Issuu on Google+

PSRInformations Publication de l'Association Parti Sam Rainsy - France PSR-France ISSN: en cours 69, rue la chapelle 75018 Paris CPAPP: en cours E-mail: psrfrance@psrfrance.org Internet : www.psrfrance.org

 01 40 34 42 48

sUmemtþaCYyseRg<aHRsukExµr

Numéro100

13 MAI 2011

2ème année

INTEGRITE - VERITE - JUSTICE

LP Sam Rainsy et M. Michel ISSINDOU, député en 2e circonsription de l'Isère, à l'Assemblée Nationale à Paris le 10/05/2011.

« Celui qui était devenu l'une des cibles préférées du Premier ministre Hun Sen a estimé qu'il était devenu «impossible» de rester à Phnom Penh » Christophe PESCHOUX

matikasMxan´>

Deux militaires sèment la division au tribunal des Khmers rouges

SOMMAIRE

A Attuuaalliittééss :: 

SROK KHMER :

- Cambodians must join to oust Hun Sen - A LAUGHABLE KANGAROO COURT WITH ILLITERATE JUDGES OBEYINS TO STALINIST GOVERNMENT

-

Media Experts Worry About Declining Freedom Survey Finds Little Optimism Among Teachers Note for RGC ( Ministry of Defence ) Westem donors must stand up to Cambodia’government Thailand and Cambodia agree to roadmap for troop withdrawal ASEAN still has to prove that it is really unified Thai-Cambodian Border Dispute Fueled by Nationalist, Politics

CAMBODGE-Un cadre de l’ONU trop critique contraint à partir - Deux militaires sèment la division au tribunal des Khmers rouges - CAMBODGE-« Sils veulent continuer, alors ils peuvent

préparer leur valise » - La crise sans fin entre le Cambodge et la Thailande - Le conflit Thailande-Cambodge met en lumière les faiblesses de l’ASEAN - Surenchère nationaliste en Thailande - Thailande-Cambodge, un test pour l’avenir de l’ASEAN - La bataille du temple

 Histoire&Culture : - ANG DUONG-La guerre pour chasser les troupes annamites du Cambodge (suite)

 Presse Khmère : Divers :  Kamnap-Kumnou :

…l'homme fort du Cambodge a réaffirmé avec véhémence que son pays risquait la guerre civile si les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens entamaient de nouvelles poursuites (CETC). …la co-procureure cambodgienne Chea Lang a déclaré que deux personnes visées par une nouvelle instruction dans le dossier N°3 ne devaient pas être poursuivies… …Le Premier ministre Hun Sen avait déjà averti des risques de guerre civile en cas d’ouverture de nouveaux procès, son porte-parole, le ministre de l’Information Khieu Kanharith a enfoncé le clou en déclarant, "S’ils veulent ouvrir des dossiers 003 et 004, s’ils veulent continuer alors ils peuvent préparer leur valise", en référence aux juges et procureurs onusiens.


Cambodians must join to oust Hun Sen May 11, 2011 A. Gaffar Peang-Meth PACIFIC DAILY NEWS

Thirty-two years ago, more than 100,000 Vietnamese troops invaded Cambodia, smashed Pol Pot's Khmer Rouge guerrillas, took over Phnom Penh, installed a puppet regime in January 1979, and staffed the Hanoi-instituted Cambodian administrations with Vietnamese to oversee the puppet government's activities. Several thousand Cambodian youths taken in 1954 by the Viet Minh for education, indoctrination and training in Vietnam -- by 1979 in their forties and fifties and fully acculturated in Vietnam -- were brought back to Cambodia.

The puppet government leaders and their Vietnamese masters allowed Vietnamese citizens unrestricted access to live in Cambodia in support of Hanoi's longterm economic and expansionist goals. The immigrants, like the Hanoi-backed Cambodian regime, were illegally installed in Cambodia. These illegals were integrated into different aspects of Khmer society. There are Vietnamese who speak Khmer and act Cambodian, and many Cambodians who speak and enjoy Vietnamese ways, as this helps get them closer to privileges.An officer of Premier Hun Sen's army told me it's no longer easy to tell who is Vietnamese and who is Cambodian. Nationally conscious Cambodians hate what has happened in the country, acknowledging their fear that Cambodia and the Khmer race may be subsumed by the country's eastern neighbor. As Cambodian anger mounts, Vietnamese who migrated and have lived in Cambodia since France ruled Indochina, who have families who have lived all their lives in Cambodia, also are threatened by the new arrivals. The "old " PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 2


Vietnamese know no other place but Cambodia; the "new " Vietnamese are exploiters of Cambodia's resources. Cambodians called on the Vietnamese to leave Cambodia and for Premier Hun Sen to step down. But the Cambodian-ized Vietnamese are not going anywhere, nor is Hun Sen, elected again and again. Some Cambodians call for the "reactivation " of the 1991 Paris Peace Accord to restore individual rights, freedom and democracy in Cambodia, and protect her independence, sovereignty and territorial integrity. The international community's $3 billion U.N.-managed peace initiative never required the Khmer Rouge and the Vietnamese-propped Heng Samrin/Hun Sen factions to disarm, nor created a politically neutral environment essential for the accords to work. The naïve nationalist KPNLF/KPNLAF and royalist FUNCINPEC/ANS were happy to empty their pockets, in the name of "national reconciliation," with hungry alligators to get closer to the seat of power. Recall the wide-eyed international community, which thought it could make Cambodia a "success" story, leaving town after the first U.N.-organized elections in 1993. Today, in the midst of economic crises and world political upheavals, which government would step in to implement the accords? Hun Sen is now a recipient of so-called Chinese "aid without strings attached" -no strings so long as Hun Sen agrees to a "one China" policy, deports the Uighurs seeking political asylum and allows unfettered Chinese investment in Cambodia. He and his ruling party can do what they please with the land and national wealth, and thumb their noses at Western financial donors and the U.N. Frustrated, some bloggers have chided me for not providing a "solution." Actually, they wanted an ABC manual to bring Hun Sen down; ideas and thoughts seem too complicated. Yet, in my column last week, "Stop giving Hun Sen power to rule," I suggested what to do, and not do -- to converge the different efforts by individuals and groups, to disintegrate a dictatorship. A reader emailed to tell me not to "bark" too much and return to Cambodia "to fight" and he will join me. Oh dear. Last month, an email from a friend from a different continent referenced the necessity to create a "critical mass" in Cambodia to bring a long-lasting change and led me to write on the subject. Last week, an old Cambodian friend emailed from Phnom Penh to urge continued "fighting" on two main fronts:education and economy. "At least 80 percent of the population (of 14 million) must have at least 10 years of schooling; at least 40 percent of the population must be college graduates, and at least 10 percent must have Ph.D. degrees, ... and the GDP per capita must be at least $10,000," he wrote. Ah, the man of my dreams, I said to myself as I scratched my head. When will we reach that level of education and economic development? Unless we do, Cambodians have every reason to worry about the disappearance of Cambodia and the Khmer race. Only last week I quoted statistics by the U.N. Children's Fund that recorded Cambodia's net secondary school enrollment for 2005-2006 at 36 percent for males and 32 percent for PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 3


females. My questions were: Out of these enrollees, how many actually attend school (which is open only a few hours per day), how many actually graduate from secondary school, how many go on to high school, etc. So my friend's email made me want to cry to heaven for help. And when I think of the finding that nearly 40 percent of the Cambodian people live under the poverty line of $2 a day -many live on 50 cents a day -- the suggested $10,000 GDP per capita makes me look for my spiritual balance.

Yet I cannot accept despair. And so I keep on writing and hoping more readers will not remain complacent and will join with others to do something, do many things, which will converge to create a tipping point to cause Hun Sen's government to disintegrate. A. Gaffar Peang-Meth, Ph.D., is retired from the University of Guam. Write him at peangmeth@yahoo.com. --------------------May 10, 2011

A LAUGHABLE KANGAROO COURT WITH ILLITERATE JUDGES OBEYING TO A STALINIST GOVERNMENT Today the Phnom Penh Appeal Court postponed its awaited decision related to a tenyear imprisonment sentence handed down to me on September 23, 2010 for “forgery of a public document.” The accusation against me is related to a French-era 1:100,000 map posted on the Sam Rainsy Party website which allegedly has an “unusual” grid on it (see Map # 4 at http://tinyurl.com/yeaoxyf). The Hun Sen government accuses me of adding the grid to the original map, therefore “falsifying” the document. They point to the grid by using the French word "carreaux" while the technical term in both English and French is UTM graticule. Some CPP-affiliated judges seem to be as illiterate as some Hun Sen government “experts.” Actually, I used and published both French-made maps and US-made maps to show that they corroborate one another regarding border delimitation between Cambodia and Vietnam. Cambodian judges and government “experts” should read this explanation by Colonel Edward G. Anderson, Jr. of Corp of Engineers, United State Army (excerpt from "Mapping in Southeast Asia", in The Military Engineers, March-April 1969, page 232): "You would notice the Minutes mention the use of UTM (grid) on 1:100,000 French-made maps. The UTM (standard military grid) with marginal data in English was overprinted on the French maps by the US Army since outbreak of WW II. NATO, France included, adopted UTM grid after 1945." Mr. Var Kim Hong, the head of government border “experts” did not get the point when he claimed in his accusation against me at a February 22, 2010 press conference, “The French are ignorant of UTM grid (map making).” Actually, it is Mr. Var Kim Hong and his CPP colleagues who are ignorant of elementary graph and map techniques. Sam Rainsy Elected Member of Parliament

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 4


 Appeal court delay Sam Rainsy’s case Tuesday, May 10, 2011

10 May 2011 By Sok Serey Radio Free Asia Translated from Khmer by Soch Click here to read the article in Khmer

On 10 May 2011, the Appeal Court held a hearing in opposition leader Sam Rainsy’s case who was accused of falsifying Cambodia-Vietnam border map. The document claimed that the planting of border stakes for a border post between Cambodia and Vietnam in Chantrea district, Svay Rieng province, led Cambodia to lose between 300 to 500-meter of land to the benefit of Vietnam. The Appeal Court could not proceed as opposition leader Sam Rainsy did not officially ask Chuong Chou-ngy to defend him in this case. Khun Meng Leang, the judge in this case, announced that the Appeal Court will allow 30 days for Sam Rainsy to seek a defense lawyer in this criminal case, starting from 10 May 2011. At the end of this delay period, the Appeal Court will ask the Cambodian bar to set a defense lawyer for Sam Rainsy. On 23 September 2010, the Phnom Penh municipal court sentenced Sam Rainsy in absentia to 10-year of jail time and fined him of 65 million riels (or $16,250) after accusing him of falsifying maps. Posted by Socheata | Permalink | Labels: Hun Xen's travesty of justice | Sam Rainsy | SRP | Vietnamese encroachment

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 5


PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 6


PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 7


PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 8


PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 9


PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 10


PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 11


 After Ban Ki-moon Said Stood Behind UN Rights Rep in Cambodia, His Leaving Draws No Reaction, like ECCC May 10, 2011

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 12


Monday, May 09, 2011 By Matthew Russell Lee Inner City Press

UNITED NATIONS, May 9 -- When UN Secretary General Ban Ki-moon visited Cambodia last October, Prime Minister Hun Sen “ordered” him to remove the head of the UN human rights office in Phnom Penh, Christophe Peschoux. Inner City Press asked Ban's spokesman Martin Nesirky about it. Nesirky called it an “internal personnel matter,” then added that Ban stands behind the office and, by implication, its staff. Now six months later, Peschoux has been chased from the country. Human rights groups call it “worrying.” Mr. Peschoux himself has said that in Cambodia “human rights are tolerated to the extent that they do not challenge the political, economic and financial interests of the ruling elite. That’s where the red line runs. If you cross that line, trouble starts... Of course I’m leaving because it has become impossible for me to continue to operate in this environment.” Given this, one might have expected Ban Ki-moon to have some follow up comment, if not to have actually defended Mr. Peschoux. But when Inner City Press on May 9 asked Ban's acting deputy spokeman Farhan Haq about Peschoux's leaving Cambodia, Haq said “we

do not

have any comment at this stage,” nor “any reaction.”

Ban in Cambodia, Peschoux and

Ban follow through on human rights not shown Back on April 12, Inner City Press had asked Haq about Cambodia: Inner City Press: there is a lot of controversy about the UN-backed Court [Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia] there. Some are saying that the President told Ban Kimoon that there should be no more prosecutions and that the Court should be wound down. And advocates are saying that the UN hasn’t spoken up in defence of the Court’s mandate. Does the Secretary-General have a view on whether this Court should go on in a nonpoliticized fashion, or, as many say, should be moving to dismiss future cases beyond those it has? Acting Deputy Spokesperson Haq: The Secretary-General fully supports the work of the Extraordinary Chambers in Cambodia, and he believes that it is up, ultimately, to the senior officials of the Extraordinary Chambers to proceed with their work as they see fit. Since then, concerns have only grown. Ban Ki-moon and human rights: que pasa? Watch this site. Posted by Heng Soy | Permalink |

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 13


Labels: Ban Ki-Moon | Christophe Peschoux | ECCC | Human rights violation in Cambodia | Hun Sen's political interference on the KRT

 Media Experts Worry About Declining Freedom Wednesday, May 11, 2011

Hang Chakra, the publisher of Khmer Mchas Srok newspaper who was detained in 2010, told “Hello VOA” Thursday the paper had been doing well until he was held under criminal disinformation and defamation charges. (Photo: The Phnom Penh Post) Sok Khemara, VOA Khmer Washington, DC Tuesday, 10 May 2011

“We are not killers murdering someone, and we aren’t robbers.” Media experts say freedom of expression is on the decline in Cambodia, especially as journalists have recently been detained under criminal disinformation. Hang Chakra, the publisher of Khmer Mchas Srok newspaper who was detained in 2010, told “Hello VOA” Thursday the paper had been doing well until he was held under criminal disinformation and defamation charges. “That made me very disappointed, but now I continue with my work and reform that is balanced,” he said. He has again started publishing his paper, which is supportive of the opposition Sam Rainsy Party, about a month ago, following more than a year’s absence. Moeun Chhean Narridh, director of the Cambodian Institute for Media Studies, who was also a guest on “Hello VOA” Thursday, said journalists should not be punished under criminal laws. PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 14


“Criminal punishment with imprisonment for a journalist is not equal to the infraction,” he said. “We are not killers murdering someone, and we aren’t robbers.” Such charges should not carry criminal jail time, he said, especially under a strong press law. Cambodia is currently ranked as “not free” by the US-based Freedom House, and is ranked 141 of 196 countries by the organization. Posted by KI Media | Permalink | Labels: Arrest of Hang Chakra | Defamation and Disinformation lawsuits |Deteriorating freedom of expression | Freedom of the Press | Hun Xen's dictatorial regime



Survey Finds Little Optimism Among Teachers

Tuesday, May 10, 2011

The annual survey by the Cambodian Independent Teachers Association, which questioned 726 teachers across 17 provinces, also found a majority who believed the education system has “no quality.” (Photo: The Phnom Penh Post) Chun Sakada, VOA Khmer Phnom Penh Monday, 09 May 2011

“The quality of education in Cambodia has reached a low-level alert.” A survey by a teacher’s association has found a high degree of pessimism among the country’s educators, with nearly half saying they believe the education system in Cambodia has not developed at all. The annual survey by the Cambodian Independent Teachers Association, which questioned 726 teachers across 17 provinces, also found a majority who believed the education system has “no quality.” That number, 39.5 percent, was lower than the 45.5 percent who said they thought the country had not developed at all. About 14 percent of those surveyed said the sector had shown some development. “We are very worried about the quality of education in Cambodia,” said Rong Chhun, president of the association. “The quality of education in Cambodia has reached a low-level alert.”

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 15


About half the respondents—52 percent—said low salaries were causing a decline in education quality. Fifteen percent said education suffered from a lack of transparency in its administration and that inactive school directors need to be removed. Other reasons cited were corruption and a lack of teaching materials and training. About 85 percent of respondents said they felt they were not involved enough in decision making. Only 56 percent said they knew what the country’s education strategy was. Rong Chhun said he hoped the survey would be used by the Ministry of Education to reform the sector. But Ou Eng, general director of the education department for the Ministry of Education, said the survey was “unfair and untrue.” Posted by Heng Soy | Permalink | Labels: Bleak condition for education in Cambodia | CITA | Low teachers' salary | Rong Chhun



Note for RGC (Ministry of Defence):

Wednesday, May 11, 2011/KI

Tuesday, May 10, 2011 Note by MP

As a foot soldier, you don't want to learn of your commanding officer's or your general's corrupt practices, and likewise as a citizen you don't want to live in a hut gazing at your rulers' opulent palaces. And no, evicting the impoverished subject is not the solution!

Cambodian soldiers still in flip-flop while fighting in Oddar Meanchey

This episode - armed aggression by Thailand - reiterates yet again Cambodia's need to upgrade its defence capability. I accept that for the first time since independence from France, Cambodia has the ability to defend itself to a limited extent, and providing the clashes are confined to one or two localities, containing or neutralising invading forces does not call for massive defensive resources. But this calculation - especially in light of limited national budget - can be dangerously misleading. It's not just about the 1:15 or 1:10 ratio in terms of what the defending side and the PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 16


invading one require respectively to upset the odds. The Vietnamese deployed 200,000 troops, backed up with aerial sorties, to overwhelm KR forces of about 70 - 80,000 men -many of whom had been hastily recruited after the 1970-5 war and had no previous combat experience - but the vast disparity here owed perhaps to the strategic-political need of the Vietnamese to spread military presence over an entire country's territory with the threat of prolonged guerrilla campaign in mind. As long as Cambodia continues to rely on outsiders to do battle for her and/or take excessive, false security in formal safety nets provided by political and diplomatic alliances - from Treaty with Vietnam to ties with Asean, the UN etc. - her de facto political freedom and independence will always continue to elude her. The Vietnamese have learned from their national humiliation at the hand of the Chinese in the past. Their estimated 1m strong conventional forces and heavy investment in military hardware reflects their hard-nosed realism in this regard. From their bruising encounter with Vietnam in 1979, the Chinese will think twice before considering 'teaching' Hanoi another lesson. Yet the threat from the Chinese is still there, and Hanoi knows this. War can be painful in reality, but it has been a feature of human civilisation since the dawn of history, and is unlikely to go away any time soon for good. Until Cambodians are certain that their supposed friends and neighbours have their (Cambodian) people's interests at heart or love the Cambodian nation more than they do their own, then be prepared to face up to this necessary evil. The constant threats posed by Cambodia's two neighbours; the geographic position occupied by her in between them, and the resolve to meet these threats and actual aggression (testified by the current border war) could ironically work to the country's long term benefit. For example, to build up the military (say increase well trained combatants to around 200,000 to 300,000 or more in proportion to projected population expansion within the next 10-15 years or so) finances have to be in place. Yet this resource (money) is unlikely to be conjured out of thin air. Therefore, a wave of cleaning up campaign and structural reform are paramount; and there is no need to use this pretext of national security to bulldoze civil liberty or infringe on human rights. As a foot soldier, you don't want to learn of your commanding officer's or your general's corrupt practices, and likewise as a citizen you don't want to live in a hut gazing at your rulers' opulent palaces. And no, evicting the impoverished subject is not the solution! Posted by KI Media | Permalink | Labels: Border dispute with Thailand | Vietnamese influence



Western donors must stand up to Cambodia's government

Monday, May 09, 2011

Protesters demonstrate against plans by the Cambodian government to bring in a law requiring NGOs and associations to register. Photograph: Licadho

Phnom Penh's NGO law seeks to tighten its grip on civil society, but aid donors mustn't cave in to this government threat Monday, May 09, 2011

PSR Informations

MAI 2011

2ème AnnÊe N° 100 - Page 17


Naly Pilorge (Licadho) Guardian.co.uk

More than a month has passed since the Cambodian government released the second draft of the hotly debated law on associations and NGOs, and all is quiet on the legislative front. While it's too early to tell whether this is a positive sign, there are clues that it might be. Many expected that the government would push the law through the national assembly immediately after the release of the second draft, as has been done in the past with other controversial legislation. But this has not happened. The current silence follows the uncharacteristically loud and unified outcry from local and international civil society organisations in early April. The draft law was universally condemned as the most significant threat to civil society in years. Even Cambodia's big foreign donors chimed in, most notably the US, which publicly stated that passage of the law in its current state could threaten aid money. It is not hard to see why opposition to the law is so strong: as the Cambodian League for the Promotion and Defence of Human Rights (Licadho) pointed out in its analysis of the law (pdf), it's a transparent attempt by the government to control civil society and stifle dissent. It's also a blatant violation of domestic and international protections on association, assembly and speech. Among other things, the law requires all NGOs and associations to comply with burdensome registration procedures, and outlaws those that don't. Meanwhile, it gives authorities unbounded discretion to approve registration applications, with few substantive guidelines to steer their decisions. There is no appeals process if registration is denied. The draft is also sloppy – one example being its apparently unlimited scope. It's unclear whether this aspect was intentional, but the International Centre for Not-for-Profit Law (ICNL) concluded that the law would require "every group of individuals who gather together with a differing level of frequency and perform the broadest variety of imaginable activities, from trekking and football fans, to chess and silk-weaving groups" to register. Failing to do so would be a violation of the law. (So would, apparently, founding an NGO or association without the required number of Cambodian citizen "founding members" required by the law – three and 11, respectively). It may seem incongruous that the Cambodian government feels compelled to pass a special law to strengthen its grip on civil society. This is, after all, a country where an activist was recently shot dead after helping his community protest against a military land grab. Nearly 40 human rights defenders were in prison as of November 2010. The authorities are shameless in persecuting those who pose a threat to their grip on power and resources, even in the most minor cases. But the fact that the government feels the need for new legislation indicates that it does indeed have an achilles heel. Under current law, confronting NGOs is a messy and embarrassing business that often requires trumped-up charges. This tarnishes Cambodia's reputation and threatens the two things that the government really cares about: western aid money and the international legitimacy that comes with it. Cambodia's leaders don't want the country to become another Burma. (They also need the money; foreign aid still makes up half of the national budget.)

