine nationale, qui formait chaque année entre 130 et 150 élèves officiers. Avant de tirer sa révérence pour rallier le port militaire et entamer une phase de désarmement, il a été ouvert aux officiels et au public pendant deux

jours. L’occasion, pour les Brestois de saluer une dernière fois leur «  Jeanne  ». Ambassadrice de la France sur les mers du monde, le bâtiment était sorti des chantiers brestois en 1964. C’est aussi à Brest, son port d’attache, qu’elle venait se faire bichonner au retour de ses campagnes en mer. Active sur le front des catastrophes planétaires, la Jeanne avait, par exemple, accueilli à son bord des

naufragés de boat people dans les années 80 ou encore porté secours aux sinistrés du tsunami de 2004. Depuis 1993, le navire avait ajouté une corde à son arc en devenant l’ambassadrice des entreprises de la région brestoise et du Finistère. Cette relation était rendue visible lors des missions économiques et scientifiques, planifiées lors des campagnes du navire. Initiées par Brest métropole océane et organisées par la CCI, pour le versant « entreprises  », ces missions ont ainsi fait découvrir le savoir-faire finistérien dans différents coins du globe : Tokyo (Japon), Jakarta (Indonésie),

Valparaiso (Chili)… Pendant ces escales, les chefs d’entreprise pouvaient s’appuyer sur le prestige de la Jeanne pour prospecter, chercher

La Jeanne d’Arc.

de nouveaux marchés… Le bâtiment était ainsi devenu un allié précieux du rayonnement à l’international des entreprises du Finistère.

© MARINE NATIONALE

à l’affiche L’ultime traversée 


Dès septembre, après 8 mois de travaux et 750 000 e investis, le centre de formations techniques, Cefortech, géré par la CCI, disposera de nouvelles conditions d’accueil.

Le Cefortech fait peau neuve

E

Bon à savoir

n septembre, l’été tou­ chera à sa fin et le Cefortech connaîtra, lui, ses plus beaux jours. Le centre de formations techniques a une histoire particulière. Avant d’être rachetés par la CCI en 1987, les bâtiments, construits sur le port de commerce dans les années 70, abritaient une entreprise de réparation navale. Autant dire que les locaux n’étaient pas conçus pour recevoir du public.

Depuis, la CCI avait investi dans les équipements pédagogiques, à savoir l’aménagement de salles de cours et d’une nef destinée à la manutention, mais rien n’était venu perturber la vie du grand bâtiment central. Et, à entendre Gilbert Pérès, élu de la CCI en charge de l’Emploi et de la formation professionnelle, il fallait lui offrir une nouvelle jeunesse  : «  Le dernier gros investissement datait de 2000. Pour les travaux actuels, le but est de rendre plus confortables les différents espaces de vie puisque l’outil pédagogique en lui-même, est très performant ». Même son de cloche chez Norbert Penvern, Bernard Le Guen et JeanYves Lareur, responsables du Cefortech  : «  Les travaux étaient devenus impératifs. Une partie du centre était

© SIMON COHEN

des espaces plus confortables

Électricité, peinture industrielle, engins de chantiers... Le Cefortech propose de multiples formations.

dans un mauvais état, il fallait réadapter les espaces comme l’accueil, les sanitaires, le lieu de restauration des stagiaires et certaines salles… ». Les premiers coups de pioche ont donc été donnés en février dernier. Et le chantier devrait s’achever en septembre. Soit 750 000 euros investis, dont une partie financée par le conseil régional, en vue d’améliorer les conditions d’accueil des stagiaires, près de 4  000 par an. En attendant, certaines salles de cours ont été transférées dans des bungalows afin de ne pas perturber la bonne tenue

des formations. « L’objectif de ces travaux est de s’adapter aux exigences actuelles d’un centre de formation moderne pour adultes », souligne Norbert Penvern. Dans les faits, donc  : renouvellement des sa­­ nitaires, réaménagement d’une salle de pause sur deux niveaux, élaboration d’un nouveau point d’accueil, restructuration de salles de cours, adaptation à l’accueil d’un public féminin de plus en plus nombreux et meilleure accessibilité aux personnes handicapées. Les aménagements extérieurs feront, eux, plus tard, l’objet d’une seconde tranche de travaux.

Avec quelque 2 000 m2 d’ateliers couverts et 6 000 m2 de terrains extérieurs, le Cefortech dispose d’un environnement idéal pour toutes les formations techniques à destination des salariés d’entreprises, demandeurs d’emploi et stagiaires en alternance : sécurité, électricité, peinture industrielle, Caces-chariots élévateurs, nacelles, engins de chantiers...

Cefortech, 20, rue Jean-Charles Chevillotte à Brest. 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

les rendez-vous… …de la CCI 24 juin

Matin Créateur. Vous avez un projet de création ou de reprise d’entreprise ? La CCI propose d’assister à une réunion gratuite, le Matin Créateur (étude de l’idée, méthodologie de la création, aides techniques et financières…). Inscription obligatoire. Accueil de l’entrepreneur (CCI). 02 98 00 38 73 @ accueil.entrepreneur@cci-brest.fr

du 14 au 21 juin

Stage 5 jours pour entreprendre.

Ce stage, organisé par l’Espace entreprendre de la CCI de Brest, couvre les aspects liés à la création d’entreprise  : conseils juridiques, gestion/fiscalité, banque, assurance, expert-comptable, notaire… Participation : 150 €. Accueil de l’entrepreneur (CCI). 02 98 00 38 73 @ accueil.entrepreneur@cci-brest.fr

…des professionnels 23 juin

2e forum de Finist’éco à Pleyben. Ce forum sur l’économie

du département est organisé par la Cocef (Conférence des chambres économiques du Finistère) qui regroupe les 3 CCI, la chambre de métiers et de l’artisanat et la chambre d’agriculture. Ronan Stéphan sera le grand témoin de ce forum. Les Brestois connaissent bien cet ancien directeur du Technopôle Brest-Iroise nommé depuis septembre 2009 au ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche comme directeur général pour la recherche et l’innovation. Il interviendra sur l’innovation, comme facteur de développement économique. De 17 h 30 à 19 h 30. Sur invitation. CCI de Morlaix. 02 98 62 39 39 @ contact@morlaix.cci.fr @ www.cci-brest.fr

la CCI vous accueille pour vous informer Chambre de commerce et d’industrie de Brest. 1, place du 19e R.I., BP 92028, 29220 Brest Cedex 2. Votre CCI est ouverte de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h, du lundi au vendredi. 02 98 00 38 00 @ info@cci-brest.fr @ www.cci-brest.fr Antenne de Châteaulin. 30, quai Charles-de-Gaulle, 29150 Châteaulin 02 98 86 53 02 @ antenne.chateaulin@cci-brest.fr CCI Info. Centre de documentation économique ouvert à tout public chaque jour de 14 h à 17 h. 02 98 00 38 15 Fichier des entreprises. Information et vente d’annuaires des entreprises (8 h 30-12 h 30 / 14 h-17 h). 02 98 00 38 06 Eurocil Habitat. 02 98 00 38 88 Courants. @ courants@cci-brest.fr 02 98 00 38 44

