Issuu on Google+

Le magazine du conseil général de la Manche Décembre 2012

Dossier LE MORTAINAIS : Pour une nouvelle dynamique du territoire P. 11-15

eige N n a l Le P anche.fr sur m

Le bois investit l’habitat p.10

p.16

Le cidre du Cotentin vers son AOC p.17

Portrait de Laurent L’Hermitte p.19

N° 34


Sommaire 3

Édito Une longueur d’avance pour le Mortainais

4

En bref Les Fabriques : des réunions prometteuses pour l'avenir du département

8

Entreprendre Fouchard, 65 ans de thermodynamisme

10

Développement durable Les prouesses du bois dans nos maisons

11

Dossier du mois : TERRITOIRES Des projets ambitieux pour l’avenir du Mortainais

16

Zoom Retrouvez le Plan Neige en ligne

17

Entre terre et mer Le cidre du Cotentin vers son AOC

18

Vie pratique Le conseil général soutient ses artistes !

19

Portrait : Laurent L’Hermitte La Manche sur le bout de la plume

Ce magazine est disponible en braille et en CD audio. Pour obtenir l'une des deux versions, téléphonez à l'association « Donne-moi tes yeux » au 01 47 05 40 30 ou envoyez un mail à l’adresse : donnemoitesyeux@wanadoo.fr

N°34 / Décembre 2012

Légende fenêtre de liberté : Issue du patient travail d’un moine français, une mosaïque de fragments de faïence du monde entier habille de couleurs inattendues la « Little Chapel », à Guernesey.

LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MANCHE / Maison du Département - 50050 Saint-Lô Cedex Directeur de la publication : Jean-François Le Grand Directeur de cabinet : Michel Chopin Directrice de la communication : Catherine Cousin Rédactrice en chef : Lucile Kergueno Rédaction : Lucile Kergueno, Sandra Poulain-Stein Ont participé à ce numéro : David Letort, Sylvain Lambert Photographies : CG50 - David Daguier sauf mention Conception et réalisation : Libre cours Impression : Imaye Graphic Distribution : La Poste/Mediapost Tirage : 220 000 exemplaires ISNN : 2101 - 8197 - Dépôt légal : mai 2009 Contact Manche mag’ : • Tél. : 02 33 055 550 • Fax : 02 33 05 95 65 • Courriel : manchemag@manche.fr

2 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

Le prochain Manche mag’ paraîtra le 21 janvier 2013


L’édito

par Jean-François Le Grand

Une longueur d’avance pour le Mortainais

Nous avons toujours été clairs sur les objectifs que nous affichions. Du nord au sud, aucun des territoires qui constituent la Manche ne sera écarté, marginalisé, abandonné. La Manche s’est construite autour de ces espaces, de ces pays, ils forment comme une colonne vertébrale pour le département, si l’un d’eux venait à être en difficulté, c’est l’ensemble qui se trouverait fragilisé.

Nous avons le devoir de faire le lien avec nos territoires, de les soutenir. Tel est l’enjeu de notre mobilisation au travers des grands projets liés aux énergies marines renouvelables dans le Nord. Tel est l’enjeu de la dynamique du Mortainais que nous impulsons depuis déjà plusieurs mois dans le Sud. Cette dynamique, nous l’avons voulue pour renforcer le Sud-Manche face aux grands défis de demain. Des défis non pas à affronter, mais plutôt à relever. Mais nous ne partons pas de rien, bien au contraire, le Mortainais possède d’indéniables atouts : un secteur artisanal dense,une économie d’une grande diversité, une agriculture encore très forte.

Le chiffre clé

Si l’on se place à un échelon départemental, le Mortainais donne peut-être l’impression d’être un territoire encaissé, fermé, mais j’y vois plutôt une position stratégique. C’est en effet le seul territoire de la Manche limitrophe de nos quatre départements voisins. Il faut y voir une opportunité, une ouverture avec de nombreuses possibilités d’échanges. Huit conseillers généraux sont d’ailleurs mobilisés plus particulièrement sur ce dossier et marquent ainsi l’attachement du conseil général à faire du Mortainais un territoire prioritaire, mais surtout un territoire pilote. Nous consacrerons 26 millions d’euros à ce plan d’actions construit autour de « la fibre ». Pourquoi ? Tout simplement parce que du numérique au social, et de l’entreprenariat à l’innovation, « la fibre » est au cœur du Mortainais. C’est le nombre de « spoteurs » depuis la mise en place en 2011 par le conseil général du chéquier de réductions Spot 50 pour les jeunes Manchois. (chiffre au 9 novembre 2012)

Rendez-vous sur

Ayons pour le Mortainais l’envie d’en faire un territoire avec une longueur d’avance. C’est en tout cas l’objectif que nous nous sommes fixé.

Jean-François Le Grand président du conseil général de la Manche

pour voir la Manche autrement ! 3 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


En bref...

ciseaux et de matière grise, ils ont imaginé de nombreuses unes et pas moins de 172 sujets. Si les énergies renouvelables, la gouvernance et le vivre ensemble occupent le plus les esprits, d’autres thèmes ont aussi été abordés, comme le tourisme, l’éducation, l’agriculture, la mer ou le numérique. Retour sur les Fabriques de la Manche L’optimisme l’emporte : la Manche devient le « grenier alimentaire de l’Europe » ; « à une heure de Paris », elle est la « première De nombreux citoyens destination française » et développe le « tourisme balnévert » ; manchois se sont assoelle produit des hydroliennes pour le Japon ; des pôles univerciés cet automne à la sitaires et centres de formation aux énergies marines voient le réflexion prospective jour ; ses écoliers sont tous bilingues, grâce au développement sur les territoires. Une portuaire et aux échanges transmanche ; les jeunes reviennent démarche participaen masse ; les résidences intergénérationnelles se multiplient, tive qui leur a plu et a comme le télétravail ou la télémédecine... élargi Demain F EleS Tchamp I VA L Ades LIMENT E R R Eest aussi source de prédictions audacieuses : les réfugiés possibles. En devenant, climatiques affluent ; « Cotentinople » et ses 400 000 habitants le temps d’une soirée, sont entourés d’eau ; « on roule au gaz animal grâce à la équipes de rédaction méthanisation » ; le château de Gratot devient un vignoble... d’un journal, quelques centaines d’habitants se sont ainsi projetés De cette abondance d’idées, de vraies pistes se dégagent. en 2030 et au-delà. À l’aide de coupures de presse, de colle, de Visionnaires, les Manchois ? L’avenir nous le dira !

Sept films pour

nourrir le débat BIODIVERSITÉ

Champignons : la juste mesure

Sur proposition de l’Office national des forêts, un arrêté préfectoral règlemente depuis juillet la cueillette des champignons dans les forêts domaniales de la Manche et du Calvados. Déjà en place dans l’Orne depuis 2002, cette mesure vise à limiter le prélèvement intensif des espèces fongiques et préserver leur diversité. L’arrêté encadre la pratique sans l’interdire. Elle est autorisée tous les jours, de 8 h au coucher du soleil, sauf mardis et jeudis, et limitée à un panier quotidien de 10 litres par personne, dans le cadre d’une consommation familiale. Ainsi, cueillir cèpes, girolles et autres pieds-de-mouton restera un plaisir durable !

(Charte du ramasseur de champignons disponible sur onf.fr 4 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

TOURISME

La « Manche Box », un cadeau made in Normandie ! Manche Tourisme vient de lancer un coffret cadeau inédit, la « Manche Box », qui vous propose une sélection de 30 séjours pour découvrir la Manche sous un nouvel angle, au gré de vos envies… En hôtel,chambre d’hôtes de charme ou hébergement insolite, les offres comprennent une à deux nuit(s) avec petitdéjeuner, agrémentées d’un dîner, d’un accueil privilégié ou d’une prestation de loisirs. Des idées d’escapades à partager à deux, au prix de 149 € : cocooning en bord de mer à Granville, aventure en volant au-dessus du Val-de-Saire, plongeon dans l’histoire mythique du Titanic à Cherbourg ou encore évasion sur l’île Tatihou… laissez-vous tenter par des expériences surprenantes !

