Page 1

Le magazine du conseil général de la Manche Septembre 2011

Dossier

CULTURE Coups de projecteur sur la rentrée

0 5 T s O n a l SP p ns o b s e L ur o p s r loisi 15 ans P. 12 les 11Envoyez-nous vos vidéos de la Manche p.4

P. 11-15

Gagnez le livre Vol au-dessus du littoral de Normandie p.7

Portrait de Stéphan Lemarchand p.19

N° 24


Sommaire 3

Édito Une rentrée active !

5

En bref La Cité de la Mer prépare l’événement « Titanic 2012 »

8

Entreprendre Le Véritable Cherbourg, une success-story manchoise

11

Dossier du mois : Culture

La rentrée culturelle pour tous dans la Manche

18

Vie pratique Les P’tites News, le magazine des collégiens

19

Portrait : Stéphan Lemarchand Un parcours exemplaire

Ce magazine est disponible en braille et en CD audio. Pour obtenir l'une des deux versions, téléphonez à l'association « Donne-moi tes yeux » au 01 47 05 40 30 ou envoyez un mail à l’adresse : donnemoitesyeux@wanadoo.fr

N°24 / Septembre 2011

Légende fenêtre de liberté : « Symphonie d’épluchures de pommes, les reines de la saison » © ACPN Bertrand Cauvin

LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MANCHE / Maison du Département - 50050 Saint-Lô Cedex Directeur de la publication : Jean-François Le Grand Directeur de cabinet : Michel Chopin Directrice de la communication : Catherine Cousin Rédactrice en chef : Isabelle Parry Rédaction : Lucile Kergueno, Sylvain Lambert, Anne-Gaëlle Rouault, Alexandra Durand, Isabelle Parry Photographies : CG50 (David Daguier) sauf mention Conception et réalisation : Libre cours Impression : Imaye Graphic Distribution : La Poste/Mediapost Tirage : 219 000 exemplaires ISNN : 2101 - 8197 - Dépôt légal : mai 2009 Contact Manche mag’ : • Tél. : 02 33 055 550 • Fax : 02 33 05 95 65 • Courriel : manchemag@manche.fr

2 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011

Le prochain Manche mag’ paraîtra le 17 octobre 2011


Une rentrée active !

L’édito

par Jean-François Le Grand

ACTIVE, telle est la rentrée au conseil général de la Manche. ACTIVE, avec la poursuite accélérée des travaux dans les collèges pendant les vacances scolaires, notamment en matière d’accessibilité pour les enfants en situation de handicap.

ACTIVE, avec le renforcement de l’accompagnement des collèges dans le cadre des appels à projets ciblés autour du sport, de la culture et du développement durable. Objectif : mobiliser les jeunes sur des sujets porteurs, travailler l’initiative et valoriser chacun autour d’un projet collectif. ACTIVE encore, avec cette volonté de qualité alimentaire dans les restaurants scolaires. C’est la mission du cuisinier référent qui vient d’être recruté. Il travaillera avec les chefs de cuisine des collèges sur la « sécurité » en général (respect des normes, traçabilité), mais aussi avec les producteurs locaux dans le cadre des circuits courts. Notre priorité : bien manger à la cantine !

Le chiffre du mois

ACTIVE toujours, avec le nouveau Plan départemental des enseignements artistiques, lequel vise à instaurer un système égalitaire d’aide aux écoles de musique et un enseignement de qualité. 320 000 € vont être engagés, soit 30 000 € de plus que l’an dernier ! ACTIVE enfin, du côté des loisirs, du sport et de la culture. Nous l’avions promis, Spot 50 est prêt ! Ce chéquier comprenant 100 € de bons de réductions pour les jeunes âgés de 11 à 15 ans va faciliter l’accès à des loisirs éducatifs de toute nature, au plus grand nombre. Il s’agit d’une aide supplémentaire pour les familles, car les réductions s’adressent aussi à l’accompagnateur. Grâce à Spot 50, par exemple, un jeune pourra assister à un spectacle culturel de « Villes en scène », pour 0,50 € ! Il en coûtera seulement 4,50 € à son accompagnateur, soit une sortie pour deux à 5 € ! Dans cet esprit, la rentrée culturelle est, elle aussi, ACTIVE, éclectique et prometteuse (cf. le dossier, p.11-15). Ce choix politique est pleinement assumé et réfléchi, tant la culture est source d’enrichissement et d’épanouissement pour la population. C’est le nombre d’élèves qui font leur rentrée dans les collèges (publics et privés) de la Manche cette semaine.