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 18


The new law takes confrontation behind the scenes, out of public view. One paperwork error, real or imagined, and the organisation will cease to exist. The government covets this type of control over civil society: the tyranny of the technicality. And while this tyranny may be reserved for grassroots communities and a select few organisations working on politically sensitive human rights issues – groups that president of the national assembly, Heng Samrin, says "speak too freely" – development organisations should be concerned as well. Local groups are often the best source for information on human rights and development. Their closure could create a significant information gap, making development programmes much harder to design, implement and monitor. It appears that the backers of this law are now regrouping. It is unclear what their next step will be, but this much is certain: continued opposition from western donors and international NGOs is key to preserving Cambodia's independent civil society. That opposition must be unified, firm, and tied to the two things the government cares about – money and legitimacy. The government has played chicken with western donors before, cynically manipulating their fears – China's growing influence, the prospect of abandoning ordinary Cambodians, and the need to "engage" at all costs – in order to keep the money flowing. Too often it's the donors who flinch. This time should be different. Civil society teeters on the brink, and all of the proverbial chips are on the table. This is not the time to be timid; it's time to call the government's bluff. • Naly Pilorge is the director of the Cambodian League for the Promotion and Defence of Human Rights (Licadho) Posted by Socheata | Permalink | Labels: Government's control of NGOs | Hun Sen's control of NGO activities | Licadho | Naly Pilorge | NGO law



Thailand and Cambodia agree to roadmap for troop withdrawal Wednesday, May 11, 2011

Thailand and Cambodia have agreed that a roadmap will be drawn up for the two countries to withdraw their troops from the areas surrounding Preah Vihear temple and the adjoining community, according to Thai Ministry of Foreign Affairs spokesman Thani Thongphakdi. May 11, 2011 Boris Sullivan Thailand Business News

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 19


Kasit Piromya, Minister of Foreign Affairs of Thailand, and Mr. Hor Nam Hong, Deputy Prime Minister and Minister of Foreign Affairs and International Cooperation of Cambodia, agreed to propose to their respective governments a “roadmap” in the form of “a package proposal” on how to move forward. The agreement was reached during their meeting on 9 May 2011 in Jakarta, Indonesia, with Mr. Marty Natalegawa, Minister of Foreign Affairs of Indonesia, in his capacity as the current Chair of ASEAN, attending and facilitating said meeting. The roadmap encompasses the issues of the exchange of notes between Thailand and Indonesia and between Cambodia and Indonesia regarding the Terms of Reference (TOR) for the Indonesian Observers Team, the convening of a meeting of the General Border Committee (GBC), and the withdrawal of Cambodian troops from the Temple of Phra Viharn, Keo Sikha Kiri Svara Pagoda and the surrounding areas, namely, the local community and market, before the Indonesian observers can be deployed. The roadmap must be approved by both the Thai and Cambodian governments before further action. Mr. Thani Thongphakdi, Director-General of the Department of Information and the Foreign Ministry Spokesperson reiterated Thailand’s position that Cambodia must withdraw all of its troops from the specified areas before the Indonesian observer teams can be dispatched. Both sides agreed to take the agreed roadmap to the respective governments for consideration, the implementation of which would be as a package. It is thus mutually understood that Cambodia must withdraw its troops from the specified locations before the Indonesian observers are sent in. In response to the question about a time-frame for considering the proposed roadmap, the Foreign Ministry Spokesperson said that this would depend on when it would be included on the Cabinet’s agenda. He noted that all concerned would like to see progress on this matter at the earliest possible but that it has to proceed in accordance with domestic processes of the respective countries. Regarding the question on whether the proposed roadmap also calls for a ceasefire or cessation of hostilities in the border area, the Foreign Ministry Spokesperson stated that this issue should be discussed in detail within the GBC framework, which Thailand has called for since the beginning. Agreement in this connection would be considered as part of the package. Be that as it may, military units on both sides have been in contact and so far no recent clashes took place, which is a positive sign. In response to a reporter’s question on Indonesia’s view on the matter, the Foreign Ministry Spokesperson stated that Foreign Minister Marty Natalegawa of Indonesia expressed his satisfaction with the outcome of the meeting, saying in a press interview that it was “better than expected.” Thus, media reports suggesting that Indonesia was not satisfied with Thailand’s position are inaccurate. As for the view of the Deputy Foreign Minister of Malaysia, which was reported in several media outlet, criticizing Thailand as the instigator of the Thai-Cambodian border dispute, the Foreign Ministry Spokesperson said that it was most likely due to his misunderstanding or a mistake made in the news report. Posted by KI Media | Permalink | Labels: Border dispute with Thailand

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 20




Asean still has to prove that it is really unified [-The Nation needs to check its facts before writing such outrageous article] Tuesday, May 10, 2011

May 10, 2011 The Nation

Despite the sterling efforts of Indonesia as the current chair, the regional grouping must show the world it can act in true solidarity Thanks to the effectiveness and non-partisan outlook of the current chair, Indonesia, the 18th Asean Summit last weekend concluded on a high note. With the Thai-Cambodian conflict still simmering and overshadowing the summit, it took the calmness of the chair to steer the summit toward a successful conclusion. If it hadn't been for Indonesia's cool-headed approach, the summit could have turned out differently. For the first time in the history of the regional grouping, an intra-Asean conflict featured prominently during the plenary sessions at the ministerial and summit levels, much to the chagrin of the more conservative members and delegates. Cambodia's unilateral decision to seek international assistance has pushed the other Asean members to support the ongoing efforts of Thailand to settle the border dispute through a bilateral mechanism, as reflected in the chairman's statement. The aggressive approach and the lack of consistency by the Cambodian side also helped to strengthen Indonesia'sfacilitating role and the "fullest utilisation " of the bilateral efforts. It remains to be seen how Indonesia will further engage both sides as the Asean leaders sent a clear signal to the two protagonists not to split Asean with this conflict and thus delay the realisation of an integrated Asean Community by 2015. Apart from the hullabaloo surrounding the Hun Sen-Hor Nam Hong dramatics, Indonesia managed to push forward processes within the grouping to ensure that the prospect of achieving the Asean Community for 2015 and beyond will be a strong one. The statement on "the Asean Community in a Global Community of Nations" is a good testimony to Indonesia's current leadership. The Asean leaders agreed that the regional grouping needs to move forward with a shared vision and coordinated action on global issues of common interest. Without these commonalities, Asean will remain weak and lack bargaining power in the globalised world. Toward these objectives, Asean has to do a lot more, as its members are still basically unwilling to think "collectively" for the good of the whole organisation and its 600 million people. PSR Informations

MAI 2011

2ème AnnÊe N° 100 - Page 21


Indonesia has done an excellent job in encouraging the dialogue between the Asean leaders and the civil society organisations. However, Burma has not taken part in the interface. The chair has shown initiative and demonstrated that such dialogues are useful and can be carried out without any politicisation. Vietnam chose not to do so last year. Somehow, this dialogue process must be institutionalised further. Otherwise there is no guarantee that there will be this type of positive gathering when Cambodia is chair, given past negative responses from Phnom Penh. Without the dialogue process, it is hard to convince the world that Asean is moving toward a people-oriented economic community. As expected, the controversial issues relating to Burma's request to chair Asean in 2014, as well as the proposed membership of East Timor [Timor Leste], were further deferred. Asean will dispatch fact-finding teams to both countries to assess the situation on the ground and come back with a set of recommendations for the next summit. However, there is nothing given on both cases. Several Asean members have strong views on the 2014 Asean chairmanship for Burma, as well as the grouping's enlargement. As a rules-based organisation, Asean is getting tough on its members about strictly adhering to rules and regulations. Indonesia's chairmanship will remain pivotal for the reduction of Thai-Cambodian border tensions in the months to come. Further progress is crucial if so-called Asean solidarity is to become a reality. The whole world is watching. Posted by Socheata | Permalink | Labels: ASEAN | ASEAN summit | Border dispute with Thailand

 Xen met Shit [or was it Sit?] as deadlock still remains May 09, 2011

Prime Minister Hun Sen, Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono and Thai Prime Minister Abhisit Vejjajiva attend a trilateral meeting in Jakarta, Indonesia, yesterday. (Photo by: Reuters)

Hun Sen meets Abhisit Monday, 09 May 2011 Cheang Sokha The Phnom Penh Post

Prime Minister Hun Sen met yesterday with Thai premier Abhisit Vejjajiva for the first time since deadly fighting broke out on the Thai-Cambodian border last month, though the two countries appear no closer to resolving their long-standing boundary dispute. PSR Informations

MAI 2011

2ème AnnÊe N° 100 - Page 22


The leaders, meeting at a summit of the Association of Southeast Asian Nations in Jakarta, were joined by Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono, who attempted to mediate. Indonesia currently holds the chair of ASEAN and has held talks with officials from both countries over the past few months in an attempt to resolve the conflict. At a meeting of ASEAN foreign ministers in February, following clashes between Thailand and Cambodia near Preah Vihear temple, Indonesia proposed sending teams of unarmed military observers to the border area to ensure that a ceasefire would hold. Thailand has since been reluctant to finalise the proposal, and Abhisit reportedly called yesterday for a meeting of the bilateral Joint Border Committee before the arrangement moves ahead. Thai government spokesman Panitan Wattanayagorn told the Bangkok Post following the meeting yesterday that the talks focused on “peacefully ending the border conflict, encouraging Cambodia to return for talks and refraining from using force in settling the border dispute”. Speaking at a press conference in Jakarta following the meeting with Abhisit and Yudhoyono, Hun Sen said negotiations to put the observers in place had been held up by Thailand’s JBC proposal. “Cambodian and Thailand don’t have to be in conflict with one another, and our ASEAN friends don’t want to have this conflict, so we want to resolve the conflict by negotiations, with support from the ASEAN chair,” Hun Sen said. “I am not here to wage a war of words. I just want to reaffirm that we are trying to resolve the matter, but the solution we want has not been reached.” However, despite these diplomatic words, the premier created a stir at the opening of the summit on Saturday, offering harsh criticism of Thailand and Abhisit before heads of state of the 10-member regional bloc. Hun Sen blasted Thailand for not agreeing to the terms of reference for the Indonesian observers, and for demanding that Cambodia withdraw its troops from Preah Vihear temple before the scheme moves ahead. “Thailand requires Cambodia to withdraw her troops and population from her own territory, the territory that has been under the sovereignty and effective control of Cambodia,” Hun Sen said. “This condition is irrational and unacceptable.” Philippine presidential spokesman Ricky Carandang told the Agence France-Presse news agency following the meeting that those in attendance had been “surprised” at the ferocity of Hun Sen’s rhetoric. “We were surprised, many people were surprised that the Cambodian side brought it up and it took quite a bit of their time,” Carandang said. “It became a little dramatic, but I think that’s just the way that Prime Minister Hun Sen delivers speeches.” In a speech of his own on the first day of the summit, Abhisit said he was “disappointed” by Hun Sen’s accusation that Thailand had fomented conflict along the border. “Thailand has no intention whatsoever to have conflicts,” Abhisit said, according to a transcript of his remarks provided by the Thai Foreign Ministry. He added: “We cannot help but notice that there is a clear attempt by Cambodia to internationalise the issue.” Cambodia has appealed in recent months both to ASEAN and the United Nations Security Council for assistance in resolving the conflict. Thailand continues to oppose these efforts, favouring bilateral discussions. PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 23


ASEAN secretary general Surin Pitsuwan admitted last week that the conflict had become “embarrassing” for ASEAN, which hopes to achieve a political and economic community on the model of the European Union by 2015. Some 10 people were killed in clashes near Preah Vihear in February, while at least 18 died in fighting along the border near Oddar Meanchey province that began on April 22 and stretched for 11 days. Reurn Heng, a Cambodian soldier based near Ta Moan temple in Oddar Meanchey, said the border remained quiet yesterday. Posted by Heng Soy | Permalink | Labels: Abhisit Vejjajiva | ASEAN summit | Border dispute with Thailand| Hun Xen | Indonesia | Susilo Bambang Yudhoyono

 Thai-Cambodian Border Dispute Fueled by Nationalism, Politics Tuesday, May 10, 2011

From left, Indonesia's President Susilo Bambang Yudhoyono, Cambodian Prime Minister Hun Sen, right, and Thai Prime Minister Abhisit Vejjajiva , center, sit during a trilateral meeting in Jakarta, Indonesia, May 8, 2011 (Photo: AP) Daniel Schearf, VOA Bangkok May 10, 2011

An ancient temple on the border between Thailand and Cambodia is at the heart of a deadly dispute between the two countries. Clashes along the border this year have killed some 30 people and sent tens of thousands of villagers fleeing. Both governments say the dispute is about who owns the land around the temple. Nationalism and domestic politics in both countries also play a key role in driving the conflict. The border dispute dominated the agenda of this year’s summit of Southeast Asia nations, where efforts by host Indonesia failed to bridge major differences between the two sides. When Thai Prime Minister Abhisit Vejjajiva and Cambodian Prime Minister Hun Sen met Sunday at the meeting of the Association of Southeast Asian Nations, they exchanged accusations over who is responsible for prolonging the conflict. Thailand’s Prime Minister argues that Cambodia provoked the fighting by stationing troops in the disputed area. Since then, he says Cambodia has repeatedly tried to internationalize the dispute by involving outside groups such as ASEAN and the United Nations. Thitinan Pongsudhirak is Director of the Institute of Security and International Studies at Bangkok’s Chulalongkorn University. "ASEAN has tried to mediate. There was an agreement in February to send Indonesian peace observers to both Cambodia and Thailand and Thailand agreed to it. But, the domestic crisis in PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 24


Thailand is such that the army has superseded the civilian Abhisit government by reneging. And, basically, the agreement has been abrogated by the Thai side," Pongsudhirak explained. In Thailand, the border clashes have come as the government prepares for nationwide elections in early July, raising suspicions that the country’s divisive domestic politics are playing a role in the conflict. The election is seen as a showdown between Thai elites backed by the military and an opposition party supported by former Prime Minister Thaksin Shinawatra, who had friendlier relations with Cambodia during his time in power. The military ousted Thaksin in a 2006 coup that was backed by nationalist demonstrators known as the Yellow Shirts. His supporters were purged from the military and government and he went into self-imposed exile to avoid corruption charges. Since then, the country’s politics have been bitterly divided and opinion polls indicate the July elections vote will be close. William Case is a professor of Asian and International Studies at City University of Hong Kong. He says Thaksin’s opponents may be hoping the border crisis can rally the nation behind them or can be used as an excuse to postpone elections. "There are certain forces which would include the military and the Yellow Shirt movement that maybe don't want those elections because of the results that they may well bring," he said. In December a group of Yellow Shirts stirred up nationalists on both sides by going to the disputed area where they were arrested by Cambodian troops for spying. Yellow Shirts have since protested outside government offices against Abhisit for being too soft on Cambodia. Tensions were first raised along the border in 2008, when the United Nations declared an ancient Khmer Hindu temple located just inside Cambodia as a World Heritage site. At that time in Thailand, a government aligned with Thaksin supported Cambodia’s application. Michael Montesano is a visiting research fellow on Thai history and regional affairs at the Institute of Southeast Asian Studies in Singapore. He says the former prime minister’s political opponents seized on the temple’s listing to politicize the border dispute. "Since then obviously things have spun out of control and we have armed violence among the Thai and Cambodian forces along the Thai and Cambodian border, a prolonged series of incidents over several years, ASEAN's chronic inability to address this violence between member states, all emanating from what began as a domestic political stunt on the Thai side,” Montesano stated. The border dispute also has a political dimension in Cambodia, where relations with Thailand and Vietnam play a major role in domestic politics. Cambodian Prime Minister Hun Sen is a close friend of Thaksin and in 2009, appointed him an economic advisor, and refused to extradite him to Thailand. Montesano says many Cambodians see Thailand as arrogant towards its small neighbor and Prime Minister Hun Sen scores easy political points for standing up to Bangkok. But Montesano says the issue also gives the Cambodia government political cover in its own border dispute with Vietnam. Hun Sen’s opponents have accused him of being weak in negotiations with Hanoi. "I'm in no position to know whether they're right. But, they're people who say that Hun Sun's playing up the situation on the Thai border is a way to distract the Cambodian people from his much softer stance vis a vis Vietnam relating to poorly demarcated borders." he said. PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 25


The Cambodia-Thailand border was demarcated over a century ago by the French colonial powers and Thailand, then known as the Kingdom of Siam. The Thai side tacitly accepted a French-produced map but resentment later resurfaced over allegations that the map was unfair. The main area of contention is land surrounding a 900-year-old temple called Preah Vihear in Cambodia and Phra Viharn in Thailand. The International Court of Justice in 1962 ruled the temple was Cambodia’s, which Thailand accepted, and the issue lay dormant for decades. Thailand claims the land surrounding the temple, which the court did not rule on. Earlier this month Cambodia asked the ICJ to clarify the 1962 ruling to try to settle the dispute. Thailand says it wants to resolves the dispute through direct talks with Cambodia. Posted by Heng Soy | Permalink | Labels: Border dispute with Thailand



CAMBODGE - Un cadre de l'ONU trop critique contraint à partir 09 mai 2011 09:36; Act: 09.05.2011 /20 minutes online

«Triste et soulagé»: c'est ainsi que se décrit le directeur du bureau des Nations unies pour les droits de l'Homme qui vient de quitter Phnom Penh sous la pression d'un gouvernement accusé de faire taire toute forme de critique. Celui qui était devenu l'une des cibles préférées du Premier ministre Hun Sen a estimé qu'il était devenu «impossible» de rester à Phnom Penh, a expliqué Christophe Peschoux, quelques jours avant de s'envoler vers un nouveau poste aux Nations unies à Genève, où il prenait ses fonctions lundi. «Les droits de l'Homme sont tolérés dans la mesure où ils ne remettent pas en cause les intérêt politiques, économiques et financiers de l'élite au pouvoir», souligne ce Français de 52 ans, qui a dirigé le bureau du Haut-commissariat aux droits de l'Homme au Cambodge pendant quatre ans. «C'est là que se trouve la ligne rouge. Si vous passez cette ligne, les problèmes commencent». Son départ intervient alors que le Parti du peuple cambodgien (PPC) est accusé de s'acharner sur l'opposition avant les élections locales en 2012 et législatives en 2013. «Christophe (...) était l'un des rares responsables de l'ONU à publiquement s'opposer à la campagne de plus en plus intense de Hun Sen pour museler les critiques», regrette Phil Robertson, de l'organisation Human Rights Watch.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 26


Confiscation des terres dénoncée Peschoux avait provoqué la colère des autorités l'an dernier en dénonçant publiquement la confiscation des terres par les élites du pays et la répression des opposants. Le gouvernement avait alors réclamé son départ, l'accusant d'agir «en tant que porte-parole de l'opposition». «J'ai essayé d'être aussi diplomatique que possible, mais parfois, vous devez vous exprimer», s'est-il justifié. La tension était encore montée d'un cran en octobre lorsque Hun Sen avait réclamé son rappel lors d'une visite du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. En vain. Mais le mois suivant, une lettre confidentielle du ministère des Affaires étrangères appelait les responsables de l'Etat à «cesser leurs relations de travail» avec lui. Même si son rappel en Suisse coïncide avec des obligations familiales et la fin d'un mandat classique de quatre ans, sa présence était «un obstacle à la reprise d'une relation normale de travail» avec le gouvernement, reconnaît-il. Le Français, soutenu par sa hiérarchie, a également gardé le soutien des diplomates étrangers. Il «n'a soulevé que des questions avec lesquelles la plupart des (bailleurs de fonds) étaient en parfait d'accord», a souligné Tom Barthel Hansen, qui dirige la représentation danoise. Mandat de l'ONU menacé Le porte-parole du gouvernement, Khieu Kanharith, s'est refusé pour sa part à tout commentaire sur le départ du responsable et ses conséquences sur le bureau de l'ONU dont l'existence même est menacée. Le gouvernement doit en effet discuter à la fin de l'année avec l'ONU de la prolongation de son mandat. «C'est le cœur du conflit avec le gouvernement parce qu'il voudrait que ce bureau soit purement technique, (...) sans parler. Mais c'est une partie de notre mandat sur laquelle nous ne pouvons pas transiger», insiste Peschoux. Les bailleurs de fonds et la communauté internationale doivent donc défendre le bureau, plaide Robertson. «Il n'y a malheureusement pas beaucoup d'autres freins à la domination croissante de Hun Sen et à son autoritarisme qui s'étend comme un nuage noir sur la politique et la société du Cambodge». Une inquiétude que Peschoux partage. «Quand il n'y a plus de limite au pouvoir exécutif (...) il devient arbitraire et abusif. C'est ce qui se passe aujourd'hui». (afp)

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 27




Deux militaires sèment la division au tribunal des Khmers rouges

10/05/2011-Les carnets de Phnom Penh/Liberation.fr Rien n'est décidément simple au tribunal des Khmers rouges à Phnom Penh. Les CETC sont à nouveau divisées -paralysées?- sur l'opportunité de poursuivre des enquêtes et des auditions de témoins et de suspect. Et comme à chaque fois, les divergences profondes apparaissent entre les magistrats cambodgiens, qui entendent se contenter de deux procès (Douch et le dossier n°2), et les représentants de la communauté internationale, favorables au lancement de nouvelles inculpations à l'encontre d'anciens dignitaires du régime de Pol Pot. Cette fois, c'est au tour des co-procureurs de dégainer et d'échanger des communiqués contradictoires. Aujourd'hui, la co-procureure cambodgienne Chea Lang a déclaré que deux personnes visées par une nouvelle instruction dans le dossier N°3 ne devaient pas être poursuivies. Elle estime (lire ici son communiqué(1)) qu'ils n'étaient ni des cadres supérieurs du régime khmer rouge, ni des gens particulièrement responsables des crimes de cette période (qui court du 17 avril 1975 au 6 janvier 1979), et qu'ils n'entraient donc pas dans la mission de la cour. La veille, son collègue international, le Britannique Andrew Cayley, avait formulé des souhaits totalement opposés. Dans un texte détaillé et argumenté (lire ici son communiqué(2)), il demandait la convocation et l'audition des suspects, dont les noms n'ont pas été officiellement communiqués. Mais selon des sources concordantes, il s'agirait du commandant de marine Meas Muth et de son alter ego de l'armée de l'air, Sou Met. Cayley a appelé les juges à enquêter sur de nouveaux sites, listant notamment 5 endroits dont S22 et le Centre de sécurité Wat Eng Tea Nhien. Il souhaite également que les enquêteurs "convoquent et auditionnent les suspects" de cette affaire dite 003, estimant que les crimes dont ils sont soupçonnés "n'ont pas fait l'objet d'une enquête complète" jusqu'ici. Le Phnom Penh Post croit savoir que durant les vingt mois d'enquête, les juges n'auraient pas trouver le moyen d'inculper les deux hommes qui n'auraient même pas été interrogés. Depuis sa création en 2006 et surtout depuis ces derniers mois, les CETC sont le théâtre d'une guerre feutrée. D'une part, les associations de victimes et la société civile mettent la pression sur le tribunal pour qu'il communique davantage sur ses procédures et l'avancée de ses travaux dans l'affaire 003 et 004 dont les noms des suspects n'ont pas été révélés non plus. D'autre part, les autorités cambodgiennes n'ont jamais caché leur volonté de limiter à deux les procès des anciens Khmers rouges. Le Premier ministre Hun Sen n'a pas fait dans la dentelle en brandissant la menace d'une nouvelle guerre en cas de nouvelles poursuites (lire ici les déclarations de l'homme fort du Cambodge(3)). Il s'en est même fait l'écho devant Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies qui ont parrainé les CETC, déclarant, l'année dernière, que les cas 003 et 004 "ne seraient pas autorisés". Hier, le ministre de l'Information Khieu Kanarith est revenu à la charge anti-tribunal: "s'ils (les juges étrangers, ndlr) veulent instruire les cas 003 ou 004, ils n'ont qu'à faire leurs valises et retourner à la maison". Andrew Cayley lui a répondu qu'il faisait son travail. Ce "n'est pas qu'une question de droit, mais également une question de conscience". Plusieurs magistrats étrangers ont déjà jeté l'éponge et quitté un tribunalqui n'a jamais trouvé ses marques. Arnaud Vaulerin Rédigé le 10/05/2011 à 19:02 dans "Libération", Actualité, Cambodge, CETC, Douch, Justice,Khmers Rouges, Nations unies/ONU, POL POT | Lien permanent

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 28


(1) Déclaration PAR LE nationale des co-procureurs concernant le cas de fichiers 003 Publié il ya 23 heures Mise à jour il ya 23 heures

La Commission nationale des co-procureurs, Chea Leang, fait cette déclaration publique en vertu de l'intérieur des CETC l'article 54 concernant le cas du fichier 003. Compte tenu de la première enquête préliminaire par le co-procureur international et la dernière enquête ayant abouti à la fermeture de l'enquête par les co-juges d'instruction, le co-procureur national un examen approfondi et soutenu que les suspects mentionnés au dossier 003 ont été non plus dirigeants ou ceux qui ont été les plus responsables au cours de la période du Kampuchea démocratique. Conformément à la loi sur la création des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens pour juger des crimes commis durant la période du Kampuchea démocratique (la «Loi sur les CETC») et le préambule de l'accord entre l'Organisation des Nations Unies et le Gouvernement royal du cambodgien concernant la poursuite, conformément au droit cambodgien, des crimes commis pendant la période du Kampuchea démocratique ("ONU-RGC Accord") en date du 18 Décembre 2002 et la reconnaissance par l'Assemblée générale des Nations Unies de la préoccupation légitime du gouvernement royal du Cambodge et le peuple du Cambodge dans la poursuite de la justice et la réconciliation nationale, la stabilité, la paix et la sécurité, la sélection de deux catégories de suspects ont été faites: les hauts dirigeants du Kampuchea démocratique et ceux qui ont été les plus responsables des crimes et de violations graves du droit pénal cambodgien, le droit international humanitaire et des coutumes, des conventions internationales reconnues par le Cambodge, qui ont été commis au cours de la période du 17 avril 1975 au 6 Janvier 1979. En outre, les opines National Co-Procureur que les priorités doit être accordée à la poursuite de l'accusé dans la garde de l'installation de détention des CETC. À la lumière de l'Accord des Nations Unies-RGC et la Loi sur les CETC, qui prévoyait la poursuite d'un nombre limité de personnes. Pour les raisons exposées, le National Co-Procureur soutient que les suspects désignés dans l'affaire du fichier 003 ne relèvent pas de la compétence des CETC être traduits en justice et que le mandat du Tribunal peut être convenablement rempli par la poursuite de la accusés dans le centre de détention.