(PRATIQUE : Infos et réservations sur manchetourisme.com (livret avec toutes les formules consultable en ligne), par mail : manchescapades@manche.fr ou par téléphone : 02 33 05 90 00 (du lundi au vendredi)


SANTÉ

P R AT I Q U E

Handicap et automobile À travers ce guide destiné aux personnes à mobilité réduite, l’auteur, Roger Mandart, répond à un ensemble de questions pratiques : Comment se former à la conduite ou aménager sa voiture ? Quels sont les lieux de conseil et les aides financières ? Retrouvez dans cet ouvrage les démarches à suivre et les contacts utiles (Prix : 15 €, frais d’expédition compris).

La chirurgie vasculaire dans la Manche Outre l’hôpital Mémorial France-États-Unis de Saint-Lô (cf. Manche mag’ n°32), la Manche dispose de quatre autres pôles de chirurgie vasculaire :

(CONTACT : Association Point Carré Handicap Hôpital Raymond Poincaré - 104, bd Raymond Poincaré 92380 Garches - 01 47 01 09 60 - cle5@wanadoo.fr

le centre hospitalier public du Cotentin, à Cherbourg et Valognes la polyclinique du Cotentin, à Équeurdreville-Hainneville le centre hospitalier d’Avranches-Granville la polyclinique de la Baie, à Saint-Martin-des-Champs

(PLUS D’INFOS SUR : manche-sante.fr

(PLUS D’INFOS SUR handicap.org

HUÎTRES NORMANDES

Le producteur près de chez vous Avec près de 600 km de côtes, une superficie de parcs ostréicoles estimée à 1 100 ha et un des plus vastes estrans d’Europe, la Normandie, première région productrice d'huîtres en France, se prête particulièrement à la conchyliculture. Élevée en pleine mer, principalement sur le littoral, de la Côte de Nacre à la Baie du Mont-Saint-Michel, l’huître normande offre tout un éventail de facettes et de saveurs… Le goût de noisette de l’huître de Saint-Vaast ou encore la chair abondante et savoureuse de celle d’Utah ne cessent ainsi de séduire les palais des plus fins gourmets. Dans une brochure éditée* par l'Organisation des Producteurs Conchylicoles Normandie Mer du Nord, retrouvez les adresses des producteurs d'huîtres normands, du Cap Lévi à l’embouchure de la Seulles, mais aussi un calendrier des marchés Mer & Terroirs du Cotentin et du Bessin, les poissonneries et restaurants où trouver ces produits locaux, et même quelques conseils pratiques pour que l’ouverture des huîtres n’ait plus de secrets pour vous !

(Guide téléchargeable sur manche.fr *avec le soutien du Fonds européen pour la pêche, de l’État, de la Région Basse-Normandie et du conseil général de la Manche.

(PLUS D’INFOS : 09 63 05 75 92 ou 06 64 42 43 85 - opcnormandie@wanadoo.fr

TV MANCHE -

VOT R E

WEB T V

Pour mieux vous étonner ! Plan large sur la vie de votre département, TV Manche vous offre, en cette fin d’année, des vidéos toujours inattendues et exclusives. Un best of des rushs dévoile le « bêtisier » des tournages, les cloches de NotreDame se démoulent à Villedieu, les entrepreneurs sont à l’honneur… et de nouvelles séquences en caméra embarquée vous attendent. Attention, un concours de vidéos se prépare pour 2013… alors vous aussi, agitez votre web tv ! Retrouvez TV Manche sur Facebook Pour vous tenir au courant de l’actu de tvmanche.tv et découvrir les coulisses des tournages en photos, rejoignez la communauté de la télé de ceux qui aiment la Manche !

(RENDEZ-VOUS SUR :

5 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


En bref... BIENVENUE

DANS LA

MANCHE

Plus de 5 000 nouveaux arrivants en deux ans ! En septembre 2010,le conseil général lançait son kit de bienvenue, La Manche vous ouvre ses portes, une mallette d’accueil envoyée à tous les nouveaux ar r ivants dans le dépar tement. Deux ans plus tard, afin de marquer l’événement de manière symbolique, la 5 000e famille venue s’installer dans la Manche l’a reçu en mains propres.Ayant repris une ferme laitière à SaintSymphorien-les-Buttes, dans le canton de Torigni-sur-Vire, ce couple de jeunes agriculteurs et ses deux enfants se sont également vu offrir un séjour de découverte dans le département pour six personnes, d’une valeur de 500 €.

Ce kit de bienvenue contient : - un livret « vie pratique », avec tous les contacts utiles, pour vous accompagner dans les démarches administratives à effectuer lors de votre arrivée, vous informer sur les services du conseil général aux habitants, notamment les modes de garde et la scolarité de vos enfants, les inscriptions aux transports Manéo ou encore la recherche éventuelle d’un emploi. Il vous invite aussi à découvrir les charmes de la Manche, via différents moyens de locomotion, sa gastronomie, ses marchés et fêtes traditionnelles, ses événements sportifs et culturels, etc. - une brochure touristique très complète des plus beaux sites du département - une invitation pour quatre personnes valable dans l’un des sites et musées gérés par le conseil général.

(PLUS D’INFOS SUR : manche.fr

COMMISSION

PERMANENTE

LE CONSEIL GÉNÉRAL S’ENGAGE À VOS CÔTÉS AU QUOTIDIEN

Lors de la commission permanente du 26 octobre dernier, le conseil général de la Manche a voté une enveloppe de 2 657 952 euros en faveur des territoires et des Manchois, répartie de la façon suivante : Développement du territoire et de la prospective : 1 005 549 €

en faveur du patrimoine au titre des monuments historiques : 178 986 €

Dont des aides accordées dans le cadre de la politique contractuelle : divers (création d’une maison pluridisciplinaire de santé, requalification d’un quartier, viabilisation de terrains destinés à la construction de logements, réhabilitation de salles de convivialité…) : 730 770 € assainissement : 263 042 €

Solidarités, formation, jeunesse, sport et culture : 461 109 € Dont des subventions : aux collèges publics pour l’acquisition d’équipements : 76 741 € pour le développement d’actions culturelles : 110 500 €

Infrastructures, réseaux, agriculture et développement économique : 1 191 294 € Dont des aides pour : l’immobilier d’entreprise : 88 512 € la réalisation de zones d’activités à Coutances et Condé-sur-Vire : 486 728 € les très petites entreprises : 70 496 € les agriculteurs, par l’intermédiaire des organisations professionnelles : 55 562 € les travaux d’aménagement et de sécurisation du réseau routier départemental : 373 816 €

(POUR EN SAVOIR PLUS : retrouvez chaque mois le détail des principales décisions sur conseil.general.manche.fr 6 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


En bref... 2E

agenda

SOIRÉE DES ENTREPRENEURS

Le palmarès !

