Page 1

Le mensuel des étudiants de l’école secondaire De Rochebelle ANNÉE IV, VOLUME 4

DÉCEMBRE 2012

DE ROCHEBELLE Glee Club Page 2

DE ROCHEBELLE Moustaches à l'horizon Page 3

ÉDITORIAL La dévalorisation politique Page 8

DIVERS L'élection de Barack Obama Page 9

SPORTS Une finale décevante pour le Laser Page 11


2 ___

D

E ROCHEBELLE

___________________

L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

Nouveautés

Glee Club Marie Lebossé-Gautron Depuis le temps qu’on en parle, pourquoi ne pas l’écrire? D’où vient l’idée? Quelles seront les chansons? Qui en fait partie? Voilà quelques questions auxquelles il nous faudra répondre.

Origine Voilà un petit cours d’histoire. Un glee club c’est une chorale ou un groupe de musique, à l’origine formé de garçons, mais les filles peuvent en faire partie. Les chansons chantées créent des harmonies de voix et peuvent êtres chantées a capella. Traditionnellement spécialisé dans les chansons courtes, cette chorale les chante en trio ou en quatuor. Au 19ème siècle, ces clubs ont été très populaires dans plusieurs écoles anglophones. Le premier glee Club a été fondé à Londres, en Angleterre, en 1787. En bref, les glee clubs ne datent pas d’hier, encore moins de la sortie de la série télé. Pour notre école, c’est une autre histoire. Ce sont des élèves de deuxième secondaire qui ont proposé le projet. Pourquoi ça? Beaucoup d’élèves tentent les auditions de la comédie musicale avec un grand talent : le chant. Malheureusement, il en faut plus pour faire partie d’une comédie. Rien de tel que le talent d’acteur. Refusés, certains élèves ne

savaient pas où se placer. Voilà pourquoi cette chorale dynamique a été mise sur pied.

Little Things. Pour les plus curieux, il y aura une représentation de notre glee club scolaire le 6 Mai 2013.

Chansons et projet Membres Premièrement, vous souvenezvous, cher comparses, de la présentation de l’année dernière? Une jolie présentation, soit dit en passant. Un avant goût du glee club qui fit se dresser quelques oreilles. Cela a donné le gout à certaines chanteuses à se joindre à l’ensemble. Mais pourquoi le mettre le même jour que la comédie? Pour empêcher les mêmes personnes d’être dans toutes les activités. Imaginez une dizaine de chanteurs-acteurs émérites et une dizaine de chanteurs, un peu moins expérimentés, tentant tous de jouer dans une comédie musicale et de chanter dans un glee club. Entendons-nous sur une chose, certaines personnes auraient plus de chances que d’autres. Si les pratiques avaient lieu le même, il y aurait moins d’élèves différents qui participeraient à ces activités originales. Voilà donc la raison. Les chansons? Voici deux titres seulement, question de laisser durer le suspense : Halloween et

Sous la surveillance de Caroline Bouchard, Geneviève Nadeau, une ancienne élève de Rochebelle qui a déjà participé à des comédies musicales, s’occupe des vaillantes chanteuses. Bonne chance à toutes! Commentaires Quant aux chanteuses maintenant, pourquoi sont-elles entrées dans le glee club? Pour être dans une troupe et pour s’améliorer. C’est aussi un défi personnel. C’est pour faire partie d’un groupe et, le plus important, pour avoir du fun! Le bienfait du glee club? C’est une belle équipe qui fait de belles harmonies. Il y a un bon esprit d’équipe et différents styles de chansons. Il y a aussi des spectacles au menu. Le moins bien? Il n’y a aucun garçon cette année et il y a parfois des overdoses de bavardage!


