Page 1

Rapport d’activités 2007 Le GLS est une main ouvrière au profit des prestataires de terrain. Il est là pour les seconder et les aider dans différentes démarches telles que le développement des relations entre prestataires de première et seconde ligne et le développement de la réunion de concertation. Le GlS n’est en aucun cas présent pour donner des ordres aux prestataires sur la façon de travailler ou pour leur imposer de participer à des projets ou autres initiatives quels qu’ils soient.

Table des matières 1. Présentation du GLS aux prestataires de terrain

P.1

2. Concertation multidisciplinaire INAMI 2.1 Facturation 2.2 Etat récapitulatif de l’enregistrement des concertations 2.3 Encodage pour listing et statistiques 2.4 Enquête médecins généralistes

P.2 P.2 P.3 P.3

3. Groupes de travail 3.1 nouvelle répartition des groupes et des participants 3.2 GT concertation-coordination : préparation de l’enquête et formation cahier 3.3 GT qualité : BEPS, parking, déchets infectieux, … 3.4 GT feuille de liaison : suivi des activités suivantes : groupe de réflexions éthique, CPLCS, SGT feuille de liaison psy, SGT informatisation feuille de liaison (Réunion ALTEM, colloque FRATEM-RSW,…), rencontre pharmaciens, la prescription des actes infirmiers, colloque du 25 octobre 2007, … 4. Projet SPF 4.1 RAI 5. Partenariat 5.1 Relais social du pays de Liège (relais santé) 5.2 Mouvement pour une psychiatrie démocratique dans le milieu de vie GT « Construire des systèmes » 5.3 Plate-forme psychiatrique liégeoise : GT Personnes âgées 5.4 Réunion interSISD (aperçu des sujets abordés) 5.5 Concerto 5.6 CPLCS

6. Administratif 6.1 Site internet 6.2 Réunion d’instances : Préparation et suivi (démission FLAMG,SMWE, AMC) 6.3 Comptes : suivi et encodage 6.4 Paiements factures

P.3 P.3 P.4 P.5

P.5 P.6 P.7 P.7 P.7 P.7 P.8

P.8 P.8 P.9 P.9


6.5 Constitution dossiers subsides 6.6 Rédaction rapport d’activités et programme d’activités Autres initiatives 6.7 Etude ULg 6.8 Rencontre coordinatrice et IPAL 7. Participation à des manifestations 7.1 CAPAM – Aider les aidants, soigner la maltraitance des personnes âgées 7.2 Ethique et réseau AIGS 7.3 Matinée médicale AIGS 7.4 Salon de la douleur

Contenu 1.

Présentation du GLS aux prestataires de terrain En 2007, le GLS a été présenté à différentes associations de médecins généralistes et de kinésithérapeutes : -

Groupes de médecins généralistes sortants (2) Association de médecins généralistes de NINANE (Dr DUBOIS) Association de Flémalle (Dr PIRONNET) Association de Hannut (Dr MISEUR) Conseil d’Administration de l’ACH (initiative du Dr Françoise GERARD) GRKS (association représentée par Daniel MAQUET)

Florence PAGILOT de l’IGL (intergroupe liégeois) des maisons médicales a donné des noms de médecins responsables de GLEM : Luc BURQUEL, André MEERT, Jérôme VAN LIEROP. Présentation à la MM la Passerelle 2.

Concertation multidisciplinaire INAMI 2.1 Facturation La facturation est réalisée une fois par mois à l’aide de l’annexe 65 (cfr mode d’emploi de la facturation). Une facture est réalisée par Organisme Assureur. 2.2 Etat récapitulatif de l’enregistrement des concertations Cet état récapitulatif est réalisé trimestriellement. Il doit être envoyé au plus tard le dernier jour du trimestre qui suit le trimestre concerné (cfr mode d’emploi de la facturation). Ce récapitulatif est à renvoyer au SPF Santé Publique (Caroline BOSSUYT) et à la Région Wallonne (Mme FRATARI)

