Page 1

mag

Hautes-Pyrénées 65 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M AT I O N S D U C O N S E I L G É N É R A L

M A R S - AV R I L 2 0 1 2

Construire notre avenir ensemble ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2012 DU CONSEIL GÉNÉRAL

w w w. c g 6 5 . f r

H AU T E S - P Y R É N É E S CONSEIL GÉNÉRAL


sommaire

M A G A Z I N E M A R S - AV R I L 2 0 1 2

mag’ACTU p.5

HAUTES-PYRÉNÉES MAG MARS - AVRIL 2012 DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

Michel Pélieu, Président du Conseil Général RÉDACTION

Direction de la communication du Conseil Général CRÉATION GRAPHIQUE

New Deal © PHOTOS

Andy Barréjot, Odile Bernard Servin, Gérard Béros, Marc Burgueros, Laurent Dard, Goanda / JN Herranz, Cyrille Marqué, La Semaine des Pyrénées, Shutterstock, Thinkstock, X, droits réservés.

Le tourisme hivernal Interventions déneigement Mieux vivre plus longtemps La santé de la mère et de l’enfant Ranger les vieilles bobines Le département des Hautes-Pyrénées au salon de l’agriculture Notre histoire sur la toile Les notaires et le département renforcent leur coopération Une charte pour harmoniser l’usage des sols

16

p.

p.

25

IMPRESSION

Philippe BECQUAERT Imprimeries IPS DISTRIBUTION

La Poste Dépôt légal : mars 2012 Tirage : 116 000 ex.

POUR CONTACTER LA RÉDACTION

Par courriel : hpmag@cg65.fr Par téléphone : 05 62 56 78 70 Par courrier : Conseil Général Service Communication Hautes-Pyrénées Mag 6, rue Gaston Manent BP1324 - 65013 Tarbes CEDEX

CETTE ANNÉE LÀ

CANTONS

Artagnan Aureilhan Cabanac Juillan Lourdes Tournay

DOSSIER

10

Les Orientations p. Budgétaires 2012 du Conseil Général

27

p.

mag’AGENDA

Retour en images ............................................................................................................................................ p.4 En Vedette

Si vous constatez des problèmes de distribution du magazine à votre domicile, dans votre rue ou sur votre commune, merci de le signaler auprès du service communication du Conseil Général au 05 62 56 78 70.

Thomas Lechable // Marc Gualbert // Antoine Perrault & Jérôme Perseval // Stéphane Tanchaud.................................................................................. p.19

Génération

ans Avis de neige dans les collèges ! ..................................... p.23

Culture Occitane

Le bilinguisme pour les tout jeunes, pourquoi pas… ............................................... p.24

Circulez y’a tout à voir

Ma neige enchantée : 9 idées pour en profiter en privé ........................................ p.26

TRIBUNES POLITIQUES................................................................................................................. p.30 Hautes-Pyrénées Mag 2


éDitO PA R M I C H E L P É L I E U

V

ous avez entre les mains la nouvelle formule du magazine d’informations du Conseil Général,

Hautes-Pyrénées Mag.

Nouveau format, nouvelle maquette, nouvelle présentation, avec HautesPyrénées Mag nous nous fixons surtout une nouvelle ambition pour votre information. Nous avons souhaité d’abord un magazine clair et pédagogique pour vous éclairer sur les politiques et les actions mises en œuvre par le Conseil Général. Dans ce numéro, le dossier est consacré aux orientations budgétaires 2012 de notre Institution, sujet éminemment sensible et complexe, nous avons voulu qu’il vous soit présenté et expliqué sans détours, le plus clairement possible. Hautes-Pyrénées Mag s’attachera aussi à parler de tout ce qui fait la vie de notre département et de ses habitants. Parce que les Hautes-Pyrénées ce sont avant tout des hommes et des femmes qui vivent sur ce territoire et qui par ticipent à la vie locale, des hommes et des femmes qui font vivre son économie, qui entreprennent et

qui innovent, Hautes-Pyrénées Mag parlera d’eux, il parlera de vous. Soucieux d’entretenir nos racines et de partager notre mémoire commune, Hautes-Pyrénées Mag reviendra à chaque numéro sur un moment de notre histoire. Il s’emploiera également à valoriser nos atouts, à mettre en lumière nos ressources cachées ou parfois mal connues dans une rubrique sur les activités à pratiquer ou les sites à visiter dans les Hautes-Pyrénées. Elle sera complétée par un agenda sur les manifestations culturelles et sportives du département. Ainsi, Hautes-Pyrénées Mag ne braquera pas ses projecteurs uniquement sur le Conseil Général et ses élus, il élargira le cadre pour parler des Hautes-Pyrénées, de leurs habitants et leurs richesses. Avec ce magazine, je souhaite redonner du sens à notre culture identitaire, renforcer les solidarités de proximité et cultiver les liens avec les HautPyrénéens pour construire notre avenir ensemble. Bonne lecture à tous !

MICHEL PÉLIEU Président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées

Hautes-Pyrénées Mag 3


Retour n

images e

ID Jeunes 65 Daniel Chardenoux, Directeur de la CAF, Jean-Régis Borius, Préfet des Hautes-Pyrénées, et Michel Pélieu, Président du Conseil Général ont signé un partenariat pour accompagner les jeunes, de 13 à 25 ans, porteurs de projets.

Petits As Lors du Tournoi des Petits As, Michel Pélieu, Président du Conseil Général et Jean-Pierre Dubarry, Vice-Président en charge du sport, ont remis le trophée du meilleur Bigourdan (fille et garçon). À l’occasion des 30 ans du Tournoi, ils ont également remis la médaille du Conseil Général à Claudine et Jean-Claude Knaebel, ainsi qu’à Jacques Dutrey, créateurs et organisateurs de ce Mondial de tennis des 12 - 14 ans.

Festival des créations télévisuelles de Luchon Comme chaque année, la station de Peyragudes accueillait le temps d’une soirée le Festival des créations télévisuelles de Luchon. Cette année le jury était présidé par Arielle Dombasle.

Barcelone > Lourdes PAR VUELING La compagnie espagnole low cost VUELING opèrera une nouvelle ligne aérienne Barcelone > Lourdes, à partir du 23 juin 2012 à raison de deux vols hebdomadaires (le mardi et le samedi). À partir de 29,99 € l’aller simple.

Hautes-Pyrénées Mag 4


a

mag’ ctu

LE SKI

2 pourvoyeur d’emplois e

dans le département

ÉCONOMIE

LE TOURISME HIVERNAL Comment traiter l’actualité sans évoquer l’hiver, la neige et les stations de ski ? C’est ainsi, l’occasion de rappeler le poids déterminant du ski dans l’économie des Hautes-Pyrénées et l’intervention du Conseil Général pour le conforter.

Les exploitants de remontées mécaniques des Hautes-Pyrénées réalisent un chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros, soit plus de la moitié du chiffre d’affaires réalisé à l’échelle des Pyrénées. En outre, pour 1 € dépensé dans l’achat des forfaits remontées mécaniques, les clients dépensent en moyenne 7 € sur le territoire (hébergement, location de matériel, balnéo, restaurant…). Les remontées mécaniques génèrent ainsi environ 350 millions d’euros sur le département (soit plus de la moitié du chiffre d’affaires touristique total des Hautes-Pyrénées évalué à 650 millions d’euros). Enfin, les remontées mécaniques et les activités ainsi induites par le ski sont le 2e pourvoyeur d’emplois dans le département.

L’économie du ski est donc essentielle pour les Hautes-Pyrénées et les domaines skiables jouent un rôle indéniable de catalyseur d’activités, de richesses et d’emplois sur le territoire des Hautes-Pyrénées. Pour cette raison, le Conseil Général soutient depuis longtemps le développement du tourisme d’hiver. À l’inverse des Alpes, les Pyrénées ont privilégié un modèle de développement incluant, au-delà de la station elle-même, le territoire des vallées. Ce modèle de développement a permis de construire une offre non exclusivement centrée sur la pratique du ski et de satisfaire ainsi les attentes de la clientèle actuelle à la recherche de loisirs en complément du ski. Le Conseil Général a ainsi participé

au financement d’équipements complémentaires aux stations de ski, tels que les centres de balnéo notamment. Toutefois, le ski reste la demande dominante et les offres de loisirs complémentaires, même si elles constituent un attrait important, ne suffisent pas à faire venir à elles seules une fréquentation notable. C’est pourquoi, le Conseil Général soutient les actions des stations visant à s’adapter et à diminuer l’exposition aux aléas climatiques pour confor ter leur activité. Il s’agit notamment des opérations d’engazonnement qui permettent d’ouvrir les pistes de ski avec un faible niveau d’enneigement. Il s’agit également de l’investissement en équipements de production de neige de culture. Il ne faut pas se tromper : c’est bien l’ensemble des acteurs économiques de la station, entrepreneurs et salariés, qui bénéficient de ce renfor t d’activité : hébergeurs, restaurateurs, moniteurs, commerçants… autant d’emplois non délocalisables. Hautes-Pyrénées Mag 5


a

mag’ ctu ROUTES

INTERVENTIONS DÉNEIGEMENT Comme chaque hiver, le Conseil Général mobilise des moyens humains et matériels considérables pour limiter au maximum les conséquences des intempéries sur l’activité du département et assurer à tous les usagers des routes départementales les meilleures conditions de circulation.

Assurer la viabilité hivernale de 3 000 km de routes départementales, situées entre 165 et 1 800 m d’altitude, nécessite une organisation bien huilée. Le réseau routier départemental est divisé en 60 circuits de déneigement au départ de 26 centres d’exploitation. La responsabilité du déneigement de ces circuits est dispatchée entre 6 responsables d’astreinte répartis sur le territoire. De novembre à mars, chacun de ces responsables assure une veille permanente et consulte de manière vigilante les bulletins de Météo France. En outre, un cadre de permanence du

inforoute Pendant tout l’hiver, le service « inforoute » du Conseil Général communique chaque jour les conditions de circulation sur les routes départementales des Hautes-Pyrénées par le biais d’un numéro audiotel : 0 825 825 065 et sur le site du Conseil Général : www.cg65.fr Ce service diffuse 2 fois par jour (8 h et 12 h) des informations fiables et actualisées concernant les conditions de circulation et plus particulièrement l’état de viabilité des cols et des accès aux stations de ski. Ce bulletin est envoyé aux institutionnels ainsi qu’aux professionnels du tourisme.