Retrouvez toutes les dates sur

Ils font réussir la Manche et symbolisent sa vitalité et sa diversité.Voici les 13 lauréats de la deuxième édition de la Soirée des entrepreneurs : Prix de la gestion des hommes et des femmes

Prix du développement commercial et de l’export

B.E.I., holding gérant deux restaurants Mac Donald’s, à Cherbourg-Octeville

Leforgeais, fabrication de produits de charcuterie, à Saint-Laurent-de-Cuves Techneau, conception, fabrication, montage et commercialisation de techniques et de matériel d’assainissement, à Marigny

Jacky Deshogues, menuiserie, à Saint-Aubin-des-Préaux

LES 8 ET 9 DÉCEMBRE Noël des créateurs Expo - vente d’artistes et artisans d’art, à l'église Saint-Nicolas de Coutances. 02 33 47 92 80 augresdutemps. jimdo.com

DU 15 AU 30 DÉCEMBRE 30e crèche vivante de Saint-Hilairedu-Harcouët 02 33 79 38 88 creche-vivante.org

Prix de l’innovation Biplan, communication audiovisuelle, vidéo et infographie, à CherbourgOcteville Créaline, production et commercialisation de purées et soupes de légumes, à Lessay

Prix de la valorisation des ressources marines et agricoles Domaine du Coquerel, production et commercialisation de cidre, calvados et pommeau, à Milly

Prix de la qualité de vie Château de Crosville-sur-Douve, boutique, salles équipées, repas et réceptions Zoo de Champrépus, lieu de visite et parc zoologique

JUSQU’AU 23 DÉCEMBRE « D’où viens-tu-Boris ? » Expo sur l’enfance, l’adolescence et l’insouciance de Vian, au manoir du Tourp à Omonville-la-Rogue. 02 33 01 85 89 letourp.com

Prix coup de cœur Studio Delaroque, photographie d’art et création d’œuvres photographiques, à La Haye-Pesnel

Pisciculture La Champagne, élevage de truites, fumaison et conserverie de poisson, gîte, à Saint-Sauveur-Lendelin

LES 26 ET 27 DÉCEMBRE Meeting du Bout de l’An

Prix de la création/reprise

au centre aquatique du Pays Saint-Lois, à Saint-Lô. cnpsaint-lo.com

Naturalis, fleuriste, à Saint-Lô Vivier Tanguy, exploitation agricole, au Ham

(Une soirée à retrouver sur (PLUS D’INFOS SUR : entreprendre.manche.fr

Cette soirée est parrainée par Serge Marti, président de l’Association des journalistes économiques et financiers (AJEF), ancien rédacteur en chef au Monde, ancien directeur du Monde Économie.

LES 27, 28 ET 29 DÉCEMBRE Visites « Famille » à l’abbaye du Mont-Saint-Michel. 02 33 89 80 00 mont-saint-michel. monuments-nationaux.fr

N AU T I C 2012

La Manche prend le large à Paris !

(PLUS D’INFOS SUR : manchenautisme.com et salonnautiqueparis.com

LE 31 DÉCEMBRE 3e cyclocross ©Antoine Soubigou

Du 8 au 16 décembre, à l’occasion du Salon nautique international de Paris, porte de Versailles, le conseil général et Manche Tourisme vous invitent à découvrir les nombreux atouts de ce département maritime par excellence… Passionnés et amateurs de loisirs nautiques, rendez-vous sur le stand Manche / Calvados, hall 1, allée N62.

de Flamanville. cyclocrossflamanville. jimdo.com

7 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


Entreprendre ENTREPRISE FOUCHARD

La réussite à dimension humaine Depuis sa création en 1947 à Coutances, l’entreprise artisanale est devenue une PME d’envergure régionale. Ses 65 ans de thermodynamisme l’ont hissée au rang de troisième entreprise de bâtiment indépendante de Basse-Normandie. Grâce à des valeurs fortes et une différence toute manchoise.

d’un outil informatique performant, d’une haute technicité, d’un atelier de préfabrication qui minimise la durée des chantiers…, l’entreprise Fouchard a des atouts et des projets de croissance.

La valeur des hommes « Nous disposons de compétences et de gens qui ont envie ». Le capital humain, la culture d’entreprise et l’amour du travail bien fait sont essentiels aussi. « Nous sommes des

Frédéric Fouchard et Marc Rollet

E

ugène Fouchard a démarré seul son activité, en installant des robinets dans les fermes d’après-guerre, qui pour la plupart n’avaient pas l’eau courante.Très vite, avec les milliers de logements de la Reconstruction à équiper en plomberie et chauffage, sa petite entreprise s’est développée. Son fils, Frédéric, l’a rejoint en 1981. « Mon père a fini par dire qu’il n’y avait pas de place pour deux patrons, car les gens nous posaient deux fois la même question et prenaient la réponse qui les arrangeait.», sourit-il. En 1990, il prend la direction de l’entreprise, qui compte alors 150 salariés. Suivront les rachats de différentes sociétés, qui permettront à Fouchard de s’implanter dans toute la Manche et le Calvados.

Fouchard en chiffres annuels : 5 sites (siège social et atelier à Coutances + 4 agences à Cherbourg-Octeville, Saint-Lô, Caen et Granville) 240 salariés 27 millions d’euros de chiffre d’affaires 95 tonnes de gaines de ventilation fabriquées 230 km de tubes posés 8 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

Indépendance et proximité Une proximité qui fait la différence face aux grands groupes, où se concentre la majorité du marché du bâtiment gros œuvre. « Nous voulons rester une PME indépendante, proche de ses clients.» Un choix qui a permis au spécialiste du thermodynamisme

artisans, au sens noble du terme », ajoute Marc Rollet, directeur général depuis 2011. Préparant déjà son « repli », Frédéric Fouchard a gardé la présidence.Pour ne pas revendre l’entreprise familiale, il a choisi d’accompagner ses équipes pendant 10 ans encore, avant de les laisser continuer sans lui. Pour cette société à dimension humaine, qui forme des apprentis depuis toujours, miser sur ses hommes reste le plus sûr moyen de pérenniser l’indépendance qui a fait sa force. « Une douzaine de nos cadres, plutôt des jeunes, détiennent un tiers du capital. Je veux leur faire toucher du doigt qu’ils sont maîtres de leur destin. »

De solides références

Chaufferie montée à l’atelier

de fidéliser sa clientèle. « Ça fait 22 ans que je suis là et les clients, je les suis jusqu’au bout ! » Leur satisfaction l’emporte sur la rentabilité immédiate, le rapport au temps étant aussi un axe de différenciation. « La dérive de la gestion de nos entreprises françaises, notamment cotées en Bourse, c’est le court terme : les gens sont là pour deux ans. Dans une PME, vous êtes là pour durer. Et ce qui m’intéresse, c’est ce que sera l’entreprise dans six ans. » Bien organisée, dotée

« L’entreprise sous-traite peu et réalise l’essentiel par elle-même », explique Marc Rollet. Une internalisation qui aiguise expertise, réactivité et crée de l’activité localement. « Nous sommes dans le terroir. Nous faisons travailler les Bas-Normands et vivre leurs familles. » Génie climatique (chauffage, climatisation, performance énergétique), plomberie,électricité … forte de métiers complémentaires qui apportent une réponse globale aux demandes du secteur, l’entreprise Fouchard a de solides références. Le CHU de Caen, les Rives de l’Orne, les hôpitaux et EHPAD de la Manche,le centre de soins Le Normandy à Granville, la Cité de la mer, les collèges manchois, comptent parmi ses clients. La PME coutançaise a encore de beaux jours devant elle !

(CONTACT : SARL Fouchard, avenue de Verdun, 50203 Coutances Cedex - 02 33 76 61 61


Arrêt sur images Photos prises le 24 octobre 2012 à Paris

©A.S.O. - B. Bade

TOUR

DE

F R A N C E 2013

La Manche a gagné son pari en décrochant une étape ! Ça y est, c’est officiel, la Manche accueillera, le 10 juillet prochain, la 11e étape de la Grande Boucle : un contre-la-montre individuel de 33 km entre Avranches et Le Mont-SaintMichel. Le tracé a été dévoilé le 24 octobre par Amaury Sport Organisation (ASO), qui, pour la 100e édition de la plus grande course cycliste mondiale, a souhaité mettre en lumière les sites emblématiques du patrimoine français. Une opportunité et une exposition formidables pour le département, avec des millions de téléspectateurs ! Légende : Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, entouré de conseillers généraux de la Manche, lors de la présentation officielle du parcours au Palais des Congrès à Paris. De gauche à droite : Jacques Gromellon, le président Jean-François Le Grand, Jacky Bouvet, Christian Prudhomme et Jean-Claude Braud. En médaillon : Éric Vannier, maire du Mont-Saint-Michel et Guénhaël Huet, maire d’Avranches. 9 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


Développement durable H A B I TAT

us ? Le saviez-vo

Le bois, noble par essence

vec plus de 14 500 salariés et 3 040 entreprises, la filière forêt bois régionale génère 630 M€ de valeur ajoutée, ce qui la situe entre la métallurgie et le secteur électronucléaire, deux poids lourds de l’industrie bas-normande. Ses forêts, dont la moitié sont gérées durablement et certifiées PEFC, ont gagné 11% de surface en 20 ans. Un cercle vertueux qui génère une économie locale et permet de financer l’entretien et le renouvellement de ces ressources naturelles.