2.3 Encodage pour listings et statistiques

P.9 P.9 P.9 P.9 P.10 P.10 P.10 P.10


Des listings sont prévus pour l’encodage des dossiers de concertation facturés et des coordonnées des prestataires présents aux réunions. Ils permettent de réaliser des statistiques qui permettent d’évaluer l’adéquation entre les textes et les réalités de terrain. 2.4 Enquête médecins généralistes Marielle DEBRAZ a envoyé une enquête à peu près de 1500 médecins généralistes. Seule une cinquantaine de médecins a pu répondre. Parmi ces médecins, un peu moins de la moitié sont pensionnés. Les freins, facilitants et perspectives proposés par les médecins ayant répondu sont synthétisés. Des statistiques sont également réalisées sur le nombre de concertations facturées ou non, sur qui prend l’initiative de les organiser, sur le trio général, sur la raison de la non facturation de la concertation. Ce travail a été présenté au GT Concertation-Coordination le 3 octobre 2007 3.

Groupes de travail 3.1 Nouvelle répartition des groupes et participants Lors de la conception du programme d’activités 2007, il a été décidé de réorganiser les groupes de travail. Meilleure structuration de la répartition des tâches entre les groupes, diminution du nombre de réunions en sont deux des raisons. Chaque structure a reçu un document lui demandant d’inscrire des représentants dans les différents groupes. Trois structures membres n’ont pas répondu à ce courrier (CSIC, FMSS et Siajef). Une réflexion sur l’organisation des groupes a été menée. 3.2 GT concertation-coordination : préparation de l’enquête et formation cahier Ce groupe ne s’est pas réuni au 1er semestre 2007. La première réunion était prévue le 10 octobre 2007. OJ : Présentation de la formation sur l’utilisation du cahier de coordination et présentation des freins, facilitants et perspectives de la concertation. Pour rappel, lors des années précédentes, différents outils ont été créés : - Un cahier de coordination dans l’objectif de faciliter la communication entre professionnels au domicile des patients. Pour favoriser une utilisation positive de cet outil, une formation sur l’utilisation du cahier de coordination a été mise sur pied avec le personnel de l’antenne de Huy de l’ASD. Cette formation est également donnée à la CSD et a suivi dans d’autres structures. - Un dossier de concertation multidisciplinaire INAMI dans l’objectif de simplifier le respect des conditions permettant la rémunération des prestataires présents. Depuis la création de ce dossier, la loi a évolué en simplifiant des conditions mais en en compliquant d’autres également. Le dossier de concertation doit donc évoluer. Ce nouveau groupe de travail a pour mission de donner des avis quant à l’utilisation de ces outils sur le terrain afin de permettre au GLS de les adapter aux réalités de terrain et par la suite d’émettre des suggestions à l’INAMI concernant la législation.