pour vous aider à créer et développer Espace entreprendre. Service d’information et de conseils juridiques, fiscaux et sociaux pour les porteurs de projets de création ou reprise d’entreprise. 02 98 00 38 73 Pépinières d’entreprises. Hébergement et accompagnement de porteurs de projets et de créateurs d’entreprise. » Mescoat, à Landerneau 02 98 30 35 00 » Penhoat, à Plabennec 02 98 07 27 27 » L’Aulne-Maritime, au Faou 02 98 81 17 70 » Châteaulin 02 98 81 25 34 » Crozon 02 98 27 24 76 Département industrie, services et international. Sur rendez-vous.

02 98 00 38 18

Sur rendez-vous.

02 98 00 38 17

Département commerce, tourisme et services. Centre de formalités des entreprises. Service d'information sur les formalités juridiques liées à la création-reprise d'entreprise. 02 98 00 38 05 ChamberSign. Service de promotion de la signature électronique des CCI. 02 98 00 38 76

pour vous faire voyager Aéroport Brest Bretagne. @

www.brest.aeroport.fr

02 98 32 86 00 navette routière 0 820 850 252

pour vous former Voir page 7 2 Courants

juin-juillet-août 2010

chambre de commerce et d’industrie de Brest


Le dispositif Plato repose sur le parrainage des dirigeants de PME et TPE d’un même bassin d’emploi par des cadres détachés de grandes entreprises. Porté par la CCI, il débarque à Brest.

Un nouveau groupe Plato à Brest

© JEAN HIN

créé en belgique en 1988

Inscriptions

Coût : 1 125 € pour un cycle de 18 mois. Public concerné : dirigeants de TPE, PME jusqu’à 100 salariés. Secteurs d’activités prioritaires : industrie, agroalimentaire, services aux entreprises, BTP, commerce de gros, transport de marchandises.

C

’est parti pour le futur  Plato de Brest. Lancé par la CCI, le groupe brestois devrait voir le jour dans le courant de l’été. Dispositif d’échanges entre dirigeants de PME et PMI, ce programme  permet à des chefs d’entreprises de tailles différentes et de divers secteurs d’activité de travailler ensemble sur des problématiques communes.

mois pendant une période d’un an et demi. Ces séances de travail sont animées par des experts et des cadres détachés de grandes entreprises. Véritables coachs, ces derniers mettent leurs compétences au service des participants dans des domaines aussi différents que le management, la stratégie, les ressources humaines…

à la demande des professionnels

la force des réseaux

À Brest, sa mise en place répond à une demande. « Au fil de nos contacts, nous avons senti le besoin exprimé par certains dirigeants de se retrouver ensemble et d’échanger  », commente Marcel Hamon, viceprésident de la CCI en charge de l’Industrie. Le principe est simple. Chaque groupe rassemble une quinzaine de personnes qui se retrouvent chaque

Le principal atout de ce dispositif  est sa souplesse de fonctionnement. Une fois en place, les groupes s’organisent en toute autonomie. Les participants choisissent eux-mêmes les thèmes qu’ils souhaitent approfondir, les lieux et les horaires de leurs rencontres. Seul impératif  : accepter de se libérer une demi-journée par mois pour des séances collectives de tra-

Le dispositif a fait ses preuves. Depuis son lancement en Belgique, en 1988, plus de 8  500 dirigeants ont plébiscité le système à travers toute l’Europe. La Bretagne compte aujourd’hui 30 groupes actifs, soit près de 400 dirigeants de PME. Pilotés par les CCI du département, des groupes sont en marche à Quimper, Carhaix et au Faou. Les raisons de ce succès ? Audelà d’un travail en commun solidement encadré qui crée un climat stimulant, Plato apporte une bouffée d’oxygène à des dirigeants souvent bien isolés dans leurs entreprises. «  Les chefs d’entreprise sont souvent seuls. Grâce à Plato, ils se rendent compte que leurs homologues rencontrent des problèmes identiques. Ces échanges leur permettent de décompresser, de relativiser. Il n’est pas rare que des liens forts se tissent entre les membres d’un même groupe et perdurent bien au-delà d’un cycle. » Dominique Chamoux, conseiller au service Industrie, services et international. 02 98 00 38 18 @ industrie@cci-brest.fr

<interview>

Jean-Christophe Cagnard élu de la CCI

La CCI s’est engagée dans la création d’un groupe Plato. Pour quelles raisons ? Jean-Christophe Cagnard : L’un des axes de travail de la CCI, depuis sa création, est d’encourager les professionnels à partager leurs expériences, à bénéficier de conseils et de formations afin de développer leurs entreprises. La philosophie de Plato va dans ce sens. Comme nous avions déjà testé le dispositif grâce à la création d’un groupe au Faou en 2008, en partenariat avec la CCI de Morlaix et vu son succès, nous avons lancé la formule sur Brest. De nombreux professionnels du secteur en avaient exprimé le désir. © SIMON COHEN

vail et s’engager pour un cycle de 18 mois. Régulièrement, des séances plénières rassemblent des membres Plato des différents groupes bretons, jetant les bases d’un réseau, relayé au niveau national, voire européen par des journées d’affaires communes.

Avec Plato, la CCI ajoute un nouveau réseau à la vingtaine qu’elle soutient déjà entre le siège et l’école supérieure de commerce de Brest. Pouvez-vous nous expliquer cette politique ? J-C. C. : Soutenir les réseaux professionnels est essentiel pour la CCI. Car c’est l’une de ses missions que de créer des liens entre les hommes. Depuis des années, nous incitons les chefs d’entreprises, les professionnels, à se regrouper, à échanger sur leurs pratiques, leurs contraintes… et leurs opportunités ! Dans cette optique, nous aidons les clubs : certains en les hébergeant dans nos locaux, en leur mettant à disposition des salles de réunion, pour d’autres en les soutenant administrativement. Nous sommes également à l’initiative de certains réseaux, comme le club des responsables de production qui a été lancé en mars. Est-il indispensable pour un professionnel d’être dans les réseaux ? J-C. C. : C’est bien entendu en fonction de chaque personne, de son caractère... mais oui, il faut sortir de son entreprise pour favoriser son développement. Un dirigeant solitaire n’aura peutêtre pas envie de rejoindre un réseau. Mais au fil du temps, sur ce registre, la formule « essayer, c’est l’adopter » se révèle exacte. Nous sommes aujourd’hui dans un monde économique difficile où le réseau est une force. Les entrepreneurs, qui se sentent souvent seuls face à leurs choix, trouvent là une manière de se ressourcer, en discutant, en écoutant leurs homologues raconter des situations similaires. Certains réseaux, comme Plato, permettent aussi de se mettre à niveau, de se former, ce qui est extrêmement positif pour le dirigeant, en tant que personne mais aussi en tant que chef d’entreprise. Enfin, et ce n’est pas à négliger, le réseau favorise aussi les affaires et les contacts. sur les réseaux de la CCI @ www.cci-brest.fr (rubrique Se développer / Industrie)

Le premier aéroport breton tient son rang. Et la nouvelle saison rime avec record de destinations : 22 vols vacances au total. À l’offre traditionnelle sont venues se greffer six nouveautés.

