Page 1

i n t e r a c t i f

w e ave

weavemag BREF - p.2

Envoyé spécial - p.4

Mots croisés - p.10

Du côté de chez nous - p.11

C’est dans l’air - p.5

Les nouveaux moyens de paiement

8 Nov | 2011

M a g a z i n e


br ef

édito

Voici votre weavemag interactif !

Google crée un label de confiance pour certifier les sites de e-commerce : Google Trusted Store Les critères portent essentiellement sur le sérieux du service client mais aussi sur les délais de livraison.

Comme je l’ai annoncé au printemps

Steve Jobs 1955-2011

dernier, l’équipe de rédaction a travaillé pour concevoir un magazine biannuel plus dynamique, plus riche et plus en ligne avec l’ère du numérique. Le format évolue avec de Jean-Éric Crosnier nouvelles rubriques, un nouveau Directeur de la rédaction graphisme, de nombreux QR codes et bien sûr toujours plus d’actualités pour traduire l’effervescence de la communauté weave. Ce weavemag est destiné à dépasser les frontières du cabinet pour se tourner vers nos clients et prospects : c’est donc une parution à près de 1000 exemplaires pour partager toujours plus les valeurs de weave, l’énergie qui nous caractérise et bien sûr notre culture. Dans ce numéro, outre un pêle-mêle d’actualités vous trouverez un dossier dédié aux moyens de paiement innovants. Je vous laisse donc découvrir nos nouvelles rubriques et « flasher » au fil des pages mais aussi réagir en direct à travers l’adresse mail weavemag@weave.eu. Je vous souhaite une bonne lecture et une excellente découverte interactive. page 2

weavemag

La Poste lance une gamme de courrier rapide et donne ainsi le choix à ses clients Lettre prioritaire (en 24h), lettre verte (en 48h) plus économique et lettre en ligne sont maintenant disponibles.

La Caisse des Dépôts et Consignations et La Banque Postale étudient un “partenariat” pour financer les collectivités locales.

8

nov e mb r e

2011


L’ONU s’alarme de la hausse des prix agricoles Moody’s se donne 3 mois pour réévaluer la perspective d’évolution du triple A français

Dans son rapport annuel sur «l’insécurité alimentaire dans le monde», l’ONU dénonce les fluctuations erratiques des cours sur les marchés internationaux.

Cetelem lance la 1re offre de prêt « écogroupé » du marché Cette offre concerne les crédits travaux « éco-responsables » : plus il y a de souscripteurs, plus le taux d’intérêt du prêt baisse.

Les Français ont une bonne image de leur agence bancaire, mais s’y rendent peu Selon un sondage Ifop pour Wincor Nixdorf

La Commission européenne lance un projet de règlementation pour libéraliser le transport ferroviaire de passagers, à l’horizon 2017-2018 Si la SNCF voit son monopole menacé en France, elle pourrait cependant trouver de nouveaux débouchés à l’étranger.

M AGAZINE

Le secteur public sera bientôt à la pointe de la dématérialisation Selon IBM, 80% des démarches administratives devraient être accessibles en ligne d’ici la fin de l’année 2011 contre environ un tiers en 2007, sur des sites tels que mon.service-public.fr.

IN t e RACTIF

WEAVE

page 3


Envoyé spécial

technologies

AXA : Réalisation d’un outil d’aide à la vente sur iPad Matthieu Salles – Consultant Mission de stratégie opérationnelle

banque

Convaincre la Direction Générale du potentiel business d’une

tablette tactile : une mission parfaitement en phase avec le positionnement de Business Technology. Depuis avril 2011, weave accompagne AXA Banque « from strategy to delivery » sur ce sujet d’innovation : au-delà de l’étude d’opportunité, nous avons cadré l’ensemble des besoins fonctionnels, sélectionné une agence mobile partenaire, piloté la réalisation d’une application spécifique et accompagné la réalisation d’une expérimentation terrain. Choisi par AXA Banque pour son image et son ergonomie, l’iPad 3G a été retenu pour équiper une vingtaine de commerciaux mobiles qui développent l’activité « Banque à domicile ». Passant de l’intuition aux certitudes quant à son potentiel, nous découvrirons si cet outil innovant sera généralisé à l’ensemble des commerciaux mobiles d’AXA Banque d’ici la fin de l’année.