(2) Déclaration du co-procureur international concernant le cas de fichiers 003 Publié il ya 2 jours Mise à jour il ya 1 jour

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 29


Le co-procureur international, Andrew Cayley, fait cette déclaration publique en vertu de l'intérieur des CETC l'article 54, afin de s'assurer que le public soit dûment informé de la procédure des CETC en cours, et en particulier en ce qui concerne le co-procureur international du réquisitoire introductif dans l'affaire du fichier 003 . En fournissant ces renseignements les intérêts des victimes et des témoins, les droits des suspects, et les exigences de l'enquête ont été prises en compte, comme l'exige le Règlement. À la suite de directives données par la Chambre préliminaire, le 7 Septembre 2009, le co-procureur international soumis à la présentations de co-juges d'introduction deux ouvertures d'enquêtes judiciaires sur les crimes divers dans les affaires 003 et 004. Ces observations nommé un total de cinq (5) suspects qui le co-procureur estime sont responsables des crimes allégués et relèvent de la compétence des CETC. Dans le cadre du Règlement intérieur des CETC, les co-juges d'instruction sont tenus d'enquêter sur les allégations criminelles contenues dans ces mémoires. Le cas de 003 adresses dans le réquisitoire introductif allégations de crimes de assassiner, extermination, torture, emprisonnement illégal, l'esclavage, la persécution et autres actes inhumains.Si elle est avérée, ces actes constitueraient des crimes contre l'humanité, infractions graves aux Conventions de Genève et violations du Code pénal cambodgien 1956. Crimes requis pour un examen judiciaire dans le cadre de l'affaire a eu lieu à 003 lieux de crime et de plusieurs épisodes pénales visées par l'affaire 002, y compris le Centre de sécurité S-21, le Kampong Chhnang, Aéroport de chantier, des purges de l'Est, centrale et de nouvelles zones du Nord , et les incursions au Vietnam, ainsi que les sites suivants criminalité et de nouvelles épisodes pénale: (1) S-22 Centre de sécurité dans la région de Phnom Penh; (2) Wat thé Centre de sécurité Nhien Eng à Kampong Som province; (3) Stung Hav Rock carrière forcé site de travail dans la province de Kampong Som; (4) Capture des ressortissants étrangers au large de la côte du Cambodge et leur détention illégale, le transfert à S-21 ou assassiner, et (5) la sécurité des centres exploités dans la province de Rattanakiri. Le 29 avril 2011, le Bureau des co-procureurs ont reçu notification que les co-juges d'instruction a examiné l'enquête dans l'affaire 003 à être conclu. Ayant soigneusement examiné le dossier, le co-procureur international a l'intention de demander de nouvelles mesures d'enquête sur les crimes présumés, dans le délai de 15 jours prévu à l'intérieur des CETC article 66 (1). Entre autres choses, le co-procureur international demandera à la co-juges d'instruction à: 1. Convoquer et interroger les suspects désignés dans le dossier de l'affaire 003 réquisitoire introductif, et les informer qu'ils sont à l'étude; 2.

Interview autres personnes qui ont été identifiés comme des témoins potentiels à ce jour;

3. Interview-interroger des témoins ou re identifiés dans l'affaire du fichier 002, en se concentrant sur les allégations spécifiques contenues dans le dossier de l'affaire 003 réquisitoire introductif; 4. Examiner plus avant les lieux de crime (y compris en recherchant des sites des fosses communes); 5. Place des preuves supplémentaires sur le dossier, y compris en transférant une preuve supplémentaire de l'arrêt du fichier 002 à 003 Case File, et

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 30


6. En outre enquêter sur l'implication de l'affaire 003 suspects dans les crimes, y compris le transfert de détenus sous leur contrôle à S-21, qu'ils ont reçu des «aveux» prélevés sur des prisonniers assassinés à S-21, et leur implication dans d'autres arrestations. Le co-procureur international demandera à ces actions, comme il est d'avis que les crimes allégués dans le réquisitoire introductif n'ont pas été totalement étudiée. Il a une obligation légale en vertu du Règlement intérieur et la loi des CETC à identifier et à lever toutes les mesures raisonnables d'enquête qui devrait être prise par les co-juges d'instruction avant qu'une décision soit prise quant à la si oui ou non les individus doivent être mis en examen et envoyé à son procès. Notification au potentiel de parties civiles dans 003 dossiers de cas Conformément à l'article 23bis interne, les personnes qui souhaitent demander à devenir parties civiles dans l'affaire du fichier 003 doivent soumettre leurs demandes au plus tard 15 jours à compter de la date à laquelle les co-juges d'instruction a notifié à la co-procureurs qu'ils considèrent que l'enquête soit conclu . En application des dispositions légales pertinentes, le co-procureur international est d'avis que la date limite pour les demandes des parties civiles incombe actuellement à mercredi 18 mai 2011 à 16:00. Considérant que les lieux de crime visé par l'enquête n'ont pas encore été rendu public, le co-procureur international sera la demande des co-juges d'instruction de prolonger le délai pour une période supplémentaire de six semaines, afin de prévoir un délai raisonnable pour les victimes de présenter de partie civile. Toutefois, à l'heure actuelle, la seule garantie que la demande de la partie civile sera examiné par les co-juges d'instruction est de l'avoir déposée par le 18 mai 2011 à 16:00.Dans le cas où les co-juges d'instruction de prolonger le délai le public en sera informé. En vertu de la règle 23bis interne (1) et de l'article 3.2 de la Directive pratique relative à la participation des victimes, une victime est définie comme une personne physique ou morale qui a subi des dommages corporels, matériels ou des blessures psychologiques comme une conséquence directe d'au moins un des crimes allégués . Les victimes qui souhaitent faire une demande doivent communiquer avec la Section d'aide aux victimes des CETC, remplir et déposer un formulaire de renseignements sur la victime cette semaine.Le bureau est ouvert du lundi au vendredi sauf les jours fériés. L'adresse est: Section d'aide aux victimes, les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens Route nationale 4 Chau Chaom, Dangkao CP 71 Phnom Penh, Cambodge bureau de la ville: Chambre n ° 6A Rue 21, Sangkat Tonle Basac I, Chamcarmon Khan Phnom Penh, Cambodge. Téléphone: 023 214 291, ou 097 742 4218 (ligne d'assistance téléphonique) Notification aux plaignants potentiels en 003 dossiers de cas Les personnes en possession d'informations concernant les crimes sous enquête peuvent présenter cette information à la co-procureurs. En vertu de l'article 49 (2), les plaintes ou informations peuvent être

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 31


transmises aux co-procureurs par toute personne, organisation ou une autre source qui a été témoin ou a été victime des crimes allégués, ou qui ont connaissance des crimes allégués. Article 49 places sur les co-procureurs l'obligation continue à évaluer les plaintes ou informations faisant état commission des crimes relevant de la compétence des CETC. Lorsque les co-procureurs reçoivent des plaintes ou des renseignements utiles à une enquête judiciaire en cours, ils peuvent transmettre des plaintes ou des renseignements à la co-juges d'instruction pour être mis sur le dossier à titre de preuve. Les plaintes ou informations peuvent être communiquées par la Section d'aide aux victimes, ou à l'Office des co-procureurs directement. Bien qu'il n'y ait pas de date limite fixée pour le dépôt des plaintes, le co-procureur international encourage les victimes ou les témoins qui souhaitent déposer une plainte concernant les crimes décrits dans l'affaire du fichier 003 à le faire dès que possible.

(3) Hun Sen: «Qui sera responsable si la guerre revient au Cambodge?» 7/09/2009-Les carnets de Phom Penh/Liberation.fr

La réponse n'a pas tardé. Moins d'une semaine après la décision des CETCd'ouvrir de nouvelles enquêtes contre d'anciens khmers rouges, le Premier ministre Hun Sen a vivement rappelé son opposition à ce projet. Comme il l'avait déjà indiqué en mars, l'homme fort du Cambodge a réaffirmé avec véhémence que son pays risquait la guerre civile si les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens entamaient de nouvelles poursuites (CETC). Avec le risque d'affaiblir une institution judiciaire déjà chancelante. "Si vous jugez (de nouveaux suspects) sans prendre en compte l'unification nationale et la paix, et si la guerre revient et tue 200.000 ou 300.000 personnes, qui en sera responsable ?", s'est demandé Hun Sen, un brin catastrophiste, lors d'une cérémonie de présentation du résultat du recensement de 2008, indique Cambodge Soir. Il s'est posé en garant de l'unité du pays. "Je ne laisserai personne détruire" la paix, a-t-il ajouté estimant que son pays avait déjà connu "le sang et les larmes". «Autrefois, les Nations unies ont soutenu les Khmers rouges en leur accordant une représentation diplomatique. Aujourd’hui, les mêmes disent que cinq inculpés, ça ne suffit pas. Mais que veulent-ils donc faire ?» Au pouvoir depuis 1985, Hun Sen a défendu la stabilité du Cambodge:"Dans le monde, aucun pays n’a su, aussi bien que le nôtre, intégrer ses forces rebelles dans la société de manière pacifique", a-t-il affirmé. "Si des Cambodgiens retournaient dans la forêt à cause de ce procès, qui en serait responsable ?", a poursuivi le Premier ministre. Au niveau national, comme à l'échelon local, des anciens Khmers rouges occupent toujours des fonctions dans l'administration cambodgienne. Certains d'entre eux pourraient donc faire l'objet d'enquête dans les semaines à venir. Selon nos informations, une dizaine de personnes seraient dans le collimateur de la justice. L'AFP précise qu'il s'agirait de cinq ou six cadres intermédiaires du régime responsable de la mort d'au moins 1,7 million de personnes entre avril 1975 et janvier 1979. Il reviendra au tribunal de

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 32


décider au final si ces individus doivent être poursuivis par les CETC. Arnaud Vaulerin (photo. Hun Sen dans la province de Kamport, le 1er juillet. Reuters). Rédigé le 07/09/2009 à 13:25 dans Actualité, Cambodge, CETC, Douch, Hun Sen, Justice,Khmers Rouges, S-21, Tuol Sleng | Lien permanent



CAMBODGE : "S’ils veulent continuer, alors ils peuvent préparer leur

valise" ÉCRIT PAR LEPETITJOURNAL.COM CAMBODGE

Rien ne va plus au tribunal Khmer Rouge, alors que le procès de quatre des plus importants dirigeants communistes tarde à commencer, responsables Onusiens et cambodgiens s’affrontent quant à l’ouverture de nouvelles instructions à l’encontre d’autres responsables de rang moins élevé. Ainsi le procureur Andrew Cayley avait appelé lundi à une reprise de l’enquête dans l’affaire 003, qui pourrait conduire à l’inculpation des généraux Meas Muth et Sou Met, respectivement en charge de la Marine et de l’armée de l’air Khmer Rouge. La réponse n’a guère tardé, Chea Leang, la procureur cambodgienne, a ainsi répété son opposition à de nouvelles inculpations. Selon elle, et selon le gouvernement, l’accord entre ce dernier et les Nations-Unies portait sur un nombre limité d’inculpations. De fait, le tribunal international a été établi pour juger les anciens "hauts responsables communistes", un qualificatif suffisamment vague pour aujourd’hui relancer un conflit entre partisans d’un procès étendu et ceux qui souhaitent le voir s’arrêter au jugement à venir. Le Premier ministre Hun Sen avait déjà averti des risques de guerre civile en cas d’ouverture de nouveaux procès, son porte-parole, le ministre de l’Information Khieu Kanharith a enfoncé le clou en déclarant, "S’ils veulent ouvrir des dossiers 003 et 004, s’ils veulent continuer alors ils peuvent préparer leur valise", en référence aux juges et procureurs onusiens. (www.lepetitjournal.com/cambodge.html) jeudi 12 mai 2011



Rapatriement des bénéfices dans la région du Mékong GAVROCHE 09/05/2011- Nicolai Borge

Alors que les échanges commerciaux entre les pays de la région du Mékong ont augmenté de manière significative durant ces dernières années, de plus en plus de sociétés s’implantent dans plusieurs pays en créant de nouvelles entités. Dès lors, la question du rapatriement des bénéfices entre les pays de la région du Mékong se pose fréquemment. Le point sur la réglementation propre à chaque pays.

> Ce que dit la loi Tous les pays de la région du Mékong (Cambodge, Laos, Birmanie, Thaïlande et Viêt-nam) ont leur propre réglementation relative à la fiscalité des sociétés. Le régime fiscal applicable peut également dépendre du type d’activité exercé par ces sociétés ou de leur forme juridique particulière. Le procédé habituel de la distribution des bénéfices est la distribution de dividendes aux actionnaires. Mais les bénéfices peuvent également être transférés par le biais de créances entre sociétés, intérêts ou redevances.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 33


> Rapatriement des bénéfices Le premier point à aborder en ce qui concerne le rapatriement des bénéfices, est la possibilité de distribuer les dividendes. Par exemple, une société thaïlandaise qui souhaite distribuer des dividendes à ses actionnaires devra affecter au minimum 1/20ème de ses bénéfices à un fonds de réserve. D’autres pays, comme le Cambodge, permettent une distribution intégrale des dividendes aux actionnaires. Certaines dispositions gouvernementales peuvent aussi limiter la remise des dividendes, comme par une limitation ou un contrôle des devises étrangères. > Déduction des charges Le second point important a trait à la déduction des charges. Par exemple, le Cambodge a adopté une limite concernant la déduction des intérêts bancaires. Ainsi, la déduction des intérêts pourra être limitée à seulement 50% pour une société cambodgienne. Par suite, le troisième point à aborder concernant le rapatriement des fonds est l’existence d’une retenue à la source (withholding tax). La distribution de dividendes à des actionnaires étrangers peut en effet donner lieu à une retenue à la source qui varie de 0% en Birmanie, à 10% en Thaïlande, et jusqu’à 14% au Cambodge. Certains pays de la région du Mékong ont toutefois signé des traités bilatéraux qui peuvent permettre de réduire l’impact de cette imposition. NICOLAI BORGE Directeur Régional - DFDL Mekong www.dfdlmekong.com



La crise sans fin entre le Cambodge et la Thaïlande

10/05/2011/Liberation.fr/Les carnets de Phnom Penh

La crise entre la Thaïlande et le Cambodge n'en finit décidément pas au sujet du temple de Preah Vihear. Le sommet de l'Asean, le weekend dernier à Jakarta, n'a pas permis de trouver une issue aux troubles meurtriers. Retour sur les causes de cette guerre frontalière. (article publié le 4 mai dans les colonnes deLibération). Jamais la guerre du temple n’a été aussi meurtrière entre le Cambodge et la Thaïlande. Depuis le 22 avril, au moins 18 civils et militaires ont trouvé la mort autour de l’ex-édifice khmer de Preah Vihear dont les vestiges s’étirent sur 800 mètres près de la frontière commune aux deux pays. Plusieurs milliers des 85 000 déplacés ont commencé à rentrer chez eux hier, malgré la poursuite de combats qui ont fait une nouvelle victime chez les soldats thaïlandais. Que s’est-il passé ? Le 22 avril, pour la seconde fois en moins de trois mois, les soldats cambodgiens et thaïlandais ont échangé des tirs à l’arme lourde. Les premiers incidents ont éclaté en pleine jungle, dans une zone qui abrite deux temples. Ils se sont étendus quatre jours plus tard aux alentours de Preah

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 34


Vihear, à environ 150 kilomètres à l’est, où les deux armées s’étaient déjà affrontées pendant quatre jours en février. Pas moins de 10 personnes, dont des civils, avaient été tuées. Bangkok et Phnom Penh n’ont cessé de se rejeter la faute du déclenchement des hostilités. Les annonces de cessez-le-feu, de rencontres bilatérales et les appels à la retenue de l’ONU, de l’Association des nations d’Asie du sud-est (Asean) et des Etats-Unis sont restées lettres mortes. La médiation d’observateurs indonésiens, décidée d’un commun accord en février, a capoté après que la Thaïlande s’est rétractée. Bangkok se refuse à toute internationalisation du conflit. Quelle est l’origine de la crise ? Depuis juillet 2008, Thaïlandais et Cambodgiens ont fait le coup de feu une dizaine de fois. A cette date, à la demande de Phnom Penh, les ruines du temple du XIe siècle avaient été inscrites sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco. Mais la querelle est bien plus ancienne.«La propriété du bien fit l’objet de tractations intenses aux XIXe et XXesiècles entre les Français et les gouvernements thaïlandais, précise l’Unesco. Un traité de 1904 la conféra à la France, dont le Cambodge était un protectorat. Elle fut revendiquée par la Thaïlande en 1934 et occupé six ans plus tard.» En juin 1962, le temple a été attribué au Cambodge par une décision de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye. Mais les Thaïlandais contrôlent ses principaux accès et les deux pays revendiquent une zone en contrebas de l’édifice qui n’a pas été délimitée. Hier, le Cambodge a demandé à la CIJ d’ordonner à la Thaïlande de retirer ses troupes. Jeudi, elle avait déposé une requête priant la cour d’interpréter son arrêt de 1962. La crise peut-elle durer ? Oui. Les combats, qui gagnent en intensité, alimentent les nationalistes des deux camps. Et la Thaïlande se prépare à voter pour des législatives dans les semaines qui viennent. Arnaud Vaulerin (Photo: Un soldat cambodgien, dans la province d'Oddar Meanchey, près de la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande, le 1er mai. Reuters). Rédigé le 10/05/2011 à 16:50 dans "Libération", Actualité, Cambodge, Phnom Penh | Lien permanent



Le conflit Thaïlande-Cambodge met en lumière les faiblesses de l'Asean lundi 09 mai 2011/RFI

Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva lors d'un entretien avec le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono à Jakarta le 8 mai 2011. REUTERS

Par RFI

Le 18e sommet de l’Asssociation des Nations d’Asie du Sud-Est (Asean) s’est clôturé hier dimanche à Jakarta en Indonésie. Les dix principaux pays d’Asie du Sud-Est, représentant un demi-milliard d’habitants, n’ont pas réussi à trouver une solution au conflit opposant deux de ses pays membres, la Thaïlande et le Cambodge. Le conflit a déjà fait 18 morts et des dizaines de milliers de déplacés. PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 35


Avec notre correspondaante à Jakarta, Solenn Honorine « Comment peut on former une famille si deux de nos membres n’arrivent pas à régler leurs problèmes ? », a demandé le président philippin Benigno Aquino. Et en effet, la rixe entre le Cambodge et la Thaïlande est pour le moins contradictoire avec le but affiché de ce 18e sommet de l’Asean : approfondir les liens entre les dix pays membres pour œuvrer à l’intégration économique d’ici à 2015. Or, le meeting impromptu organisé entre les deux Premiers ministres des pays belligérants n’a en rien fait avancer les choses. Et si les deux pays ont accepté de prolonger d’une journée leur séjour à Jakarta afin de poursuivre le dialogue, cette décision ressemble plus à une manière de sauver la face qu’à une véritable volonté de mettre fin au conflit. Le bilan de ce sommet de l’Asean est donc marqué par cet échec, ce qui confirme la réputation de faiblesse d’une institution régionale où les intérêts nationaux priment toujours sur ceux de la région. Bref, un forum de discussion sans beaucoup de poids, comme le montre d’ailleurs l’absence de décision des pays membres concernant la demande de la Birmanie, qui brigue la présidence du groupe dans trois ans.