A tous, très bonne rentrée… ACTIVE !

Jean-François Le Grand sénateur de la Manche président du conseil général

Rendez-vous sur

pour voir la Manche autrement. 3 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


En bref... FOIRES

MILLÉNAIRES DE LA

MANCHE

Un million de visiteurs par an !

M I N I -O LY M P I A D E S

Valoriser les jeunes sportifs

Sur les centaines de foires que comptait la Manche au début du siècle dernier, si beaucoup ont disparu à l'arrivée du chemin de fer, certaines ont traversé les époques… Parmi celles-ci, les six plus importantes foires du département attirent pas moins d’un million de visiteurs par an : la SainteCroix à Lessay (du 15 au 18 septembre), la Saint-Macé à Saint-James (les 17 et 18 septembre), la Saint-Denis à Brix (les 1er et 2 octobre), la Saint-Luc à Gavray (du 21 au 23 octobre), la Saint-Martin à Saint-Hilaire-du-Harcouët (du 5 au 8 novembre) et la Chandeleur à Montebourg (en janvier). Chaque année, ces événements donnent ainsi rendez-vous aux acheteurs et curieux, venus de toute la France, qui, durant plusieurs jours, déambulent dans les allées des foires aux équidés, bovins, moutons, chèvres ou chiens pour dénicher la bonne affaire ! Pour défendre cette valeur patrimoniale exceptionnelle, les organisateurs de ces foires se sont regroupés en 2009 au sein de l'association des Villes de foires millénaires de la Manche. Le 18 septembre prochain, le Comité Départemental Olympique et Sportif de la Manche organise, pour la première fois, des mini-olympiades à Saint-Lô. Un challenge original, ouvert aux 15-17 ans licenciés d’un club sportif de la Manche. 150 jeunes sont attendus. Le principe : chaque comité départemental propose jusqu’à 10 participants, qui concourent ensuite de manière individuelle aux diverses épreuves réparties par groupes (sports collectifs, sports de course, sports de raquette et tirs), soit 12 disciplines au total, parmi lesquelles chaque jeune choisit de participer à quatre d’entre elles. À l’issue de cette journée de compétition, les six filles et six garçons les plus performants (et issus de comités différents) se verront offrir l’opportunité d’assister, du 3 au 7 août 2012, aux Jeux Olympiques de Londres. Une belle occasion de valoriser les jeunes sportifs manchois et de mettre en avant la diversité des clubs du département !

La foire Sainte-Croix, à Lessay.

ACTU

(PRATIQUE : Les épreuves se dérouleront au complexe sportif Saint-Ghislain, au centre aquatique du Pays saint-lois et au vélodrome-stade de la falaise à Agneaux. (PLUS D’INFOS : 02 33 57 67 97 - cdos-manche.org

DE

Montrez-nous VOTRE Manche ! Ce mois-ci, TV Manche vous met à contribution. Dans une vidéo décalée et humoristique, Pénélope, que l’on suit d’épisode en épisode sur la web TV du conseil général de la Manche, s’essaie derrière la caméra, mais ce n’est franchement pas une réussite. Une manière détournée de lancer un concours des vidéos amateurs de la Manche les plus belles et les plus originales. Alors, si vous aussi vous filmez vos coins préférés, si vous débordez d’imagination et inventez des scénarios ayant pour décor la Manche, ou si tout simplement le caméscope vous démange, n’hésitez plus. Surprenez Pénélope et connectez-vous à TV Manche, dans la rubrique « vos vidéos ». Un lien FTP permet de télécharger très simplement toutes vos images. Avec à la clé la chance de gagner un week-end de rêve à Tatihou !

