Page 1

Le Guide des sols Pour l’amélioration de la qualité de l’eau


SOMMAIRE La démarche

3

Elément de pédologie

4

La notion de sol ................................................................................... 4 Sol et dynamique de l’eau ..................................................................... 6

Les sols du territoire

7

Description du milieu............................................................................ 7 Caractérisation des sols ........................................................................ 8 Légende des sols ............................................................................... 10

Identification des sols

12

Les outils .......................................................................................... 12 Texture du sol : test de l’anneau ......................................................... 13 Clé d’identification simplifiée des sols ................................................... 14

Territoire Re-sources de la Boutonne

15

Carte des sols ................................................................................... 15

Les fiches par type de sol

16

Les groies superficielles ...................................................................... 17 Les groies limoneuses (grosses groies) ................................................. 19 Les groies sur calcaire marneux ........................................................... 21 Les groies marneuses ......................................................................... 23 Les terres rouges à châtaigniers profondes ........................................... 25 Les terres rouges à châtaigniers moyennement profondes ...................... 27 Terres rouges à châtaigniers peu profondes .......................................... 29 Les terres rouges à châtaigniers superficielles et caillouteuses ................. 31 Les terres rouges à châtaigniers sur calcaire ......................................... 33 Les sols alluvionnaires sur calcaire (fond de vallée) ................................ 35 Les sols colluvionnaires ...................................................................... 37

Ce qu’il faut retenir …

Le guide des sols

38

Page | 2


La démarche La constatation d’une dégradation de ses ressources en eau a amené le Syndicat Mixte d’Alimentation en Eau Potable 4B à s’engager dans la démarche Re-Sources dans le but de reconquérir la qualité des eaux brutes des captages du territoire, destinées à la consommation humaine. Suite à l’état des lieux du bassin d’alimentation des captages de la Boutonne amont, il a été établi un programme d’actions pluriannuel de reconquête de la qualité de l’eau. Une des actions de ce programme, intitulée "limiter les pollutions diffuses par un pilotage adapté au contexte parcellaire", est structurée en deux phases : - - Une phase "connaissance des sols" - - Une phase "suivi d’un réseau de parcelles de références" Ce projet, dénommé "Sol et Eau" Boutonne est mise en œuvre sur 3 ans jusqu’à la fin 2015. La première phase du projet a été réalisée en 2012. La connaissance des sols, une base fondamentale pour optimiser les pratiques agricoles. Le sol est un élément essentiel pour toutes les productions végétales. Ses propriétés et les techniques agricoles disponibles conditionnent en partie le choix des cultures possibles et leur productivité, mais aussi la souplesse du calendrier de travail de l’agriculteur et la régularité de ses résultats techniques et économiques. Tirer le meilleur parti possible des différentes parcelles de l’exploitation impose, outre la prise en compte des exigences du marché, de connaître les sols de l’exploitation, leurs atouts et leurs faiblesses, et surtout les limites de productivité imposées par la nature. Le sol est le support des activités agricoles. Il représente aussi l’interface entre les pratiques agricoles et le milieu naturel, en particulier les ressources en eau. Dans le cadre de sa production, l’agriculture, entre autre, est à l’origine d’apports de substances diverses, naturelles ou synthétisées (azote, matière active phytosanitaire, effluents d’élevage, boues). Ces produits ont en commun la propriété de pouvoir migrer plus ou moins facilement à travers le sol grâce à l’eau qui y circule et d’alimenter les nappes souterraines ou les eaux superficielles. Ce guide se veut une aide à la décision mettant en avant le lien entre le sol, la production agricole et les risques de transferts de matières polluantes vers les eaux. De façon pratique, il présente l’identification des sols, les caractéristiques et les interprétations agronomiques qui y sont associées,

Le guide des sols

Page | 3


Elément de pédologie LA NOTION DE SOL Le sol est la couche de terre plus ou moins épaisse qui recouvre les roches et au sein de laquelle, les plantes plongent leurs racines pour se nourrir. Les types de sol dépendent de la géologie sur laquelle ils se sont formés.

Melle

Périgné St Génard

Chef Boutonne

Vallée de la Boutonne

Extrait carte géologique de Melle

Les sols se sont formés sur des calcaires : - Du Bathonien : formation des calcaires à silex (calcaires graveleux à spongiaires) - Du Bajocien : calcaires fins à tubéroïdes et calcaires gris, gloconieux à ammonites Au nord du bassin, sur les hauteurs, se sont ajoutées des altérites issues des calcaires du jurassique (terres rouges à châtaigniers) La vallée de la Boutonne (au sud de la faille, le long de la route D740) est constituée d’alluvions anciennes et modernes. Le long de la faille, on retrouve des dépôts de versants.

Le guide des sols

Page | 4


Ce qui pourrait passer pour un matériau homogène, se révèle, à la loupe, un mélange de "grains" durs, d'eau, d'air, d'êtres vivants ou morts et d'humus. Les particules minérales (quartz, micas, feldspaths, argiles, etc.) proviennent le plus souvent de l'altération de la roche-mère sous-jacente ou ont été apportées par l'eau et le vent. L'eau contient de petites molécules dissoutes (sels minéraux), indispensables pour assurer la nutrition des plantes et des microorganismes. L'air est nécessaire à la respiration des organismes vivants dans le sol (racines, champignons, vers de terre, etc.). Enfin, dans le sol cohabitent, vivent et meurent des milliards d'habitants (végétaux, animaux, bactéries, etc.), souvent ignorés, mais essentiels au bon fonctionnement du sol. Le sol est un mélange, mais les proportions des différents éléments qui le constituent varient selon le lieu où il se trouve. Ainsi, il n'existe pas "un sol" mais "des sols", déclinant une gamme de couleurs, d'agencement, qui dépendent des conditions de formation (pédogénèse). La nature de ce mélange dépend aussi de la profondeur. Sur les bords de route ou à la suite d'un glissement de terrain, on observe parfois des sols sur toute leur épaisseur (un profil de sol) et on distingue alors des couches superposées de couleur et de textures distinctes. Il existe une grande diversité de sols que l'on peut distinguer selon leur morphologie et leurs propriétés (structure, texture, pH, composition chimique, etc.).

MO humus

A

A B

C

C C

roche

roche

roche

roche

Formation d’un sol (A-B-C : Horizons du sol ; MO : Matière Organique)

Le guide des sols

Page | 5


SOL ET DYNAMIQUE DE L’EAU Les caractéristiques des sols déterminent la part des eaux de pluie qui ruissellent et rejoignent les eaux superficielles, et la part qui s’infiltre. Cette dernière est en partie stockée dans le sol et l’excédent recharge les nappes d’eau souterraine. L’eau infiltrée peut aussi s’écouler latéralement par ruissellement hypodermique.

