Page 1

                                      1  


(REVEIL)         Pré-­‐en-­‐bulle,  pré-­‐en-­‐slam     Réveil,  pièce  à  trois  personnages,  un  homme,  une  femme,  et  l’Oiseau,  le   témoin,  le  regard,  le  double  de  la  femme,  l’Oiseau  ;  qui  raconte  leur  histoire,   une  histoire  atemporelle,  qui  n’est  pas  inscrite  dans  le  temps  mais  qui  lutte   avec  le  temps.   C’est  une  histoire  de  l’attente,  une  histoire  latente  où  l’amour  fait  résonner  ses   sens,  ses  contresens,  ses  contre-­‐tout.   Il  y  a  cet  homme,  il  y  a  cette  femme,  il  y  a  l’oiseau.   Il  y  a  des  «  oui…mais  non  »  et  des  non-­‐dits,  il  ya  ton  nom.   Il  y  a  des  espoirs,  du  désespoir,  des  interdits  ;  de  la  magie   Il  y  a  de  l’envie,  de  la  conscience,  du  pouvoir,  des  idioties.   Elle  est  belle,  il  se  rappelle,  elle  l’appelle.  Répondeur.   Il  la  rappelle,  elle  le  rejoint  et  l’interpelle  ?!...  Le  même  refrain   Dans  un  tic  tac  abrutissant,  elle  l’observe  et  le  regarde   Dans  sa  cage,  l’amour  les  garde.   Et  ce  réveil  qui  sonne.  Sans  fin.     Parce  que.  On  vit  comme  on  peu  son  histoire.       Ewa  Kraska  

   

2  


Texte  de  Ewa  Kraska   Pièce  de  théâtre  en  9  scènes  +  5  mois.    

           

3  


Table  des  matières       I-­‐ECRITURE   ET   CONCEPTION   DE   LA   MISE   EN   SCENE   PAR   EWA   KRASKA   • PRESENTATION   • L’ECRITURE   • VISION  GLOBALE  DE  LA  PIECE      

II-­‐L’EQUIPE  ARTISTIQUE     III-­‐  COMMUNICATION  :  ARTICLES  DE  PRESSE   • JOURNAL  DE  L’UNION   • L’HEBDO  DU  VENDREDI    

IV-­‐QUELQUES  PHOTOS  DU  SPECTACLE    

V-­‐  LA  PRODUCTION              

4  


I-­‐ ECRITURE  ET  CONCEPTION  DE  LA  MISE  EN  SCENE      

• PRESENTATION   Réveil,  pièce  à  trois  personnages,  un  homme,  qui  n’a  pas  vraiment  d’âge,  une  femme,  qui  n’a  pas   vraiment   d’âge   et   l’oiseau,   le   témoin,   le   regard,   le   double   de   la   femme,   le   double   de   l’homme,   l’oiseau  ;  qui  raconte  leur  histoire,  une  histoire  atemporelle,  qui  n’est  pas  inscrite  dans  le  temps  mais   qui   lutte   avec   le   temps.   C’est   une   histoire   de   l’attente,   une   histoire   latente   qui   commence   on   ne   sait   quand,  et  qui  n’a  pas  de  fin.     Cette   histoire   née   d’une   rencontre   insolite,   un   jour   comme   ça,   alors   qu’on   ne   s’y   attendait   pas.   Ce   jour.  On  n’en  parle  pas  dans  la  pièce.  Il  est  ancré  dans  l’esprit  de  l’homme  et  de  la  femme,  et  né  de   l’imagination  de  chacun.  C’est  un  jour  qui  déclenche  tous  les  autres,  et  qui  met  l’amour  à  toutes  les   épreuves,  se  déclinant  sous  toutes  ses  couleurs,  à  tous  ses  niveaux,  dans  tous  ses  extrêmes.     De   cette   rencontre,   naissent   des   sentiments   inconnus   jusqu’alors,   de   la   raison,   on   passe   à   la   folie,   puis   du   contrôle   de   soi,   à   la   perte   absolue.   Rien   de   bien   extraordinaire   au   bout   du   compte,   juste   une   histoire  d’amour  qui  fait  résonner  ses  sens,  ses  contresens,  ses  contre-­‐tout.     De  l’amour  exclusif,  sans  partage  parce  que  tout  est  déjà  donné  à  l’autre.    