L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

___________

D

E ROCHEBELLE ______ 3

Journée Pinch

Moustaches à l’horizon Marie-Pierre Rancourt et Camille Rivard Vous avez sûrement déjà tous entendu parler du «Movember» et de la journée «Pinch». Non? Eh bien, lisez bien ce qui suit. que le monde a connu durant les La journée Pinch a eu lieu le 30 précédentes décennies. Ils se sont souvenus des belles novembre dernier à De Rochebelle. ensuite qui n’étaient – Le Movember, lui, s’est déroulé tout moustaches au long du mois de novembre. En malheureusement ou pas – plus à la fait, ces deux événements sont liés au mode, et ont décidé de tenter de les cancer de la prostate. De quoi s’agit- ramener au premier plan. C’est donc il? C'est le type de cancer le plus durant le mois de novembre 2003 que fréquent chez les hommes : on estime le tout premier Movember a eu lieu. qu’un sur 7 en sera diagnostiqué un C’est également à ce moment que les jour. Le taux de survie cinq ans après lignes directrices du mouvement se le diagnostic dépasse 95 %. Il peut sont dessinées. À ce moment, aucun arriver, cependant, que certains don n’a été ramassé, mais dès l’année cancers évoluent et s’étendent plus suivante, environ 54 000 dollars rapidement. Malheureusement, c'est américains avaient été recueillis, la seconde cause de mortalité grâce à la participation de 450 Mo masculine par cancer en Amérique du Bros et Mo Sistas, tous en Australie! Nord, après celui du poumon. Pendant les années suivant sa Le mouvement Movember a été lancé création, le mouvement n’a cessé à Melbourne, en Australie, en 2003. d’attirer de plus en plus de jeunes À la base, c’était 30 amis de sexe hommes et de recueillir des dons de masculin ou féminin qui avaient plus en plus importants. Depuis 2007, décidé de s’appeler les «Mo¹ Bros et le Canada participe officiellement au les Mo Sistas» et qui se posaient des Movember, et peut donc récolter des questions sur les différentes modes dons pour la fondation.

Mais alors, qu'est-ce que la journée «Pinch»? C'est une date importante à l'école de Rochebelle. Un concours de la plus belle moustache était organisé par le Conseil Étudiant et les élèves étaient invités à voter pour leur moustache de prof préférée. Cette année, les concurrents étaient Mario Lamontagne, Jean Marmette, Denis Drouin, Arnaud Cabanac, Gilles Pageau, Richard Têtu et Guillaume Roy. C'est ce dernier qui a remporté la compétition. De plus, des fonds étaient amassés pour la recherche sur le cancer de la prostate. Un gros merci pour votre participation et rendez-vous sur le site «Movember et Fils» (http://ca.movember.com/fr/about/) pour en savoir davantage!

¹ Expression, abréviation utilisée en Australie pour désigner la moustache.


4

___

D

E ROCHEBELLE __________________

L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

Semaine de la prévention de la toxicomanie Ran Tao et Marie-Pierre Rancourt La semaine du 18 au 24 novembre a été la semaine de la prévention de la toxicomanie à l’école comme dans l’ensemble du Québec. C’est quoi? Pourquoi fait-t-on cela? Comment? Est-ce efficace? Cet article te renseignera sur cette semaine de prévention.

Dernièrement, un mouvement de sensibilisation et de prévention par rapport à la toxicomanie a été effectué à l’échelle du Québec. Celui-ci s’est déroulé pendant la semaine du 18 au 24 novembre et fût la 25e semaine de prévention de la toxicomanie au Québec. Avant tout, la toxicomanie, c’est la consommation de substances qui enclenchent des changements dans notre système. Par exemple, on pourrait avoir une dépendance ou tolérer la substance alors que notre organisme devrait la rejeter car elle pourrait causer des effets nocifs pour notre santé. À De Rochebelle À l’école, durant cette semaine, le Conseil Étudiant a travaillé d’arrache-pied pour aider la prévenante en toxicomanie de l’école, Geneviève Lampron, à faire tout ce qui était possible pour sensibiliser les jeunes au sujet de la toxicomanie. Lors de cette semaine, des élèves ont fait le tour de classes à la période L.I.S.E., à raison d’un pavillon par jour, pour remettre à chaque élève un «post-it» sur lequel ils devaient écrire ce qu’ils font dans la vie plutôt que de consommer. Ils étaient invités à écrire simplement ce qui les animaient, comme une passion. Une muraille sera effectuée et affichée dans chaque différent

pavillon. Également, des autocollants ont étés distribués à l’échelle de l’école.

toxicomanie, comment prévenir et également de leur faire découvrir qu’il y a énormément mieux à faire que consommer en pratiquant ses passions. Quant au jeunes adultes de 17 à 24 ans, ils ont plutôt été appelés à se questionner sur quelles peuvent être les conséquences de leur consommation. Ils sont également incités à s’engager dans d’autres activités plus positives.

