Bulletin IHS n°3

Page 2

DATES  ET  REPĂˆRES 1905 O¡86,& XQLRQ V\QGLFDOH GHV LQJpQLHXUV catholiques). 1919 -­ CUpDWLRQ GH O¡867,&$ XQLRQ GHV syndicats de techniciens de l’industrie, GX FRPPHUFH HW GH O¡DJULFXOWXUH (W O¡86,) (union des syndicats d’ingĂŠnieurs français). /¡867,&$ et la CGT collaborent pour des propositions ĂŠconomiques, notamment un programme de nationalisations proposĂŠes par le CET (le conseil ĂŠconomique du travail crĂŠĂŠ en 1920 par la CGT). 1920 -­ AIĂ€OLDWLRQ GX V\QGLFDW QDWLRQDO GHV instituteurs Ă la CGT. 1920 -­ CrĂŠation de la CTI (confĂŠdĂŠration des travailleurs intellectuels), les non-­salariĂŠs. 1925 -­ Constitution du Bureau international des cadres (dont ceux des chemins de fer français). 1928 -­ L¡867,&$ GHYLHQW O¡867 TXL GHYLHQW O¡867(, HQ DYHF OHV HPSOR\pV 1930 -­ CrĂŠation de la fĂŠdĂŠration des cadres qui adhèrera Ă la CGT en 1936. 1936 -­ Le bureau confĂŠdĂŠral lance un ÂŤ  appel  aux  ingĂŠnieurs  et  techniciens  de  l’industrie  . 10 et 11 mai 1936 -­ Pourparlers entre la fĂŠdĂŠration des dessinateurs de France DGKpUHQWH j OD &*7 HW O¡867(, (OOHV fusionnent le 21 juin donnant naissance Ă la fĂŠdĂŠration des techniciens Dessinateurs et AssimilĂŠs de l’industrie et des Arts appliquĂŠs. 6 mars 1936 -­ Ă€ 7RXORXVH OD &*7 VH UpXQLĂ€H &*7 HW &*78 *UDQG pODQ XQLWDLUH HQWUDvQDQW O¡HQWUpH j OD &*7 GHV 953 GH OD 0DULQH marchande et la crĂŠation du GNC (ĂŠnergie), de la fĂŠdĂŠration des cadres cheminots, des techniciens de la mĂŠtallurgie. 1936 -­ CrĂŠation d’une section syndicale CGT d’employĂŠ-­e-­s, technicien-­ne-­s et cadres dans l’entreprise Alsthom-­Rateau Ă la Courneuve SDU 6X]DQQH 0DVVRQ WHFKQLFLHQQH 1936 -­ CrĂŠation de l’union syndicale des techniciens de l’aviation au statut de syndicat national rattachĂŠ Ă la CGT. 19 dĂŠcembre 1937 -­ Le congrès extraordinaire de la fĂŠdĂŠration des syndicats d’agents, de cadres et techniciens des chemins de fer français et coloniaux dĂŠcide d’adhĂŠrer Ă la fĂŠdĂŠration nationale des cheminots CGT. /¡8)&,& XQLRQ GHV FDGUHV LQGXVWULHOV GH OD France combattante) nĂŠe pendant la guerre se WUDQVIRUPH HQ 81,7(& 1943 -­ LHV DFFRUGV GX 3HUUHX[ UpXQLĂ€FDWLRQ 1944 -­ Constitution du syndicat national des FDGUHV HW LQJpQLHXUV 61&,0 DGKpUHQW j OD CGT. A la LibĂŠration, crĂŠation de la CGC, rĂŠsultant du refus de la CGT et de la CFTC d’accepter OD GRXEOH DIĂ€OLDWLRQ SRXU OHV RUJDQLVDWLRQV GH FDGUHV DX VHLQ GX &$6,& 14 novembre 1944 -­ La CFTC crĂŠĂŠe le fĂŠdĂŠration française des syndicats G¡LQJpQLHXUV HW FDGUHV ))6,&