De  l’amour  bulle.     Des  bulles.  De  vie.  Des  vies  multiples.   Des   âges   qui   s’entremêlent  au  fil  des  mois,  au  gré   des   humeurs,   des   instants   interdits   qui   frustrent   et   blessent.   De   l’amour   qui   illumine   quand   il   est   vainqueur.  De  l’amour  qui  frappe  quand  il  est  jaloux.  De  l’amour  qui  tue  quand  il  est  absent.   Mais  l’amour  combat  avec  des  valeurs.  Et  il  ne  gagne  pas  à  tous  les  coups.     Cette  histoire,  «  Réveil  »,  ne  blâme  ni  l’homme,  ni  la  femme,  ni  l’amour.     Cette   histoire   «  Réveil  »,   rend   compte   de   l’âme   qui   est   vivante   parce   qu’elle   aime,   parce   qu’elle   souffre,  parce  qu’elle  saigne.    

L’oiseau  est  le  médiateur.  C’est  un  oiseau  de  nuit.  Il  parle  quand  ils  ne  peuvent  plus.  Il  parle  quand  la   femme   et   l’homme   sont   dépassés.   Il   parle   quand   la   femme   et   l’homme   ne   peuvent   pas   se   voir,   rattrapés  par  des  contraintes  que  l’un  va  mettre  sur  le  plan  d’une  fatalité,  et  que  l’autre  considérera   comme  une  peur.  Peu  importe  la  raison  véritable.  L’oiseau  n’est  pas  là  pour  rétablir  la  vérité.  Il  est   juste   là.   Comme   ça.   Posé   sur   sa   branche.   Il   regarde.   Sans   juger.   Juste.   Il   regarde.   Et   dévoile   les   messages  de  l’un  envoyés  à  l’autre,  de  l’une  envoyés  à  l’homme.       Il   ouvre   la   pièce   par   un   prologue,   apparaissant   comme   le   double   de   la   femme,   le   double   maléfique  ?   Celui   qui   plonge   dans   son   moi   intérieur,   celui   qu’on   ne   veut   pas   voir,   celui   qu’on   ne   regarde   pas   parce  que  c’est  plus  facile  comme  ça.     Il  parle  au  nom  de  la  femme  qui  dit  ce  qu’elle  ne  peut  pas  faire.     Il  parle  au  nom  des  manques  de  chacun.   5  


Il  parle  au  nom  de  la  passion  qui  ne  passe  pas.     Il  raconte.  Ce  qu’on  ne  peut  pas  voir.  Ce  qui  est  vrai  dans  les  mots,  ce  qui  se  dit  sur  papier  mais  qui  se   fait  autrement  dans  les  actes.         «  Réveil  »  ?  Ce  n’est  pas  une  histoire  triste.  Il  n’y  a  pas  de  condamnations.     Il  n’y  a  pas  de  victime,  ni  de  coupable.     L’homme  et  la  femme  ne  sont  pas  tristes.  Ils  vivent  comme  ils  peuvent  leur  histoire.    

Parce   que.   On   vit   comme   on   peut   son   histoire.   Avec   des   moments   tristes.   Avec   des   instants  explosifs.     Mais  si  ces  instants  sont  si  difficiles  c’est  parce  qu’ils  combattent  avec  le  possible.  Si  ces  instants  sont   difficiles  ;  c’est  parce  que  la  relation  vaut  le  coup  d’être  vécue.  Avec  tous  ses  instants.  Justement.   Nous  sommes  dans  la  réalité  et  dans  son  envers.  Nous  sommes  dans  une  réalité  théâtralisée.     Nous  sommes  dans  le  théâtre  et  le  conte,  parce  que  l’oiseau  est  toujours  là  pendant  la  pièce.  Et  qu’il   est   un   personnage   à   part   entière.   Parce   qu’il   fait   partie   de   l’homme   et   de   la   femme.   Même   s’ils   ne   le   voient  pas.      

