Page 1

RAPPORT DE STAGE de CHARLY FIEVET


«Plus lumineux que le St Graal» , F I S , O L SIF P X O » E « RR IF CO XAT LA TE E CH A M

«Le meil leur film

S! L IL B . S.. L KIL

d’ac tion depu is Ba mbi»


SOMMAIRE

4

ENTRETIEN

8

PRÉSENTATION DE L’ÉQUIPE

11

QUENELLE DU CHEF

12

L’HISTOIRE DE LA VOIX DE FRANCE

14

DÉROULEMENT DU STAGE

16

ANALYSE DE L’EXPÉRIENCE VÉCUE

17

18

QUENELLE DU CHEF

ANNEXES

3


ENTRETIEN

© Hermance Triay

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

FIEVET

« ON ENSEIGNE EN PARLANT, ON APPREND EN ECOUTANT » CE RAPPORT A POUR BUT DE VOUS TRANSMETTRE UNE HISTOIRE : CELLE DE MON STAGE À «LA VOIX DE FRANCE» QUI S’EST DÉROULÉ DU 24 JUIN AU 4 OCTOBRE 2013 AU 34 RUE MARCELIN BERTHELOT À MONTROUGE. IL VA ME PERMETTRE DE PARTAGER AVEC VOUS MES DÉCOUVERTES ET MES DÉCEPTIONS AINSI QUE L’EXPÉRIENCE ACQUISE AU COURS DE MES 3 MOIS DE STAGE. JE VOUS LAISSE DONC DÉCOUVRIR CES QUELQUES PAGES ET PLONGER AU COEUR DES MÉCANISMES DU MAGAZINE «LA VOIX DE FRANCE». 4


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

VDF : Quand avez-vous commencé à chercher un stage ?

refusé qu’Arnaud me prenne en stage puisque c’était à elle de prendre cette décision et que je n’avais apparemment pas suivi le protocole en vigueur pour déposer ma demande.

C.F. : A la fin de mes études de cas à l’ECS Paris, c’est à dire à partir du mois de mai.

VDF : Qu’est s’est-il passé ensuite ?

VDF : Vous nous avez pourtant indiqué avoir commencé votre stage fin juin. Que s’est il passé entre-temps ? C.F. : J’ai rencontrés plusieurs difficultés lors de mes recherches... Au début je souhaitais trouver un stage en communication dans le secteur de l’aérospatial. C’est un sujet d’étude que je trouvais passionnant et sur lequel je pensais avoir beaucoup de plaisir à communiquer. Malheureusement, ma demande n’a pas abouti, car la plupart des entreprises du secteur recherchaient des ingénieurs avant tout. Je me suis donc tourné vers la musique qui est mon domaine de prédilection. Je suis allé déposer ma candidature aux sièges d’Universal Music et de Sony Entertainment dans l’optique d’obtenir un stage. Mais une fois de plus, j’ai trouvé la porte close et personne n’était disponible pour que je puisse passer un entretien. Après une semaine de coups de téléphones et d’allers-retours infructueux à Paris, j’ai finalement décidé de changer mes plans et d’orienter mes recherches en province. C’est là que j’ai fais la rencontre d’Arnaud Crouy (par le biais d’une amie musicienne) qui était responsable d’une salle de spectacles qui venait d’ouvrir à Limours. Arnaud m’a reçu en entretien et tout s’est très bien passé. Il m’a présenté la salle, l’équipe et m’a expliqué ce qu’il recherchait, à savoir, que je m’occupe de l’ensemble de la communication de la salle pendant l’été. J’étais emballé et je suis reparti de l’entretien avec une très bonne impression. Malheureusement, lorsque je me suis rendu en mairie pour déposer ma candidature, j’ai été froidement accueilli par la responsable des stages qui n’a même pas daigné sortir de son bureau pour me recevoir. Elle a ensuite catégoriquement

«

JE ME SUIS MIS AU TRAVAIL COMME SI J’ÉTAIS À LA VOIX DE FRANCE DEPUIS TOUJOURS

»

J’étais vraiment furieux. J’ai décidé d’envoyer une lettre au maire de Limours pour lui expliquer ma démarche et pour tenter de décoincer la situation mais je ne suis pas sûr qu’il l’ait reçue et encore moins sûr qu’il l’ait lue. Enfin... Je suppose que ce genre d’histoires est partagé par bon nombres d’étudiants qui cherchent à entrer dans le monde du travail. Ca permet en partie de comprendre pourquoi le taux de chômage chez les jeunes est aussi élevé en France. VDF : Revenons-en au stage, si vous voulez bien. Comment avez-vous découvert la Voix de France ?

C.F. : Sur internet ! Après avoir postulé pour de nombreuses boîtes et avoir envoyé une trentaine de CV et de lettres de motivation, ma demande a fini par aboutir. C’est Mr Launay qui m’a lui même contacté sur mon portable pour me proposer un entretien dans les locaux de la Voix de France. Je m’y suis donc rendu pour rencontrer l’équipe du journal et pour comprendre avec précision les différentes tâches qui me seraient attribuées. VDF : Comment l’entretien s’estil déroulé ? C.F. : Plutôt bien ! Monsieur Launay m’a reçu dans son bureau accompagné de Bastien Gautier, en charge des aspects commerciaux pour la Voix de France. Il m’a expliqué qu’il recherchait un stagiaire pour archiver les magazines papiers de la Voix de France sur le site internet qui était en pleine construction. Il m’a également proposé de rester en contact avec l’entreprise lorsque je partirais à Londres pour ma troisième année d’étude. VDF : Aviez vous alors une idée concrète de ce que vous devriez effectuer ?

Charly FIEVET est étudiant en communication à l’ECS Paris. Il a effectué son stage à la Voix de France du 24 juin au 4 octobre. Curieux de nature, passioné et attiré par le journalisme, il a découvert lors de ces trois mois de stage, toutes les étapes de la création d’un magazine jusqu’à sa publication.

C.F. : Dans l’ensemble, malgré certaines difficultés de compréhension liées au vocabulaire informatique utilisé lors de l’entretien. Je n’avais alors aucune idée de ce que pouvait être un Back Office et je pensais que l’on me parlait d’un logiciel comme le Pack Office servant à taper du texte, à organiser de l’information et à faire des présentations. Heureusement lors de l’entretien Mr Launay a contacté ProdiTech, la société responsable de coder le site web de la boîte pour qu’ils m’accordent un entretien et qu’ils m’expliquent comment fonctionnait le système. C’est lors de cet entretien qui a eu lieu dans les locaux de ProdiTech à Versailles que j’ai compris le principe du Back Office et celui du Front Office c’est à dire l’alimentation d’un site internet avec la pos-

5


ENTRETIEN

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

sibilité de rendre accessible ou non le contenu aux utilisateurs. VDF : Quand avez-vous réellement commencé à travailler pour la Voix de France.

