Issuu on Google+

RIDE & WRITE


RIDE & WRITE Le projet Ride & Write est la réalisation d’une série de planches gravées. Les planches en bois - de type cruiser sont fabriquées de manière artisanale. Les gravures qui y figurent sont exécutées par une découpeuse laser. Chaque tracé représente un parcours de 15 minutes effectué avec chaque planche, et enregistré avec un dispositif GPS. L’échelle du tracé est la même pour toute la série. Le parcours se fait en milieu urbain. La consigne est de toujours progresser en roulant. Le point de départ est défini, mais le parcours lui n’est pas pré-déterminé. Et c’est cette non pré-détermination qui produit une interaction entre les caractéristiques du skateboard et les spécificités de l’espace pratiqué. La topologie de ces surfaces pratiquées se voit retravaillée dans l’objet même qui devient produit du processus puis support de monstration, dont la surface est gravée dans la masse de l’objet comme une mémoire, une trace indélébile, constituant alors toutes les phases de production du projet.


RIDE & WRITE Ride & Write’s project is the making of a series of engraved boards. The wooden boards - cruiser type - are handmade. The boards’ engravings are executed by a laser cutter. Each line represents a 15 minutes route taken by each board and recorded with a GPS device. The scale is the same for the whole series. The route is taken in an urban environment. The instruction is to always progress, to keep skating. The starting point is defined, however the route itself is not pre-determined, leading to an interaction between the properties of the skateboard and the features of the space. The surfaces’ topology is then reprocessed in the objet itself (the board). It becomes the product of the recorded route process, then finally becomes its displayed form. Its surface is engraved leaving a trace almost like an memory, an indelible mark, constituting of each phase of the process.


DIY


FABRIQUER UNE PLANCHE 1 Fabriquer une presse avec un morceau de bois solide. Ajouter un tasseau biseauté au bout de la presse pour lever le tail et des baguettes fines et plates sur les côtés pour curver la planche légèrement. Prenez une deuxième planche solide et faire un biseau au bout pour la contre-forme du tail. Arrondir l’angle.

2 Découper idéalement 7 planches de 1mm à la taille souhaitée avec de la marge. Sinon, 2 planches de 3mm.Trouver un type de bois intermédiaire entre souplesse et robusteste.

3 Appliquer de la colle à bois entre chaque planche et mettre dans la presse immédiatement. Serrer la presse avec 4 à 6 serre-joints et attendre 24h.

4 Dessiner la forme du cruiser avec un patron adapté à sa propreWW taille. Découper la planche en laissant un peu de marge.

5 Poncer les bords jusqu’au trait. Fabriquer un outil arrondi (creux) et y mettre du papier ponce pour arrondir les bords uniformément.

6 Il est recommandé de vernir la planche avec plusieurs couches.

7 Percer 8 trous pour les trucks, avec l’aide d’un patron, ou des trucks pour les placer au bon endroit.

8 Appliquer le grip. Utiliser une roue pour chasser les bulles. Avec un tournevis gratter les bords pour faciliter la découpe. Découper le grip avec un cutter, par en dessous, de biais et en tendant le grip.

9 Avec un tournevis percer le grip et il n’y a plus qu’à mettre les trucks.


Son corps appareillé, attentif aux micro-propriétés des sols et des revêtements, sensible aux moindres accidents ou modulations de la chaussée, a développé une espèce de perception « moléculaire » de la texture des villes. (...) En réinventant sa surface et ses gestes dans ce rapport d’analogie concrète, le skateur transforme du même coup sa propre relation à l’outil. Il n’est plus simplement le pilote d’un véhicule à roulettes : il fait corps avec lui d’une manière tout à fait nouvelle. Accroupi à quelques dizaines de centimètres du sol, il explore le terrain, il se livre à une espèce de micro-cartographie de la surface ondulante, à la manière d’un détecteur de métal ou d’un scanner. Avec ce « low center of gravity style », l’espace se donne moins comme un territoire à traverser ou à occuper que comme un volume à parcourir sur toutes ses faces. Comme l’explique Stacy Peralta : « Auparavant, la plupart des types se contentaient de skater au-dessus du sol ; nous nous sommes mis à travailler la surface ».

During Élie, « Le skateboard fait penser », Critique, 2009/1 n° 740741, p. 77-93.

FREE RIDE


Knowles’ « Windwalks - Five walks from Charing Cross » is a sequence of performances guided solely by the wind. Playfully exploring drawing and narrativethe artist used a helmet-mounted wind vane for direction and traced his steps with a GPS device. Originated from geographic center of London in this piece, nocturnal city life is revealed through video documentation. Examining the human mark and control of territory, the piece takes a sharp absurdist jab at the effectiveness of modern tools in time of conflict. Executed in the early hours of the morning and guided by a set of self-authored rules, unpredictable events unfold and Knowles’ route becomes increasingly chaotic and indecisive. Whirling currents bouncing off buildings lead the artist into virtual wind cul-de-sacs of littered plastic bags and swirling leaves with no escape until the wind once again changes its direction.

Https://www.artsy.net/artwork/tim-knowles-windwalk-fivewalks-from-charing-cross

WINDWALKS


CHLOE LORIC RIDE & WRITE RENNES 2015


Ride & Write