L’oiseau  est  là.   Parce  qu’il  fait  partie  de  chacun  de  nous.    

6  


• L’ECRITURE   «  Réveil  »,  c’est  une  pièce  qui  mêle  le  réel  au  rêve,  ou  au  non-­‐dit.   C’est   une   pièce   sur   la   relation   d’un   homme   et   d’une   femme   qui   savent   parfaitement   se   comprendre.   Seulement.  Il  y  a  un  travail  à  faire  sur  chacun.  L’homme  ne  sait  pas  parler.  La  femme  ne  sait  pas  se   contenir.   Il   ment.   Parce   qu’il   ne   sait   pas   dire   autrement.   Elle   crie.   Parce   qu’elle   ne   sait   pas   faire   autrement.     Un  amour  véritable,  d’une  vérité  transcendante,  les  lie  intérieurement.     Mais  les  mots  relèvent  du  non-­‐dit,  du  caché,  du  «  temporisé  ».     L’homme  part  quand  il  a  peur.  La  femme  court  quand  elle  a  mal.   Très  souvent,  nous  sommes  dans  le  sous-­‐texte.  Parfois  les  dialogues  relèvent  même  de  l’absurde,  et   de   plus   en   plus   en   fin   de   pièce,   non   pas   pour   signifier   une   incompréhension   entre   les   deux   personnages,  mais  pour  enfreindre  à  une  contrainte  qui  prend  le  dessus.  Et  qui  fait  mal.   Quand   l’un   dit   «  vous   allez   devoir   partir  »,   c’est   pour   lui   demander   de   rester.   Quand   l’autre   dit   «  j’adore  le  pain  »,  c’est  pour  lui  dire  qu’il  l’aime.     C’est   une   écriture   qui   découle   d’un   rythme,   comme   obsessionnel.   On   pourrait   slamer   certains   passages.     La   musique   est   très   présente,   au   cœur   des   mots,   de   la   syntaxe.   Des   mots   ponctués.   Qui   sortent   comme  ils  frappent.  Les  monologues  sont  importants.  Parce  qu’ils  marquent  la  solitude  de  chacun.   Ils   sont   parfois   repris   par   l’oiseau   qui   prend   le   flambeau   quand   ils   ne   peuvent   plus   parler.   Alors   la   femme  se  met  à  courir.  Et  l’homme  à  fuir.     Pour  revenir.   Les  dialogues  sont  brefs,  et  racontent  la  banalité  parce  qu’elle  est  facile  à  mettre  en  mots.   La  passion,  elle,  passe  par  autre  chose.  L’attache,  aussi.     C’est   surtout   le   corps   qui   s’exprime.   Ils   courent   pour   se   rejoindre.   La   femme   est   très   tonique.   L’homme,  plus  introverti.  Mais  il  est  aussi  capable  de  crier  dans  un  silence  frappant  qui  fait  encore   plus  de  bruit.   C’est   une   pièce   en   neuf   scènes   qui   dévoile   l’amour   et   toutes   ses   déclinaisons.   De   la   séduction,   on   passe   à   la   déraison,   puis   à   la   séduction,   de   nouveau,   puis   à   la   passion,   puis   à   la   trahison,   pour   retrouver   la   déstabilisation,   la   passion   encore,   puis   le   discernement,   et   enfin   l’harassement.   C’est   un   schéma  qui  tourne  sans  fin,  parce  que  même  dans  la  fatigue  extrême,  une  pointe  d’énergie  dard  la   bulle  qui  n’éclate  jamais.     Indépendamment  de  ces  neuf  scènes,  cinq  mois.  Courts  mais  intense.  Le  processus  est  le  même  mais   avec  plus  de  lucidité.  C’est  le  début  d’un  nouveau  début.  Un  début  qui  rejoint  le  reste  mais  qui  ouvre   aussi   à   autre   chose   de   concret.   Le   concret.   C’est   ce   qui   change.   Même   si   autour   de   ce   concret,   l’incertitude  persiste.   7  