D’autant que le cartel confĂŠdĂŠral des ingĂŠnieurs et cadres, mis en place en 1946 par la CGT, UHIXVDQW O¡RUJDQLVDWLRQ GH O¡DFWLYLWp VSpFLĂ€TXH UHYHQGLFDWLYH SDUPL FHV FDWpJRULHV QH SHUPHW pas Ă la CGT de se dĂŠployer parmi ces catĂŠgories qui rejoignent plus massivement la CGC, DIĂ€FKDQW XQH SOXV IRUWH OLVLELOLWp Et alors que ce cartel confĂŠdĂŠral des ingĂŠnieurs et cadres s’est s’impliquĂŠ fortement dans la crĂŠation d’un rĂŠgime complĂŠmentaire de retraite et de prĂŠvoyance pour les cadres (le 14 mai 1947, naĂŽt l’Agirc). /D QDLVVDQFH GH OD &*& V¡RSqUH j OD VXLWH GX UHIXV GH OD GRXEOH DIĂ€OLDWLRQ SURSRVpH j OD &*7 HW Ă la CFTC par les organisations catĂŠgorielles de cadres non confĂŠdĂŠrĂŠs. Le dĂŠveloppement de la CGC, la reconnaissance de sa reprĂŠsentativitĂŠ sont aussitĂ´t instrumentalisĂŠs et encouragĂŠs par le patronat. /H FKHPLQHPHQW GX EHVRLQ G¡XQH VWUXFWXUDWLRQ GH O¡DFWLYLWp VSpFLĂ€TXH &*7 YRLW DORUV OH MRXU Il existe plusieurs façons de crĂŠer et d’encourager la fracture dans le salariat ;Íž soit en dĂŠcrĂŠtant en amont l’uniformisation du salariat, indĂŠpendamment de la prise en compte de la place de chacune de ses grandes composantes dans le process de travail, ce qui a pour effet de laisser seul l’encadrement face aux contradictions auxquelles il est confrontĂŠ et sous la pression patronale d’accroĂŽtre les tensions entre ouvriers-­employĂŠs et ingĂŠnieurs, cadres et techniciens ;Íž soit en cultivant le corporatisme et aboutir ainsi Ă des impasses catĂŠgorielles (cadres contre les autres) structurant les divisions au sein du salariat. La CGT s’appuie aussi sur des expĂŠriences structurelles en son sein et son audience dans les SURIHVVLRQV FRPPH O¡pQHUJLH HW OHV FKHPLQRWV TXL FUpHQW OHXU RUJDQLVDWLRQ VSpFLĂ€TXH IpGpUDOH /D &*7 DIĂ€UPH VD UpĂ H[LRQ VXU OD V\QGLFDOLVDWLRQ des cadres. Avec la crĂŠation de l’organisation VSpFLĂ€TXH O¡8*,& OD &*7 SRXVVH j WRXUQHU GpĂ€QLWLYHPHQW OD SDJH G¡XQH VWUDWpJLH G¡DOOLDQFH avec les cadres pour mieux se structurer en son sein et travailler aussi leurs propres revendications. /D QDLVVDQFH GH O¡8*,& HVW VDOXpH FRPPH XQH bouffĂŠe d’air par un certain nombre de cadres, qui d’emblĂŠe en validant cette nouvelle conception du VSpFLĂ€TXH UHMRLJQHQW OD &*7 Le mouvement de Mai 68 donne un nouvel ĂŠlan Ă O¡8*,&7 TXL JDJQH VRQ 7 GH WHFKQLFLHQV VXLWH DX[ occupations d’usines des techniciens. Lesquels dĂŠcouvrent les responsabilitĂŠs que leur confèrent OHXU TXDOLĂ€FDWLRQ HW OHV FDSDFLWpV G¡LQWHUYHQWLRQ dans la gestion stratĂŠgique des entreprises. En 1968, le CNPF (Medef de l’Êpoque) ne s’y trompe pas non plus en