Précipitations

Transpiration

Sol

Eau stockée

Infiltration Percolation

Évaporation

Ruissellement hypodermique

Ru is se

llem e

nt

Rivière

Nappe d’eau souterraine

Modes de transfert de l’eau sur un territoire :

©

INRA Orléans

Les sols à faible capacité d’infiltration de l’eau, tels que les sols battants (fermeture de la porosité de surface) ou engorgés en eau, sont sensibles au ruissellement et éventuellement à l’érosion. A l’inverse, dans les sols perméables l’eau percole plus rapidement. La capacité de stockage en eau des sols, et notamment sa partie accessible à la végétation appelée réserve utile maximale, varie en fonction de la texture, de la structure et de la profondeur utile (profondeur maximale d’enracinement) des sols. Les sols à faible réservoir entraînent des contraintes sur les cultures (risque de déficit hydrique). Les propriétés microbiologiques, physico-chimiques et chimiques des sols leurs confèrent les capacités de retenir et de transformer chimiquement les substances notamment les polluants.

Le guide des sols

Page | 6


Les sols du territoire

DESCRIPTION DU MILIEU Le Pays Mellois est un plateau traversé par la Boutonne et ses affluents. Il est entaillé par l’érosion, ce qui produit un découpage digité de bordure avec pénétration de lagunes de la plaine calcaire et l’encaissement des petites vallées. Sur versants, les sols sur calcaire jurassique (terres de groie) sont généralement caillouteux, peu profonds; parfois séchant. Les sols sur marne, sur replat sont plus profonds et sensibles à l’hydromorphie. Les plateaux sont recouverts d’argile rouge non calcaire, les terres rouges à châtaigniers. Cette région calcaire est caractérisée par un modèle karstique, avec des vallées sèches, des dolines, des gouffres et la résurgence de nombreuses sources. Le paysage est ondulé. Les cultures sont essentiellement tournées vers les céréales (blé, colza, tournesol, maïs).

Le guide des sols

Photos de paysages de la boutonne

Page | 7


CARACTERISATION DES SOLS Le travail de cartographie des sols s’est appuyé à la fois sur une prospection par des sondages à la tarière et par l’ouverture de 10 fosses pédologiques. 14 types de sols ont été identifiés. Les principaux sols sont les terres rouges plus ou moins profondes (n° 123, 122, 57 – 42%) suivi par les groies (n° 197, 28 – 41%).

Nom

Dénomination de sol

Paysage

Surface

%

TR1

123

Terre rouge profonde

Plateau

8 141

25

TR1b

122

Terre rouge peu profonde

Plateau

1 539

5

TR2

132

Terre rouge sur calcaire

TR3

28

Groie peu profonde

TR3

57

Terre rouge moyennement profonde

Plaine ondulée

3 992

12

K4

197

Groie moyennement profonde

Plaine ondulée

7 688

24

K5

128

Groie marneuse hydromorphe

Plaine

1 544

5

K7

28

Coteau et plaine

5 637

17

ML

128

Colluvions hydromorphes argileux

Bas de buttes

372

1

V1

131

Vallée argileuse

Vallée affluents boutonne

572

2

V2

26

Alluvions hydromorphes calcaires

Vallée

2 639

8

V3

26

Sols argileux profonds sur chails

Vallée

72

< 0.5

V4

26

Alluvions hydromorphes argileuses

Vallée

88

< 0.5

V5

27

Vallée tourbeuse

Vallée

Groie peu profonde

Mi-versant

Non significatif

Coteau

Non significatif

Non significatif

Classement des sols en partant des plateaux jusqu’au fonds de Vallées (cf. diagramme page suivante) Les sols grisés sont peu représentés sur le territoire.

Les sols sur calcaire dur et marne jurassique s’étendent sur la majeure partie du territoire. Sur Chizé, les sols sont essentiellement des groies moyennes (et des alluvions en fond de vallée de la Boutonne).

Le guide des sols

Page | 8


L1 X1 L2

L3 TR1

K1

X2

TR2

TR3

K4, K5 TR3

K2

KL, ML

K6

K3 K7

V1,V2,V3

12 grands types de sols représentatifs Les 7 grands types de paysages

1 - Plateau : (domaine des Limons)

unités : L1 - L2 - L3 - K1 - TR1 - X1

2 - Versant : (sols érodés)

unités : TR3 - TR2 - X2

3 - Bas de versant :(sols de dépôts)

unité : K2

4 - Plaine : (domaine des groies)

unités : K3 - K4 - K5 - K6 - TR3

5 - Coteau : (sols érodés)

unité : K7

6 – Bas de butte (bords de vallée) :

unités : KL - ML

7 - Vallée : (sols de dépôts)

unités : V1 - V2 - V3 - V4

L = Limons K = Groies TR = Terres Rouges X = argiles à silex ML = sols argileux lourds V = sols de vallée

Le guide des sols

Page | 9


LEGENDE DES SOLS Plateaux ondulés du pays Mellois TR1/ UC123 - Terre rouge à châtaigniers profonde : Plateau sur argile rouge. Sols limoneux, gris, sur argile rouge apparaissant à plus de 60 cm, peu caillouteux et faiblement hydromorphes. Néoluvisol et brunisol mésosaturé. Parfois recouvert d’une couche de limon épaisse. Dolines : essentiellement présentes au niveau des terres rouges profondes, ce sont des dépressions circulaires dont le fond est recouvert d’argile de décalcification. La terre y est plus fertile due à l’accumulation d’argile dans le fond. TR1b/ UC122 – Terre rouge à châtaigniers peu profonde : Coteaux argileux, rouges. Sols limono-argileux, de couleur acajou, à cailloux de silex, sur argile rouge à moins de 40 cm. La charge en silex peut être très importante et parfois former un banc à faible profondeur. Sols sains et acides. Réserve en eau faible. Brunisol rubéfié. TR3/ UC57 Plaine rouge (40 à réserve en brunisol.

- Terre rouge à châtaigniers moyennement profonde : ondulée sur argile rouge. Sols limoneux, de couleur acajou, sur argile 60 cm). Sol sain, acide, peu caillouteux mais avec quelques silex et à eau assez bonne (RU ~125 mm). Brunisol luvique, Néoluvisol et

TR2/ UC132 – Terre rouge moyennement profonde sur calcaire : Mi-versant et interfluve, argileux, rouge sur calcaire. Sols sains limonoargileux à argileux, localement à cailloux de silex, sur argile rouge à moins de 40 cm reposant sur calcaire entre 60 et 120 cm. Sols sains et faiblement désaturés. Réserve en eau moyenne. Brunisol mésosaturé et calcisol. K4/ UC197 – Groie moyennement profonde : Collines du pays mellois sur calcaire et marne du Jurassique supérieur. Association de sols argilo-limoneux moyennement épais (20-25 cm), à charge en cailloux calcaires irrégulière (25-35 %), localement plus argileux et hydromorphes. Calcosol et rendosol. Coteaux de bord de vallées TR3-K7/UC28 – Groie superficielle : Coteaux sur calcaire dur et peu fissuré. Sol argilo-limoneux peu profond (15 à 20 cm), à charge importante en cailloux calcaires (30 à 50%) et à faible réserve en eau. Rendosol.