*  VISION  GLOBALE  DE  LA  PIECE   Quatre  espaces  en   un   même   lieu.   Nous   sommes   dans   un   café.   Puis   à   l’intérieur   d’une   voiture,   et   d’une  chambre.  Le  tout,  relié  par  le  canal.  Ce  canal  c’est  le  seul  espace  extérieur  qui  rattache  tous  les   autres  et  les  met  sur  un  même  niveau,  comme  un  couloir  qui  relie  chaque  intérieur.  C’est  comme  si   l’homme   et   la   femme   étaient   dans   un   appartement   mais   réaménagé   par   ces   éléments   qui   en   constituent  une  pièce,  et  d’après  les  instants  du  possible.   Ces   espaces   sont   symbolisés   par   des   bulles   «  flash  »,   comme   des   microcosmes,   où   le   couple   évolue   à   deux   sans   éprouver   le   besoin   de   regarder   vers   l’extérieur,   ni   vers   le   passé,   ni   vers   l’avenir.   C’est   justement  ce  qui  peut  faire  éclater  ces  bulles.  Transparentes  comme  la  relation,  pure.   Mais  CASSANTES,  quand  la  femme  attend  l’homme  et  que  l’homme  attend  un  signe  extérieur  pour   comprendre.     Les  bulles  symbolisent  aussi  la  lumière,   l’irréel,  le  cristal,  le  précieux,  ce  que  sont  l’homme  pour  la   femme,   la   femme   pour   l’homme.   Quand   l’un   des   deux   disparaît,   l’obscurité   se   dévoile,   la   rue   vide   s’ouvre,  et  la  femme  court.  Quand  l’un  des  deux  disparaît,  c’est  l’Oiseau  qui  prend  voix  pour  dire  ce   qu’ils   ne   peuvent   plus,   dépassés   par   le   manque.   Il   vient   comme   un   élément   répétitif,   comme   un   rituel,  quatre  fois.  Dans  ces  moments  où  la  femme  et  l’homme  ne  sont  pas  ensemble,  séparés  par  les   frustrations,  les  colères  et  les  révoltes  de  l’impossible.C’est  le  moment  où  l’homme  part  et  revient.   C’est   le   moment   où   le   rêve   n’est   plus   possible,   et   le   fantasme,   insupportable.   Le   moment   où   la   femme  ne  peut  plus  ;  parler,  bouger,  rire,  pleurer.  

Le  temps  s’écoule,  les  jours  se  comptent,  les  heures  défilent  pour  combler  le  rien.   De  l’autre  côté  de  ces  bulles,  une   frontière.  Le  canal.  Diagonale  qui  sépare  le  rêve  et  le  réel,  l’illusion   et   la   désillusion,   l’instant   et   le   reste  ;   le   monde   de   l’homme   et   de   la   femme   réunis   et   celui   de   l’Oiseau.   Au  bout  de  ce  canal,  un  banc.  C’est  le  banc  des  retrouvailles.  C’est  un  banc  ancré.  Solide,  comme  leur   amour.   Mais   qui   marque   aussi   l’abandonné   quand   ils   n’y   sont   pas.   Et   près   de   ce   banc,   une   balançoire,  suspendue  à  une  branche  d’arbre.  C’est  là  que  se  tient  l’Oiseau.     Les  lumières  aussi  ont  leur  importance  ;  elles  jouent  un  rôle  comme  un  personnage,  colorant  les  états   intérieurs  de  l’homme  et  de  la  femme.  Les  intérieurs  microcosmes  sont  plus  ou  moins  lumineux,  dans   des  ambiances  chaudes  ;  le  banc  sobre  se  reflète  dans  le  canal  en  miroir  avec  la  balançoire.  Le  canal   reste  blanc.  Glacial.     Et  au  milieu  de  tout  cela,  des  émotions  qui  éclatent,  de  la  musique  qui  introduit,  se  répète  et  conclut.   Et  un  réveil.    