Hautes-Pyrénées Mag 6

Conseil Général, joignable 24 h / 24, centralise l’ensemble des informations sur l’état du réseau. Dès que les conditions l’imposent, le responsable d’astreinte mobilise ses agents pour intervenir sur les circuits préalablement définis. Les agents des routes pratiquent 2 types d’intervention. D’une part, le déneigement avec un chasseneige permet d’évacuer la neige lorsque la couche est significative. D’autre part, le salage des routes permet de lutter contre le verglas. Environ 5 000 tonnes de sel sont ainsi répandues, en moyenne, chaque hiver. Toutefois, lorsque la

température extérieure passe en dessous de -8°C le sel perd de son efficacité. Malgré les moyens mobilisés, il est matériellement impossible de garantir l’absence totale de difficultés de circulation. D’abord, parce qu’il n’est pas possible d’intervenir par tout en même temps. Enfin, parce que de nombreux problèmes peuvent entraver le bon déroulement des interventions : des chutes de neige en continu, des pluies verglaçantes, la densité du trafic, l’inexpérience ou l’incivilité de certains conducteurs… Les interventions de déneigement du Conseil Général visent à rendre le réseau départemental praticable, de 5 heures à 20 heures, en roulant prudemment.


D É P E N DA N C E

MIEUX VIVRE PLUS LONGTEMPS

SANTÉ

« LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT »

Dans les Hautes-Pyrénées, plus d’une personne sur 4 a plus de 60 ans, et plus d’une personne sur 10 a plus de 75 ans. La population française vieillit, celle des Hautes-Pyrénées aussi. Si le vieillissement est avant tout une chance de vivre ensemble plus longtemps, il n’en reste pas moins un défi majeur pour nous tous. Le 3 février dernier, le Conseil Général réuni en Assemblée plénière adoptait le schéma gérontologique qui définit pour les 5 années à venir les actions à mener pour le bien-être de nos aînés.

Document de planification rédigé sous l’autorité du Président du Conseil Général, le schéma gérontologique donne ainsi les orientations concrètes de la politique du Département en matière d’aide aux personnes âgées pour les 5 ans à venir. Sa rédaction dans le cadre d’une démarche concertée et participative garantit une meilleure pertinence des choix et une mobilisation des différents acteurs autour d’objectifs partagés au service du bien-être de nos aînés.

Bien sûr les populations âgées ne sont pas toutes dépendantes. Nous vivons plus longtemps, et plus longtemps en bonne santé. L’augmentation de l’espérance de vie ne signifie heureusement pas que nous sommes appelés à être dépendants pendant une partie plus longue de notre vie. Cela étant dit, un défi reste posé par l’impact croissant de la dépendance dans une population totale dont la part de personnes âgées s’accroît. Dépositaire de l’impératif de solidarité envers les plus fragiles, le Conseil Général se fait un devoir d’aider les personnes âgées à « bien vieillir » et d’accompagner la perte d’autonomie.

Le Conseil Général est confronté à plusieurs enjeux : contribuer au bien-être des personnes âgées en leur garantissant la liberté de choisir où et comment vieillir, assurer une égalité de traitement à toutes les personnes âgées quels que soient leurs ressources ou leur lieu de résidence, prendre en charge les dépenses sociales sans les laisser exploser. Avec le schéma gérontologique, le Conseil Général affirme clairement ses choix : permettre aux personnes âgées qui le souhaitent de vieillir chez elles en améliorant la prise en charge à domicile, l’accompagnement social et l’adaptation des logements…, favoriser l’accès aux établissements et services au

Après 10 ans de consultations et d’actions réalisées auprès des futures mères et des jeunes enfants de moins de 6 ans, le service de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil Général a collecté de nombreuses données sur la santé de la mère et de l’enfant. Les certificats de santé remplis par les médecins constituent le socle essentiel du système de recueil des données. Après les avoir traitées et analysées, le Conseil Général les restitue dans le cadre d’un livret édité à l’attention des médecins du département.

plus près du lieu d’habitation des personnes âgées en développant l’offre de lits et en diversifiant les solutions d’hébergements, les ser vices d’aide et de soutien, promouvoir la bientraitance en améliorant la qualité des services et le soutien aux aidants… Telles sont les orientations qu’il faudra désormais mettre en œuvre. Hautes-Pyrénées Mag 7


a

mag’ ctu C U LT U R E

RANGER LES VIEILLES BOBINES Finies les bobines de film argentique, place aux films numériques. Au-delà de la révolution technologique, le cinéma numérique est aussi un enjeu économique, social, culturel et territorial. À ce titre, le Conseil Général des Hautes-Pyrénées, en partenariat avec le Parvis, organise la participation des acteurs publics pour assurer, avant l’été 2012, le passage vers le tout numérique des 13 petites salles de cinéma en milieu rural.

Le cinéma numérique est né en 1999 puis s’est développé progressivement avant de connaître une forte accélération, fin 2009, avec le succès planétaire du film Avatar de James Cameron. Rien à voir avec l’apparition du son ou de la couleur, avec le numérique, le cinéma connaît le plus grand bouleversement de son histoire. Il offre des images plus pures et plus réalistes, une netteté incroyable, des couleurs vives à chaque projection… Diffusés sur disque dur ou par internet, les films numériques sont à l’abri des éraflures et de la décoloration et circulent plus aisément qu’une bobine de 30 kg. La technologie numérique permet, en outre, d’enrichir considérablement la programmation culturelle des salles en donnant accès notamment aux films en 3 D mais aussi aux concerts « live », aux événements sportifs… Toutefois, la projection des films numériques suppose un équipement et un aménagement coûteux pour les Communes et Intercommunalités propriétaires des petites salles de cinéma en milieu rural. De l’ordre de 90 000 à 100 000 € en moyenne, le coût dépasse leur Hautes-Pyrénées Mag 8

CHIFFRESCLÉS

728 800 €

de subventions publiques contribueront au financement de l’équipement numérique de 13 salles* des Hautes-Pyrénées.

capacité d’investissement. Pour autant, cet équipement est incontournable. De lui dépendent la pérennité de ces salles qui seront tôt ou tard confrontées à la disparition des bobines, l’attractivité des territoires ruraux et l’accès des Haut-Pyrénéens à la culture, source de richesse et de développement pour notre territoire. C’est pourquoi, le Conseil Général est inter venu, avec le Par vis, pour soutenir financièrement l’équipement numérique et mobiliser les aides financières de l’État, de la Région et du CNC (Centre National du Cinéma). Au total, plus de 728 800 € de subventions publiques contribueront au financement de l’équipement numérique de 13 salles* des Hautes-Pyrénées. La numérisation est en marche. Toutes les salles seront équipées pour l’été 2012. Il n’est plus question désormais de rembobiner. * Le Maintenon (Bagnères-de-Bigorre). Le Casino (Cauterets), La Maison de la Vallée (Luz-Saint-Sauveur), La Maison du Savoir (Saint-Laurent-de-Neste), Le Lalano (Lalanne-Trie), Le Palais (Lourdes), L’Arixo (Loudenvielle), Le Casino (Capvern), Cinévic (Vic-en-Bigorre), Le Casino (Argelès-Gazost), Le Magnoac (Cizos), Le Refuge (Barèges) La Maison du Val d’Azun (Arrens Marsous).

ÉVÉNEMENT

LE DÉPARTEMENT DES HAUTESPYRÉNÉES AU SALON DE L’AGRICULTURE Tarte croustillante de boudin noir aux pommes, crème de haricots tarbais en cappuccino, tournedos de cochon noir de Bigorre à la réglisse et foie gras poêlé, écrasé de haricots tarbais à la fondue d’oignons de Trébons, croustillant de truite Fario, chou vert et châtaignes des Pyrénées… les HautesPyrénées sont fièrement représentées au Salon International de l’Agriculture qui se tient à Paris, porte de Versailles, du 25 février au 4 mars. Les chefs des Logis des Hautes-Pyrénées viennent y démontrer leur savoir-faire en mettant à l’honneur les produits de terroir issus de notre agriculture. Les producteurs de haricots tarbais, Noir de Bigorre et Madiran sont également présents pour vanter la qualité de leurs produits et de leur travail. Le Conseil Général les accompagne et s’associe à Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement pour valoriser la destination des HautesPyrénées auprès des visiteurs. Le Conseil Général est également présent au Salon de l’Agriculture de Tarbes organisé par la Chambre d’Agriculture.


SUCCESSIONS

LES NOTAIRES ET LE DÉPARTEMENT RENFORCENT LEUR COOPÉRATION Dans un souci de meilleure gestion des deniers publics, le Conseil Général a signé avec la Chambre Interdépartementale des Notaires des HautesPyrénées, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques une convention visant à améliorer les circuits d’information entre les offices notariaux et les services du Département, concernant les successions pour lesquelles une créance départementale existe.

ARCHIVES

NOTRE HISTOIRE SUR LA TOILE Le service des Archives départementales des Hautes-Pyrénées s’ouvre sur Internet et met en ligne les sources de l’histoire des Communes du département. Il favorise ainsi le partage de la mémoire des HautesPyrénées.

Le site internet permet de découvrir les « terriers » ou cadastres anciens des Communes, les registres de délibérations des collectivités, les cahiers de doléances de 1789 et les monographies communales rédigées par les instituteurs. En constante évolution, le site internet est régulièrement enrichi d’archives nouvellement numérisées. www.archivesenligne65.fr CHIFFRESCLÉS

PLUS DE

69 000

IMAGES NUMÉRISÉES

Les prestations d’aide sociale délivrées par le Conseil Général en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées obéissent à un principe de subsidiarité. Cela signifie que l’aide sociale est attribuée uniquement si la mise en œuvre des ressources personnelles, de la solidarité familiale et des régimes de prévoyance ou d’assurance sociale s’avère insuffisante pour permettre au demandeur de faire face à ses besoins. Par ailleurs, l’aide sociale présente un caractère d’avance qui entraîne dans certaines conditions, la récupération a posteriori des sommes engagées. En règle générale, la récupération s’effectue sur la succession du bénéficiaire de l’aide sociale. Toutefois, il arrive que les successions soient effectuées sans que le Conseil Général n’ait été préalablement informé. Il ne peut ainsi obtenir la récupération de sa créance. La convention signée entre les Notaires et le Département devrait dès lors éviter ce genre de situations.

A G R I C U LT U R E & T E R R I TO I R E

UNE CHARTE POUR HARMONISER L’USAGE DES SOLS Dans un contexte de forte concurrence entre différents usages du sol, le Conseil Général, l’État, la Chambre d’Agriculture et l’Association départementale des Maires établissent une charte visant à respecter un code de bonne conduite pour garantir un nouvel équilibre entre développement urbain et touristique, et protection des espaces agricoles et naturels. Compétents en matière d’urbanisme, les maires auront un rôle important à jouer dans l’application de cette charte. Elle leur sera distribuée, par le Conseil Général, dans le courant du mois de mars 2012. Hautes-Pyrénées Mag 9


Dossier

Les Orientations

du Conseil

Le 3 février dernier,

L’

Assemblée plénière du Conseil Général était réunie par son Président pour débattre des orientations budgétaires pour l’année à venir.