Surenchère nationaliste en Thaïlande

14 FÉVRIER 2011 4:13 OLIVIER LANGUEPIN/THAILANDERF

Le conflit qui déchire la zone frontalière de la Thaïlande et du Cambodge autour de l’ancien temple de Preah Vihear, apparaît non seulement comme un retour à une époque révolue, mais aussi comme une assez triste exploitation politique de la fibre nationaliste thaïlandaise. Depuis l’époque d’Ayutthaya et d’Angkor, les deux royaumes se sont battus sur leur frontière commune. Plus récemment, la région a aussi été l’un des repaires des deniers Khmers rouges. Mais cette fois, les deux pays sont, au moins sur le papier, des démocraties et en tant que membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, sont signataires de son Traité d’amitié et de coopération. Pourtant, les deux gouvernements ont succombé à la tentation populiste des bruits de bottes, en faisant de la défense de quelques arpents de jungle un enjeu politique. Le Cambodge pour faire oublier les chemises rouges ? Abhisit Vejjajiva, le Premier Ministre thaïlandais, a déclaré qu’il ne finirait pas son mandat et que les élections en vue d’élire un nouveau gouvernement, seront organisées pendant la première moitié de 2011. Des élections nationales auront donc probablement lieu en Thailande dans les six prochains mois, ce qui rend la situation encore plus versatile.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 36


En 1962, la Cour internationale de Justice a clairement statué que le temple, appartient de plein droit au Cambodge, mais elle n'a pas porté de jugement sur le territoire qui l'entoure.

La tentation est grande pour le gouvernement d’exploiter les incidents avec le Cambodge pour faire passer au deuxième plan les divisions internes du de la Thailande. La politique intérieure thaïlandaise demeure dangereusement polarisé après les manifestations antigouvernementales qui ont fait 90 morts dans Bangkok au printemps dernier, et personne ne veut être accusé de manquer de défendre la souveraineté thaïlandaise. En attendant, chacun des belligérants peut présenter des arguments valables car si en 1962, la Cour internationale de Justice a clairement statué que le temple, appartient de plein droit au Cambodge, elle n’a pas porté de jugement sur le territoire qui l’entoure.

Un enjeu de politique intérieure L’enjeu du conflit est de toute façon au delà du territoire, la fierté nationale et l’ambition d’hommes politiques. Comme Pavin Chachavalpongpun l’écrit dans le Wall Street Journal, les groupes d’opposition thaïlandaise ne font qu’attiser le conflit dans leur propre intérêt.

En apparence, les combats qui font rage aujourd’hui entre la Thaïlande et le Cambodge semblent découler d’un conflit entre les deux pays. Mais, lorsqu’on creuse un peu, on s’aperçoit qu’ils résultent d’une lutte de pouvoir sur la scène politique intérieure thaïlandaise, plus précisément entre le gouvernement démocrate et l’Alliance du peuple pour la démocratie (PAD) ( « chemises jaunes »).(1) La Thaïlande en particulier, a beaucoup à gagner en arrivant a résoudre le conflit avec le Cambodge rapidement, tant pour sa propre politique intérieure que pour son rayonnement international, déjà sérieusement malmené par les émeutes du printemps dernier.

Le conflit fait aussi ressortir un problème plus grave: le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva semble avoir peu de contrôle sur l’armée thaïlandaise, qui est largement responsable de son arrivée au pouvoir. Les militaires agissent le long de la frontière sans en informer le Premier ministre ou bien après les faits. estime Joshua Kurlantzick Au niveau régional, une guerre entre deux membres de l’ASEAN risque d’entacher la réputation de tous les membres. Les combats ont ému les autres membres de l’ASEAN, et constituent un premier test de l’un des ses principaux objectifs de l’organisation: maintenir la stabilité et la paix dans la région. Le Vietnam, et la Chine ont appelé plusieurs fois les deux pays a un retour au calme et a la négociation. (1) Extraits d’un article paru dans le Wall Street Journal du 9 fevrier 2011, par Pavin Chachavalpongpun du Singapore’s Institute of Southeast Asian Studies.



Thaïlande – Cambodge, un test pour l’avenir de l’Asean 9 MAI 2011 7:03 OLIVIER LANGUEPIN/THAILANDEFR

Le Cambodge et la Thaïlande ont finalement accepté la présence d’observateurs indonésiens à leur frontière respective à proximité du temple de Preah Vihear au cours d’une réunion officieuse des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN, à l’issue des affrontements meurtriers qui ont eu lieu le mois dernier. Les derniers affrontements ont coûté la vie à 18 personnes des deux côtés, dont neuf soldats cambodgiens, huit soldats thaïlandais et un civil thaïlandais. Par ailleurs, près de 100.000 habitants des deux pays ont été contraints de fuir la zone en raison des combats. L’Indonésie, le président actuel de l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), a prévu d’envoyer des observateurs pour évaluer et surveiller la situation, mais la mise en œuvre de cette mesure butte encore sur l’exigence de la Thaïlande qui a mis une condition préalable: obtenir des troupes cambodgiennes de se retirer de la zone disputée autour du temple.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 37


Deux conceptions s’opposent dans la résolution du conflit: la Thailande insiste pour entamer des négociations bilatérales avec le Cambodge et refuse toute autre intervention, alors que le Cambodge demande des négociations multilatérales supervisées par l’ONU ou l’Asean. Photo: Peerapat Wimolrungkarat

Le premier ministre du Cambodge M.Hun Sen, dans sa déclaration au sommet a déclaré à propos des conditions fixées par la Thailande:

« Cette condition est irrationnelle et inacceptable. En fait, c’est la Thaïlande qui doit retirer ses troupes de la proximité des zones, selon l’arrêt de la Cour internationale de Justice (CIJ) de La Haye en date du 15 Juin, 1962. « Il a noté que la guerre entre les deux pays de l’Asean pourrait affecter non seulement la paix et la sécurité régionale, mais peut également «créer de sérieux défis pour l’ASEAN dans notre quête vers la communauté économique de l’ASEAN en 2015. »

Abhisit répond aux attaques de Hun Sen Les conflits frontaliers entre la Thaïlande et le Cambodge, comme beaucoup d’autres différends, sont de longue date. Dans ce cas, les frontières ont été délimitées par des traités tels que la Convention siamoisefrançais de 1904 et les traités de 1907. Il y a également eu des développements ultérieurs qui ont suscité des désaccords. Même aujourd’hui, nous continuons à fournir une assistance de coopération au développement au Cambodge parce que nous croyons que la prospérité du Cambodge est lié à notre prospérité. Même en temps de conflit, nous avons continué à fournir une aide, le commerce, et coopérer économiquement. Mais nous ne pouvons pas nous empêcher de remarquer qu’il y a une tentative manifeste par le Cambodge pour internationaliser la question. Je reconnais que la question pourrait affecter la crédibilité de l’Asean. Nous devons donc faire en sorte que tout problème soit résolu, au niveau local, au niveau bilatéral et, si nécessaire avec l’aide de la région (Asean). Le sommet a aussi pour objectif de consolider le réseau commercial et de sensibiliser le public sur les opportunités commerciales et d’investissements à l’ASEAN et à l’UE (Union européenne) ainsi que de faciliter les relations en matière de commerce et d’investissements entre les deux parties. Le commissaire européen chargé du commerce, Karel De Gucht, est à Jakarta pour rencontrer les ministres de l’Economie et du Commerce des dix pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et participer au tout premier sommet commercial UE-ASEAN. L’ASEAN, qui regroupe Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam, n’est que le septième partenaire commercial de l’UE avec 175 milliards d’euros d’échanges, alors que l’UE est le deuxième partenaire commercial de l’ASEAN, après la Chine, représentant près de 11 % des échanges de l’ASEAN. L’UE a accru ses liens économiques avec l’Asie du Sud-Est en ouvrant en 2010 des négociations en vue de signer des accords de libre-échange avec Singapour et la Malaisie. Ces accords bilatéraux sont considérés comme les pierres angulaires d’un futur accord avec l’ensemble de la région.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 38




La bataille du temple

10/05/2011 | Thitinan Pongsudhirak | Les Echos

Le conflit entre la Thaïlande et la Cambodge est devenu tellement virulent qu’un accord, même à court terme, nécessitera l’intervention d’une tierce partie. L’établissement d’une paix durable dépendra avant tout de l’issue, dans les mois qui viennent, de la crise politique qui secoue la Thaïlande – et de la non interférence du Cambodge dans ce processus.

BANGKOK – Les escarmouches meurtrières à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, qui ont fait plus d’une vingtaine de morts, de nombreux blessés et contraint des dizaines de milliers de personnes à fuir la zone des combats, sont principalement attribuables aux politiques intérieures des deux pays. Ces affrontements, qui trouvent leur origine dans une ancienne animosité et l’héritage de l’époque coloniale, constituent aujourd’hui une menace pour toute la région. Le litige porte sur une zone de 4,6 kilomètres carrés en contrebas d’un temple hindou millénaire connu sous le nom de Preah Vihear pour les Khmers et de Phra Viharn pour les Thaïs. Le Cambodge affirme que cette zone relève de sa souveraineté territoriale depuis l’arrêt de la Cour internationale de justice de 1962. La Cour décida par 9 voix contre 3 que la carte du Cambodge dressée par les topographes français entre 1904 et 1907 plaçait clairement le temple du côté cambodgien et que la Thaïlande (le Siam jusqu’en 1939) n’avait jusqu’alors élevé aucune objection. Lors des auditions, le Cambodge a demandé à la CIJ de statuer également sur les terrains jouxtant Preah Vihear, mais les juges se sont prononcés uniquement sur la question du temple, comme l’avait initialement demandé le Cambodge. La carte dressée par les Français se retrouva au centre du conflit parce qu’elle ne suivait pas les démarcations géographiques naturelles. La Thaïlande rejeta le relevé topographique, arguant du fait qu’il contrevenait à la convention signée entre la France et le Siam en 1904, qui précisait que la frontière entre le Siam et le Cambodge s’établissait le long de la ligne du partage des eaux entre les deux pays. De plus, cette carte fut réalisée à peine une décennie après que le Siam ait dû céder une partie de son territoire – une grande partie de l’ouest du Cambodge actuel – à la France, qui occupait alors l’Indochine. C’est à cette époque que le Siam, dans une position vulnérable, fut contraint de signer avec les puissances coloniales européennes plusieurs traités qui lui étaient défavorables pour pouvoir préserver son indépendance.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 39


Jusqu’à récemment, les revendications croisées sur cette parcelle de 4,6 kilomètres carrés n’étaient pas une question épineuse. Les échanges commerciaux florissants entre villageois et marchands des deux côtés de la frontière se faisaient sans interférence des autorités. Les tensions bilatérales ne devinrent plus aiguës qu’après le coup d’État militaire de 2006 qui renversa le Premier ministre élu démocratiquement, Thaksin Shinawatra, accusé de corruption et de déloyauté envers la monarchie. En 2008, après que le Parti du pouvoir populaire (PPP) proche de Thaksin, alors en exil, a remporté les élections, le gouvernement thaï a publié un communiqué conjoint avec le Cambodge acceptant l’inscription du temple de Preah Vihear à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Ce communiqué devint la cible des opposants de Thaksin en Thaïlande, avec à leur tête l’Alliance du peuple pour la démocratie (PAD). Le PAD a qualifié l’inscription de l’ancien temple de Preah Vihear au patrimoine de l’humanité de trahison de la souveraineté thaïe, et s’en est servi pour déstabiliser le gouvernement pro-Thaksin. Lorsque le PAD a occupé les bureaux du gouvernement et pris le contrôle des deux aéroports de Bangkok, les dirigeants des manifestants du PAD ont insulté le Premier ministre cambodgien Hun Sen, le comparant à un hooligan. Facteur aggravant, l’auteur de cette insulte est devenu ministre des Affaires étrangères de la Thaïlande après que les opposants de Thaksin soient revenus au pouvoir en décembre 2008, avec l’appui de l’armée et Abhisit Vejjajiva au poste de Premier ministre. A ce stade, les tensions avec le Cambodge étaient inévitables. Hun Sen avait des comptes à régler avec à la fois le Parti démocrate, l’Alliance du peuple pour la démocratie et l’armée. En 2009, le Premier ministre cambodgien a nommé Thaksin conseiller économique du gouvernement et l’a invité à donner une conférence de haut niveau à Phnom Penh. La relation bilatérale est instable depuis lors, alternant entre des périodes de friction et de conciliation. Les affrontements sporadiques le long de la frontière peuvent être attribués aux provocations du PAD. Bien que certains de ses membres soient entrés au cabinet Abhisit, les dirigeants de l’Alliance se sont sentis trahis par le Premier ministre et certains de ses appuis puissants. Les chemises jaunes du PAD ont recommencé à manifester, cette fois-ci sous le double étendard de l’ultra-nationalisme à propos de Preah Vihear et d’une campagne anti-corruption. Le PAD a ouvertement appelé à un coup d’État militaire pour « nettoyer » la scène politique thaïe. Dans un premier temps, ces provocations n’ont pas eu beaucoup d’effet. L’armée thaïe s’est gardée de prendre parti dans la controverse entourant Preah Vihear, et le gouvernement Abhisit a ignoré les manouvres du PAD. Mais lorsque les chemises rouges pro-Thaksin ont de leur côté organisé des manifestations monstres pour commémorer la répression par l’armée des manifestations d’avril et mai de l’an dernier, les militaires sont devenus nerveux. Un point tournant a peut-être été atteint lorsque les dirigeants des chemises rouges ont fait allusion au silence notoire de la maison royale concernant la violente répression des manifestants par l’armée, une critique qui a fait craindre à la hiérarchie militaire qu’un véritable danger menace la monarchie. L’armée thaïe a abandonné sa position de neutralité et est devenue de plus en plus belliqueuse. Elle a unilatéralement rejeté la présence d’observateurs régionaux à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, proposée dans le cadre de la médiation avancée par le ministre indonésien des Affaires étrangères Marty Natalegawa en février dernier. Le gouvernement Abhisit, inféodé à l’armée, a saisi le message et est revenu sur le processus de paix entamé sous l’égide de l’Indonésie. Ce revirement n’a pas seulement été un coup dur pour

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 40


l’Indonésie qui préside cette année l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean), mais également pour l’Asean même, en particulier au vu du projet de création d'une communauté économique à l'horizon 2015. Si l’Asean ne parvient pas à faire office de médiateur, le litige entre la Thaïlande et le Cambodge risque de se retrouver à nouveau devant le Conseil de sécurité des Nations unies, qui avait déjà renvoyé cette question à l’Asean à la suite de pressions intenses exercées par les deux parties prenantes. Autant le Cambodge souhaite faire du conflit une question multilatérale, autant la Thaïlande préfère qu’il fasse uniquement l’objet de négociations bilatérales. Bien que les affrontements à la frontière aient impliqué des chars d’assaut et des armes lourdes, il est peu probable qu’ils dégénèrent en une guerre ouverte à grande échelle. Le cadre de l’Asean fait office de filet de sécurité et les intérêts commerciaux devraient en fin de compte prendre le dessus. Il est par contre certain que les escarmouches et l’affrontement verbal entre les deux parties se poursuivront, au moment où le pouvoir en place resserre les rangs dans un virage à droite vers les symboles et institutions de la monarchie, impliquant Hun Sen, qui aurait dû garder ses distances, dans le dernier acte qui se joue à Bangkok. Thitinan Pongsudhirak

 Entre le Cambodge et Thaïlande, une discorde en ruines Un dangereux abcès de fixation sur la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. Lundi 9 mai 2011 - Slate.fr

- Soldat cambodien, en 2008, sur les ruines de Preah Vihear . REUTERS/Chor Sokunthea -

Aucune solution ne semble se dessiner dans le conflit frontalier entre la Thaïlande et le Cambodge. Des tirs sporadiques d’artillerie lourde ont déjà fait près d’une trentaine de victimes et provoqué le déplacement temporaire de dizaines de milliers de ruraux. Une rencontre, le 8 mai à Jakarta, entre les deux chefs de gouvernement n’a rien donné. Le risque n’est pas celui d’une guerre entre des voisins PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 41


qui n’en ont ni l’envie ni les moyens. Il reste, toutefois, que l’abcès de fixation ne fait que se renforcer localement. Il y a quelques années, les touristes visitaient à partir du territoire thaïlandais les ruines de Preah Vihear, un fameux temple situé juste de l’autre côté de la frontière sur la chaîne des Dangrek.

Un escalier monumental y permet l’accès direct au temple alors que, du côté cambodgien, les ruines surplombent un ravin de plusieurs centaines de mètres.

A cent cinquante kilomètres à l’ouest de Preah Vihear, sur la même ligne de crête que suit la frontière, se trouvent d’autres ruines khmères, celles de Ta Krabei et de Ta Moan en cambodgien, de Ta Kwai et de Ta Muew en thaïlandais, des temples qui datent également des XI°et XII° siècles. Faute d’une délimitation précise de la frontière, des patrouilles conjointes en assuraient la protection voilà encore une semaine. La cohabitation entre les populations de la chaîne des Dangrek, souvent d’origine khmère, ne posait pas de problème. En 1962, sollicitée par Bangkok et Phnom Penh, la Cour internationale de justice avait attribué au Cambodge Preah Vihear. En dépit de sa surprise et de sa déception, la Thaïlande avait renoncé à PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 42


émettre des objections. Beaucoup plus récemment, en 2008, les deux gouvernements s’étaient entendus sur la candidature de Préah Vihear au Patrimoine mondial de l’Unesco. En pleine crise politique en Thaïlande, cette décision a provoqué un tollé : le gouvernement a été accusé par les nationalistes de n’avoir pas consulté au préalable le Parlement et le ministre des affaires étrangères a été contraint à la démission. Au Cambodge, en pleine période électorale, Hun Sen – premier ministre depuis 1985 – ne s’est pas alors privé d’exploiter une bouffée de nationalisme. Préah Vihear, dont la candidature a été, du coup, présentée par le seul Cambodge, a été inscrit au Patrimoine de l’humanité. Toutefois, le contentieux ne porte pas sur le temple lui-même mais sur une zone de 4,6 Km2, qui le jouxte et que se disputent les deux pays. La frontière commune, qui s’étale sur près de 800 km, compte ainsi une quinzaine de secteurs qui sont l’objet de sérieux litiges.

Responsabilités partagées Première constatation : les deux capitales portent la lourde responsabilité de ne pas avoir entrepris, ces dernières décennies, la délimitation de leur frontière commune en profitant des phases d’accalmie dans leurs relations bilatérales (il y en a eu quelques-unes). La deuxième est que le conflit, qui s’étale et se durcit avec l’envoi de renforts militaires de chaque côté de la frontière, tombe à un mauvais moment: le gouvernement thaïlandais doit organiser, fin juin ou début juillet, des élections anticipées dont les résultats s’annoncent pour le moins indécis. La campagne électorale bat déjà son plein. Les partisans, alliés ou suppôts de Thaksin Shinawatra – Premier ministre limogé par l’armée en 2006 et aujourd’hui exilé – peuvent encore fait un bon score. Cette seule hypothèse exaspère les militaires qui revendiquent la double responsabilité de la défense du territoire et de la protection de la monarchie. L’opposition de l’armée thaïlandaise à l’internationalisation du conflit – réclamée par le Cambodge – limite d’autant la marge de manœuvre du Premier ministre Abhisit Vejjajiva. Début février, saisi par Phnom Penh, le Conseil de sécurité de l’ONU a évoqué la question et pris la décision logique de demander à l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), présidée actuellement par l’Indonésie, de tenter de trouver une solution. Lors d’une réunion, à Jakarta le 22 février, les chefs des diplomaties de l’Asean, y compris le Thaïlandais et le Cambodgien, se sont entendus sur l’envoi sur place d’observateurs indonésiens. Mais l’application de cette décision n’a pas eu lieu, l’armée thaïlandaise s’opposant à la présence des observateurs indonésiens dans les zones contestées. La rencontre, le 9 mai dans la capitale indonésienne, entre Abhisit et Hun Sen et en présence du chef de l’Etat indonésien, semble s’être également traduite par un échec. Faute d’observateurs indépendants, il est impossible de savoir ce qui se passe réellement sur le terrain, chaque camp accusant l’adversaire d’avoir bombardé le premier. Mais le fond du problème paraît lié, d’un côté comme de l’autre de la frontière, à une absence de volonté politique.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 43


Dénoncer la Thaïlande est populaire au Cambodge et permet de reléguer au second plan d’autres problèmes. De l’autre côté de la frontière, le gouvernement aborde non seulement une rude épreuve électorale mais il doit aussi ménager des militaires très influents et une minorité ultranationaliste. Du coup, la flexibilité tant vantée de la diplomatie thaïlandaise s’évapore et, comme l’a déclaré l’universitaire thaïlandais Surachart Bamrungsuk au Bangkok Post, «si nous demeurons inflexibles, le problème va s’accroître.» L’abcès risque donc de s’étendre. Quant à l’Asean, déjà aux prises avec le problème birman, elle n’a pas de quoi se réjouir: son ambition de devenir une Union dans les prochaines années en prend un coup supplémentaire. Jean-Claude Pomonti

 [ENTRETIEN] La protection du patrimoine face aux révolutions 10/05/11 à 12:41/SCIECES et AVENIR

Bombardements en Libye , révolutions en Tunisie et en Egypte, coups de feu autour d’un temple à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge… Comment travaille l’Unesco pour protéger le patrimoine archéologique dans ce contexte politique instable ? Les réponses de Francesco BANDARIN, sous-directeur général pour la culture à l’Unesco, directeur du Centre du Patrimoine mondial.

Le 16 février 2011, un soldat près du masque de Toutankhamon dans le Musée Egyptien du Caire pendant les manifestations. (AFP) Sciences et Avenir: Plusieurs pays du monde arabe riches en patrimoine viennent d’être le théâtre de révolutions, certaines toujours à l’œuvre. Qu’a pu faire l’Unesco pour apporter son aide ?

Francesco Bandarin.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 44


(N.Chauveau/SIPA)

Francesco BANDARIN: Le rôle de l’Unesco est compliqué, car en tant qu'organisation internationale liée à la culture, nous devons évoluer au milieu d’évènements de nature politique, dans des pays aux situations forts diverses. Le cas de l’Egypte et de la Tunisie n’est par exemple pas comparable à celui de la Libye ou de la Syrie. Pour agir, nous dépendons de la volonté des gouvernements… Ceci dit, nous ne sommes bien entendu pas restés les bras croisés. Des missions de l’Unesco ont tout de suite été envoyées partout où cela était possible. Trois se trouvent déjà en Tunisie et deux en Egypte. Une troisième devrait s’envoler vers ce pays le 15 mai. En Libye, de nombreux bombardements ont lieu. L’Unesco a-t-elle déposé des requêtes auprès des armées de la coalition ? Nous avons fait beaucoup plus que cela. Il existe la Convention internationale de La Haye de 1954, dite Convention de la protection du patrimoine culturel en cas de conflit armé, dont la Libye est d’ailleurs signataire ainsi que tous les intervenants –mis à part l’Angleterre. L’Unesco a donc réalisé, comme le prévoit la Convention, l'inventaire de tous les sites libyens accompagnés de leurs coordonnées géographiques. Cet inventaire a été remis au Commandement de l’Otan. Ces derniers sont donc informés et nous avons des échanges réguliers avec eux. L’Otan possède la liste complète de l’ensemble des sites du patrimoine mondial libyen, avec en particulier ceux de Leptis Magna et Sabratha, les plus proches des actuelles zones de combats. Heureusement, la plupart d’entre eux sont éloignés ou à l’intérieur des terres. L’Egypte a récemment connu de graves pillages … quelles initiatives concrètes a pu prendre l’Unesco ? Nos équipes ont justement été envoyées faire le point sur ces pillages et dresser un inventaire. Dès les premières alertes, nous avons pris des mesures immédiates et lancé un programme avec nos partenaires, qu’il s’agisse des grandes ONG culturelles ou d’INTERPOL. Mais il n’y a pas que ça. Il est pour nous essentiel de mettre le paquet sur la jeunesse du monde arabe qui a été trop longtemps tenue hors de la vie économique, culturelle et politique. C’est un vrai problème, et il est valable partout! Un des volets importants de nos missions actuelles est donc de développer des projets avec la jeunesse de ces pays. Il faut impérativement associer les jeunes à la culture. Les impliquer dans l’élaboration des programmes culturels, qu'il s'agisse de l’éducation, de la formation ou de la communication.