8  


II  L’EQUIPE  ARTISTIQUE  ET  TECHNIQUE  DE  REVEIL     EWA  KRASKA,  Auteure,  Metteure  en  scène  de  Réveil,  Comédienne  dans  le  rôle  de  l’Oiseau.   ALICE  MAY,  Comédienne  dans  le  rôle  de  la  femme   LAURENT  LE  DOYEN,  Comédien  dans  le  rôle  de  l’homme   ARTHUR  OUDIN,  Régisseur  son  et  lumières   LESLIE  MARQUEZ,  Mise  en  slam  rôle  de  l’Oiseau   AURE-­‐ANNE  DE  FRILEUZE,  Chorégraphe  travail  corporel  rôle  de  la  femme   HERVE  LE  GOFF,  Chorégraphe  claquettes  rôle  de  l’Oiseau   SOPHIE  JEANDOT,  Costumière  de  l’Oiseau   TOMA  BLETNER,  Graphiste                              

9  


PORTRAIT  DES  ARTISTES   EWA  KRASKA,  née  le  02/09/1986,  auteure,  metteure  en  scène  et  comédienne.     De   formation   littéraire,   Ewa   poursuit   des   études   de   lettres   à   Lille   au   Lycée   Faidherbe   en   Hypokhâgne,   Khâgne,   spécialité   théâtre.   Suite   à   ces   deux   années   de   classes   préparatoires,   elle   termine   sa   licence   et   son   Master   à   Paris   à   la   Sorbonne-­‐Nouvelle,   tout   en   suivant   des   cours   de   théâtre   à   l’Ecole   Acting   Studio   International   sous   la   direction   de   Robert   Cordier.   Ces   années   la   confrontent   aux   méthodes   de   l’Actors   Studio,   techniques   de   Meisner,   Stanislavski,   et   elle   danse   les   claquettes  au  Cirque  d’Hiver  avec  Hervé  Legoff.   En   2009,   elle   écrit   et   monte   son   premier   spectacle,   «  En   attendant   le   Nobel  »,   qui   relate   les   dernières   années   de   l’écrivain   polonais   Witold   Gombrowicz   et   de   son   épouse,   Rita,   de   1964   à   1969,   sur   la   Riviera.   Cette   pièce   a   été   jouée   à   Vence,   à   Reims,   à   Paris   et   vient   d’être   primée   (prix   de   la   mise   en   scène   et   interprétation)   au   Festival   International   de   Radom  en  Pologne.     2011   fait   place   à   sa   seconde   création   «  Réveil  ».   C’est   une   pièce   sur   la   passion   et   ses   déclinaisons,   sur   la   confrontation   du   rêve   à   la   réalité,   à   travers   un   homme,   une   femme,   racontée   par   l’Oiseau.   Une   pièce   qui   mêle   le   théâtre  et  le  Conte,  une  pièce  sonore  qui  laisse   sortir   les   mots   comme   ils   frappent.   De   la   musique   dans   les   mots,   du   slam   dans   les   langages,   des   claquettes   dans   les   corps,   des   microcosmes   colorés,   un   canal   glacial  ;   un   réveil   qui   sonne.   Jouée   à   Reims,   elle   est   en   tournée   toute  cette  année.  Egalement,  Ewa  Kraska  travaille  sur  son  nouveau  spectacle  «  La  diagonale   du   Fou,   Rencontre   avec   Philidor  »,   en   résidence   à   la   Chartreuse   en   septembre   2013,   elle   est   invitée   en   2014   à   la   prochaine   édition   du   Festival   de   Radom.   Parallèlement,   depuis   l’obtention  de  son  doctorat  en  2012,  Ewa  écrit  des  articles  pour  Alternatives  théâtrales,  et   enseigne  la  dramaturgie  à  Paris  3,  Sorbonne-­‐Nouvelle.    