A

collectives. Imaginer, rénover, isoler, habiller, chauffer… sont autant d’usages en pleine évolution, où le bois offre des systèmes constructifs performants et une meilleure efficacité énergétique. En octobre, le Mois du bois, organisé en Basse-Normandie par Professions Bois, en partenariat avec le conseil général de la Manche et les 7 vents du Cotentin notamment, a donné lieu à des visites de maisons exemplaires. Accompagnés de leurs architectes et entreprises, des particuliers ayant réalisé une rénovation ou une construction en bois ont ouvert les portes de leur habitation à des personnes porteuses de projets similaires.

Prouesses techniques

Énergie minimum Conciliant économie et écologie, le bois permet de lutter contre l’effet de serre en stockant le dioxyde de carbone et offre une réponse efficace et pérenne à l’enjeu de qualité environnementale du bâti. Ce secteur, qui compte parmi les plus énergivores et impacte le changement climatique, a tout à gagner avec ce matériau renouvelable, dont la production et la mise en œuvre consomment le minimum d’énergie. En 2011, les forêts bas-normandes ont généré plus de 8 % des constructions de maisons individuelles et 100 chaufferies 10 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

À Lessay, 20 logements HLM labellisés BBC (bâtiment basse consommation) ont ainsi vu le jour l’an dernier et deux maisons passives sont en cours de réalisation. Structure ossature bois et brique, menuiserie bois et alu, panneaux photovoltaïques, récupération d’eau de pluie, toiture solaire ou végétalisée, ventilation double flux, isolation et

védère relle et le bel Le pont-passe le Couesnon (Montr du barrage su valorisent 800 m² de ) el h ic Saint-M chêne.

étanchéité optimales…, ces logements contemporains permettent une consommation énergétique annuelle inférieure à 15 kWh/m².Autre exemple à Agon-Coutainville, en bord de mer, avec la rénovation d’une maison des années 60. Le bois, composant l’ossature des deux extensions, le bardage du revêtement, l’isolation extérieure et la terrasse en mélèze de pays, a offert une seconde jeunesse à cette demeure, qui gagne en espace, en performance et en qualité architecturale. Antoine Fournier, architecte à Coutances, explique : «Nous avons choisi une structure plus légère que la construction

©A.Fournier

Matériau écologique, naturel et renouvelable, le bois a vu ses usages évoluer considérablement. De nombreux particuliers ont recours à cette ressource pour construire, isoler ou chauffer leur logement. Spécifiquement dans la Manche, où la forêt est gérée durablement.

initiale, stabilisée sur sa dune avec le temps, pour que les extensions ne la perturbent pas. Et nous avons tiré parti du bois. » Un choix qui trouve son sens dans les atouts d’un matériau « infiniment riche de par sa multitude d’essences, sa dimension acoustique et thermique, plus noble qu’un parpaing ou une brique et qui permet de vraies prouesses techniques ».

(PLUS D’INFOS : Professions Bois 02 33 83 41 80 / professionsbois.com

Le bois au Pavillon des énergies Ce bâtiment exemplaire, à ossature bois et chauffé grâce à une chaudière alimentée par les copeaux issus des haies bocagères locales, fait la part belle à ce matériau renouvelable. À travers des visites guidées et des animations, il sensibilise scolaires, grand public et professionnels sur la filière, les vertus et les usages du bois, durablement ! (RENSEIGNEMENTS au 02 33 06 69 00 pavillon.energies@manche.fr et sur planete.manche.fr


Dossier du mois ●

Portrait du Mortainais p.12

Une démarche vertueuse p.13

Les axes clé p.14

TERRITOIRES Des projets dynamiques pour développer la « fibre mortainaise » !

D

ésenclavement routier et numérique, soutien des filières innovantes, développement des services, renouvellement de l’offre de l’habitat, construction d’une image d’avenir… un vaste plan d’actions prometteur, baptisé « la fibre mortainaise », vient d’être lancé sous l’impulsion du conseil général. Portés par l’ensemble des acteurs du territoire, ses objectifs sont ambitieux : il s’agit de trouver les ressorts d’une nouvelle dynamique économique du Mortainais et de mettre en place des actions favorables à son développement. 11 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


Dossier du mois PORTRAIT DU MORTAINAIS En quelques chiffres Au sud-est du département, le Mortainais occupe une situation privilégiée dans le Grand-Ouest, au carrefour de trois grandes régions : la Basse-Normandie, la Bretagne et les Pays de Loire. Composé de huit cantons et de 62 communes, ce territoire s’étend sur une surface de 874 km² et compte 37 121 habitants au dernier recensement (2008). Une population vieillissante qui peine à se renouveler Alors que la population départementale progresse, le territoire a perdu 7 000 habitants en 35 ans, soit 15 % de sa population (même si cette tendance n’est pas uniforme), et voit ses jeunes (15-44 ans) partir.

De nombreuses PME-PMI réparties sur l’ensemble du territoire, qui compte également quelques entreprises leaders dans leur domaine (Acome, James Ébénistes, Alliora, Sartilly Industries…)

Agriculture : moins d’exploitations, mais plus importantes Un secteur majeur,dont la production laitière est la première filière structurante,qui voit son nombre d’agriculteurs diminuer (- 28% en 10 ans) mais ses entreprises agricoles professionnelles se développer (964 en 2010)

Un tissu artisanal particulièrement dense 701 entreprises : dont 47% implantées depuis plus de 10 ans 30% créées ou reprises depuis moins de cinq ans 43% dans le bâtiment, 26% dans les services, deux secteurs qui ont progressé, contrairement à l’alimentaire et la production 3 472 actifs, soit 22,5% de la population active 1 912 salariés, soit 18,8% de l’emploi salarié (au 31/12/09) 24,1% des artisans ont 55 ans et plus

Une économie diversifiée 6 625 emplois salariés (données Unedic au 31/10/2010) 1 268 établissements inscrits au Registre des Commerces et des Sociétés (- 16,9% entre 1997 et 2011)

Habitat : des logements existants à réhabiliter

Principaux secteurs employeurs et établissements (chiffres 2011) : Acome à Romagny : 1 016 employés, Transports Jourdan à Saint-Hilaire-duHarcouët : 225, Alliora à Saint-Hilairedu-Harcouët : 192, Électropoli à Isignyle-Buat :191,Société beurrière d’Isigny :132 Principal site touristique : l’Ange Michel, avec environ 90 000 entrées

21 000 logements dont 16 500 résidences principales Part du locatif : 32% Évolution du parc de logement : + 6% (1999-2008)

Emploi : nécessité de renouveler les actifs 14 000 emplois / 15 500 actifs sur le territoire Moyenne d’âge des chefs d’entreprise : 46,3 ans

La gare de Saint-Cyr-du-Bailleul reconvertie en gîte

©P. Rougereau

10% du parc de logement vacant : (+ 20% en 10 ans) Entre 10% et 13,5% du parc total de logements indignes en termes de qualité

Établissements James à Brécey 12 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

Ces données non exhaustives permettent déjà de voir se dessiner des enjeux forts pour le Mortainais, qui, comme tous les territoires ruraux, est en pleine mutation.