Le guide des sols

Page | 10


Plaine K5-ML/ UC128 – Groie marneuse hydromorphe : Plaine sur calcaire du Jurassique marneux peu perméable. Association de sols plus ou moins profonds, argileux, calcaires, hydromorphes ou à ressuyage lent. Rendosol, calcosol rédoxique et calcosol Formations alluviales Les rivières sont pérennes mais peu actives en saison estivale ; les vallées sont fréquemment inondées l’hiver. Les sols sont saturés au moins en profondeur. Ils sont composés d’une suite de dépôts argileux calcaires et tourbeux. K5/ UC131 – Sols de vallée argileux (sols colluvionnaires) : Matériau issu de l’érosion des terres rouges à châtaigniers, avec localement des paillettes de micas provenant des massifs anciens. Sols argileux rouges. Une nappe permanente peut induire une hydromorphie très marquée. Fluviosol rédoxique ou réductique. V3/ UC26 - Vallées calcaires (sols alluvionnaires) : Association de sols à hydromorphie plus ou moins importante due à une nappe d’eau plus ou moins profonde. Sols argileux en surface, sols riches en matière organique sans cailloux calcaire. Réserve en eau importante. V3/ UC27 - Vallées tourbeuse de la boutonne : Parfois recouvert de limon argileux, reposant sur argile calcaire. Fluviosol réductique.

Le guide des sols

Page | 11


Identification des sols

LES OUTILS Pour identifier les sols, il y a deux outils :

1. Se repérer sur la carte des sols et définir "l’unité" de sol probable, 2. Utiliser la clé d’identification pour confirmer Cette clé s’appuie sur : A. la localisation : plateau, plaine, versant, vallée (voir bloc diagramme page 9) B. la couleur du sol : brun, orange, rouge … C. la présence ou non de cailloux et type de cailloux : a. calcaire : blanc, effervescent à l’acide (HCl, vinaigre) b. Silex : beige La proportion de cailloux en surface peut être estimée à l’aide de la grille de référence (Cf. page 11) D. la texture de surface : limon (battance), argile (terre collante), sable a. argile : plastique à l’état liquide, terre « collante » b. sable : toucher râpeux (granuleux) c. limon : toucher soyeux (« talc »), sali les mains lors de la manipulation, fluide à l’état liquide, sol battant Pour estimer rapidement la texture d’un sol, on peut pratiquer le test de l’anneau (Cf. page 13) E. la particularité des mottes : taches, ...

Le guide des sols

Page | 12


TEXTURE DU SOL : TEST DE L’ANNEAU 1. Prenez une poignée de sol (sans cailloux) et mouillez-la un peu dans votre main pour que le sol commence à s'agglomérer, mais sans adhérer à votre main. 2. Roulez l'échantillon pour en faire une boule d'environ 3 cm de diamètre. 3. Posez la boule... a. Si elle se désagrège, c'est du sable b. Si elle reste agglomérée, passez à l'épreuve suivante 4. Roulez la boulette et donnez-lui la forme d'une saucisse de 6 à 7 cm de long a. Si elle ne garde pas cette forme, c'est un sable sableux b. Si elle garde cette forme, passez à l'épreuve suivante 5. Continuez à rouler la saucisse jusqu'à ce qu'elle ait une longueur de 15 à 16 cm... a. Si elle ne garde pas cette forme, c'est un limon sableux b. Si elle garde cette forme, passez à l'épreuve suivante 6. Essayez de courber la saucisse en demi-cercle... a. Si vous n’y parvenez pas, c’est un limon b. Si vous y parvenez, passez à l'épreuve suivante

7. Continuez à recourber la saucisse pour former un cercle complet... a. Si vous n’y parvenez pas, c’est un limon lourd b. Si vous y parvenez et que la saucisse se fissure légèrement, c’est une argile légère c. Si vous y parvenez, sans que la saucisse ne se fissure, c’est une argile

Le guide des sols

Page | 13


CLE D’IDENTIFICATION SIMPLIFIEE DES SOLS Pour utiliser cette clé, il suffit de localiser le sol dans une unité paysagère (plateau, butte, …) et d’en connaître quelques caractéristiques physico-chimiques simples. Localisation dans le paysage

Type de cailloux

Teneur cailloux

Observation texture de surface

Observations Pénétration

Sol

Silex

Pas ou peu de c ailloux < 5%

Limon argileux rouge Non effervesc ent à l'ac ide

Pas de bloc age

Terre rouge profonde

Silex

Peu de c ailloux 5 - 20 %

Limon argileux rouge Non effervesc ent à l'ac ide

Bloc age possible sur silex

Terre rouge moyennement profonde

Silex

Nombreux c ailloux 20 - 30 %

Limon argileux rouge Non effervesc ent à l'ac ide

Bloc age possible sur silex

Terre rouge peu profonde

Silex

T rès nombreux 50 %

Limon argileux rouge Non effervesc ent à l'ac ide

Bloc age sur silex

Terre rouge peu profonde caillouteuse

Silex en surfac e (c alc aire en profondeur)

Peu de silex (10%) Puis beauc oup dans le c alc aire

Argile rouge effervesc enc e faible à nulle

Bloc age possible sur c alc aire à moins de 60 c m

Terre rouge moyennement profonde sur calcaire

Calc aire

Nombreux c ailloux 20 - 30 %

Effervesc ent à l'ac ide

Bloc age possible sur c alc aire à moins de 50 c m

Groie moyennement profonde

COTEAUX

Calc aire

T rès nombreux 30 - 70 %

Effervesc enc e forte à l'ac ide

Bloc age possible sur c alc aire à moins de 15 c m

Groie superficielle

PLAINE

Calc aire

Peu de c ailloux 10 - 20 %

Argileux Effervesc enc e à l'ac ide

Bloc age possible sur c alc aire marneux

Groie marneuse

Calc aire

Pas ou peu de c ailloux < 5%

Limon argileux Non effervesc ent à l'ac ide

Pas de bloc age

Sol de vallée argileux Sol colluvionnaire

Calc aire

Pas ou peu de c ailloux < 5%

Effervesc ent à l'ac ide

Pas de bloc age

Vallée calcaire

Calc aire

Pas ou peu de c ailloux < 5%

Limoneux Effervesc ent à l'ac ide

Pas de bloc age T ourbe en profondeur

Vallée tourbeuse

PLATEAU

VALLEE

Le guide des sols

Page | 14


Territoire Re-sources de la Boutonne

Carte des sols 1 (1/30000ème) Carte des sols 2 (1/30000ème) Carte des sols 3 (1/30000ème) Carte des sols 4 (1/30000ème) Carte des sols 5 (1/30000ème)