dĂŠclarant aux Assises de 9LOOHSLQWH ÂŤ  (‌)  Il  faut  empĂŞcher  à  tout  prix  que  les  cadres  basculent   et en poussant la CGC Ă se structurer dans les entreprises au plus près des cadres. FRQVWLWXH DXVVL XQ QRXYHDX WRXUQDQW GDQV OD UpĂ H[LRQ VXU OH VSpFLĂ€TXH GH OD &*7 $YHF OH FKDQJHPHQW GX SpULPqWUH GH O¡RUJDQLVDWLRQ VSpFLĂ€TXH ,&7 O¡DQDO\VH OD FRQFHSWLRQ GX VSpFLĂ€TXH &*7 pYROXH HQFRUH /D &*7 QH VH VWUXFWXUH SOXV VXU OH VHXO UDSSRUW KLpUDUFKLTXH au capital, les cadres en tant qu’encadrant, mais elle se structure ĂŠgalement sur les rapports DX WUDYDLO HW LQWqJUH GDQV OD UpĂ H[LRQ GX VSpFLĂ€TXH ,&7 OH UDSSRUW j OD TXDOLĂ€FDWLRQ j OD SODFH et au rĂ´le dans le process de travail des composantes du salariat, la question des rapports sociaux dans l’entreprise. &HWWH QRXYHOOH G\QDPLTXH GH O¡8JLFW SRUWpH SDU OD FRQIpGpUDWLRQ HVW YDOLGpH GDQV OHV IDLWV Des luttes se dĂŠveloppent, arrachant au patronat des conventions collectives et des grilles de FODVVLĂ€FDWLRQ GDQV OH SULYp FRPPH OHV JULOOHV ÂŤ  techniciens   et la Convention nationale des cadres dans la mĂŠtallurgie dans les annĂŠes 70. /D SULVH HQ FRPSWH FROOHFWLYH GH OD QpFHVVLWp HW GH O¡pYROXWLRQ GH O¡RXWLO 8JLFW SHUPHW DX[ ,&7 GH EpQpĂ€FLHU VXU OHV OLHX[ GH WUDYDLO GH WRXWH OD IRUFH GH OD &*7 HW G¡rWUH DLQVL O¡DIIDLUH GH WRXWH OD &*7 /HV DQQpHV YRQW GH SDLU DYHF OHV SUpPLFHV G¡XQH DXJPHQWDWLRQ VLJQLĂ€FDWLYH GX QRPEUH de cadres et de techniciens dans le salariat, de luttes fortes de cette population contre la dĂŠsindustrialisation (exemple Creusot-­Loire).

/¡8JLFW UpDOLVH VHV SUHPLHUV JUDQGV UDVVHPEOHPHQWV GH OXWWHV LQWHUSURIHVVLRQQHOOHV -­ 2 000 cadres et techniciens). C’est aussi l’apparition des premiers signes de divorce entre les cadres et les stratĂŠgies des directions d’entreprise. /¡8JLFW SU{QH GDQV OD &*7 XQH GpPDUFKH GH FRQTXrWHV SURSRVLWLRQQHOOHV /D FKXWH GX 0XU GH Berlin scellera le passage d’une dĂŠmarche d’adhĂŠsion des cadres, encore plutĂ´t idĂŠologique, au primat du revendicatif. En effet, le 44ème Congrès confĂŠdĂŠral, sous l’impulsion d’Henri .UDVXFNL SRXVVH DORUV OHV WUDQVIRUPDWLRQV GH OD &*7 &¡HVW XQ QRXYHDX VRXIĂ H SRXU O¡8JLFW CGT pour dĂŠployer une syndicalisation de masse des ICT sur des bases revendicatives d’interventions dans la gestion et dĂŠmocratique avec la consultation des salariĂŠs. /¡8JLFW FRQVWUXLW DORUV VRQ LGHQWLWp &*7 GDQV XQH GpPDUFKH G¡RXYHUWXUH GpPRFUDWLTXH et revendicative, dĂŠpassant l’Hexagone, puisqu’elle adhère Ă Eurocadres, organisation VSpFLĂ€TXH GH OD &(6 DYDQW O¡DGKpVLRQ GH OD &*7 j OD &(6 (Q O¡8JLFW &*7 VH GRWH