Québec

Pour toute question concernant la toxicomanie, comment la prévenir ou peu importe, l’intervenante de l’école, madame Geneviève Lampron, est présente pour vous aider dans vos questionnements.

De plus, dans l’ensemble du Québec, plusieurs activités ont été organisées pour prévenir la toxicomanie. Des affiches ont été créées et livrées dans les différentes écoles primaires, secondaires et autres établissements scolaires dans le but de sensibiliser les jeunes et les jeunes adultes quant aux conséquences nocives de la consommation de drogue. Pour les enfants de 10 à 12 ans, le thème ayant été : « vivre tes passions, c’est intense », les élèves ont été appelés à s’impliquer davantage dans leurs milieux dans le but de découvrir leurs passions et de les pratiquer, le tout pour leur montrer qu’ils ont beaucoup mieux à faire que de consommer. Au niveau du secondaire, soit pour des élèves entre 13 à 16 ans, le thème était : « Intense au naturel ». Les jeunes furent invités à se questionner sur comment se protéger de la

Geneviève Lampron, 418-652-2167 poste 2524 Pavillon

Marie-Victorin


L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

____________

D

E ROCHEBELLE_____5

Sortie chez les autochtones

Une autochtone m’ouvre les yeux Claire Angela Jolicoeur En troisième secondaire, les étudiants sont invités à passer une journée chez les autochtones, avec Réjean Sioui.

Pendant les deux premières semaines du mois de novembre, les élèves de la troisième secondaire en formation générale ont eu la chance de passer une journée avec les autochtones, dans leur environnement.

« il ne faut pas se fier aux apparences », s'applique très bien! Évidemment, cette période de réflexion nous a ouvert l’appétit! Nous sommes donc allés manger une spécialité autochtone : le pâté au saumon! Pour certain ce fut un délice et pour d’autres un peu moins. Chacun ses goûts!

Activtiés Au cours de ce changement d'air, nous avons pu démontrer nos talents ou encore en découvrir comme au tir à l'arc. Pour ma part, j'ai découvert que je n’avais, malheureusement, pas autant de talent que Robin des Bois. Ou peut- être que c'était ma flèche qui faisait sa petite rebelle? Oui! Disons que c'était la flèche le problème (ce n’est pas parce que je visais extrêmement mal), juste pour m'encourager! Suite à cette activité, nous sommes allés nous réchauffer dans une tente à vapeur afin de méditer sur quelques questions de la vie. Croyez-le ou non, mais les garçons de notre génération ne sont pas tous sans cœur ou sans une once d’empathie pour l’humanité, comme ils le font souvent paraître. Dans leur cas, la citation:

Après s’être rempli le ventre, nous sommes allés faire nos collets. Il a fallu choisir un animal parmi tant d’autres afin de lui agencer notre collet et tout cela avec le cœur! C'est l'activité que j'ai préférée, non pas parce que cela touche le domaine des bijoux, mais parce que durant cette activité, une des autochtones présentes nous racontait comment on était chanceux. Chanceux de respirer, chanceux de voir, chanceux de toucher, de sentir, de

ressentir, chanceux de parler et de partager joies et peines, mais nous avons surtout la chance de pouvoir vivre notre vie! Je suis tout à fait d’accord avec elle. On ne se rend pas toujours compte de la chance que nous avons avant de la perdre. Mais pourquoi attendre de perde ce que nous aimons? Pourquoi ne pas tous simplement vivre chaque seconde de notre vie comme si c'était la dernière? Je suis certaine que ce que nous ne voulons surtout pas, c'est qu'un jour, sur notre lit de mort se dire: Je regrette! Je n'ai pas fait ce que j'ai toujours rêvé de faire! Je n'ai pas dit ‘‘Je t'aime’’ quand j'aurais pu le faire! Je n'ai pas ri aux éclats quand il le fallait! Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne voudrais pas être sur mon lit de mort et regretter de ne pas avoir croqué la vie à pleines dents! Mais plutôt me dire: ah! J'ai profité de la chance que j'avais avant qu'elle ne s'évanouisse! Voila! c’est pour cela que j’ai aimé cette activité : c’est de là que ma prise de conscience est venue! Cela m’a ouvert les yeux!