Dossier du mois « Un territoire rural gagnant » où l’économie se tourne principalement vers le tertiaire.

il dispose d’atouts indéniables, le Mortainais n’en demeure pas moins affecté par un déclin démographique et une conjoncture défavorable. La plupart de ses cantons sont en effet confrontés à une baisse continue de leur population et les deux piliers de son développement économique - l’industrie et l’agriculture connaissent des difficultés, à l’heure

S

Afin d’enrayer ce constat, le conseil général a fait de ce territoire un secteur prioritaire, et les acteurs du Mortainais ont décidé de prendre leur avenir en main au lieu de le subir. Car malgré ces obstacles, il a toutes les clés d’un « territoire rural gagnant », qui doit pouvoir s’adapter à ces évolutions et aux nouvelles demandes, faire de ses faiblesses supposées une force.

Le conseil général aux côtés du Mortainais ujourd’hui, ce plan de développement concrétise plus que jamais la volonté du conseil général de soutenir ce territoire aux grandes potentialités que la collectivité a toujours accompagné : directement - plus de 9 M€ ont été injectés dans son réseau routier au cours de ces cinq dernières années, ou à travers sa politique contractuelle plus de 5,6M€ apportés depuis le début des années 2000.

A

Le numérique, son tissu artisanal, des entreprises phares, une agriculture qui s’adapte, un tissu associatif dense, des services à la population présents… il s’agit aussi d’exploiter et de mieux valoriser les chances du territoire.

UNE AMBITION POUR LE TERRITOIRE ET SES HABITANTS Une véritable dynamique est ainsi aujourd’hui engagée pour faire du Mortainais un territoire qui a une longueur d’avance, autour d’un mot clé, « la fibre » : numérique, sociale, entreprenante et innovante. es enjeux de ce vaste projet de développement : construire l’offre du territoire, attirer de nouveaux habitants et actifs, mettre en œuvre une politique d’attractivité pour permettre aux fibres mortainaises de se développer, ouvrir des perspectives en termes d’emplois, de nouveaux services et une offre d’habitat innovante…

L

Une démarche vertueuse et collective Afin de mettre en œuvre ce plan de développement,proposer et concrétiser

toutes les pistes de réflexion, un comité de pilotage, composé des conseillers généraux des cantons concernés, s’est constitué en novembre 2011*. Suite à de multiples échanges avec les acteurs du territoire et les partenaires institutionnels, mais aussi des ateliers de travail à destination des élus et des socioprofessionnels, des mesures concrètes ont ainsi pu être formulées pour redonner au Mortainais toute son attractivité. Ce plan d’actions partagé a été validé par l’Assemblée départementale, lors de sa session de septembre : une enveloppe de 26 M€ lui sera consacrée. *Présidé par Serge Deslandes, conseiller général de Mortain, ce comité de pilotage est composé de : Marie-Hélène Fillâtre (Juvignyle-Tertre), Francine Fourmentin (Sourdeval), Philippe Bas (Saint-Pois), François Davoust (Le Teilleul), Hubert Guesdon (Barenton), Louis Desloges (Isigny-le-Buat) et Jacky Bouvet (Saint-Hilaire-du-Harcouët).

Au-delà des financements, un suivi particulier a également été porté à la reconversion des collèges de Juvigny-le-Tertre et du Teilleul, mais aussi plus globalement aux projets autour de l’économie sociale, comme les établissements dédiés aux publics prioritaires tels que les jeunes en difficulté, les personnes handicapées et âgées.

Le collège de Juvigny-le-Tertre accueillera un foyer d’accueil médicalisé, celui du Teilleul, un établissement pour les personnes atteintes d’Alzheimer.

13 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


Dossier du mois AGIR EFFICACEMENT À TOUS LES NIVEAUX Donner toutes ses chances au Mortainais procède d’une vision globale de ses territoires et de l’union de ses forces vives. Pour maintenir leur équilibre et stimuler leur développement, ce plan d’investissement s’appuie sur cinq axes, figurant un avenir à géométrie plus constante…

Désenclaver pour une meilleure ouverture aux échanges 22 000 000 €

C

«

trajets vers les principaux axes routiers (A84) et pôles urbains. Autre priorité : le déploiement des autoroutes de l’information.En se dotant d’un service numérique performant, ce territoire rural gagne un avantage significatif… critère de choix de résidence,vecteur d’image positive et de dynamisme économique. Après des études d’ingénierie, Manche Numérique va démarrer, dès le deuxième

Le déplacement physique des biens et des personnes, comme la circulation des informations, sont indispensables pour dynamiser un territoire. L’aménagement de la RD976 permettra de mieux circuler du Teilleul à Ducey, et la pose de fibre optique dans l’ensemble de nos communes rurales sera une réelle opportunité pour développer de nouvelles activités et accueillir des porteurs de projets. Jacky Bouvet, conseiller général de Saint-Hilaire-du-Harcouët

«

Soutenir les filières économiques structurantes Le Mortainais dispose de filières d’avenir. Pour que ces entreprises porteuses d’emplois persistent et se développent, un accompagnement à tous les niveaux s’impose, où la formation est cruciale. e secteur agricole tient une place importante dans le Sud-Manche, en particulier dans le Mortainais. Il s’agit à la fois de maintenir et diversifier son activité et de bien gérer la consommation d’espaces agricoles. Le plan mise sur la « fibre végétale », en valorisant les productions agricoles locales de biomatériaux (chanvre, selun…), en assurant la pérennité de la vocation agricole du territoire et en améliorant les structures foncières des exploitations pour accroître leur compétitivité. Sur ce dernier point, le conseil général expérimente une nouvelle démarche d’aménagement foncier sur la totalité du territoire (15 359 ha remembrés) de l’intercommunalité de Saint-Hilaire-duHarcouët. Pour répondre à l’enjeu du déploiement des réseaux haut débit de nouvelle génération, levier de croissance dans un contexte économique difficile, Manche Numérique,le conseil général de la Manche, la Région, les collectivités locales, Acome et différents acteurs locaux ont créé le

L

centre de formation aux nouvelles technologies Novéa, en 2006. Implanté sur l’une des cinq zones numériques multiservices stratégiques bas-normandes,

«

14 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

trimestre 2013, le fibrage du Mortainais, premier secteur manchois à bénéficier de la fibre jusqu’à l’habitant (FTTH). La communauté de communes du canton de Sourdeval, territoire pilote, verra fibrer l’intégralité de ses habitations, entreprises et sites publics. Une première en France ! La poursuite des efforts en matière de qualité du réseau de téléphonie mobile viendra consolider cette avancée numérique d’envergure.

3 000 000 € à Romagny, et labellisé Pôle d’Excellence rurale, il doit devenir le pôle de référence national des formations dans le domaine des Réseaux et Services numériques. Former à la fibre d’entreprendre est ainsi l’ambition du projet Innovance, qui par ailleurs veut développer un centre de formation destiné aux métiers du sanitaire et social dans l’ancien collège du Teilleul. Développer la fibre touristique de ce joli coin de Manche, en en faisant un territoire exemplaire du tourisme de loisirs et de pleine nature (notamment grâce à ses voies vertes) et une véritable e-destination, favorisera une image novatrice et atypique du Mortainais et les séjours touristiques. Enfin, il faut encourager la fibre de l’emploi et la main d’œuvre qualifiée, en soutenant le développement des entreprises par la construction ou l’acquisitionrénovation de bâtiments industriels.

Compte tenu de notre situation géographique, nous n’avons pas les moyens d’entrer en concurrence avec nos voisins, déjà bien installés dans les filières traditionnelles. Notre volonté est de sortir des sentiers battus, en mettant en place des filières entrant dans le cadre du développement durable, comme le numérique ou la fibre végétale, qui n’existent pas aujourd’hui mais seront là demain, pour nous démarquer en jouant l’attractivité de l’innovation. Serge Deslandes, conseiller général de Mortain

«

e territoire vallonné, porte d’entrée de la Manche, dispose d’un réseau routier de qualité, mais dense, sinueux et souvent à distance des grands axes. C’est pourquoi le conseil général entend développer davantage ses aménagements routiers départementaux, grâce à six projets structurants, de la poursuite de la sécurisation des routes du Mortainais à la réduction de la durée des

©Acome

Pour gommer les distances et offrir aux habitants présents et à venir une qualité de services optimale, l’aménagement routier et le développement numérique sont des leviers essentiels du désenclavement du Mortainais.


