Issuu on Google+

BELGIQUE  BELGIË

P.P.  P.B. B386

AVRIL 2012

68e année - n°4 - Avril (ne parait pas en août) dépôt CHARLEROI X | P402047 | retour : CGSP place Fontainas, 9/11 1000 Bruxelles

CHEMINOTS

c i l b u p r u e t e c c e n s e u d m s m n o o c i s e n p e a s P e d l i a v a r t le

DOSSIER P. 3

ÉDITO La descente aux enfers du monde du travail : inéluctable ?

P. 2

cheminots cover avril 2012.indd 1

CONGRÈS STATUTAIRES CGSP Appels aux candidatures

P. 7

CHEMINOTS Hommage aux victimes de l’accident de Sierre !

P. 9

16/03/12 12:33


édito

La descente aux enfers du monde du travail : inéluctable ? Le 28 décembre 2011, passait sauvagement une loi-programme, fruit du gouvernement Elio Di Rupo 1er qui marque un tournant décisif dans la régression sociale en Belgique. Cette loi « sauvage » – puisque les différentes phases démocratiques habituellement appliquées pour le vote ont été courtcircuitées : pas de négociation syndicale et si peu de débats politiques ! – n’est que la première étape d’un accord gouvernemental qui en produira malheureusement d’autres… tout aussi noires.Déjà en juillet dernier, à la lecture du préaccord institutionnel, le front commun syndical criait en chœur sa désapprobation estimant les choix déséquilibrés au détriment du monde du travail (et donc au profit des entreprises, dont les banques pourtant reconnues par tous comme responsables de la crise). L’accord de gouvernement, finalisé le 5 décembre 2011, n’a fait qu’aggraver ce déséquilibre. La confection du budget 2012 a, en plus, nécessité des mesures à hauteur de 11,3 milliards d’euros qui affectent surtout les travailleurs.

aux soins de santé, aux fins de carrière, aux chômeurs, aux pensions… et aux services publics. Et puis, vient le contrôle budgétaire de mars 2012 : encore 2,3 milliards à trouver. Et, une fois de plus, le secteur public est visé de façon visible mais aussi de façon beaucoup plus insidieuse par les mesures d’économies difficiles à évaluer dans les dépenses dites « usurpées » par lesquelles le fédéral évacue des problèmes vers d’autres niveaux de pouvoir. Là aussi, le secteur public doit s’attendre à tout. Alors que dans les six priorités définies par la FGTB pour évaluer la situation, figure en 5e place : « la fin des «coupes sombres» linéaires et des attaques idéologiques contre les services publics » (sic), le Comité fédéral de la FGTB du 14 février « constate que grâce à nos actions syndicales et grâce à la grève du 30 janvier (NB : où la CGSP s’est montrée particulièrement active sur le terrain), nous avions réussi à obtenir des corrections aux mesures antisociales en matière de pensions et de prépensions, de chômage et crédit-temps » (sic). Il est impossible pour nous de rester muets devant pareil discours. Nos affiliés des services publics ne s’y retrouvent plus. Les citoyens non plus ! Et tout le monde va en subir les conséquences.

La réaction syndicale : trop tôt, trop tard ? Si la condamnation est unanime sur le banc syndical – et cette confection appréciée sur le banc patronal – la réaction à apporter par le monde syndical est diffiTous les camarades présents savent que lors de cile à définir. La cohésion du front commun ce Comité fédéral de la FGTB, le président l’accord de syndical interprofessionnel est faible et, au de notre centrale est monté à la tribune pour sein de la FGTB, chaque centrale y va de son gouvernement présente expliquer qu’aucune négociation n’avait encore analyse et de ses priorités, voire de ses intérêts. des aspects imbuvables commencé en ce qui concerne les interruptions Trop tôt, trop tard, trop mou, trop fort, les de carrière (crédit-temps) et les pensions dans le dénoncés par tous élections sociales arrivent, disent certains, secteur public. Pour la petite histoire, nos négoles conventions collectives aussi, ajoutent ciations n’ont débuté qu’après le 14 février : d’autres. Bref, le cocktail est idéal pour l’inertie ! nous n’avons toujours pas de texte pour les pensions et la négociation officielle pour les interruptions de carrière est programmée Néanmoins, des actions ont lieu en interprofessionnelle et pour le 22 mars prochain. C’est fâcheux de devoir le rappeler ! pour le secteur public. Nous avons été, chaque fois, présents en interprofessionnelle aux côtés des centrales du privé et on Il est difficile pour la CGSP de travailler sereinement dans un peut dire que la CGSP a été un élément essentiel de la réussite contexte interprofessionnel où nous avons le sentiment de nous de ces actions. Par contre, nous avons été esseulés quand, le retrouver isolés quand il s’agit du seul sort du secteur public. 22 décembre, il s’agissait du secteur public. Bien sûr, nous avons été inondés du soutien verbal de tous. Mais sur le ter- Aucune centrale ne pourra à elle seule défendre tous les travailrain, seuls les métallos wallons se sont manifestés de manière leurs. Il faudra un peu plus de solidarité interprofessionnelle significative. Pourtant, l’accord de gouvernement présente des si on espère vraiment contrecarrer la régression sociale mise aspects imbuvables dénoncés par tous : on touche à la sécu, en route par ce gouvernement.

dans nos régionaLes

Francis Wégimont, Secrétaire général de l’IRW-CGSP Alain Lambert, Vice-président de la CGSP fédérale

2

générale avril 2012.indd 2

namur Festivités du 1er mai 10h30 : Accueil, Maison syndicale « André Genot », rue de l’Armée Grouchy 41 à Namur. 11h : Meeting avec Jean-Claude Hubert, président FGTB, Joseph Thonon, secrétaire intersectoriel

régional CGSP-Namur, Guy Fays, secrétaire régional interprofessionnel FGTB et Anne Demelenne, présidente IW/FGTB et secrétaire fédérale FGTB. 12h : Barbecue géant (12 €/adulte – 6 €/enfant) Réservation obligatoire avant le

20 avril par versement sur le compte n° 636-3827404-08 communication : « SACNam 1er mai 2012 » ou par téléphone : 081 72 91 12 081 72 91 43, fax : 081 72 91 31 ou mail maryse.dussart@cgsp.be – veronique.lenaerts@cgsp.be Ambiance musicale et animations.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