© SIMON COHEN - archive

Une saison été de haut vol à l’aéroport

A

vec 22 destinations en vols vacances prévues, la nouvelle sai­­ son de l’aéroport Brest Bretagne affiche de jolies couleurs. « Jamais un tel éventail de destinations n’avait été proposé à Brest », résume André Jourt, vice-président Équipements de la CCI, aussitôt rejoint par Jérôme Le Bris, res-

ponsable du développement à l’aéroport : « Un record qui s’explique par le fait que l’aéroport gagne en notoriété aux yeux des tours opérateurs ».

marmara, salaün holidays... Avec 1 330 sièges par semaine au départ de Brest en 2010 (15  % de plus

que l’an dernier), Marmara s’impose comme le leader des vols vacances du côté de la cité du Ponant. Et élargit encore son offre sur la Turquie : en plus du traditionnel vol vers Antalya, il met en place Bodrum (tous les jeudis, jusqu’au 21 octobre). « Parce qu’ici, il y a une vraie demande, admet Philippe Tigréat, directeur régional grand ouest chez Marmara. Brest est devenue une plateforme incontournable. Nous entendons bien poursuivre notre collaboration.  » En attendant, les destinations vacances proposées par le tour opérateur risquent de donner le tournis au plus indécis des vacanciers  : Monastir, Djerba, Héraklion, Antalya, Bodrum et Palma de Majorque en saison, et Marrakech toute l’année. Les autres nouveautés de la saison - tous tours opérateurs confondus entraîneront les voyageurs du côté de l’Égypte (Louxor, le 9 octobre, proposée par Look Voyages), de la Grèce (Corfou, par Héliades et Destinations Privilège sur plusieurs dates en mai et juin  ; Rhodes, par Héliades jusqu’au 26 septembre), de l’Écosse (Edimbourg,

le 23 juin, par Vacances Transat). Enfin, l’été 2010 sonnera le retour de la Sicile puisque Palerme sera proposée le 17 septembre par l’un des partenaires historiques de l’aéroport Brest Bretagne  : Salaün Holidays. Depuis le premier vol vers Ibiza en 1994, le T.O. de Pont-de-Buis n’a jamais cessé de faire de Brest son aéroport de prédilection : « Notre histoire a démarré en Finistère. Et l’aéroport finistérien de référence, c’est Brest, analyse Stéphane Le Pennec, directeur général de Salaün Holidays. Cette collaboration nous a même amenés à ouvrir une agence à l’intérieur même de la nouvelle aérogare. C’est aussi une manière d’affirmer la philosophie de proximité qui est à la base de Salaün Holidays et d’orienter les vacanciers vers cette aérogare qui touche aussi bien les Finistériens que les Morbihannais ou les Costarmoricains ».

35 destinations

Du côté des vols réguliers, les compagnies à bas coût augmentent leur nombre de rotations sur Londres Luton, Dublin, Southampton, Birmingham et Manchester. Le programme des vols intérieurs est inchangé. Il faut aussi noter qu’aucun autre aéroport régional français ne propose autant de destinations sur la région Paca avec Marseille, Nice et Toulon.

Toutes les destinations sont sur @ www.brest.aeroport.fr (rubrique vols et destinations/vols réguliers et vols vacances).

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Courants juin-juillet-août 2010

3


FOCUS

Comment aider au mieux à la création d’entreprises ? En permettant aux porteurs de projets d’acc accompagnant dans leurs premières années… Le point sur la recette CCI.

Pépinières d’entreprises : des déve L’idée de la pépinière d’entreprises n’est pas une invention française. La plupart des pays industrialisés connaissent déjà le principe. Les premiers à avoir entrepris une expérience de ce type, connue sous l’appellation business incubator, sont les ÉtatsUnis dans les années 70. En France, il faut attendre les années 80 pour en voir émerger. Chaque pépinière est adaptée aux particularités du milieu dont elle est issue. Son originalité tient surtout dans l’instauration d’une ambiance et d’une culture d’entreprise. *Extrait de l’article « géographie des mutations industrielles. Le phénomène des pépinières d’entreprises », Ann Géo, N 550, université de Paris 1, G.B.BENKO, 1989.

L

a petite dernière vient de souffler sa première bougie. La pépinière d’entreprises de Crozon est en effet la 5e et dernière pépinière en date dont la CCI assure l’animation. Cette structure a été bâtie par la communauté de communes de la presqu’île de Crozon qui souhaitait ainsi favoriser la création d’entreprises sur son territoire. Désireuse d’être bien épaulée dans ce projet, elle s’est adjoint les services de la CCI. La chambre est en effet expérimentée dans l’animation des pépinières d’entreprises depuis 1998. Cette année-là, elle avait commencé à conseiller les jeunes talents de la pépinière de Landerneau-Daoulas suivies par ceux de Plabennec (2002), du Faou (2004) et de Châteaulin (2009). À chaque fois, le même schéma est activé  : la communauté de communes gère la pépinière concernée et la CCI assure son animation. L’enjeu est important. «  Le but est de générer de l’emploi, de la richesse pour le territoire », explique Gilbert Bellec, vice-président en charge de l’économie à la communauté de communes du Pays des Abers. Pour réussir ce défi, développer les talents, il faut bien entendu certaines conditions, tout comme une plante a besoin de soleil pour pousser, si on reste dans l’analogie de la pépinière du jardinier. En voici la recette locale, celle déclinée dans les cinq structures qui émaillent le territoire du nord au sud.

de candidature et le plan prévisionnel. Et émettent un avis sur la recevabilité du projet. D’autres critères entrent en jeu comme le respect des cahiers des charges de la pépinière. Mais l’originalité d’un projet, son aspect novateur, n’est pas pour déplaire. « La pépinière est là pour prendre des risques », précise Gilbert Bellec. À titre indicatif, sur les 136 porteurs de projets qui ont postulé depuis 1998, 74 % ont passé ce cap.