service

Geodis : Pilotage financier de l’informatique

LCL : Mieux gérer l’insatisfaction des clients Audrey Van Loveren – Consultante Mission d’organisation

C oncevoir une nouvelle politique pour un service de réclamations efficace mettant en avant le travail des conseillers et centré sur les attentes du client, a été le principal enjeu de cette mission menée en étroite collaboration entre Banque & Assurance et Industrie & Services. L’expertise menée repose sur une base de conduite du changement solide. Cette démarche a permis une plus grande acceptation de cette nouvelle politique au sein des différentes équipes. Celle-ci a été adoptée par tous, même les plus réticents, au plus grand bonheur des clients satisfaits et fidélisés.

Pierre Bertrand – Manager Mission d’organisation

Dans la continuité de la réorganisation de la DSI Route en

centre de service partagé au sein du Groupe Geodis et de la refonte de son modèle économique, weave intervient sur l’évolution des pratiques de pilotage financier l’IT à l’échelle du Groupe. Forts de ces expériences, Industrie & Services et Business Technology ont formalisé une offre qui expose notre vision de cette problématique et nos préconisations pour améliorer la

page 4

weavemag

8

maîtrise des dépenses IT. Il s’agit en effet d’une préoccupation majeure du management des entreprises face aux évolutions technologiques et à l’inflation permanente des coûts. Les fondamentaux de l’offre consistent à connaître et anticiper l’évolution des coûts, les rapprocher des services rendus et instaurer un dialogue avec les clients autour de la valeur des services. Cette offre s’intègre à notre savoir-faire sur la gouvernance et l’organisation du SI qui vise à aider nos clients à transformer la DSI en partenaire de la création de valeur de l’entreprise.

nov e mb r e

2011


C’est dans l’air

Les nouveaux moyens de paiement

Pour son premier « C’est dans l’air », weavemag offre un dossier sur un sujet universel, vieux comme le monde et promis à de profonds bouleversements : les moyens de paiement. Chacun d’entre nous est concerné : il y a fort à parier que nous troquerons dans les années à venir nos chéquiers et pièces de monnaie contre des solutions technologiques plus proches de nos modes de vie. Si l’actualité 2011 de weave sur ce sujet a été le lancement de Kwixo, « C’est dans l’air » vous présente également la trajectoire que pourraient suivre ces transformations. M AGAZINE

IN t e RACTIF

WEAVE

page 5


Notre expert en parle

Les principaux moyens de paiement aujourd’hui, vous les connaissez…

Les nouveaux moyens de paiement : la révolution est en marche

Les évolutions technologiques et règlementaires

transforment le monde des paiements. De nouveaux entrants (les opérateurs télécoms, les acteurs de l’Internet ou encore les constructeurs de mobile) apparaissent sur la chaîne de valeur des paiements, qui était jusqu’à présent la chasse gardée des banques. Ces nouveaux entrants proposent souvent des offres qui s’appuient sur les circuits monétiques des banques mais en substituant le support mobile au support carte, ils changent la donne sur la propriété client. En 2012, des dizaines d’offres seront en marché, soit dans le domaine des paiements de proximité (Google wallet, m-paiement BNPP – Orange) soit dans le domaine des paiements à distance (Kwixo, Buyster, Paypal).

… et si demain tout changeait ?

Les initiatives gagnantes sont celles qui réussiront la convergence entre les paiements de proximité et à distance et celles qui proposeront un parcours client parfaitement fluide, notamment avec l’authentification morphique. Pour les banques, les impacts sont majeurs : un partage de la valeur défavorable, une perte de la relation client et une refonte des processus de souscription et SAV.