Selon la loi, le budget est préparé par le Président avant d’être soumis au vote de l’Assemblée. Il est un acte essentiel puisqu’il conditionne les actions qui pourront être menées par le Conseil Général. Il traduit les ambitions de l’Institution et les moyens qu’elle y consacre. Dans un souci de démocratie participative, la loi impose au Président de réunir l’Assemblée plénière dans les deux mois précédant l’examen du budget, pour instaurer une discussion sur les priorités et les évolutions de la situation Hautes-Pyrénées Mag 10

financière de la collectivité. S’agissant de son premier budget à la tête de l’exécutif départemental, et dans un contexte de crise économique, de réduction des concours financiers de l’État, d’augmentation des dépenses de solidarité, de ralentissement des crédits bancaires, le Président a souhaité confier à un cabinet d’experts extérieur l’analyse rétrospective et prospective de la situation budgétaire du Conseil Général pour améliorer la pertinence des choix à venir. Il en ressort une situation fragile et l’évidence que l’avenir ne pourra plus être pensé comme une simple reconduction des actions passées.


Budgétaires 2012

Général

Comment se construit un budget ? Le budget se construit en 2 parties : la section de fonctionnement et la section d’investissement La section de fonctionnement comprend :

IN V ESTISSEMENT

FONCTIONNEMENT

Les dépenses : les allocations de solidarité versées par le Conseil Général (Revenu de Solidarité Active, Allocation Personnalisée d’Autonomie, Prestation de Compensation du Handicap…), les aides aux familles et à l’enfance, les coûts de fonctionnement des collèges, les transports scolaires, les subventions de fonctionnement accordées au Service Départemental d’Incendie et de Secours mais aussi aux

DÉPENSES Dépenses de fonctionnement

associations (dans le domaine du sport, de la culture, du tourisme…), les frais de personnel, le coût de l’énergie et des fournitures, les frais financiers (les intérêts sur les emprunts)… Les recettes : les recettes fiscales directes (taxe sur le Foncier Bâti…) et indirectes (Droits de Mutation à Titre Onéreux…), les concours financiers de l’État, les produits d’exploitation et du domaine…

RECETTES

Recettes de fonctionnement

Autofinancement

Dépenses d’investissement (dont remboursement en capital de la dette)

Autofinancement

Recettes d’investissement (dont emprunts)

MODE D’EMPLOI La section d’investissement comprend : Les dépenses : les acquisitions foncières, les études, les travaux sur les collèges et autres bâtiments propriété du Conseil Général, les infrastructures routières et numériques… ; les subventions ou fonds de concours versés aux autres collectivités ou porteurs de projets qui réalisent des travaux et le remboursement du capital des emprunts. Les recettes : l’autofinancement (l’excédent de recettes que la collectivité a dégagé de la section de fonctionnement), les subventions d’investissement (État, Europe, Région), la dotation globale d’équipement et le remboursement de la TVA sur l’investissement versés par l’État, la vente d’éléments du patrimoine. L’équilibre est assuré par le recours à l’emprunt.

Contrairement au budget de l’État, le budget des collectivités locales doit être voté en équilibre et les emprunts ne peuvent financer que les dépenses d’investissement.

Hautes-Pyrénées Mag 11


Dossier

Quelle est la situation financière du Conseil Général ?

1

Une forte augmentation des dépenses de fonctionnement due à la décentralisation et à la crise Les dépenses de fonctionnement sont en forte augmentation ces dernières années. Cette évolution est notamment due : aux transferts de personnels de l’État aux Départements suite à la loi de décentralisation de 2004 ; à l’augmentation des dépenses d’action sociale en raison du vote des lois sur l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), le handicap, le RMI et le Revenu de Solidarité Active qui confient la gestion de ces prestations aux Départements. La crise économique a également entraîné une augmentation des dépenses sociales dès 2008. L’impact pour les Hautes-Pyrénées est d’autant plus for t que la situation socio-démographique et socio-économique de notre département pèse plus lourdement sur l’ampleur de la dépense sociale. En effet, les Hautes-Pyrénées sont parmi les 15 départements les plus âgés de France et disposent d’un revenu moyen par habitant faible. Cette situation conduit à prévoir une constante augmentation des dépenses sociales pour le Département. Hautes-Pyrénées Mag 12

Les Orientations Budgétaires 2012 du Conseil Général

2

Une diminution des recettes de fonctionnement imposée par l’État et la crise

La volonté de l’État de réduire les ressources des collectivités locales Invoquant la nécessité de diminuer la dette publique, l’État réduit à la fois ses concours financiers et le pouvoir fiscal local. Ce faisant, il entreprend de réduire durablement la part des budgets locaux dans l’économie. Or, la part des collectivités locales, dans la dette publique de la France, n’est que très marginale. En effet, elle ne représente que 10 % de la dette publique totale, alors même que ces collectivités réalisent au moins 70 % de l’investissement public. En réduisant les ressources locales, l’État met en cause le rôle essentiel des collectivités locales dans l’équilibre social et le dynamisme local sans pour autant régler le problème de la dette publique. La réduction des concours financiers de l’État L’État verse des concours financiers aux collectivités locales dont l’objectif est notamment de compenser les charges nouvelles résultant des transferts de compétences et de corriger les inégalités territoriales. Depuis 2008, l’État a durci sa politique des dotations avant de décider, en 2011, de les geler pour une durée de 3 ans. Ainsi, le montant des concours financiers versés par l’État est figé alors même que les charges transférées continuent d’augmenter. La non compensation des transferts de compétences Les transfer ts des dépenses sociales (APA, RMI, RSA, Prestation de Compensation du Handicap) vers les Départements ont eu lieu sans une compensation suffisante de la part de l’État. Pour le Conseil

Général des Hautes-Pyrénées, la différence entre le montant des allocations de solidarités versées et le montant des compensations perçu s’élève à plus de 60 millions d’euros de déficit sur 3 ans. La limitation du pouvoir fiscal local D’une part, l’État a supprimé la Taxe Professionnelle au profit d’un panier de taxes dont le Conseil Général ne fixe plus le taux. D’autre part, l’État a réaffecté, en partie, les impôts locaux sur les ménages, des Départements vers les Communes. Ainsi, aujourd’hui, le Conseil Général ne perçoit plus ni la Taxe d’Habitation, ni la Taxe sur le Foncier non Bâti ; et il a perdu toute marge de manœuvre sur la fiscalité économique. Le Conseil Général ne peut plus agir que sur le taux de la Taxe Foncière sur le Patrimoine Bâti, et de manière très modérée puisque le taux actuel nous place déjà au 9e rang national des Départements. En outre, une hausse d’un point du taux du foncier bâti ne génère que 600 000 euros de recettes supplémentaires. La crise de l’immobilier Le Conseil Général perçoit des Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO) lors des ventes d’immeuble. Ils sont inclus dans « les frais de notaire ». Les DMTO sont très sensibles à la conjoncture du marché immobilier. Leur produit a fortement chuté en 2008 - 2009 sous l’effet de la crise de l’immobilier entraînant une perte de 5 millions d’euros pour le Conseil Général. La reprise à partir de 2010 est restée inférieure dans les HautesPyrénées à la moyenne des autres Départements.


3

Réduction de la capacité d’autofinancement La capacité d’autofinancement correspond à la différence entre les recettes et les dépenses de fonctionnement. Elle permet à la collectivité de faire face au remboursement de la dette et de financer tout ou partie de l’investissement sans recourir à l’emprunt. La capacité d’autofinancement est un indicateur essentiel, à la fois pour évaluer la santé financière de la collectivité et décider des orientations budgétaires à venir. En effet, elle indique l’aisance de la collectivité et sa capacité à investir et emprunter. Or, les dépenses de fonctionnement augmentent plus vite que les recettes entraînant une dégradation de la capacité d’autofinancement. Cet effet de ciseaux entre le dynamisme des dépenses sociales de notre Département et le caractère désormais figé et limité de nos

Évolution de la capacité d’autofinancement du Département des Hautes-Pyrénées (en M€) 350 000 000,00 300 000 000,00 250 000 000,00

Capacité d'autofinancement

200 000 000,00

Dépenses fonctionnement

150 000 000,00

Recettes fonctionnement

100 000 000,00 50 000 000,00 0,00

2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015

recettes est appelé à s’accentuer fortement dans les années à venir nous entraînant, sans mesure corrective, vers un effondrement de notre capacité d’autofinancement. Sans mesure corrective, l’analyse prospective fait apparaître sur la période 2011-2015 :

70 60

une progression moyenne de l’ensemble des recettes de fonctionnement de + 1,2 %.

40

Subventions d’équipement versées

62 57

55

29,8

26,4

26,9

28,9

2010

2011

53

50

24,6 25,8

30

37,9

20 10

27,3

0 2008

2009

Il faut maîtriser les dépenses de fonctionnement pour maintenir notre capacité d’autofinancement et poursuivre les investissements.

une progression moyenne de l’ensemble des dépenses de fonctionnement de + 3,7 %.

Évolution des dépenses d’investissements (en M€) Investissements sur le patrimoine du CG

Si rien n’était fait pour corriger la tendance actuelle, la capacité d’autofinancement du Conseil Général se dégraderait sur l’ensemble de la période prospective (2011-2015) pour franchir dès 2012 le seuil d’alerte.

4

Un programme d’investissements ambitieux

Avec une enveloppe annuelle moyenne de 56 millions d’euros sur la période 2008 - 2011, le Conseil Général a soutenu un programme d’investissements ambitieux. La moitié des investissements a été réalisée par le Conseil Général sur son patrimoine. L’autre moitié a été versée sous forme de subventions ou fonds de concours à des porteurs de projets publics et privés pour réaliser leurs propres investissements. Hautes-Pyrénées Mag 13


Dossier

5

Les Orientations Budgétaires 2012 du Conseil Général

Une dette élevée…

La dette bancaire (en €) 120 000 000

Pour soutenir le programme d’investissements ambitieux et s’inscrire dans le plan de relance, il a fallu mobiliser fortement l’emprunt. La dette bancaire s’élève ainsi à 104,8 M€ en 2011. En outre, il convient d’ajouter à la dette contractée auprès des banques, les engagements financiers contractés auprès des prestataires privés chargés de réaliser des équipements publics et de les entretenir pour le compte du Conseil Général, dans le cadre des contrats de Par tenariat Public Privé (PPP). Ces prestataires privés réalisent et entretiennent les équipements pour le compte du Conseil Général, en contrepartie, la collectivité leur verse un « loyer » pendant 20 à 25 ans. Ainsi, le Conseil Général s’est engagé financièrement auprès de prestataires privés à hauteur de 74 M€ au titre du PPP Haut Débit et de 43 M€ au titre du PPP routier,

Annuité totale 30 000 000

100 000 000 80 000 000 60 000 000 40 000 000 20 000 000 0

2006

2007

soit, au total 117 M€. Au 31 décembre 2010, le montant des engagements financiers dus par le Conseil Général au titre de la dette bancaire et des PPP s’élève à 225 M€.