6 _______

I

NVITÉS _______________________

L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

Martin Laroque

Intimidation Jessy et Kelly Gelot Le 9 novembre 2012, l'école De Rochebelle a reçu Martin Larocque, qui a présenté une conférence portant sur l'intimidation. La conférence était adressée aux élèves du 1er et 2e secondaire de la formation générale.

Dernièrement, les élèves de secondaire 1 et 2 en FG ont reçu le conférencier Martin Laroque. Celui-ci nous a livré un message vrai et cru. Qui? Avant tout, Martin Larocque est un comédien québécois d'expérience et un conférencier qui s’implique afin de contrer l'intimidation; il est né le 16 juillet 1969 à Chillicothe, aux ÉtatsUnis. Après plus de 15 ans et plus d’un millier de conférences dans les écoles secondaires, les cégeps, les universités, différentes entreprises et associations, et ce à travers le Québec et le Canada, M. Larocque trouve toujours du plaisir à partager ses recherches sur l’estime de soi et l’autoresponsabilisation ! Martin Larocque a réussi à susciter notre attention. Déjà, au début de sa conférence, il a souligné le fait qu'il était gros, tout en humour. «J'ai toujours été gros. D'ailleurs, ma mère me dit que je suis né le 16, 17 et 18 juillet», a-t-il dit, à la blague. Même s'il est évident que M. Larocque est très bien dans sa

peau et est capable de rire de ses caractéristiques, il n'en a malheureusement pas toujours été ainsi. En effet, victime d'intimidation dès son plus jeune âge, il a voulu lancer un message d'espoir aux jeunes qui en sont victimes, et à leurs intimidateurs. Conférence Au cours de sa conférence, Martin Larocque parle de l'intimidation en général et de ce qu'il a vécu à cause de sa corpulence, pendant tout le secondaire. Il a aussi parlé des intimidateurs, des gangs qui causent de l'intimidation. Sa conférence était extraordinairement intéressante, car ces moments de réflexion se font dans une ambiance de plaisir et de rire, un remède idéal contre les regrets et les « j’aurais donc dû ! ». Des réflexions solides mais touchantes basées sur des années de recherches et de questionnement.

Faire bouger les choses

M. Larocque avoue ne pas « l'avoir eue facile », particulièrement au secondaire. «Durant les récréations, j'aurais aimé ça qu'on me laisse tranquille. Mais je devais me cacher, dans les toilettes, partout», dit-il. Il a tenu à lancer le message de ne pas hésiter à s'adresser à une personne ressource lorsque les victimes d'intimidation n'ont plus le goût de vivre, plus le goût de rien Droit de rêver Le rêve, c'est le plus beau cadeau qu'on a reçu à la naissance, selon M. Larocque. Il a mentionné que personne n'a le droit d'y toucher. Chaque personne a sa place, mais encore faut-il savoir la prendre. Le passé n'est pas nécessairement garant de l'avenir, donc ne pas se laisser abattre par les épreuves et continuer à avancer, c'est le message lancé par Martin Larocque. En résumé, l'heure que nous avons passée en compagnie de M. Larocque était tout simplement divertissante et pleine de rire aux éclats!


L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

____________________

N

oël _____ 7

Noël ailleurs Laurie Brassard En Allemagne, en Angleterre, en Autriche et au Danemark, les coutumes de Noël sont différente de celles du Québec. Certaines se distinguent particulièrement, comme celle de laisser du porto au Père Noël au lieu du lait, et des biscuits. Je vous invite à faire un petit saut ailleurs dans d’autres pays, question de curiosité culturelle par rapport à cette grande fête de Noël. Allemagne À la Saint-Nicolas, les enfants posent leurs bottes devant la porte de leur chambre. Angleterre Les enfants ne laissent pas un verre de lait au Père Noël; ils lui laissent un verre de porto… Avec des petits gâteaux!

La veille de Noël, les enfants se promènent dans les rues et chantent. Ils peuvent recevoir des petits cadeaux et des bonbons en échange. Autriche Le sapin de Noël est caché jusqu’au 24 décembre, journée où les enfants se baladent en ville avec leurs grandsparents pendant que leurs parents décorent ce sapin. Durant le mois de décembre, le parc autour de l’hôtel de ville de Vienne est décoré. Là se tient le marché de l’enfant Jésus, un marché de Noël où les enfants dégustent des marrons chauds et font du patin déguisés en animaux ou en

personnages de contes de Noël. Avant de partir, ils écrivent leurs souhaits sur un tableau que le Père Noël regarderait. Danemark Décembre est le mois dédié à Noël. Les rues sont toutes très décorées et il y a des tonnes de marchés de Noël. Avant de déballer les cadeaux, la famille danse autour du sapin en chantant des chansons et des hymnes de Noël. Ensuite seulement les présents sont distribués.