Dossier du mois 100 000€

Innover dans les services à la population Faire évoluer l’accessibilité et la qualité des services est un enjeu fort pour le Mortainais, qui dispose d’une offre importante pour un territoire rural, mais doit continuer de l’adapter aux nouveaux besoins.

«

e maintien des derniers services marchands nécessaires à la vie des bourgs centres du nord-est du Mortainais est une priorité. La baisse de population, la réduction des effectifs des services publics, le coût de mises aux normes obligatoires… découragent parfois les initiatives privées. Or, pour que les commerces d’alimentation soient fréquentés, d’autres services doivent exister. Ainsi, afin de pallier la fermeture de la station service de Saint-Pois et de la dernière banque de Juvigny-le-Tertre, les intercommunalités concernées vont créer, à proximité des pôles de services de ces bourgs, une station en régie directe ouverte 24h/24 pour le premier, et un distributeur automatique de billets au

L

«

Notre canton peut se féliciter de ses nombreux services : artisans et commerçants ; professions tertiaires (notamment médicales) ; prise en compte des personnes âgées ou handicapées ; écoles primaires, lycée agricole, associations sportives et bientôt centres de loisirs, pour la jeunesse… Nous fondons de grands espoirs dans les services à la personne, qui devront se développer dans les cantons voisins, pour que le Mortainais soit un pays reconnu où il fait bon vivre. Hubert Guesdon, conseiller général de Barenton

Renouveler l’offre de l’habitat

500 000€

L’attractivité du Mortainais ne peut s’accroître sans une offre de logement mieux adaptée aux exigences de la vie moderne. Repeupler les centresvilles grâce à la rénovation du parc vacant existant et proposer un habitat fonctionnel et harmonieux aux nouveaux actifs du territoire s’impose. ace à leur désaffection au profit des lotissements dans les communes voisines, il s’agit de restaurer l’attractivité des habitats pour revitaliser les petits pôles urbains du Mortainais. Bien qu’à proximité des services nécessaires à la population, ils sont souvent inadaptés, énergivores et peu accessibles. Pour mettre en œuvre une politique de reconquête de l’habitat des centres-bourgs, une réflexion, qui doit s’inscrire dans les orientations du Plan Départemental de l’Habitat, permettra de qualifier le parc de logements et les problématiques de chaque chef lieu, d’affiner les attentes des personnes à accueillir, d’identifier un panel de bâtiments et d’évaluer leur réhabilitation.

F

sein de la future agence postale intercommunale pour le second. Il faut par ailleurs expérimenter des formes de services présentant un réel progrès pour les usagers, grâce aux nouvelles technologies. La mise en œuvre d’un suivi dématérialisé des plans d’aides des personnes bénéficiaires de l’APA via un outil nomade et des expérimentations pour favoriser le maintien à domicile des personnes fragilisées, en facilitant leur suivi médical et leurs échanges avec l’extérieur, sont ainsi de réelles innovations sociales.

Cette étude conduira à un programme d’actions, pour soutenir l’activité artisanale du bâtiment, augmenter le nombre de nouveaux arrivants dans le Mortainais et requalifier les centres-bourgs. Une expérimentation qui pourra s’étendre à l’échelle départementale.

130 000€ Construire ensemble la « fibre mortainaise » C’est en développant une véritable politique de marketing territorial que les acteurs de ce grand projet,en premier lieu les intercommunalités, pourront construire ensemble une image d’avenir et donner aux habitants la « fibre mortainaise ». apter de nouveaux arrivants, ancrer les actifs sur le territoire et les inciter à y vivre passe par une politique d’accueil, qui devra s’accompagner d’une stratégie de communication, pour que les habitants deviennent de véritables ambassadeurs du Mortainais.

C

«

Les familles s’installent en périphérie de nos villages, dont les fenêtres se ferment définitivement dans de nombreuses rues. Si nous voulons y garder de l’activité et de l’attractivité, il est indispensable de réhabiliter ces belles bâtisses d’après-guerre. D’autre part, on rappelle régulièrement que l’équivalent en surface agricole d’un département français disparaît tous les sept ans pour laisser place à l’urbanisation. Le plan Mortainais doit être l’occasion d’impulser une politique départementale pour une nouvelle offre de logements en centre-ville. Marie-Hélène Fillâtre, conseillère générale de Juvigny-le-Tertre

Pour construire cette politique et valoriser les nombreux avantages d’un territoire dynamique, technologique, touristique… qui forme, emploie, loge et épanouit durablement, une étude de perception auprès des habitants et des actifs non résidents va être enclenchée, de même qu’un plan de communication innovant et la création d’un poste de chargé de mission.

«

(PLUS D’INFOS : conseil général de la Manche, Direction de la gouvernance durable, service des relations avec les territoires : 02 33 055 550 et sur conseil.general.manche.fr/mortainais.asp 15 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


Zoom LE

PLAN NEIGE EN LIGNE SUR MANCHE.FR

Une info en temps réel Grâce à des communiqués précis et réguliers,soyez informés des conditions météo et de circulation en vous connectant sur le portail manche.fr Vous trouverez également en ligne les cartes détaillées du réseau routier traité, par secteur, pour vous repérer plus facilement, mais aussi des conseils conduite sur les routes en hiver, pratiques pour adapter votre ainsi que les règles de bonne

conduite à suivre (vitesse, distance, équipements, etc.) pour un déplacement en toute sécurité ! Et si vous souhaitez recevoir toutes ces informations routières utiles en temps réel, vous pouvez vous abonner sur transports.manche.fr ou les consulter sur votre mobile : manche.mobi

Les cinq agences techniques départementales de la Manche

VIABILITÉ

HIVERNALE

Circulez en toute sécurité cet hiver ! Chaque année, de décembre à mars, le conseil général met tout en œuvre pour faire face aux éventuelles intempéries sur les routes de la Manche. D’importants moyens humains et matériels sont ainsi déployés afin de garantir la sécurité des usagers et leur assurer les meilleures conditions possibles de circulation par temps de neige ou de verglas.

Un réseau routier sous haute surveillance Tout au long de l’hiver, les services techniques du conseil général,en charge de l’exploitation et de l’entretien des 7 780 km de routes départementales, effectuent des veilles par patrouille pour surveiller les points sensibles du réseau. Ils observent la formation de givre ou de verglas et déclenchent si nécessaire les opérations de salage et de déneigement. Leurs interventions s’organisent autour de trois niveaux de services, correspondant à des catégories d’itinéraires, définies selon des priorités d’un Plan Neige : Le réseau prioritaire (appelé aussi H1), qui comprend 1 830 km d’axes routiers principaux, traités en priorité par les camions du conseil général équipés de lames de déneigement et de saleuses, appuyés par autant d’engins de déneigement du privé pour le raclage. Un réseau secondaire (H2) de 1 260 km d’axes qui permettent d’assurer une liaison entre chaque bourg et le réseau principal. Ces routes sont déneigées par des machines du privé, relayées par les moyens du conseil général pour le salage, lorsque ces derniers sont libérés. Un réseau local (H2bis) de 4 300 km de voies, dont le déneigement est assuré par les communes et communautés de communes (conventionnées avec le conseil général) qui souhaitent ces dessertes supplémentaires.

