Page 15

actualité

EDF-GDF Le mois dernier, les agents EDF et GDF du centre de Champigny ont poursuivi le mouvement de grève engagé le 2 avril à l’échelle nationale. Au cœur des revendications soutenues par la Ville : la remise en cause du service public de l’énergie, en termes de qualité et de prix… Au nom de l’intérêt général !

Le courant

ne passe plus

epuis le 2 avril, les agents EDF et GDF du centre de Champigny, et de France, sont en grève… Raisons de la colère : « la logique de profit » de leur dirigeant au détriment de l’emploi, des salaires, des usagers, du service public ! « Le fait déclencheur est un ras le bol général, explique Florent Jenn, technicien. On se bat depuis des années contre le démantèlement du service public sans jamais rien obtenir. Aujourd’hui, nos dirigeants s’octroient 183 % d’augmentation de salaire alors qu’on nous propose pour 2009 une hausse de seulement 0,3 % et qu’un technicien expérimenté gagne à peine plus que le Smic. »

D

L’énergie pour tous ? Selon la loi du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité, « le service public de l’électricité a pour objet

de garantir l’approvisionnement en électricité sur l’ensemble du territoire national dans le respect de l’intérêt général […], des principes d’égalité […] et dans les meilleures conditions de sécurité, de qualité et de prix… ». Une réalité lointaine pour les agents qui, au-delà de la question des salaires et de la « mise en péril du métierr », dénoncent « la remise en cause du droit à l’énergie pour tous » à travers « la dégradation des servicess » et « les fortes augmentations des prixx ». « Cette logique de profit entraîne la fermeture de structures de proximité et de points d’accueil qui allonge les délais d’intervention et supprime des milliers d’emplois, accuse l’agent. A Champigny, l’accueil est fermé mais des gens continuent à se présenter pour des règlements de facture ou des informations. Nos activités sont externalisées au détriment du savoir-faire des électriciens et gaziers et de la

sécurité des riverains. Nous sommes devenus des administrateurs. Il n’y a plus de suivi. On ne se rend plus chez les usagers que pour contrôler le travail fait par le privé, et souvent bâclé. Il n’y a plus de dimension sociale non plus. Désormais, lorsqu’on intervient pour des impayés, on n’est plus libre d’estimer en fonction de la situation de l’usager. On coupe, c’est tout ! Et concernant les réseaux, le matériel est devenu vétuste et nous met tous en danger. » Autant de mesures incompatibles avec les missions d’intérêt général du service public !

La Ville solidaire Grèves, blocage, manifestations, coupures, mise en heures creuses permanente d’usagers… Malgré la multiplication des actions, mi-mai, les agents n’étaient parvenus à obtenir que quelques avancées mineures. Solidaire de leur mouvement, la Ville a adopté lors du conseil municipal du 29 avril un vœu pour soutenir leurs revendications : arrêt des suppressions de sites de proximité, de l’externalisation des activités et reprise des travaux transférés au privé, mise en œuvre d’une politique ambitieuse d’investissements et d’embauches, revalorisation de 5 % des salaires pour 2009 et prime de 1 500 euros. « Le service public de l’énergie, fondamental, est en danger, alerte Christian Fautré, premier maire adjoint. Nous devons tous soutenir leur mouvement car leur bataille est la nôtre, celle du droit à l’énergie pour tous ! » „ SANDRINE BECKER PHOTO VIRGINIE HELLOT

juin 2009

page 15.indd Sec1:15

15

25/05/09 9:44:52

Champigny-notre-ville juin 2009  

magazine de la ille de Champigny, juin 2009

Champigny-notre-ville juin 2009  

magazine de la ille de Champigny, juin 2009

Advertisement