4 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011

(RENDEZ-VOUS SUR : tvmanche.tv


© Collection Claude Molteni de Villermont

En bref...

agenda

ÉVÉNEMENT

Titanic en rade de Cherbourg

La Cité de la Mer prépare « Titanic 2012 »

Retrouvez toutes les dates sur

DU 8 AU 30 SEPTEMBRE 16e festival du Dahlia et des Jardins

10 avril 1912 : le Titanic fait escale durant une heure et demie à Cherbourg, le temps de faire monter 281 passagers à bord. Ce sera la dernière escale continentale du géant des mers. Quatre jours plus tard, le célèbre paquebot sombrera avant d’avoir pu atteindre New York, faisant 1 496 victimes. La Communauté urbaine de Cherbourg et la Cité de la Mer s’associent aux villes du réseau Titanic Cities (Belfast, Liverpool, Southampton, Halifax et Cobh, toutes liées à l’histoire du bateau), qui célèbreront le centenaire du Titanic au printemps prochain. La Cité de la Mer profitera ainsi de l’occasion pour ouvrir deux nouveaux espaces au public : la belle salle des bagages de style Art-Déco, au premier étage, proposera une exposition permanente consacrée aux « parcours d’émigrants », plus d’un million de personnes qui, en un siècle, ont transité par Cherbourg d’Europe vers les Amériques. La deuxième partie de l’exposition, « Titanic, retour à Cherbourg », reconstituera le bateau et la vie à bord sur 800 m2 de nouveaux espaces. Les visiteurs pourront revivre la tragique traversée grâce à une scénographie ambitieuse et réaliste et des témoignages de rescapés. Un projet d’envergure qui représente un véritable enjeu culturel, économique et touristique pour le département. C’est pourquoi le conseil général a inscrit «Titanic 2012» au calendrier des grands événements marquants pour la Manche l’année prochaine.

à Coutances. 02 33 45 13 44 coutances.educagri.fr

LES 10 ET 11 SEPTEMBRE 9e Week-end du Vent sur la plage de Carolles et les falaises de Champeaux. Démonstrations et initiations gratuites 02 33 79 38 67 weekendduvent.com

LES 16 ET 17 SEPTEMBRE « Dans l’air d’Utah » Festival de glisse, reggae et rock festif à Utah Beach, Sainte-Marie-du-Mont. danslairdutah.com

LES 17 ET 18 SEPTEMBRE

© H. Drouot

Journées du patrimoine

(PLUS D’INFOS : cherbourg-titanic.com et titaniccities.org.uk

accès gratuit aux sites et musées du conseil général, au Pavillon des Énergies, et portes ouvertes au SDIS le dimanche à Saint-Lô patrimoine.manche.fr/ journeesdupatrimoine.culture.fr

COMMISSION

PERMANENTE

À VOS CÔTÉS AU QUOTIDIEN Plus de 6 millions d’euros votés pour les Manchois

Lors de la commission permanente du 8 juillet dernier, le conseil général de la Manche a voté une enveloppe de 6 027 575 euros en faveur des territoires et de leurs habitants. Ces aides se répartissent de la façon suivante :

Développement du territoire et prospective : 884 244 € ● Solidarités, formation, jeunesse, sport et culture : 1 512 440 € ● Infrastructures, réseaux, agriculture et développement économique : 3 616 291 € ● Affaires financières et administration générale : 14 600 € ●

(POUR EN SAVOIR PLUS : retrouvez chaque mois le détail des principales décisions sur conseil.general.manche.fr (rubrique « l’institution départementale-les décisions »)

LE 18 SEPTEMBRE 30e Duo normand à Marigny : épreuve cycliste internationale - course contre la montre par équipe de deux. Avec 30 nations et 30 équipes élite ! 02 33 55 05 11 26 duonormand.com

LES 24 ET 25 SEPTEMBRE 7e Salon Plantes et Saveurs d'Automne au Manoir du Tourp Maison de la Hague à Omonville-la-Rogue. 02 33 52 74 94 lahague-tourisme.com 5 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