G¡XQ ORJR ÂŤ  le  coquelicot   SRXU LGHQWLĂ€HU OD FRPPXQDXWp HW OD WUDQVYHUVDOLWp des prĂŠoccupations des cadres et des techniciens, au-­delĂ de la diversitĂŠ des organisations CGT qui OD FRQVWLWXHQW &HOD DFFRPSDJQH O¡DIĂ€UPDWLRQ GH OD GRXEOH QDWXUH GH O¡8JLFW &*7 RUJDQLVDWLRQ GH OD CGT pour s’adresser et se dĂŠvelopper parmi les ICT et, dans le mĂŞme temps, l’organisation qui rassemble les ICT dans la CGT comme l’indique les statuts GH OD &*7 O¡8JLFW &*7 j OD IRLV XQH RUJDQLVDWLRQ VSpFLĂ€TXH DXWRQRPH HW FRQYHUJHQWH Dans le but de mieux interprofessionnaliser son DFWLYLWp O¡8JLFW &*7 VH GpSORLH VXU OHV WHUULWRLUHV dans les annĂŠes mi 80 Ă 95 en dĂŠveloppant les FRPPLVVLRQV GpSDUWHPHQWDOHV 8JLFW j OD IRLV RXWLO GH O¡XQLRQ GpSDUWHPHQWDOH HW GH O¡8JLFW QDWLRQDOH Des premiers mouvements d’ensemble de cadres XQLWDLUHV FRQGXLWV SDU O¡8JLFW HW OD &*& UHYHQGLTXHQW dans les annĂŠes 99-­2000, une rĂŠduction du temps de WUDYDLO /¡8JLFW DIĂ€UPH GDQV OD &*7 HW DXSUqV GHV ,&7 OD QRWLRQ GH ÂŤ  cadres  salariĂŠs,  non  pas  comme  les  autres  mais  au  mĂŞme  titre  que  les  autres  salariĂŠs  . Les annĂŠes 2000 voient une augmentation constante des ICT avec pour corollaire une FURLVVDQFH GH OD SDUW LQWHOOHFWXHOOH GDQV OH WUDYDLO HW XQH VXUH[SORLWDWLRQ GX WUDYDLO TXDOLĂ€p VRXUFH GH OD SOXV PRQWDQWH SOXV IRUWH UHQWDELOLWp Ă€QDQFLqUH PDLV DXVVL XQ UHGUHVVHPHQW GHV HIIHFWLIV GH O¡8JLFW PrPH VL RQ QH FRPEOH SDV HQFRUH OH UHWDUG SULV SDU WRXWH OD &*7 VXU XQH conception de syndicalisation de masse des ICT.) )DFH j FHWWH UHFUXGHVFHQFH GH OD FURLVVDQFH GHV ,&7 GDQV OH VDODULDW GH OD GLYHUVLĂ€FDWLRQ des fonctions d’encadrement (cadre manager, de proximitĂŠ, commercial, expert‌), s’Êmerge une plus forte lisibilitĂŠ des prĂŠoccupations transversales et communes de l’encadrement. Au-­delĂ de la RTT et de l’Êquilibre vie privĂŠe -­ vie au travail, la quĂŞte de sens et la soif de reconnaissance, de moyens pour exercer ses responsabilitĂŠs sociales, traversent les luttes de dĂŠbut 2000 et structurent un changement d’Êtat d’esprit des ICT, attentifs, disponibles, Ă la recherche d’alternatives. 9RLOj SRXUTXRL FH TXL V¡HVW SDVVp DX GHUQLHU FRQJUqV FRQIpGpUDO HVW SDUWLFXOLqUHPHQW LPSRUWDQW le fait que la CGT se donne les moyens de porter confĂŠdĂŠralement le dĂŠploiement des ICT en V¡DSSX\DQW VXU OH VDYRLU IDLUH GH O¡8JLFW &*7 HW VRQ GpYHORSSHPHQW DYHF XQH FDPDUDGH GH OD GLUHFWLRQ GH O¡8JLFW DX %XUHDX FRQIpGpUDO Ce bref retour historique nous permet de mesurer la longue et lente maturation de la CGT sur OD SODFH TXH GRLW DYRLU O¡8JLFW GDQV OD