Alexandre Meyer Associé Banque & Assurance

page 6

weavemag

8

nov e mb r e

2011


Les nouvelles tendances

Je paie aujourd’hui avec ma carte…

Avec un taux d’équipement de 93%, la carte est aujourd’hui

le moyen de paiement préféré des français. Néanmoins, les banques doivent aujourd’hui faire face à la perte de PNB sur les cartes. Les pressions réglementaires pour réduire les frais interbancaires et les pressions concurrentielles des nouveaux entrants (grande distribution, établissements de paiement, …) ont poussé les banques à réinventer la carte, pour construire un moyen de paiement « multi-canal » et « multi-montant » adapté à l’évolution des comportements clients et des technologies. Aujourd’hui les clients peuvent payer à débit ou à crédit avec leur carte, choisir un visuel personnalisé, adhérer à un programme affinitaire ou de fidélité dans leur magasin préféré. Mais la révolution est ailleurs : la technologie NFC (Near Field Communication) permet de régler des paiements de petits montants sans contact et sans saisie de code.

Impossible de passer à côté, tout le monde en parle ! Aux EtatsUnis ou à Hong Kong, 20 millions de cartes sans contact sont déjà en circulation, et en Europe, nous ne sommes pas en reste puisque l’Angleterre compte plus de 10 millions de cartes de paiement et transport « Oyster. Et en France ? Même le gouvernement y croit : pour preuve, le projet national « Nice ville sans contact », lancé en 2010 pour tester les cartes sans contact à l’échelle d’une ville, a été un succès et va être étendu à 8 autres villes. Terminées donc les espèces encombrantes et non rentables : après l’échec de Moneo, le paiement sans contact s’impose comme le moyen de paiement incontournable de proximité.

… bientôt avec mon mobile…

Plus qu’un téléphone, le mobile est un support universel qui fait

partie intégrante de la vie quotidienne des consommateurs. Avec un taux de pénétration de 92%, un mobile reste en moyenne allumé 16h / 24h et est le second objet dont on vérifie la présence sur soi avant de quitter sa maison. Par conséquent, le mobile s’impose comme un support de paiement incontournable. Les banques l’ont compris, et multiplient depuis plusieurs années les études de faisabilité. Mais la construction de l’offre est longue et fastidieuse ; le support technologique et le modèle de partenariat (avec les opérateurs télécoms, les constructeurs,…) ne sont

pas stabilisés à ce jour. Mais les banques le savent, l’enjeu des paiements de demain passe par la construction d’une gamme duale, sur carte et sur mobile, qui permette de répondre à tous les besoins : la carte pour les clients qui ont développé un sentiment de confiance fort dans ce moyen de paiement et le mobile pour les clients en quête d’innovation, technophiles, … Cependant, la mise en œuvre de cette cible passe par une étape intermédiaire de déploiement massif des cartes sans contact afin de préparer les clients au support innovant du mobile en les acculturant à l’usage du sans contact via les cartes.

… un jour avec mon doigt ?

Régler ses achats avec son doigt, ce sera bientôt possible !

Depuis un an, la banque Accord teste dans les hypermarchés Auchan une technique d’identification biométrique grâce au réseau veineux du doigt. Une fois les caractéristiques morphologiques enregistrées par la banque, le client peut régler ses achats en posant son doigt sur un lecteur infrarouge, sans

M AGAZINE

sortir sa carte de paiement. Pour le commerçant, les avantages sont nombreux : rapidité de passage en caisse, réduction des paiements en espèces (coûteux en frais de gestion)... Le succès du paiement biométrique sera néanmoins conditionné par les consommateurs : seront-ils convaincus que ce dernier est efficace, sûr et sans risque de dérive éthique ?

IN t e RACTIF

WEAVE

page 7


Kwixo, kesako ? La saga de Michel, le nudiste, est sur tous les médias. Weavemag propose à ses lecteurs un focus sur cette nouvelle offre qui bouscule le marché des moyens de paiement.