Le guide des sols

Page | 15


Les fiches par type de sol

Fiche 1 : Les groies superficielles Fiche 2 : Les groies profondes Fiche 3 : Les groies sur calcaire marneux Fiche 4 : Les groies marneuses Fiche 5 : Les terres rouges à châtaigniers profondes Fiche 6 : Les terres rouges à châtaigniers moyennement profondes Fiche 7 : Les terres rouges à châtaigniers peu profondes Fiche 8 : Les terres rouges à châtaigniers superficielles et caillouteuses Fiche 9 : Les terres rouges à châtaigniers sur calcaire Fiche 10 : Les sols alluvionnaires sur graviers (fond de vallée) Fiche 11 : Les sols colluvionnaires

Le guide des sols

Page | 16


Fiche 1 :

Les groies superficielles

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plaine - Roche mère : - calcaire dur peu fissuré (banche plate) - calcaire en plaquette - calcaire fissuré (à faible profondeur) - Couleur : brun rouge - Cailloux :

Nature : Calcaire peu fissuré Teneur : 30 à 70 %.

- Profondeur : 10 à 20 cm - Texture surface : argilo-limoneux - % argile : 40-70 - Réserve en eau : 30 à 50 mm (très faible)

 Aptitudes agronomiques Points forts - Ressuyage très rapide (Intervention sur les parcelles rarement empêchées). - Bonne portance. - Bonne structure de sol. Points à surveiller - Très sensible à la sécheresse estivale mais aussi au manque d’eau au printemps. - Taux de cailloux parfois très important pouvant gêner les opérations de travail du sol et de semis. Le broyage des pierres est à envisager (voire la rentabilité de l’opération). Le broyage n’améliore pas la réserve en eau du sol. Il ne modifie pas non plus la fertilité chimique. - La forte teneur en calcaire limite la disponibilité des éléments nutritifs (notamment le phosphore). Le pH parfois très élevé (supérieur à 8) rend également certains éléments moins assimilables par les plantes (ex fer – chlorose).

 Risques environnementaux Ruissellement : Infiltration :

FAIBLE FORT

Les pertes de nitrates peuvent être très importantes en période de drainage.

Le guide des sols

Page | 17


 Fertilité Matière Organique (MO) : Les taux de MO sont souvent élevés (de l’ordre de 3 à 6 %). La MO fraîche est rapidement décomposée en humus bloqué (à 80-90%) sous une forme inactive sur le plan biologique mais qui liée à l’argile donne sa bonne structure au sol. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent bonne (supérieur à 20 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de matière organique et d’argile. Elle est cependant très saturée par le calcaire. Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible. Le phosphore non consommé dans l’année sera bloqué. Niveau satisfaisant : 0,15 à 0,22 %0. Utiliser des engrais très solubles et sur les cultures les plus exigeantes (colza, luzerne). Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. Normes d’interprétation : Argile % K2O % mini

< 35 0,35 à 0,45

> 35 0,40 à 0,50

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales - Enfouir les pailles améliore la capacité de rétention en eau du sol. La décomposition des pailles permet une fixation momentanée d’azote et une libération plus tard en période de besoin des cultures. - broyage des pierres. Potentiel des cultures : Culture Blé tendre Colza Maïs sec Tournesol

Potentiel rendement Moyen

Observation Semer tôt pour avoir une épiaison avant la période de sécheresse.

Moyen Très risqué Très faible

Attention à la sècheresse de juin (problème d’installation)

Autres cultures possibles : Culture à éviter : Maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Très appropriée vu le potentiel de ces sols. Le mode de conduite en agriculture biologique est également très approprié. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N pas trop élevé (fumiers de bovins, effluents liquides).Pour les effluents liquides, attention au lessivage (préférer les apports au printemps et en été-entrée d’automne). - Rotations : Cultures d’hiver surtout pour éviter le stress hydrique estival. Tournesol pour allonger la rotation et maitriser les adventices et maladies et éventuellement le pois de printemps.

Le guide des sols

Page | 18


Fiche 2 :

Les groies limoneuses (grosses groies)

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plaine - Roche mère : - calcaire très fissuré - Couleur : Brun rouge - Cailloux :

Nature : Calcaire Teneur : 10%

- Profondeur : 30 à 60 cm (au-dessus du calcaire) - Texture surface : Limono-argileuse (faible teneur en calcaire. Le comportement de ce sol est celui d’un sol limoneux) - % argile : 20-30 - Réserve en eau : 100 à 150 mm

 Aptitudes agronomiques Points forts - Ressuyage rapide - Bonne portance - Bonne structure de sol - Bonne réserve utile permettant un bon potentiel de rendement pour de nombreuses cultures - Teneur en calcaire plutôt faible et Ph moins basique que les autres groies. Points à surveiller - Aucun en particulier

 Risques environnementaux Ruissellement : Infiltration :

FAIBLE MOYEN

Les pertes de nitrates peuvent être conséquentes en période de drainage du fait du sous-sol très filtrant.

Le guide des sols

Page | 19


 Fertilité Matière Organique (MO) : Les taux de MO sont souvent élevés (de l’ordre de 3 à 5 %). La MO fraîche est rapidement décomposée en humus bloqué sous une forme inactive sur le plan biologique mais qui liée à l’argile donne sa bonne structure au sol. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent bonne (supérieur à 15-20 meq pour 100g de terre) du fait de la bonne proportion de matière organique et d’argile. Elle est beaucoup moins saturée par le calcaire que les autres groies. Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible. Le phosphore non consommé dans l’année sera bloqué. Niveau satisfaisant : 0,15 à 0,22 %0. Utiliser des engrais très solubles et sur les cultures les plus exigeantes (colza, luzerne). Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. Normes d’interprétation : Argile % K2O % mini

< 35 0,35 à 0,45

> 35 0,40 à 0,50

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales - Enfouir les pailles améliore la capacité de rétention en eau du sol. La décomposition des pailles permet une fixation momentanée d’azote et une libération plus tard en période de besoin des cultures. Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Blé tendre

Bon

Colza

Bon

Maïs sec Tournesol

Observation

Faible Bon

Autres cultures possibles : Culture à éviter : maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Moyennement appropriée vu le potentiel de ces sols. Le mode de conduite en agriculture biologique est également très approprié. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N pas trop élevé (fumiers de bovins, effluents liquides). - Rotations : Toutes cultures possibles sauf maïs en sec qui peut être risqué en cas de sécheresse estivale.