… qui induit des remboursements annuels importants. En remboursement des emprunts, le Conseil Général verse des annuités bancaires composées du montant de la dette (capital)

Évolution du montant des remboursements annuels des engagements financiers du CG (en €)

25 000 000

Loyer PPP routier

20 000 000

Loyer PPP Haut-débit 15 000 000

Annuité emprunt bancaire

10 000 000

5 000 000

0

2011

Hautes-Pyrénées Mag 14

2012

2013

2014

2015

2008

2009

2010

2011

et des frais financiers (intérêts). À ces annuités bancaires, viennent s’ajouter au titre des engagements financiers les loyers des PPP qui devront être versés par le Conseil Général. Bien que contractés depuis 2010, les loyers des PPP ne commenceront à être versés qu’à partir de 2012 pour le PPP Haut Débit et 2013 pour le PPP routier. La somme que le Conseil Général doit ainsi rembourser chaque année limite d’autant ses marges de manœuvre. Dans les 3 ans à venir, le maintien d’un volume d’investissements annuels équivalent à celui d’aujourd’hui (soit 56 M€ / an) nécessiterait de recourir encore davantage à l’emprunt, du fait de la dégradation de la capacité d’autofinancement. Sans mesure corrective, l’analyse prospective fait apparaître sur la période 2011 - 2015 : Une augmentation de la dette de 116 M€ Un endettement non supportable par le budget de la collectivité

Il faut ramener le volume des investissements à un niveau compatible avec nos capacités de financement et diminuer le recours à l’emprunt.


Quelles orientations budgétaires pour 2012 ? 2 scénarios possibles : Le scénario « fil de l’eau » qui conduirait le Conseil Général vers une détérioration de son autofinancement au-delà du seuil d’alerte dès 2012 et un déséquilibre budgétaire dès 2013. Le scénario « correctif » qui conduit le Conseil Général à maîtriser davantage ses dépenses de fonctionnement afin de maintenir sa capacité d’autofinancement pour poursuivre des investissements plus sélectifs et avec un plus faible recours à l’emprunt.

1. Maîtriser les dépenses de fonctionnement pour maintenir la capacité d’autofinancement Pour maintenir la capacité d’autofinancement du Conseil Général, il faut soit augmenter les recettes de fonctionnement, soit diminuer les dépenses de fonctionnement. En l’absence de marge de manœuvre fiscale, le maintien par le Conseil Général de sa capacité d’autofinancement passe par un effort soutenu de maîtrise des dépenses de fonctionnement. Les dépenses de la section de fonctionnement doivent désormais faire l’objet de mesures visant à modérer leur évolution.

2. Maintenir et rééquilibrer les investissements Le Conseil Général doit poursuivre les investissements dans un souci de soutien à l’activité économique, créatrice de richesses et d’emplois. C’est l’efficacité économique qui permet d’assurer la redistribution sociale. Toutefois, le Conseil Général devra réduire ses montants d’investissements à des niveaux plus modestes mais réguliers afin d’éviter les à-coups dans l’économie. Dans ce contexte, les projets de développement générateurs de richesses devront être priorisés. Le Conseil Général devra réserver au minimum 60 % des investissements à son propre patrimoine pour ne pas mettre en péril son bon usage.

3. Limiter le recours à l’emprunt Il convient de limiter l’emprunt pour ne pas obérer davantage les budgets futurs par des charges financières excessives. Une meilleure programmation pluriannuelle des dépenses doit permettre de mobiliser les emprunts au juste niveau et au meilleur moment, c’est autant que la collectivité gagne en frais financiers et qu’elle peut, par ricochet, dégager en autofinancement.

4. Construire notre avenir ensemble Le Conseil Général ne pourra plus maintenir une politique aussi généreuse de soutien auprès de tous les partenaires, ni répondre favorablement systématiquement à toute demande d’intervention financière. Mais la volonté d’agir reste intacte. De nouvelles formes de partenariat et d’intervention seront donc à imaginer. Il faudra plus que jamais mutualiser les forces, les énergies, les intelligences et les ressources pour construire ensemble un projet partagé pour les Hautes-Pyrénées. Le Président du Conseil Général a ainsi proposé de lancer l’élaboration d’une vision stratégique et concertée du territoire des HautesPyrénées qui devra aboutir à la rédaction d’un véritable projet de développement à l’échelle du Dépar tement. Cette démarche doit conduire tous les acteurs du territoire à agir dans la même direction et à renforcer ainsi notre efficacité collective. Calendrier budgétaire Prochain rendez-vous vendredi 23 mars : vote du budget

Hautes-Pyrénées Mag 15


CANTONS

ça s’est passé près de chez vous

A R TA G N A N Canton de Vic en Bigorre Conseiller Général : Claude Miqueu

DE L’ENGAGEMENT À L’INAUGURATION

AUREILHAN Canton d’Aureilhan - Conseiller Général : Jean Glavany

LA NOUVELLE ÉCOLE LAMARTINE FAIT SA RENTRÉE Au terme d’un chantier de rénovation de plus de sept mois, l’école Lamar tine a fait sa rentrée en janvier dernier. Le temps des nuisances sonores liées à la proximité de la RN21 est définitivement révolu et l’établissement est désormais un lieu propice à l’apprentissage grâce aux travaux d’isolation acoustique. L’inauguration a été non seulement l’occasion de préciser la place centrale qu’occupent l’éducation et la jeunesse dans notre département mais a également permis de saluer le rôle du Conseil Général, financeur du projet à plus de 27 %.

Les équipes se succèdent, les politiques évoluent et les projets en cours restent parfois en jachère… La commune d’Artagnan a su prouver le contraire. Les élus ont ainsi témoigné d’un prolongement des objectifs, d’une continuité dans la volonté et le travail accompli jusqu’alors. Un engagement sans faille qui s’est concrétisé par l’inauguration des nouveaux locaux de la Mairie et de l’accueil de loisirs. Illustration solennelle et conviviale de cet engagement porté et partagé collectivement, la cérémonie au ruban qui s’est déroulée le 21 janvier dernier a réuni tous les acteurs de ce beau projet de revitalisation communale : État, Région, Conseil Général et Caisse d’Allocations Familiales.

CA BA N A C Canton de Pouyastruc - Conseillère Générale : Marie-Josiane Bédouret

DES ÉQUIPEMENTS FLAMBANT NEUFS 7 janvier 2012 : les travaux de rénovation de la salle des fêtes et de la Mairie de Cabanac étant achevés, la première inauguration de l’année d’un édifice public haut-pyrénéen pouvait avoir lieu. « Des équipement qui ont du sens », comme a souligné la sous-préfète Marie-Paule Demiguel. Plus de 50 ans de bons et loyaux services envers une population communale qui s’est enrichie de nouveaux résidents avec enfants, ont largement justifié cet investissement rendu possible grâce au concours de l’État, de la Région, du Pays des Coteaux et du Conseil Général. Hautes-Pyrénées Mag 16


Une démarche menée avec l’ensemble des partenaires de l’action sociale

LO U R D E S Canton de Lourdes Est - Conseillère Générale : Josette Bourdeu

UNE ÉPICERIE SOLIDAIRE POUR MIEUX CONSOMMER Ouverte depuis le 16 février, l’épicerie solidaire de Lourdes aide les foyers en difficulté à mieux gérer leur budget et à repenser leur façon d’acheter. À première vue, cette épicerie fonctionne comme un commerce ordinaire. Il existe pour tant une différence. Le personnel accompagne les familles durant les courses et leur apporte des conseils (via l’organisation d’ateliers) pour mieux gérer leur budget et optimiser leur manière de consommer. L’objectif est de limiter ainsi les problèmes de surendettement et de santé (obésité…). L’épicerie solidaire est ouverte pour un nombre de familles peu élevé sur la base d’un projet / contrat d’insertion (30 familles pour une durée de 6 mois renouvelables et dont le reste pour vivre est compris entre 3 et 10 euros par jour). Approvisionné par la Banque alimentaire, il s’agit d’un établissement dont la vocation est pédagogique et éducative, et dont le but n’est pas de concurrencer les autres supermarchés.

Les origines de ce projet remontent en 2009 quand le Centre Communal d’Action Sociale de Lourdes, dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, a souhaité mettre en place une épicerie solidaire. Plusieurs partenaires, parmi eux le Conseil Général des Hautes-Pyrénées avec la Maison Départementale de Solidarité du Pays des Gaves (dont les agents assurent au sein de l’épicerie, l’orientation, l’accompagnement des publics et l’animation des ateliers) , la Caisse d’Allocations Familiales, la Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations, l’Abris de Jour, le Réseau Santé de Lourdes, les Bénévoles des Restos du Cœur, du Secours Catholique et de l’Entraide paroissiale, ont répondu présents pour concrétiser cette ambition. Hautes-Pyrénées Mag 17


CANTONS

ça s’est passé près de chez vous

JUILL AN Canton d’Ossun - Conseiller Général : Robert Vignes

ENCORE ET TOUJOURS DES PROJETS DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ! Vitrine du dynamisme du canton d’Ossun, qui a fait le pari dès 1991 de développer l’attractivité économique de son territoire, le Téléport 4 a été inauguré en décembre 2011. Éloigné de l’attractivité touristique de nos montagnes, le canton d’Ossun souhaitait inverser la tendance à la baisse des emplois sur le bassin tarbais. Un travail de longue haleine ! Entamée dès 1991, la réflexion conduit les 17 communes du canton à se fédérer, en décembre 1994, au sein de la Communauté de Communes du Canton d’Ossun (CCCO), avec pour principaux objectifs, le développement économique et la création d’emplois. Cette politique de grands travaux a démarré par la création d’un lotissement industriel, puis par l’ambitieux projet d’aménagement de deux pôles d’activités de grande qualité dédiés, l’un à la production, l’autre aux activités de service à l’industrie. Il fallait impulser une dynamique, créer un nouvel environnement économique et conforter ainsi la présence de l’aéroport Tarbes Lourdes Pyrénées et de l’entreprise historique Daher Socata (héritière de Morane Saulnier). Aujourd’hui, le pari semble gagné. En 20 ans, soutenue activement par le Conseil Général, la CCCO, présidée par Robert Vignes, a investi près de 20 millions d’euros sur les 80 ha de zones d’activités et plus de 1 000 m2 de bâtiments locatifs. Pyrène Aéro Pôle a déjà favorisé la création de plus de 1 500 emplois et les flux migratoires sont redevenus positifs.