«

IL ÉTAIT C.F. : Le lundi d’après mon entre- PRIMORDIAL QUE JE M’ORGANISE tien avec ProdiTech je commenPOUR ÊTRE çais à me mettre au travail. C’est EFFICACE là que j’ai rencontré l’équipe de la Voix de France. Ils étaient en train de déjeuner dans l’open space de la boîte. VDF : Dans quelle type de structure étiez-vous ?

C.F. : Nous étions onze personnes en tout, sans compter les membres de chez ProdiTech. L’entreprise possède un aspect très familial puisque c’est une petite structure dans laquelle tous les acteurs sont amenés à travailler les uns avec les autres, ce qui possède des avantages comme des inconvénients. Lors de mon précédent stage, j’étais également en open space. Ce type de structure permet à l’information de circuler très rapidement et il est plus facile de créer un esprit d’équipe. En revanche on a parfois le sentiment d’être observé et quand deux personnes sont en désaccord, c’est l’ensemble de l’équipe qui en patit ! VDF : Qui était votre supérieur hiérarchique à la Voix de France ? C.F. : Je travaillais pour Mr Launay mais les deux personnes que j’étais le plus amené à voir et qui me donnaient du travail étaient Anne-laure Duparc et Bastien Gautier. VDF : Combien de temps vous a t’il fallu pour vous sentir intégré à la Voix de France ? C.F. : Tout s’est passé très vite ! Je suis arrivé au début d’une période de bouclage pour le numéro 552 du magazine qui devait sortir à la

6

»

mi-juillet. Une fois qu’Anne Laure m’eut expliqué les taches qui m’incombaient, je me suis mis au travail comme si j’étais à la Voix de France depuis toujours. Je me suis rapidement calé sur le rythme de mes collègues et j’ai appris à les connaître. Nous mangions tous les midis ensemble au sein des locaux ou bien à l’extérieur ce qui m’a permis de partager mes impressions avec eux. Pour la plupart, je pense qu’ils étaient contents de me voir arriver à la Voix de France puisque j’ai été très bien accueilli. D’après Bastien et Delphine, j’apportais du «sang neuf» à la boîte. De plus, en tant que stagiaire je ne risquais pas de marcher sur les plates-bandes de qui que ce soit donc les querelles qui auraient pû être liées à de la jalousie ou à une concurrence interne n’avaient, en l’occurence, pas lieu d’être. VDF : Comment avez-vous appréhendé votre statut de stagiaire ?

C.F. : On m’a souvent répété que le stagiaire était considéré comme le larbin de l’entreprise, qu’il ne servait qu’à servir le café et à imprimer des documents. Mais la réalité s’est avérée être bien plus positive que celà. Bien entendu je n’avais pas la même rémunération qu’un salarié ni la même reconnaissance mais étant donné que la tâche qu’on m’avait confiée était assez lourde j’ai obtenu une bonne considération de la part de mes collègues. VDF : Pourquoi choisir un stage dans un magazine ?

C.F. : Je pense avoir de bonnes capacités rédactionelles et relationelles et ce stage me permettait de mettre ces compétences en pratique. C’est également de mon point de vue un milieu où de nombreuses aptitudes se rencontrent et où coexistent diverses visions du monde complémentaires qui permettent la réalisation d’un pro-

jet commun. VDF : Quelle méthode avez-vous mises en place pour remplir vos fonctions ? C.F. : Il était primordial que je m’organise pour être efficace, pour ne pas perdre mon temps ni en faire perdre aux autres. Dès mon arrivée je me suis donc créé un dossier «Voix de France» sur mon bureau comprenant tous les mots de passe que l’on me transmettait, tous les documents que l’on m’envoyait ainsi qu’un planning détaillé de mes missions et de leurs échéances. VDF : De quels outils vous êtesvous servis lors de ce stage ? C.F. : J’ai dû utiliser plusieurs logiciels complémentaires comme Word, InDesign et Photoshop pour saisir du texte et le mettre en page. ProdiTech a également mis le Back Office de la boîte à ma disposition pour archiver des articles des précèdents numéros de «La Voix de France». Anne Laure Duparc m’a également donné accès au serveur d’ECE pour partager des fichiers avec mes collègues sans passer par l’envoi d’emails. VDF : Participiez-vous aux réunions avec les différents membres de l’entreprise ? C.F. : Parfois... Quand les sujets abordés me concernaient directement. Matthieu et Marion venaient une fois par semaine dans les locaux de «La Voix de France» pour rencontrer Anne laure, Bruno, Bastien ou Antonin en fonction des sujets qu’ils souhaitaient aborder avec eux. J’étais convié à toutes les réunions qui touchaient de près ou de loin à la mise en ligne des articles. VDF : Les relations entre les membres de «La Voix de France» et de «ProdiTech» étaient-elles cordiales ?


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

C.F. : Dans l’ensemble oui ! Il y avait bien évidemment quelques incompréhensions liées au fait que les membres des deux entreprises ne travaillaient pas côte à côte mais les échanges par mail et par téléphone étaient nombreux pour rester en contact avec eux jusqu’à la mise en ligne du site en Front Office.

LE RAPPORT DE STAGE RAPPORT DE STAGE de CHARLY FIEVET

Auteurs : Charly FIEVET Editeur : Charly FIEVET Imprimeur :

VDF : A propos d’incompréhensions, avez-vous noté certaines dissenssions dans l’enceinte même de l’entreprise ? C.F. : Il y en a inévitablement mais j’ai été agréablement surpris par la capacité de mes collègues à y faire face. Il existait un réel esprit d’équipe chez ECE, qui m’a permis de travailler en toute quiétude et de profiter de l’expérience que les différents membres de la boîte pouvaient m’apporter. Les principales sources de conflits étaient dûes aux différents postes occupés par chacun. Un secteur d’activité est toujours accompagné d’un jargon qui lui est propre et qui par définition n’est pas accessible à tout le monde. Que ce soit chez les informaticiens, les journalistes ou même les commerciaux, les termes employés varient et la compréhension en patit. Je pense qu’il est toujours important de prêter attention à la personne que l’on a en face de soi lorsque l’on s’exprime pour s’assurer qu’elle perçoit le message tel que vous souhaitez lui transmettre.

VDF : A quels milieux professionnels avez-vous été confronté ?

C.F. : Au journalisme bien évidem-

ment, mais aussi au commerce, à l’informatique et au graphisme. Chacun de ces métiers regroupant lui même des savoir-faire variés acquis aux cours des études et des expériences vécues. J’ai également pu noter que les problématiques qu’ils rencontraient n’étaient pas

pertinent vis à vis de l’époque que nous traversons. A travers les témoignages, les interviews et le suivi des parcours des français installés à l’étranger, il permet une formidable ouverture d’esprit qui balaie les clichés et apporte une information concrète !

Bruno BOUDON

VDF : Risquez vous à un pronostic, seriez-vous prêt à vous engager si l’on vous proposait un CDI ?

24 pages.

«

C’EST UN MILIEU OÙ DE NOMBREUSES APTITUDES SE RENCONTRENT ET OÙ COEXISTENT DIVERSES VISIONS DU MONDE COMPLÉMENTA IRES QUI PERMETTENT LA RÉALISATION D’UN PROJET COMMUN !