20/03/12 08:25


???dossier

Pensions du secteur public : le travail de sape commence Si le gouvernement Di Rupo 1er a bouclé le volet secteur privé de la « réforme des pensions » (et interruptions de carrière), on est encore loin du compte du côté des pensions publiques Depuis le vote de la loi du 28 décembre 2011, sauvagement adoptée sans aucune négociation syndicale, nous n’avons cessé de dénoncer l’agression scandaleuse contre les pensions publiques portée par cette loi dont les objectifs sont bien plus idéologiques qu’économiques. Début janvier, l’annonce de négociations sur les pensions du privé et du public ouvrait l’espoir pour les organisations syndicales d’endiguer les dégâts déjà occasionnés par la loi du 28 décembre. Les négociations se sont terminées rapidement dans le privé tandis qu’elles n’avaient pas encore démarré dans le public ! Une négociation qui a tardé à démarrer Lors des rencontres informelles des groupes de travail du Comité A, les organisations syndicales ont mis sur la table toutes leurs récriminations sans qu’aucun projet de texte sur les pensions ne soit soumis. Le cabinet du ministre des Pensions s’est contenté d’écouter les observations et doléances des syndicats, attentif à quelques remarques techniques mais ignorant toute considération, même motivée, de nature à adoucir un tant soit peu l’accord de gouvernement. Durant plusieurs réunions houleuses, le Cabinet Van Quickenborne n’a cessé de faire preuve d’une méconnaissance flagrante des dossiers et d’une détermination sans faille à maintenir la régression prévue par l’accord gouvernemental et la loi du 28 décembre 2011. Il a fallu attendre le 23 février pour discuter en groupe de travail sur base d’un texte de grands principes rédigé par le gouvernement. À l’heure où ces lignes sont écrites, nous venons seulement de recevoir la note technique exposée par l’Autorité telle que complétée après la réunion du 23 février 2012. Nous sommes donc encore bien loin d’une négociation officielle sur base d’un projet de loi relatif aux pensions comme le prévoit le statut syndical. Cette négociation est toutefois prévue pour fin mars. Quelles sont les grandes lignes débattues et « virtuellement » retenues par l’Autorité ? Voici une synthèse des principaux éléments (à jour au 16 mars). Ils sont loin de nous satisfaire. La règle générale est que la Droite a taillé un costume idéologique pour tous les pensionnés de la fonction publique aux mensurations suivantes : 1. Le tantième de prédilection est 1/60e. 2. La pension anticipée ne commence qu’à 62 ans. 3. Il faut 40 années de services admissibles pour avoir droit à une pension complète. 4. Le calcul de la pension s’effectue sur la base des dix dernières années de service. Ce costume dessiné dans la loi du 28 décembre 2011 va subir des retouches en fonction de nos interventions ; certaines sont

Demain, une réalité ? (Crédit : CGSP) définitives, d’autres ne constituent qu’une période transitoire vers le régime général.

L’ouverture du droit à la pension

1

Règle générale pour l’obtention d’une pension à partir de 65 ans La réforme des pensions ne change rien à l’ancienne réglementation : à partir de 65 ans, le fonctionnaire peut obtenir sa pension s’il remplit la condition de carrière de 5 ans dans la fonction publique (hors bonifications pour diplôme).

2

Augmentation de la condition d’âge et de carrière pour la pension anticipée (règle générale – tantième 1/60e) Pour les personnes pour lesquelles la pension est calculée avec le tantième 1/60e, l’âge minimum du départ à la pension anticipée et la durée de carrière requise seront progressivement augmentés dès 2013 jusqu’à atteindre 62 ans et 40 ans de carrière. Des exceptions sont cependant prévues pour les carrières longues. Année

Âge minimum

2012

60 ans

5 ans

/

2013

60 ans 1/2

38 ans

60 ans si carrière de 40 ans

2014

61 ans

39 ans

60 ans si carrière de 40 ans

2015

61 ans 1/2

40 ans

60 ans si carrière de 41 ans

2016 et plus

62 ans

40 ans

60 ans si carrière de 42 ans 61 ans si carrière de 41 ans

Pour certaines catégories professionnelles issues de la SNCB (personnel roulant), de l’armée et de la police, les conditions de pensions en matière d’âge et de durée de carrière pour l’obtention d’une pension anticipée ne sont pas modifiées.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

générale avril 2012.indd 3

Condition Exceptions carrières longues de carrière

3

20/03/12 08:25


dossier

3

Congés et absences en cours, préalables à la mise à la retraite Les personnes dont les congés et absences préalables à la pension ont été introduits avant le 28 novembre 2011 auprès de leur employeur peuvent toujours accéder à la pension à 60 ans s’ils répondent aux conditions suivantes : - maintien de la rémunération ou du traitement d’attente durant l’absence ; - réduction/cessation irréversible des activités ; - le congé doit précéder immédiatement la mise à la retraite. Certaines exceptions sont cependant possibles en fonction des réglementations en vigueur.

4

Augmentation des conditions de carrière et d’âge pour la pension anticipée (règles particulières – tantième 1/50e et 1/55e) Les pensions de certaines catégories de personnel se calculent sur base d’un tantième plus avantageux que le 1/60e. Celles-ci bénéficient donc de dérogation à la règle générale en matière de condition de carrière et d’âge pour la pension anticipée. Un tableau a été imaginé par l’autorité pour régler la transition jusque 2022 et établir les possibilités de départ anticipé entre 60 et 62 ans pour les agents qui bénéficient d’un tantième de 1/50e ou de 1/55e et pour ceux qui peuvent faire valoir une carrière longue. (Voir tableau ci-dessous)

5

Mesures transitoires complémentaires pour les personnes qui sont sur le point de prendre leur pension La première mesure implique que celui qui satisfait, à un moment donné, aux conditions pour partir à la retraite antici-

Demain, une réalité ? (Crédit : CGSP) pée, conserve ces conditions, quelle que soit par la suite la date de prise en cours effective de sa pension (y compris en cas de passage vers une autre catégorie de personnel). La seconde mesure transitoire limite, pour les personnes proches de l’âge de la retraite, à deux ans le nombre d’années supplémentaires à prester pour obtenir une pension anticipée. En effet, sans cela, dans certains cas, suite à l’obligation de couvrir 40 ans de service, certains agents allaient devoir travailler jusqu’à cinq années de plus.

Le calcul de la pension

6

Adaptation jusqu’à 1/48e des tantièmes avantageux Pour des raisons historiques, le secteur public dispose de plusieurs tantièmes avantageux pour certaines catégories de personnel permettant d’atteindre plus rapidement une pension maximale. Pour les années de service prestées à partir du 1er janvier 2012, ces tantièmes avantageux supérieurs au 1/48e seront réduits à 1/48e.

Augmentation des conditions de carrière et d’âge pour la pension anticipée : règles particulières Année

Âge minimum 1/50

2012

60 ans

Condition de carrière 1/55

60 ans

1/50 5 ans

Exceptions carrière longue

1/55 5 ans

1/50 /

1/55 /

2013

60 ans et 6 mois

60 ans et 6 mois

31a 8m 1j 34a 9m 30j

60 ans si carrière de 33a 3m 30j

60 ans si carrière de 36a 8m 2j

2014

61 ans

61 ans

32a 6m

35a 9m 1j

60 ans si carrière de 33a 3m 30j

60 ans si carrière de 36a 8m 2j

2015

61 ans et 6 mois

61 ans et 6 mois

33a 3m 30j

36a 8m 2j

60 ans si carrière de 34a 2m 2j

60 ans si carrière de 37a 6m 30j

2016

62 ans

62 ans

33a 3m 30j

36a 8m 2j

60 ans si carrière de 35 ans 61 ans si carrière de 34a 2m 2j

60 ans si carrière de 38a 6m 1j 61 ans si carrière de 37a 6m 30j

2017

62 ans

62 ans

34a 2m 2j 37a 6m 30j

60 ans si carrière de 35a 9m 30j 61 ans si carrière de 35a 0m 1j

60 ans si carrière de 39a 5m 2j 61 ans si carrière de 38a 6m 1j

2018

62 ans

62 ans

35 ans

60 ans si carrière de 36a 8m 1j 61 ans si carrière de 35a 9m 30j

60 ans si carrière de 40 ans 61 ans si carrière de 39a 5m 1j

2019

62 ans

35a 9m 30j

60 ans si carrière de 37a 6m 61 ans si carrière de 36a 8m 1j

2020

62 ans

36a 8m 2j

60 ans si carrière de 38a 4m 61 ans si carrière de 37a 6m 1j

2021

62 ans

37a 6m

60 ans si carrière de 39a 2m 2j 61 ans si carrière de 38a 3m 30j

2022

62 ans

38a 3m 30j

60 ans si carrière de 40 ans 61 ans si carrière de 39a 2m 2j

4

générale avril 2012.indd 4

38a 6m

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

20/03/12 08:25


Cela a pour conséquence de relever sensiblement le nombre d’années de carrière nécessaires pour atteindre la pension maximale. Cependant, les personnes ayant déjà atteint l’âge de 55 ans au 1er janvier 2012 conservent l’actuel mode de calcul de pension, avec un tantième avantageux.

