Page 1

Dossier de crĂŠation


Sommaire

Le projet

2

La compagnie

9

Le texte

3

Autres crĂŠations

10

Note d’intention

5

Calendrier

11

Distribution

8

Partenaires et soutiens

12

1


LE projet Origine Au début des années 2010, alors que la télévision française se nourrit toujours de la télé-réalité et porte aux nues des « produits-starlettes », un sondage effectué auprès de la jeunesse pose la question : « Qu’est-ce que c’est pour vous, réussir sa vie ? ». Dans le trio de tête des réponses, on retrouvait l’affirmation suivante : « Être célèbre. » Ce constat affligeant – et heureusement quelque peu éphémère - est resté dans nos têtes comme un signal fort, une dérive à étudier. En Europe et dans le monde, la télévision "libéralisée" a depuis longtemps renoncé à ses fonctions culturelles. Les productions télévisuelles, pilotées par le seul succès potentiel d'audimat, sont tombées sous la coupe d'un marketing globalisé. À l'image des productions de télé-réalité, qu’elles soient européennes ou sud-américaines, la télévision connaît ses plus grands succès en cherchant à utiliser le "temps de cerveau disponible" des spectateurs par la satisfaction de ses pulsions primaires (sexe, humiliation, mort). Ces questions de la consommation du spectacle sur tous les médias (y compris les réseaux sociaux), de la transformation de l’être qui réfléchit, en être qui consomme de façon pulsionnelle et devient lui-même un produit, ont guidé notre envie de créer Endormie, notre nouvelle pièce de théâtre.

Lorsque qu’une émission de télévision vous promet la réalisation de tous vos désirs, quelle est la part du rêve et de la réalité ? Jusqu’où serions-nous prêts à aller pour réaliser nos rêves ?

2


LE TEXTE Extrait (traduction L. Martins) Résumé Deux jeunes amies sont téléportées dans un show télévisuel haut en couleurs, où elles se retrouvent à participer à un jeu insolite, sous la conduite d’une présentatrice à l’ambition dévorante. Ce jeu leur donnera la possibilité de voir tous leurs désirs réalisés. Pour cela une seule petite condition, il suffit d’oser tuer. Sur la scène de ce jeu cruel et distrayant, la réalité, la fiction, le rêve, le théâtre et la télévision se mélangent, mettant en lumière les désirs, les fantasmes et les fractures sociales d’une génération. Lorsque votre vie ne vous satisfait pas et que tout est possible selon vos désirs, jusqu’où seriez-vous prêt à aller ?

DÉSIR : Chaque chose en son temps. À mon signal, celle qui réussira à tuer la victime gagnera la première épreuve. Qu’on amène le mannequin siliconé. (…) Le mannequin entre. DÉSIR (la voyant) : Ola !!! (…) Qu’est-ce que ça fait d’être un sex-symbol ? MANNEQUIN : Beaucoup de contrariétés vous savez, mais je m’habitue. L’autre jour, un malheureux a publié une photo de moi en maillot de bain en disant que j’avais la culotte de cheval. La culotte de cheval, vous vous rendez compte. C’était la forme du bikini ! Quel enfoiré ! Me faire ça à moi ! Je lui ai collé un procès direct ! Il s’est retrouvé dans la merde et s’est suicidé. Il ne travaillera plus jamais celui-là. Il y a des limites à pas dépasser quand même. (…) DÉSIR : On l’applaudit. (A FEMME 1 et FEMME 2) Très bien les filles vous êtes prêtes ? FEMME 2 : Je ne veux tuer personne. DÉSIR : On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs… FEMME 1 : Pour moi… FEMME 2 : Mais c’est absurde ! DÉSIR : Ma chérie, de nos jours rien n’est absurde : ça peut être controversé, discutable, répugnant même, pourquoi pas, mais absurde jamais. Ne soyez pas bornée. Ce n’est pas vous la terreur des vacancières ? La grande prédatrice ? Prenez ça comme un jeu, vous verrez c’est drôle. Prête, allez ?

3


L’auteur Camilo Pellegrini fait partie d’une nouvelle génération d'auteurs brésiliens, qui travaille notamment au sein du Nova Dramaturgia Brasileira. Dans ses pièces, il parle du Brésil contemporain, tout en cherchant de nouvelles formes textuelles, de nouveaux langages.