" Il faut impérativement associer les jeunes à la culture." Quels autres projets souhaitez-vous renforcer ? Depuis toujours, l’image de l’Unesco est liée à celle de l’Egypte, et les relations que nous entretenons avec ce pays sont fondamentales. Plusieurs projets en cours ont été relancés. Par exemple, la restauration du Caire historique. Un chantier gigantesque, pour une ville ancienne sans doute la plus extraordinaire du monde islamique. Il faut établir un plan général de restauration de la ville historique, ce qui n’a jamais été fait. Désormais tout cela doit s’inscrire dans un cadre stratégique. Il y a ensuite un projet plus modeste du point de vue financier -mais très important du point de vue symbolique- celui du grand architecte égyptien

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 45


Hassan Fathy, avec la restauration de New Gourna : un village de Louxor qui pourrait symboliser l’architecture populaire durable. Sans parler de l’achèvement du grand Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC) sur le site d’El Fustat, au Caire, auquel l’Unesco est associé depuis le début. Si tout fonctionne comme nous l’espérons, l’Egypte deviendra un pilier de notre activité dans les prochaines années. Et concernant la Tunisie? Là, il n’y a pas eu de gros problèmes sur les sites archéologiques. La difficulté concerne plutôt la réorganisation du secteur culturel. Heureusement, le gouvernement de transition a choisi comme ministre un grand expert, ancien fonctionnaire de l’Unesco, M. Ezzeddine Beschaouch. Plusieurs projets sont donc déjà sur les rails. Le premier concerne Carthage. Le site antique se trouvait non loin de la résidence de l’ancien Président. Des permis de construire donnés illégalement avaient ainsi limité l’extension de la zone tampon du site. Tout cela est désormais balayé. L’ancienne Carthage va de nouveau retrouver une vie normale et répondre aux critères et principes de conservation. Notre second projet très important, à l’instar de celui lancé en Egypte, est surtout d’impliquer la jeunesse dans toutes ces réalisations. Tout cela sera long et il ne faut pas espérer de résultats à court terme. Mais ce qui est essentiel, c’est que ces programmes aillent tous dans la bonne direction. Qu’en est-il des autres pays arabes en conflit? Nous sommes très inquiets pour la Syrie, le Yémen ou Bahreïn… Nous avons d’ailleurs dû transférer la réunion du prochain Comité du Patrimoine mondial de l’Unesco qui devait se tenir du 19 au 29 juin à Bahreïn. Elle aura lieu finalement à Paris aux mêmes dates.

Le temple de Preah Vihear, classé patrimoine mondial, est placé sous la souveraineté du Cambodge, à la frontière avec la Thaïlande, qui conteste son tracé datant de 1953. Ce conflit a déjà fait 14 morts et des centaines de déplacés. (Heng Sinith/AP/SIPA)

"Des actes de guerre sur un site du patrimoine mondial sont impossibles." D’autres régions du monde posent aussi problème. Quelle est la position de l’Unesco dans le conflit qui oppose actuellement le Cambodge et la Thaïlande autour du temple de Preah Vihear, situé sur la frontière entre les deux pays, classé au Patrimoine mondial de l’humanité? La situation est là aussi très complexe. J’ai rencontré le ministre des affaires étrangères de la Thaïlande, puis le vice-premier ministre du Cambodge à plusieurs reprises. A chacune des rencontres, il nous a été

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 46


répondu: «C’est réglé. Nous avons un accord. Nous allons retirer les soldats et rouvrir le site aux touristes etc. ». Nous avions donc reçu des garanties des deux côtés. Or à peine rentrés, les affrontements ont repris! Nous avions même envoyé en mission spéciale l’ancien directeur de l’Unesco, Mr. Koïchiro Matsuura. L'organisation d'une rencontre à Paris avait été décidée pour le 25 mai, les deux parties devant se réunir pour tenter de trouver une solution. Il y a là une violation de toutes les règles ! Il ne peut y avoir d’armée sur un site classé au patrimoine mondial. On est hors de toute convention. Tout est violé. Aujourd’hui la situation nous dépasse. Des actes de guerre sur un site du patrimoine mondial sont impossibles. Du fait du conflit politique, le rôle de l’Unesco est limité. Cette affaire est désormais dans les mains du Secrétaire général des Nations Unies à New York, Mr. Ban Ki Moon. Une crise financière très grave touche actuellement les économies de la planète. Avec quels budgets fonctionne aujourd’hui l’Unesco ? La recherche de financement est une quête quotidienne car il n’aura échappé à personne que les Etats n’ont plus d’argent. Pour simplifier, je dirais que l’Unesco fonctionne avec deux budgets. Un budget de contributions obligatoires des Etats-membres (calculé en fonction de leur puissance économique), et un budget dit volontaire (constitué de legs, dons, subventions de gouvernements ou d’institutions publiques ou privées, d’associations ou de particuliers). Le budget obligatoire versé par les Etats-membres s'élève à environ 226 millions d’euros annuels (326 millions de dollars), alors que le budget volontaire est de l’ordre de 174 millions d’euros (250 millions de dollars) par an. Quels sont les plus gros contributeurs de l’Unesco ? En termes de contribution obligatoire, les Etats-Unis sont le plus important donateur. Ils participent à hauteur de 22% au budget de l’Unesco. Ensuite, c’est le Japon. En ce qui concerne les contributions volontaires, c’est l’Italie, avec près de 40 millions de dollars. Certains pays connaissent un très grand développement économique. La Chine, par exemple. Ce pays fait-il partie des donateurs ? Non. En tout cas, ce n’est pas un donateur dans le sens traditionnel du terme. Mais les Chinois font des investissements importants sur leur territoire en ce qui concerne la protection de leurs propres sites.

"Le trafic des biens illicites est devenu le 4ème plus grand marché criminel derrière la drogue, le trafic des êtres humains et les armes !" Sur la question des restitutions à laquelle la Chine participe aussi (notamment pour récupérer les biens pris lors du sac du Palais d'été en 1860), de plus en plus de demandes de restitution sont faites à travers le monde. Quelle est la position de l’Unesco sur ce sujet? Elle est très claire. Il existe un Traité international de l’Unesco, la Convention pour la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Il date de 1970. Au fur et à mesure de la signature de ce traité par chacun des pays, la date d'entrée constitue le début de leur adhésion. Tout ce qui a pu se passer avant cette date ne peut être pris en compte. Quoi qu’ait pu être transféré d’un pays à l’autre. Ce que l’on a fait, par contre, c’est de créer un Comité pour le retour et restitution qui traite des cas antérieurs : par exemple les marbres du Parthénon, ou la Tête de Nefertiti, etc. Ceci dit, ce comité n’a qu’un pouvoir de facilitation mais aucun pouvoir juridique. Par contre, pour tout ce qui a été ratifié «après 70», nous avons les moyens pour intervenir. Si un objet

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 47


volé ou fouillé illicitement est transféré dans un autre pays, nous pouvons agir à travers les traités ou encore INTERPOL, qui gère une banque de données que nous alimentons régulièrement. La Police peut donc être contactée à tout instant pour saisir les objets incriminés. Le trafic des biens illicites est devenu le 4e plus grand marché criminel derrière la drogue, le trafic des êtres humains et les armes ! Savez-vous qu’en Italie, plus d’un million d’objets ont quitté le pays au cours des trente dernières années (1) ! Le montant de ce trafic est estimé à 6 milliards de dollars par an. C’est un trafic international sous-estimé qui est en train d’atteindre une échelle préoccupante ! Les gouvernements devraient s’en inquiéter aussi sérieusement qu’ils le font pour celui de la drogue. Ce sont d’ailleurs souvent les mêmes organisations et les mêmes « routes » qui sont impliquées. Les intérêts en jeu sont colossaux. Si vous aviez une baguette magique, quels seraient vos souhaits? Je souhaite organiser un Sommet mondial sur « Culture et Développement » en 2013. C’est fondamental. Car aujourd’hui il faut savoir que la culture n’est pas considérée comme un facteur de développement économique! C'est une véritable absurdité. Jamais aucun Sommet international n’a eu lieu autour de cette question. Il ne s’agit pas de conférences, lesquelles ont été déjà nombreuses. Non, un sommet, ça veut dire de la politique! Des choix! Nous sommes bien parvenus à faire un sommet sur l’environnement. Il faut réussir à en faire une sur la culture ! Mon second rêve serait de pouvoir faire approuver une nouvelle convention pour la protection des paysages. Cette fois au niveau international. Elle n'existe pour l'instant qu'au niveau européen. Nous en discuterons lors du prochain conseil exécutif de l’Unesco. Mais faire passer une convention n’est pas facile. Là il me faudra une baguette magique ! Propos recueillis par Bernadette Arnaud Sciences et Avenir.fr 09/05/11

 Histoire & Culture :

ANG DUONG LA GUERRE POUR CHASSER LES TROUPES ANNAMITES DU CAMBODGE LES FORCES EN PRESENCE LA PRETENDUE DOUBLE VASSALITE -Khemara Jāti(suite) 42. - Angk-Duong (1841-1859) Pendant ce temps, le général chau-khun Bodyn et Angk-Duong étaient acclamés à Oudong, et le prince y prenait solennellement la direction des affaires. D'Oudong, il envoyait des ordres dans toutes les provinces, nommait des gouverneurs, confirmait les pouvoirs pris par les chefs PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 48


des insurgés et allait s'installer à Khléang-slêk, près de Ponhéa-lu, dans un palais de bois et de paille que le peuple enthousiasmé avait construit en quelques semaines. Les Annamites rassemblaient des forces et des approvisionnements considérables sur le canal d'Hatien et, déjà le Bodyn ne savait, - ses forces étant dispersées et son armée très petite, comment repousser les Annamites, lorsqu'une flotte siamoise abordant à Kampot y débarqua des renforts où l'on trouvait non seulement des Siamois, des Cambodgiens, des Malais, mais encore quelques Européens. Le Bodyn projetait déjà de faire jonction avec ce petit corps d'armée, lorsqu'il apprit que, battu par les Annamites, il s'était rembarqué à Hatien pour rentrer au Siam. Cet échec augmentait d'autant plus ses embarras qu'il venait de perdre une bataille navale audessus de Chaudoc, après deux jours de lutte. Cependant, Angk-Duong d'Oudong s'était transporté à Tréang avec une armée cambodgienne. L'armée annamite qui venait d'obliger le corps d'armée siamoise à se rembarquer marcha sur lui, le rencontra à Chœung-kanchoum et le battit dans une sanglante bataille (1841). Il rentra désespéré à Oudong, mais Bodyn qui était décidé à résister, fit élever des fortifications dans le grand fleuve, sur le bras du Chaudoc, et dix autres petits fortins qui, malgré leur faible importance, ne laissèrent pas d'arrêter les Annamites. Les armées ennemies demeuraient chacune sur le territoire conquis et se provoquaient par des surprises de nuit et de jours, sans cesser de piller le pays et de le ruiner. On sentait que Siamois et Annamites combattaient en pays étranger et que nul n'était pressé de l'emporter sur l'autre. En fait, chacun des adversaires songeait à s'annexer quelques-unes des provinces du Cambodge, à se partager le pays et, par conséquent, à occuper le plus de territoire possible. Un point les inquiétait surtout. Chacun d'eux voulait avoir Phnôm-Pénh et les Quatre- bras, c'est-à-dire le cœur et le point le plus stratégique du royaume. Sans les Quatre-bras, la paix eût été signée et le Cambodge partagé entre le Siam et la Cochinchine, et tout était dit du peuple khmêr. Phnôm-Pénh, cette ville qui, vingt ans plus tard, devait devenir la capitale du Cambodge protégé par les Français, était donc la pierre d'achoppement de la guerre ou de la paix. Les Annamites le sentaient bien, mais comme tout le pays était contre eux et que leur gouvernement courait le risque d'être enlevé, ong tong Kun décida de transporter son siège de Phnôm-Pénh à Chaudoc. Le Bodyn occupa de suite la ville abandonnée et donna l'ordre d'y construire un palais royal au kômpong Véang-phéak ou "berge en face du palais ancien", berge qui se trouvait, où fut depuis la mairie en 1885 et où se trouve maintenant la glacière, au nord du véath Onalom. Cependant les Annamites avaient remis Angk-Êm en liberté et le traitaient en prince. Ramené à Phnôm-Pénh avant qu'ils en fussent partis, ils l'avaient traîné à Chaudoc et croyaient pouvoir l'opposer à Angk-Duong auquel toute la population se ralliait et, qui par lui et ses partisans, continuer la guerre contre les Siamois. Afin de tromper la population sur leurs intentions, ils lui avaient fait épouser néak Angk-Pou, la princesse obaréach, et ils avaient donné à Angk-Phim, son fils, la princesse Angk-Snguon, la mère qui, plus tard, après la mort de son mari, fut l'une des femmes du roi Angk-Duong, son beau-frère. La combinaison était habile, mais la mort de l'Obaréach Angk-Êm (ce prince était âgé de 51 ans), dont la popularité n'existait plus depuis longtemps, vint tout à coup l'anéantir (1843) et le roi Angk-Duong se trouva seul prétendant. Les Annamites sentirent qu'il fallait ou précipiter les évènements ou traiter. Ils attaquèrent la citadelle de Péam-méan-chey (Banam, sur la rive gauche du bras oriental du Mékong, à 70 kilomètres environ au-dessous de Phnôm-Pénh) et s'en emparèrent au mois d'août, puis, remontant le petit fleuve ou tonlé-toch, ils furent attaquer Bân-téay-dêk où le roi se trouvait alors, ignorant la prise de Péam-méan-chey qu'il venait soutenir. La bataille dura trois jours et le roi dut, entraîné par le Bodyn, battre en retraite jusqu'à Phnôm-Pénh, puis abandonner un vaste pays à l'ennemi y compris les Quatre-bras et se retirer à Oudong, avec le général siamois et toutes les forces siamoises qu'on put ramasser. Oudong fut fortifiée, mais on sentait qu'on avait perdu tout espoir de vaincre et que le valeureux Bodyn, que la destruction de Vieng-chant avait porté si haut, n'avait plus confiance en rien. La population s'abandonnait de nouveau lorsqu'on apprit que des bandes cambodgiennes commandées par des gens du peuple, des inconnus, avaient battu une forte armée annamite aux environs de Lovêk, que le général ennemi avait été tué et que son armée était en complète PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 49


déroute, qu'un autre général annamite avait été fait prisonnier et que les fuyards étaient attaqués par les paysans et massacrés dans tout le pays. Alors, dans le royaume, ce fut un cri de joie, le courage revint aux plus lâches ; on reprit les armes et partout où il y avait un détachement annamite, le peuple soulevé sous des chefs improvisés, l'attaqua. Cependant, parmi ces chefs improvisés, plusieurs n'étaient que des pirates qui, ayant recruté une bande de malfaiteurs, volaient et pillaient. Angk-Duong fit saisir deux d'entre eux qui refusaient de venir s'expliquer à la cour, un pseudo-chakrey Nong et un pseudokrâlâhôm Moulk. Il fit exécuter le premier et grâcia le second qui fut chargé de la défense de la province de Bâ-phnôm et de la citadelle de Péam-kbal (1844, cette citadelle de Banam reçut alors le nom de bântéay-péam-méan-chey, forteresse de la bouche (du prêk) de la victoire). Le roi rentra à Phnôm-Pénh. L'année suivante, Angk-Duong, ayant appris que son chakrey Mey ou Moeun, était à la tête d'une conspiration tramée contre lui, fit saisir sept des principaux conjurés et les fit mettre à mort. Les autres trouvèrent le moyen de s'enfuir à Chaudoc, chez les annamites. Leurs biens furent confisqués et leurs familles réduites en esclavage d'Etat. Depuis sept ans qu'ils occupaient le Cambodge, les Annamites avaient élevé plus de cinquante forts : de Sâmbaur jusqu'en Cochinchine ; de Srê-âmbœl, (Kompong-sôm) où ils avaient construit une forteresse sur une butte au-dessus du village (phnôm véath Phong), jusqu'à Hatien, en passant par Kâmpot où leur fort se trouvait, là même où est aujourd'hui le télégraphe, et à Sla-ket sur la route de Hatien où les levées d'un retranchement sont encore visibles. Tous ces forts furent attaqués par les paysans et évacués par les Annamites pris peur devant le pays soulevé. Le roi Angk-Duong et Bodyn, voyant cette déroute et n'étant pas en mesure de poursuivre la guerre, n'ayant pas surtout le cœur assez haut, proposèrent la paix au général annamite dont le quartier général était à Kômpong-luong. Le général renvoya la lettre sans réponse et marcha sur Oudong. Les Cambodgiens et les Siamois s'y fortifièrent pour une résistance acharnée et se conduisirent si bien qu'ils démolirent toutes les batteries annamites à mesure qu'on les établissait. Voyant que les Cambodgiens étaient invincibles dans leurs positions et que leur énergie était à la hauteur de leur science militaire, le général des Yuons, qui venait de refuser la paix, la demanda à son tour. Le roi Angk-Duong et le Bodyn lui retournèrent sa lettre sans lui répondre. Le général insista. Angk-Duong répondit cette fois qu'on ne croirait au désir de traiter des Annamites que lorsqu'ils auraient rendu les membres de la famille royale, tous les roturiers et les mandarins qu'ils retenaient soit avec eux, soit à Saïgon, soit à Huê. C'était répondre fièrement, mais le roi se départit bientôt de cette attitude parce que le général annamite déclara qu'il n'avait pas les pouvoirs nécessaires et n'était pas un assez grand personnage pour oser promettre ces libérations sans y être autorisé et le roi accepta de discuter toutes les conditions du traité de paix avec le général lui-même dans une entrevue qui aurait lieu au village de Popey sous condition de ratification du traité par le roi d'Annam. Cette réunion eut lieu en décembre 1845 : elle comprenait le général Bodyn et des généraux annamites. On y convint que le roi Angk-Duong serait fait roi du Cambodge du consentement des gouvernements de Siam et d'Annam, que les princes et princesses de la famille royale du Cambodge, retenus en pays annamite seraient échangés contre des prisonniers de guerre, officiers et soldats faits par les Cambodgiens puis on se sépara. Le traité fut ratifié quelques semaines après par les gouvernements de Siam et d'Annam et l'échange des prisonniers eut lieu en juin 1846. Le glaive sacré, tombé aux mains des Annamites, fut rapporté à Phnôm-Pénh et remis au prince Angk-Duong qui le fit déposer à Oudong dans un pavillon spécial. Ce prince, - qui n'avait pas, comme le dit la stèle de véath Baray, "dispersé tous ses ennemis", qui ne les avait pas "subjugués par sa vertu, sa puissance, sa science et ses perfections", - fut sacré à la fin de l'année 1847 et investi, au nom des souverains de l'Annam et du Siam, par un envoyé spécial annamite ong Kham-Mang et par deux envoyés siamois, le chau-phyéa péchpichey et un bakou de Bângkok.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 50


Il n’est pas inutile de signaler quelques-unes des intrigues auxquelles cet acte solennel donna lieu. Le roi d’Annam envoya pour le couronnement quelques présents, un cachet carré en or avec le titre de Caomen quôc-vuong, « roi des Caomen » (ou Khmèrs). Le roi de Siam envoya les insignes de la royauté khmère qu’on avait autre fois, emportés à Bangkok et fit demander au roi Angk Duong, par le gouverneur de Kompong-svay, de ratifier par un traité secret la cession au Siam des territoires de Mlou-Prey, de Tonlé-ropœuv et de tout qu’il a pris au Cambodge, il y avait une trentaine d’années. Le roi refusa cette cession : « Je ne cède rien aux Siamois, mais comme ils sont les plus forts, qu’ils gardent provisoirement ce qu’ils ont pris ». Le gouverneur de Kompong Svay rapporta aux Siamois la réponse du roi, mais pris sur lui de leur remettre un papier portant son propre cachet, papier par lequel il leur cédait au nom du roi le territoire qu’ils demandaient. Ce sont ces deux provinces qui, rétrocédées à la France par le roi de Siam en suite du traité de 1904 entre les gouvernements français et siamois, annexées au Cambodge l’année suivante. (…) Pages 490, 491 Or à cette heure, le roi de Siam venait de signer avec notre consul à Bangkok, qui ne connaissait pas la situation réelle et à l’insu de l’amiral gouverneur, un traité par lequel nous reconnaissons que les provinces d’Angkor et de Battambang appartenaient au Siam. Ce malencontreux traité fut connu à Saigon en juillet 1867 (4 ans après le traité du protectorat) ; notre gouvernement d’alors l’avait, très à la légère, ratifié à Paris et ces belles provinces – que l’amiral et que m. de Lagrée, le représentant du protectorat français au Cambodge, voulaient faire restituer au royaume – furent pour quarante ans encore, perdues pour lui. L’amiral était mécontent. M. de Lagrée, notre représentant du protectorat à Oudong était furieux.