10  


ALICE   MAY,   comédienne,   Directrice   artistique   du   Collectif   PLATOK.   Après   un   diplôme   de   psychologie  clinique  à  Paris  7,  et  une  formation  d’art  dramatique  dirigée  par  A.  Veilhan,  Alice   May   choisit   la   voie   de   l’art   en   tant   que   comédienne.   En   2009,   elle   fonde   le   collectif   PLATOK,   puis  son  laboratoire  de  recherche  autour  de  textes  contemporains  qui  interrogent  le  monde.   Elle   commence   par   jouer   au   Théâtre   du   Nord   Ouest   dans   un   Molière,   puis   présente   des   lectures   de   textes   avec   C.   Baqué.   Elle   tourne   ensuite   dans   l’adaptation   de   «  La   Vie   secrète   des   jeunes  »   de   Riad   Sattouf   pour   Canal   +   et   joue   «  On   Air  »   avec   le   Collectif   PLATOK.   Parallèlement,   elle   continue   de   se   former  :   en   2008   aux   «  Laboratoire   du   corps   danse/théâtre  »   avec   A.   Del   Perugia  ;   en   2009,   elle   expérimente   le   clown   et   l’écriture   de   Beckett   avec   la   Cie   Théâtre.   Elle   rencontre   en   2011,   le   metteur   en   scène   Jacques   Vincey   lors   d’un   atelier   de   formation   au   CDN   des   Pays   de   la   Loire   et   est   actuellement   en   formation   à   l’Ecole  du  Jeu  «  Apprendre  par  le  corps  »  dirigée  par  D.  Eliett.   Elle  dirige  également  avec  le  collectif  PLATOK  un  cycle  de  lecture  «  Quand  lire  c’est  faire  »  en   partenariat  avec  le  Nouveau  Théâtre  d’Angers,  CDN  des  Pays  de  la  Loire.  Elle  met  également   en  scène  «  Je  m’appelle  Rachel  Corrie  »,  deuxième  création  du  collectif.    

   

11  


LAURENT  LE  DOYEN,  comédien  dans  le  rôle  de  l’homme.  Laurent  Le  Doyen  a  commencé  le   théâtre   au   cours   Tania   Balachova   avec   Vera   Gregh   puis   à   l’Ecole   des   Amandiers   de   Nanterre   avec  Pierre  Roman  et  Patrice  Chéreau.   Au   théâtre,   il   a   joué   Michima,   Patrick   Gratien-­‐Marin,   Luigi   Lunari,   Alain   Clarey,   Rostand,   Shakespeare,  Maupassant,  et  Guitry  ;  après  des  débuts  remarqués  à  la  télévision  dans  le  rôle   principal   de   la   série   «  Le   Gerfaut  »   réalisé   par   Marion   Sarraut   à   la   fin   des   années   quatre-­‐ vingt,   il   a   travaillé   régulièrement   pour   la   télévision   et   le   cinéma   en   France   comme   à   l’étranger  avec  Eric  Rohmer,  Sandrine  Rinaldi,  Gérard  Marx,  Claudio  Tonetti  ou  Alain  Nahum.   Il   a   également   mis   en   scène   Tchékov,   Labiche,   Feydeau,   Goldoni,   Shakespeare,   et   plus   récemment,   Durringer.   Il   a   écrit,   produit   et   réalisé   trois   court-­‐métrages,   «  L’Epreuve   du   Mal  »,  «  Faut  que  ça  mousse  !  »  et  «  Grain  de  sable  ».    