»

les mêmes et qu’il était parfois compliqué pour ceux qui n’étaient pas impliqués d’en prendre conscience. Par exemple, lorsque le commercial souhaitait créer son fichier client, il avait besoin d’avoir accès au contenu des articles que publierait le journaliste pour savoir vers quels annonceurs se tourner pour proposer de la publicité. Or le journaliste, lui, était surtout préoccupé par la pertinence du contenu qu’il devait produire.

VDF : En parlant du contenu, que pensez-vous de celui proposé par la Voix de France ?

Ce magazine est dynamique, comme le démontre sa volonté de s’adapter aux nouvelles technologies et il a plus que jamais sa place dans les publications proposées au public aujourd’hui. Expatriations, études à l’étranger, diversité culturelle, tous ces thèmes qui touchent les français de près sont abordés dans ce magazine. Ce qui fait sa force, c’est que son contenu est

Je ne pense pas ! Les missions que l’on me proposerait ne me conviendraient pas. Qui plus est la politique n’est pas mon principal centre d’intérêt, or c’est le cas de la Voix de France, ce qui explique en partie l’âge de son lectorat. Les centres d’intérêt des gens de mon âge sont plutôt tournés vers le cinéma, la musique et le divertissement. En ce qui me concerne, je trouverais le contenu plus à mon goût si l’on accordait plus de place aux interviews des français expatriés à l’étranger plutôt qu’aux personnalités politiques. Je pense que je m’identifierais plus au discours d’une famille à l’étranger ou à celui d’un jeune expatrié en train de parcourir le monde.

VDF : Pourriez-vous détailler vos relations avec les membres de la boîte et apporter des précisions sur les missions que l’on vous a confiées ? C.F. : Je pourrais le faire dans cette interview mais vous trouverez toutes ces informations dans les prochaines pages de ce numéro spécial. Je vous invite donc à vous installer confortablement dans votre siège et à poursuivre votre lecture !

7


PRÉSENTATION DE L’ÉQUIPE

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

LES MEMBRES DE VDF

UNE ÉQUIPE SOUDÉE

L’ÉQUIPE DE LA VOIX DE FRANCE EST CONSTITUÉE DES DIX MEMBRES PRÉSENTÉS CI DESSOUS. CHAQUE MEMBRE DE CETTE ÉQUIPE EST ESSENTIEL AU BON FONCTIONNEMENT DE L’ENTREPRISE ET A LA PUBLICATION DU MAGAZINE. RIEN NE POURRAIT FONCTIONNER SI L’UN DES MEMBRES DE LA BOÎTE N’ÉTAIT PAS PRÉSENT. C’EST LÀ QUE JE ME SUIS RENDU COMPTE DE L’IMPORTANCE DE LA COHÉSION ET DE LA COMMUNICATION AU SEIN D’UNE ENTREPRISE. POUR MENER UN PROJET À BIEN IL FAUT SE SERRER LES COUDES.

LA VOIX DE FRANCE, UNE ENTREPRISE FAMILIALE

V

oici une présentation non exhaustive de l’équipe avec laquelle j’ai travaillé pendant trois mois :

Jean-Pierre Launay est le directeur des publications de la Voix de France, c’est lui qui décide si le contenu qu’on lui propose peut être publié dans le magazine. Il est au bout de la chaîne de fabrication et c’est lui qui choisit la ligne éditoriale du magazine. Il possède de nombreux contacts dans le milieu politique, ce qui est un atout majeur pour obtenir des rendez-vous avec des personnalités influentes et susceptibles d’attirer le lectorat français. C’est également le patron d’Euro Conseil Edition, et en tant que tel c’est lui qui assigne leurs missions aux employés de l’entreprise.

Les avantage de son poste : c’est lui qui dirige la Voix de France, il a donc une grande marge de manœuvre pour exprimer son opinion à travers le magazine. Par ailleurs, il a une position de décisionnaire et non d’exécutant. Les difficultés de son rôle dans l’entreprise : les investissements nécessaires au fonctionnement de la Voix de France sont émis par lui. Il doit donc veiller à ce que les bénéfices de son entreprise soient toujours supérieurs aux dépenses effectuées. Sa faible connaissance de l’informatique engendrait parfois des incompréhensions avec des membres de l’équipe. J’ai eu l’impression qu’il ne se rendait pas compte de la quantité de travail que représentait la mise en ligne d’un magazine interactif pour une si petite équipe.

Ses outils principaux sont les relations publiques.

DELPHINE THAUSE ASSISTANTE DE DIRECTION

8

CHANTAL MARTIN SECRÉTAIRE DE RÉDACTION, MISES EN PAGES

JEAN PIERRE LAUNAY DIRECTEUR DES PUBLICATIONS.

PIERRE-ETIENNE LAUNAY DIRECTEUR ADJOINT

BASTIEN GAUTIER CHEF DE PUBLICITÉ, DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES

Sa personnalité : Doté d’un caractère bien trempé, Mr Launay est quelqu’un qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. En témoignent ses fréquentes colères qui provoquent tour à tour une augmentation de l’activité de ses collaborateurs ou bien une augmentation du stress de l’équipe. C’est un homme de valeurs qui s’implique dans la vie politique et qui n’a pas peur de camper sur ses positions. Pierre-Etienne Launay est directeur adjoint à la Voix de France. Il veille au bon fonctionnement du matériel et gère la logistique de l’entreprise. J’ai rarement eu l’occasion de travailler avec Pierre-Etienne donc je ne connais pas bien la mission dont il est chargé au sein du magazine. En revanche... Sa personnalité : Joueur de rugby, c’est un collègue franc, joyeux et souriant qui ne manquait pas d’aider l’équipe quand on avait besoin de lui. Madame Launay : Elle s’occupe de relire tous les articles de la Voix de France et de corriger les fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe. Sa personnalité : Je n’ai pas eu souvent l’occasion de la voir mais c’est une femme plutôt discrète et souriante.


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

LES RELATIONS INTERNES, LA CLEF DE VOUTE D’UNE ENTREPRISE PÉRENNE Bastien Gautier est chargé de l’aspect commercial de la Voix de France, ce qui signifie qu’il devait trouver une stratégie pertinente pour amener les annonceurs à acheter de l’espace publicitaire dans notre magazine. Il est également responsable de dénicher des partenariats profitables et de s’occuper des relations publiques pour la Voix de France.

BRUNO BOUDON DIRECTION ARTISTIQUE

Ces outils sont tous les moyens de communications disponibles à la Voix de France : téléphones, email, iPad, Mailchimp, réunions avec des clients… Les avantages de son poste : la satisfaction d’être la personne qui permet à l’entreprise d’être financée en grande partie. C’est un travail varié, qui offre l’opportunité de rencontrer diverses personnes, parfois à l’extérieur de l’entreprise. Son poste lui offre également la possibilité de voyager pour certains dossiers ou rencontres particulières. Les difficultés de son rôle dans l’entreprise : il est parfois dépendant du contenu que doit fournir le journaliste, ce qui lui laisse peu de temps pour s’organiser et trouver des annonceurs en accord avec les articles adjacents. Il doit parfois se heurter au refus de ses clients, ce qui peut peser sur le moral au bout d’un moment.

