Page 17

actualité

Tranquillité publique

Un droit à défendre Devant l’accélération de la violence, reflet de la précarité et des difficultés sociales, la municipalité défend le droit à la sécurité. Pour cela, elle se mobilise pour obtenir plus de moyens humains en faveur de la proximité, du lien social, de la solidarité ! ébut janvier, le gouvernement annonçait la suppression de plus de 4 800 de postes de fonctionnaires de police d’ici à 2011… une compétence de plus en plus transférée au privé. Une situation inquiétante qui menace aujourd’hui d’entraîner la fermeture de commissariats de police impliquant pour le es communes une vulnérabilité évidente face à la violence socialee, en progression sur l’ensemble e du territoire national, conséquennce de la précarisation de la pop pulation et de la perte des liens so ociaux. Devant ce consttat et parce que la tranqu uillité publique est un droit, la municipalité s‘est engagée depuis dix ans avec ses partenaires (Maison de justice et du droit, services municipaux de la SécuritéPrévention, de JIM la Jeunesse…) dans des me-

D

sures de prévention et de dissuasion dans le cadre du contrat local de sécurité (CLS).

Plus d’effectifs, plus de lien social « A Champigny, il manque plus de 40 policiers pour assurer la sécurité des habitants,, explip

que Jean-Pierre Rivallain, maire adjoint chargé de la Prévention et du Droit à la tranquillité publique. Nous demandons à ce que ces effectifs soient renforcés. Au lieu de cela, l’Etat tend à se décharger en préconisant la création d’une police municipale p et la mise en place p de la vidéosurveillance… des mesures beaucoup trop coûteuses pour la Ville et dont l’efficacité est considérablement surévaluée. En parallèle, nous pensons qu’il est nécessaire de retrouver plus

de présence humaine et de lien social dans les quartiers, et revendiquons la création d’une police de proximité et des moyens pour avoir des médiateurs, des gardiens… » En attendant, élus et service municipal de la Sécurité et de la Prévention travaillent à la mise en place de solutions adaptées évoquées lors des Rencontres citoyennes dans l’engagement n° 17… « Depuis quelques mois, témoigne le maire adjoint, nous organisons dans les différents quartiers de la ville des réunions avec nos partenaires (bailleurs, commisssaire de police, représentants d de locataires, de jeunes, chambre de commerce…). Nous nous som mmes également rendus dans d’au utres villes pour enquêter. A parrtir de ces expériences, nous réaliserons un bilan. Dans ce cadre, nous allons rencontrer ce moisci les bailleurs pour envisager ensemble comment favoriser la médiation. » Pour porter ces exigences et parce que la sé écurité est l’affaire de tous les citoyens, c la municipalité va lancer très prochainement une campagne de pétition auprès des Campino ois qui sera transmise au ministère e de l’Intérieur. „ SANDRINE BECKER

juin 2009

page 17.indd Sec1:15

17

27/05/09 10:08:17

Champigny-notre-ville juin 2009  

magazine de la ille de Champigny, juin 2009

Champigny-notre-ville juin 2009  

magazine de la ille de Champigny, juin 2009

Advertisement