3.3 GT qualité : BEPS, parking, déchets infectieux, … Ce groupe a pu se réunir à 2 reprises (01.03.07 et 24.04.07) pour aborder les thèmes suivants : - Sensibilisations à la gestion de l’agressivité ; - Initiatives à développer pour faciliter le stationnement dans les agglomérations ; - Réflexions sur l’élimination des déchets infectieux ; - BEPS. Une réunion était prévue au mois de juin mais annulée pour cause de maladie de la coordinatrice. Sensibilisation à la gestion de l’agressivité Le contrat de sécurité de la ville de Liège, Groupe de travail concernant les prestataires de soins à domicile a dispensé des formations sur la gestion de l’agressivité aux infirmières, aides familiales qui travaillent sur le territoire liégeois. Par exemple, une sensibilisation a été donnée aux prestataires de Neupré à la demande de l’association du Dr DANTHINE. Cette sensibilisation a été donnée par Rosalie HODEIGE travaillant au service de criminologie de l’ULg. La sensibilisation a été réalisée après une enquête inspirée d’une enquête faite par le contrat de sécurité de la ville de Liège, adaptée au public pluridisciplinaire par le GT sécurité et dépouillée par le GLS. Cette action relevait plutôt du GT Formation. BEPS Des formations BEPS (Brevet Européen de Premiers Secours) ont été dispensées au personnel de l’ASD. Ces formations devaient normalement être dispensées au personnel de la FMSS et du Centre Familial. Au départ, Marielle DEBRAZ a suivi la formation et a dispensé ces formations. Un questionnaire d’évaluation a été rempli par chaque participant en vue d’en faire un retour au CPPT et/ou à la direction de chaque structure. Il a été décidé que le GLS ne dispense plus de formations car ce n’est pas sa mission prioritaire. Ce que le GLS doit pouvoir faire, c’est conseiller, orienter les prestataires vers les services existants. Le GLS est un relais. Au départ de Marielle DEBRAZ, le GLS a décidé de financer cette formation pour les personnes inscrites ; c’est la Croix-Rouge qui a assumé le relais de Marielle DEBRAZ. Stationnement à Liège Des demandes de prestataires de 1ère ligne (essentiellement des infirmier(e)s) ont été formulées pour améliorer le stationnement à Liège-Ville. Un courrier a été transmis au bourgmestre de la ville de Liège, mais aucune suite n’a été donnée par le bourgmestre de Liège ni le groupe. Déchets infectieux Ce point est abordé au GLS suite à une demande de la CSD (Romain THIRION, Conseiller en prévention et Isabelle PAUL, Directrice adjointe). Le GT voulait réfléchir sur une procédure d’élimination des déchets, sur une procédure de prise en charge d’un patient contagieux à domicile et sur les informations reçues par les prestataires des différentes structures à ce sujet.


3.4 Gt feuille de liaison Ce groupe a pu se réunir le 23 janvier 2007. Lors de cette réunion, les points suivants ont été abordés : - L’informatisation de la feuille de liaison - La feuille de liaison psychiatrique - La mise en place d’un sous-groupe de travail de réflexion éthique - La proposition de Fabienne TOPPET pour avoir un échange entre infirmier du centre hospitalier d’expertise de l’IPAL (Péri) et les coordinatrices des centres de coordination pour les patients EVP. Avant que le nouveau staff GLS ne soit engagé, suivi des activités et projets suivants : o CPLCS o SGT feuille de liaison psy o SGT informatisation feuille de liaison (Réunion ALTEM, colloque FRATEM-RSW, …) o Rencontre pharmaciens o Rencontre coordinatrice CCSSD et inf. du centre hospitalier d’expertise o La prescription des actes infirmiers o Colloque du 25 octobre 2007 : « La place de chacun dans le système de santé » Programme : - La place de la première ligne dans l’écologie des soins de santé Dr Didier GIET - Quelle place pour la Commission Pluridisciplinaire Liégeoise pour la Continuité des Soins (CPLCS) dans le réseau de soins pour le patient gériatrique ? Mme Fabienne DELBOUILLE et Mr Alain DEJACE - La sensibilisation du patient à l’importance de la première visite post-hospitalisation du médecin généraliste Dr Colette REQUIER, Mme LEPEE, Dr Luc HERRY et Mme SCAPIN - Le rôle du médecin généraliste dans la coordination pluridisciplinaire Dr Christian BARNABE 4.

Projet SPF 4.1 RAI

Poursuite du projet RAI jusqu’au 31.10.2007. -

-

-

Présentation de la démarche RAI : o Auprès des maisons médicales (Seraing, Grâce-Hollogne et Liège) o Auprès des différentes associations membres du GLS o Auprès du GRKS Pour l’ASD de Liège-Huy-Waremme : o Information et mini-formation auprès des infirmières o Formation des infirmières de liaison o Formation des deux assistantes sociales responsables des aides familiales et d’une coordinatrice Placement d’un stand RAI : o Lors du colloque du 25 octobre 2007  Explication de la démarche RAI en tant que démarche internationale  Explication du projet pilote et de son implémentation sur le terrain belge o Lors du « salon de la douleur » organisé par l’école Sainte-Julienne à Liège


-

Présentation de la démarche RAI auprès des futurs MG en 1ère et 2ème années d’assistanat de MG.

-

Présentation de la démarche RAI auprès de 4 cercles et GLEM de MG.