ANNE-LAURE DUPARC CHEF DE PROJET MULTIMÉDIA

Les avantages de son poste : la responsabilité et l’autonomie dans l’avancement du projet. La position de conseil en informatique dans une entreprise où la plupart des membres sont néophytes sur le web. Les difficultés de sa position dans l’entreprise : l’incompréhension liée à l’utilisation du langage informatique, les problèmes de connectivité et les bugs informatiques. La quantité de travail à effectuer.

ANTONIN AMADO JOURNALISTE

Sa personnalité : plutôt enjoué et blagueur, c’est un fonceur. Sportif, il joue volontiers de son statut de commercial à la Voix de France pour se faire passer pour un obsédé des bénéfices. C’est en réalité un homme positif et pragmatique.

Annelaure Duparc posséde le statut de chef de projet multimédia, c’est donc elle qui s’occupe de dessiner et de designer les wire-

frames (c’est à dire les maquettes du futur site internet de la Voix de France). Elle doit veiller à ce que ces maquettes soient ergonomiques et à ce qu’elles respectent les critères de construction d’un site web. Elle est également chargée d’inclure le contenu des fiches pratiques sur le Back Office de La Voix de France (tache à laquelle j’ai participé quand elle avait une charge de travail trop élevée). Il lui arrive également de tourner des vidéos pour alimenter le site internet (il y en a une pour présenter la mise en ligne de La Voix de France sur internet et une interview qui a eu lieu à l’UFE). Ses outils sont le codage informatique, la vidéo, le dessin et plusieurs logiciels dont elle doit se servir pour créer ses wireframes et les autres composants du sites.

Sa personnalité : bosseuse, impliquée, elle voudrait passer pour une asociable mais il suffit de discuter cinq minutes avec elle pour se rendre compte que c’est faux. Déjantée, parfois mélancolique. Une personne de confiance que je considère comme une amie plutôt que comme une collègue. Chantal Martin s’occupe de la mise en page des articles pour la Voix de France. C’est elle qui déniche les photos et monte les pages du magazine

MARIE PECQUERIE JOURNALISTE

Ses outils sont les logiciels de la suite graphique Adobe et les banques de photos en ligne comme Fotolia.

Les avantages de son poste : l’aspect esthétique dans la recherche d’une concordance dans les couleurs des photos et des encadrés. La recherche de visuels intéressants. Les difficultés de son rôle dans l’entreprise : elle se trouve au bout de la chaine de publication du magazine, ce qui fait que dans les périodes de rush, toute la pression finit par lui retomber dessus. Sa personnalité : une esthète, sensible à toutes les formes de culture que ce soit la cuisine, la photographie, la musique ou la peinture. On l’entend parfois ronchonner quand quelque chose l’ennuie mais c’est une personne agréable et à l’écoute. Delphine Thause C’est la secrétaire de la Voix de France. Elle se charge de prendre les appels, de relire les articles du magazine pour corriger les fautes. Elle a également accès à un compte du BackOffice pour y ajouter les fiches pratiques. Les avantages de son poste : elle est moins contrainte par les délais que les autres membres de la Voix de France. Les inconvénients de son poste : son statut n’est pas très reconnu par la direction de l’entreprise. Sa personnalité : Delphine est une personne très positive qui apporte sa bonne humeur à l’entreprise. Elle est également au service des autres et n’hésite pas à filer un coup de main quand c’est nécessaire. Bruno Boudon en tant que directeur artistique de la Voix de France est chargé de créer toute la charte graphique du magazine. Le choix des typographies, la création des couvertures sont de son domaine. Sur internet il choisit également les polices de caractères et l’iconographie. Ses outils sont les logiciels de graphisme, les banques de typographies, les banques d’images (fotolia).

9


PRÉSENTATION DE L’ÉQUIPE Les avantages de son poste : un métier créatif qui laisse une marge de manœuvre à l’imagination. Les difficultés de sa position : les travaux créatifs sont plus susceptibles d’êtres jugés voir critiqués, en partie par des personnes qui n’y connaissent rien, ce qui peut être parfois agaçant. Il faut être capable de se justifier en permanence sur ses choix créatifs. Quand deux personnes travaillent sur le même projet, il n’est pas évident de se mettre d’accord sur les choix à prendre. Sa personnalité : plutôt discret quand il est absorbé par son travail, Bruno est comme un couteau suisse. Curieux de nature, quand vous aurez un problème informatique, il aura presque toujours une solution. Passionné de graphismes de comics et de typographies déjantées, c’est un collègue aimable qui pratique l’art de la dérision avec talent. Antonin Amado, journaliste à la Voix de France, fournit le contenu du magazine en écrivant des articles sur des personnalités politiques ou des profils singuliers d’expatriés français à l’étranger. Ses outils principaux sont l’interview, qu’elle soit écrite, filmée ou enregistrée ainsi que l’utilisation du Back Office pour mettre en ligne du contenu. Les avantages de son poste : il est amené à travailler à l’extérieur pour rencontrer des personnes aux profils éclectiques parfois des virtuoses dans leur domaine. Les difficultés de sa position : écrire suffisamment d’articles et d’interviews pour alimenter le magazine en temps et en heure. Sa personnalité : Antonin est un homme aux multiples facettes. Il peut passer d’une minute à l’autre, du collègue farceur au journaliste responsable avec beaucoup de naturel. Il apprécie les informations cocasses et aime décortiquer le comportement et les paroles des hommes politiques pour les analyser.

10

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

Au cours de mon stage j’ai eu beaucoup d’échanges avec mes collègues. Etant le plus jeune de l’équipe, j’avais tout à apprendre des personnes qui se trouvaient avec moi. J’ai donc cherché à comprendre ce qui motivait les uns et les autres dans leur travail, comment ils s’y prenaient pour l’effectuer ainsi que les relations qu’ils entretenaient entre eux.

J’AVAIS TOUT À APPRENDRE DES PERSONNES QUI SE TROUVAIENT AVEC MOI

C’est ainsi que j’ai pris conscience des points communs qui unissaient notre équipe. Je pense que celui qui nous rapprochait le plus était un certain respect de la tradition française. Nous étions tous d’accords pour nous retrouver autour d’une table, boire un verre de vin et échanger nos points de vue sur l’art ou l’actualité proposée dans les médias. D’autant plus que nous partagions notre repas avec des journalistes qui par nature portaient un regard assez critique sur l’information. J’ai trouvé que c’était très appréciable de travailler dans une entreprise à taille humaine.