« Une écriture vive, critique et pleine d’humour, qui témoigne d’une volonté d’expérimentation. » (*)

Endormie fait partie d’un triptyque fondé sur les contes de Grimm, qui raconte la réalité urbaine de son pays. Camilo y traite du monde de la télévision, de la célébrité, de l’obsession pour la jeunesse éternelle, de l’éclatement de la famille. Le détour par le conte et le comique permet à l'auteur de jeter un regard aigu et très ludique sur ses contemporains. Entre le merveilleux et le fantastique, le film d'horreur et le polar, Pellegrini maîtrise un certain nombre de codes et de conventions qu'il travaille de façon obsessionnelle. Il en résulte une écriture vive, critique et pleine d'humour. (*) Depuis le début de cette création nous sommes en lien direct avec Camilo. Il suit notre avancement avec grand intérêt. (*) source : Maison Antoine Vitez

4


Note d’intention Thématiques et enjeux L’EXPLOITATION DES PULSIONS DANS LES MEDIAS

De l’asservissement des candidats télé, on passe à l’asservissement du spectateur, et par là-même du citoyen.

Les productions récentes, celles qui touchent le plus les masses et font le plus d’audience, utilisent de plus en plus les pulsions primaires des spectateurs.

LA CÉLÉBRITÉ

Avec l’affichage de l’intimité des gens, la mise en scène de l’humiliation, l’exaltation du désir, du sexe, de la violence et de la mort, les productions se délectent à exploiter les pulsions du public. Avec les technologies numériques, les vidéos en ligne et les réseaux sociaux, aucune autre société ne l’avait auparavant fait à cette échelle. Cette logique échappe de plus en plus aux producteurs de contenu, qui jouent aux apprentis sorciers avec les émotions du public. Comme un miroir, la télévision réfléchit la société. Elle peut et devrait plus souvent donner à penser. Mais ce processus n’est possible que lorsque le spectateur a la capacité de prendre de la distance. Or la conséquence de cette télévision pulsionnelle, c’est que le spectateur ne peut pas prendre cette distance, asservi par son propre cerveau reptilien. Il se retrouve sous le contrôle du marketing, de “prescripteurs du comportement”. Or le but final de ces prescripteurs vise à fidéliser des consommateurs à des marques, à des achats et donc à des modèles comportementaux.

A une époque et dans une société qui n’a plus vraiment de repère religieux, dont les idéaux sont des modes qui s’usent très vite, l’homme moderne moyen cherche certains repères dans la célébrité. Cette dernière a changé de paradigme. Auparavant, la célébrité était synonyme de grandeur. Celle d’aujourd’hui n’en a plus la prétention. La renommée suffit. Cela est d’autant plus important qu’auparavant, la célébrité montrait le chemin à l’homme. Elle était un miroir (l’homme aime ressembler à celui qu’il admire) qui pouvait pousser l’homme à la grandeur. Plus récemment, la célébrité n’est devenu qu’un reflet que l’on projette sur les réseaux sociaux, les vidéos en ligne. Les célébrités mesurent leur puissance au nombre de vues sur Youtube et Facebook, au nombre de partages. Bien souvent, à l’image du personnage de Désir, ces célébrités ne sont plus que des comédiens vivant sous la domination d’une production, qui cultivent l’image du héros mais n’ont plus rien à dire. Elles imitent, on les imite. A l’image de Joyzienne, lorsqu’elle prend la place de Désir et imite son ancienne maîtresse, on réalise très vite la vacuité des propos des shows TV.

5


Traitement C’est par le rire et un certain réalisme, que nous voulons traiter ce miroir des absurdités. De même que le spectateur télévisuel ne reste pas à distance de l’écran de télévision, nous voulons intégrer le spectateur de théâtre à la scénographie, au point qu’il pourra même être présent sur scène. Spectateur voyeur, spectateur participant, il faut qu’il éprouve le même plaisir qu’un spectateur télé ; tout au long de la pièce, il verra ainsi les coulisses du show, avec l’équipe technique (STAFF) qui prépare les interventions en temps réel et fait la régie à vue. Nous voulons que la pièce déclenche des instincts primaires chez les spectateurs, et nous chercherons à construire un divertissement jouissif, interactif. Pour qu’ils n’aient pas le temps de prendre de la distance, le rythme de la pièce sera particulièrement enlevé, sexy et jubilatoire. En s’amusant et en se délectant, nous espérons que le spectateur sera capable de se poser la question de son plaisir, de sa participation à un jeu à la fois drôle et grotesque. Et des conséquences de ce plaisir pulsionnel.

En s’amusant et en se délectant, nous espérons que le spectateur sera capable de se poser la question de son plaisir, de sa participation à un jeu à la fois drôle et grotesque. Et des conséquences de ce plaisir pulsionnel.

6


Le dispositif scénique La scénographie s’inspirera directement des shows télévisuels dont nous sommes abreuvés aux heures de grande écoute. La présentatrice est sexy, dirige le spectacle avec humour, mais avec une main de fer. Les spectateurs sont présents de manière frontale. Quand le lieu le permettra, ils seront même sur scène. Comme dans les shows télévisuels du PAF, ils seront installés dans une lumière bleutée. Lorsqu’on sera dans le registre de la blague, les lumières seront chatoyantes, dansantes ; lorsqu’arrivera au paroxysme de l’humiliation des participantes, les lumières se durcissent, on cherche à détailler la réaction des joueurs et mettre l’emphase sur leur détresse.