Pourquoi les flocons sont uniques? Félix Guilbert-Savary C'est bien connu, aucun flocon de neige ne ressemble à un autre. Mais d'où vient cette diversité sans fin ? L'Organisation météorologique mondiale recense ainsi sept catégories principales de cristaux de neige : plaquettes, étoiles, colonnes, aiguilles, dendrites, boutons de manchette, cristaux irréguliers, la septième regroupant trois autres formes de précipitation, la neige roulée, les granules de glace et la grêle. En plus de ces catégories, les formes, le poids, les volumes varient énormément. Mais peu importe leur aspect, les flocons ont une caractéristique commune : ils sont symétriques. Pour comprendre pourquoi les flocons

de neige sont uniques, nous devons savoir comment ils se forment. Premièrement, la présence de minuscules particules dans les nuages est l'une des conditions nécessaires à l'apparition de la neige. Il faut en plus la présence de vapeur d'eau en quantité suffisante et des conditions de température adéquates. Lorsque les conditions sont réunies, la vapeur d'eau en suspension dans l'air va se transformer en glace. Ensuite, les particules de glace se collent les unes aux autres. Un germe de flocon de neige vient alors de naître Par après, le « bébé» flocon va rapidement acquérir des plans cristallins pour former un prisme hexagonal, c'est à dire que les faces

supérieures et inférieures sont des hexagones (six côtés). Le flocon va alors continuer de se développer en accumulant les morceaux de glace en suspension dans l'air. La forme qu'il va alors adopter va dépendre de la pression atmosphérique, de la force du vent, de la température...Cette dernière étant cruciale pour la « silhouette» du flocon. Des températures de - 5° à 10° vont entraîner le développement de cristaux type aiguille ou colonne. De 10° à - 12°, on a plutôt des plaquettes, et de - 12° à - 18°, les cristaux forment des étoiles à six branches. Une fois le flocon assez lourd, il tombe du nuage en étant le seul qui a cette forme.


8 ____

É

DITORIAL _______________________

L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

La dévalorisation politique Marie-Pierre Rancourt Depuis plusieurs années, voire même des décennies, nous assistons à un phénomène assez important en lien avec à la politique. À l,Époque de nos parents, durant leur jeunesse, la politique était une fonction bien plus valorisée qu’elle ne l’est aujourd’hui : mais pourquoi a-t-elle perdu tant d’attrait?

Dimanche, le 28 octobre, j’étais au travail, et comme à chaque dimanche soir, je n’avais pas de clients. Je m’ennuyais et décidai d’aller chercher un des journaux en vente à la tabagie où je travaille et agrippai «Le Devoir», sur lequel on pouvait voir le visage de René Lévesque. Ça allait faire 25 ans qu’il était décédé et, pour cette occasion, Le Devoir avait recueilli quelque vingt-cinq témoignages de personnes ayant jadis fait partie de son entourage. Parmi ces témoignages, je tombai sur celui de Claude Lévesque, le fils de René, qui travaille pour ce journal. Comme les autres, il rendait hommage à l’homme que fut son père, reconnaissait son immense influence, son charme, etc. La différence entre son hommage et celui des autres, c’est la brèche qu’il ouvrait à la fin, brèche qui mérite réflexion : «Il faut dire aussi que, dans les années soixante et même dans les années soixante-dix, la classe politique n’était pas aussi méprisée qu’aujourd’hui.» Toujours dans ce même ramassis de témoignages, Antoine Robitaille, qui brossait un vague portrait du personnage en y ajoutant à la fin l’opinion de M. Parizeau, un autre des chefs que le Parti Québécois a connu, écrivait : «Vingt-cinq ans plus tard, alors que d’une commission à l’autre (Charbonneau après Gomery ou Moisan) on démontre des histoires de prête-noms, de contournements massifs de la loi, René Lévesque semble encore plus mort que jamais, moins présent par son héritage. Œuvre spoliée, fissurée, malmenée par des générations d’êtres

sans scrupules, au point où on se demande s’il ne faut pas tout reconstruire, tout réinventer.» Loin de moi l’intention de faire ici un hommage supplémentaire à ce cher M. Lévesque, mais elle est passée où, toute cette admiration qu’on a pu entretenue pour la classe politique? Vous me direz que la mémoire est une faculté qui oublie, et vous avez raison, mais…