Hiver 2011-2012, chiffres clé : ❆ 82 agents d’astreinte en permanence pendant 12 semaines ❆ 41 787 km de patrouille parcourus par les 20 véhicules légers ❆ 46 jours d’intervention entre décembre et février ❆ 94 649 km parcourus par les 30 camions équipés de saleuses et de lames de déneigement

16 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

❆ 574 sorties de saleuses du conseil général ❆ 1 362 tonnes de sel utilisées (coût moyen d’une tonne de sel : 65€) ❆ 33 communes et communautés de communes conventionnées avec le conseil général et 3 départements limitrophes (61, 53, 14) ❆ Coût de la viabilité hivernale pour le Département : 1 062 312 €


Entre terre & mer CIDRE

DU

COT E N T I N

L’authenticité à l’état brut Une étape importante vient d’être franchie sur le chemin de l’appellation d’origine contrôlée (AOC). C’est une reconnaissance pour la filière cidricole de la Manche, qui a accompli ces dernières années des progrès qualitatifs remarquables. vis favorable ! En juin dernier, le comité national de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) ouvrait la voie de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) au cidre du Cotentin. Présidente du Syndicat des producteurs, et ellemême productrice à Auvers, près de Carentan, Marie-Agnès Hérout s’en réjouit : « J’espère que la récolte 2013 sera la première à bénéficier de l’AOC, mais auparavant, il nous reste encore quelques mois de travail pour peaufiner notre cahier des charges.» La production de cidre AOC Cotentin atteindra, dès la première année, 100 000 bouteilles.

©JM.Gatey

A

virgule d’amertume caractéristique en fin de dégustation. » Le mot-clé, c’est l’authenticité : « Ces 10 dernières années, les cidriculteurs du Cotentin ont accompli des progrès comparables à ceux qu’a connus le monde du vin dans les années 50. Et cela s’est fait sans tomber dans la surenchère technologique : pas de gazéification ni de pasteurisation pour avoir droit à l’AOC. Ce cidre est une boisson sincère, qui ne trahit pas ses origines historiques. »

Un terroir, un savoir-faire, une typicité L’AOC, c’est quoi ? « C’est d’abord un terroir, qui s’étend sur les deux tiers nord du département, avec ses vergers et ses variétés de pommes bien particulières, mais aussi un savoir-faire, caractérisé par une fermentation naturelle avec une prise de mousse en bouteille. C’est enfin une typicité : un cidre sec, qui se décline en deux versions, brut et extra-brut. C’est d’ailleurs la première fois que cette notion de “ cidre extra-brut ” est précisément définie et mesurée. »

Chroniqueur dans l’émission « On va déguster » sur France Inter et Manchois d’adoption, Dominique Hutin est un fervent amateur de cidre et considère que celui du Cotentin n’a pas de meilleur ambassadeur que lui-même : « Il suffit de le goûter... Ce cidre raconte son terroir : il a l’authenticité, le côté maritime, un peu sauvage, du Cotentin. En bouche, il présente une nuance d’acidité, synonyme de fraîcheur, avec une petite

©B.Rivière-CDT Manche

« Une boisson sincère »

Une image qui évolue Grâce à la ténacité et à l’engagement de la poignée de producteurs à l’origine de la demande d’AOC, la maîtrise technique et le savoir-faire sont là.

Il reste maintenant à gagner la bataille de l’image… Le cidre a longtemps été perçu comme une boisson de consommation familiale à bon marché, sans prétention, élaboré dans les fermes de manière empirique. Dominique Hutin en est convaincu, cette perception évolue : « L’image du cidre est en train de changer. D’abord chez les producteurs eux-mêmes, qui s’approprient peu à peu le vocabulaire venu du monde du vin, plus valorisant. Je crois sincèrement que le cidre du Cotentin a tous les atouts pour devenir un outil de promotion du territoire. » L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

(PLUS D’INFOS : contact@cidrecotentin.fr et sur cidrecotentin.fr 17 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


Vie pratique C U LT U R E

Soutien aux musiques actuelles Aider les artistes de la scène montante locale à réaliser leurs projets est une priorité pour le conseil général de la Manche. Une diversité culturelle qu’il encourage depuis huit ans et permet aux jeunes groupes manchois d’exprimer une créativité réjouissante. e conseil général, qui soutient les musiciens émergents ou en voie de professionnalisation dans leur projet artistique, mène depuis 2004 une politique dynamique dans le domaine des musiques actuelles,au sein d’un comité d’aide aux groupes réunissant les trois Départements, la Région et l’État. 55 formations manchoises ont ainsi bénéficié à ce jour d’un soutien financier, pour la production d’un album, une aide à résidence ou la

L

réalisation d’une tournée.Cet accompagnement depuis huit ans représente une enveloppe du conseil général de la Manche de 130 000 €.

La Manche a du talent ! En 2012,c’était au tour des Saint-Lois Born in Alaska,Da Brasillians et Les Kitschenette’s,de Bubu Bricole Unit de Ducey, Cross Damage de Brouains, François Lemonnier de SaintSauveur-Lendelin, des Brévillais Hot Rod 56 et Jet Blast, de La Planche à laver de Gouville-sur-Mer et Last Barons de Lozon. Des artistes aux genres très variés, du folk à la chanson, de la pop au métal, qui suscitent l’engouement. Pour présenter quelques-uns de ces groupes au public, le conseil général a initié la Soirée Talents de la Manche,en partenariat avec la scène de musiques actuelles de la Manche, Le Normandy, à Saint-Lô. Ce rendez-vous convivial et festif s’annonce comme un grand moment de musique, avec les Kitschenette’s, Jet Blast et Hot Rod 56 !

(Soirée Talents de la Manche : vendredi 21 décembre, à partir de 20h30, au Normandy, à Saint-Lô (Un événement à suivre en direct sur France Bleu Cotentin

P

A R O L E S

D

É L U S

GROUPE

DES ÉLUS SOCIALISTES ET RÉPUBLICAINS

DE LA MAJORITÉ D É PA R T E M E N TA L E

Dessiner l’avenir du Mortainais

L’avenir du Mortainais se décide aujourd’hui !

Notre département est composé d’un ensemble de territoires à forte personnalité. Le Mortainais est l’un d’entre eux. L’ouverture de l’A84 qui le contourne l’a encore plus éloigné des grands axes de communication. La fermeture récente de deux collèges, au Teilleul et à Juvigny-le-Tertre, l’ayant aussi fortement marqué, il devenait urgent qu’autour du conseil général, tous les élus s’unissent pour élaborer une stratégie de développement.

Comment dynamiser un territoire pour en faire une destination ? Le groupe de la majorité s’est posé cette question en novembre 2011 et, après de multiples rencontres et réflexions, en collaboration avec les intercommunalités concernées et les « forces vives », il vient d’apporter une réponse en proposant une stratégie de développement pour les années 2013-2017. La première étape fut d’établir un diagnostic géographique sur les huit cantons qui constituent le Mortainais : Barenton, Isigny-le-Buat, Juvigny-le-Tertre, le Teilleul, Mortain, Saint-Hilaire-du-Harcouët, Saint-Pois, Sourdeval. Cette étude s’est caractérisée, entre autres, par une diminution conséquente du nombre d’habitants, de l’ordre de 7 000 en 35 ans. Pourtant, les atouts de cette terre du sud-est du département sont indéniables : un tissu artisanal dense, des entreprises phares, une agriculture qui s’adapte, une offre de services importante, un maillage associatif développé... L’enjeu majeur consistait donc à « faire venir » et « faire rester » les populations. Sous l’impulsion du conseil général, les acteurs du Mortainais ont décidé de prendre leur avenir en main et cinq axes ont été définis conjointement à cet effet, visant à renouveler l’offre d’habitat, innover dans les services, soutenir les filières économiques structurantes, désenclaver pour faciliter les échanges routiers et numériques, et aider les collectivités locales à se structurer afin d’harmoniser les projets. Nous avons fait du développement du Mortainais un secteur prioritaire en décidant d’y adjoindre un budget de 26 M€. Mais les projets ne pourront se concrétiser que s’ils sont partagés et portés par tous les acteurs. C’est ainsi que le conseil général affirme son rôle d’aménagement du territoire et c’est ensemble et maintenant que se décide l’avenir du Mortainais.