-

Courrier envoyé aux 28 MG ayant participé à la 1ère phase du projet pour les avertir de la poursuite du projet dans sa seconde phase. +envoi d’un courrier sur la démarche RAI aux 1.531 MG des arrondissements Liège-HuyWaremme.

-

Encodage des 60 démarches RAI sur le site BelRAI version 2.0.

-

Envoi au SPF Santé publique des documents et pièces justificatives nécessaires au paiement du solde RAI 2ème phase.

5.

Partenariat 5.1 Relais social du pays de Liège (relais santé) Le Relais Social du pays de Liège est une initiative de Thierry DETIENNE (Ministre en Région Wallonne). Il y 5 relais sociaux en Wallonie : Liège, Charleroi, Verviers, Mons, La Louvière et Namur. En 2009, il y en aura également un à Tournai-Mouscron. Le but est de travailler en partenariat avec des organisations publiques et privées autour de la précarité. Il fonctionne par projet. Budget global : 1.500.000€ 35 équivalents temps plein. Le GlS est dans le comité de pilotage qui est un organe créé par le décret pour la gestion quotidienne et transversale des projets. Il se réunit une fois par mois et définis les méthodologies. Il existe également des comités d’accompagnement qui suivent les projets. La santé est un problème fréquent dans le quart-monde. Il faut aller de l’urgence à l’insertion. Il faut un relais au niveau socio-sanitaire. Un accompagnement au logement est un apprentissage au sein duquel les aides familiales ont rôle important.

-

Il existe différents groupes de travail : « Sans papier » « Femmes en grande précarité » « Socioculturel ».

Le but du partenariat avec le GLS est de combler ce déficit au niveau de la santé dans les situations précaires.


5.2 Mouvement pour une psychiatrie démocratique dans le milieu de vie – GT « construire des Systèmes » Buts : o o o o

Reconvertir les services et les institutions psychiatriques, tous secteurs confondus, pour mieux les intégrer dans le milieu de vie, Réorienter les soins vers une approche plus globale de l’existence et de la souffrance, Soutenir la construction collective d’espaces de participation à la vie sociale et affective, Construire des systèmes intégrés de services à caractère public dans un cadre territorial.

5.3 Plate-forme psychiatrique liégeoise : GT Personnes âgées La coordination du GLS participe aux réunions du GT personnes âgées. 5.4 Réunion interSISD - 7 mai 2007 à Liège - 26 novembre 2007 à La Louvière Les sujets principalement abordés en 2007 ont été le projet RAI, les projets thérapeutiques, le financement des SISD et les contacts avec l’INAMI. 5.5 Concerto Concerto est un projet pilote « soins psychiatriques pour patients séjournant à domicile ». Les objectifs de ce projet pilote sont : o Aider les personnes nécessitant des soins psychiatriques à se maintenir dans leur milieu de vie et à améliorer leur qualité de vie. o Apporter une offre d’aides spécialisées aux intervenants des soins à domicile réguliers : • Apporter des réponses aux demandes d’informations et aux besoins de formation des équipes de travailleurs des soins à domicile réguliers et des médecins généralistes. • Etablir les relations de collaboration et de coopération qui requièrent l’organisation des soins psychiatriques pour personnes séjournant à domicile, ainsi que leur coordination sur le territoire déjà couvert par le projet pilote de l’asbl REVERS « LI Prolo ». • Assurer le rôle de liaison entre les usagers, les soins à domicile réguliers, l’ensemble de réseau de soins en santé mentale et les intervenants des milieux sociaux, judiciaires et culturels. • Favoriser la continuité des soins par la mise en place d’une méthodologie commune adaptée aux patients qui ne peuvent s’appuyer sur un environnement familial et social suffisant et qui nécessitent une aide spécialisée pour poursuivre leur traitement psychiatrique en ambulatoire. o rendre l’usager acteur de son processus de soins. o Eviter les hospitalisations, ou réduire le nombre et la durée de celles qui ne peuvent être évitées. Les intervenants, salariés comme indépendants, peuvent recourir à leurs services (rencontres, coaching). L’équipe CONCERTO ne se rend pas à domicile sauf si l’intervenant en fait la demande.