Le guide des sols

Page | 20


Fiche 3 :

Les groies sur calcaire marneux

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plaine - Roche mère : - Calcaire marneux - Couleur : Gris à brun - Cailloux :

Nature : calcaire Teneur : 10 à 20%

- Profondeur : 20 à 40 cm - Texture surface : Argileuse - % argile : 25-50 - Réserve en eau : 50 à 120 mm (suivant le niveau d’altération du calcaire)

 Aptitudes agronomiques Points forts - Bonne structure de sol Points à surveiller - Sensible à la sécheresse estivale pour les sols à faible réserve utile - Hydromorphie possible dans les dépressions de la parcelle (cuvettes)

 Risques environnementaux Ruissellement : Infiltration :

Le guide des sols

FAIBLE FAIBLE

à à

MOYEN MOYEN

Page | 21


 Fertilité Matière Organique (MO) : Les taux de MO sont élevés (de l’ordre de 3 à 7 %). La MO fraîche est rapidement décomposée en humus bloqué (à 80-90%) sous une forme inactive sur le plan biologique mais qui liée à l’argile donne sa bonne structure au sol. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent importante (30 à 40 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de matière organique et d’argile. Elle est cependant très saturée par le calcaire (richesse en calcaire total et aussi en calcaire actif). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est généralement faible. Le phosphore non consommé dans l’année sera bloqué. Intérêt d’apporter un engrais starter sur la ligne de semis. Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales - Enfouir les pailles La décomposition des pailles permet une fixation momentanée d’azote et une libération plus tard en période de besoin des cultures. Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Maïs sec

Risqué

Blé tendre

Moyen

Tournesol

Moyen

Colza

Moyen

Observation

Autres cultures possibles : Culture à éviter : maïs Autres thématiques : - Conduite bas intrants : intéressante - Apports organiques : - Rotations : Rotation de type Blé/Colza/Blé/Tournesol.

Le guide des sols

Page | 22


Fiche 4 :

Les groies marneuses

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plaine - Roche mère : - Marne

- Couleur : Gris - Cailloux :

Nature : calcaire Teneur : 10%

- Profondeur : 20 à 40 cm - Texture surface : Argileuse - % argile : 30-60 - Réserve en eau : 70 à 120 mm

 Aptitudes agronomiques Points forts - Bonne structure Points à surveiller - Hydromorphie parfois très marquée. Il peut être envisagé de drainer ces sols mais la marne est difficile à drainer car, à terme, les drains peuvent se colmater du fait de la marne en suspension dans les eaux de drainage.

 Risques environnementaux Ruissellement :

MOYEN

à

FORT

En cas d’engorgement les transferts se font superficiellement surtout si la pente est marquée (érosion). Infiltration :

FAIBLE

à

MOYEN

Les pertes de nitrates peuvent être très importantes en période de drainage.

Le guide des sols

Page | 23


 Fertilité Matière Organique (MO) : Les taux de MO sont élevés (de l’ordre de 3 à 7 %). La MO fraîche est rapidement décomposée en humus bloqué (à 80-90%) sous une forme inactive sur le plan biologique mais qui liée à l’argile donne sa bonne structure au sol. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent importante (30 à 40 meq pour 100g de terree) du fait de la forte proportion de matière organique et d’argile. Elle est cependant très saturée par le calcaire (richesse en calcaire total et aussi en calcaire actif). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est bonne. Le phosphore non consommé dans l’année sera bloqué. Intérêt d’apporter un engrais starter sur la ligne de semis. Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales - Enfouir les pailles La décomposition des pailles permet une fixation momentanée d’azote et une libération plus tard en période de besoin des cultures. - En cas de labour : plus la teneur en argile est forte, plus les labours avant l’hiver sont conseillés. Reprise : au printemps attendre un bon ressuyage. - Eviter les récoltes en conditions humides (sols saturés en eau). Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Maïs sec

Moyen

Blé tendre

Moyen

Tournesol

Moyen

Colza

Risqué

Observation Attention risque d’ennoiement

Autres cultures possibles : Culture à éviter : Colza Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Peu intéressante car possibilité de rotations limitées et périodes d’interventions pas toujours simples à gérer. - Apports organiques : Réaliser des apports au printemps sur maïs pour éviter les périodes à risque d’inondation. - Rotations : Maïs/Blé

Le guide des sols

Page | 24


Fiche 5 :

Les terres rouges à châtaigniers profondes

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plateaux - Roche mère : - Calcaire dur à silex (et argile rouge) - Couleur : Brun foncé à brun jaunâtre - Cailloux :

Nature : Silex Teneur : 0 à 5%

- Profondeur : 80 à 120 cm. Couverture limoneuse épaisse (environ 70 cm) - Texture surface : Limoneux à limono-argileux - % argile : 10 à 20 - Réserve en eau : 100 à 150 mm (bonne). Voir plus de 150 mm si colluvionnement

 Aptitudes agronomiques Points forts -

Bonne réserve utile (limite la sensibilité à la sécheresse) Bonne activité biologique Bon potentiel de rendement en culture d’hiver et en culture de printemps Rotations variées possibles

Points à surveiller - Instabilité structurale amenant à une forte sensibilité à la battance - Instabilité structurale amenant également une forte sensibilité au compactage des horizons travaillés. Le compactage peut également être localisé en profondeur dans les horizons argileux - Ph : Ces sols ont tendance à s’acidifier. Le Ph est voisin de 6.

 Risques environnementaux Ruissellement :

FORT

Risque de ruissellement et de transfert vers les eaux de surface du fait de la sensibilité à la battance. Accentué si présence de pente marquée. Infiltration :

FAIBLE

Faiblement sensible du fait de la profondeur du sol et sa bonne RU. Le drainage accélère les transferts.

Le guide des sols

Page | 25


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Labour : éviter les labours trop profonds et trop émiettés. Battance

reprise : au printemps attendre un bon ressuyage. Ne pas trop affiner les lits de semence.

Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage superficiel à privilégier en fin d’été avant l’implantation d’une culture d’automne. Eviter le sous-solage profond.

pH

Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Fertilité Matière Organique (MO) : Evolution rapide de la MO (rapport C/N inférieur à 9). Les taux de MO sont souvent faibles (de l’ordre de 2,5 à 3,5 %). Préférer des apports de MO avec un C/N élevé pour améliorer a stabilité structurale. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent faible en surface (inférieur à 12 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de kaolinite dans les argiles. Cependant, elle est parfois plus importante quand le taux d’argile et le taux de matière organique sont élevés. Limon en surface et de la nature des argiles (kaolinite). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible et dépend de la teneur en argile. Les normes d’interprétations indiquent le seuil minimum considéré comme satisfaisant. Argile % P2O5 % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. La teneur en K2O baisse avec la profondeur. Argile % K2O % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Blé tendre

Très bon (90 qx)

Colza

Très bon (45 qx)

Maïs sec

Bon (80 qx)

Tournesol

Bon (35 qx)

Observation Attention aux maladies du pied Ne pas semer trop précocement (sol plus froid) Fort développement végétatif (limiter l’azote départ)

au

Culture à éviter : Aucune Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Economiquement moins intéressante du fait du potentiel de ces sols. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N élevés pour la structure des sols. Les apports liquides doivent être réalisés en faisant très attention au risque de ruissellement (pluie, sols battus, …). - Rotations : Toutes les rotations sont possibles.