7

Prise en compte et admissibilité des périodes d’interruption de carrière Tant les agents statutaires que les contractuels ont la possibilité de prendre des périodes d’interruption de carrière, chacun dans le respect des législations adéquates publique ou privée. Il faut souligner la particularité des agents statutaires ou contractuels qui relèvent d’une autorité locale et pour lesquels s’applique la législation résiduaire du privé rendue obsolète depuis le pacte des générations sauf pour eux ! À côté de l’interruption de carrière « ordinaire », il existe une forme d’interruption de carrière « thématique » accordée pour des circonstances de vie particulières : congé pour soins palliatifs ; congé parental et assistance ou soins à un membre malade du ménage ou de la famille. Ces types d’interruption de carrière sont toujours admissibles gratuitement à partir du 1er janvier 2012, sans que la règle des 60 mois (ou des 20 %-25 %) ne soit d’application.

Avant 60 ans, une seule année civile (éventuellement suivie de 24 mois supplémentaires pour les périodes durant lesquelles le membre du personnel ou son conjoint perçoit des allocations pour un enfant de moins de 6 ans) pour l’interruption de carrière totale ou à mi-temps et pendant cinq ans pour une interruption de carrière à 1/5e temps (si, pour un motif exceptionnel, elle est prise à mi-temps, la première année d’interruption de carrière sera totalement assimilée). En matière de crédit-temps à mi-temps spécifiques aux fins de carrière, une assimilation basée sur le salaire lié au montant du droit annuel minimum s’applique à compter de l’âge de 55 ans à 60 ans et ce, pour autant que les assimilations susmentionnées soient épuisées (21 326,67 euros). Une assimilation de cinq ans est prévue à compter de l’âge de 60 ans pour les interruptions de carrière à un cinquième temps. Quant à l’interruption de carrière à mi-temps, une assimilation supplémentaire de deux années civiles est appliquée à partir de l’âge de 60 ans ainsi que, pour autant que les assimilations susmentionnées soient épuisées, une assimilation basée sur le salaire lié au montant du droit annuel minimum (21 326,67 euros). départ anticipé à mi-temps ou semaine volontaire des 4 jours (loi Vande Lanotte)

Quelles sont les nouvelles mesures ? statutaires (avec réserve pour les agents des administrations locales) L’agent bénéficie au total d’un maximum de 180 mois d’interruptions de carrière (ordinaires) admissibles. Avant 55 ans, 60 mois d’interruption de carrière sont admissibles dont 12 mois gratuits (plus éventuellement 24 mois supplémentaires si enfants de moins de 6 ans à charge) temps plein ou mitemps ou 60 mois 1/5e temps.

La réforme des pensions prévoit aussi de nouvelles règles relatives à l’admissibilité des périodes d’absence pour le départ anticipé à mi-temps et de la semaine volontaire des 4 jours. Pour celui qui a moins de 55 ans, à partir du 31 décembre 2011, une période maximale de 60 mois pour la semaine volontaire de 4 jours peut être admissible gratuitement. La période pour la semaine volontaire de 4 jours sera déduite de la période maximale de 60 mois admissible pour l’interruption de carrière avant l’âge de 55 ans. Pour ceux qui se trouvaient déjà en semaine volontaire de 4 jours, le compteur sera remis à zéro et ils pourront donc encore prendre une semaine volontaire de 4 jours durant 60 mois (admissible gratuitement). En outre, en cas d’épuisement des cinq années de semaine volontaire de quatre jours, les intéressés ont le droit de continue continuer de travailler à temps partiel, sans toutefois toucher la prime et sans admissibilité possible.

Après 55 ans, 120 mois d’interruption de carrière sont admissibles gratuitement pour les interruptions de carrière 1/5e temps tandis que pour les interruptions de carrière à mi-temps l’admissibilité est limitée à 84 mois dont 12 mois gratuits et le restant régularisable. Contractuels (avec réserve pour les agents des administrations locales) Pour les interruptions de carrière des contractuels ce sont les règles en vigueur dans la réglementation des salariés qui s’appliquent.

Demain, une réalité ? (Crédit : CGSP)

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

générale avril 2012.indd 5

Celui qui a 55 ans et qui, à partir du 31 décembre 2011, accède au régime du départ anticipé à mi-temps ou à la semaine volontaire des 4 jours, peut le faire en principe jusqu’à l’âge de 65 ans. En cas

5

20/03/12 08:25


dossier

de semaine volontaire de 4 jours, la période entière de 10 ans est interruption de carrière à mi-temps avec un départ anticipé à admissible gratuitement. En cas de départ anticipé à mi-temps, mi-temps, l’admissibilité est limitée aux sept premières années l’admissibilité gratuite est limitée aux sept premières années ou ou à 84 mois en tout. à 84 mois en tout. Pour ceux qui font la combinaison d’une Admissibilité Secteur public Interruption de carrière des agents statutaires et loi VDL

Assimilations Secteur privé Crédit-temps Avant 55 ou 60 ans

Après 55 ans

Avant 60 ans : Avant 55 ans : 1 an maximum 60 mois = 1 an à temps plein = 1 an à temps plein gratuit ou 1 an à mi-temps ou 1 an à mi-temps gratuit ou 5 ans à 1/5e temps ou 5 ans à 1/5e temps gratuit Si motif spécial, la deuxième année mi(+ év. 24 mois à temps plein ou mitemps est assimilée temps gratuits pour enfant < 6 ans) Loi Vande Lanotte Manne maximum qui contient les assimilations IC 60 mois 1/5

Crédit-temps motivé/ interruption de carrière motivé Congés thématiques

8

idem

Assimilé

générale avril 2012.indd 6

À partir de 60 ans : = 5 ans à 1/5e temps ou 2 ans à mi-temps 3 années restantes : droit annuel minimum, si la manne pour les 55 ans est épuisée Inexistant

Max 4 ans = 4 ans à temps plein ou 4 ans à mi-temps ou 4 ans à 1/5e-temps

24 mois gratuits pour soins à un enfant < 6 ans

Assimilation illimitée

Remplacement du salaire moyen des cinq dernières années par celui des dix dernières années de service Selon la loi du 28 décembre 2011, pour tous les régimes de retraite du secteur public, le montant de la pension est calculé au 1er janvier 2012 sur la base des dix dernières années de service. Cependant, les pensions suivantes sont calculées sur base des traitements des cinq dernières années : •  les pensions des personnes qui avaient déjà atteint l’âge de 50 ans au 1er janvier 2012 (nées avant 1962) ;

6

Avant 60 ans : 1 an = 1 an à temps plein ou 1 an à mi-temps ou 5 ans à 1/5e temps Si motif spécial, la deuxième année mi-temps est assimilée

De 55 ans à 59 ans inclus : De 55 ans à 59 ans inclus : Après 55 ans : Si la manne pour les 55 ans est épuiSi la manne pour les 55 ans est épuisée, Interruption de carrière de 120 mois sée, droit annuel minimum droit annuel minimum = 120 mois à 1/5e temps gratuits ou 84 mois à mi-temps ou 96 mois à 1/3 temps ou 108 mois à ¼ temps admissibles dont 12 mois à mi-temps gratuits (év.+ 24 mois mi-temps gratuits pour enfant < 6 ans) Période restante à mi-temps régularisable Loi Vande Lanotte Manne maximum qui contient les assimilations IC 120 mois 1/5, 84 mois 1/2 À partir de 60 ans : = 5 ans à 1/5e temps ou 2 ans à mi-temps 3 années restantes : droit annuel minimum, si la manne pour les 55 ans est épuisée

Entreprise en restructuration / en difficulté

Assimilations Secteur public Interruptions de carrière des agents contractuels

Admissibilité illimitée et gratuite

Inexistant 24 mois gratuits pour soins à un enfant < 6 ans

Assimilation illimitée

•  les pensions pour cause d’inaptitude physique ; •  les pensions du personnel du Groupe SNCB et autres agents de l’État, pour lesquels la pension était calculée, selon les anciennes dispositions en vigueur, sur base de moins de 5 ans ; •  les pensions les plus faibles (si le montant de la pension calculé sur les dix dernières années est inférieur à un certain montant à définir ultérieurement par arrêté royal). 