En bref... JEUNESSE

La future Maison des adolescents

Proposé dans le cadre des nouvelles politiques publiques lancées en juillet 2010, le projet de création de la Maison des adolescents a été entériné lors de la session du 7 juin dernier. Le conseil général de la Manche, l’État et la CAF travaillent en étroite collaboration, depuis deux ans, sur ce nouveau service très attendu qui verra le jour en 2012. Concrètement, la Maison des adolescents sera non seulement répartie sur trois sites physiques (nord, centre, sud), mais elle sera aussi présente sur Internet. Ce volet numérique est une vraie spécificité manchoise, qui permettra de faire évoluer les pratiques professionnelles afin d’être au plus près de cette population. Service ouvert, accessible, proche des jeunes et de leurs parents, la Maison des adolescents offrira une réponse globale à leurs préoccupations (santé, scolarité, relations familiales et amicales, sexualité), grâce à la présence d’une équipe pluridisciplinaire (professionnels de santé et travailleurs sociaux). Loin d’être un seul lieu de soin, ce sera avant tout un lieu d’accueil et d’écoute. Elle s’intégrera à l’ensemble des actions et services déjà existants localement en direction des jeunes.

JEUX

ÉQUESTRES MONDIAUX

2014, c’est déjà demain ! Le compte à rebours a commencé avant le coup d’envoi du plus grand événement sportif organisé dans les années à venir en France : les Jeux Équestres Mondiaux, qui se dérouleront en Basse-Normandie en août 2014. Durant deux semaines, ce sont huit championnats du monde qui s’enchaîneront dans des disciplines aussi différentes que le dressage, le jumping, la voltige ou encore l’attelage. Parmi les différents sites de compétition choisis par le Groupement d’intérêt public « JEM Normandie 2014 », en plus de Caen, Deauville et le Haras du Pin, la Manche sera dans la course. Le décor mythique de la Baie du Mont-Saint-Michel accueillera les 160 km de l’épreuve d’endurance et la ville de Saint-Lô offrira aux spectateurs une discipline spectaculaire en démonstration : le horse-ball. Les Jeux Équestres Mondiaux, qui en sont à leur 7e édition, ce sont, en quelques chiffres, 2 000 bénévoles, 60 nations représentées, 850 cavaliers, 900 chevaux et 400 000 spectateurs attendus… Autant dire que c’est une occasion rêvée pour la Normandie et la Manche en particulier de montrer leurs savoir-faire équins au monde entier.

(PLUS D’INFOS : normandie2014.com

Le horse-ball, une discipline en démonstration aux JEM 2014.

SANTÉ

Une chaîne de télévision à l’hôpital Depuis quelques mois, les patients de l’hôpital Pasteur à Cherbourg-Octeville, de l’hôpital de Valognes et de la maison de retraite médicalisée d’Octeville disposent d’une chaîne de télévision interne, gratuite et accessible à tous : Canal 7. C’est la première fois en France qu’une chaîne est conçue spécialement pour un centre hospitalier. Sur ce programme de quatre heures d’émission par jour, on trouve des conseils sanitaires, des informations sur l’établissement, des documentaires sur la région, et même un quizz sur le Cotentin ! L’objectif de cette chaîne unique en son genre, réalisée par l’association cherbourgeoise H-COM, soutenue par le conseil général de la Manche, est de faire un lien entre la personne hospitalisée et l’extérieur. En diffusant des émissions de proximité, Canal 7 vise à rompre l’isolement des malades et à les informer sur leurs droits et sur la vie de l’hôpital. L’hôpital Mémorial de Saint-Lô devrait être équipé courant septembre. 6 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


JEU-CONCOURS

Gagnez le livre Vol au-dessus du littoral de Normandie ! Manche mag’ vous fait gagner le nouvel ouvrage du photographe Jérôme Houyvet. Pour participer, il suffit de vous connecter sur manche.fr/concours.asp et de remplir le bulletin de participation en ligne. 20 heureux gagnants seront tirés au sort et invités à venir retirer leur gain à la Maison du Département à Saint-Lô.

*Pour accéder directement depuis votre téléphone mobile à la page internet du concours, il vous suffit de lancer votre application de lecture de code 2D puis de le viser avec votre mobile.