Désormais, il s’agit d’élargir cette attractivité économique à l’ensemble du territoire avec, comme première pierre de ce nouveau chantier, la création d’un pôle artisanal de 7,5 ha, à Luquet, dans les enclaves. Encore et toujours des projets de développement économique soutenus par le Conseil Général pour un canton ni à court d’idée, ni en panne d’énergie.

TO U R N A Y Canton de Tournay - Conseiller Général : André Fourcade

UNE NOUVELLE ÉCOLE POUR UNE BELLE DYNAMIQUE ! Tournay joue de sa proximité de Tarbes et de son identité villageoise pour attirer et séduire chaque année de nouveaux habitants… Résultat, une population en hausse de 10 %, qui a conduit la commune à décider la construction d’une nouvelle école. Les porteurs du projet étaient nombreux, des financeurs aux futurs utilisateurs. Le Conseil Général qui a soutenu et suivi le projet depuis ses prémisses a loué, par la voix de son Président présent à l’inauguration en janvier 2012 « un investissement pour les enfants, la jeunesse et l’avenir, symbolique d’une belle dynamique… ». Hautes-Pyrénées Mag 18


En Vedette

« Même si les débuts sont un peu difficiles, il ne faut jamais laisser tomber… »

THOMAS LECHABLE

Plaisir des Papilles : une cuisine en totale transparence PLAISIR DES PAPILLES // THOMAS LECHABLE 599, rue des cités 65300 Lannemezan - Tél. : 05 62 39 46 35

«R

ien ne me réjouit plus que les petits gestes de satisfaction que m’adressent les clients à la fin de leur repas ! »

Depuis sa cuisine, derrière sa grande baie vitrée, Thomas Lechable ne cache rien de ses préparations. Des plats traditionnels de notre département aux spécialités d’autres régions, il « aime » faire déguster la cuisine qu’il « aime » à préparer. Vacanciers de passage, clientèle d’affaires ou tout simplement voisins du village, tous reconnaissent le tour de main du nouveau restaurateur. Nouveau… sur Lannemezan, où il s’est installé sur la Zone de la Ramondia. « Je prépare également les repas pour les tout-petits de la crèche d’entreprises voisine ». Mais pas nouveau… dans la restauration. Cuisinier puis chef pâtissier sur Paris, il a travaillé dans une brasserie toulousaine avant de rejoindre

une grande clinique spécialisée en oncologie. « Là, le travail d’équipe de 12 cuisiniers prend une grande importance dans la gestion de la maladie. La décoration, la quantité de nourriture, les qualités gustatives de chaque plat en fonction des goûts du patient sont prises en compte pour mieux accompagner les thérapies. J’ai ainsi appris à répondre au mieux aux exigences. Cela peut paraître paradoxal mais c’est cette approche personnalisée qui m’a donné envie de lancer ma propre affaire pour donner du plaisir aux gourmets. » « Même si les débuts sont un peu difficiles, il ne faut jamais laisser tomber, aller au bout de son idée. » Pour cela, Thomas Lechable sait s’adapter aux demandes particulières : repas de groupe pour tous les événements qui font notre quotidien, anniversaire, départ à la retraite, repas d’associations, d’élus… le tout en fonction du budget de chacun. Hautes-Pyrénées Mag 19


En Vedette M A R C G UA L B E R T

Marc Motoculture de l’Estéous : « mon métier me colle à la peau » MARC MOTOCULTURE DE L’ESTÉOUS // MARC GUALBERT

ZA rue du Pic du Midi 65350 Pouyastruc - Tél. : 06 79 40 26 38 mmotoculture.esteous@voila.fr

D

epuis plus de 20 ans, Marc Gualber t travaille dans le domaine de la mécanique : mécanicien agricole, magasinier puis chef d’atelier. « J’étais à l’aise chez mon dernier employeur mais j’avais depuis longtemps envie de travailler pour moi. Au départ, je voulais changer de métier, mais je ne peux pas me passer de mécanique et je suis passionné d’électronique. »

« Il faut être disponible, écouter et aimer les gens pour évoluer »

Marc Gualber t a donc installé un atelier de motoculture de plaisance sur l’hôtel d’entreprises de Pouyastruc. Il vend, loue et répare du matériel neuf et d’occasion à une clientèle venant des cantons de Pouyastruc et Tournay, et de la banlieue de Tarbes. Le jardinage, très présent en milieu rural, est en constante augmentation chez les particuliers en quête de produits naturels. « Plusieurs facteurs m’ont aidé à passer le cap : ma grande expérience, l’intérêt du territoire pour l’accueil d’une activité artisanale qui faisait défaut, le besoin d’un retour aux sources, je suis originaire de Cabanac, l’envie de voir plus souvent ma petite fille… » Mais, ne devient pas chef d’entreprise qui veut. « Le Comité Départemental de Développement Économique (CDDE) m’a aidé à monter mon dossier de financement. Au bout d’un an d’activité, le bilan est très positif. Seulement, beaucoup de choses sont encore à développer, notamment la location. », précise t-il. Au-delà d’une parfaite connaissance technique, cet ancien rugbyman aime tisser des liens : « le relationnel de ce métier m’apporte chaque jour de la satisfaction. Il faut être disponible, écouter et aimer les gens pour évoluer. », conclut-il.

Hautes-Pyrénées Mag 20


A N TO I N E P E R R A U LT & J É R Ô M E P E R S E VA L

Boulangerie des Gaves : participer à la vie locale BOULANGERIE DES GAVES // ANTOINE PERRAULT ET JÉRÔME PERSEVAL

4 rue du Cotillon 65120 Luz-Saint-Sauveur - Tél. : 05 62 92 80 47

L

a Boulangerie des Gaves à Luz-Saint-Sauveur a toujours existé. D’ailleurs, la qualité de son pain et la bonhomie de ses tournées, tout le monde les connaît. La nouveauté vient de ses nouveaux gérants. Monsieur Carrias a passé la main à deux jeunes : Antoine Perrault et Jérôme Perseval. « Nous sommes arrivés en juillet 2010, en “plein boum” du Tour de France : 7 000 pains par jour à fabriquer, deux tournées à assurer sur Barèges et Gavarnie, 5 points de vente à livrer, 14 employés à connaître, 4 saisonniers… Notre intégration s’est pour le moins faite sur des “chapeaux de roues”, s’amuse Jérôme Perseval. Nous n’avons pas eu le temps de nous poser des questions ! » Ces deux anciens cadres d’une grande entreprise agroalimentaire occupaient des postes à responsabilité sur Paris, puis Marseille et la Rochelle depuis plusieurs années, quand ils ont décidé de créer leur propre affaire. « Ma femme était fille de boulanger et j’avais déjà ce projet en tête, explique Jérôme Perseval. Nous avons beaucoup discuté avec Antoine et nous avions la même envie : s’investir dans une entreprise impliquée et ancrée dans le tissu économique local, et qui nous permettrait de développer des liens avec la population. » Pourtant, rien de moins simple. Aucun des deux n’est boulanger de profession. Qu’à cela ne tienne ! Ils partent en formation et apprennent tout du pain. « Mis en relation avec l’ancien propriétaire de la Boulangerie des Gaves, le contact est bien passé, les Pyrénées nous plaisaient beaucoup, et nous nous sommes alors lancés dans l’aventure. Nous avons monté les dossiers en travaillant encore dans nos entreprises respectives. Les démarches administratives prennent du temps. Puis, nous avons rencontré l’équipe du Comité Départemental de Développement Économique (CDDE) et bénéficié d’un prêt Bigorre

« Nos tournées offrent un service de proximité… Nous contribuons à la richesse économique du canton en créant ou préservant plusieurs emplois ».

Initiative. » Reste que le challenge n’était pas simple à relever. Il fallait redynamiser et reconstruire une équipe. Même s’ils ont gardé les anciens employés, certains partaient à la retraite. « Nous avons créé de nouveaux pains et de nouveaux produits. » Bientôt, le point de vente d’Argelès-Gazost aura aussi son four et fabriquera son pain. La communication fait partie des projets à moyen terme. « Aujourd’hui, nous ne regrettons rien. Le rythme de travail est différent et doit intégrer la saisonnalité et quelques gros mois de travail. » « Ce qui est gratifiant, poursuit Jérôme Perseval, c’est que nous avons réellement le sentiment de participer à la vie locale. Nos tournées offrent un service de proximité à une clientèle âgée. Nous contribuons à la richesse économique du canton en créant ou préservant plusieurs emplois. Une de nos boulangères a 25 ans, notre pâtissier 26 ans ! » Hautes-Pyrénées Mag 21


En Vedette

S T É P H A N E TA N C H A U D

Les Fustes du Lavedan : histoire d’un coup de cœur pour des maisons bois 100 % écologique. LES FUSTES DU LAVEDAN // STÉPHANE TANCHAUD

Rue du Canal - ZI Point Sud 65260 Soulom - Tél. : 06 34 50 80 56 stephane.tanchaud@fustes-pyrenees.com - www.fustes-pyrenees.com

S

i le bois est connu pour ses propriétés de longévité et ignifuge, il renvoie dans l’inconscient collectif une image de chaleur et de douceur. Et c’est bien ces propriétés que Stéphane Tanchaud, fondateur de la SARL les Fustes du Lavedan veut mettre en avant en développant une technique presque inconnue dans notre département : la construction de fustes. « Originaires du Canada et très utilisées en Scandinavie et en Russie, les fustes sont des troncs d’arbres bruts écorcés à la main. Je préfère travailler le Douglas, bois à cœur rouge, très robuste qui garde sa couleur jaune d’origine. » Pour Stéphane Tanchaud, chaque bois est unique et demande un savoir-faire particulier. « C’est un métier de patience car dans une journée, je ne peux travailler que 10 mètres de bois. » Cette patience, il l’a apprise pendant ses stages chez différents fustiers. Mais comment ce plaquiste de profession, diplômé en chaudronnerie et dessin industriel a-t-il décidé de créer cette entreprise ? « C’est d’abord un réel coup de foudre, explique Stéphane Tanchaud. En me promenant dans les Monts d’Ambazac (Haute-Vienne), je suis tombé sur une société qui construisait ces maisons. J’ai trouvé cela très beau. J’ai rencontré le patron de cette entreprise. Il m’a pris en stage et pendant 7 mois, j’ai tout appris avec un compagnon de France. D’un autre côté, mon attachement depuis l’enfance pour les Hautes-Pyrénées m’a décidé à m’installer dans le département. » Ses clients viennent de Midi-Pyrénées, d’Aquitaine ou de Poitou-Charentes. « Généralement, ces personnes sont à la recherche d’un cadre de vie différent, en harmonie avec leur conviction écoloHautes-Pyrénées Mag 22

gique ou tout simplement, sont des amoureux des matières nobles. », précise le fustier. Une maison de 125 m2 demande 7 mois de travail pour un coût de 1 400 € / m2 avec les finitions. « Ces maisons jouent un rôle important dans la préservation de la couche d’ozone. 1 m3 de bois stocke et stabilise une tonne de carbone, évitant ainsi le rejet de méthane généré par sa décomposition, ajoute-t-il. Les fustes se déclinent aussi pour d’autres utilisations : mobilier urbain, spa, jacuzzi, salon de jardin… » Parti de rien, il s’est rapproché du Comité Départemental de Développement Économique (CDDE) qui l’a accompagné dans son projet et soutenu par un prêt d’honneur Bigorre Initiative. « Entreprendre, c’est croire dans son projet, même si je conçois un produit encore nouveau pour la région, les engagements du Grenelle de l’environnement me donneront rapidement raison et amèneront plus de gens vers ce type de construction. »


Génération

ans En effet, si le ski est un loisir, il nécessite néanmoins un apprentissage. 3 journées sont nécessaires pour permettre à l’enfant de prendre du plaisir et lui donner l’envie de continuer. Car c’est aussi l’enjeu de cette opération de renouveler un marché du ski essentiel à l’économie des Hautes-Pyrénées.