LE CAMBODGE ENTRE LE SIAM ET LE VIETNAM (de 1775 à 1860) Thèse de KHIN SOK Ed. Ecole Française d’Extrême-Orient Paris 1991 Chapitre V La période calamiteuse de 1835 à 1847 (p. 87-110) La disparition, en 1835, du roi Ang Chan, qui ne laissait pas d'héritier mâle fut à l'origine de graves problèmes successoraux. Les quatre princesses Ang Pén, Ang Mei, Ang Peou et Ang Snguon, ne disposaient d'aucun moyen pour s'opposer à la politique annexionniste de la cour de Hué. Le pays khmer était livré aux Vietnamiens. Quant aux princes Ang Im et Ang Duong, ils étaient retenus à la cour de Siam. En dépit de cette situation déplorable, la population khmère allait se soulever contre l'occupant. 1/ L'élévation de la princesse Ang Mei La cour de Hué voulut profiter de l'absence de tout prince dans le royaume khmer pour l'annexer définitivement. A cette fin, l'empereur Minh Mang envisagea deux procédures : la première était une alliance entre un prince vietnamien et une princesse khmère ; la seconde, qui ne devait être appliquée qu'au cas où la première échouerait, était l'élimination pure et simple de tous les dirigeants khmers, y compris les princes et les princesses.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 51


La cour d'Annam entreprit donc, par l'intermédiaire de son représentant à Phnom Penh, le général Truong Kun, d'organiser un mariage entre un prince annamite et la princesse Ang Peou, afin d'ôter tout prétexte à une invasion étrangère. Cette alliance n'était d'ailleurs pas sans précédent, mais en 1620, c'était un roi khmer, Srey Soriopor, qui avait recherché par ce moyen l'alliance de l'Annam pour résister à la pression siamoise. Il avait marié son fils, le prince Chey Chettha à l'une des filles de l'empereur d'Annam. Cette union n'eut d'ailleurs, à cette époque, pour résultat que d'envenimer les relations avec la cour de Siam et le prix en fut, en marque d'amitié à l'égard de Hué, la cession en 1623 du territoire de Saïgon. L'offre d'alliance par un mariage faite par la cour de Hué ne suscita que l'hostilité des khmers. Quant à la princesse Ang Pèn, elle jugea la proposition inacceptable et lui opposa un refus catégorique, dont Truong Kun prit acte non sans quelque rancune. Les mandarins khmers décelaient sans peine les intentions réelles des Vietnamiens et ne se faisaient aucune illusion sur la prochaine disparition du royaume khmer. Ils justifièrent cependant leur refus en prétextant les différences de culture des deux nations. Truong Kun tira de ces refus les conclusions qui s'imposaient à lui. Il écarta la princesse Ang Pèn, et il éleva autoritairement sa cadette, la princesse Ang Mei sur le trône du Cambodge tout en confisquant le pouvoir. On ne dispose sur ces évènements que d'un seul témoignage, celui qu'Adhémard Leclère rapporte après l'avoir recueilli lui-même auprès des fonctionnaires khmers : "Cependant, des gens prétendaient, avec quelque raison il semble, qu'une pareille élévation au trône (Ang Mey fut élue reine du Cambodge) était nulle de plein droit parce que, conformément à une tradition que personne n'avait jamais contredite jusqu'alors, en cas d'extinction des mâles de la famille royale, les ministres et les grands étaient tenus de choisir le roi parmi les chefs des bakous. D'autres objectaient que la tradition ne disait pas : "en cas d'extinction des mâles de la famille royale", mais "en cas d'extinction de la famille royale, donc la famille royale n'est pas éteinte". Dans une réunion secrète qui eut lieu entre de hauts personnages sur le sommet du mont Préah-reach-tréap, près d'Oudong, ces questions furent examinées et l'un des membres osa dire : "si l'élection ne porte pas sur un prince, elle sera nulle ; si ce prince n’est pas accepté par le peuple et par le roi de Siam, il y aura la guerre ; si la princesse est élue et si le roi de Siam n’intervient pas, c’est la fin du Srok khmer et son envahissement définitif par les Annamites ». Un religieux dit : « Alors, nous irons au Siam ». mais ces personnages ne furent pas appelés à délibérer et l’élection se fit sans eux. (Adhémard Leclère « Histoire du Cambodge »). (p. 87, 88) (…) Pour la première fois dans son histoire, le Cambodge eut une souveraine qui lui fut imposée par une puissance étrangère. Quelques mois après la mort d'Ang Chan, la princesse Ang Mei, âgée de vingt ans, fut élevée sur le trône du Cambodge par la cour de Hué. Les Vietnamiens l'obligèrent à s'installer dans son palais de Koh Slaket pour l'empêcher de se mettre en rapport avec la cour de Siam. Ils lui décernèrent le titre de "Ba Quan Chua" ce qui signifie "Maître de tous les mandarins". (p. 88) Aucun titre honorifique ne fut offert à la princesse Ang Pèn. Les Vietnamiens sanctionnaient de cette manière le camouflet qu'avait constitué pour eux son refus du trône et d'autre part les rapports étroits qu'avait sa famille avec la cour de Siam. En effet, sa mère, Mneang Tep, était la propre fille du gouverneur de la province de Battambang, ;'Abhaithibès Bèn dont on sait l'attachement au Siam. En 1833, elle avait décidé, à l'insu du roi Ang Chan, de demander une intervention militaire du Siam pour chasser l'envahisseur vietnamien du Cambodge. En outre, l'un des frères de Mneang Tep, nommé Ma, élevé au titre de Preah Ang Kêv par le roi Ang Chan, PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 52


était connu comme adversaire des Vietnamiens, et résidait, de plus, à cette époque, à la cour de Bangkok. Pour ces diverses raisons, le roi Minh Mang ordonna à son représentant à Phnom Penh de surveiller tout spécialement l'entourage de la princesse Ang Pèn. Depuis la mort du roi Ang Chan, le roi de Siam Rama III (frère aîné du roi Mongkut) suivait les évènements du Cambodge avec beaucoup d'attention. Il s'apprêtait à intervenir le moment venu. En 1836, il ordonna de recenser les populations khmères et laotiennes qui vivaient le long de la frontière khméro-laotienne qui vivaient le long de la frontière khméro-siamoise, afin de les faire enrôler dans ses armées. Cependant que, les princes Ang Im et Ang Duong furent conduits dans l'ancien territoire khmer : le premier à Battambang et le second à Mongkol Borei (à Svay Chék). A suivre…

 Presse Khmère:



នយកសិទិធមនុសសសហរបជជតិេសកសដយនិងធូរេសបយេពលេចញពី

កមពុជ

េដយ ហស់ សន 2011-05-09

េលក រគីសុហ ត វ េប៉ ហស៊ូ (Christophe Peschoux) ែថលងថ េលកមនករេសកសដយ និងធូ រេសបយកនុងចិ តត េនេពល ចកេចញពីកមពុជេរកយពីរជរដឋភិបល បនបងខំបេណដញរូបេលកេចញពីតំែណងយ៉ ងមនរបសិទភ ធ ព េរកយបំ េពញករងរេនរសុកែខមរអស់រយៈេពល ៤ ឆនំ។

RFA/Sok Serey

តំណងករ ិយល័យៃនឧតដមសនងករអងគករសហរបជជតិ ទទួលបនទុកសិទិម ធ នុសសរបចំកមពុជ េលក រគីសូហ ត វ

េប៉ ស៊ូ (Christophe Peschoux)

េលក រគីសុហ ត វ េប៉ ហស៊ូ នយកករ ិយល័យៃនឧតដមសនងករសហរបជជតិទទួលបនទុកកិ ចក ច រសិទិ ធមនុសស បន

សែមដងអរមមណ៍េទកន់មនុ សស ែដលេលកធលប់សគល់ធលប់របរស័យ និងធលប់េធវករងរជមួ យថ េលកមនកដី េរកៀមរកំេសកេស េហយកនុងេពលជមួយគនេនះ ក៏មនកដីធូរកនុងចិតែត ដរ។ េលកថេលកក៏ ដឹងខលួនែដរ េហយ

សូមសរភពថ វកលយជេរឿងេធវករមិ នេកតេទ េនកនុងរបេទសកមពុជបនទប់ពីមនករប៉ ះទងគិចពកយសមដីជមួ យ នឹងេមដឹកនំែខមរ។

េលក រគីសុហ ត វ េប៉ ហស៊ូ បនរ ំឭកអនកផងទំងឡយ កលពី ៃថងេសរ ៍កនលងេទេនះ មុននឹ ងេទកន់ករថមីេនទី រកុង

ហសឺែណវ របេទសសវីសថ េរឿងសិទិម ធ នុ សស រតូវរដឋអំណចអនុ េរគះរតឹមករមិតមួ យ ែដលគមននរណមនក់ហ៊ន

និ យយសដីរ ិះគន់ផលរបេយជន៍នេយបយេសដឋកិចច និងហិរញញ វតថុរបស់រកុមមរនតីរគប់ រគងអំណច។ ប៉ុ ែនត េប

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 53


នរណនិ យយេលសពីេនះ េនះេគនឹ ងគូសរកហមភលម េហយេបហ៊នកត់គំនូសរកហមេនះ បញ ហ នឹ ងេក តមន ភលម។ េលកបនេអយដឹ ងថ មូលេហតុែដលនំេអយេលកមនបញ ហ ជមួយរដឋភិបល គឺេនេពលេលក និយយ

ធ នុសសរបស់េយងចប់េផដមេក តមនេឡង អំពីបញ ហ សិទិម ធ នុ សស «ភពតនតឹងរវងរដឋភិ បលនឹងករ ិយល័យសិទិម េនេពលែដលេយងចប់េផដមេលកេឡងអំពីបញ ហ ពិបកខលះៗ មកពិភកសជមួ យរដឋភិបល េដមបីែសវងរក ដំ េណះរសយជមួ យគន។ បញ ហ ទំងេនះរួមមនបញ ហ កនុងរបព័នត ធ ុ លករបញ ហ និ ទណ ទ ឌ ភព ែដលជនរបរពឹ តប ត ទ

េលមសរ ំេលភសិទិម ធ នុសសមួយចំ នួនមិ នរតូវបនចប់ខួន ល យកមកផដនទេទសជេដម។ បនទប់ពីេយងេលកេឡងនូ វ បញ ហ ទំងេនះេហយ ទំនក់ទំនងរបស់េយងជមួយរដឋភិបលក៏កលយជអរកក់េទៗ រហូតដល់មនករេសន

េអយេដះដូ រតំណងពិ េសសេចញ»។ ិ េលក រគី សុហ ទក់ទងនឹ ងករែដលរដឋភិបលេចទថ េលកេធវករេអយបកសរបឆំងវញ ត វ េប៉ហស៊ូ មនរបសសន៍

ថ ជករមិនពិ ត ៖ «ខញំុក៏អចបញ ជ ក់ជូនថ ករ ិយល័យេនះ បំ េពញកិ ចក ច ររបស់ខួន ល េដយឯករជយ។ គឺឯករជយពី

ិ ឯករជយពី បកសរបឆំង និងឯករជយពី សហគមន៍អនតរជតិដៃទេទៀតផងែដរ។ រដឋភិបល ឯករជយពីសងគមសុីវល ប៉ុ ែនត េយងេធវករងរជមួយពួកេគទំងអស់គន។ ករែដលេយងេធវករងរជមួយពួកេគទំងអស់េនះ មិនែមន

មនន័យថ េយងេបះបង់េចលឯករជភពរបស់ពួកេយងេទ។ ខញំុយល់ថ ភពឯករជរបស់េយង គឺជមូ លដឋន

ិ៍ ត ៃនេករេឈ ម ះ និងកិ តយនុ ភពរបស់េយង»។

េលក រគីសុហ ត វ េប៉ ហស៊ូ របប់អនកកែសតថ េលកបនពយយមតមរេបៀបករទូតណស់ែដរេប េធវេទបន។ ប៉ុ ែនត ិ េគមិ នអចសរមបេទតម េពលខលះ រតូវែតហ៊ននិ យយករពិត េហយថ េបពិនិតយេលអណតតិសថប័ នេនះវញ

េរឿងខុ សេនះបនេទ។ េនមុ នលេចញេទ េលករ ំឭកថ មិនសូវមនករររំងដំ េណររតួតរត និងផដច់កររបស់េលក ហ៊ុន ែសន េទ េនេពលែដលទិដភ ឋ ពេនះ កំពុងរ ីកសយដូចពពកេខមងងឹ តេលនេយបយ និ ងសងគមែខមរឥឡវូេនះ េហយថ

លគឹកណសខនីតិរបតិបតតិមនទំហំឥតរពំ ែដនេនះ វនឹងកលយជសខេធវអីេវ រសចែតចិតត រពមទំងបំពរបំពន ចបប់េទៀតផង៕ Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.

 របយករណ៍អេងកត៖

រគូមនទុទិដិឋនិយមខលំងចំេពះគុណភព

អប់រក ំ មពុជ ី េអ ែខមរ | ភនំេពញ ៃថងច័ន,ទ 09 ែខឧសភ 2011/VOA េដយ ជន សកត វអូ

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 54


រូបថត៖ AP

ិ យអប់រ ំឆនំ២០១១ អនកផតល់ចេមលយ៤៥,៥ភគរយបនេឆលយថ ករអប់រ ំគមនករអភិវឌឍ និង៣៩,៤ភគរយថ កនុងរបយករណ៍អេងកតេលវស័ ករអប់រ ំគមនគុណភពេទ។ ប៉ុែនតជង១៤ ភគរយបនេឆលយថ ករអប់រ ំមនករអភិវឌឍេរចន។

«គុ ណភពៃនករអប់ រ ំេនកមពុជបនមកដល់កែនលងមួ យរបកសអសននេហយ»។ សមគមរគូបេរងៀនកមពុជឯករជយឲយដឹ ងេនៃថងច័នេទ នះថ គុ ណភពៃនករអប់ រ ំេនតមសលេរៀនរដឋេនកមពុជ

ិ យអប់ រ ំឆនំ២០១១របស់សមគមរគូបេរងៀន បនធលក់ចុះដល់ករមិ តរបកសអសនន។ របយករណ៍អេងកតេលវស័ កមពុជឯករជយបនេធវសមភសន៍រគូបេរងៀនចំនួន៧២៦នក់េនកនុង១៧េខតតរកុង ដូចជ រជធនីភំ នេពញ េខតត

ិ៍ កំពង់ចម េសៀមរប ៃរពែវង បត់ ដំបង សវយេរៀង កណ ត ល បនទយមនជ័ យ េពធសត់ ជេដម ចប់ ពីៃថងទី១ ដល់ៃថងទី១៥ែខមិនឆនំ២០១១។ េលក រង ៉ុ ឈុន របធនសមគមរគូបេរងៀនកមពុជឯករជយ បនែថលងរបប់រកុមអនកយកព័ត៌មន ថ អនកផតល់

ចេមលយ៤៥,៥ភគរយបនេឆលយថ ករអប់ រ ំគមនករអភិវឌឍ និ ង៣៩,៤ភគរយថ ករអប់ រ ំគមនគុណភពេទ។ ប៉ុ ែនត

ជង១៤ ភគរយបនេឆលយថ ករអប់ រ ំមនករអភិ វឌឍេរច ន។ េលករង ៉ុ ឈុនែថលងថ៖ ិ បញ «េយងមនកររពួយបរមភជុំវញ ហ គុ ណភពៃនករអប់ រ ំេនកមពុជ។ គុណភពៃនករអប់ រ ំេនកមពុជបនមកដល់ កែនលងមួយរបកសអសននេហយ»។

របយករណ៍អេងកតេនះបនបងហញថ អនកផតល់ចេមលយ៥២ភគរយេឆលយថ ករដំ េឡងរបក់េបៀវតសរ ៍គឺជករ ចំបច់ពីេរពះរបក់ េបៀវតសរ ៍េធវឱយប៉ ះពល់ដល់គុណភពៃនករអប់ រ ំ។ អនកផតល់ចេមលយ១៥ភគរយថ រតូវករ តមលភព និងករផលស់បូតរនយកសលែដលដឹ កនំមិនលអ។

របយករណ៍អេងកតេនះបនបញ ជ ក់ថ បញ ហ បីធំៗប៉ ះពល់ដល់ករបេរងៀនរបស់រគូគឺ២៤ភគរយបនបណ ត ល មកពី របក់ ែខ ១៧ភគរយបនបណ ត លមកពីអំេពពុករលួយ និ ង១៥ភគរយបន បណ ត លមកពីករខវះខត សមភរៈ និងករមិនបនបណុត ះបណ ត លរគូ។

របយករណ៍េនះបនរកេឃញថ អនកផតល់ចេមលយ៨៥ភគរយមិនបនចូ លរួមេធវេសចកតីសេរមច ចិតត កនុងេនះ៣៧

ភគរយបននិយយថ នយកសលមិនចង់េធវកររបឹកសជមួ យពួកេគ និ ង២៥ភគរយបនេលកេឡងអំពីករ េរ សេអ ងរបឆំងនឹងពួ កេគ។ របយករណ៍េនះក៏បនបែនថមថ អនកផតល់ចេមលយជង៤៣ភគរយមិនទន់បនយល់ចបស់ និងមិ នធលប់ឮអំពី ែផនករយុទស ធ រសតអប់ រ ំេនេឡយ និង៥៦ភគរយបនដឹ ងអំពីែផនករយុទស ធ រសតអប់ រ ំេនះ។ េលក រង ៉ុ ឈុន របធនសមគមរគូបេរងៀនកមពុជឯករជយ បនែថលងថ លទធផលអេងកតេនះជ ឯកសរមួ យ

សរមប់ឱយរកសួងអប់ រ ំេធវជមូ លដឋនកនុងករែកលំអរបញ ហ អប់ រ ំេនកមពុជ េហយរបយករណ៍េនះរតូវបនបញូជ ន េទរកសួងអប់ រ ំេនៃថងេនះ។

េលក អ៊ូ េអង អគគនយកៃនអគគនយកដឋនៃនរកសួងអប់ រ ំបនបដិ េសធកររកេឃញរបស់របយករណ៍អេងកត ិ យអប់ រ ំឆនំ២០១១របស់សមគមរគូបេរងៀនកមពុជឯករជយ។ េលកអ៊ូ េអង បនរបប់វអូ ី េអែខមរថ៖ េលវស័

ិ យអប់ រ ំេន «េសចកតីរបកសរបស់គត់អត់រតឹ មរតូវេទ។ អត់ពិតេទ។ រកសួងអប់ រ ំអត់ទទួ លយកបនេទ េហយវស័ កមពុជមិនធលក់ចុះដល់ថនក់ដូចគត់និយយេនះេទ»៕

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 55




របធនែផនកកិចក ច រសធរណៈៃនសលកដីែខមររកហមទទួលមរណភព

2011-05-11

េលក រជ សមបតតិ របធនែផនកកិ ចក ច រសធរណៈៃនសលកដីែខមររកហមទទួលមរណភពេនយប់ៃថងទី ១១ ឧសភ ឆនំ ២០១១ េដយសរែបកសរៃសឈមកនុងខួ រកបល។

RFA/Meak Sophyrom

ិ េលក រជ សមបតតិ របធនែផនកកិ ចក ច រសធរណៈៃនសលកដីែខមររកហម ថតកនុងេពលអេញជ ញចូលរួមកនុងកមមវធី

ិ ុ អសុីេសរ ី កលពីៃថងទី ១១ ែខេមស ឆនំ ២០១១។ េវទិ កអនកសដប់វទយ

េលក រជ សមបតតិ ែដលមនជំ ងឺេលសឈម រតូវបនបញូជ នេទមនទីរេពទយកល់ែម៉ត រកុងភនំេពញ តំងពីលងចៃថង

ទី ១០ ឧសភ េហយបនសលប់េនេម៉ ងជីត ៩ យប់ៃថងទី ១១ ឧសភ ឆនំ ២០១១៕ Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.



សហរពះរជអជញជតិជំទស់សំណុំេរឿង ០០៣

េដយ យន់ សេមៀន សេមៀន 2011-05-11

ិ សហរពះរជអជញជតិអងគជំនុំជរមះវសមញញ កនុងតុលករកមពុជ េលករសី ជ លង េនៃថងទី១០ ឧសភ បន

បដិ េសធមិ នយកសំណុំេរឿង ០០៣ មកកត់េទសេនះេទ េដយអះអងថ ជនសងស័យកនុងករណី ០០៣ េនះ មិន ែមនជអនកទទួលខុ សរតូវខពស់បំផុតៃនរបបកមពុជរបជធិបេតយយេឡយ។

Photo courtesy of ECCC

សហរពះរជអជញជតិ េលករសី ជ លង កនុងេពលចប់េផដមេប កសវនករេលបណឹដ ងសទុកក ខ ុនងសំណុំេរឿង ឌុច កលពីៃថងទី២៨ ែខមី ន ឆនំ២០១១។

េរកយពីករេសុបអេងកតករណីដ៏ ចរមូងចរមសករណី ០០៣ អស់រយៈេពល ២០ែខកនលងមក េដ មបីនំជនសងស័យ បែនថមពីករសមលប់រងគលកនុងរបបែខមររកហមមកកត់េទស ឥឡវូេនះសហរពះរជអជញជតិ និ ងអនតរជតិ បន បងហញពីភពេរបះឆកនុងករនំខួលនជនសងស័យទំងេនះមកកត់េទស។

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 56


ករបដិ េសធរបស់េលករសី ជ លង េធវេឡងេនេពលែដលសហរពះរជអជញអនតរជតិេសនសហេចរកមេសុប ិ អេងកត ឲយមនករេសុបអេងកត និងនំខួន ល ជនសងស័យបែនថមមកសកសួរ។ ករែខវងគំនិតគនេនះ រតូវបនអនកវភគ

រ ំពឹ ងថ ករណី ០០៣ នឹងមិនអចនំយកេទជំ នុំជរមះបនេទ។

ិ សហរពះរជអជញជតិៃនអងគជំនុំជរមះវសមញញ កនុងតុលករកមពុជ ឬសលកដីែខមររកហម េនៃថងអងគរ ទី១០

ឧសភ បនបដិ េសធមិ នបនតដំេណរករករណី ០០៣ បែនថមេទៀត េដយសរេលករសីយល់ថ ជនសងស័យកនុង ករណី ០០៣ មិនែមនជេមដឹកនំជន់ខពស់ េហយក៏ មិនែមនជអនកទទួលខុ សរតូវខពស់បំផុតៃនរបបកមពុជ

របជធិបេតយយ។

ិ ច័យ េលករសី ជ លង បែនថមេទៀតថ តុលករែខមររកហមគួ រែតផដល់អទិភពេទេលករវនិ ឆ េទសជនជប់េចទ ិ ជអតីតេមដឹកនំរបបែខមររកហម ែដលរតូវកំ ពុងជប់ឃុំឃង ំ េនឯសលកដីវញ។ េលករសីបនបញចប់េសចកដីសននិដឋនថ ជនសងស័យែដលមនេឈមះេនកនុងសំណុំេរឿង ០០៣ មិ នសថិតេនកនុង

យុតតធិករតុ លករែខមររកហម ែដលរតូវយកមកេធវករកត់េទសេទ េហយករកត់េសចកដីេទេលជនជប់េចទ ែដលកំពុងែតជប់ឃុំជករបំ េពញបនយ៉ ងរគប់ រគន់ចំេពះអណតតិៃនតុ លករែខមររកហម។ ិ សហេចរកមេសុបអេងកតៃនអងគជំនុំជរមះវសមញញ កនុងតុ លករកមពុជ កលពីសបហ៍ មុនបនរបកសបញចប់ករ ដ េសុបអេងកតករណី ០០៣ េរកយពីករេសុបអេងកតេនះបនេធវេឡងអស់រយៈេពលរបមណ ២០ែខរួចមក។