Le guide des sols

Page | 26


Les terres rouges à châtaigniers moyennement profondes

Fiche 6 :

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plateaux - Roche mère : - Calcaire dur à silex (et argile rouge) - Couleur : Brun foncé à brun jaunâtre - Cailloux :

Nature : Silex Teneur : 5 à 20%

- Profondeur : 40 à 80 cm (couverture limoneuse d’environ 50 cm) - Texture surface : Limoneux à limono-argileux - % argile : 15 à 20 - Réserve en eau : 80 à 110 mm (moyenne)

 Aptitudes agronomiques Points forts - Réserve utile moyenne - Bonne activité biologique - Bon potentiel de rendement en culture d’hiver Points à surveiller - Instabilité structurale amenant à une forte sensibilité à la battance - Instabilité structurale amenant également une forte sensibilité au compactage (semelle de labour). Le phénomène de compactage peut être également localisé en profondeur dans les horizons argileux - Ph : Ces sols ont tendance à s’acidifier. Le Ph est voisin de 6. Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Risques environnementaux Ruissellement :

FORT

Risque de ruissellement et de transfert vers les eaux de surface du fait de la sensibilité à la battance. Accentué si présence de pente marquée. Infiltration :

Le guide des sols

FAIBLE

à

MOYEN

Page | 27


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Labour : éviter les labours trop profonds et trop émiettés. Battance

reprise : au printemps attendre un bon ressuyage. Ne pas trop affiner les lits de semence.

Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage superficiel à privilégier en fin d’été avant l’implantation d’une culture d’automne. Eviter le sous-solage profond.

pH

Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Fertilité Matière Organique (MO) : Evolution rapide de la MO (rapport C/N inférieur à 9). Les taux de MO sont souvent faibles (de l’ordre de 2,5 à 3,5 %). Apporter régulièrement de la matière organique (avec un C/N élevé si possible) et éviter d’en exporter. Les labours profonds diluent la MO. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent faible en surface (inférieur à 12 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de kaolinite dans les argiles. Cependant, elle est parfois plus importante quand le taux d’argile et le taux de matière organique sont élevés. Limon en surface et de la nature des argiles (kaolinite). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible et dépend de la teneur en argile. Les normes d’interprétations indiquent le seuil minimum considéré comme satisfaisant. Argile % P2O5 % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. La teneur en K2O baisse avec la profondeur. Argile % K2O % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Observation

Blé tendre

Bon

Attention aux maladies du pied

Colza

Bon

Maïs sec Tournesol

Moyen

Ne pas semer trop précocement (sol plus froid)

Bon

Fort développement végétatif (limiter l’azote au départ)

Culture à éviter : Maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Economiquement moins intéressante du fait du potentiel de ces sols. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N élevés pour la structure des sols. Les apports liquides doivent être réalisés en faisant très attention au risque de ruissellement (pluie, sols battus, …). - Rotations : Toutes les rotations sont possibles.

Le guide des sols

Page | 28


Fiche 7 :

Terres rouges à châtaigniers peu profondes

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plateaux (en rupture de pente) - Roche mère : - Calcaire dur à silex (et argile rouge) - Couleur : Brun foncé à brun jaunâtre - Cailloux :

Nature : Silex Teneur : 20 à 30%

- Profondeur : 30 à 40 cm (couverture limeuse inférieure à 40 cm – Le 1er horizon argileux est mieux colonisé par les racines - Texture surface : Limoneux à limono-argileux - % argile : 10 à 30 - Réserve en eau : 60 à 100 mm (faible à moyenne)

 Aptitudes agronomiques Points forts - Aucun particulier Points à surveiller - Instabilité structurale amenant à une forte sensibilité à la battance - Instabilité structurale amenant également une forte sensibilité au compactage (semelle de labour). Le phénomène de compactage peut être également localisé en profondeur dans les horizons argileux - Ph : Ces sols ont tendance à s’acidifier. Le Ph est voisin de 6. Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Risques environnementaux Ruissellement :

FORT

Risque de ruissellement et de transfert vers les eaux de surface du fait de la sensibilité à la battance. Accentué si présence de pente marquée. Infiltration :

MOYEN

Risque de transfert hypodermique en fonction de niveau d’imperméabilité de l’argile.

Le guide des sols

Page | 29


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Labour : éviter les labours trop profonds et trop émiettés. Battance

reprise : au printemps attendre un bon ressuyage. Ne pas trop affiner les lits de semence.

Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage superficiel à privilégier en fin d’été avant l’implantation d’une culture d’automne. Eviter le sous-solage profond.

pH

Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Fertilité Matière Organique (MO) : Evolution rapide de la MO (rapport C/N inférieur à 9). Les taux de MO sont souvent faibles (de l’ordre de 2,5 à 3,5 %). Apporter régulièrement de la matière organique et éviter d’en exporter. Les labours profonds diluent la MO. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent faible en surface (inférieur à 12 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de kaolinite dans les argiles. Cependant, elle est parfois plus importante quand le taux d’argile et le taux de matière organique sont élevés. Limon en surface et de la nature des argiles (kaolinite). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible et dépend de la teneur en argile. Les normes d’interprétations indiquent le seuil minimum considéré comme satisfaisant. Argile % P2O5 % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. La teneur en K2O baisse avec la profondeur. Argile % K2O % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Blé tendre

Moyen

Colza

Moyen

Maïs sec

Risqué

Tournesol

Faible

Observation

Implantation précoce

Culture à éviter : Maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Appropriée vu le potentiel de ces sols. Le mode de conduite en agriculture biologique est également intéressant. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N élevés pour la structure des sols. Les apports liquides doivent être réalisés en faisant très attention au risque de ruissellement (pluie, sols battus, …). - Rotations : Cultures d’hiver surtout pour éviter le stress hydrique estival. Tournesol pour allonger la rotation et maitriser les adventices et maladies.

Le guide des sols

Page | 30


Les terres rouges à châtaigniers superficielles et caillouteuses

Fiche 8 :

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plateaux (en rupture de pente) - Roche mère : - Calcaire dur à silex (et argile rouge) - Couleur : Brun foncé à brun jaunâtre - Cailloux :

Nature : Silex

Teneur : jusqu’à 50% dans l’horizon argileux en répartition progressive. Jusqu’à 80% par bancs - Profondeur : 30 à 40 cm (couverture limoneuse inférieure à 40 cm – Le 1er horizon argileux est mieux colonisé par les racines - Texture surface : Limoneux à limono-argileux - % argile : 10 à 30 - Réserve en eau : 50 à 70 cm (faible)

 Aptitudes agronomiques Points forts - Aucun particulier Points à surveiller - Instabilité structurale amenant à une forte sensibilité à la battance - Instabilité structurale amenant également une forte sensibilité au compactage (semelle de labour). Le phénomène de compactage peut être également localisé en profondeur dans les horizons argileux. Il est cependant moins marqué que les terres rouges plus profondes du fait de la forte charge en cailloux. - Ph : Ces sols ont tendance à s’acidifier. Le Ph est voisin de 6. Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien. - La forte présence de silex rend ces sols très usants pour le matériel de travail du sol.