favoriser un bon environnement Cette condition établie, en arrive une autre : l’environnement. À commencer par la situation géographique de la pépinière, primordiale pour attirer

réduit ». Et, les aménagements, mis à disposition par la collectivité, apportent des petits plus : photocopieuse, salle de repos avec machine à café…

plabennec et les abers Zone de Penhoat 29860 Plabennec Contact : 02 98 07 27 27

accompagner les créateurs Enfin, dernière condition indispensable : l’aspect humain. Grâce à la CCI, un conseiller ou un animateur intervient chaque semaine auprès des jeunes pousses, comme par exemple Véronique Raher-Hériaud au Faou et Christelle Hamon à Plabennec. Leur but est d’apporter les « conseils, le savoir-faire de la CCI » au créateur afin qu’il mène à bien son projet. Pour y arriver, des rendez-vous individualisés sont prévus afin de suivre le pro-

Saint-renan

Île d'Ouessant

« Les conseils de la CCI et son savoir-faire » l’entreprise, la faire connaître... Plusieurs éléments jouent  : la proximité d’une agglomération, la facilité d’accès (grandes voies de communication…). Le choix de l’une des 5 pépinières est ensuite affaire de l’entrepreneur  : Didier Banis de Terurba, entreprise spécialisée dans l’immobilier, assistance maîtrise d’ouvrage et gestion de foncier, a choisi Châteaulin parce qu’il y «  habite  ». Dans ce cas, le facteur proximité a joué. Les locaux sont aussi un point important. L’architecture des pépinières a ainsi été conçue pour renvoyer une «  bonne  » image de l’entreprise. Guillaume Tobie, de Batitherm conseils, installé au Faou, remarque «  que recevoir un client en pépinière est plus sérieux que de le faire dans sa cuisine  ». Cette image est confirmée par la qualité de l’accueil  : une secrétaire gère, dans la plupart des cas, les appels téléphoniques et oriente au besoin vers les bureaux. L’environnement est également « adapté » au créateur d’entreprise. Adapté à son porte-monnaie comme l’évoque Didier Banis de Châteaulin  car « le bureau [ou l’atelier] est à coût

sélectionner les projets porteurs La première condition pour développer un talent est d’en trouver un. Pour les créateurs, âgés entre 30 et 50  ans, cela signifie présenter un projet mûri. La CCI intervient d’ailleurs dès cette étape en proposant un accompagnement du porteur de projet par le conseiller en charge de l’animation de la pépinière, ou par le biais de son Espace entreprendre. Une sélection est ensuite effectuée : les élus de la communauté de communes et les conseillers de la CCI étudient en concertation le dossier

jet. En dehors de ces cadres formels, des liens se tissent avec le conseiller et les autres créateurs d’entreprises. Le réseau fonctionne et la solitude de l’entrepreneur disparaît. Cet aspect a séduit Guillaume Tobie de Batitherm conseils, entré en janvier dans la pépinière du Faou : « Le fait d’être accompagné par un animateur et d’être au contact d’autres créateurs est plutôt rassurant. On se dit qu’on peut, au besoin, poser une question à quelqu’un ». Au final, au travers des témoignages, un constat se fait jour  : les jeunes entreprises semblent mieux armées en étant en pépinière. La mission de départ, à savoir développer des talents, a-t-elle donc été menée à bien  ? Difficile d’y répondre par les chiffres. Mais les ressentis de jeunes pousses devenues grandes peuvent amorcer une réponse. Selon Frédéric Yazbek d’AberGraphique, entreprise sortie en 2009 de la pépinière de Plabennec, «  ce passage [en pépinière] a consolidé le développement de notre agence web, et même augmenté notre notoriété ».

Ploudalmé

crozon Zone de Kerdanuez 29160 Crozon Contact : 02 98 27 24 76

© SIMON COHEN

Pour la petite histoire

© SIMON COHEN

< Témoignage > « La pépinière est un bon système »

Grégory Bot et Vincent Bellec, co-gérants d’Ydeos.

Ydeos, entreprise de communication événementielle, est une ancienne de la pépinière d’entreprises de Landerneau-Daoulas.Elle affiche un chiffre d’affaires, quatre ans après sa création en mars 2006, de 310  000  e. Son dirigeant, Grégory Bot, ne travaille plus seul comme aux dé-

4 Courants

juin-juillet-août 2010

buts, mais en équipe avec Vincent Bellec, son associé. En résumé, Ydeos est un bel exemple de création, que reconnait le chef d’entreprise trentenaire : « depuis le départ, ça fonctionne bien. Ça demande beaucoup de travail, en particulier d’explications pour faire connaître notre mé-

tier mais, au fur et à mesure, le bouche-à-oreilles fonctionne…  » Ydeos a ainsi participé au lancement d’Ikea en organisant la soirée du personnel, l’agence a aussi planifié une grande opération Coupe du monde de rugby en 2007 pour le groupe Tanguy Matériaux. Et pourtant, en mars 2006, le pari de Grégory Bot n’était pas gagné  : son secteur, la communication événementielle proposant également du tourisme d’affaires, du marketing sportif, était peu connu dans la région. Mais le jeune entrepreneur, 26 ans alors, avait balayé ses

craintes grâce à un esprit pragmatique : « Je prenais un risque minime. Financièrement, je n’avais pas d’investissement de départ, et peu de frais puisque le loyer en pépinière est modique. Au pire, je perdais du temps ». Mais le pire n’est pas advenu grâce au travail mené pendant trois ans « dans de bonnes conditions ». Il s’est tourné  «  naturellement  » vers la structure car «  il ne se voyait pas travailler de chez lui ». Il connaissait le principe de la pépinière, « un bon système  », juge-t-il. « Elle offre tout de suite la dimension d’une vraie entreprise, avec du matériel,

des salles de réunion, des bureaux, l’accueil téléphonique et le travail administratif ». Sans compter la permanence effectuée par la CCI au sein de la pépinière. L’opportunité pour le chef d’entreprise de se faire conseiller, par exemple, sur les aides financières au recrutement de salariés, sur l’accueil de stagiaires en entreprise et sur des moyens de promotion externe (radios...). Des « coups de pouce » intelligents pour assurer le développement de son entreprise. Autant d’atouts qui ne l’ont pas fait regretter son choix. Au contraire, il « le recommande ».