       

12  


LESLIE  MARQUEZ,  débute  le  solfège  et  le  claver  à  l’âge  de  huit  ans  et  se  découvre  vite  une   passion   pour   l’écriture.   Puis   elle   se   forme   à   la   danse   moderne,   au   chant   et   participe   aux   diverses   activités   culturelles   du   collège   et   du   lycée.   Animée   par   un   grand   intérêt   pour   les   arts,  elle  se  forme  aux  arts  du  spectacle  à  l’Université  où  elle  étudie  danse  contemporaine,   théâtre,  cinéma,  tout  en  travaillant  sur  des  projets  en  parallèle.   Elle  découvre  le  slam  en  2006  et  se  lance  dans  l’arène  en  2009  dans  l’équipe  de  Slam  Tribu.   Elle   anime   des   ateliers   d’écriture   auprès   des   jeunes   et   écume   les   scènes   pendant   deux   années.   Elle   devient   médaille   de   bronze   par   équipe   à   la   Coupe   de   la   Ligue   Slam   de   France   ainsi   que   Lauréate   du   concours   des   10   mots   2011-­‐   Ministère   de   la   Culture   et   de   la   Communication,  DRAC  Champagne  Ardenne.   C’est   en   travaillant   auprès   du   personnage   de   l’Oiseau   que   Leslie   collabore   au   projet   «  Réveil  ».  Une  pièce  empreinte  du  langage  du  slam  qui  se  mêle  à  l’univers  du  Conte  et  du   théâtre.      

    13  


HERVE  LEGOFF,  danseur  de  claquettes,  a  tourné  en  tant  que  danseur  soliste  avec  l’American   Tap   Dance   Orchestra   aux   Etats-­‐Unis,   aux   Bermudes   et   à   New-­‐York.   Avec   sa   pianiste   Frédérique   Trunk,   il   a   crée   «  Dansez   sur   moi  »   et   «  Je   sais   des   tas   d’histoires   d’amour  »   spectacles  de  chansons  et  claquettes  qu’ils  ont  joués  à  New  York,  Paris  et  Montréal.  Avec  la   metteure   en   scène   Lucie   Tiberghien   il   codirige   la   compagnie   de   claquettes-­‐théâtre-­‐danse,   charnière  pour  laquelle  il  a  écrit  et  chorégraphié  deux  spectacles,  «  Putian  d’soleil  »  présenté   à   New   York   en   février   97   et   «  Bonsoir   Mon   Prince  »   présenté   à   New   York   en   février   98  ;   il   tourne   depuis   2007   avec   sa   création   The   Quiet   Room   qui   a   été   présenté   à   New   York   en   avril   2004.   Hervé   Legoff   tourne   également   en   Europe,   en   tant   que   danseur   de   claquettes   et   de   boléadoras  et  travaille  régulièrement  en  tant  que  danseur  et  chorégraphe  pour  le  théâtre.    

          14  


III  -­‐  COMMUNICATION  :  ARTICLES  DE  PRESSE   (Réveil),  par  Fabrice  Littamé,  Critique  de  l’Union      

   

15  


(Réveil),  par  Amandine  Lefèvre,  journaliste  de  l’Hebdo  du  vendredi    

    16  


IV-­‐  QUELQUES  PHOTOS  DU  SPECTACLE    

    Réveil  de  la  femme      

17  


L’Oiseau  perché    

18  


Une  bulle  ;  Danse  des  corps  à  l’unisson      

  L’homme  

19  


Danse  des  doubles  ;  Femme/Oiseau  

   

  L’homme  et  la  femme   20  


V-­‐  LA  PRODUCTION     (Réveil),  une  pièce  produite  par  Itek,  subventionnée  et  accueillie  par  la  Ville   de  Reims  et  la  DRAC  Champagne-­‐Ardenne.   Création  en  résidence  à  Reims,  Salle  Jean-­‐Pierre  Miquel,  2011   Jouée  à  Reims  en  octobre  2011   Tournée  2013-­‐2014  en  préparation  (Festival  de  Lviv  en  Ukraine,  TNT  de   Nantes)    

    ITEK   7,  rue  Vauthier  le  Noir   51100  REIMS   Contact  :  itek@orange.fr   Tél  :    06.07.10.88.42   Véronique  Allard,  présidente  de  l’Association               21  


DP - (Réveil)  

Dossier de presse de la pièce (Réveil) Écrite et mise en scène par Ewa Kraska

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you