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

20/03/12 08:25


CongrÈs 2012 Congrès statutaire fédéral des 14 et 15 juin 2012

Le Bureau exécutif fédéral de la CGSP a décidé de débuter, via les Interrégionales, la procédure statutaire fédérale permettant l’organisation du Congrès statutaire de la CGSP fédérale des 14 et 15 juin 2012. Dès lors, les instances des trois Interrégionales ont été invitées à publier les appels aux candidatures afin de pourvoir les mandats des cinq membres du Secrétariat permanent et des trois membres du Collège des vérificateurs aux comptes.

Extraits des statuts de la CGSP

Ils sont actuellement pourvus comme suit : •  Cinq membres du Secrétariat permanent

Congrès statutaires CgsP – appels aux candidatures Deux Secrétaires généraux fédéraux (parrainés par leur groupe linguistique respectif et élus par le Congrès fédéral) : - néerlandophone  : Karel Stessens (Président), sortant et rééligible ; - francophone  : Alain Lambert (Viceprésident), sortant. •  Trois Secrétaires interrégionaux (élus par leurs Congrès respectifs et ratifiés par le Congrès fédéral) : - IRW : Francis Wégimont, sortant ; - VLIG : Chris Reniers, sortante et rééligible ; - Bruxelles : Jean-Pierre Knaepenbergh, sortant et rééligible. •  Trois vérificateurs aux comptes Le Congrès élit également trois vérificateurs

Article 49bis des statuts Tout candidat à un mandat de délégué permanent signe, dès le dépôt de sa candidature, un formulaire modèle A, défini dans l’Annexe VIII des présents statuts, par lequel il s’engage en cas d’élection à respecter les obligations en matière de gestion financière et comptable qui y sont précisées. Tout candidat à un mandat non permanent qui entraîne une participation à la gestion financière et comptable d’une des composantes de la Centrale signe dès le dépôt de sa candidature un formulaire modèle B, défini dans l’Annexe VIII des présents statuts. La signature du modèle A ou B constitue une condition d’éligibilité.

aux comptes de la CGSP (un par Interrégionale) : - IRW : Marcel Van Baelen, sortant et rééligible ; - VLIG : Marcel Van Impe, sortant et rééligible ; - IRB : Pascal Quensier, sortant et rééligible. Conformément à l’article 16 et aux annexes III et V des statuts de la CGSP fédérale (voir extraits ci-dessous), ainsi qu’au ROI respectif de chaque Interrégionale, les candidatures sont à adresser à : Karel Stessens, Président de la CGSP, Maison des Huit Heures, 9-11 place Fontainas, 1000 Bruxelles, par le canal d’une Interrégionale.

- Pour être parrainé, le candidat doit obtenir au moins 50 % des voix de son groupe linguistique. - Les membres du Secrétariat permanent de la Centrale sont réputés d’office candidat au renouvellement de leur mandat sauf avis contraire de leur part. - L’élection des Secrétaires généraux des Interrégionales est ratifiée par le Congrès fédéral. (…)

Annexe V — Élection des vérificateurs aux comptes - Les candidatures sont introduites auprès du Président de la Centrale par le canal des Interrégionales. Annexe III — Élection des membres du Secrétariat permanent - Seuls les secteurs et les régionales intersectorielles peuvent présenter des candidatures aux Interrégionales mais ils ne peuvent présenter qu’une Pour l’application de l’article 16 : candidature par poste à pourvoir. - Les candidatures sont introduites auprès du Président de la Centrale - Les Interrégionales procèdent au parrainage. par le canal d’une Interrégionale. - Seuls les secteurs et les régionales intersectorielles peuvent présenter - Pour être parrainé, le candidat doit obtenir au moins 50 % des voix de son Interrégionale. des candidatures aux Interrégionales mais ils ne peuvent présenter - Le Congrès fédéral élit les vérificateurs. qu’une candidature par poste à pourvoir. - Les groupes linguistiques procèdent au parrainage.

Congrès statutaire de l'interrégionale wallonne de la CgsP des 30, 31 mai et 1er juin 2012

Suite au lancement de la procédure statutaire fédérale permettant l’organisation des Congrès, seuls quatre mandats de vérificateurs aux comptes sont à conférer au sein de l’IRWCGSP (deux émanant des régionales et deux des secteurs) : - Guy Bourgeois, sortant ; - Marie-Jeanne Debus, sortante et rééligible ; - Charline Goemine, sortante ; - Stéphan Thoumsin, sortant et rééligible. Les mandats ci-après sont à conférer au sein de la CGSP fédérale : - Secrétaire général fédéral : Alain Lambert (Vice-président), sortant ; - Vérificateur aux comptes  : Marcel Van Baelen, sortant et rééligible. Les annexes III et V des statuts de la CGSP évoqués ci-avant dans l’appel fédéral sont

également d’application pour le présent appel wallon. Pour rappel, les mandats suivants ont déjà été pourvus pour l’IRW-CGSP, suite à la décision du Bureau wallon d’anticiper l’appel aux candidatures, d’une part, pour les mandats de Secrétaire général et Secrétaire général adjoint de l’IRW-CGSP et, d’autre part, du mandat de Secrétaire général fédéral francophone à conférer à la CGSP fédérale (voir Tribune de juin 2011). Réuni le 17  octobre 2011 à Namur, le Congrès extraordinaire a élu Gilbert Lieben comme Secrétaire général et Laurent Pirnay comme Secrétaire général adjoint de l’IRWCGSP. Le Secrétaire général devra être ratifié par le Congrès fédéral. Ce même congrès a désigné Michel Meyer comme candidat au parrainage francophone de la CGSP pour le mandat de Secrétaire général fédéral francophone de la Centrale générale des services publics. TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

générale avril 2012.indd 7

Le bureau communautaire francophone de la CGSP, réuni le 29 novembre 2011, a désigné Michel Meyer au mandat de Secrétaire général francophone de la CGSP fédérale. Celui-ci devra être élu par le Congrès fédéral (voir Tribune de décembre 2011). Ils entreront en fonction après les congrès statutaires de mai et juin 2012. Les candidatures éventuelles aux mandats de vérificateurs aux comptes wallons (quatre) et de vérificateur aux comptes fédéraux (un) doivent parvenir par l’intermédiaire des secteurs ou des régionales, au secrétariat de l’IRW-CGSP, Espace Solidarité, 47 rue de Namur, 5000 Namur (Beez), pour le 16 avril 2012 à 12 heures au plus tard. Par ailleurs, le congrès sera appelé à ratifier les candidatures présentées par les régionales et les secteurs pour la constitution du Bureau exécutif de l’IRW-CGSP et du Bureau exécutif fédéral CGSP. 