Dans un des extraits d’articles que j’ai cité, Antoine Robitaille nous dit qu’il faudrait peut-être «tout reconstruire, tout réinventer». La politique, étant ce qu’elle est, ne peut pas rester à ce point dévalorisée, car les gens cesseront d’y accorder de l’importance.

Comme l’a si bien dit Claude Lévesque, jusque dans les années soixante-dix, la politique était une profession assez valorisée, comparativement à aujourd’hui, disons. En 2012, elles ne finissent plus, les histoires de corruption et de collusion rendues publiques. C’est vrai qu’il est difficile pour un homme – ou une femme – politique, d’avoir l’air bien brillant quand la population apprend que des entrepreneurs de la ville de Montréal et des membres de la mafia se passaient des pots de vin dans leurs chaussettes. Est-ce qu’en fait, la politique se serait détériorée au point de ne plus tellement être reconnue? Des entrepreneurs en construction ou des mafieux, il y en a toujours eu, même dans le temps de René Lévesque. Il a su dire non, et il doit encore y en rester au moins quelques-uns qui sont «propres». Mais si aujourd’hui, ces histoires de corruption et de collusion sont dévoilées en grand nombre comme on peut actuellement le constater, c’est que quelque chose est arrivé.

Comme je l’ai clairement signifié dans une chronique précédente, la politique, c’est tout. Ou tout est politique, disons. L’absence de confiance envers nos dirigeants entraîne toujours un tas de conséquences néfastes qu’on ne veut pas subir.

Une perte de confiance? Oui. Est-elle justifiée? Oui.

Je ne sais pas s’il faut réinventer, je ne sais pas si notre système, si notre confiance est ébranlée à ce point, mais je sais au moins qu’il faut reconstruire. Rebâtir la confiance, certes, mais aussi l’intérêt. Comment? Avec des politiciens intègres. Ah! L’intégrité. Pas facile à garder quand un mafioso se retrouve devant nous avec de belles liasses de billets à camoufler dans nos chaussettes. Mais un politicien intègre préférera la gloire de son refus à la grosse maison qu’il pourrait se payer avec des bas pleins. Il y en a déjà, des politiciens comme ça, mais on attend qu’ils sortent de l’ombre. Accueillonsles, ou encore devenons-les. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/36 2501/la-capacite-de-s-indigner http://www.ledevoir.com/politique/quebec/36 2559/l-integrite-comme


L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

________________

D

IVERS ______ 9

Élection de Barack Obama Camille Rivard

Eh oui! Barack Obama a été réélu, le 6 novembre dernier, pour un deuxième mandat. C'est le 44e président des États-Unis, successeur de George W. Bush. Toutefois, qu'est-ce qui l'a fait gagné? Qu'avaitil de plus que Mitt Romney? Cultures ethniques Même si son adversaire bénéficiait de meilleurs appuis dans le milieu de l'économie, la lutte contre le chômage d'Obama était très appréciée par les électeurs. Cependant, ce n'est pas cela qu'il l'a fait l’emporter. C'est l'appui des autres groupes ethniques, tels que les

Latinos (hispanophones), qui lui a assuré la victoire. Les jeunes (!) et les femmes l'ont aussi grandement aidé. En fait, les Latinos représentent près de 20 % des votants et, si les Républicains veulent gagner les prochains scrutins de 2016 ou 2020, ils ne peuvent se permettre de les ignorer. Barack Obama avait compris cela et a accordé une place importante aux hispanophones dans sa campagne. Tranches d’âges

grâce aux 18-29 ans : ils ne représentaient que 18 % de l'électorat, mais Obama a devancé son rival de 34 points. Cette année, les jeunes sont revenus voter et le président a gagné par 24 points. En conclusion, les Américains d'âge moyen comprennent que les autres cultures ethniques et les jeunes les rattrapent de plus en plus. Même si, au premier coup d'oeil, ils ne représentent qu'une petite partie de la population, leur soutien reste nécessaire pour être élu président des États-Unis.