Kwixo est né le 19 mai 2011. Pour weave, l’histoire a commencé bien plus tôt. En effet, suite à son expérience movo, une solution de paiement entre particuliers lancée par la Caisse d’Epargne en 2006 (aujourd’hui disparue), weave était l’interlocuteur tout naturel pour accompagner le Crédit Agricole dans son projet ! Du haut de ses quelques mois d’existence, Kwixo c’est d’abord le paiement électronique simplifié, avec un identifiant (adresse email et/ou numéro de mobile) et un mot de passe choisi. Il

page 8

permet à ses utilisateurs de payer les achats sur Internet avec des services à valeur ajoutée comme, par exemple, le paiement après réception. L’innovation dans Kwixo réside surtout dans le paiement entre particuliers : depuis le site Internet, l’application iPhone ou Androïd, ou par SMS, l’utilisateur peut transférer de l’argent directement de son compte

chéquier et les espèces !), pénétrer dans un marché dominé par l’international PayPal et faire face à des challengers offensifs (comme Atos et les trois opérateurs télécoms avec Buyster). En grandissant, Kwixo pourrait à long terme, devenir un moyen de paiement unique permettant également le paiement chez les marchands de

à celui de son interlocuteur, simplement en connaissant son login !

proximité, par exemple, via un partenariat avec d’autres acteurs bancaires.

Tout n’est pas toujours rose pour Kwixo qui doit, pour grandir, changer les habitudes des français (oublier le

Mais, dans un contexte économique et concurrentiel difficile, Kwixo saura-t-il trouver sa place ?

weavemag

8

nov e mb r e

2011


Le témoignage

L’interview Jean Philippe

À

bien des égards, Kwixo a été une mission fondatrice, au plan métier et au plan des valeurs. Après 4 mois de mise en marché, il est trop tôt pour savoir si Kwixo sera un succès ou un échec pour le Crédit Agricole et sa filiale FIA-NET. Mais nous savons déjà que son lancement a fait bouger les lignes. Le paiement électronique entre particuliers se développera, c’est certain. Les questions sont maintenant dans quel modèle et à quel rythme. Les réactions des autres banques sont révélatrices : Crédit Mutuel Arkéa relance son offre Pay2You, BPCE s’apprête à lancer la sienne avec une start-up, La Banque Postale, Société Générale, BNP Paribas et le Groupement Carte Bancaire vont certainement proposer une solution multibanque construite avec Atos. L’histoire ne fait que commencer et nous sommes bien placés pour continuer à en écrire des pages. Kwixo a aussi été une belle aventure humaine. Gaston Rebuffat, un célèbre alpiniste, disait que pour faire de la montagne il faut de l’enthousiasme pour partir dans l’aventure un peu insensée de gravir un sommet, et de la lucidité pour en revenir vivant. C’est aussi en quelque sorte le retour d’expérience de Kwixo. Notre intervention s’est terminée avec l’obtention de l’agrément d’établissement de paiement. FIA-NET a ensuite repris la main et le projet a pris de nouvelles orientations. L’offre finalement mise en marché n’est pas exactement celle que nous avions imaginée, c’est aussi une leçon à tirer de cette mission : accepter de s’effacer après avoir été à la manœuvre sur tous les fronts, prendre ses distances sans pour autant renier le travail accompli.

Jean-Luc Mariaux Associé Banque & Assurance

Directeur Général du Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne Président de Fia-Net Europe