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Pourquoi la CCI de Brest a-t-elle décidé de s’investir dans l’animation de pépinières d’entreprises ? La CCI a une longue expérience en matière d’accompagnement des porteurs de projets. Encourager l’esprit d’initiative et apporter des conseils et formations aux futurs entrepreneurs font partie de ses missions. Aider les chefs d’entreprises hébergés en pépinières est dans la continuité de cette mission. Elle poursuit ainsi un double objectif  : assurer


VIE DE LA CCI

céder à des bureaux adaptés et financièrement accessibles et en les

eloppeurs de talents Lesneven

Zone de Mescoat 29800 Landerneau Contact : 02 98 30 35 00

ézeau Plabennec Landerneau Ploudiry Guipavas

Brest

CCI

du département Commerce, tourisme et services de la CCI. Depuis le 1er avril, il remplace Michel Bellec, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Jusqu’alors, Olivier Costil était conseiller Tourisme à la CCI. © SIMON COHEN

© BASILIC COMMUNICATION - Source : DR / Simon Cohen / CCI de Brest

landerneau

Lannilis

> Olivier Costil, nouveau chef

> Deux nouveaux catalogues

Loisirs en Finistère. L’association Loisirs en Finistère, soutenue par CCI 29, vient de publier la 2e édition de son guide présentant toutes les sorties à faire dans le département. Tous les secteurs des loisirs sont représentés : culture, patrimoine, sport, découverte, nature… Au total, 36 équipements et sites sont à découvrir. Pour inciter le public à en profiter, des réductions sont proposées dans le guide, des tombolas avec des entrées et des séjours à gagner sont également organisées. @ www.loisirs-en-finistere.com

Daoulas

Crozon

Zone de Quiella 29590 Le Faou Contact : 02 98 81 17 70

châteaulin ZAC Run ar Puns 29150 Châteaulin Contact : 02 98 81 25 34

Guide des visites d’entreprises en Finistère. L’édition 2010 de ce guide pratique, de 44 pages, vient de sortir. Il a été conçu et réalisé par CCI 29, qui regroupe les 3 CCI du Finistère, avec le concours du conseil général, les Gîtes de France et la fédération départementale des offices de tourisme. Il recense les 88 entreprises du département qui proposent au grand public de visiter leurs ateliers, de découvrir leur savoir-faire et leurs produits. Des idées de sorties originales. Pour se procurer le guide, contacter la conseillère Marine Lucas au Département commerce et tourisme (CCI). 02 98 00 38 66

l’aulne maritime

Le Faou

Châteaulin

> Saison paquebots : départ de croisière depuis Brest

C’est une nouveauté ! La compagnie Plein Cap propose aux amoureux de la grande bleue des croisières au départ du port de Brest. Les passagers navigueront à bord de l’Adriana, un navire aux allures de grand yacht, réputé pour ses beaux ponts en teck et sa piscine d’eau de mer. Au programme de la première croisière, baptisée « Irlande : Mystères et légendes », une escale aux îles Scilly, puis la découverte de Cobh, Foynes, Rossaveal et Glengariff avant un retour au port de Brest. La croisière du 16 juin au 25 juin, intitulée « Croisière celtique », a un programme différent : la découverte de Cork et Dublin, l’île de Man, l’Écosse avec une escale à Oban, les îles Hébrides avec Stornoway, les îles Orcades, les îles Shetland et enfin une arrivée à Bergen en Norvège. Le retour vers la France se fera en avion. Dates : du 8 au 16 juin, 9 jours à partir de 1 450 e/ personne. Du 16 au 25 juin, 10 jours, à partir de 1 700 e/ personne. et réservations à l’agence Salaün Holidays ou Plein Cap Croisières 04 93 20 21 20 @ www.plein-cap.com

L’incubateur Produit en Bretagne, une vraie innovation Créé en 2006 par la CCI de Brest, l’école supérieure de commerce de Brest, l’association Produit en Bretagne et la CRCI, l’incubateur Produit en Bretagne propose aux futurs créateurs d’entreprise un «  coaching » unique. « Ici, on travaille en amont de la création, sur les idées, explique David Mérieau (ci-contre), salarié de l’ESC et animateur de l’in-

cubateur, basé dans les locaux de l’ESC Bretagne Brest. Une grosse différence donc avec la pépinière d’entreprises et les incubateurs « technologiques  » des écoles d’ingénieurs. Les candidats sont sélectionnés, entre autre, selon le caractère innovant du projet, « innovation de marché ». Parmi les 170 candidats, seulement 17 ont passé ce cap depuis 2006. Concrè-

tement, ces porteurs d’idées bénéficient d’un accompagnement de six mois à deux ans, jusqu’à la création de leurs entreprises. Ils s’appuient sur les conseils de l’animateur, d’un chef d’entreprise de Produit en Bretagne. Un comité de pilotage composé des membres fondateurs suit également leur progression. David Mérieau 02 98 34 44 92

>

< questions à > Marcel Hamon

vice-président Industrie de la CCI

Comment la CCI agit-elle concrètement dans l’animation des pépinières d’entreprises ? La vocation des pépinières d’entreprises est de mettre à disposition des porteurs de projets un environnement

fa­vo­rable à la création et au développement de leurs entreprises, en leur apportant un support adapté en termes d’infrastructures et de conseils personnalisés. La CCI de Brest leur offre son soutien sous la forme de conseils personnalisés, depuis la phase initiale de formalisation de leur projet et de constitution de leur dossier, jusqu’au moment de leur sortie de pépinière et de leur intégration autonome dans le tissu économique.  Elle lui apporte également son réseau vers d’autres entreprises. Rendez-vous sur @ www.cci-brest.fr

> Nouveau feeder vers l’Irlande au port

Depuis mars, BG Freight Line, nouvelle compagnie maritime, assure un nouveau service feeder* conteneurisé hebdomadaire. Ce service est opéré par deux navires identiques d’une capacité de 803 EVP**. La compagnie transporte désormais les conteneurs de Maersk entre les ports de Brest et de Rotterdam pour une connexion à tous les continents, tant à l’import qu’à l’export. Ce service dessert en direct les ports de Brest, Montoir et Rotterdam mais également ceux de Dublin et Cork. Il permet d’assurer une connexion avec les autres services de BG Freight Line qui desservent les ports de Belfast, Grangemouth et Teesport en transbordement via Rotterdam.

© SIMON COHEN

un accompagnement performant des porteurs de projets d’entreprises et conforter une présence territoriale sur l’ensemble de sa circonscription, par le biais d’un renforcement des partenariats avec les communautés de communes.

Un annuaire électronique régional pour les professionnels Business to Business  Découvrez www.clic-services-bretagne.fr. Cet annuaire, créé en 2009 à l’initiative des CCI de Bretagne, est destiné aux 25 000 prestataires bretons de ce secteur (2 600 entreprises sur la circonscription de la CCI de Brest). Il permet non seulement à chaque professionnel des services B to B de promouvoir ses activités et domaines d’expertise mais aussi de favoriser la mise en relation clients/prestataires. N’hésitez pas à vous y inscrire, c’est gratuit et vous y gagnerez en visibilité.