ILS ONT DIT Jean-Pierre Launay « Qui veut des oeufs de la ferme ? »

Bastien Gautier « L’argent c’est le nerf de la guerre »

Annelaure Duparc « Une fois de plus, mon ordinateur vient de rendre l’âme... »

Bruno Boudon

« Mais elle est dégueulasse cette police d’écriture ! »

Antonin Amado « Moi j’ai une prof de journalisme qui me disait toujours : ... »

Chantal Martin « Et on va encore m’envoyer dix pages à monter à la dernière minute ! »

Delphine Thause « On dirait pas comme ça... Mais j’ai quand même été championne d’aviron. »


* Pensez toujours à lire les petites lignes qui se trouvent en bas des contrats et des publicités ! En général c’est là que se trouve l’information qui vous intéresse. Les gros slogans sont presques toujours suivis de petites astérisques qui vous indiquent qu’en fait la super promo qui vous était proposée est uniquement disponible un jour dans le semaine entre 17h30 et 18h sous réserve d’un achat supérieur à celui que vous aviez prévu de faire au départ. Il serait également bon d’ajouter à la formule «3 pour le prix de 2» la suite logique : «parce que sinon vous n’en achéteriez qu’un seul». Charly FIEVET 11


HISTORIQUE

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

L’HISTOIRE DE VDF

UN MAGAZINE PAPIER QUI PASSE SUR LE WEB

LA VOIX DE FRANCE EST UN MAGAZINE QUI EXISTE DEPUIS 1928. IL APPARTIENT À L’UFE (UNION DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER) ET PERMET AUX EXPATRIÉS FRANÇAIS DE SUIVRE L’ACTUALITÉ QUI LES CONCERNE. C’EST UN BIMESTRIEL DISTRIBUÉ À 40 000 EXEMPLAIRES. IL EST COMPOSÉ D’INTERVIEWS DE FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER, D’ENTRETIENS AVEC DES HOMMES POLITIQUES AFFILIÉS AUX AFFAIRES ÉTRANGÈRES MAIS ÉGALEMENT D’ARTICLES PLUS HÉTÉROCLITES SUR L’ART DE VIVRE ET DE CONSEILS POUR VOYAGER AUTOUR DU MONDE. La Voix de France est un magazine distribué dans plus de 100 pays du monde pour toucher tous les expatriés français. Il est lu par près de 100 000 lecteurs et diffusé sur 2 supports : en papier (magazine qui existe depuis 1928) et en web (projet qui a été lancé en 2012). Il est distribué dans les magasins Relay à 40 000 exemplaires par numéro. Sa charte graphique a largement évolué au cours du temps puisqu’il existe depuis plus de 85 ans et que le magazine s’est modernisé depuis quelques années dans l’optique de correspondre aux codes du web. Contenu de la Voix de France : Les thématiques abordées par le magazine sont vastes puisqu’on y traite autant de politique que de sujets de société et d’économie. La gastronomie qui avait une bonne place s’est élargie pour laisser la place à la rubrique Art de vivre. Des témoignages de français partis à l’étranger sont également pro-

12

posés ainsi que des itinéraires de voyages.

L’OBJECTIF DE CETTE PUBLICATION EST DE FACILITER LA VIE DES FRANÇAIS INSTALLÉS À L’ÉTRANGER

La ligne éditoriale du magazine met l’accent sur la politique et en particulier sur tous les sujets et projets de lois qui touchent les français de l’étranger. L’AFE (Assemblée des Français de l’Etranger) y occupe une bonne place étant donné que le journal dépend de l’UFE (Union des Français de l’Etranger) qui est la plus ancienne association d’expatriés français à l’étranger. L’objectif final de cette publication est de faciliter la vie de tous les français qui souhaitent s’installer à l’étranger ou qui se sont déjà installés mais qui souhaitent rester en contact avec la France. Le contenu comprend des articles, des interviews et des dossiers relatifs à un sujet précis (retraite,éducation, retour en France...). Plusieurs pages de pub, généralement en rapport avec les articles proposés dans le magazine, accompagnent ce contenu. (La plupart du temps, ce sont des publicités pour des assu-

rances, des banques ou des établissements français à l’étranger). En ce qui concerne le web, laVoixdeFrance.fr propose un accès aux archives des dix derniers numéros du magazine papier en ligne ainsi qu’un suivi de l’actualité en direct. Les articles qui étaient disponibles sur le support papier le seront désormais en ligne. Les fiches pratiques, quant à elles, permettront aux expatriés français de s’informer et de s’organiser au cours de l’année et lors de leur installation à l’étranger. Ces fiches pratiques comprennent des informations sur l’obtention de papiers d’identité tels que le visa et le passeport et les modalités à remplir avant de s’expatrier. En cas de maladie ou de décès, les fiches pratiques indiquent également la marche à suivre pour régler les détails administratifs. Les fiches notariat apportent, pour finir, les informations nécessaires pour trouver un logement ainsi que le régime matrimonial à suivre dans le pays dans lequel on se trouve. La création du magazine papier : La création du magazine au format papier n’est pas une mince affaire. Avant de se lancer, le plus important, c’est d’abord d’avoir un message à transmettre. Les journalistes sont là pour dénicher l’information en fonction du thème abordé. Ensuite il faut s’assurer de posséder les capi-


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

taux nécessaires à sa réalisation. Il faut également louer des bureaux ou au moins un espace de travail pour les différents collaborateurs, puis leur donner accès aux outils suivants : des ordinateurs ainsi qu’un accès à internet, une imprimante, des logiciels de graphisme pour le montage des pages du magazine et tous les outils de communication nécessaires. Et sur le web : La mise en place du site internet ne s’est pas faite du jour au lendemain. Il a fallu recruter de nouveaux membres : - Des développeurs pour coder le site internet en langage informatique. C’est le travail de Matthieu Rallet, Lahouari Bellil et Marion Berger, trois membres de ProdiTech avec lesquels nous étions en contact par téléphone pratiquement tous les jours. - Un graphiste qui choisit les polices, les couleurs du site et l’iconographie (c’est Bruno qui s’en est chargé). - Une web designer qui crée les wireframes, c’est à dire le plan du

site, et qui s’assure de son ergonomie. (Annelaure) - Des journalistes et des stagiaires pour alimenter le site en contenu (ce fut notre tache à Antonin, Marie, Annelaure et moi).

LE PLUS IMPORTANT AVANT DE CRÉER UN MAGAZINE C’EST D’AVOIR UN MESSAGE À TRANSMETTRE

Ensuite, il faut comprendre que la transmission de l’information sur le net n’est pas la même que sur papier. Sur internet, l’information doit être accessible instantanément. On n’est pas contraint par le temps d’impression et de distribution comme sur le papier. Il y a également la dimension de participation à l’information : sur internet les articles peuvent être commentés ce qui offre à chacun l’opportunité d’exprimer son opinion sur un sujet. De plus, avec la géolocalisation proposée sur le site, les lecteurs peuvent accéder à l’information qui les intéresse en fonction du pays dans lequel ils se trouvent. L’aspect le plus complexe du développement d’un site internet se trouve dans son interactivité avec ses lecteurs. En effet, il ne suffit plus aujourd’hui d’attirer un internaute sur un site internet mais il faut également capter son attention pour

qu’il souhaite y rester. C’est l’intérêt des menus déroulants que l’on voit apparaîtrent un peu partout sur la toile depuis quelques années. Mais c’est également le rôle de la vidéo qui est largement mise à contribution pour sa puissante capacité à capter l’attention du public. Enfin, si l’on souhaite vraiment que ses lecteurs puissent commenter l’information, il faut mettre en place un forum sur le site web, ce qui en codage informatique n’est pas une mince affaire. Ainsi la mise en ligne du magazine sur internet a mis plus d’un an à se faire. Mais il faudra attendre à peu près un an encore avant que cette stratégie ne montre ses fruits puisqu’il faut encore laisser le temps aux lecteurs de découvrir cette version en ligne et en parler autour d’eux. Cette période peut être raccourcie en opérant une campagne efficace sur les réseaux sociaux accompagnée d’une campagne de relations publiques.