CHIFFRESCLÉS

758

collégiens participent à l’opération dès la saison 2011 /2012

Avis de neige dans les collèges ! Plus de 2 000 collégiens des Hautes-Pyrénées découvrent cet hiver l’espace des montagnes enneigées, l’univers des stations et le plaisir du ski ! Ludique, grisant et dépaysant, le ski permet à chaque élève d’aller en glissant à la rencontre d’un nouvel environnement, espace naturel de vie, de travail et de loisirs. Le Conseil Général et Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement (HPTE), associés au Service Jeunesse Sports Vie Associative et à l’Inspection d’Académie, sont les initiateurs de cette opération destinée à tous les élèves de 6e ou 5e des Hautes-Pyrénées, et dont le but est de promouvoir la montagne auprès des collégiens du département.

En préalable aux sorties en station, un guide de haute montagne intervient dans chaque collège participant à l’opération pour proposer une 1ère appréhension de la montagne et des domaines skiables. Au cours d’une demijournée, sont ainsi abordés : la signalétique des pistes et les règles de conduite et de sécurité sur les pistes ; les règles de conduite hors des pistes ;

la neige (neige naturelle, neige de culture, formation des différentes couches) ; les différents métiers pratiqués sur le domaine skiable…

Pour que chaque collégien puisse ainsi profiter de 3 jours de ski, les sorties en station de tous les collèges du département seront échelonnées sur 3 saisons. 758 collégiens participent à l’opération dès la saison 2011 / 2012.

Cette opération à destination des collégiens des Hautes-Pyrénées ne pourrait exister sans un partenariat exemplaire entre de nombreux acteurs et professionnels de la montagne et du ski. HPTE organise, avec l’appui technique de N’Py et Esprit Montagne, l’ensemble de l’opération. Le Conseil Général prend en charge les frais de transports. Les exploitants de domaines skiables, les loueurs de matériels, les écoles de ski fournissent gratuitement leurs prestations (forfait ski, location de matériel, cours de ski). Dans certaines stations, les bars et restaurants offrent même un chocolat chaud aux enfants !

En station, ils rencontreront les professionnels pour une vision plus concrète des différents métiers. Une manière d’ouvrir ainsi leur horizon et d’étayer leur ambition. Ensuite, durant 3 journées, skis aux pieds, les collégiens seront encadrés pour apprendre à skier. Hautes-Pyrénées Mag 23


Culture Occitane À l’école - A l’escòla

Le bilinguisme pour les tout jeunes, pourquoi pas… Lo bilinguisme entaus petitòts, perqué pas… Parler plusieurs langues, ce ne doit pas être si compliqué… La preuve : plus de 60 % des humains, sont au moins bilingues. Ce n’est pas si compliqué… mais à condition de commencer jeune : dès sa naissance, un enfant dispose de capacités étonnantes. Le contact avec deux langues peut alors stimuler son éveil en enrichissant son imaginaire et ses expressions. L’enfant parlant deux langues développera ensuite des aptitudes à apprendre d’autres langues et à comprendre des cultures différentes.

Dans les Hautes-Pyrénées, l’initiation à l’occitan (1 h / semaine) est proposée à plus de 15 % des élèves des écoles primaires. Elle est assurée soit par les enseignants de l’Éducation Nationale, soit par les intervenantes de l’association Parlem, dont le financement est assuré par le Conseil Général, la Région et les Communes (ou Communautés de Communes). Il existe aussi des écoles bilingues : Sections bilingues dans les écoles publiques de Sarrancolin, Rabastens de Bigorre, Luz-SaintSauveur et Tarbes (Henri Wallon et Jean Moulin) : la moitié du temps scolaire se déroule en français, l’autre moitié en occitan.

60 %

des humains, sont au moins bilingues À la maison - À casa Dans les familles où un des parents, un grand-parent ou même un proche, peut parler aux enfants une autre langue, comme par exemple l’occitan (même s’il l’appelle « le patois ») ou la langue de son pays d’origine, les conditions sont prêtes pour ouvrir l’esprit des jeunes à la diversité des langues. Pour inciter les nouveaux parents à donner cette chance à leurs tout-petits, le Conseil Général va leur proposer une plaquette informative sur le bilinguisme accompagnée d’un CD de comptines du groupe Nadau. Une manière originale de faire découvrir aux enfants la culture de leur région et la diversité des langues ! Hautes-Pyrénées Mag 24

Dans les structures d’accueil pour la petite enfance Dens las estructuras entà la mainadèra. À titre expérimental, le Conseil Général a proposé aux structures d’accueil des tout-petits (crèches, haltes-garderies, R.A.M.) une animation en occitan autour de comptines et de jeux adaptés à ce très jeune public. La réussite de cette opération va permettre de renouveler ce genre de rencontres, et ainsi, grâce à un contact précoce avec une autre langue, de préparer les enfants à découvrir les diversités linguistiques et culturelles de leur environnement.

Écoles Calandretas à Laloubère, Bagnères-deBigorre et Bertren : l’immersion linguistique en occitan amène progressivement à un bilinguisme équilibré.

Plus de 300 élèves sont actuellement scolarisés en système bilingue (occitan-français) dans les Hautes-Pyrénées

Et après… E après…

En collèges, 2 830 élèves étudient l’occitan dans 19 des 20 collèges publics du département. Ces études peuvent ensuite se poursuivre au lycée, puis à l’Université.

RENSEIGNEMENTS : CONSEIL GÉNÉRAL DES HAUTES-PYRÉNÉES - MISSION CULTURE OCCITANE ET TERRITOIRES

Tél. : 05 62 56 77 95 bernard.dubarry@cg65.fr


Cette année Là

C’était… il y a un siècle ! Au début du XXe s., alors que la République s’installait progressivement en France, organisant un régime politique démocratique et fondé sur l’éducation par l’école, les mouvements politiques ont commencé à se structurer pour défendre leurs idéaux et leurs projets.

C’est ainsi qu’en 1904 sont créés à Vic-Bigorre un comité républicain communal et un comité républicain cantonal. Leur objectif est « la concentration des forces républicaines […] en vue de l’action électorale dans les diverses élections qui intéressent la commune » ou le canton. En 1906, ces associations fusionnent avec l’association radicale-socialiste du canton. Les Archives départementales des Hautes-Pyrénées ont récemment recueilli, à la mairie de Vic-Bigorre, le registre de délibérations de ces trois structures

entre 1904 et 1914 ; il y est désormais conser vé et rendu accessible au public sous la cote 1 J 621. Il illustre les combats politiques qui ont marqué cette période de la Troisième République, entre Séparation de l’Église et de l’État et Première Guerre mondiale. Le 17 juillet 1904, le comité cantonal adopte un « programme politique minimum » qui fait écho aux grandes questions du temps : l’attachement « au régime républicain » garant de « l’émancipation

complète de l’humanité et à la réalisation de l’idéal de liber té, de justice et de solidarité » ; la lutte contre le cléricalisme, « ennemi irréductible de la République », par la promulgation des lois laïques (lois de 1901 sur les associations et les congrégations, Séparation de l’Église et de l’État en 1905…) ; la question fiscale avec la promotion d’un impôt progressif sur le revenu et l’exonération des impôts fonciers pesant sur « l’instrument de travail et de richesse publique » ; la promotion des retraites ouvrières, « reconnaissant le droit de vivre aux travailleurs des champs et de l’industrie que l’âge et les infirmités ont rendus incapables de gagner leur pain ». Hautes-Pyrénées Mag 25


CIRCULEZ, y ’ a

tout à voir

MA NEIGE ENCHANTÉE 9 idées pour en profiter en privé… On dit souvent que les Haut-Pyrénéens sont comme les cordonniers. Ce sont les plus mal chaussés pour profiter... des trésors enneigés que recèle leur département. Voici quelques idées pour vous aider à trouver chaussure « fourrée » à votre pied, le temps d’un après-midi de mars, d’une journée d’avril ou dès le prochain week-end. Bienvenue chez vous !

1

BALADES EN TRAÎNEAU

à Campan-Payolle, Nistos, Piau-Engaly, Grand Tourmalet et Peyragudes Vivez une expérience grand-nord : accompagné d’un musher, vous découvrez les sensations d’une course tirée par des chiens de traîneaux. Poilant !

2

BALADES EN RAQUETTES

Partez sur les traces des animaux, jouez les trappeurs en pleine montagne ou optez pour le look esquimau en construisant (pour de vrai) un igloo ! Les accompagnateurs en montagne rivalisent d’idées aussi originales que ludiques. Promenades adaptées à tous, enfants comme adultes. LISTE DES ACCOMPAGNATEURS EN MONTAGNE SUR www.tourisme-hautes-pyrenees.com

3

CASCADE DE GLACE

4

PLONGÉE SOUS GLACE

à Gavarnie Gavarnie, c’est la « Mecque » des cascades de glace, le spot par excellence. Débutants, initiés ou experts, chacun y trouve sa voie !

à Piau-Engaly Ambiance surnaturelle, féérie des mondes engloutis, une expérience inédite accessible à tous.

5

MOUNTAIN LUGE

à Hautacam Luge deux places sur un rail de 700 m de long, propose seul ou à deux des descentes à fond (45 km/h) ou tranquilles (10 km/h). Une attraction unique dans les Pyrénées à par tir de 3 euros la descente (gratuit pour les enfants de 3 à 7 ans accompagnés).

6

DÉVAL’CABLE

au Val d’Azun Tyrolienne géante, 300 m de descente. Équipé d’un baudrier, à vous les sensations de vol et de liberté à partir de 3 euros la descente, (mini tyrolienne pour les plus petits).