* Navire collecteur de petit tonnage permettant l’éclatement sur différents ports d’une cargaison apportée dans un port principal par un gros navire intercontinental. Désigne également la collecte de marchandises vers le port principal. ** Équivalent vingt pieds : unité de mesure des conteneurs.

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Courants juin-juillet-août 2010

5


INITIATIVES Soucieuse d’accompagner les entreprises dans leur développement, l’école supérieure de commerce Bretagne Brest vient de lancer le Centre de ressources en management.

SUR LE NET

> Metiersducommerce.fr. À destination des professionnels du

LE CRM : un pas de plus vers les entreprises

commerce mais aussi du grand public (étudiants, demandeurs d’emplois, en­seignants…), le site www.metiersducommerce.fr, lancé en mars par le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, a déjà séduit plus de 160 000 internautes. Il offre une information complète et dynamique sur le secteur : plus de 60 fiches métiers détaillées (description, parcours, rémunération…), les formations pour y accéder en partenariat avec l’Onisep, des milliers d’offres d’emploi proposés par Pôle emploi, des témoignages vidéo de professionnels et même un test qui aide les jeunes à s’orienter  ! Pour rappel, le secteur du commerce représente 2 millions d’emplois en France, dont 230 000 ont été créés les 10 dernières années…

R

enforcer les liens entre l’école et l’entreprise  : c’est l’une des priorités de l’ESC Bretagne Brest. Il y a un an, l’école supérieure de commerce créait, dans ses murs, l’Espace entreprises, véritable lieu d’accueil des sociétés. Cette fois, l’établissement va plus loin en leur proposant le Centre de ressources en management (CRM).

Développement > Showroom d’Aquaconcept. L’entreprise, installée à Gouesnou

Cette nouvelle structure est née le 19  mars dernier. Son principe  ? En contrepartie d’une cotisation modique, les membres deviennent des «  interlocuteurs privilégiés  » de l’école et peuvent ainsi bénéficier de ses ressources « à la carte ». Six pôles leur sont ainsi proposés  : «  le développement des compétences », « la communication et la mise en réseaux », « la veille stratégique », « la recherche appliquée », « la pédagogie interactive  » et «  le recrutement des cadres ». C’est ainsi que les membres du CRM sont prioritaires, par exemple, pour publier en direct leurs offres d’emploi ou de stages et auront accès à la

Au CRM, de gauche à droite : Françoise Choquet, directrice des relations extérieures et du développement, et Martine Troussel, responsable de l’apprentissage.

CVthèque. Un coup de pouce bienvenu pour le recrutement des cadres !

expertise des enseignants Les entreprises bénéficient, par ailleurs, d’outils de communication favorisant leur visibilité : publication de leur nom et de leur logo sur le site Internet de l’école, accès gratuit à des services jusqu’ici payants comme la participation à des conférences ou l’utilisation des amphithéâtres. Parmi les autres services offerts par le CRM  : la mise à disposition de l’expertise

des enseignants de l’ESC : recherche appliquée, formation continue… Ou encore l’accès à l’Infothèque, qui permet aux professionnels de consulter des ouvrages spécialisés… Enfin, sur le terrain du développement des compétences, le CRM offre à ses adhérents des avantages non négligeables  : tarifs préférentiels sur les formations mais aussi participation à l’élaboration des contenus de formation. Le CRM vient tout juste de démarrer. L’ESC mise sur une cinquantaine d’adhérents la première année.

et spécialisée dans la conception et l’installation de piscines intérieures et extérieures, hammams, saunas, spas et salles de bains, a lancé en avril son showroom de 300 m². Dans cet espace joliment aménagé dans des tons chauds et boisés, les clients découvrent tout le savoir-faire de la société. Mieux encore, ils peuvent tester, sur place, les équipements. À vos peignoirs.

© simon cohen

services à la carte

Pratique

Cotisation de 300 e/an.

> Un chocolat nommé tramway. Le 6 mai, l’enseigne C. Chocolat,

rue Duquesne, a lancé sa dernière gourmandise : « Le Tram ». La famille Hénaff, propriétaire de l’enseigne créée il y a 4 ans, a voulu marquer, à sa façon, l’événement brestois. Conçu comme un bonbon, ce nouveau chocolat allie l’onctuosité d’une ganache lactée au croustillant d’un praliné à la noisette. Une merveille* pour les papilles des petits et grands, futurs usagers du tramway. La relation avec le prochain transport collectif va également se poursuivre avec l’ouverture d’un nouveau point de vente, aux extérieurs de Brest, tout près de la ligne de tramway.

Véronique Levieil @ veronique. levieil@escbretagne-brest. com 02 98 34 44 92 @ www.escbretagne-brest. com

*La boîte en forme de wagon et ses 9 chocolats coûtent 9 e.

> Nouvelle jeunesse au restaurant Le M. L’établissement gas-

tronomique de la rue du Commandant Drogou à Brest vient d’offrir une cure de jouvence… à ses fenêtres. Un « détail » remarqué car les dirigeants, Bruno Diabaoui et Philippe Le Bigot, ont gardé les structures en bois d’époque, qui datent de 1934, tout en optant pour le confort moderne d’un double vitrage. C’est la société Isobois, installée à Saint-Divy, qui s’est ainsi chargée de ces travaux.

> Salaün Holidays opte pour le déplacement sur route haut de gamme. Il lance des véhicules haut de gamme qui permettent d’accueillir jusqu’à 8 personnes, selon les modèles loués. Dans l’habitacle, sont à disposition un ordinateur de bord, des écrans vidéo et un accès Wifi permettant de rester connecter. Autre atout, la partie passager du véhicule est indépendante de la partie conducteur et « se privatise » pour des séances de travail. Service commercial 06 85 03 08 86

>

le « sb 29 tour  ». Tout le monde le sait : le Stade Brestois 29 fête son grand retour en Ligue 1, l’élite du football français. Pour saluer l’événement, le club a décidé d’aller à la rencontre de ses supporters dans tout le Finistère pendant tout le mois de juin afin de promouvoir les valeurs du club et leur proposer des offres d’abonnements et du merchandising. Le « SB 29 Tour » passera ainsi par de nombreuses villes comme Châteaulin, Landerneau… Pour être sûr de le rencontrer, rendez-vous sur le site www.sb29.com

Courants

Publication éditée par la chambre de commerce et d’industrie de Brest : 1, place du 19e RI, BP 92028, 29220 Brest Cedex 2. Tél. 02 98 00 38 00. Mél. courants@cci-brest.fr Sous la responsabilité de : Michel Gourtay - Président du comité de rédaction : Michel Guyot - Responsable de la rédaction : Blandine Kermarec Coordination et secrétariat de rédaction : Cécile Renouard Rédaction : Catherine Croze, Damien Goret, Cécile Renouard ISSN : 0981-9282. Dépôt légal à parution - Conception graphique-réalisation : Basilic Communication - Publicité : Gédéon Marketing. Tél : 02 98 44 66 02. Tirage : 10 058 exemplaires