De plus, les jeunes sont revenus vers Obama. En 2008, Obama a gagné

Mot du Conseil Étudiant Chloé Guilbert-Savary Entendez-vous les clocheeeeeettes? Oh! Vous voilà et le temps des fêtes arrive à grands pas! Pour l’occasion, votre Conseil Étudiant a pensé à tout! Ainsi, plusieurs activités auront lieu dans les différents pavillons. Au PMV, un bingo de Noël se déroulera dans les classes via l’intercom. Ensuite, tous les élèves seront invités à se rendre à l’agora où une kermesse les attendra, ou encore un film, une activité de décoration de biscuits/boules de Noël. Également, un grand tournoi de dodgeball se tiendra et vous y serez cordialement invités à venir voir perdre les profs contre l’équipe gagnante des

élèves au gymnase du PCB! Au PJR, ce sera un dîner de groupe qui occupera votre midi. Il y aura aussi une dégustation de desserts ainsi qu’une activité spéciale du type La poule aux œufs d’or. Vous serez, vous aussi, invités à venir encourager l’équipe des élèves au gymnase du PCB! Pour ce qui est du PGV, un dîner de groupe se déroulera dans chaque classe où des échanges de cadeaux auront lieu. Par la suite, il y aura un concours de décore ton prof, du patin libre, un film, un atelier de biscuits et du Dance Dance Revolution! Finalement, au PFL, il y aura un dîner de groupe, des activités avec les tuteurs et un bingo!

Enfin, des réseaux sans-fil sont en route! Très prochainement, ils seront installés à grandeur de l’école. N’oubliez pas de jeter un oeil sur les babillards du Conseil Étudiant présents dans chaque pavillon. Vous y trouverez les infos sur les événements à venir! Joyeux temps des Fêtes à tous et à toutes! Chloé Guilbert-Savary, au nom du Conseil Étudiant!


10 ____

S

PORTS___________________

L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

Football

Finale décevante pour le LASER Élizabeth Locas et Frédérique

La tension était au rendez-vous à la finale de football qui opposait le LASER de Rochebelle aux Spartiates de Perrault le 10 novembre dernier.

Le samedi 10 novembre dernier, le Laser de Rochebelle à rencontré les Spartiates de Joseph-François Perrault, lors de la finale de football du Benjamin Open. Notre équipe a perdu par un point, par un score final de 1413.

Toute une partie Après une demi-finale que l’on pourrait qualifier de facile pour le Laser, grâce à une victoire de 560 contre St-Charles Garnier, notre équipe a affronté l’école JosephFrançois Perrault pour la finale. Les deux équipes étaient à peu près du même niveau, mais le match a surtout été dominé par le Laser à cause de leur excellente défensive et de leur attaque puissante. Le score au tableau

d’affichage après trois quarts de jeu était de 13-7 pour le Laser, après une domination presque totale dans les quarts précédents. Un quatrième quart décisif Vers le milieu du quatrième quart, les Spartiates ont repris, surtout grâce à leur défensive efficace. Après une course plutôt fructueuse de la part d’un de leur attaquant, l’équipe a pu reprendre du terrain et atteindre la ligne des 10 verges, pour finalement réussir un touché, et augmenter son pointage de 6 points. Comme si ce n’était pas suffisant, les Spartiates ont réussi leur transformation, le botté qui leur permet d’ajouter un point à leur score à la suite d’un touché. Vers la fin de ce dernier quart, le score était alors de 14-13 pour Joseph-François Perrault. Malheureusement, le Laser n’a pas réussi à remonter assez rapidement l’écart qui les séparait sur le tableau d’affichage. La sirène annonçant la fin du match se faisait déjà entendre. Des joueurs se démarquent Malgré cette défaite décevante pour nos joueurs du Benjamin Open, on peut tout de même