13


DÉROULEMENT DU STAGE

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

MON PARCOURS CHEZ EURO CONSEIL ÉDITION DURANT MES TROIS MOIS DE STAGE, J’AI ÉTÉ AMENÉ À TRAVAILLER SUR DIFFÉRENTS DOSSIERS POUR LA VOIX DE FRANCE. LA MISE EN LIGNE DU SITE IMPLIQUAIT QU’ON POSSÈDE SUFFISAMMENT DE CONTENU POUR L’ALIMENTER ET C’EST PRINCIPALEMENT SUR CETTE TACHE QUE J’AI CONCENTRÉ MES EFFORTS. VOICI DONC LE CHEMINEMENT DE MA PARTICIPATION POUR L’ENTREPRISE.

J

’ai décidé de vous présenter ce parcours sous la forme d’un carnet de bord en sélectionnant les moments clés de mon stage à la Voix de France. La première tâche qu’on m’a confiée a été de transférer sur le Back Office les dix derniers magazines de la Voix de France qui avaient été publiés. Cela représentait plus de deux années d’informations à archiver sur internet. Pour ce faire, je copiais tout d’abord le texte d’un l’article sur le fichier InDesign que m’avait

transmis Chantal sur le serveur de la boîte puis je le collais sur le Back Office. Une fois que c’était fait, je devais reprendre tout l’article pour supprimer les mauvais caractères qui s’étaient glissés dans le texte et le remettre en forme. C’est à la suite de cette étape que je commençais à hiérarchiser l’information en attribuant au texte la taille qui lui convenait. Une fois que le texte était intégré il fallait aussi y ajouter les photos que Chantal m’avait transmises dans un autre dossier et les incorporer dans le texte. 9 juillet : Pour la première fois, j’ai écrit un article pour le magazine. Le sujet que j’avais choisi était : «les applications smartphones pour les amateurs de vin» (cf. annexe p.19). Ce sujet devait accompagner le dossier vin proposé dans le numéro 552 de la Voix de France. La veille j’avais déjà proposé un article sur les applications smartphones pratiques pour voyager (cf. annexes p.18) mais Mr Launay, considérant que c’était de la pub, n’avait pas voulu le voir paraître. La prévisualisation des articles du Back Office sur le site de la Voix de France n’a été opérationnelle qu’après le 18 juillet. Pendant une période j’ai donc eu l’impression de travailler à l’aveuglette et lorsque l’outil fut accessible je me suis rendu compte que toute la mise en page effectuée depuis trois semaines était à refaire. J’avais 114 articles à retoucher car leur affichage sur le web n’était pas satisfaisant !

24 juillet : J’ai modifié l’intitulé des rubriques dans lesquelles on classe

14


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

les articles. Il est parfois difficile de savoir comment les nommer étant donné que les articles abordent tous plusieurs thèmes : la politique est mêlée à l’économie et aux affaires de société. 29 juillet : Discussion avec Bruno. Aujourd’hui, on a installé une table LA STRATÉGIE devant les locaux du magazine DE MR LAUNAY pour manger à l’extérieur. Bastien EST D’OFFRIR UN était parti manger avec un de ses MAXIMUM D’INclients et nous sommes restés, FORMATIONS AUX Bruno et moi, pour déjeuner à la INTERNAUTES Voix de France. SUR LE SITE DE LA Il m’a raconté comment les graVOIX DE FRANCE phistes s’y prenaient pour mettre en page les magazines avant que les logiciels de montage n’existent. Les journalistes et les producteurs de contenu envoyaient leurs articles à un photo monteur qui tapait tout le texte sur un rouleau très fin qui permettait d’obtenir des polices extrêmement précises. Ces rouleaux étaient ensuite envoyés aux graphistes qui les découpaient pour coller le texte là où ils le souhaitaient. Pour les images, les graphistes devaient se rendre chez le photographe pour sélectionner celles de leur choix ce qui leur prenait beaucoup de temps. Le développement des logiciels Adobe a selon lui fait gagner 10 fois plus de temps aux graphistes. De plus il existait des filtres de couleurs pour donner de l’importance aux titres mais qu’ils fallait aussi découper. 18 août : Aujourd’hui j’ai reçu un mail de la part des membres de la boîte pour me demander pourquoi je n’étais pas là. J’ai compris que personne n’était au courant que je prenais une semaine de vacances. J’en avais pourtant parlé à AnneLaure, Bastien et surtout Mr Launay lors de notre premier entretien. Ceci fait parti des échecs de communication interne à l’entreprise qui peuvent brouiller les relations. 30 août : Depuis bientôt une semaine je m’occupe des fiches pratiques sur l’enseignement qui permettent aux parents d’enfants

LA PLUPART DES PROFILS PROPOSÉS DANS LE MAGAZINE ÉTAIENT PLUTÔT EXCEPTIONNELS

français scolarisés à l’étranger d’obtenir des renseignements sur les établissements et les procédures administratives à suivre pour la rentrée. On compte près de 430 établissements français à l’étranger. La stratégie de Mr Launay est d’offrir un maximum d’informations à l’internaute sur le site de la Voix de France sans que celui-ci n’ait besoin de changer d’adresse internet pour accéder au contenu qu’il recherche. Pour ce faire, nous proposons toutes les fiches d’insciptions aux établissements français à l’étranger en PDF téléchargeables directement sur le site de la Voix de France. J’ai également fini d’écrire et de mettre en page mon article sur Claire-Marie. Je l’ai donc proposé à Antonin et à Mr Launay. Claire-Marie est une de mes amies qui a eu l’occasion de partir un an au Togo puis au Canada au cours de ses études et je pensais donc qu’il serait pertinent de l’interviewer pour la Voix de France. Cependant, après avoir lu mon interview, Antonin m’a averti qu’elle ne paraitrait pas dans le magazine pour la simple raison que le parcours de mon amie n’était pas assez original pour figurer dans la publication. En effet je me suis rendu compte que la plupart des profils proposés dans le magazine étaient plutôt exceptionnels : patron du port de Newheaven, Chef d’orchestre en Equateur etc... 2 septembre : Arrivée de Marie Pecquerie à La Voix de France. Une nouvelle journaliste est engagée dans l’équipe pour épauler Antonin sur la production de contenu journalistique. 11 septembre : Je me suis chargé de créer une newsletter pour Bastien sur le dossier éducation. Celle-ci avait pour but d’attirer les directeurs de grandes écoles privées à devenir des partenaires publicitaires de La Voix de France. Je me suis servi pour cela d’un logiciel appelé Mail-