Notre groupe, représenté par deux élus de ce territoire, François Davoust et Francine Fourmentin, a toujours soutenu cette démarche. Axée, en premier lieu, sur le numérique comme facteur de développement, cette stratégie s’appuie sur la « locomotive industrielle » du Mortainais qu’est l’usine Acome. Le développement rapide de la fibre optique sur tout le territoire sera un facteur d’attractivité, tout comme une liaison routière plus facile avec l’A84. Néanmoins, nous regrettons que l’essentiel de l’enveloppe soit ainsi utilisé dans ces projets déjà approuvés antérieurement par le conseil général. Il reste encore quelques possibilités et les élus du groupe espèrent que les projets soumis en matière de tourisme, de transport public, par exemple, soient retenus pour rendre ce territoire encore plus attractif. Ce programme est loin d’être achevé. C’est un outil mis en place par le conseil général et qui a besoin de l’énergie de tous les acteurs locaux pour fonctionner, se développer et porter ses fruits. Il doit irriguer tout le Mortainais. Et nous continuerons à nous engager fortement dans ce chantier pour l’avenir du Mortainais.

LES ÉLUS DU GROUPE SOCIALISTES ET RÉPUBLICAINS : P. BIHET, Équeurdreville-Hainneville - L. BOËM, Saint-Jean-de-Daye - F. DAVOUST, Le Teilleul - P. DELAUNAY, Saint-James - G. DIEUDONNÉ, La Haye-Pesnel F. FOURMENTIN, Sourdeval - H. HOUEL, Carentan - J.-M. HOULLEGATTE, CherbourgOcteville nord ouest - C. LE COZ, Saint-Lô est - M. LERENARD, CherbourgOcteville sud ouest - M. LOUISET, Cherbourg-Octeville sud est - Y. NÉEL, Valognes - C. PÉRIER, Coutances - D. RENAUX, Barneville-Carteret - F. ROUSSEAU, Les Pieux - A. ROUXEL, Tourlaville.

(CONTACT : Martial Defoy - Tél : 02 33 05 97 92 - Courriel : martial.defoy@manche.fr 18 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012

GROUPE

LES ÉLUS DU GROUPE DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE : J. ANDRO, Avranches – P. BAS, Saint-Pois – E. BEAUFILS, Saint-Malo-de-la-Lande – G. BEAUFILS, Tessy-sur-Vire – M. BOURDON, Percy – J. BOUVET, Saint-Hilaire-du-Harcouët – R. BRÉCY, Montebourg – F. BRIÈRE, Saint-Lô ouest – G. COULON, Saint-Sauveur-Lendelin – S. DESLANDES, Mortain – L. DESLOGES, Isigny-le-Buat – H.J. DEWITTE, Ducey – M.P. FAUVEL, Torigni-sur-Vire – M-H. FILLÂTRE, Juvigny-le-Tertre – J. GROMELLON, Pontorson – H.GUESDON, Barenton - J.Y. GUILLOU, Villedieu-les-Poêles – C. HALBECQ, Cerisy-la-Salle – J.M. JULIENNE, Granville – M. LAURENT, Beaumont-Hague – C. LEBACHELEY, Saint-Pierre-Église – P. LECOMTE, Bréhal – M. LEFÈVRE, Sainte-Mère-Église – J.F. LE GRAND, Lessay – H. LENORMAND, Périers – J. LEPETIT, Quettehou – G. NICOLLE, Gavray – P. PILLET, Bricquebec – G. QUINQUENEL, Marigny – P. RIPOUTEAU, Saint-Sauveur- le-Vicomte – J. THOUVENOT, Sartilly – B. TRÉHET, Brécey. (CONTACT : Brigitte Harel - Tél : 02 33 05 95 32 - Courriel : brigitte.harel@manche.fr


Portrait L AU R E N T L ' H E R M I T T E

Le jongleur de mots Né à Marchésieux en 1940, Laurent L’Hermitte est arrivé dans le canton de Percy dès l’âge de quatre ans et ne l’a plus quitté. 68 ans qu’il y vit, 48 qu’il y est correspondant pour la presse locale… de quoi en connaître les richesses sur le bout de la plume ! Comme le Mont-Robin de son Isabelle, où, le printemps venu, « les buis tranquilles éclairent d’une tendresse neuve leur jade sempiternel »…

Changement de décor Se définissant comme auteur plutôt qu’écrivain - « le costume est trop grand pour moi » -, Laurent L’Hermitte avoue une « indécence à écrire », car il met de lui dans ses livres. On y trouve ses auteurs fétiches, Jean Giono bien sûr, mais aussi Didier Decoin ou l’Albanais Ismaël Kadaré. On y devine son goût pour le corps féminin, « la plus belle invention, c’est la femme ! » La Manche y est omniprésente, les lieux de son enfance, Beslon, Margueray…, souvent cités.

D

abord instituteur, comme sa mère, à l’école primaire de Villebaudon,Laurent L’Hermitte est devenu professeur au collège de Percy, par « cooptation ». Après trois ans d’enseignement du français, il dut y renoncer pour ne plus se consacrer qu’à l’EPS. « Mon rapport aux élèves était différent mais tout aussi riche.» Sa prédilection pour les l e t t r e s n ’ e n f u t p a s altérée. Elle trouva grâce dans les articles qu’il rédigea pour l’édition locale d’un grand quotidien, où il écrit toujours et tient une chronique hebdomadaire, Percy par ci, Percy par là. « J’aime jongler avec les mots, les assonances ». Quand sa femme, rencontrée sur les bancs du cours complémentaire de Villedieules-Poêles et devenue elle aussi enseignante, mettait Colline, de Giono, en lecture suivie et dirigée, il se glissait dans sa classe et s’associait au

cours. « C’est très moderne, les phrases sont courtes, elliptiques de verbes… pour moi, c’est la perfection, je trouve ça magistral. »

La Manche source d’inspiration Depuis toujours, lorsqu’il part en voyage, cet amoureux des mots laisse libre cours à leur foisonnement sur des cartes postales. « C’est bien plus dense que "bons baisers de Bolivie" ! Et si j’en fais rire un, je n’ai pas perdu mon temps.» Quand en 2005, la bibliothèque de Percy lança un concours d’écriture, il reprit le début d’histoire qui dormait dans son placard et remporta ce « Goncourt percyais ». Il en fit son premier livre, Calva mon amour, un recueil de nouvelles, un demisiècle de cette Manche profonde et merveilleuse qu’il connaît bien, servi par une plume délicate. Suivit son premier roman, Belle Isabelle, poétique et cruel, où quatre saisons défilent sur le bocage normand cher à son cœur, puis d’autres nouvelles locales, avec De la terre à mes semelles.« On n’invente pas tout, on a besoin de support. Le cadre de ma vie en était un. » Pour lui qui « ne coupe pas les arbres » dont sa maison est cernée et adore « la peinture dehors » des impressionnistes, la campagne manchoise, ses ciels, ses couleurs contrastées, sont une prodigieuse source d’inspiration.

Vue depuis les hauteurs du Mont-Robin, décor de Belle Isabelle

Un décor que l’auteur régionaliste s’est tout de même résolu à quitter dans son dernier livre, Le diable de Nizar, qui prend vie à Paris, où il a un appartement, mais aussi Alep, New York ou Cracovie, au hasard de ses voyages. « Mon roman a été porté par les événements là-bas ». Si ses personnages n’ont jamais existé que dans son esprit, les lieux sont toujours réels. Comme sa passion pour la langue de Molière. À tel point que ses petits-enfants lui réclament des cours. L’un d’eux, Antoine, a eu 18 au bac, « grâce à Papoune ! » C’est que pour l’auteur percyais, « il faut aller au bout des textes, car chaque mot compte.» Les siens, c’est sûr, sonnent résolument juste ! Dédicaces dimanche 9 décembre, chez Planet’R, à Saint-Lô, à partir de 14h30 19 Manche mag’ n° 34 - Décembre 2012


CONCERTS GRATUITS

u Normandy Saint-L么

Ret ran en d smiss io irec t su n r

02 33 05 95 88

culturre.


Manche mag'34