souligner le travail fabuleux de deux des joueurs de l’équipe, David Martin et Samuel Parent. Ces élèves de 2e secondaire ont su se démarquer et donner leur maximum pendant cette finale. Parlons tout d’abord de David Martin. Ce joueur de talent a effectué deux touchés durant la partie, mais malheureusement, l’un d’eux fut refusé. Malgré cela, ce dernier touché représentait son 21e de la saison! D’autre part, pendant le troisième quart, il s’est blessé et a dû quitter le jeu pour quelque temps. Heureusement, il s’en est sorti indemne et a pu retourner au jeu au cours du dernier quart. Ensuite, Samuel Parent, l’un des capitaines de l’équipe, a pu aussi faire ses preuves auprès de ses entraîneurs et des spectateurs présents au match. Pendant la partie, il a effectué un touché, ce qui équivaut à six points. Il a aussi très bien attaqué et défendu en plaquant les joueurs de l’équipe adverse lorsque c’était nécessaire. À eux deux, ces joueurs ont marqué 12 points sur 13. Bref, nous pensons qu’il est important de souligner leur contribution, eux qui se sont donnés pour ce qu’ils aiment.


_______________

L'ACCROCHEUR, DÉCEMBRE 2012

S

PORTS ______ 11

Classement sportif Rg

BASKET-BALL BENJAMIN FÉMININ DIV.2 Équipes PJ V N D ES

PP

PC

PTS

1

Rochebelle

2

2

0

0

2

74

23

6

2

S.P.Maristes

2

2

0

0

2

69

45

6

3

MT.SP-Sacrament1-or

2

2

0

0

2

84

61

6

4

S.ST-François

2

1

0

1

2

55

58

4

5

ST-Charles Garnier

1

1

0

0

1

42

41

3

Rg 1 2 3 4 5 6

BADMINTON BENJAMIN MIXTE Équipes T1 T2 T3 St-Ch.Garnier#1 25 25 0 MT.SP-Sacrament1-or 25 25 0 Champigny#1-bleu 20 25 0 Pamphile-Lemay1-bleu 25 20 0 20 16 0 Rochebelle Benoit-Vachon 11 20 0

T4 0 0 0 0 0 0

T5 0 0 0 0 0 0

TOTAL 50 50 45 45 36 31

SOCCER INT. JUVÉNILE FÉMININ Div.2 Rg

Équipes

PJ

V

N

D

ES

PP

PC

PTS

1

François-Bourrin

4

3

0

1

8

21

15

18

2

Les Etchemins

4

3

0

1

8

30

21

3

Rochebelle

4

2

0

2

8

16

15

16

4

J.Notre-Dame

4

0

0

4

8

7

23

12

FOOTBALL BENJAMIN – OUVERT PJ V N D ES

Rg

Équipes

1

Rochebelle

8

6

0

2

2

Donnacona

8

5

0

3

J.-F. Perrault

8

5

4

St-Charles-Garnier

8

5

Poly. La Pocatière

8

18

PP

PP

PTS

8

262

156

20

3

8

288

243

18

0

3

8

225

173

18

2

0

6

8

178

279

12

2

0

6

8

199

301

12


Mot du mois Despotique : autoritaire

Faits inusités L’information dans votre cerveau voyage à 432 km/h. L’alcool fait ralentir cette vitesse et le café l’augmente. Nous perdons 1390 fois notre peau dans notre vie.

JOURNALISTES

MARIE LEBOSSÉ-GAUTRON FÉLIX GUILBERT-SAVARY CAMILLE RIVARD RAN TAO NASSIM GADHI CHLOÉ GUILBERT-SAVARY MARIE-PIERRE RANCOURT JESSY ET KELLY GELOT CLAIRE ANGELA JOLICOEUR LAURIE BRASSARD MARIE LEBOSSÉ-GAUTRON ÈLIZABETH LOCAS

ÉQUIPE DE PRODUCTION

CHLOÉ GUILBERT-SAVARY,RÉDACTRICE CHLOÉ GUILBERT-SAVARY, INFOGRAPHIE MICHEL MAGNAN, CORRECTEUR FRÉDÉRICK GOSSELIN, PROF DENIS DROUIN, MANAGER Inconditionnel

Une personne passe en moyenne 6 mois de sa vie assis devant un feu rouge. 2% de votre masse corporelle est celle du cerveau. Einstein a été expulsé de l’école. C’est l’équivalent de 2 tasses que nous perdons en sueur chaque jour.

Votre pouce a la même longueur que votre nez.

L'Accrocheur Décembre 2012  

Accrocheur de Décembre 2012