Chimp qui propose des Templates (c’est à dire des modèles) préconçus de Newsletter. Il m’a fallu organiser le texte pour qu’il soit le plus impactant possible puis trouver des visuels pertinents pour illustrer la Newsletter. 12 septembre : Aujourd’hui j’ai participé au montage audio d’une vidéo prise par Annelaure au ministère des affaires étrangères. C’était l’interview du directeur de l’UFE Liban qui exposait son point de vue sur l’éventualité d’une intervention française en Syrie. Je me suis servi pour cela du logiciel audio d’Adobe qui m’a permis de retoucher les courbes de fréquences sonores de la vidéo. J’ai donc supprimé tous les bruits parasites sur la courbe puis j’ai tenté d’augmenter la voix du directeur de l’UFE Liban. Malheureusement la prise de son était très mauvaise puisqu’il n’y avait qu’un micro pour capter le son et qu’il a enregistré les voix des gens dans la salle en plus de celle du directeur de l’UFE Liban. 30 septembre : De retour de la Summer School à Londres et après de nombreuses modifications, je finis la Newsletter pour Bastien (cf. annexes p.20,21 et 22). Nous décidons ensuite de l’envoyer à sa liste de contacts. Le résultat est immédiat, plusieurs réponses nous parviennent dans l’heure qui suit. Certains directeurs d’établissements privés français nous ont demandé de faire de la publicité pour eux dans le numéro qui comportera le dossier éducation. 4 octobre : Après une dernière semaine de remise en forme des articles et un «Vivre à... Bali» (cf. annexes p.23) terminé de justesse, il est temps pour moi de quitter la Voix de France. J’ai à peine eu le temps de boire un dernier verre avec mes collègues avant de partir puisqu’ils travaillaient tous à la sortie du numéro 553 et qu’ils était tous surchargés de travail. J’étais arrivé en période de bouclage... Et je suis reparti en période de bouclage.

15


ANALYSE DE L’EXPÉRIENCE

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

MON RESSENTI PERSONNEL À LA FIN D’UNE EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE TELLE QUE CELLE-CI, IL ME SEMBLE JUDICIEUX DE PRENDRE DE LA DISTANCE AFIN D’ANALYSER CE QUI M’EST ARRIVÉ. EN SOUHAITANT QUE CELA ME PERMETTE DE PRENDRE CONSCIENCE DE L’EXPÉRIENCE QUE JE VIENS D’ACQUÉRIR ET DE TENTER D’AMÉLIORER CE QUI PEUT L’ÊTRE. Les aspects positifs : J’ai pu découvrir le quotidien des différentes professions de l’édition. J’ai également appris à me servir de nouveaux outils informatiques comme un Back Office, un logiciel d’envoi de Newsletters comme MailChimp et à approfondir ma connaissance des logiciels de graphisme. J’avais relativement une bonne autonomie par rapport aux tâches que j’effectuais. Mr Launay m’a accordé du temps pour trouver mon logement à Londres pendant ma période stage et il m’a également accordé une semaine de vacances. Mes relations avec les différents membres de la boîte étaient saines, ce qui était particulièrement agréable. Je pense que ce sera un des principaux critères que je retiendrai lors de mes recherches d’emplois futures. Je travaille mieux quand mes pensées ne sont pas constamment parasitées par des querelles de bureaux. C’était une bonne chose que nous partagions le déjeuner ensemble car cela nous offrait un moment durant lequel nous pouvions nous retrouver pour parler d’autre chose que du travail. Enfin, l’aspect créatif de certaines tâches que l’on m’a confiées m’a beaucoup plu.

16

L’ASPECT CRÉATIF DE CERTAINES TÂCHES QUE L’ON M’A CONFIÉES M’A BEAUCOUP PLU

JE TROUVE DOMMAGE DE CONSTATER QUE CERTAINES ENTREPRISES SOUS-ESTIMENT LA TRANSMISSION DU SAVOIR

Les aspects négatifs : J’ai exécuté au cours de mon stage, plusieurs tâches répétitives et dénuées d’intérêt pour ma formation. Comme Charlie Chaplin dans les temps modernes avec sa clef à molette et son tournevis, sauf que mon outil à moi était un clavier d’ordinateur. Rentrer dans un tableur Excel la liste des établissements scolaires et des ambassades français à l’étranger ne fait pas partie des compétences que je pourrai revendre dans mon CV. J’ai passé plusieurs journées à supprimer des fautes de frappe et à saisir du texte dans un tableau… et ce n’était pas de la littérature. Il était pourtant stipulé dans ma convention de stage que mon statut n’étant pas celui d’un salarié, je n’étais pas tenu de remplir des objectifs pour l’entreprise. J’étais censé être là pour apprendre avant tout. Mais comme ce travail pouvait être utile pour l’entreprise, je l’ai quand même effectué. D’autant plus que je ne suis pas le type de personne qui refuse de travailler sous prétexte que ce n’est pas obligatoire. Je trouve juste dommage de constater que certaines entreprises sous-estiment la transmission du savoir qui est un investissement à long terme au profit des investissements à court terme qui leur sont directement profitables. C’est donc de moi-même que je suis allé parler avec les uns et les autres pour essayer d’en apprendre le plus possible. Je l’ai déjà évoqué précédemment, les excès de colère de Mr Launay pesaient parfois sur le moral de ses employés. Je comprends qu’un chef d’entreprise veille à être respecté mais personne n’aime se voir tancer, surtout devant ses collègues. C’était le mauvais côté de l’aspect traditionnel et paternaliste de la Voix de France. Il y avait un certain

manque de considération pour les personnes plus jeunes et qui possèdent (forcèment) moins d’expériences et une forme d’autorité qui empêchait aux rapports humains de s’effectuer sur un pied d’égalité. Mais dans l’ensemble je suis très satisfait de cette expérience professionnelle et de ce que j’ai pu en retirer. Et pour cela je remercie tous les membres d’Euro Conseil Edition qui ont facilité mon intégration dans l’entreprise. J’espère que ce projet va suivre son cours et continuer de se développer car la Voix de France a encore de nombreuses opportunités à saisir et de belles années devant elle. Merci à Mr Launay de m’avoir accueilli dans son entreprise et de m’avoir rapporté des oeufs de la ferme (je considère que c’est une forme d’augmentation). Merci à Bruno pour tous ses conseils en graphisme et en informatique (et le live de David Gilmour à Gdansk est effectivement un concert mythique). Merci à Bastien pour l’énergie et la bonne humeur qu’il a apportées à l’entreprise. Merci à Chantal pour le temps qu’elle a pris à m’envoyer des fichiers, des photos et à partager son expérience. Merci à Annelaure pour toutes les discussions instructives et les bons moments partagés à la Voix de France et à Paris. (et merci pour le mug du «mayeur stagiher»). Merci à Antonin pour ses critiques constructives de mes interviews d’amateur. Merci à toute l’équipe !