6 Courants

juin-juillet-août 2010

chambre de commerce et d’industrie de Brest


Suivre une formation > Vous avez

> Vous êtes

salarié(e)

> Formations tertiaires. Rue du Gué-Fleuri, Le Relecq-Kerhuon 02 98 30 45 75 @ www.formation.cci-brest.fr

moins de 26 ans

> Ifac (Centre de formation des apprentis). 11, rue Yves-Giloux, Brest 02 29 00 60 60 @ www.ifac.cci-brest.fr > ESC Grande École. 2, avenue de Provence Brest 02 98 34 44 44

> Vous êtes

> Formations techniques. Cefortech, 20, rue Jean-Charles Chevillotte, zone industrielle portuaire, Brest 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

demandeur d’emploi > Formation professionnelle continue : tertiaires 02 98 30 45 75, techniques 02 98 44 52 58 @ www.formation.cci-brest.fr

> Formations linguistiques. Ciel, rue du Gué-Fleuri, Le Relecq-Kerhuon 02 98 30 45 80 @ www.formation.cci-brest.fr > ESC (cycles formation continue et mastères/3e cycle). 02 98 34 44 44 @ www.esc-bretagne-brest.com

> ESC (cycles formation continue, mastères/3e cycle). 2, avenue de Provence, Brest 02 98 34 44 44 @ www.esc-bretagne-brest.com

4 formations, 4 métiers Rentrée 2010 : quatre nouvelles formations à l’Ifac en septembre

© RONAN LUSSOU

• F ilière Alimentation  : le bac professionnel Boulangerie pâtisserie en 3 ans. Objectifs : maîtriser les techniques et l’achat des matières premières, préparer les produits, gérer l’entreprise ou le rayon, la commercialisation et l’animation d’équipe.

Ronan Lussou.

Associer mastère et alternance sous forme de contrat de professionnalisation, c’est possible. Et c’est une des particularités du diplôme spécialisé Management des activités logistiques de l’ESC Bretagne Brest.

Mastère logistique : une belle voie de reconversion

R

eprendre des études à 35 ans passés, le pari était osé. Alors, certes, Ronan Lussou s’est interrogé avant de se lancer. Pourtant, responsable logistique au sein d’une entreprise dans laquelle, finalement, il s’estimait n’être plus qu’un « simple employé constamment sur les routes », il ne trouvait plus vraiment d’intérêts à sa fonction. Ses diplômes  ? Un BEP, un bac pro transport et un bac + 2 qui lui avaient permis d’acquérir une solide expérience sur le terrain au fur et à mesure de ses activités professionnelles.

tournant professionnel « À la suite d’un changement de cap professionnel, j’ai décidé de m’inscrire dans le mastère logistique de l’ESC. Mon but, c’était de valider mes acquis et de faire fructifier toutes ces compétences », explique le quadragénaire qui, depuis, a acquis le statut de cadre au sein de l’entreprise Even à Ploudaniel. «  Je n’ai vraiment aucun regret, conclut-il. Bien sûr, cela m’a demandé beaucoup de travail, mais j’ai le sentiment d’avoir connu un vrai retour sur investissement par rapport aux sacrifices que j’ai consentis. » Le mastère spécialisé Management des activités logistiques de l’ESC Bretagne Brest, Ronan Lussou l’intègre à la

rentrée 2005. Il obtiendra son diplôme en janvier 2007, au terme de six mois de stage à l’aéroport Brest Bretagne au moment où celui-ci est en pleins travaux d’agrandissement. Ce qui l’a marqué le plus, dans ces quelque 15 mois de formation, «  c’est le mélange entre enseignants chercheurs et professionnels ainsi que le mélange des générations, entre personnes en reprise d’études et jeunes étudiants. Je conserve le souvenir d’une grande complémentarité de l’ensemble  ». De son propre aveu, les cours dispensés à l’ESC lui ont permis d’acquérir «  une vision plus transversale du monde économique ». Par ailleurs, explique Ronan Lussou, «  l’apprentis-

sage a été assez curieux pour moi. Mes expériences passées m’avaient permis de maîtriser certains savoirs mais je me suis aperçu que ce qui me manquait, c’était ce langage commun aux logisticiens  ». Depuis septembre 2007, donc, Ronan Lussou est en poste chez Even. Il supervise et organise les activités de transport, veille au respect de la législation en matière de nutrition animale et de qualité des produits. «  J’ai le sentiment d’avoir suivi une formation généraliste, conclut-il. Elle m’a permis d’envisager différentes spécialités. Et, selon moi, c’est un des vrais points forts de ce mastère. Si c’était à refaire, je le referais demain. »

Conditions d’inscriptions La formation mastère spécialisé Management des activités logistiques de l’ESC Bretagne Brest est ouverte aux titulaires d’un bac + 5 ou d’un bac + 4 associé à trois années d’expérience professionnelle. « Sa grande particularité étant la possibilité de se former en alternance sous forme d’un contrat de professionnalisation », ajoute Valérie Fernandes, responsable du mastère. Prochaine session entre le 27 septembre 2010 et fin mai 2011, suivie d’un stage en entreprise à plein temps, jusqu’à fin novembre. À noter que les cours sont également ouverts, pour l’obtention d’un diplôme de troisième cycle, aux titulaires d’un bac + 2 faisant valoir trois ans d’expérience professionnelle. Véronique Le Vieil (ESC). 02 98 34 44 92

Ronan Lussou a intégré le mastère spécialisé Management des activités logistiques de l’ESC en 2005. En septembre 2007, il est en poste chez Even.

• F ilière Esthétique-cosmétique  : le brevet de Technicien supérieur, en contrat de professionnalisation, sur 2 ans. Objectifs : intervenir dans les différentes activités, gérer les achats et ventes, encadrer le personnel, participer à la gestion financière de l’entreprise. • F ilière Hôtellerie : la mention complémentaire de Cuisinier en desserts de restaurant, en contrat de professionnalisation sur 1 an. Objectifs  : concevoir, réaliser des entremets salés et sucrés et assurer leurs services. • F ilière Pharmacie : le certificat de qualification professionnelle en Dermatologie et Cosmétique, en contrat de professionnalisation, sur 10 mois. Objectifs : connaître les propriétés et la réglementation des produits d’hygiène et de cosmétique, conseiller les clients, savoir communiquer sur les produits, proposer une politique commerciale pour le rayon, organiser l’espace de vente et gérer les achats et stocks. Bon à savoir. Les 4 certificats de qualification professionnelle, lancés en avril, peuvent être intégrés tout au long de l’année  : cuisinier sur 12 mois, commis de cuisine sur 12  mois, serveur de restaurant sur 12 mois, pizzaïolo sur 6 mois. Ifac, 11, rue Yves-Giloux à Brest. 02 29 00 60 60. @ www.ifac.cci-brest.fr