7

20/03/12 08:25


irB

interrégionale de Bruxelles Bruxelles, élections sociales en tête

T

ous les quatre ans, les élections sociales permettent aux travailleurs d’élire leurs représentants dans les conseils d’entreprises (CE) et comités pour la prévention et la protection au travail (CPPT). Elles se dérouleront du 7 au 20 mai dans tout le pays, tant dans le secteur privé que dans certains services publics qui sont bien présents dans la capitale. Pour une représentation syndicale forte et la défense efficace des travailleurs, la CGSP soutient ses délégués engagés dans la campagne pour porter haut nos valeurs de gauche et la défense des services publics et de ses travailleurs.

Les relations entre les autorités publiques et les organisations représentatives des travailleurs sont régies par le statut syndical qui reconnaît comme représentatives les trois organisations syndicales qui siègent au Conseil national du travail (FGTB, CSC, CGSLB) et peuvent faire la preuve de leur représentativité par le biais d’un décompte régulier du nombre de leurs affiliés. démocratie en mode hybride Si le statut syndical ne prévoit pas l’organisation d’élections sociales en tant que telles dans le secteur public, cela ne signifie pas que la démocratie n’est pas respectée. Elle est simplement organisée sur d’autres bases que dans le secteur privé. Étant donné les évolutions institutionnelles, plusieurs cas de figure existent. Dans les services publics régis par le statut, les affiliés de la CGSP élisent leurs délégués au cours d’élections syndicales au sein de leurs secteurs respectifs. D’autres, en raison de la dimension commerciale de leur activité, -Gazelco

(travailleurs de l’énergie) et la STIB (transports publics bruxellois)-, relèvent du droit privé et organisent des élections sociales. Les élections sociales concernent également d’autres segments des services publics où le personnel n’a pas de statut syndical spécifique comme, le secteur culture ou certaines missions locales et asbl qui relèvent du secteur ALR. Au secteur des Parastataux, c’est l’Université libre de Bruxelles (ULB) et Stater (ancien OCCH) qui se livreront à des élections sociales. Enfin, au sein du secteur AMiO, ce sont l’asbl du service social du SPF Affaires sociales et Santé publique ainsi que la Loterie nationale qui sont concernées. Être candidat, un engagement militant Les élections sociales, permettent donc aux travailleurs d’élire leurs représentants au CPPT et au conseil d’entreprise CE, deux organes composés de

Journée des candidats (sur invitation et inscription ; nombre de places limité) Samedi 21 avril de 10h à 18h - Tours & Taxis

représentants désignés de l’employeur et de représentants élus du personnel. Le CPPT a, comme son nom l’indique, des missions surtout consultatives en matière de sécurité et d’hygiène ; tandis que le CE a des compétences variées relatives aux aspects sociaux de la vie de l’entreprise avec certains pouvoirs de décision. En raison de l’importance qu’occupent ces organes dans le dialogue social, poser votre candidature aux élections sociales est un acte militant essentiel en ce sens qu’il permettra de faire passer via votre action les valeurs de solidarité, de progrès et de justice sociale en faveur des travailleurs. Engagement gratifiant aussi car à travers votre rôle, vous pourrez aider vos collègues et œuvrer pour l’intérêt collectif. Pour vous accompagner dans ce projet, la FGTB organise ce 21 avril une journée réservée aux candidats et à leur famille. Jean-Pierre Knaepenbergh Secrétaire général de l’IRB

Primes syndicales En complétant vos formulaires de prime syndicale, veillez à bien respecter les points suivants : - ils doivent mentionner un numéro de compte ; - être datés ; - porter la mention « lu et approuvé » ; - être signés.

www.cgsp-acod-bru.be

8

générale avril 2012.indd 8

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP - aVRIL 2012

20/03/12 08:25


édito

cheminots

Hommage aux victimes de l’accident de Sierre ! Nous n’avons pas les mots. Il est de ces événements qui sortent tout le reste de nos pensées. Certaines circonstances qui nous stoppent net dans notre lancée. Il est de ces réalités qu’on n’était pas prêts à recevoir et qui rendent toute tentative de bien-être illusoire. Nous n’avons pas les mots pour exprimer la puissance de la douleur. Nous avons lu au fond de vos yeux ce que signifiait le mot malheur. C’est une image glaciale comme ce soir de mars où vos espoirs brûlants ont laissé place à des cendres. Nous n’avons pas trouvé les mots pour expliquer l’inexplicable. Nous n’avons pas trouvé les mots pour consoler l’inconsolable. Nous n’avons pas les phrases miracles qui pourraient soulager vos peines. Aucune formule magique parmi ces mots qui saignent. Nous n’avons trouvé que notre témoignage pour vous aider à souffrir.

Michel Abdissi Pour l’ensemble des affiliés CGSP/ACOD du secteur Cheminots

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS - CGSP ChEmINoTS - aVRIL 2012

cheminots mars 2012.indd 9

9 16/03/12 12:59


CHEMINOTS

IVème Congrès statutaire IRW/IB – 1er mars 2012 Tous les quatre ans, ainsi que ses statuts le prévoient, l’IRW/IB organise son Congrès L’occasion de faire le point sur le travail accompli mais aussi d’actualiser notre réflexion et de se fixer de nouveaux objectifs pour les combats à venir. Le Congrès statutaire du 1  mars a réélu le Camarade Michel Abdissi comme secrétaire général du secteur Cheminots de la CGSP. er

Au niveau des vérificateurs aux comptes, les Camarades Jean-Claude Dufrasne, Paul Sandri et Gilbert Larbuisson sont élus pour un mandat de 4 ans.

10

cheminots mars 2012.indd 10

Le Congrès a approuvé : • le rapport des vérificateurs aux comptes (2008-2012), • le programme de la formation syndicale, • deux modifications au règlement d’ordre intérieur : Article 9 Point c : bureau exécutif Il a été ajouté le point (e) qui intègre les présidents des régionales du secteur au sein du BEF. Article 9 Point c : bureau exécutif Point supplémentaire : « Au BEF, les votes se font par régionale (au prorata du nombre d’affiliés actifs et pensionnés) ».

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

16/03/12 12:59


Avant de passer à l’examen de l’ordre du jour et aux déclarations habituelles, le Président souhaite céder la parole aux représentants de B-MO1, le DG, la cheffe de service et le manager de Bruxelles, afin qu’ils présentent l’évaluation de la réorganisation de la permanence locale. Nous réitérons notre opposition à la suppression de la permanence qui, à nos yeux, constitue un recul et contribue à l’altération des liens sociaux entre les agents. Nous observons que l’analyse de risque quant à la charge psychosociale n’est toujours pas réalisée, que certaines démarches doivent encore faire l‘objet d’améliorations notables, telles l’accessibilité du service par téléphone et la transmission des prises de service par SMS. Les responsables de B-MO nous répondent être au courant de ces remarques qui ont été formulées par les agents lors d’une rencontre organisée le 5 mars 2012 à Bruxelles. Des corrections ont été ou seront prochainement apportées. Ils nous précisent être raisonnables et animés par la volonté de procéder aux évaluations nécessaires, à chaque phasage de l’opération de telle sorte, le cas échéant, à modifier certains objectifs. La prochaine réunion d’évaluation est prévue le 26 mars 2012, lors de celleci l’analyse de risque psychosociale devrait être présentée par CPS. Ensuite, la CGSP tient à souligner son agacement quant à la mauvaise réalisation du dialogue social au sein du groupe SNCB. En effet, après avoir dû subir la politique du fait accompli et le non-