Photo prise lors de la résidence au Pata’Dôme Théâtre – Irigny – janvier 2016

Le plaisir pulsionnel sera celui du spectateur : il est là, il rit, il voit tout et en détail. Pour bien mettre en valeur le jeu des comédiens, le reste du plateau sera dépouillé, les jeux de lumières et de mapping créant les zones d’intérêt. Les micros seront savamment disposés selon les personnages (micro-cravate, micro-canne…) et feront partie intégrante de la scénographie et des accessoires. Nous voulons travailler avec des effets visuels qui permettraient aux spectateurs de vivre dans une ambiance à la fois étrange et pleine de plaisir. Un peu comme s’il participait à un grand jeu de téléréalité dans le monde des contes…

7


Distribution David Udovtsch

Thai-Son Richardier

Création lumière / figurant STAFF

Mise en scène / Scénographie Metteur en scène, il a été initié au théâtre en tant que comédien. Puis il a joué dans plusieurs compagnies pendant plus de 10 ans. Il a participé à plusieurs stages sous la direction d’Alberto Nason, Heinzi Lorenzen, François Cervantès, … Il est également auteur de pièces, notamment L’Odyssée d’Ulysse et a réalisé plus de 10 mises en scènes depuis 2008. Responsable artistique de la compagnie, il dirige également le festival de théâtre Chariot en Scène.

Lysiane Clément

Benoît Ferrand

Comédienne et ass. mise en scène / DÉSIR Elle a suivi une formation pluridisciplinaire à TDMI (Théâtre Danse Musique Image) en alternance avec un Master Arts du spectacle théâtre. Elle travaille pour plusieurs compagnies, Le Lien Théâtre en milieu scolaire, Le C.I.D. pour une comédie musicale, ou encore le Théâtre des Asphodèles. Responsable de la compagnie, elle co-dirige le festival de théâtre Chariot en Scène.

Comédien / JOYZIENNE

Amandine Barbier Comédienne / FEMME 1 Après l'école Arts en Scène, dans laquelle elle a travaillé avec des metteurs en scène tels que Catherine Hargreaves et Christian Taponard, elle se forme à la technique Meisner et est engagée sur plusieurs projets artistiques (dont des spectacles jeune public) notamment au sein des compagnies, En route mauvaise troupe, la Cie Après le déluge. Elle travaille également sur une web-série.

Comédien et chanteur, il s’est formé à Toulouse au théâtre de l’Acte et lors de stages de danse, clown, chant, mime avec une ancienne collaboratrice de Grotowski. Il fait partie du groupe de musique hip-hop jazz Le Labo. Il est assistant- metteur en scène pour le spectacle Le Cirque Lune de Dream up.

Edith Saulnier Comédienne / FEMME 2

Elle a été formée à l’école Arts en scène, dirigée par Eric Zobel et a suivi des formations complémentaires, technique Meisner, coaching émotionnel.. Elle travaille au sein de plusieurs compagnies : la compagnie Les Planches Courbes et le Théâtre du Songe. Elle a également tenu le premier rôle dans plusieurs courts-métrages dont un primé plusieurs fois. Et a aussi participé à des longs-métrages comme le film Fatima de Philippe faucon.

Après un BTS audiovisuel Image, il travaille pour de nombreuses structures dans la région Rhônealpes et à Paris comme la Scène Nationale de Mâcon ou encore le Cabaret Michou. Il a fondé en 2014 Beltham, agence de création d’installations lumineuses. Il est aussi responsable technique du festival Chariot en Scène.

Maud Roussel Comédienne / MANNEQUIN SILLICONÉ Elle a suivi 3 ans de formation à L’IREPScènes puis à la Scène sur Saône dont elle sort diplômée de la section Art dramatique en 2008. Entre 2009 et 2012, elle se forme à l’ENMDAD de Villeurbanne en chant et guitare. Elle joue pour de nombreuses compagnies, dont le C.I.D. et Mc Guffin.


LA Compagnie La compagnie Les Passagers du Chariot de Thespis, née en 2008, est composée d’artistes professionnels. Les créations sont toutes originales et mettent à contribution tous les arts vivants. Les recherches menées par la compagnie se portent sur les champs du corps, du mouvement, de l’acteur, de l’image. La compagnie se nourrit d’influences et de techniques corporelles très diverses (Commedia, masques, clown…) qu’elle étudie et pratique. Elle se nourrit également du théâtre image, et de techniques de création telles que celles de Robert Lepage. L’improvisation demeure un ingrédient principal pour le travail de recherche. La compagnie s’interroge tout particulièrement sur la trajectoire de la civilisation moderne, sur les changements qui bousculent notre époque et façonnent de nouvelles valeurs. Afin de rendre compte de cette recherche, la compagnie travaille sur des textes classiques revisités, et des textes contemporains ; parfois encore, des textes écrits lors de créations collectives.