La coordinatrice du GLS participe au Comité d’accompagnement auquel sont également conviés les centres de coordination. 5.6 CPLCS Pour renforcer la permanence et la continuité des soins tant dans la première ligne qu’entre les différents échelons et tout en veillant à ce que la mise au point et le suivi du plan de soins se réalisent dans le respect du libre choix du patient à l’égard des divers prestataires (l’aspect médical restant sous la responsabilité exclusive du médecin généraliste), une Commission est créée pour regrouper des représentants des hôpitaux et des CCSSD. Le réseau pour la continuité des soins a repris ses activités sous un autre nom et de manière formelle (un règlement d’ordre intérieur est signé par les responsables du GLS et de chaque hôpital présent afin que des représentants soient mandatés pour participer aux activités de ce groupe) sous le nom de Commission Pluridisciplinaire Liégeoise pour la Continuité des Soins (CPLCS). La CPLCS a pour mission le développement d’outils communs pour favoriser la continuité des soins pour l’ensemble des bénéficiaires des zones de soins du GLS. En se centrant sur les besoins et attentes des bénéficiaires, ce groupement doit favoriser d’une manière globale, la continuité des soins par le développement de processus de collaboration interdisciplinaire entre l’hôpital, les soins à domicile et les institutions de soins. Cette commission permet donc aux représentants des CCSSD de rencontrer, bimestriellement, les représentants des hôpitaux et de pouvoir aborder avec eux des sujets relevant de la continuité des soins. Dans l’objectif de la continuité des soins, des outils ont été développés par des prestataires au moment du réseau et sont aujourd’hui remis à jour et adaptés par les représentants de la CPLCS. Le secrétariat et la coordination des activités de cette commission sont assurés par la coordinatrice du GLS. Les sujets abordés lors des réunions 2007 de la CPLCS sont les suivants : o Préparation du colloque du 25 octobre 2007 o La prescription médicale des actes infirmiers o La fiche de liaison psychiatrique o Informatisation de la fiche de liaison (ALTEM) o Adaptation de la fiche de liaison pour répondre au programme de soins gériatrique o Patient EVP-EVR o Remboursement des produits actifs pour les soins de plaies : nouvelle législation o Débriefing du colloque du 25 octobre 2007 6.

Administratif

6.1 Site internet Le site internet du GLS est accessible depuis novembre 2007. 6.2 Réunion d’instances - Réunions du Bureau : 17 janvier, 7 mars, 15 mars (annulée trop peu de présents), 18 avril (annulée trop peu de présents), 9 mai, 20 juin, 5 et 19 septembre, 17 octobre, 28 novembre, 12 et 19 décembre - Réunion du CA : 15 mars, 19 septembre, 22octobre et 19 décembre - Réunion de l’AG : 18 avril (statutaire) et 19 décembre extraordinaire - Démissions : FLAMG et SMWE (cf PV CA 15/3/07) et AMC (cf PV CA 19/9/07)


6.3 suivi et encodages 6.4 Paiement factures 6.5 Constitution dossiers subsides 6.6 Rédaction rapport d’activités et programme d’activités Autres initiatives 6.7 Etude ULg Le GlS (SISD – Services intégrés de soins à domicile, de la région de Liège), traverse actuellement une crise de confiance avec l’un de ses partenaires et constituants, le médecin généraliste. Pour les professionnels de santé de première ligne, les SISD apparaissent fort éloignés des difficultés auxquelles ils doivent faire face quotidiennement. De plus, ils sont l’émanation d’une autorité supérieure, ce qui altère encore l’image qu’ils offrent aux acteurs de terrain. Une raison possible des difficultés actuelles est la méconnaissance, par les professionnels concernés, du GLS et de son champ d’intervention et, ceci, malgré diverses actions menées par le GLS pour se faire connaître. D’autre part, l’expression des besoins prioritaires des professionnels, dans le cadre du champ d’intervention du GLS, permettrait d’envisager des pistes d’action concrètes et directement utilisables sur le terrain. Ce constat incite à donner la parole à tous les acteurs de la première ligne pour recueillir leur ressenti, leurs représentations et leurs attentes vis-à-vis des Services Intégrés de Soins à Domicile (SISD), en particulier vis-à-vis du GLS. Une recherche qualitative permet de mettre en évidence des éléments subjectifs partagés par un groupe de travail (groupe focalisé) et d’envisager des solutions concrètes classées par ordre de priorité (groupe nominal). Les groupes de travail débuteront début de l’année 2008