 Risques environnementaux Ruissellement :

FORT

Risque de ruissellement et de transfert vers les eaux de surface du fait de la sensibilité à la battance. Accentué si présence de pente marquée. Infiltration :

FORT

Parfois plus sensible aux transferts hypodermiques si l’horizon argileux est imperméable.

Le guide des sols

Page | 31


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Labour : éviter les labours trop profonds et trop émiettés. Battance

reprise : au printemps attendre un bon ressuyage. Ne pas trop affiner les lits de semence.

Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage superficiel à privilégier en fin d’été avant l’implantation d’une culture d’automne. Eviter le sous-solage profond.

pH

Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Fertilité Matière Organique (MO) : Evolution rapide de la MO (rapport C/N inférieur à 9). Les taux de MO sont souvent faibles (de l’ordre de 2,5 à 3,5 %). Apporter régulièrement de la matière organique et éviter d’en exporter. Les labours profonds diluent la MO. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent faible en surface (inférieur à 12 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de kaolinite dans les argiles. Cependant, elle est parfois plus importante quand le taux d’argile et le taux de matière organique sont élevés. Limon en surface et de la nature des argiles (kaolinite). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible et dépend de la teneur en argile. Les normes d’interprétations indiquent le seuil minimum considéré comme satisfaisant. Argile % P2O5 % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. La teneur en K2O baisse avec la profondeur. Argile % K2O % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Blé tendre

Moyen

Colza

Moyen

Maïs sec

Risqué

Tournesol

Faible

Observation

Implantation précoce

Culture à éviter : Maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Très appropriée vu le potentiel de ces sols. Le mode de conduite en agriculture biologique est également intéressant. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N élevés pour la structure des sols. Les apports liquides doivent être réalisés en faisant très attention au risque de ruissellement (pluie, sols battus, …). - Rotations : Cultures d’hiver surtout pour éviter le stress hydrique estival. Tournesol pour allonger la rotation et maitriser les adventices et maladies.

Le guide des sols

Page | 32


Fiche 9 :

Les terres rouges à châtaigniers sur calcaire

 Caractéristiques physiques - Localisation : Plateaux (en rupture de pente) - Roche mère : - Calcaire dur (et argile rouge) - Couleur : Brun foncé à brun jaunâtre - Cailloux : Nature : Silex (en surface) et calcaire par la suite (au-delà de 20 cm) Teneur : 10% pour les silex et jusqu’à plus de 50% pour les calcaires - Profondeur : 20 à 40 cm - Texture surface : Limono-argileux - % argile : 40 - Réserve en eau : 40 à 40 cm (faible à moyenne)

 Aptitudes agronomiques Points forts - Sol moins sensible à la battance et au compactage que les autres terres rouges Points à surveiller - Ph : Ces sols ont tendance à s’acidifier. Le Ph est voisin de 6. Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le Ph ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien. - Vérifier la possibilité d’un compactage de l’horizon de surface.

 Risques environnementaux Ruissellement :

MOYEN

Risque surtout en cas de pente marquée. Infiltration :

MOYEN

à

FORT

La faible réserve utile et la présence de la roche mère à faible profondeur augmente le risque.

Le guide des sols

Page | 33


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage du premier horizon environ 30 cm). Attention à la profondeur d’apparition du calcaire et à la remontée de cailloux. Décompactage à privilégier en fin d’été avant l’implantation d’une culture d’automne. Eviter le sous-solage profond.

pH

Il est nécessaire de réaliser des analyses de sol pour s’assurer que le pH ne descende pas trop bas ou réaliser des chaulages d’entretien.

 Fertilité Matière Organique (MO) : Evolution rapide de la MO (rapport C/N inférieur à 9). Les taux de MO sont souvent faibles (de l’ordre de 2,5 à 3,5 %). Apporter régulièrement de la matière organique et éviter d’en exporter. Les labours profonds diluent la MO. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent faible en surface (inférieur à 12 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion de kaolinite dans les argiles. Cependant, elle est parfois plus importante quand le taux d’argile et le taux de matière organique sont élevés. Limon en surface et de la nature des argiles (kaolinite). Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible et dépend de la teneur en argile. Les normes d’interprétations indiquent le seuil minimum considéré comme satisfaisant. Argile % P2O5 % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. La teneur en K2O baisse avec la profondeur. Argile % K2O % mini

< 18 0,15

12-25 0,18

> 25 0,20

Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Observation

Blé tendre

Moyen

Colza

Moyen

Maïs sec

Risqué

Implantation précoce

Tournesol

Moyen

Implantation précoce

Culture à éviter : Maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Appropriée vu le potentiel de ces sols. Le mode de conduite en agriculture biologique est également intéressant. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N élevés pour la structure des sols. Les apports liquides doivent être réalisés en faisant très attention au risque de ruissellement (pluie, sols battus, …). - Rotations : Cultures d’hiver surtout pour éviter le stress hydrique estival. Tournesol pour allonger la rotation et maitriser les adventices et maladies.

Le guide des sols

Page | 34


Les sols alluvionnaires sur calcaire (fond de vallée)

Fiche 10 :

 Caractéristiques physiques - Localisation : Vallée - Roche mère : - Alluvions grossiers

- Couleur : Brun foncé à brun sombre - Cailloux :

Nature : Calcaire Teneur : faible (0 à 5 %)

- Profondeur : 80 cm - Texture surface : Argileuse - % argile : 50 - Réserve en eau : 150 à 170 mm

 Aptitudes agronomiques Points forts - Bonne réserve utile et nappe d’eau à moins de 1 mètre permettant une bonne remontée de l’humidité vers la surface (peu de sensibilité à la sécheresse estivale) - Bonne structure de sol - Bonne activité biologique - Bon potentiel de rendement notamment en maïs sec Points à surveiller - Sol argileux à travailler dans des conditions pas trop humides - Compactage possible surtout lors de récoltes en mauvaises conditions - Risque d’ennoiement par inondation en fonction de la proximité des cours d’eau (très défavorable à la culture du colza) - La forte teneur en calcaire limite la disponibilité des éléments nutritifs (notamment le phosphore). Le pH parfois très élevé (supérieur à 8) rend également certains éléments moins assimilables par les plantes (ex fer – chlorose).

 Risques environnementaux Ruissellement :

FAIBLE

Absence de pente et bonne structure de surface. Infiltration :

FAIBLE

Faiblement sensible du fait de la profondeur du sol et sa bonne RU. Possibilité de ces sols à la dénitrification en fonction de la durée de saturation en surface et du type de couvert (30 à 50 kg d’azote par ha pour une saturation pendant la période hivernale et d’autant plus importante pour une prairie peu fertilisée.