Weavemag : En quoi Kwixo répond-il aux besoins des clients ? Jean Philippe : Kwixo, c’est un service de paiement très simple et complètement universel. Avec un seul code, un mot de passe, on peut envoyer de l’argent ! En plus, il y a dans Kwixo les avantages d’un portemonnaie complet puisqu’il est possible d’utiliser pour ses paiements une ou plusieurs cartes bancaires et même aussi le débit de son compte bancaire. On peut aussi bénéficier du fameux service Receive&Pay, c’est très sécurisant. Quels sont les atouts par rapport aux concurrents de Kwixo ? Et éventuellement ses menaces ? Il y a déjà des services de paiement par Internet. Le principal concurrent est PayPal, qui est installé depuis longtemps dans le monde et en France. Les atouts de Kwixo, c’est d’abord l’universalité qui est plus large. C’est aussi qu’il n’y a pas dans Kwixo de gestion de compte intermédiaire : c’est donc évidemment plus rapide. Les tarifs sont également plus intéressants pour les paiements chez les commerçants. Il y a également une concurrence avec différents opérateurs mais les banques, par leur métier et leur savoir-faire, apportent dans le domaine des paiements une sécurité que les autres acteurs auront du mal à acquérir. Quel est l’avenir de Kwixo ? Les possibilités de Kwixo sont immenses ! Ce que je peux vous dire aujourd’hui c’est qu’il y a des applications à l’étude qui permettront d’utiliser Kwixo en élargissant l’utilisation de Kwixo. Le fait de pouvoir utiliser un seul identifiant et un code que l’on choisit soi-même pour toutes ses opérations de paiement c’est évidemment un plus. Enfin, je tenais à saluer particulièrement l’engagement de weave sur ce projet. Ils ont été partenaires de la première heure et sur la durée. Nous avons vraiment avancé dans un excellent état d’esprit, en bonne coopération. Un travail considérable a été réalisé par weave.

M AGAZINE

IN t e RACTIF

WEAVE

page 9


Mots croisés

Le nucléaire, un débat plein d’énergie L’accident de la centrale de Fukushima en mars 2011 a réactivé le débat sur l’usage de l’énergie

nucléaire dans de nombreux pays européens. Si certains pays dont la Finlande, la France, le Royaume-Uni et la Suède affichent un maintien de l’option nucléaire, d’autres dont l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et la Suisse décident d’abandonner le nucléaire ou de ne pas s’y engager. Avec le deuxième parc nucléaire au monde (58 réacteurs) fournissant 75% de l’électricité du pays, quelle stratégie énergétique est envisageable pour la France ? Entre indépendance, avantage compétitif, risque d’accidents, gestion des déchets, impact environnemental ou encore prix payés par les consommateurs, comment prendre en compte ces éléments pour se forger une opinion ?

L’avis d’ André

Morneau

L’avis de Catherine

Ronge

Associé, Industrie & Services

Associée, Weave AIR

L’engagement français dans le nucléaire depuis près de 40 ans

Endormi depuis plusieurs années, le débat sur le nucléaire s’est réveillé

est tout à fait exceptionnel. Il en résulte une présence des grands acteurs nationaux sur tous les maillons de la filière : conception de construction des chaudières et des générateurs de vapeur, extraction, transformation et enrichissement de l’uranium, fabrication des combustibles, exploitation des centrales, retraitement et recyclage… Avec un groupe industriel (Areva) et deux exploitants (EDF et GDF SUEZ) de premier plan, un track record plutôt exemplaire en matière de sécurité, le secteur du nucléaire fait incontestablement partie des (rares) domaines d’excellence de l’industrie française, reconnu à l’échelle mondiale. Dans ces conditions, une sortie du nucléaire serait un choix particulièrement lourd de conséquences à l’heure actuelle. L’engagement résolu de nos champions nationaux dans les énergies renouvelables, volontaire et encouragé par les pouvoirs publics (qui en ont la capacité en tant qu’état actionnaire), parait néanmoins indispensable pour que la France se redonne une vraie possibilité d’arbitrage à l’avenir.