7

LUGES SOUS TOUTES LES FORMES

8

PATINER SOUS LES ÉTOILES

Amateurs de glissades, fans de descentes ou accros aux secousses : airboard, snake-gliss ou yooner à Peyragudes, GHOSKY Minibob à Piau-Engaly ou snowtubing avec piste dédiée à Luz-Ardiden, la luge revient en force avec une seule règle : s’amuser !

à Nistos, Cauterets, Gavarnie, Luz et Saint-Lary Patinoires en plein air au pied des stations ou couvertes au village, les amateurs de flips, lutz ou double axel trouveront leurs aires de jeux dans les stations…

9

SKIEZ QUAND LES AUTRES SONT PARTIS

Les vacances d’hiver sont finies, les touristes sont partis. C’est le meilleur moment pour profiter comme jamais de nos espaces nordiques et stations de ski toujours enneigés et dont les dernières ne fermeront que fin avril.

INFORMATIONS & RÉSERVATIONS // LA BOUTIQUE DES HAUTES-PYRÉNÉES - Tél. : 05 62 56 70 00 - www.tourisme-hautes-pyrenees.com

Hautes-Pyrénées Mag 26


a

mag’ genda HAUTES-PYRÉNÉES

RENDEZ-VOUS CULTURELS ET SPORTIFS DU 1 ER MARS AU 30 AVRIL 2012

CINÉMA Du 07 au 09 avril

TOURNAGE DU COURT-MÉTRAGE à Anères

Week-end consacré au tournage d’un film, en noir et blanc dans l’esprit du cinéma muet. Ce court-métrage sera diffusé lors du festival du muet organisé du 23 au 27 mai. Tél. : 05 62 39 74 34 www.neste-nistos.com

CIRQUE Les 26 et 27 avril

GÉOMÉTRIE DE CAOUTCHOUC COMPAGNIE 111 au Haras de Tarbes

Un chapiteau de cirque qui s’anime comme une grande marionnette à fils. Un bijou d’ingéniosité, d’humour et d’émotion, à une échelle spectaculaire ! À partir de 12 ans. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

CONCERTS Jeudi 08 mars

LE PRINTEMPS DES POÈTES à Lourdes

Spectacle musical de Mayo, accompagné de Patrice Cazals à la guitare. Tél. : 05 62 42 77 40 www.lourdes-infotourisme.com

Vend. 09 mars

ZAJAL - ENSEMBLE ARS NOVA

au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

Zad Moultaka, fascinant compositeur renverse les codes de la musique savante et réinvente l’une des formes les plus anciennes de la joute oratoire méditerranéenne pour créer un opéra arabe unique en son genre. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

Mar. 13 mars

BRAD MEHLDAU TRIO

au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

Un concert avec le pianiste de jazz Brad Mehldau, habitué du festival

Jazz in Marciac, est une expérience singulière et intense, tant il se plaît à juxtaposer les extrêmes, de l’improvisation la plus élaborée, à la ballade la plus épurée. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

Vend. 16 mars

ORCHESTRE NATIONAL BORDEAUX AQUITAINE AVEC KWAMÉ RYAN

au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

dition chorale anglaise développée par les grands maîtres du 20ème s., de Vaughan Williams à Benjamin Britten. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

Du 08 au 14 avril

FESTIVAL DE MUSIQUE DE LOURDES 2012 à Lourdes

Le Festival de Musique de Lourdes sera rythmé par 4 concerts :

Les œuvres de Schumann et de Brahms formant une sorte d’écrin musical pour accueillir le concerto de Saint-Saëns, moins connu que ceux de Beethoven ou Tchaïkovski, mais d’une virtuosité et d’une fraîcheur tout à fait adaptées au jeu de Lise de la Salle. à partir de 14 ans.

08 avril : « Rome sacrée entre ferveur et théâtralité » à l’Abbaye de Saint-Savin. 09 avril : « Voyage dans l’Europe Baroque » au Palais des Congrès. 12 avril : « Motets » de Bach à l’Église du Sacré Cœur. 14 avril : « Mare Nostrum : orchestre et voix » à l’Église du Sacré Cœur.

Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

Tél. : 05 62 42 77 40 www.lourdes-infotourisme.com

Vend. 23 mars

TETSUO BIG BAND

à la Maison du Savoir à Saint-Laurent de Neste

TeTsuo est un duo de rock de Pau. Pour ce concer t exceptionnel, ils nous proposent de découvrir leur univers musical (proche de celui de Tim Burton ou Radiohead) sous une forme plus ambitieuse et inhabituelle puisque c’est un groupe de 10 musiciens qui sera sur scène ! Tél. : 05 62 39 74 34 www.neste-nistos.com

Sam. 24 mars

CONCERT PAR L’ORCHESTRE D’HARMONIE DE LA SOCIÉTÉ MUSICALE DU PLATEAU à Lannemezan

Sous la Direction de Robert Valentie. ENTRÉE LIBRE

Tél. : 05 62 98 08 31 www.office-de-tourisme-de-lannemezan.fr

Merc. 04 avril

LES ÉLÉMENTS PAR JOËL SUHUBIETTE à la Collégiale d’Ibos

Joël Suhubiette et le chœur des Éléments (Victoires de la musique classique en 2006) explorent la tra-

Sam. 28 avril

ORCHESTRE NATIONAL DU CAPITOLE DE TOULOUSE AVEC JAIME MARTIN au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

Rarement mis à l’honneur, le trombone gagne ses lettres de noblesse dans ce programme rythmé et joyeux avec Fabrice Millischer, récent lauréat des Victoires de la Musique. À partir de 14 ans. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

DA N S E Mar. 20 mars

VIOLET PAR MEG STUART au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

Danser l’invisible, voici le pari de Violet, pièce créée pour le festival d’Avignon 2011, par Meg Stuar t, une chorégraphie centrale de la danse contemporaine, passée maître dans l’ar t de révéler, là où le langage échoue, ce qui est difficile à énoncer et à percevoir. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net Hautes-Pyrénées Mag 27


agenda mag’

Du 09 au 11 mars LA PONEY SESSION TTR**** à Saint-Lary

DA N S E Jeudi 05 avril

EN ATENDANT AVEC ANNE TERESA DE KEERSMAEKER au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

Figure majeure de la danse belge et mondiale, Anne Teresa de Keersmaeker est de retour au Parvis avec « En atendant », une pièce subtile et raffinée, acclamée au dernier festival d’Avignon. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

EXPOSITIONS Jusqu’au 3 juin « FLORS, À CHACUN SA NATURE, À CHACUN SA FLEUR », « PLANTES MENACÉES DE MIDI-PYRÉNÉES »,

à Bonnemazon

« COQUELICOTS & CO » FLEURS SAUVAGES DES MOISSONS, DES VIGNES ET DES VERGERS DE MIDI-PYRÉNÉES

à l’Abbaye cistercienne de l’Escaladieu

Expositions présentées et réalisées par le Conservatoire Botanique National (CBN) des Pyrénées et de Midi-Pyrénées : « Flors » met en scène des regards croisés, populaires et savants sur des fleurs pyrénéennes devenues emblématiques. Informations sur la conservation botanique, la cueillette des fleurs, les plantes emblématiques des Pyrénées, les espèces menacées et / ou protégées. Tout public.

Cette compétition de snowboard, au calendrier de Fédération Internationale de Snowboard, laisse cette année une grande place à la board culture et à l’expression artistique avec notamment des sessions de Live Painting, l’expo Eden ou encore des concerts de premier plan ! Tél. : 05 62 39 50 81 www.saintlary.com

Du 12 mars au 21 avril « DES IMAGES, UNE PRÉSENCE » à Tarbes, Carmel

Cette exposition met en valeur un ensemble exceptionnel de dessins de retables et de décors d’église du XVIIIe s. provenant pour la plupart de l’atelier de la famille Ferrère d’Asté. Ils appar tiennent pour la majorité au Diocèse de Tarbes et Lourdes qui les a confiés pour conservation aux Archives départementales des Hautes-Pyrénées.

SPORTS Sam. 03 mars

BIATHLON LASER CHALLENGE AMICAL à Nistos

Une épreuve ouverte à tous pour s’initier au biathlon qui a connu un vrai succès lors des derniers Jeux Olympiques. Tél. : 05 62 39 74 34 www.neste-nistos.com

Merc. 07 mars

LE DESMAN à Gavarnie Course de ski (Géant) pour les microbes, unique dans les Pyrénées. Tél. : 06 77 86 24 35 www.gavarnie.com

Sam. 10 mars

CHALLENGE ANTON KNOEBELL à Luz-Ardiden

Géant, benjamins, poussins. Tél. : 05 62 92 30 30 www.luz.org

Les 10 et 11 mars XTREM FREERIDE à Saint-Lary

FOIRE Du 08 au 11 mars SALON DE L’AGRICULTURE au Parc des Expositions à Tarbes

Raid freeride multiglisses par équipes de deux sur deux jours avec bivouac à faire en ski, snowboard ou télémark. Tél. : 05 62 39 50 81 www.saintlary.com

Le rendez-vous de l’agriculture et des produits du terroir des HautesPyrénées.

Dim. 11 mars

Tél. : 05 62 34 87 44 www.salon-agricole.com

Compétition de ski de montagne combinant montées en peaux de phoque et descentes freeride sur deux parcours. Ouvert à tous ceux qui veulent s’initier à la pratique du ski alpinisme en toute sécurité.

OPÉRA

TROPHÉE CHRISTOPHE RIBATET à Saint-Lary

Sam. 14 avril

Tél. : 05 62 39 50 81 www.saintlary.com

LA TRAVIATA PAR FABIO LUISI, WILLY DECKER

Sam. 17 mars

au Parvis - Scène nationale Tarbes Pyrénées à Ibos

9ème DERBY DES PYRÉNÉES à Piau-Engaly

6ème ÉDITION DE LA FÊTE DE LA GLISSE… à Piau-Engaly

Par Janusz Malik le plus polonais des Bigourdans

En direct du Metropolitan Opera NewYork, l’opéra au cinéma en haute définition. Natalie Dessay, pour la première fois au Met dans le rôle de Violetta, dans l’étonnante production de Willy Decker.

Tél. : 05 62 98 08 31 www.office-de-tourisme-de-lannemezan.fr

Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

Tél. : 05 62 39 16 97

Du 09 au 29 mars

EXPOSITIONS DE PEINTURES « PRINTEMPS PTASZKOUBE » à Lannemezan

Hautes-Pyrénées Mag 28

L’événement de la station. Le 1er rendez-vous multiglisses des Pyrénées (ski, snowboard, snowscoot, télémark, monoski, engins spéciaux et handiski). Les participants s’élancent du haut du Pic de Piau pour rejoindre


le centre de la station le plus rapidement possible ! Bandas et concert en soirée.

partie du match, se sont inclinés 25 à 22. Retrouvez le calendrier des matchs : www.tpr65.com

Tél. : 05 62 39 61 69 www.derbydespyrenees.com

Les 21 et 22 avril

Dim. 18 mars

DERBY 3000 COURSE INTERNATIONALE DE SKI DE RANDONNÉE

CHAMPIONNAT MIDI-PYRÉNÉES DE DESCENTE VTT AU PIC DU JER

Tél. : 05 62 98 08 31 www.office-de-tourisme-de-lannemezan.fr

à Lourdes Tél. : 05 62 42 77 40 www.lourdes-infotourisme.com

Merc. 07 avril

à Gavarnie

Compétition de ski alpinisme de niveau international agréée par la Fédération internationale de ski alpinisme.

