Page 1

Le corps et l’espace Charlotte KENDE


Le corps dans l’espace... Aborder un sujet si vaste oblige à diviser la réflexion pour orienter cette dernière vers des problématiques plus précises. Ainsi, ce travail c’est effectué en plusieurs phases, permettant d’échelonner la pensée de manière claire. Nous avons ainsi travailler la photographie, avec modèle choisi et imposé, le dessin de nus, puis le collage. L’aboutissement de notre réflexion a alors la forme d’une maquette, scénographie réduite représentant nos thèmes choisis au début de l’étude. Première planche photographique Nous avons ainsi commencer notre travail par la prise de photographies dont le choix des sujets et des lieux nous était laissé libre. Il fallait simplement que le thème, le corps dans l’espace, soit présent dans chaque photographie. Après étude de la planche contact, nous avons du choisir deux photographies recoupant un même sujet mais pouvant présenter des ouvertures différentes, puis les tirer sur un format 13X18. Mes deux choix traitent du corps contraint par l’espace avec deux opposés, le corps s’interpénétrant avec l’espace et le corps ciselé, découpé.


Une journée, 4 pellicules Nous avons ensuite continué à utiliser la photographie lors d’une journée complète de prises de vues en atelier, avec un modèle. Après avoir produit 3 planches contact minimum, nous devions de nouveau choisir deux photos allant de pair avec les premières photo choisies, puis les tirer en format 18X24. Mes choix ont mis en évidence de nouveaux aspects de mon thème. Ainsi, la photo que j’ai choisi pour illustrer le corps ciselé, se déploie dans une linéarité verticale ( la répétition des cubes contrastés suggérant la continuité du corps) contrastant avec l’horizontalité de ma première photo. Il m’est donc apparu l’importance de traiter le sujet suivant des dynamiques rectilignes. Mon deuxième thème, l’inter pénétration, a également revêtu un nouvel aspect. Ma première photo traitait ainsi d’un corps au sein d’un espace dont il épouse les formes. À cela, ma photo de modèle ajoute une variante  : un corps, autour d’un espace «  plein  », recréant, entourant de son corps cette matérialité.


Dessins et collages L’étape suivante était consacré au dessin. Un modèle, une femme cette fois-ci, s’est mise en scène pendant toute une journée, nous permettant de la représenter en situation dans l’espace. À chaque pose, nous devions rechercher le point de vue illustrant le mieux notre thème. À l’issue de cette séance, et après avoir choisi les dessins pertinents, nous avons du recadrer ces derniers suivant les proportions de 1 pour 4 et de 1 pour 1. Ce travail s’est placé comme un prémisse de la maquette, annonçant les points de vues que nous aurions à utiliser. Un travail de collage est venu lier nos recherches précédentes, regroupant photos, dessins, typographie et tout autres travaux graphique. Il nous a permis d’avoir un aperçu des possibilité de scénographie, à travers la mise en page.


La maquette La maquette, est alors venue comme un aboutissement de tous nos travaux précédents, une mise en forme, par la scénographie, de nos idées. Articulée autour de deux points de vue, nous avons dû recréer (à l’aide de photos, dessins, matières,...) des espaces illustrant notre thème, chaque point de vue développant l’une ou l’autre des thématiques choisies. Certaines règles étaient à respecter. Les ouvertures devaient avoir un rapport de 2/4 et de 1/1 et chaque point de vue devait présenter les photographies correspondantes à la problématique traitée, ces photos ne devant pas être toucher par aucun plan que ce soit. Il était également important de traiter la lumière, permettant de mettre en valeur des plans ou de provoquer des reflets.


Quelques explications... Ma recherche sur le corps contraint est ainsi développé dans mon point de vue au rapport 1/1. Les deux photos se confrontent, chacune orientée de façon à offrir la dynamique la plus parlante. Les jeux de reflets utilisent la représentation de la jambe, qui prend une forme surprenant avec la photo du modèle. Elle marque les angles et dynamise les autres plans. Au fond, une tête apparaît, repoussé à l’extrême, la posture offrant une position de soumission illustrant la contrainte. Le corps ciselé se retrouve dans le cadrage 2/4. Dans une dynamique de linéarité horizontale et verticale, elle se développe en un espace allongé se terminant sur un plan vertical fort. Le graphisme des chaises est répété pour accentuer la division du corps qui s’illustre également par les plans découpés de droite. Les deux points de vue se finissent sur la même photo qui se trouve mise en scène de manière différente suivant les thématiques.


Le corps et l'espace  

Travail en photo, dessin et maquette

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you