en France après la catastrophe de Fukushima, dans un pays réputé de sérieux. Depuis Tchernobyl, pourtant, l’atome a progressivement regagné ses lettres de noblesse puisque certains ont pu y voir une réponse possible au changement climatique ou à la hausse des besoins. L’équation énergétique globale est aujourd’hui compliquée : le pétrole coûte cher, le solaire ou l’éolien aussi, le gaz (comme le nucléaire) est contesté. Alors que faire ? L’association négaWatt, association d’ingénieurs créée en 2001, vient de publier les conclusions de son étude prospective 2011-2050 qui prévoit la sortie du nucléaire en France à l’horizon 2033. Le scénario proposé s’appuie sur deux leviers efficaces : la sobriété et l’efficacité énergétique (65% d’économie visés), d’une part, l’essor des énergies renouvelables, d’autre part, avec la part belle donnée à la biomasse. Réduire drastiquement la part de l’atome n’est donc plus une utopie. Preuve à l’appui, pour la première fois en 2010, la capacité mondiale installée d’éoliennes, de centrales solaires et d’unités de valorisation énergétique de biomasse ou de déchets a atteint 381 GW, soit plus que celle du parc nucléaire estimée à 375 GW (source : www.worldwatch.org).

page 10

weavemag

8

nov e mb r e

2011


Du côté de chez nous

Weave et sa télé

Une caméra, un présentateur, 2 à 3 invités, le tout autour

d’un sujet d’actualité chez weave : vous avez surement vu passer MyweaveTV, dont le dernier épisode, sorti en mioctobre, traite du voyage dans l’avenir de la banque. Initiée en mai 2011, MyweaveTV est une tribune pour nos clients qui évoquent des problématiques liées à notre positionnement. Déjà 3 épisodes se sont succédés : “Voyage dans l’avenir de la Banque”, “Google, au cœur des processus de l’entreprise” et “Retour sur l’eG8”. Chaque numéro abordant un thème décliné en 3 à 4 vidéos courtes qui éclairent une problématique particulière. Pour suivre l’actualité, nous vous invitons à vous abonner à MyweaveTV via le blog weave.

Un vent nouveau souffle chez weave, O2 France devient weave AIR

Comment faciliter la vie des weavers ?

Faire gagner du temps aux weavers pour mieux

équilibrer vie privée et vie professionnelle : ceci est possible avec notre conciergerie ToDoToday. Deux permanences sont ouvertes de 8h à 20h (site de Boissière et Carrefour Auteuil) pour vous proposer une gamme de services sur mesure, au prix du marché. Comment cela fonctionne ? C’est très simple, le weaver signe d’abord un contrat d’adhésion gratuit avec ToDoToday. Les relevés d’opérations sont ensuite envoyés en fin de mois et le prélèvement réalisé 15 jours après. Pour vos cadeaux de Noël aussi, pensez ToDoToday ! conciergeriedequartier@todotoday.fr 01 56 90 62 31

O2 France en devenant weave AIR affirme son concept

d’économie légère© et s’ancre en tant que cabinet de conseil en stratégie et en innovation. Mais que signifie économie légère© ? Le concept a été inventé par O2 France en 2003 sur le principe « moins de ressources, plus de matière grise ». Weave AIR a développé une approche et des outils uniques pour imaginer, avec ses clients, les modèles économiques et les marchés de demain. Concrètement, weave AIR nous dévoilera son nouveau logo ainsi que son site Internet en janvier prochain.

M AGAZINE

Et weave en ce moment c’est aussi... la certification EFQM la campagne “Et pourquoi pas ?” sur BFM le brunch du 26 novembre 2011

IN t e RACTIF

WEAVE

page 11


MAGAZINE INTeRACTIF Cliquez sur le pictogramme ci-dessous pour accéder à notre contenu intéractif

weave.eu chaîne TV @weaveconseil

page weave blog.weave.eu

weavemag 8 – novembre 2011 Magazine interne semestriel édité par weave, 20 rue Auguste Vacquerie, 75116 Paris, tél : 01 58 44 58 44, mail : weavemag@weave.eu Directeur de la publication et de la rédaction : Jean-Eric Crosnier Rédactrices en chef : Anne-Sophie Bourrigaud, Adeline Caillat, Virginie Delmas et Leila Kairouani

test2  

testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc testdesc

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you