> Ateliers

de sensibilisation à l’informatique et à Internet. À destination des commerçants et prestataires de services, un calendrier d’ateliers a été programmé afin de découvrir gratuitement les usages professionnels de l’informatique et d’Internet. Quatre modules sont proposés : « informatiser sa gestion d’entreprise  », «  communiquer avec ses clients », « communiquer avec ses partenaires » et « être présent sur le web  ». Les stages se dérouleront, à partir de septembre, à Brest, Landerneau, Lesneven, Saint-Renan, Crozon, Le Faou et Plabennec. Sylvie Viard, conseillère au Département Commerce (CCI). 02 98 00 39 17

> Contrats de professionnalisation en alternance : ma-

gasinier vendeur et vendeur magasin. Besoin de recruter un magasinier vendeur ou un vendeur conseil avant l’été ? Professionnels, sachez que c’est le dernier moment avant la saison estivale. Le Cefortech et le Ciel Bretagne,  centres de formations gérés par la CCI, proposent deux contrats de professionnalisation, adaptés à vos entreprises : magasinier vendeur et vendeur conseil en magasin. Juliane André 06 33 39 53 06 @ www.formation.cci-brest.fr/

> L’art des petits plats. Les ateliers, mis en place par la CCI

dans le cadre de la formation continue, se sont installés au Ciel Bretagne au Relecq-Kerhuon pour gagner en convivialité. Plusieurs stages sont proposés : « petits fours, craquants gourmands et macarons » le 4 juin et « cocktail dînatoire » le 11 juin. Des ateliers seront également proposés durant la période estivale. Prix : 80 e. et inscriptions 02 98 30 45 85 @ benedicte.bulle@cci-brest.fr

chambre de commerce et d’industrie de Brest

Courants juin-juillet-août 2010

7


L’INVITÉE À 30 ans, la Brestoise Gaëlle Pérès dirige l’hôtel économique Les Balladins et l’hôtel 3 étoiles Best Western. Rencontre avec une jeune femme qui fait « tout pour réussir ».

La passion hôtelière de Gaëlle Pérès

T

out sourire, elle contourne le comptoir pour nous accueillir. On est attiré par ses chaussures zébrées. Le ton est donné : Gaëlle Pérès, la directrice de l’hôtel Les Balladins et du Best Western, situés dans la zone de Kergaradec à Brest, est atypique. On le pressentait en lisant son parcours dans la presse : à 24 ans, elle prend la tête d’un hôtel économique de 63 chambres, en mauvais état, aux alentours en friche et le ressuscite en cinq mois. Mieux encore, à 29 ans, en 2009, elle ouvre un 3 étoiles de 36 chambres, équipé d’un restaurant et de salles de séminaires. Il fallait du cran et de la détermination : la jeune femme en déborde. «  Je ne lâche jamais l’affaire, je veux réussir », répète-t-elle au cours de la rencontre.

>1980 : naissance de Gaëlle Pérès à Versailles. > 1 987 : la famille revient à Brest. > 2 004 : rachat de l’hôtel Les Balladins, un économique de 63 chambres. > 2 009 : ouverture de Best Western, classé 3 étoiles. > 2 010 : avec le soutien de CCI 29, obtention du label tourisme et handicap. Premier hôtel labellisé dans le département pour les quatre familles de handicap. • 19 salariés. • Chiffre d’affaires prévu en 2010 : 750 000 e HT pour le Balladins Crystal Hôtellerie et 1 M e HT pour le Best Western Europe Hôtel.

Inévitablement, on veut en savoir plus. Qui est cette trentenaire qui dirige 19 salariés  ? Et d’où puise-t-elle cette force  ? Elle répond du tac au tac  : «  mon père  » (NDLR Gilbert Pérès). Tour à tour, conseiller, investisseur financier, et même… préparateur en petit déjeuner pour les clients lorsqu’ « au début, nous n’avions pas de sala-

8 Courants

© SIMON COHEN

À 30 ans elle dirige 19 salariés

juin-juillet-août 2010

riés  ». On le croise d’ailleurs, le jour de l’interview, dans le hall de l’hôtel, son dogue allemand à ses pas. Son influence est considérable. Et revendiquée par sa fille. Elle a « hérité de son sens des affaires  »… Il n’est pas non plus étranger à son parcours. Car la passion de Gaëlle Pérès pour les hôtels remonte à son enfance, lorsqu’elle l’accompagnait dans des salons professionnels. Elle en a « des souvenirs marquants », « des séances à la piscine, des repas au restaurant  ». L’atmosphère, les clients… tout cela lui est resté en mémoire.

mun » : « reprendre un hôtel de taille importante  ». En mars, c’est chose faite, l’aventure est lancée. Depuis, Gaëlle n’a pas cessé de travailler. Perfectionniste, elle reconnait « avoir du mal à déléguer  ». Elle a étudié chaque chambre, supervisé la couleur de chaque mur, choisi le moindre détail… « Pendant cinq ans, j’ai habité l’hôtel. Même lorsque j’ai eu un appartement [à une minute des établissements], il m’a fallu six mois pour déménager. » « Dur de lâcher prise », glisse-t-elle. Difficile car elle est passionnée, et que « [s]es hôtels, ce sont [s]es bébés ».

bts hôtellerie, expériences à l’étranger

membre de réseaux professionnels

Ainsi, à l’heure de l’envol, après le bac, Gaëlle choisit la voie de l’hôtellerie. Un secteur bien loin de celui du père, l’automobile, «  mais l’idée d’avoir quelque chose de tout cuit ne m’intéressait pas. Il me fallait un défi ». Le caractère est affirmé, entier. Son BTS en poche – effectué en alternance car « seule la pratique m’intéressait »-, elle pose ses valises pendant trois ans en Grande-Bretagne et gagne en expérience dans l’hôtellerie. En 2004, elle revient en France parce que ses parents lui proposent un « vrai défi en com-

Pour ouvrir son horizon et relâcher la pression, elle s’octroie d’épisodiques séances de shopping, dans un style « Pretty woman avec des sacs partout en un minimum de temps  ». Et côtoie des réseaux comme le Club des jeunes dirigeants et le Club des hôtels pointe Bretagne. Pour « rencontrer du monde ». Avant de retourner vite à l’hôtel… « Là, je travaille pour obtenir une quatrième étoile au Best Western et après quand il fonctionnera bien, j’aimerais avoir un autre hôtel. J’ai besoin de projet pour vivre… »

chambre de commerce et d’industrie de Brest


Courants  

Journal économique de la région brestoise

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you