កររបកសបញចប់ករេសុបអេងកតករណី ០០៣ មិនរតូវបនសវគមន៍ពីសំណក់មរនតីឃលំេមលដំ េណរសលកដីែខមរ រកហមេនះេទ េដយសរសហេចរកមេសុបអេងកតខកខនមិនបនផដល់ព័ត៌មនចំបច់មួយចំ នួនសរមប់ឲយជន រងេរគះៃនរបបែខមររកហមអចែសវងរកយុតិធ ត ម៌សរមប់ពួកេគ។ ិ ខលះក៏បនសែមដងមនទិលសងស័យថ សំណុំេរឿង ០០៣ នឹងអចយកេទជំនុំជរមះបនែដរ មរនតីអងគករសងគមសុីវល ឬេទ េដយសរែតគំនបនេយបយ។ ិ អងគជំនុំជរមះវសមញញ កនុងតុលករកមពុជ ឬសលកដីែខមររកហម កលពីៃថងទី២៩ េមស បនឲយដឹងថ សហ

េចរកមបនពិនិតយ និងបញចប់ករេសុបអេងកតេលសំណុំេរឿង ០០៣ ែដលមនភសតត ុ ងជង ២ពន់ឯកសរ មន

ចំនួន ៤មុឺន៨ពន់ទំព័រ។

េសចកដីរបកសេនះមិ នបនបញ ជ ក់ពីទីតំងឧរកិដក ឋ មម និងេឈមះជនសងស័យេនះេទ ប៉ុ ែនតមរនតីតមដនករណី ០០៣ និងជនរងេរគះធលប់បនរបកសថ យ៉ ងេហចណស់ក៏មនជនសងស័យពីររូបកនុងសំណុំេរឿង ០០៣ រតូវ បនេគសគល់អតតសញញណ។ ជនសងស័យរួមមន អតី តេមបញ ជ ករទ័ ពេជងទឹ ក េលក មស មុត និងអតីត

េមបញ ជ ករទ័ ពេជងអកស េលក ស៊ូ េម៉តថ មនករពក់ព័នន ធ ឹ ងករសមលប់ពលរដឋែខមរកនុងអំឡុងេពលែដលែខមរ

រកហមរគប់ រគងរបេទសកមពុជ ចេនលះពីឆនំ១៩៧៥ ដល់ឆនំ១៩៧៩។

ករបដិ េសធមិនយកជនសងស័យបែនថមមកកត់េទសរបស់េលករសី ជ លង េធវេឡងមួយៃថងបនទប់ពីសហ រពះរជអជញអនតរជតិ េលក េអនរឌូ េខលី (Andrew Cayley) បនេសនឲយតុ លករនំយកជនសងស័យែដលមិន ទន់រតូវបងហញេឈមះមកសកសួរ។ េសចកដីែថលងករណ៍សហរពះរជអជញអនតរជតិបញ ជ ក់ថ សហេចរកមេសុបអេងកតរតូវពិនិតយេម លទី កែនលង ឧរកិដក ឋ មមបែនថមេទៀត និងរតូវនំជនសងស័យទក់ទងនឹងទី កែនលងឧរកិដក ឋ មមេដមបីសកសួរ។ េលកបែនថមថ ករ េសុបអេងកតករណីេនះកនុងរយៈេពល ២០ែខ េនមិ នទន់បនលមអិតេនេឡយ។

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 57


រកុមមរនតីតមដនដំ េណរករសលកដីែខមររកហមធលប់បនអះអងថ តុលករកំពុងសថិតេរកមគំ នប និងករ េរជៀតែរជកនេយបយមិនឲយមនករកត់េទសជនសងស័យបែនថមេលករណី ០០១ និ ង ០០២។ កលពីែខតុ ល ឆនំ២០១០ េលក ហ៊ុន ែសន នយករដឋមរនតីែខមរបនរបប់អគគេលខធិករអងគករសហរបជជតិ េលក បន គីមូន (Ban Ki-moon) ថ រដឋភិបលកមពុជ នឹងមិ នអនុ ញញតឲយមនករកត់េសចកដីករណី ០០៣ និង

០០៤ េនះេទ េដយរពួយបរមភពីករប៉ ះពល់ដល់សនតិភពកនុងរសុក។ កររពួយបរមភរបស់េលក ហ៊ុន ែសន រតូវ

ិ បនមរនតីឃលំេមលដំ េណរករកត់េទសអតីតេមែខមររកហមវភគ ថ េលក ហ៊ុន ែសន មនកដីបរមភេដយសរមរនតី ដឹកនំគណបកសរបជជនកមពុជ និ ងមរនតីរដឋភិបលមួយចំ នួន ធលប់ជអតីតមរនតី និងទហនែខមររកហម៕ Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.



គណបកស បកសរបឆំ ពះករ ករអនុ សញញ សតីពីករ ករកំ ករកំណត់ចំ ចណ ំ ុច គណ បកស របឆំងពហិកចំេពះ ករ អនុម័តអនុសញ

របសពវរពំ រពំែដនកមព ដនកមពុជ ឡវ េវៀតណម អងគរ 10 ឩសភ 2011 7:45 AM/FPM

េយងតមេសចកតីរបកសព័ ត៌មនរបស់អគគេលខធិករដឋនរដឋសភបនឲយដឹងថ េនៃថងអងគរេនះរដឋសភនឹងេធវករ ពិភកសអនុម័តេទេលេសចកតីរពងចបប់ សីព ត ីករអនុម័តយល់រពមេលអនុសញញរវងរបេទសកមពុជ ឡវ និង េវៀតណម សតីពីករកំណត់ ចំណុចរបសពវៃនែខសរពំែដនរបេទសទំងបី។ ប៉ុែនតករអនុម័តេលេសចកតីរពងចបប់េនះ រតូវ បនបដិេសធមិនចូលរួមពី គណបកសរបឆំង េដយេហតុ ផលថ ករកំណត់បេងគលរពំែដនកនលងមកគមនភពចបស់ លស់។

កិចចរបជុំេពញអងគរបស់រដឋសភកនលងមក

គណបកសសិទិធមនុសសបននិយយេនកនុងេសចកតីែថលងករណ៏របស់ខួលនែដលេចញផសយកលពីៃថងមសិលមិញថ អនក តំណងររសតរបស់ខួលននឹងេធវពហិកមិនចូលរួមរបជុំេឡយ េរពះបញ ហ រពំែដនរវងរបេទសកមពុជ ជមួ យនឹងរបេទស ឡវ េវៀតណម មនបញ ហ ចំរង ូ ចរមស់ជេរចនែដលពុំទន់បនេដះរសយេនេឡយ។ េដយបនេលកេឡងថ កនលង មកមនបណឹត ងពីសំណក់ របជពលរដឋែដលរស់េនតមរពំែដន េដយបនអះអងថ មនករបត់បង់ ដីែរសចំករ របស់គត់ ជេរចនហិកត េរពះែតករេបះបេងគលរពំែដនរវងរបេទសទំងបីេនះ។ ិ បនែថលងឲយដឹងថ សមជិកសភគណបកសរបឆំង េដយែឡកេលក យឹម សុវណណ អនកនំពកយគណបកសសមរងសីុវញ មួយេនះនឹងចូលរួមរបជុំ េនៃថងេនះ ប៉ុែនតនឹងមិនេលកៃដគំរទេសចកតីរពងចបប់សីព ត ី ករកំណត់ចំណុចរបសពវរពំែដន របេទសទំងបី េនះេទ។ េដយអះអងថ ករេដចំណុចរពំែដនកនលងមកគមនភពចបស់លស់។ ប៉ុែនតេទះជយ៉ ងណក៏េដយ ជម េយៀប មរនតីជន់ ខពស់គណបកសរបជជនកមពុជកន់អំណចបនបញ ជ ក់ថ េប េទះ បីជេលក និងថនក់ដឹកនំេផសងៗេទៀតដឹងគុណេវៀតណម ក៏ប៉ុែនតនឹងមិនអចឲយទឹកដីបត់ បង់េទេលរបេទស េវៀតណម ឬរបេទសជិតខងណេទ៕

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 58


 គណបកសរបឆំងនឹងេរៀបចំបតុកមមសរមប់កមមករេរងចរក ី េអ ែខមរ | ភនំេពញ ៃថងច័ន,ទ 09 ែខឧសភ 2011 េដយ េហង រសមី វអូ

រូបថត៖ AP

កមមករេរងចរកកត់េដរេធវបតុកមមទមទរតេមលងរបក់ែខ េនជងរកុងភនំេពញកលពីៃថងទី១៣ែខកញញឆនំ២០១០។

«ខញំុដឹងថ ជគណបកសរបឆំងេហយ ែតេនែតចូ លរួម េរពះេដ មបីលុយពួ កខញំុ»។

ី តមរយៈសននិសីទវេដអូ ជមួ យសមជិកគណបកសសម រងសីុ របចំរជធនី ភំនេពញកលៃថងអទិតយេនះ េលក សម រងសីុ េមដឹកនំគណបកសរបឆំង ែដលបចចុបបននេនះកំពុងសនក់េនេរករបេទសបនរពមនថនឹងដឹកនំេធវមហបតុកមមមួយ ី េដមបីរកដំេណះរសយឲយរកុមកមមករេរងចរកមិថុន។ េលកសម រងសីុ ែថលងតមរយៈសននិសីទវេដអូ យ៉ ងដូេចនះថ៖

«រតូវរបមូលកមមករេរងចរកមិថុនទំងអស់ របមូ លកមមករេរងចរកននែដលចង់សែមតងសមគគីភពដល់េរងចរក មិថុន អនករងេរគះទំងអស់។ េយងរតូវេធវបតុកមមមួយេទមុខសថនទូតអេមរ ិក»។ កររបកសេធវមហបតុកមមរបស់េលកសម រងសីុ បនេធវេឡងបនទប់ពីរកុមកមមករកមមករ ីនី ៃន េរងចរកកត់េដរ សេមលៀកបំពក់ មិថុនបនេធវកូដកមមអស់រយៈេពលជងមួ យែខមកេហយ េដមបីទមទរ េថែកេរងចរកឲយេបករបក់ អតីតភពករងររបស់ពួកេគ។ កលពី ៃថងអទិតយមសិលមិញេនះ រកុមកមមករបនសេរមចបិទកំណត់ផូលវសហព័នធរស ុ ស៉ ី ែដលមនទីតំងេនពីមុខេរងចរក មិថុន ែដលេធវឲយចរចរបនកកសទះជេរចនេម៉ ង។ ក៏ ប៉ុែនតេរកយមកប៉ូលីសរបដប់ េដយអវុធ ែខល និងដំបងឆក់ រពមទំងឧសម័នបងហូរទឹកែភនកបនវយបំែបករកុមកមមករ។ េនះេប តមករអះអងរបស់សកសីែដលបនេឃញផទល់ែភនក និងមរនតីករពរសិទិធមនុសស។ យ៉ ងតិចមនរកុមកមមករចំនួនពីរនក់ រតូវបនប៉ូលីសចប់ ខួលន េហយេរកយមកបនេដះ

ិ បនទប់ ពីរកុមកមមករេនរពឹកៃថងច័នទេនះបនេទតវ៉ េនពីមុខសនងករប៉ូលីសរកុងភនំេពញ។ ែលងវញ

េលក សម រងសីុ េមដឹកនំគណបកសរបឆំងបនមនរបសសន៍ ថ ករេធវមហបតុកមមេនះគឺ េដមបីដក់ សមពធដល់ រដឋភិ បល ក៏ដូចជេថែកេរងចរកឲយបញឈប់ ករេធវទរុណកមម និងផតល់របក់ អតីតភពដល់រកុមកមមករ។ រកុមកមមករេនេរងចរកមិថុនមួយចំនួនបននិយយថ របសិនណេប េលកសម រងសីុ ដឹកនំេធវ មហបតុកមមពួកេគ នឹងចូលរួមពីេរពះករទមទរអស់រយៈេពលមួយែខរបំបីៃថងកនលងមកេនះ មិនទទួលបនលទធផលេទ។ កមមករេរងចរក ី េអថ៖ មនក់ បនរបប់ វអូ «របែហលជចូលរួម។ មិនដឹ ងយ៉ ងេម៉ចែដរ ខញុំ វមិនទន់ ដឹងែដរពីេរពះខញំុេធវកូដកមមអត់មនខុសចបប់ េទ។ អញចឹងកមមករ ខងខញំុទំងអស់គនរតូវែតចូលរួម។ ខញំុដឹងថ ជគណបកសរបឆំងេហយ ែតេនែតចូលរួម េរពះេដមបីលុយពួកខញុំ»។ េរចរកកត់ េដរសេមលៀកបំពក់មិថុន ែដលមនទីតំងេនកនុងខណឌែសនសុខ រជធនី ភំនេពញបន បិ ទទវរមួយរយៈ បនទប់ ពីេភលងឆប់េឆះកលពី ចុងែខមីន េហយេរកយមករកុមកមមករបនបនតេធវកូដកមម េដមបីទមទររបក់ អតីតភព ករងររហូតមកដល់បចចុបបននេនះ។

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 59


ិ ករងររបស់រកសួងករងរ បនមនរបសសន៍ ថ ជេមលះេនះរកសួង េលកេខៀវ សវុធ អនុរបធននយកដឋនវវទ ី េអែខមរថ៖ ករងរ បនបញូជ នេទរកុមរបឹកសអជញកណ ត ល េដមបីេដះរសយេហយ។ េលកបនរបប់ វអូ «េយងបនេដះរសយសរមបសរមួលេហយ ែតេនមិនសះជគន។ ក៏ ប៉ុែនតឥឡវូ តមរយៈឯកឧតតមរដឋមរនតីដក់ េទរកុម របឹកសអជញកណ ត លេដះរសយបនត»។ េលក អុី សំភី របធនែផនកបណុត ះបណ ត ល និងទំនក់ ទំនងៃនរកុមរបឹកសអជញកណ ត លបនមន របសសន៍ ថ េលក បនទទួលពកយបណឹត ងរួចេហយ និងរកុមរបឹកសអជញកណ ត ល និងេបកសវនករ េនៃថងអងគរ ៍។ េលកែថលងថ៖ ិ គឺទក់ទងេទសំណុំេរឿងហនឹង រកុមរបឹកសអជញកណ «និយយេទ េប តមនីតិវធី ត ល គត់នឹងេចញេសចកតីបងគប់េនកនុង ែខ៦ (ៃថងទី០២ ែខមិថុន ឆនំ២០១១)»។ ិ សិទិធករងរៃនមជឈមណឌលអប់រ ំចបប់ សរមប់ សហគមន៍បនមនរបសសន៍ ថ េថែក េលក េមឿង តុល របធនកមមវធី េរងចរករតូវែតផតល់សំណងជំងឺចិតតដល់រកុមកមមករ។ េលកបនតេទៀតថ៖ «សរមករបចំឆនំវមនដប់របំបីៃថង កនុងមួយឆនំ។ អញចឹងកនុងរយៈេពលមួយឆនំចុងេរកយកមមករ គត់ អត់ បនេរប របស់ ិ »។ អស់េទ េគរតូវទូទត់ ជរបក់ វញ

េលក េមឿង តុល បនមនរបសសន៍ េទៀតថ ករដឹកនំេធវមហបតុកមមរបស់គណបកសរបឆំង គឺជេរឿងលអមួយ ក៏ប៉ុែនតមិនែមនជដំេណះរសយេទ៕



រដឋភិបលកត់របក់ែខប៉ូលិសជួយឧបតថមទ ភ ហនេនសមរភូមិមុខ

េដយ សុខ េសរ ី 2011-05-11

របភពពីនគរបលបនឲយដឹងថ នយកដឋនៃនបណិឌ តសភនគរបលកមពុជ បនកត់ របក់ ែខមរនតីនគរបលចំនួនជិត

ិ ទំងេនះជួយឧបតថមភ ១ពន់ នក់ មនទឹករបក់ ចប់ពី ៤មុឺនេរៀលរហូតដល់ជង ២០មុឺនេរៀលកនុងមនក់ៗ េដ មបីយកថវក ិ កងទ័ពេនសមរភូមិមុខ និងជនេភៀសសឹកេនេខតតឧតតរមនជ័យ និងេខតតរពះវហរ។

RFA/Sok Serey

ី មរនតីនគរបលចុះបំេពញេបសកកមមបរងកបកែនលងថតចមលងសុីឌីវេដអូ អសអភសមួយកែនលង នរជធនី ភំនេពញ កល ពីៃថងទី២៤ ែខមករ ឆនំ២០១១។ ករកត់ របក់ ែខេនះបនចប់េផដមតំងពី ែខធនូ ឆនំ២០១០ រហូតដល់ែខេមស ឆនំ២០១១ មិនមនចំនួនេសមគនេទ គឺ គិត េទតមចំនួនរបក់ ែខតិច ឬេរចន ឬេទតមឋននុ រកម កនុងេនះមនអនកខលះេគកត់ ចំនួន ៤មុឺនេរៀល ខលះ ៥មុឺនេរៀល ៨ មុឺនេរៀល ១០មុឺនេរៀល ១៥មុឺនេរៀល និង ២០មុឺនេរៀល។ មរនតីនគរបលមនក់េនកនុងចំេណមនគរបលជិត ១ពន់ នក់ ែដលមិនេពញចិតតនឹងករកត់ របក់ែខែបបេនះ បនមន របសសន៍ េដយសុំមិនឲយបេញចញេឈមះថ េលកមនរបបរបក់ ែខតិច ចំនួន ៦០មុឺនេរៀលកនុងមួយែខ េហយចំេពះ ករកត់ ែបបេនះ គឺ ប៉ះពល់ដល់ជីវភពរគួសររបស់គត់ ។

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 60


េលកបនតថ ៖ «លុយែដលេយងសរមប់ ផគត់ផគង់រគប់ ដល់មនករកត់ អុីចឹងេទ វរតូវខវះខត។ ដូចជមិនសម

អងគភពដៃទេទៀតមិនដឹងជេធវករផងេគកត់ ែតមនក់ បនតិចៗ បួនរបំពន់េរៀល ឬមួយមុឺនេរៀលកនុងមួយែខ េប េយងេនះ

េគេលងដល់...»។

មរនតីនគរបលមនក់េទៀតបនមនរបសសន៍ ថ េលកមិនេពញចិតតេទ ប៉ុ ែនតេលកយល់ថ ជករលះបង់មួយសរមប់ ជួយដល់កងទ័ពេនសមរភូមិមុខ ៖ «ជទូេទេដមបីជតិ េយងទំងអស់គន េប េយងមិនជួយសមរភូមិមុខ េគេនសមរភូមិ

មុខគមនទឹកចិតតែដរ។ េយងឲយេទ េចះែតផដល់ខលះេទ េទះបីតិចតួចក៏េដយ េរចនក៏េដយតមលទធភពរបស់េយង»។ របធនករ ិយល័យគណេនយយរបស់នយកដឋនបណិឌ តសភនគរបលកមពុជ េលករសី ហូ នង បនមនរបសសន៍ បំភឺលថ កនលងមកមរនតីថនក់ េលបនេកះរបជុំជរមបរបប់ ព័ត៌មនេនះរួចេហយអំពីេគលករណ៍កត់ របក់ ែខេនះ។ េលករសីមនរបសសន៍ ថ ៖ «យកេទជួយឧបតថមភេនសមរភូមិមុខ ជនេភៀសសឹកេនេលកេនះ។ េលកមុនយកេទ

ិ តិច គត់ អចថ ែខហនឹងេគកត់ ជួយខងេយធ។ របធនអងគភពខញំុបនរបប់ េហយថ បងបអូនេយងខលះគត់ មនថវក

ិ គឺ គត់ ែលងអីេហយ»។ ណស់ េនេពលេរកយគត់ បនវញ

មរនតីរកសួងសុខភិ បលមនក់ បនឲយដឹងថ អងគភពរបស់េលកពុំទន់ មនករកត់របក់ែខេទ។ កិចចរបជុំ កំពូលអស៊នេនកនុងរបេទសឥណូឌ េណសុី េនៃថងទី៧ និងៃថងទី៨ ែខឧសភ កនលងេទេនះ េគបនកត់ សមគល់ ថ បនបរជ័យកនុងករេដះរសយករដក់ អនកសេងកតករណ៍េលបទឈប់ បញ់រវងកមពុជ និងៃថ េដយសរែតភគី

ិ ៃថ ដក់ លកខខណឌសុំឲយកមពុជ ដកកងទ័ពេចញពីតំបន់ជេមលះ ៤,៦គីឡូែម៉រតរកឡ និ ងតំបន់របសទរពះវហរ។ បញ ហ

េនះភគី កមពុជ មិនអចទទួលយកលកខខណឌេនះបនេទ ពីេរពះភគី កមពុជ អះអងថ ទឹកដីេនះជកមមសិទិធេនកនុង បូរណភពែដនដី កមពុជ។ ជេមលះរវងកមពុជ និងៃថ េគរ ំពឹងថ នឹងបនតេដះរសយជមួយគនកនុងរយៈេពលយូរេទមុខេទៀត៕

Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.