MIRABELLA : POURQUOI J’ADORE MON NOUVEAU CHIHUAHUA

Inventé par des abruti(e)s pour des abruti(e)s REVELATION : Il m’a dit : «En fait, tu vois, je sais pas...»

TEMOIGNAGE Ashton et Robert : «Il était temps...»

ENQUÊTE LOSER

Maquillage

KOI ? C , e s o d La bonne

SCOO

P

SECRET STORY KIMBERLY : SON CERVEAU EST TOUJOURS DANS LE VENTRE DE SA MERE17 !


ANNEXES

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

HIGH TECH L’outil indispensable de ces dernières années est inévitablement le Smartphone ! Difficile de se rendre chez des amis ou de se ballader dans la rue sans croiser une personne rivé sur son écran en train d’écrire un message, de s’informer ou de s’orienter. Les applications ont, elles aussi, pris une place de choix dans l’usage que les gens font de cet outil qui les suit au quotidien. Que ce soit pour jouer, pour s’instruire ou pour un usage pratique on retrouve une panoplie de ces applications qui s’adaptent à chacun en fonction de ses besoins. Mais qu’en est-il des applications qui permettent de faciliter la tache des Français partis à l’étranger ? Voici une liste non exaustive des applications du moment qui pourront vous servir et vous accompagner :

MOMONDO : Comparateur de vols et d’hôtels les moins chers, ce service est gratuit et il permet également de louer une voiture en ligne.

HOTEL TONIGHT : Cette application permet de réserver un hotel à la dernière minute. les utilisateurs de cette application peuvent envoyer les photos prises lors de leur séjour à l’hôtel pour participer en direct à l’enrichissement de l’application.

Comparateur de vols et d’agences de voyage pour trouver les billets d’avion les moins chers, Liligo a beaucoup fait parler d’elle, en partie grâce à ses publicités osées en affichage métro. Cette application permet de comparer les tarifs des vols sur une centaine de sites de voyages en ligne.

Fotopedia est l’Encyclopédie photographique en ligne lancé par des employés d’Apple cherchant à reproduire le modèle de Wikipédia mais en se concentrant sur la photo. Cette Startup française propose des centaines de milliers de photos en ligne. Les internautes peuvent également partager leur propres photographies avec la communauté en ligne.

Charly Fiévet

18


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

19


ANNEXES

20

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

21


ANNEXES

22

R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E


R A P P O R T D E S TA G E - 2 4 J U I N / 4 O C T O B R E

VIVRE À…

LES RIZIÈRES DE BALI

P

aradis terrestre préservé, Bali attire des touristes du monde entier grâce à ses somptueux paysages sauvages et sa culture unique. Situé entre Java et Lombok, c’est la seule île d’Indonésie hindouiste enclavée par des territoires majoritairement musulmans. Les terres volcaniques rendent le sol fertile car les éruptions ont provoqué la dissémination de particules, qui une fois refroidis, servent d’engrais naturel à la végétation. De cette particularité est née une légende qui raconte que tout ce que l’on plante à Bali finit par pousser. La végétation est omniprésente et la plupart des maisons en bois de plain pied s’incorporent à la nature sans la piétiner. Pour ce qui est de l’architecture, la sculpture de la pierre, artisanat fortement convoité par les touristes, baigne le paysage des centres ville et des temples sacrés tels qu’Ulun Danu Batur et Pura Basakih. De nombreuses divinités hindouistes taillées dans la pierre ornent les routes semblant protéger la population des mauvais augures. L’alimentation assez peu variée offre tout de même la possibilité de consommer des fruits succulents, juteux et sucrés, tout au long de l’année. L’économie balinaise fonctionne principalement grâce à la production du café, du tabac, de la vanille et du clou de girofle vouée à l’exportation ainsi qu’avec le tourisme. En ce qui concerne la sécurité, le bémol vient de l’entretien des routes déplorable et de la conduite hasardeuse des habitants. Les rétroviseurs sont très rares et la plupart des habitants klaxonnent pour prévenir

qu’ils vont doubler. Un scooter embarque parfois toute une famille (chien y compris) et au milieu de la route se baladent des chiens, des poules, des singes et parfois des enfants. Il est également nécessaire de se prémunir des diverses maladies pouvant être transmises par les moustiques telle que la dengue en utilisant des produits répulsifs efficaces.

LES ENDROITS INCONTOURNABLES

Pour tous les amateurs de peinture et de sculpture, le musée Antonio Blanco est une adresse à retenir. Ce peintre d’origine espagnole qui a vécu les dernières années de sa vie à Ubud a consacré une grande partie de son temps à peindre sa femme qui était une célèbre danseuse balinaise. Des perroquets chatoyants de couleur vous accueilleront à l’entrée du musée avant que vous ne pénétriez avec fascination dans l’antre de l’artiste. Les plages à Bali, parfois constituées de sable noir, ne correspondent pas aux clichés des cartes postales proposés aux touristes. Il existe cependant certains coins de l’île comme Kuta, Sanur et Jimbaran où les plages de sable fin existent et offrent de somptueux paysages dédiés aux instants romantiques. Bali conserve sa réputation de terre de rêves malgré l’accroissement du tourisme et de la pollution qui l’accompagne. Ce pays emprunt de spiritualité est idéal pour se ressourcer et profiter de son temps.

CLIMAT : tropical marqué par une chaleur constante. Moyenne annuelle de 28 degrés. Fortes pluies de novembre à mars et une saison sèche d’avril à octobre. COMMUNAUTE FRANCAISE : On recense près de 1800 français installés à Bali IDEES WEEKEND : Jalan Monkey Forest à Ubud, plongée et Snorkeling à Amed. Visite des temples sacrés d’Ulun Danu Batur. Visite du musée Antonio Blanco. TRANSPORTS : Les bémos ou « angkot » à Bali sont des minibus pouvant contenir une douzaine de personnes. La moto est également un des moyens de transport privilégié des balinais qui s’avère également dangereux étant donné la qualité des routes et la conduite plus instinctive que réglementée des habitants. Des taxis sillonnent la ville en permanence DISTANCES : 12 396 km entre Bali et Paris 4 623 km entre Bali et Sydney 1963 km de Kuala Lumpur SPORTS : Plongée, surf, snorkeling, voile, kayak de mer, planche à voile. AU-DELÀ DU RÊVE ? : Les habitudes de la population pourraient bien dégrader la beauté de l’île à vitesse grand v. En effet, la plupart des déchets sont considérés comme bio dégradables et donc jetés dans la nature. Ce qui n’est pas le cas du plastique qui subit pourtant le même sort. ANECDOTE : Les tarifs des biens et services sont rarement indiqués car à Bali tout se marchande. Et bien souvent les prix annoncés pour les touristes ne sont pas les mêmes que pour les habitants de l’île.

Charly FIEVET

23


24


Rapport de stage - La Voix de France - Charly  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you