Le guide des sols

Page | 35


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage superficiel en condition sèche (en fin d’été après une céréale d’hiver).

 Fertilité Matière Organique (MO) : Les taux de MO sont souvent élevés (de l’ordre de 4 à 7 %). La MO fraîche est rapidement décomposée en humus bloqué (à 80-90 %) sous une forme inactive sur le plan biologique mais qui liée à l’argile donne sa bonne structure au sol. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est souvent importante (30 à 40 meq pour 100g de terre) du fait de la forte proportion d’argile et de matière organique. Elle est cependant très saturée par le calcaire. Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est parfois faible. Le phosphore non consommé dans l’année sera bloqué. Intérêt d’apporter un engrais starter sur la ligne de semis. Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. Cependant une rotation Maïs/Maïs avec des rendements importants peut entrainer une diminution de la teneur en K 2O (si la fertilisation ne couvre pas les besoins de la culture). Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment). Un apport d’engrais starter au semis voir sur la ligne de semis est un plus.

 Choix et conduites culturales - Plus la teneur en argile est forte, plus les labours avant l’hiver sont conseillés. Reprise : au printemps, attendre un bon ressuyage. - Eviter les récoltes en condition humide (sols saturés en eau). Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Maïs sec

Bon (100-110 qx)

Blé tendre

Bon (75 qx)

Tournesol

Bon (35 qx)

Colza

Observation Attention risque d’ennoiement Fort développement végétatif départ)

(limiter

l’azote

au

Risqué

Culture à éviter : Colza Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Peu intéressante car possibilité de rotations limitées et potentiels de rendement important. - Apports organiques : Réaliser des apports au printemps sur maïs pour éviter les périodes à risque d’inondation. - Rotations : Maïs/Maïs avec intégration d’une céréale d’hiver tous les 2 à 4 ans pour limiter les adventices (liserons notamment).

Le guide des sols

Page | 36


Fiche 11 :

Les sols colluvionnaires

 Caractéristiques physiques - Localisation : Versant - Roche mère : - Dépôt de versant (argileux) du quaternaire - Couleur : Brun foncé à brun sombre - Cailloux :

Nature : Calcaire Teneur : faible (0 à 5 %) – Sols peu

calcaires - Profondeur : 50 à plus de 100 cm - Texture surface : Limono-argileux (plus argileux en profondeur - % argile : 20 à 30 - Réserve en eau : 80 à 150 mm (bonne) - en fonction de la profondeur de l’horizon argileux.

 Aptitudes agronomiques Points forts - Bonne réserve utile qui peut être limitée par une compaction de l’horizon argileux - Bon potentiel de rendement pour toutes les cultures si la structure est bonne sur toute la profondeur du sol (bonne porosité et bon enracinement jusqu’à 100 cm possible) Points à surveiller - Compaction possible de l’horizon plus limoneux de surface mais également de l’horizon argileux plus profond - Risque d’hydromorphie en cas de compaction de l’horizon argileux ne permettant plus un drainage suffisant de l’eau de pluie. - Instabilité structurale amenant à une forte sensibilité à la battance. - Ces sols peuvent avoir tendance à s’acidifier mais faiblement.

 Risques environnementaux Ruissellement :

MOYEN

à

FORT

En cas de compaction, le sol ne pouvant plus absorber l’eau, celle-ci ruisselle d’autant plus que la pente est marquée. De plus, la forte proportion de limon peut rendre ces sols sensibles à la battance. Infiltration :

FAIBLE

Faiblement sensible du fait de la profondeur du sol et sa bonne RU.

Le guide des sols

Page | 37


 Conduites à tenir vis-à-vis des points faibles Compactage

Si le compactage est trop marqué, préférer un décompactage superficiel en condition sèche (en fin d’été après une céréale d’hiver).

 Fertilité Matière Organique (MO) : Les taux de MO sont bons (de l’ordre de 3 à 5 %). Leur dégradation est assez lente. Capacité d’Echange de Cations (CEC) Elle est Bonne. Phosphore (P2O5) : La teneur en phosphore est généralement bonne. Potasse (K2O) : La teneur en potasse est généralement bonne. La teneur en K2O baisse avec la profondeur. Fumure : Préférer des fumures régulières et modérées plutôt que bloquées et importantes. Porter une attention particulière sur la fertilisation phosphatée et les oligo-éléments (cuivre et zinc notamment).

 Choix et conduites culturales - Enfouir les pailles : La décomposition des pailles permet une fixation momentanée d’azote et une libération plus tard en période de besoin des cultures. - Eviter les récoltes en condition humide (sols saturés en eau). Potentiel des cultures : Culture

Potentiel rendement

Blé tendre

Bon

Colza

Bon

Maïs sec Tournesol

Observation

Moyenne Bon

Culture à éviter : Maïs sans irrigation Autres thématiques : - Conduite bas intrants : Moyennement appropriée vu le potentiel de ces sols. Le mode de conduite en agriculture biologique est bien approprié. - Apports organiques : Utiliser des engrais organiques avec des C/N pas trop élevés (fumiers de bovins, effluents liquides). - Rotations : Toutes les cultures possibles sauf maïs en sec qui peut être risqué en cas de sécheresse estivale.

Le guide des sols

Page | 38


Ce qu’il faut retenir …

Utiliser le référentiel sol sur votre exploitation

1. Repérez votre parcelle sur la carte des sols. 2. Utilisez les outils d’identification des sols (page 12 à 14) pour vérifier si le sol de votre parcelle correspond bien à celui identifié sur la carte des sols. Ces outils doivent permettre de façon rapide de reconnaitre le type de sol à l’aide des critères simples (Texture, couleur, type de cailloux, profondeur à la tarière) – La carte n’est souvent pas suffisante pour identifier le type de sol 3. Vérifier également sur la fiche descriptive par type de sol (pages 17 à 38) si vos observations sont cohérentes avec les informations qui y sont inscrites 4. Vérifier si votre parcelle est homogène. Selon l’hétérogénéité, il sera possible d’affecter un ou deux types de sol par parcelle.

Le guide des sols

Page | 39


Ce guide est le fruit d’une collaboration entre le Syndicat Mixte d’Alimentation en Eau Potable 4B (SMAEP 4B) et la Chambre départementale d’Agriculture des Deux-Sèvres. Ont contribué à la réalisation de ce guide : Mathieu GUIBERTEAU et Thierry PELOQUIN de la CA 79 Ont participé étroitement à la réalisation des référentiels : les agriculteurs du bassin qui ont aimablement accepté des fosses sur leurs parcelles.

Guide des sols Boutonne 79  

Ce guide se veut une aide à la décision permettant d’identifier le type de sol sur le bassin amont de la Boutonne. De façon pratique, il pré...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you