respect des engagements pris par la SNCB concernant la réorganisation des permanences locales. Voilà qu’aujourd’hui, Infrabel procède à des adaptations structurelles internes en faisant fi de l’élémentaire respect de la concertation sociale. Elle organise des séances d’information en faveur du personnel préalablement à la présentation des dossiers au sein des organes paritaires. ICTRA quant à lui, ne respecte pas l’accord, intervenu en S/CPN le 7/2/11, relatif au fonctionnement interne et de la ligne hiérarchique qui doit être statutaire pour les attributions fixées par le Statut du Personnel et les règlements. Ce principe a été détourné de telle sorte que dans l’organigramme d’ICTRA figure un agent externe (Syntigo) qui exerce une autorité administrative sur des collaborateurs statutaires. D’une façon générale, malgré l’absence d’un accord social, nous déplorons que le groupe SNCB passe en force sur toute une série de dossiers, l’adaptation du ROI de la CPN, le chantage à l’assurance hospitalisation… Désormais, il voudrait réviser unilatéralement la convention relative aux interruptions de travail, en stigmatisant les agents et en bridant l’exercice du droit de grève. Toutes ces initiatives sont portées, selon vos déclarations, afin d’assurer la bonne pratique du dialogue social. En la matière, nous avons toujours pris nos responsabilités et nous les assumons pleinement. Malheureusement, nous ne sommes pas persuadés que cet état d’esprit est réciproque.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

cheminots mars 2012.indd 11

En tous les cas, nous refusons d’entrer dans un débat biaisé, s’érigeant quelques fois en chantage et nous souhaitons que des actes positifs soient concrétisés afin de permettre le retour de la confiance entre les partenaires sociaux.

CHEMINOTS

Compte rendu de la sous-commission paritaire du 7 mars 2012

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, le groupe SNCB souffre d’un déficit de confiance auprès de ses agents. Dès lors, nous tenons à rappeler quelques dossiers qui sont toujours en suspend depuis de nombreux mois et pour lesquels une solution n’a pas abouti : - octroi de l’échelle 325 ; - toilettage de l’avis 127P/70  relatif aux travaux malsains et insalubres ; - évaluation de l’épreuve de conseiller psychosocial ; - octroi de l’indemnité pour usage d’un vélo entre domicile et siège de travail ; - organisation d’épreuves donnant accès aux grades de « principal » ; - fixation des conditions de détachement des agents statutaires vers les différentes filiales Nous tenons encore à souligner les conditions déplorables et désastreuses dans lesquelles se sont déroulés certains tests d’aptitude relatifs aux épreuves de sélection. C’est intolérable. Les candidats ont été déstabilisés, certains ont été invités 3 fois aux tests. Nous exigeons des mesures correctrices, dans tous les cas, à ces dysfonctionnements. Les agents lésés doivent avoir l’opportunité de représenter en tout ou en partie les tests interrompus. Nous demandons pour que les mesures soient prises, en vue de permettre aux dessinateurs techniques temporaires recrutés en décembre  2011 de participer à l’épreuve de dessinateur technique statutaire.

11

16/03/12 12:59


CHEMINOTS

Enfin, nous exigeons des informations quant à la décision du Conseil d’État de ne plus valider les tests linguistiques.

-

-

-

-

Le Président nous répond que : - il est favorable au bon déroulement du dialogue social  et à cet égard, B-MO est, selon lui, un bon exemple de la volonté de le concrétiser ; au sujet de la réorganisation d’Infrabel, qu’il aurait été préférable que les OR soient averties préalablement aux agents ; afin de régulariser la situation décrite à ICTRA, la Holding va recruter la personne en question ; un document au sujet de l’octroi de l’échelle 325 sera proposé à l’ordre du jour d’une prochaine réunion ; les directions concernées par la révision de l‘avis 127P/70 n’ont toujours pas fait parvenir toutes les informations techniques nécessaires ; un document sera proposé avant les grandes vacances au sujet des conditions de détachement des statutaires vers les filiales ; l’évaluation de l’épreuve de conseiller psychosocial est aussi liée à l’octroi de la 325 ; l’octroi de l’indemnité pour usage d‘un vélo sera proposé au prochain Comité de direction ; au sujet des épreuves de sélection, HR n’est pas fier des évènements qui se sont déroulés.

Il précise, qu’à sa connaissance, chaque agent concerné a été invité à repasser en partie ou en totalité les tests interrompus. Il n’a pas connaissance de plaintes mais nous invite à lui communiquer rapidement les situations litigieuses. Il examinera notre demande relative à la participation à l’examen de dessinateur technique statutaire Enfin, il précise qu’un document sera présenté à la réunion d’avril au sujet des tests linguistiques.

12

cheminots mars 2012.indd 12

Ordre du jour 1. Approbation du PV n° 1080 Nous demandons des informations relatives à l’installation et mutations à B-MO des s/chst retenus par Infrabel. Ce dossier est à l’examen à Infrabel et les mouvements sont planifiés, progressivement, jusqu’en 2013. Face à l’urgence de certaines situations, B-MO va recruter des s/chst temporaires mais en nombre limité. Les informations relatives au coût dû au retard de H2R sont à transmettre par écrit au Directeur général HR. L’organisation d’une épreuve spéciale donnant accès au grade d’agent info trafic est approuvée sans l’accord de la CSC Transcom. Un document sera néanmoins transmis à la CPN. Nous demandons des renseignements quant aux recrutements d’opérateurs de maintenance à H-Stations. De plus, nous sollicitons des informations sur le rôle de gestionnaire de quais au sein d’H-Stations. Le président va s’informer. 2. Création du grade d’opérateur technique bâtiments La création du grade «  d’opérateur technique bâtiments » a été présentée lors de la sous-commission paritaire du 15 février 2012. Or, il a été constaté tardivement que deux agents temporaires, mis à part le fait qu’ils ne sont pas statutaires, remplissent également les conditions pour participer à ladite épreuve. Il est donc proposé de les y laisser participer. Le document est approuvé. 3. RGPS 548 – Article 77 bis – Interruptions de travail Pour rappel, ce document a pour objectif de réviser les conditions d’or-

ganisation des interruptions de travail, notamment en règlementant plus sévèrement les délais de préavis ou la reconnaissance légitime des arrêts de travail. De plus, il instaure le principe de l’application de mesures disciplinaires en cas de non-respect de ces exigences. Nous rappelons notre position sur ce dossier, au préalable à toute discussion, nous exigeons la garantie qu’aucune sanction disciplinaire ne sera appliquée jusqu’au 1er février 2012 inclus. La Direction ne peut rencontrer notre demande et l’assimile à du chantage. Dès lors, nous refusons le document et avertissons que si des agents devaient être punis, nous n’hésiterons pas à prendre nos responsabilités… Enfin, nous insistons pour que les mesures actuellement d’application constituent la seule règle. 4. Organisation d’une épreuve fermée pour l’accès au grade de sous-chef de gare « Infrabel » Les modalités d’organisation d’une épreuve fermée donnant accès au grade de sous-chef de gare « Infrabel » ont été définies dans l’avis 153 H-HR du 4 novembre 2010. Cette épreuve a été organisée afin de donner l’occasion au personnel utilisé dans les postes de signalisation d’évoluer dans leur domaine d’activité spécifique (régulation du trafic des trains). Pour les mêmes raisons, il est proposé d’organiser prochainement à nouveau une telle épreuve, dans les mêmes conditions que celles qui étaient prévues dans l’avis précité. Nos collègues du front commun sollicitent l’étendue de la mesure aux agents « Voyageurs » et « Cargo ». Leur requête est rejetée.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