La compagnie s’interroge tout particulièrement sur la trajectoire de la civilisation moderne, sur les changements qui bousculent notre époque et façonnent de nouvelles valeurs.

La compagnie travaille avec les théâtres, les associations, les entreprises, les établissements scolaires. Elle a notamment créé des spectacles sur mesure pour des présentations de saison (théâtre de Gleizé), pour des conseils de quartier et des associations humanitaires. La compagnie organise depuis 7 années un festival de théâtre populaire en plein air, comprenant entre 10 et 13 spectacles. Son festival s’appelle dorénavant « Chariot en Scène » et se situe sur la commune de Sathonay-Camp (Grand Lyon Métropole).

9


Autres créations

Comme il vous plaira (As you like it) est une pièce de théâtre de William Shakespeare ; c’est une petite comédie pleine de rebondissements, que Chariot de Thespis a revisité afin de la rendre accessible à tous. Quatre comédiens utilisent des masques et des jeux corporels inspirés de la Commedia dell’arte. Ils sont accompagnés par un violoncelliste facétieux qui jouent en direct. « Ce Shakespeare revisité par la compagnie Chariot de Thespis a assurément de quoi plaire ! (Regard en coulisse) « On rit du début à la fin, le Chariot de Thespis ne manque pas de talent. L’on ne tombe jamais dans le ridicule. Leur jeu oscille entre le bouffon et le burlesque, touche au drame quelques fois, tire au profond chaque fois. Tout est bon pour montrer qu’une comédie n’est pas qu’un divertissement pascalien. » (L’envolée culturelle) « Une pièce vivifiante et enjouée ! » (Loisirs Beaujolais)

L’Odyssée d’Ulysse est une pièce comique et burlesque au rythme endiablé qui raconte l’histoire d’Ulysse et de ses compagnons sur le chemin du retour à Ithaque, jusqu’au combat pour reconquérir le trône et sauver Pénélope. Une histoire mythique ponctuée d’aventures rocambolesques, jouée dans l’esprit Kaamelott et Monthy Python. « Une performance scénique sans temps mort : les cinq comédiens se relaient pour jouer tous les personnages, et par une mise en scène et des décors minimalistes, mettent en avant leur formidable jeu d’acteurs. » (Jean-François Convert, Culturebox)

« (…) tout fonctionne à merveille dans ce spectacle iconoclaste. La pièce est moderne, pour tous, grands, vieux et petits. Le rire est au rendez-vous, omniprésent, mais Homère n’est pas écrabouillé. Il est terriblement bien rajeuni. » (Gérard Corneloup, Les potins d’Angèle) « Les tableaux s’enchaînent sur un rythme enlevé, grâce notamment à une scénographie simple mais imaginative. La belle énergie déployée par les cinq comédiens qui endossent différents rôles au cours du spectacle contribue également au maintien d’un rythme soutenu. Point appréciable, ce spectacle tout public peut réellement être vu en famille ! » (Regard en coulisse)

10


Calendrier 4 septembre 2016 (Festival Chariot en Scène)

4 au 6 février 2016 CRÉATION (Lyon)

11 au 15 janvier 2016 Résidences aux Pata’Dôme - Irigny / UAICL - Vaise

12 mars 2016 (Sathonay-Camp)

Répétitions

Septembre 2015

Tournée

Février 2016

11


Partenaires et soutiens Partenaires privés La compagnie est soutenue par plusieurs partenaires privés :

Autres partenaires Lors de la création de la pièce, la compagnie a effectué des résidences dans les lieux suivants :

Soutiens publics

La compagnie remercie tout particulièrement Thierry Philip, maire du 3ème arrondissement de Lyon et conseiller général ainsi que Raymond Duda, adjoint à la culture de la ville de Sathonay-Camp pour leur confiance et leur soutien de nos projets.

12


CONTACTS L’association Chariot de Thespis 75 avenue Félix Faure 69003 LYON 04 78 62 72 26 contact@chariotdethespis.net www.chariotdethespis.net Le festival Chariot en Scène www.chariotenscene.com

Contact diffusion Bastien ROME, chargé de diffusion 06 37 13 37 18 bastien@chariotdethespis.net

13

Dossier de création Endormie  

Création de la compagnie Chariot de Thespis Pièce de Camilo Pellegrini

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you