Issuu on Google+

Why Peer ??? Formation Y-Peer 26-27 october 2013

« La Formation d’éducateurs pairs Y-Peer, ce n’est pas une formation mais « la formation » à faire au moins une fois dans sa vie. » m’ont dit ceux qui l’ont faite avant de m’inscrire. Au début, je croyais qu’ils exagéraient et que c’était des paroles en l’air. Après tout, ce n’était qu’une formation comme les autres, mais très vite, en l’espace de ces 2 jours de formation, j’ai été le témoin d’une expérience inouïe et d’une métamorphose extraordinaire. C’est le genre d’expérience dont les marques restent gravées au plus profond de notre être, dont le simple souvenir, fait jaillir au coin de nos lèvres un sourire béat auquel on s’accroche éperdument dans les moments les plus durs ! C’est le genre d’expérience qui nous offre de nouvelles perspectives, un nouvel angle de vue, les outils pour abolir nos préjugés, la chance de nous remettre totalement en question, de revoir nos priorités pour entrer de plein pied dans la cour des grands.

« Appousséé !! » retentit et brisa la cacophonie ambiante pour laisser place au silence ; comme si la terre avait cessé de tourner, que le ciel obscurci par une routine morne et insipide laissait place à des éclaircies salvatrices et que pendant, un bref instant, on pouvait s’échapper de notre quotidien taciturne où le bourrage de crâne règne sans partage, mais ne nous dispersons pas ! Il ne s’agit pas de faire le procès des études médicales mais bien de reconnaitre à leur juste valeur les efforts fournis par nos merveilleux formateurs, en l’occurrence, M. Montassar Ghalleb, ex-responsable du Comité de Santé Reproductive au sein de l’Associa Med, et Mlle. Mayen Debboub, formatrice en techniques théâtrales adaptées à l'éducation par les pairs.

Commençons par le commencement, « Dans quoi me suis-je embarqué ? », « Qu’est ce qui m’a pris de dire oui ? », « Qui sont ces gens?», « Qu’est ce que je fais là ? », « Pourquoi ?! » … Des questions que l’on s’est tous posés, assis sur des chaises inconfortables à scruter les moindres faits et gestes de personnes que l’on ne connaissait, jusque là, ni d’Eve ni d’Adam et avec qui on s’apprêtait à passer tout un weekend. Dans cette ambiance particulièrement lourde, où les réticences étaient palpables et où la timidité, les appréhensions, l’hésitation et autres indécisions avaient laissé place à un malaise omniprésent, Montassar et Mayen avaient la tâche ardue de créer une dynamique de groupe, une entente entre tous les participants, et aussi ahurissant que cela puisse paraitre, c’est chose faite, car à la fin de cette formation nous étions unis comme les 5 doigts de la main, nous formions une sorte


de communauté, je dirais même plus ; « Une famille ». Mais, si l’on s’obstine à vouloir chercher des explications à ce véritable coup de maître, et bien, nous pourrions trouver notre bonheur dans le fait qu’il soit impossible de rester insensible à la joie de vivre qui émanait, littéralement, de nos chers formateurs, à leur décontraction à la limite troublante au vu de la complexité de leur mission et surtout à leur professionnalisme à toute épreuve. Ainsi, ils ont réussi, dès les premières heures à briser la glace qui se tenait entre nous tel un rempart inébranlable, et ce au moyen d’exercices (Ice-Breakers, energizers …) drôles, amusants mais aussi terriblement enrichissants, tant sur le plan humain, que sur le plan cognitif. Et ne perdant de vue à aucun moment leur objectif premier, qui n’est autre que de faire de nous des éducateurs pairs en santé sexuelle et reproductive, ils ont alterné, avec brio, quiz basés sur un esprit de compétitivité et jeux dont l’optique éducative se mariait parfaitement avec la nécessité d’édification d’une cohésion certaine du groupe. On assistait, dès lors, non sans réjouissance, à une veritable ruée vers la connaissance, ornée des précieux liens d’amitié et de confiance mutuelle qui se tissaient entre nous à mesure que les heures défilaient. "Rien ne prédispose plus au conformisme que le manque de formation."

Ce qui m’amène à dire, qu’une formation YPeer quelle qu’elle soit, n’en serait réellement pas une, si elle ne laissait pas place aux débats, aux échanges d’opinions et aux critiques constructives, par conséquent, il serait inadmissible que j’omette de mentionner « J’approuve/ Je désapprouve » un moment, où la prise de position était le seul recours et où nous avons appris à défendre nos avis envers et contre tout. De même qu’il serait injuste de négliger les moments les plus chargés en émotions qu’on a vécu au cours de cette formation, des moments où mettre à nu ses sentiments, ses craintes et ses plus noirs secrets étaient une chose, on ne peut plus naturelle, où l’on était les témoins privilégiés de l’éclosion d’une fleur sublime qui n’était autre que la confiance : d’abord la confiance en soi, ensuite et surtout l’un en l’autre.

Cependant, il reste indubitable que notre bonheur ne fut complet que lorsque, armés du savoir mais aussi des techniques que nous ont transmises nos formateurs, nous sommes parvenus à dépasser la phase d’apprentissage pour parvenir à la concrétisation de ce projet, et ce par la préparation prompte d’agendas détaillés de campagnes de sensibilisation, afin d’être actif dans la quête du changement de mentalité, d’influencer de manière positive les mœurs et surtout d’être efficace au sein de SCORA. Nous étions ainsi préparés à être un maillon de la chaine qui s’enroulera autour du


cou des IST et du VIH/SIDA dans le but de les éradiquer une bonne fois pour toutes. Car devant l’impuissance actuelle de la science, notre arme la plus efficace demeure, sans équivoque aucune : la sensibilisation. Pour conclure, bien qu’au terme de cette formation, nous aillons obtenu des diplômes reconnus par l’ONU, je demeure convaincu que notre récompense la plus précieuse c’est le séjour en lui-même, car il nous a permis de vivre nos quelques « Seconds of fame ». Houcem Eddine Sayari Fatma Ezzahra Tekaya Participants à la Formation


Formation Y-Peer d'éducateurs pairs en Santé Reproductive