16/03/12 12:59


5. Utilisation des agents rendus disponibles a b-freight services (b-fs) après le 1/12/2011 L’avis 37 H-HR du 15 février 2011 a entre autres prévu les possibilités de réaffectation et de réutilisation des agents qui étaient considérés comme disponibles « B-Cargo Operations » le 1/2/2011 dans le cadre de la restructuration du secteur « Marchandises ». Ensuite, l’avis 114 H-HR du 16 juin 2011 a étendu ces possibilités de réaffectation et de réutilisation aux agents titulaires d’un poste du cadre à B-Freight Services (B-FS) le 1/2/2011 et rendus disponibles entre cette date et le 1/12/2011. Donc, depuis cette dernière date, les règles normales sont d’application. Or, d’une part, des mises en disponibilité pourront encore se produire à B-FS et d’autre part, des agents qui avaient été installés à l’essai ou en stage dans un autre grade ou une autre spécialité doivent réintégrer B-FS faute de pouvoir être régularisés. Pour les agents détenant un grade « cargo », les possibilités sont minces. C’est la raison pour laquelle il est proposé d’étendre les mesures spécifique prévues par l’avis 37 H-HR/2011 à ces catégories de personnel. 6. Télétravail Le Groupe SNCB s’emploie en permanence à améliorer son image d’employeur moderne et attractif. Le télétravail représente une attente pour beaucoup de jeunes candidats. À cet égard, il souhaite mettre en vigueur un projet pilote. Dans le cadre de celui-ci, un nombre maximal de volontaires par entité du Groupe SNCB pourront télétravailler pendant une période d’un an. Une évaluation semestrielle sera établie avec les

membres de la sous-commission paritaire. Après une année, le projet-pilote de télétravail sera évalué en concertation paritaire. Nous intervenons pour souligner que ce projet devrait s’inscrire dans le cadre d’un accord social global. De plus, nous réclamons qu’il soit soumis à la CNPPT car certains aspects sont relatifs au bien-être au travail. 7. Confidentialité des données Cette proposition vise le respect, par chaque membre du personnel du groupe SNCB aussi bien pendant l’exécution de sa mission qu’après la fin de celle-ci, pour quelque raison que ce soit, du caractère confidentiel de toute information relative aux activités du groupe SNCB, des sociétés liées et des clients. En particulier, elle fait référence au caractère confidentiel des fonctions essentielles d’Infrabel. Nous demandons si les permanents syndicaux sont concernés par cette disposition. Le président nous répond que les informations qui nous sont communiquées dans le cadre de notre mission syndicale (p. ex des informations économiques) ne sont pas visées. Dans les autres cas, les permanents syndicaux sont des agents statutaires du groupe SNCB. Document approuvé. 8. Traitement de données HR à caractère personnel Cette proposition vise principalement à empêcher tout traitement illégal de données à caractère personnel Elle est applicable à tous les membres du personnel au sein du Groupe SNCB qui, par l’exercice de leur fonction, ont connaissance de données à

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

cheminots mars 2012.indd 13

caractère personnel et les traitent comme défini dans la loi sur la vie privée du 8 décembre 1992. En outre, tous les membres du personnel du Groupe SNCB tombent sous l’application de l’avis H-HR 15 «  Confidentialité des données  » (numéro…). Elle vise le respect, par chaque membre du personnel du Groupe SNCB, tant pendant l’exécution de son service qu’après la fin de celui-ci pour quelque raison que ce soit, du caractère confidentiel de toute information relative aux activités du Groupe SNCB, des sociétés liées et des clients. Il est plus particulièrement fait référence au caractère confidentiel des fonctions essentielles d’Infrabel.

CHEMINOTS

Néanmoins, le document est approuvé.

Document approuvé. 9. Document d’information – Adaptations organisationnelles au sein d’Infrabel Lors du comité de Direction d’Infrabel du 28 février 2012, 4 adaptations à l’organisation actuelle ont été approuvées : 1. La scission du service actuel I-I.3 « Signalisation » en un nouveau service I-I.2 « Projets de signalisation » et un service I-I.3 « Gestion et maintien des installations de signalisation » Le service «  Signalisation  » doit faire face à 2 défis différents qui demandent chacun une gestion et une approche organisationnelle différentes : • d’une part, gérer de façon optimale le bon fonctionnement des installations de signalisation actuelles et les maintenir ; • d’autre part, accélérer le renouvellement des installations actuelles vieillissantes par des installations plus sûres et sécuriser la circulation ferroviaire avec des systèmes performants

13

16/03/12 12:59


CHEMINOTS

de protection de la marche des trains tels que TBL1 + et ETCS. 2. L’introduction d’Area’s au sein de la Direction Réseau L’organisation locale actuelle de Réseau autour de 13 GRI-R était nécessaire pour une organisation décentralisée (~ 4  000 membres du personnel, 90 sièges de travail…). En raison de la concentration des cabines de signalisation et des moyens informatiques toujours plus performants, elles seront réduites et rendront l’organisation actuelle obsolète. Une rationalisation est donc nécessaire et Infrabel va en profiter pour réaliser en même temps une uniformité géographique : • 5 Areas (au niveau Division) sont créées, greffées sur les Zones Infrastructure qui voient ainsi leur nom modifié en Area Infrastructure ; • les GRI-R actuelles sont partagées entre les 5 Areas de Réseau ; • les collaborateurs actuels des GRI-R (le Manager et les bureaux de « Surveillance générale  », «  Organisation du trafic  » et «  Services généraux  ») restent sur place ; il n’y a aucun impact sur les collaborateurs actuels ; • en fonction des départs naturels du personnel, ces postes seront progressivement centralisés au niveau Area. 3. l’introduction de Business Partners Finance Les bureaux, cellules ou collaborateurs au sein des Directions et des Services Généraux d’Infrabel qui exécutent des activités de contrôle financier sont transférés vers le Service général finance mais restent

14

cheminots mars 2012.indd 14

physiquement présents dans les Directions ou les Services généraux qu’ils soutiennent ; 4. Le rassemblement des processus concernant l’« attribution de la capacité du réseau ou des sillons » au sein de la Direction Accès au Réseau Actuellement, les processus concernant l’«  attribution de la capacité du réseau ou des sillons » sont dispersés : • l’« Attribution des sillons » a lieu, entre autres, au sein de I-AR.12 ; • la « Coordination des travaux et du trafic  » au niveau central et pour la zone de Bruxelles a lieu au sein de I-R.21 ; • les 4 cellules régionales de « coordination des travaux et du trafic » (greffées aux zones Infrastructure) font partie des «  Bureaux Organisation Trafic  » dans les GRI-R de Gand, Anvers, Namur et Mons (pour un total de 25 collaborateurs). L’ensemble des collaborateurs impliqués dans ces activités, sont rassemblés au niveau organisationnel au sein de la Direction Accès au Réseau. Les collaborateurs travaillant dans les 4 cellules régionales restent bien sur place. Nous exprimons notre désapprobation quant à la façon dont l’information a circulé et particulièrement le fait d’avoir été informé a posteriori. De plus, nous insistons pour souligner que la réorganisation I-I 3 est propice à l’externalisation des activités, notamment au profit de Tuc Rail. Nous réclamons des informations quant à l’impact de ces mesures sur l’emploi à Infrabel.