L’ANTHONY SLALOM AU « MOURGAT » pour les minimes, cadets, juniors et séniors. Tél. : 05 62 92 49 10 www.gavarnie.com

Sam. 24 mars

LE GRAND DERBY DU PIC DU MIDI au Grand Tourmalet

Les participants doivent descendre le plus rapidement possible en ski, snowboard, télémark ou monoski depuis le Pic du Midi jusqu’au centre de La Mongie, pour 1 500 m de dénivelé en choisissant le meilleur itinéraire. Épreuve inscrite au Trophée des Derbys. Tél. : 05 62 91 94 15 www.tourmalet.fr

Sam. 24 mars

TGB - MONTPELLIER Le TGB reçoit le premier au classement du Championnat de la Ligue Féminine de Basket. Retrouvez le calendrier des matchs : www.tarbesbasket.com

Les 07 et 08 avril

TOY POUCE - Catégorie microbes. LUZARDIDAMES - Course ouverte

THÉÂTRE Sam. 03 mars

MESSEKOASSA, DÉLIRE POÉTIQUE ABSURDE à Argelès-Gazost

Oui ! Au fait ! Méssékoassa ?… Ajouter : 2 sumos, 1 prune, 1 ruisseau + quelques autres personnages et vous aurez peut-être, la réponse ! Tél. : 05 62 97 00 25 www.argeles-gazost.com

Sam. 03 mars

PIERRE À PIERRE - EL TEATRE DE L’HOME DIBUIXAT au Théâtre des Nouveautés à Tarbes

Théâtre d’objets. Une proposition pour éveiller l’imagination des filles et des garçons au travers d’objets inanimés. Sable de la plage de Vinaros, pierre ponce du Guatemala, boîtes de conserve vides et rouillées, troncs d’arbres, tous prennent vie dans les mains de Tian Gombau, acteur habile et manipulateur d’une grande sensibilité. Tél. : 05 62 90 08 55 www.parvis.net

Jeudi 08 mars

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2012 à Lannemezan

Tél. : 05 62 92 30 30 www.luz.org

Sam. 21 avril

Tél. : 05 62 98 08 31 www.office-de-tourisme-de-lannemezan.fr

à Luz-Ardiden

TPR - AUCH

Le TPR, 11e au classement Pro D2 reçoit Auch, 12e au classement. Un goût de revanche pour ce match retour puisqu’à l’aller, les Tarbais, qui avaient mené pendant une grande

THÉÂTRE - CLOWN : CEKOI à Argelès-Gazost

Show de danses par la Troupe « Planet Swing » et comédie « Botox et Silicone » écrite par David et Marc Duranteau, interprétée par Sonia Desbois et Adrien Benech - Vainqueur du Printemps du Rire 2011 de Toulouse.

à toutes les femmes.

Titoff présente un spectacle populaire et joyeux qui nous fait du bien, et son charme emballe le tout… à 39 ans Titoff est de retour et c’est une sacrée bonne nouvelle !

Vend. 30 mars

ONE MAN SHOW « TITOFF » à Lannemezan

Avec son nouveau spectacle « Après 5 ans sans rien faire, déjà de retour »,

Naïfs, curieux, joueurs, Cekoi et Theou cherchent dans une bulle de jeu le silence, un bruit, une question. C’est un jeu ! C’est celui qui dit qui y’est ! Qui trouve ? Si je sais, je joue, si tu trouves, tu rêves. Pourquoi c’est les oiseaux qui volent ? Ça sert à quoi les nuages ? et les fleurs ? Ça pousse, les montagnes ? Cekoi et Theou se renvoient des questions-réponses et découvrent la poésie. Mais, c’est quoi un poème ? Tél. : 05 62 97 00 25 www.argeles-gazost.com

Vend. 20 avril AUDREY LAMY DERNIÈRES AVANT LAS VÉGAS à la Maison du Savoir à Saint-Laurent de Neste ONE WOMAN SHOW TOUT PUBLIC

Sans complexe et munie d’un redoutable sens de l’obser vation, elle dresse le portrait de ses copines, ses voisins, ses parents et rend visite à Brad Pitt qui l’a toujours aimée secrètement ! Un spectacle tout en fraîcheur et en nuances qui vous fera l’effet irrésistible d’un miroir déformant ! Audrey Lamy, une certaine idée de notre société où la normalité devient soudainement absurde. Tél. : 05 62 39 74 34 www.neste-nistos.com

Vend. 20 avril FESTIVAL DU CONTE à Arreau

Une rencontre entre Ladji Diallo, conteur lumineux, créateur d’images incandescentes, Hervé Carrère, metteur en scène, comédien, musicien, mime et Jean-Claude Gérard flûtiste de renommée internationale. Tél. : 05 62 98 63 15 www.vallee-aure.com Hautes-Pyrénées Mag 29


tribunes tribunes politiques

Hautes-Pyrénées Mag 30

PA RT I R ADI CAL DE GAUCH E F R O N T DE GAUCH E

Budget 2012 : un budget responsable

À

l’instar d’autres collectivités territoriales, le budget 2012 du département des Hautes-Pyrénées sera élaboré dans un contexte budgétaire difficile. La crise de la dette conduit le gouvernement à rechercher des économies. Les collectivités locales sont particulièrement visées, alors même qu’elles représentent 75 % de l’investissement public, lequel constitue l’un des derniers leviers dont disposent les élus locaux pour relancer la croissance.

Ainsi, réforme après réforme – suppression de la taxe professionnelle, désengagements financiers importants pour les prestations sociales telles que le RSA, l’APA, la PCH, transferts de charges non compensés, gel des dotations et des concours financiers jusqu’en 2014 – la politique gouvernementale n’a eu de cesse de réduire l’autonomie fiscale des Départements, diminuant ainsi considérablement leurs marges de manœuvres budgétaires. L’élaboration du budget 2012 est d’autant plus difficile que nous sommes confrontés à une stagnation des recettes et à une croissance toujours significative des dépenses sociales. Dans ce contexte, les conseillers généraux Radicaux de Gauche et apparentés font le choix de la responsabilité, fondée avant tout sur la recherche d’économies plutôt que sur le recours systématique à l’emprunt. Nous avons voulu construire un budget juste, transparent afin de limiter la répercussion du désengagement de l’État et la réforme de la fiscalité locale sur les impôts des haut-pyrénéens. Bien que les dépenses de fonctionnement aient été maîtrisées (économies effectuées directions par directions, lignes budgétaires par lignes budgétaires) et le recours à l’emprunt limité, des efforts restent encore à faire. Assumer nos missions de solidarité reste une priorité, tout comme le développement de nos territoires afin de renforcer leur attractivité et créer des richesses pour tous.


PA RT I SOCI A LI ST E

EN TENTE RÉ PUBL I CA I N E

Des élus à l’offensive

Diminuer la dépense publique

L’

élaboration du budget 2012 est un moment fort pour le Conseil Général. Dans la période 2008 - 2010 avec la présidence socialiste, des investissements structurants ont été volontairement engagés pour contrer la crise : la numérisation des collèges, la réalisation de la bretelle nord-ouest de Tarbes et l’équipement haut et très haut débit du territoire. Ces investissements ont été réalisés avec une gestion rigoureuse des dépenses du département. Les difficultés que connaissent les collectivités locales trouvent leur origine dans le désengagement de l’État qui augmente les transferts de charges et parallèlement diminue ses compensations financières, sans oublier les réformes de la fiscalité locale qui réduit considérablement l’autonomie des collectivités. Ainsi, un point de fiscalité qui représentait 1 million d’euros de recettes nouvelles il y a dix ans ne représente plus que 600 000 euros. Pour le département des Hautes-Pyrénées les trois missions APA, RSA, Handicap, équivalent à une dépense globale de 62,1 millions d’euros… compensés par l’État à hauteur seulement de 30,6 millions d’euros. Il manque donc 31 millions d’euros pour les Hautes-Pyrénées, cette somme représentant le budget annuel des routes ou le coût de l’équipement haut débit. Pour l’avenir, 2012 sera une année de choix politiques décisifs. Soit elle verra se poursuivre les atteintes portées aux collectivités locales par la majorité de Droite, soit la victoire de François HOLLANDE permettra la mise en place d’une nouvelle avancée dans la décentralisation qui donnera les marges de manœuvre nécessaires au développement des territoires. Pour toutes ces raisons et bien d’autres, les élus socialistes s’engagent fortement dans la campagne de François HOLLANDE.

José Marthe

Rolland Castells

L

e Débat d’orientation budgétaire et le Budget traditionnellement abordés aux mois d’Octobre et de Décembre, rythment le calendrier de nos travaux. Aveu d’échec de la gauche départementale, ces débats ont été repor tés au premier trimestre 2012 face à la difficulté de présenter des budgets en équilibre. Depuis des années nous ne cessons de dénoncer les explosions de la dette, de la fiscalité, du nombre de fonctionnaires du train de vie de la collectivité, et autres gaspillages… La dette était de 104,8 M€ au 31 / 12 / 2011. Elle s’établit déjà à 162,2 M€ pour 2012. Elle sera de 212,2 M€ au 01 / 01 / 2013, sous l’impact financier des deux programmes du HautDébit et de la Rocade Nord-Ouest de Tarbes. Une dette multipliée par deux en deux ans, record battu ! Sous le titre « les folles dépenses des collectivités locales » un hebdomadaire national établissait récemment le palmarès des Départements les plus dépensiers. Les Hautes Pyrénées sont n° 3 pour les dépenses sociales (382 € / habitant), n° 6 pour les frais de communication (64 112 € pour 10 000 habitants, n° 8 pour le nombre de fonctionnaires (60 pour 10 000 habitants)… Ces folles dépenses expliquent la lourdeur de l‘impôt supporté par les contribuables bigourdans. Il serait temps que la gauche départementale applique les préconisations de Didier MIGAUD, Président socialiste de la Cour des Comptes, qui dans le dernier rapport de cette éminente Institution exhorte à la diminution de la dépense publique si l’on veut éviter le sort funeste d’une Nation à la dérive telle la Grèce. Hautes-Pyrénées Mag 31


Hautes-Pyrénées Mag - Mars Avril 2012  

Le Magazine d'information du Conseil Général des Hautes-Pyrénées

Advertisement