មតិចំេពះករែសវងរកដំេណះរសយជេមលះរពំែដន

2011-05-11

អនកតមឃលំេមលសថនករណ៍ជេមលះរពំ ែដនែខមរ-ៃថ បនសែមដងកររពួយបរមភខលចមនករប៉ ះទងគិចគនសជថមី មដងេទៀត េទះបីជរដឋមរនតីករបរេទសទំងពី រេនកនុងកិចរច បជុំរតីភគីេនឥណូឌ េណសុី កលពីៃថង៩ ឧសភ បន យល់រពមេដះរសយបញ ហ ជេមលះេនះជកញចប់ក៏េដយ។

RFA/Uon Chhin

ជនេភៀសសឹកពីតំបន់អូរសមច់ េខតតឧតដរមនជ័ យ ជប់រពំ ែដនៃថ ចកេចញពី លំេនេដយសរភ័យខលចសរងគម រវងែខមរ-ៃថ កលពីៃថងទី២៧ េមស ឆនំ២០១១។

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 61


រកុមនិសសិត និ ងអនកតមឃលំេមលសថនករណ៍ជេមលះែខមរ-ៃថ មួយចំនួន បនេលកេឡងថ រដឋភិ បលកមពុជ កំពុងេរប យនតករករទូតបនទន់ឥរ ិយបថកនុងករេដះរសយអំពីបញ ហ ជេមលះ-ែខមរ កនុ ងេគលបំ ណងេដះរសយជេមលះេដយ ិ ជជងេដះរសយេដយេរប របស់អវុធដក់ គន។ សនតិវធី

ករេលកេឡងដូេចនះ េនេរកយេពលរបមុខរដឋភិបលកមពុជ និងនយករដឋមរនតីៃថ បនជួបមុខគនផទល់ ែដលមនករ សរមបសរមួលពីភគី ឥណូឌ េណសុី េនទីរកុងហសកត (Jakarta) កលពីៃថងទី៧ ឧសភ កនលងេទ េដយេលក

ិ ិ នយករដឋមរនតី ហ៊ុន ែសន បនេលកេឡងថ ករេដះរសយជេមលះេនតំបន់របសទរពះវហរ និងតំបន់រពះវហរ រតូវ ែតេដះរសយជលកខណៈរតីភគី។ រ ីឯេនតំបន់េផសងៗ គឺ កមពុជអចេដះរសយេទវភគីបន។

ិ ិ និសសិតៃនសកលវទយល័ យនីតិសរសត និងវទយសរសត េសដឋកិចច ែផនកចបប់ េលក សុវឌឍន បនេលកេឡងថ រដឋភិ បលកមពុជ កំពុងែតេរបយនតករបនធូរបនថយភពតនតឹងេដមបីរករចកេចញៃនជេមលះែខមរ-ៃថ ពិ េសសគឺមិនចង់ ប៉ះទងគិចគនែផនកកងទ័ពេទៀត។ េន���នុងសននិសីទសរព័ត៌មនមួយេនបនទប់ ពីកិចចរបជុំកំពូលអស៊ន បនបញចប់កលពីៃថងទី៨ ឧសភ េលក នយករដឋមរនតីែថលងេទកន់ អនកសរព័ត៌មនថ ភគី ៃថ ទមទរឲយចរចេទវភគី និងសុំឲយភគីទំងពីរេបកកិចចរបជុំ គណៈកមមធិកររពំែដនទូេទ (GBC) មុនេពលជញួជ នអនកសេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី េទកន់តំបន់ ជេមលះ។ ប៉ុែនតបញ ហ េនះ េលកនយករដឋមរនតី ហ៊ុន ែសន តរមូវឲយភគីៃថ ចុះហតថេលខេលលកខណៈរបតិបតតិជមុនសិន េហយ េលកបនបញ ជ ក់ ថ ករចរចគនេទវភគីគឺអចេធវេទបនេនតំបន់របសទតមន់ និ ងរបសទតរកបី។ េដយែឡក ិ ិ របសទរពះវហរ ិ សរមប់ តំបន់របសទរពះវហរ និងតំបន់ ជុំវញ ដច់ ខតរតូវែតចរចរតីភគី។ ិ ទក់ទងេទនឹងបញ ហ េនះ រតូវបនរកុមអនកវភគ នេយបយបនេលកេឡងថ រដឋភិ បលកមពុជ កំ ពុងេរប េគលនេយបយេដញេជងភគី ៃថ កនុងករេដះរសយជេមលះ ចង់ ដឹងថ េត ៃថ មនឆនទៈចង់ឲយមនសនតិភពរវង របេទសទំងពីរែមន ឬមួយក៏ៃថ មនេចតនចង់អូសបនលយជេមលះ។ ិ ិ អនកជំនញវទយសរសត នេយបយ េលកបណិឌ ត សុខ ទូច បនមនរបសសន៍ ថ តំបន់របសទរពះវហរ តំបន់ របសទតមន់ និងតរកបី គឺជេរឿងពីរេផសងគន ដូ េចនះរដឋភិបលកមពុជ បនេរប មេធយបយេនះ គឺ ជជេរម សមួយ េដមបីឲយៃថ េរជសេរ សកនុងករេដះរសយទំនស់។ ទក់ទងេទនឹងករសវះែសវងរកដំេណះរសយជេមលះែខមរ-ៃថេនះ រតូវបនមរនតីជន់ខពស់គណបកសរបឆំង បនបញ ជ ក់ ថ រដឋភិ បលែខមរកំពុងបងហញចំណុចេខសយរបស់ខួលន។ តំណងររសតគណបកស សម រងសីុ េលក សុន ឆ័ យ មនរបសសន៍ ថ រដឋភិ បលកមពុជ បនយល់រពមចរចេទវភគី ជមួយភគី ៃថ េនតំបន់របសទតមន់ និងរបសទតរកបី តមករតៃថលរបស់ៃថេនះ គឺេធវឲយៃថ មនេលសេដមបីអូស បនលយជេមលះេនះបនតេទៀតែតប៉ុេណណះ េដយសរថ ករចរចេទវភគីេនះ ៃថែតមិនេគរពកិចចសនយរបស់ខួលនមដងេហយ មដងេទៀតេនះ។ ទក់ទងេទនឹងបញ ហ េនះ មរនតីនំពកយរកសួងករបរេទសែខមរ េលក កុយ គួង បនេឆលយតបថ រដឋភិ បលែខមរែបងែចក េដះរសយតំបន់ជេមលះេនះ គឺកុនងេគលបំណងេដះរសយភពទល់រចក េដយមិនចង់អូសបនលយេពលជេមលះេនះត ិ ែតប៉ុេណណះ។ េទេទៀត និងចង់េដះរសយេដយសនតិវធី

ទក់ទងេទនឹងបញ ហ េដះរសយែសវងរកបទឈប់បញ់េនះ េលក េហ ណំ ហុង ែថលងេទកន់ អនកសរព័ត៌មនេន ទីរកុងហសកត ៃនរបេទសឥណូឌ េណសុី េរកយេពលបញចប់ ពីកិចចរបជុំ រតីភគី កលពីៃថងទី៩ ឧសភ ថ រដឋមរនតី ករបរេទសទំងបីមនរដឋមរនតីករបរេទសឥណូឌ េណសុី ៃថ និងរដឋមរនតីករបរេទសកមពុជ បនរពមេរពៀងគនចំនួន ៦ ចំណុច កនុងេនះៃថ រតូវទទួលយករកុមអនកសេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី មករពំែដនជេមលះ បនទប់ មកនឹងេបកកិចចរបជុំ គណៈកមមធិកររពំែដនទូេទ។

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 62


េលក េហ ណំ ហុង បនែថលងេនទូរទសសន៍ ជតិ កមពុជថ កិចចរបជុំ េនឥណូឌ េណសុីេនះ កនុងេគលបំណងែសវងរក

ិ េដមបីេជៀសវងជេមលះេដយរបដប់ អវុធដក់ គនរវងកងទ័ពែខមរ-ៃថ បែនថមេទៀត។ ដំេណះរសយសនតិវធី

េនេរកយេពលរដឋមរនតីករបរេទសៃថ បនរពមេរពៀងគនរវងរបធនអស៊ន េលក ម៉ ទី ណតេឡហគវ៉ (Marty Natalegawa) និងរវងរដឋមរនតីករបរេទសកមពុជេនះ។ េលកនយករដឋមរនតីៃថ រតូវបនកែសតបងកក ប៉ុសិ៍ត (Bangkok Post) របស់ៃថ បនរសង់ សមដីកលពីៃថងទី១០ ឧសភ ថ ៃថេនែតរបកន់ យកជំហរដូចពីមុនដែដល គឺ របសិនេប កមពុជ មិនដកទ័ពេចញពីតំបន់ជេមលះេទ អនកសេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី ក៏ មិនរតូវបញូជ នេទកន់ទីេនះែដរ។ ិ ករេលកេឡងរបស់េលក អភីសុិត េវតឆឈីវ៉ ក់ (Abhisit Vejjajiva) េនះ រតូវបនអនកជំនញវទយសរសត នេយបយ បនពនយល់ថ េដយសរែតថមីៗេនះរកុមអនកឯករជយេនរបេទសៃថ បនេធវរបជមតិ របជពលរដឋៃថ បនបងហញ ៉ លទធផលថ គណបកសេភឿៃថ ែដលជរកុមរបស់អវរកហមគំរទអតីតនយករដឋមរនតីៃថ េលក ថក់ សុីន សុីណវត់ (Thaksin Shinawatra) េនះ មនសំេឡងគំរទពីរបជពលរដឋេរចនជងគណបកសរបជធិបេតយយរបស់នយករដឋមរនតី បចចុបបនន គឺ េលក អភី សុិត េវតឆឈីវ៉ ក់។ េលកបណិឌ ត សុខ ទូច បនបញ ជ ក់ថ េលកមិនសងឃឹមថ ករេដះរសយជកញចប់ េនះមនរបសិទធភពេនះេទ។ ភពផុយរសួយៃនករផទុះអវុធនឹងអចេកតមនេឡងជថមីេទៀតក៏អចថ បនេដយសរែតបញ ហ េនះ។ េទះជយ៉ ងណក៏េដយ សរព័ត៌មនរបស់បរំង អ.េអហវ.េប៉ (AFP) បនចុះផសយកលពីៃថងទី៩ ឧសភ េដយរសង់ សមដីអនុរដឋមរនតីករបរេទសម៉ េឡសុី េលក រ ីឆត ៃរ ៉អត ែជម (Richard Riot Jaem) បនសដីបេនទសេទភគីៃថ ែដលបន បងកសរងគមជថមីេនតំបន់រពំែដនកមពុជ-ៃថ េហយៃថ បនកបត់ ពកយសនយរបស់ខួលនកនុងករជញួជ នអនកសេងកតករណ៍ ឥណូឌ េណសុី េទកន់ តំបន់ជេមលះ។ េលក រ ីឆត បនបញ ជ ក់ ថ របសិនេបៃថ ឯកភព និងេគរពកិចចរពមេរពៀងទទួលយកអនកសេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី េទកន់ តំបន់ជេមលះ ករវយរបយុទធគនគឺមិនអចេកតមនេទៀតេទ។ កលពីៃថងទី២២ កុមភៈ កនលងេទ ៃថធលប់យល់រពមនឹងឥណូឌ េណសុី ែដលជរបធនសមគមអស៊ន ទទួលយកអនក សេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី មកកន់ តំបន់ជេមលះ េដមបីពិនិតយេមលឲយមនបទឈប់ បញ់ជអចិៃរនតយ៍ ប៉ុែនតេរកយមក

ិ ភគី ៃថ បនបដិេសធមិនរពមទទួលយកអនកសេងកតករណ៍េនះវញ៕

Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.



កមពុជនឹងេដះរសយជេមលះេនតុលករឡេអេរកយបរជ័យេនអស៊ន

េដយ ទីន ហសករ ីយ៉ 2011-05-09

បញ ហ ជេមលះរវងែខមរ និ ងៃថ រតូវបនអនកឃលំេម លសថនករណ៍េលកេឡងថ ឥណូឌ េណសុី ែដលជរបធនអស៊នមិន អចជួយេដះរសយឲយមនបទឈប់បញ់ជអចិៃរនតយ៍បនេឡយ។ ិ េដះរសយ មរនតីជន់ខពស់ៃនរកសួងករបរេទសែខមរ បនឲយដឹងេនលងចៃថងទី៩ ឧសភថ កមពុជេរតៀមខលួនបនតនីតិវធី បញ ហ ជេមលះជមួយៃថ េនតុលករអនតរជតិ ទីរកុង ឡេអ េនៃថងទី ៣០ និង ៣១ ឧសភខងមុខ។ ករេលកេឡងេនះ គឺ េធវេឡងេនបនទប់ ពីកិចចរបជុំ កំពូលអស៊ន (Asean) េនទីរកុងហសករត(Jakarta) េលកទី ១៨ ែដលេគបនេលកយកបញ ហ ជេមលះរពំែដនែខមរ និងៃថមកពិភកស េដមបីឲយមនបទឈប់បញ់ជអចិៃរនតយ៍។ ក៏ប៉ុែនត កិចច ិ របឹងែរបងេនះរតូវបរជ័យេទវញ។ េលក កុ យ គួង មរនតីនំពកយៃនរកសួងករបរេទសែខមរមនរបសសន៍ ថ មកទល់លងចៃថងទី ៩ ឧសភ កមពុជមិនទន់ ទទួលដំណឹងអំពីករពនយរេពលរបស់េលក េហ ណំ ហុង រដឋមរនតីករបរេទសកមពុជ និងរដឋមរនតីករបរេទសៃថ េលក

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 63


កសុិត ភិរមយ (Kasit Phiromya) ែដលមនឥណូឌ េណសុី ដឹ កនំកិចចរបជុំ អំពីករដក់អនកសេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី កនុង េគលបំណងឲយមនបទឈប់បញ់ ជអចិៃរនតយ៍េនះេនេឡយេទ។ ិ ជេរចនេទៀត កនុងករេដះរសយជេមលះ គឺ កមពុជបនេសនេទតុលករ ប៉ុែនត េទះជយ៉ ងេនះកដី កមពុ ជមននីតិវធី ិ េហយកមពុជ ក៏ បនេសនសុំឲយតុលករេនះចត់ រកុងឡេអ េដ មបីសុំឲយបករសយសលរកមឆនំ ១៩៦២ េឡងវញ

ិ វធនករ ជបនទន់ េដមបីឲយមនបទឈប់បញ់ជអចិៃរនតយ៍។

េលក កុ យ គួង ៖ «េយងបនេបះជំហនេទតុលករ េហយក៏បនេបះជំហនេទអងគករសហរបជជតិ េដយ

អងគករសហរបជជតិ បនផដល់អណតតិេទឲយឥណូឌ េណសុី េហយេយងេនែតេគរពឥណូឌ េណសុី ែដលជរបធន អស៊ន»។

រសបេពលេនះែដរ េនៃថងចនទទី ៩ ឧសភ របេទសម៉ េឡសុីបនសដីបេនទសេមដឹកនំរដឋភិបលៃថថ ៃថបនេធវឲយ ជេមលះរពំែដនរវងរបេទសៃថ និងកមពុជ ផទុះេឡងជថមីេទៀត េនេលកចុងេរកយេនះ េដយសរភគី មិនរពមេគរពកិចច រពមេរពៀងទទួលយករកុមអនកសេងកតករណ៍រតួតពិនិតយបទឈប់បញ់េនតមរពំែដន។ ទីភនក់ងរសរព័ត៌មនបរំង អ.េអហវ.េប៉ (AFP) ចុះផសយេនៃថងទី ៩ ឧសភ េដយរសង់ សមដីេលក រ ិេឈ ត េរ៉ ត ែជម (Richard Riot Jaem) ថ របេទសៃថរចនេចលកិចចរពមេរពៀង។ ដូ េចនះេហយបនជករវយរបយុទធគន េកតេឡងមដង េទៀត។ រតង់ ន័យេនះ េលក រ ិេឈ ត េរ៉ ត ែជម ចង់ សំេដេទេលករវយរបយុទធគនេនរពំែដនែខមរ-ៃថ ចប់ េផដមកលពី ៃថង ២២ េមស កនលងេទេនះ។ េលកបនតថ «ខញំុសុំបញ ជ ក់ ថ របេទសទំង ១០ រួមទំងរបេទសៃថ និងកមពុជ បនយល់រពមចំេពះកិចចរពមេរពៀងេនះ

េហយ។ ែតគួរឲយេសកសដយណស់កុនងករនិយយថ កិចចរពមេរពៀងេនះរតូវធក់ ថយេរកយ េដយសរែតរបេទស

ទំងពីរ។ របេទសកមពុជ យល់រពមទទួល ែតៃថមិនទទួល»។

នយករដឋមរនតីៃថ េលក អភិសុិត េវចជីវ៉ ក់ (Abhisit Vejjajiva) រតូវបនកែសតបងកកប៉ុសិ៍តរបស់ៃថ ចុះផសយកលពី ៃថងទី ៨ ឧសភថ ភគី ៃថមិនចង់បងកជេមលះជមួ យរបេទសជិតខងេទ។ េលកទមទរឲយកមពុជៃថ េបកកិចចរបជុំ គណៈកមមធិកររពំែដនទូេទមុនជញូជ នអនកសេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុី េទកន់ តំបន់ជេមលះ។ ទក់ទងេទនឹងបញ ហ េនះ េលកនយករដឋមរនតី ហ៊ុន ែសន មនរបសសន៍ េនកនុងសននិសីទសរព័ត៌មនេរកយពីបញចប់

កិចចរបជុំ កំពូលអស៊នកលពីៃថងទី ៨ ឧសភ េដយេលកបនបញ ជ ក់ ដូេចនះ ៖ «ឯកឧតដម េហ ណំ ហុង េរតៀមនឹង

ពិភកសជមួយសមភគី ៃថ និងសមភគី ឥណូឌ េណសុី ែដលជរបធនអស៊នេយងអចនឹងអចេធវេសចកដីរបកសេន

េពលណៃថចុះហតថេលខេលលកខខណឌរបតិបតតិេយងនឹងអចេបកកិចចចរច GBC មួយៃថងេរកយ ឬមួយេម៉ ងេរកយក៏

បន»។ កលពីៃថងទី ២២ កុមភៈកនលងេទៃថធលប់ យល់រពមនឹងឥណូឌ េនសុី ែដលជរបធនសមគមអស៊នទទួលយកអនក សេងកតករណ៍ឥណូឌ េណសុីមកកន់ តំបន់ជេមលះ េដមបីពិនិតយេមលឲយមនបទឈប់បញ់ជអចិៃរនតយ៍ ប៉ុែនត េរកយមក

ិ ភគី ៃថបនបដិេសធមិនរពមទទួលអនកសេងកតករណ៍វញ។

ិ មនកដី ប៉ុែនតរកុមអនកតមដនឃលំេមល េទះជបី ជបញ ហ ជេមលះែខមរៃថ មិនរតូវបនេដះរសយទទួលផលជវជជ សថនករណ៍ជេមលះែខមរៃថ បញ ជ ក់ថ ៃថបនទទួលនូវភពអម៉ ស់មួយ ែដលខលួនមនេចតនចង់អូសបនលយជេមលះេនះ បនតេទៀត កនុងេគលបំណងចង់ចំេណញនេយបយៃផទកុនងរបស់ខួលន៕

Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 64




េលក ឱម យុិនេទៀង ជំរញ ុ ឲយអនកភូមិបឹងកក់បឹដងេទតុលករ

េដយ ទីន ហសករ ីយ៉ 2011-05-10

េទសរដឋមរនតី និងជរបធនគណៈកមមធិករសិទិធមនុសសកមពុជ បនជំរញ ុ ឲយអនកភូមិបឹងកក់ែដលមនជេមលះដីធីល លំេនឋនជមួ យរកុមហ៊ុនស៊ូកគូ (Shukaku) ដក់ពកយបណឹដ ងេទតុលករេដមបីឲយេគេដះរសយជូន ជជងអនកភូមិ ដក់ លិខិតេសនសុំអនតរគមន៍ េទសថប័នរដឋភិ បល។

RFA/Khe Sonorng

២១-េមស-២០១១៖ សមតថកិចចេរប ហិងសេលអនកភូមិបឹងកក់ បណ ដ លឲយរងរបួស ខណៈេពលែដលពលរដឋទំងេនះមក របមូលផដំុគនេនមុខសលរជធនី ភំនេពញ។

េលក ឱម យុិនេទៀង េទសរដឋមរនតី និងជរបធនគណៈកមមធិករសិទិម ធ នុ សសកមពុជ មនរបសសន៍េដយមិនឲយ

អនកភូ មិដក់លិខិតេសនសុំេផសងៗ ឬពកយបណឹដ ងេទសថប័នរដឋភិបលេទៀតេទ ពី េរពះថ បញ ហ ែដលសំខន់គឺ តុ លករជអនកមនតួ នទីរកខុ សរតូវជូ នរបជពលរដឋ។

ករេលកេឡងរបស់េលក ឱម យុិនេទៀង ែដលជមរនតីជន់ខពស់ែផនកសិទិធមនុសសរបស់រដឋភិបលដូេចនះ េនបនទប់ ពី េលកបនែថលងសុនទរកថេនកនុងសិកខសលមួយេនសណ ឋ គរកំប៉ូឌីយ៉ណ (Cambodiana) នទីរកុងភនំេពញ ៃថងទី១០ ឧសភ េរកមរបធនបទសដីពីសថនភពបចចុបបននៃនបញ ហ ដីធីល និងយនតករេដះរសយេនកមពុជ។ ភលមៗេនះអនកភូមិបឹងកក់ ក៏ បនពនយល់របប់ អំពីកររ ំេលភសិទិធមនុសសរបស់រកុមហ៊ុន ែដលបនបូមខសច់ពនលិចផទះ របស់ពួកគត់ មួយចំនួន និងបងខំឲយពួកគត់ េចញពីលំេនឋន ជរមបជូនេលក ឱម យុិនេទៀង។ ែតករេលកេឡងរបស់ អនកភូមិេនះ រតូវបនេលក ឱម យុិនេទៀង បដិេសធថ មិនែមនជេរឿងរ ំេលភសិទិធមនុសសេទ។ េទះជយ៉ ងណក៏េដយ អនកភូមិបឹងកក់ អនករសី លី មុំ បនេរៀបរប់ ថ េទះបីជពួកគត់ មិនបនយល់ដឹងចបប់េរចនកដី ប៉ុែនតអនករសីអះអងថ េនះជេរឿងរ ំេលភសិទិធមនុសស។ របធនសមគមសិទិធមនុសសអដហុក េលក ធន សរ៉ យ បនបញ ជ ក់ថ ករណីបឹងកក់ គឺរដឋភិបលគួរែតេធវករអភិវឌឍន៍េននឹង កែនលង ដូចនឹងករណីបូរ ីកីឡដូេចនះែដរ េដមបីឲយមនសមធម៌រវងរកុមហ៊ុន និងរបជពលរដឋ។ េលក ធន សរ៉ យ េលកេឡងថ បចចុបបននអនកភូមិបឹងកក់ កំពុងែតរបឈមនឹងបញ ហ រ ំេលភសិទិម ធ នុសស។ អនករសី លី ម៉ុំ បនអះអងថ កលពីៃថងទី២២ េមស អនកភូមិបឹងកក់ បននំគនេទសុំឲយសលរជធនីភំនេពញ េដះរសយជូន ពួកគត់អំពីបញ ហ ជេមលះដីលំេនឋនតំបន់បឹងកក់េនះ រតូវបនអជញធរចប់ខួលនអនកភូមិចំនួន ៩នក់ និងបីនក់េទៀតរតូវបនសមតថកិចច េរបអំេពហិងសេល បណ ដ លឲយែបកកបល និងរបួសេជង និងមនរសតីមនក់រលូតកូន។ ិ េនៃថងទី១០ ឧសភ អនកភូមិបឹងកក់ បនេផញលិខិតជូនដំណឹងេទគណៈអភិបលសលរជធនីភំនេពញ សដីពីករេដរដែងហកបន ួ ជុំវញ រជធនីភំនេពញ របស់របជពលរដឋបឹងកក់ េដមបីទមទរឲយេធវករអភិវឌឍន៍តំបន់បឹងកក់េននឹងកែនលង។

េទះជយ៉ ងណេនះកដី អនកភូមិបឹងកក់ បនបញ ជ ក់ថ ពួកេគនឹងដក់ពកយបណឹដ ងេទតុលករតមករែណនំរបស់េលក ឱម យុិនេទៀង េទៀត េដមបីែសវងរកដំេណះរសយអំពីបញ ហ ដីតំបន់បឹងកក់េនះ៕

Copyright © 1998-2011 Radio Free Asia. All rights reserved.

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 65


Divers :

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 66


 Kamnap-Kumnou :

PSR Informations

MAI 2011

2ème Année N° 100 - Page 67


Buletin PSR 100