6.8 Rencontre coordinatrices et IPAL Patient EVP-EPR : Compte rendu de la rencontre IPAL et coordinatrices Fin mai 2007, une rencontre a été organisée pour que CCSSD et personnel infirmier du centre hospitalier d’expertise de l’IPAL réfléchissent ensemble sur une procédure de sortie, une marche à suivre lorsqu’un patient EVP-EPR est ramené à domicile. Objectif : améliorer la qualité de la sortie du patient EVP-EPR (en état végétatif permanent ou pauci-relationnel). Lors de cette rencontre, le personnel infirmier du centre hospitalier d’expertise a présenté chaque composante et les particularités de la prise en charge d’un patient EVP-EPR (soins d’hygiène, respiration, alimentation et hydratation, élimination, maintien, traitement, communication, famille). Le GLS a présenté la réunion de concertation financée par l’INAMI 4X par an par patient EVP, le forfait soins palliatifs. Le forfait C est trop faible que pour permettre une rentabilité au niveau des soins infirmiers et ce, même si l’on se retrouve vite au Maximum à Facturer pour ce type de patient. Ce message a été transmis au SPF Santé Publique.


Suite à des discussions, un schéma a été proposé par le groupe : 1. Photo Les prestataires du CHE (Centre Hospitalier d’Expertise) préparent une photo précise du patient. 2. Visite de la coordinatrice Rencontre interprofessionnelle, prise de connaissance du matériel, des besoins du patient et de la famille,… Elle donnera un « devis » à la famille. 3. Réunion de concertation => 3 à 4 semaines avant la sortie Cette réunion est à prévoir à peu près un mois avant la sortie. Elle aura lieu à l’hôpital, un membre du personnel de soins de l’hôpital au minimum sera présent et la photo du patient sera préparée. La coordinatrice, quant à elle préparera la procédure de prise en charge du patient à domicile. 4. 1er Feed-back => 1 semaine avant la sortie Tous les intervenants sont présents. Cette rencontre permettra de s’assurer que chacun pourra assumer sa tâche. 5. La sortie doit être programmée dans la matinée. Si la sortie a lieu le matin, la coordinatrice aura la possibilité de se retourner si un problème venait à se poser. 6. 2ème Feed-back => 1 mois après la sortie Le délai sera fixé dans la convention, dans l’accord de collaboration qui sera rédigé lors de la première réunion de concertation. Il permettra aux intervenants de se réunir et de faire le point sur la prise en charge. Remarques : Il peut être envisagé d’utiliser le matériel du domicile à l’hôpital un peu avant la sortie afin que le personnel soignant de l’hôpital puisse déjà éduquer la famille à son utilisation. La coordinatrice acceptera de passer une première fois pour rencontrer la famille et leur expliquer ce qui est possible et à quel prix et ce, sans savoir si la famille travaillera avec elle. Il faut donner au CCSSD qui prendra le patient en charge la possibilité de faire un essai qui sera mentionné dans l’accord de collaboration lors de la réunion de concertation. Il ne faut pas oublier de travailler au cas par cas. Le délai entre la réunion de concertation et le 1er Feed-back doit être relativement court. La prise en charge d’un patient EVP demande environ 3 passages par jour. Le schéma défini ci-dessus est une trame, elle peut être modifiée en fonction des situations en accord avec les prestataires de soins impliqués dans la prise en charge. 7.

Participation à des manifestations 7.1 7.2 7.3 7.4

CAPAM – Aider les aidants, soigner la maltraitance des personnes âgées Ethique et réseau AIGS Matinée médicale AIGS Salon de la douleur


Rapport activites 2007  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you