Selon la représentante Infrabel, la concentration des cabines entraînera une rationalisation des emplois. Toujours selon elle, en ce qui concerne I-I 3, au contraire, cette réorganisation va entraîner la création de postes supplémentaires. De plus, il n’y a aucune volonté d’externaliser les activités à Tuc Rail. Nous en acceptons l’augure et insistons pour que l’emploi à créer soit statutaire. Toutefois, nous serons particulièrement attentifs à l’évolution de ce dossier qui fera l’objet d’une information régulière auprès du Comité de pilotage. 10. Validation de la candidature de lauréats d’une épreuve fermée de sous-chef de gare «  cargo  » pour la spécialité « voyageurs » Des épreuves fermées donnant accès au grade de sous-chef de gare, spécialités «  cargo  » et «  voyageurs  », ont été annoncées par l’avis 105 H-HR/2007 (complété par les avis 122 et 131 H-HR/2007). Actuellement, pour la spécialité «  cargo  », 40 lauréats néerlandophones et 25 lauréats francophones sont encore en liste. Étant donné les faibles perspectives d’installation dans la spécialité «  cargo  » d’une part et les besoins en personnel de la spécialité « voyageurs  » d’autre part, il est proposé de valider la candidature de ces 65 agents pour la spécialité «  voyageurs  ». Ils seraient classés après les lauréats de la même épreuve encore en liste pour cette dernière spécialité. Le document est approuvé.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

16/03/12 12:59


Afin de pouvoir répondre aux demandes de congé du personnel du Groupe SNCB pendant la période de Pâques 2012, la SNCB Holding procèdera au recrutement de 175 étudiants jobistes dont 38 dans le service vente.

Les conditions générales concernant le recrutement des étudiants reprises dans l’avis 41H-HR du 18.03.2009 sont d’application, excepté pour les étudiants SNCB Mobility – Vente où sont retenus exclusivement les étudiants qui ont déjà suivi une formation spécifique.

soient à disposition des livres d’ordre de telle sorte, que les agents puissent respecter les modalités d’inscription dans les délais impartis.

CHEMINOTS

11. Document d’information Étudiants jobistes – Pâques 2012

P. Lejeune et M. Praillet Secrétaires nationaux

Nous demandons que les dispositions soient prises afin que ces informations

À LIRE L’enjeu du salaire La souveraineté populaire doit être défendue. Patronat et banquiers pratiquent le chantage à l’emploi et à la dette pour réduire les droits sociaux. Les gouvernants de droite et de gauche, loin de leur résister, s’évertuent à leur envoyer des « signaux » qui les incitent à réclamer davantage. Est-il possible de briser cette soumission ? Oui, répond cet ouvrage, qui propose de porter plus loin les institutions qui sont nées des luttes pour le salaire, et dont nous faisons à grande échelle l’expérience de l’efficacité : la qualification personnelle et la cotisation. La qualification personnelle peut faire disparaître le marché du travail, à condition d’attribuer à chacun, à sa majorité, une qualification et donc un salaire. Et contre les projets de remplacer la cotisation sociale par la CSG, la TVA ou les mutuelles, il faut au contraire l’étendre en créant une cotisation économique pour un financement de l’investissement sans crédit et donc sans dette. L’enjeu du salaire, c’est la disparition du marché du travail, et donc du chantage à l’emploi, ainsi que la suppression du crédit lucratif, et donc du chantage à la dette. Ce n’est ni d’une réforme fiscale ni d’une plus grande régulation étatique que nous avons besoin, mais de plus de pouvoir populaire sur l’économie et sur le travail. Bernard Friot est un sociologue et économiste français. Il enseigne à l’Université Paris X et anime l’Institut européen du salariat. Ses recherches portent sur la sociologie du salariat et la comparaison des systèmes de protection sociale en Europe. Friot, Bernard, L’enjeu du salaire, Éd. La Dispute, Paris, mars 2012, 176 p., 15 €. Le retour du peuple La société contemporaine est caractérisée par le développement de la précarité. Son installation ainsi que celle d’un chômage massif comme formes habituelles du statut professionnel, l’explosion des CDD, de l’intérim et des temps partiels imposés ont métamorphosé le monde du travail. Le visage des vaincus du système, c’est celui des caissières de supermarchés, des travailleurs exploités dans le bâtiment, des jeunes de la restauration rapide. Si la classe ouvrière disparaît peu à peu, le peuple, lui, grandit. La détérioration des conditions de travail, qui n’épargne pas les cadres, produit une nouvelle unité, une nouvelle conscience et de nouvelles revendications. C’est à leur écoute qu’une gauche franchement à gauche doit se mettre aujourd’hui. Clémentine Autain, 38 ans, a été conseillère à la mairie de Paris. Elle est aujourd’hui codirectrice du mensuel Regards et soutient le candidat Jean-Luc Mélenchon. Clémentine Autain, Le retour du peuple : de la classe ouvrière au précariat, Éd. Stock, Paris, février 2012, 120 p., 12 €.

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

cheminots mars 2012.indd 15

15

16/03/12 12:59


À LIRE

Le capitalisme en 10 leçons Au fil d’une dizaine de chapitres clairs et pédagogiques illustrés par Charb, Michel Husson propose un petit cours d’économie critique, résolument à contre-courant de l’idéologie dominante, destiné à mieux faire comprendre les rouages essentiels, mais aussi les contradictions structurelles d’un système économique qui domine aujourd’hui le monde. Pour y voir clair et saisir le mode de fonctionnement d’une économie qui gouverne nos vies et les rend invivables. Michel Husson est économiste, membre du conseil scientifique d’Attac. Il a notamment publié Les casseurs de l’État social (La Découverte, 2003) et Un pur capitalisme (Page Deux, 2008). Charb, dessinateur corrosif, est journaliste à Charlie Hebdo, où il dessine notamment les aventures de Maurice et Patapon. Husson, Michel, Le capitalisme en 10 leçons. Petit cours illustré d’économie hétérodoxe, Éd. Zones, Paris, février 2012, 256 p., 16 €. Les ennemis intimes de la démocratie On peut regarder l’histoire politique du XXe siècle comme l’histoire du combat de la démocratie contre ses ennemis extérieurs : le fascisme et le stalinisme. Ce combat s’est achevé avec la chute du mur de Berlin. D’après certains, il se prolonge contre de nouveaux ennemis – islamo-fascisme, terrorisme, dictateurs sanguinaires… Pour Todorov, ces dangers, certes réels, ne sont pas des candidats crédibles à cette succession. Le principal ennemi de la démocratie, c’est devenu elle-même, ou plutôt certains aspects plus ou moins visibles de son développement, qui en menacent jusqu’à l’existence même. Liberté et barrières, tolérance et responsabilité, balance des contre-pouvoirs – seul un dosage subtil pourra permettre à la démocratie de durer en étant autre chose qu’un paravent ou un faux-semblant : un modèle où les forces contradictoires qui agitent individus et sociétés trouvent une forme d’équilibre perpétuellement instable, et où le «  vivre-ensemble » garde un sens. Tzvetan Todorov est directeur de recherches au CNRS, critique, historien, philosophe et universitaire mondialement reconnu. Tzvetan Todorov, Les ennemis intimes de la démocratie, Éd. Robert Laffont, Paris, janvier 2012, 259 p., 20 €.

SOMMAIRE

TRIBUNE

Infos GÉNÉRALES

Infos CHEMINOTS

2 / Édito • La descente aux enfers du monde du travail : inéluctable ? / Dans nos régionales 3 / Dossier • Pensions du secteur public : le travail de sape commence 7 / Congrès statutaires 2012 – Appels aux candidatures 8 / IRB • Bruxelles, élections sociales en tête

9 / Édito • Hommage aux victimes de l’accident de Sierre ! 10 / IVème Congrès statutaire IRW/IB – 1er mars 2012 11 / Compte rendu de la sous-commission paritaire du 7 mars 2012 15 / À lire

www.cheminots.be

www.cgsp-wallonne.be Membre de l'Union des Éditeurs de la Presse Périodique Mensuel de la Centrale générale des services publics (CGSP) de la FGTB

16

cheminots mars 2012.indd 16

Éditeur responsable : Francis Wégimont - Place Fontainas, 9/11 - 1000 Bruxelles - tél. 02 508 58 11

TRIBUNE DES SERVICES PUBLICS  CGSP CHEMINOTS  AVRIL 2012

16/03/12 12:59


Cheminots web avril 2012