FRQIpGpUDWLRQ HW O¡HQVHPEOH GH OD &*7 ­ OD IRLV RXWLO GHV syndiquĂŠs ICT, outil de la CGT toute entière, imbriquĂŠe dans la CGT et portĂŠe par toute la CGT. /D UpĂ H[LRQ VXU OH VSpFLĂ€TXH Q¡D MDPDLV pWp XQH TXHVWLRQ GH QRPEUH F¡HVW OD SRLQWH pPHUJpH GH O¡LFHEHUJ PDLV WRXMRXUV XQH DQDO\VH TXDOLWDWLYH HW VWUDWpJLTXH PrPH VL FHUWDLQHV GH FHV pYROXWLRQV FRPPH O¡LQWHUYHQWLRQ GH OD JHVWLRQ UHVWH REMHW GH GpEDW YRLUH GH FRQĂ LW PDOJUp les orientations confĂŠdĂŠrales alors que les questions d’implication et d’anticipation sur les VWUDWpJLHV GHV HQWUHSULVHV VH SRVHQW ELHQ DX GHOj GH OD IHUPHWXUH GHV HQWUHSULVHV ­ OD YHLOOH GH PRGLĂ€FDWLRQV VWUXFWXUHOOHV ORXUGHV GX V\QGLFDOLVPH HQ )UDQFH VXLWH j OD ORL VXU la reprĂŠsentativitĂŠ, qui relance la stratĂŠgie de constituer un fort bloc syndical rĂŠformiste et

Avril 1946 -­ A son 26ème congrès, la CGT met en place le cartel confĂŠdĂŠral GH LQJpQLHXUV HW FDGUHV &&,& &*7 qui s’implique dans la crĂŠation d’un rĂŠgime complĂŠmentaire de retraite et de prĂŠvoyance pour les cadres. 14 mars 1947-­ Naissance de l’AGIRC. Avril 1948 6XLWH DX SODQ 0DUVKDOO VFLVVLRQ et crĂŠation de FO. D’oĂš la FEN qui devient autonome, sauf les enseignants du technique. 24 et 25 avril 1948 -­ ConfĂŠrence nationale rĂŠunissant 250 dĂŠlĂŠguĂŠs ingĂŠnieurs et cadres destinĂŠe Ă remplacer le Cartel. 1DLVVDQFH GH O¡8GIC dont ANDREJEAN est secrĂŠtaire gĂŠnĂŠral. Dans les dĂŠpartements VRQW FUppHV GHV 8',& HQ OLHQ DYHF OHV V\QGLFDWV QDWLRQDX[ G¡, HW & /¡8*,& SXEOLH une revue ÂŤ  Travail  et  technique  . 1959 -­ Congrès de la CGT Ă Toulouse, BenoĂŽt Frachon appelle Ă renforcer les organisations CGT d’I. et C. 14 dĂŠcembre 1961-­5 juillet 1962 &RQĂ LW dans l’entreprise grenobloise Neyrpic dans lequel les I.C.T. sont partie prenante. DĂŠcembre 1961 -­ LH VHFUpWDULDW GH O¡8*,& signe une circulaire provoquant l’acte de UHGpPDUUDJH GH O¡8*,& 1963 -­ Importante grève des mineurs appuyĂŠe par les ingĂŠnieurs et cadres. Forte progression du nombre de ces catĂŠgories. 11 mai 1963 -­ ConfĂŠrence nationale de O¡8GIC j 6DLQW 'HQLV HOOH UpXQLW participants. 1964 -­ sortie du 1er n° d’237,216 15 et 16 mai 1965 -­ 1er congrès de O¡8GIC avec 380 dĂŠlĂŠguĂŠs. La place des techniciens et maitrises est abordĂŠe. 18 novembre 1966 -­ CrĂŠation de l’APEC. 18 mai 1968 -­ Appel de l’8*,& en direction des ICT pour qu’ils s’engagent dans l’action. 1969 /D &*7 PRGLĂ€H VHV VWDWXWV SRXU SUpFLVHU OD SODFH GH O¡8GICT en son sein. La mĂŞme annĂŠe, Ă son 3ème congrès, O¡8GIC devient 8*,&7 avec la prise en compte de la catĂŠgorie des techniciens en pleine