EEnn bref...

agenda Retrouvez toutes les dates sur

LES 1ER ET 2 OCTOBRE « Toute la mer sur un plateau » 9e festival des coquillages et crustacés à Granville. 02 33 91 33 91 granville.cci.fr

DU 1ER AU 29 OCTOBRE « Les Afrikales » en Basse-Normandie 4e édition du festival consacré aux cultures africaines. Le 7 octobre, conférences-débats à la Maison du Département, autour des obstacles au développement local dans les pays émergents. 02 31 93 33 01 lesafrikales.free.fr

DU 7 AU 15 OCTOBRE « Passeurs de mots » 16e festival du conte et de la parole à ÉqueurdrevilleHainneville. 02 33 53 96 45 equeurdreville.com

DU 8 OCTOBRE AU 31 DÉCEMBRE

Une aventure aérienne et photographique inédite… du Tréport au Mont-Saint-Michel Après avoir survolé le littoral du Cotentin en 2010, le photographe barfleurais Jérôme Houyvet est reparti pour un nouveau voyage, la tête dans les nuages, à la découverte des plus beaux sites de la côte normande. Des falaises crayeuses de la côte d’Albâtre en Seine-Maritime aux havres du Cotentin dans la Manche, des villas chics du Calvados aux plages chargées d’histoire, il vous dévoile des paysages surprenants vus du ciel, sur plus de 650 km de côtes, de part et d’autre de la Seine. De cet incomparable patrimoine maritime, il a ramené plus de 170 images insolites, légendées par le journaliste Philippe Bertin. Collection Carnets de vols - Big Red One Editions 3 jaquettes au choix (la Baie du Mont-Saint-Michel, Arromanches ou les falaises d'Étretat) 21x30 cm - 208 pages - Edition bilingue français / anglais – 29 €

« Les Fables de La Fontaine vues par les artistes » Exposition au Scriptorial d'Avranches. 02 33 79 57 00 - scriptorial.fr

LE 9 OCTOBRE 5e Fête de l’automne à la Ferme-Musée du Cotentin à Sainte-Mère-Église. 02 33 95 40 20 patrimoine.manche.fr

JUSQU’AU 2 DÉCEMBRE « Une renaissance au XXe siècle »

Plus d’infos : 02 33 43 77 29 - lumieresmarines.com Extrait de règlement du jeu-concours : 1. Jeu sans obligation d’achat 2. Dates de participation : du lundi 5 septembre au dimanche 18 septembre 2011 (minuit) 3. Règlement complet déposé chez Me Bougon, Huissier de Justice à Saint-Lô. Il est adressé à toute personne qui en fait la demande en écrivant à : Me Bougon « Jeu n° 711102 » - BP 372, 50 002 SAINT-LÔ Cedex. (Frais d’affranchissement remboursés au tarif lent de la Poste). 4. Une seule participation par candidat 5. Jeu doté de 20 livres « Vol au-dessus du littoral de Normandie » 6. Loi n°78-17 du 06/01/78 relative aux fichiers informatiques : vous disposez d’un droit d’opposition, d’accès et de rectification des données vous concernant (cf. Art. 26 à 36 de la Loi) 7. En cas de litige, seules la loi et les juridictions françaises sont compétentes.

Exposition sur la Reconstruction de la Manche (1944-1964) aux archives départementales à Saint-Lô. 02 33 75 10 10 archives.manche.fr 7 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Entreprendre S U C C E S S - S T O RY

Entrez dans la légende ! En 25 ans, le Véritable Cherbourg s’est fait un nom dans le monde entier. À l’origine de cette illustre marque de parapluie, un entrepreneur du Nord-Cotentin qui fourmille d’idées.

Yvon l’a fait tester en soufflerie : « Le modèle anti-bourrasque résiste à des rafales de 145 km/h ! » Quant au modèle de ville, classique, il résiste à un vent de 120 km/h… De quoi effectivement s’assurer un passage du pont tournant en toute confiance !

« On est sûr de ce qu’on achète » Environ 10 000 exemplaires sont fabriqués ici à Cherbourg-Octeville par Jean-Pierre Yvon et ses 12 salariés. Un joli pied de nez aux 4 millions de parapluies - fabriqués en Chine pour la plupart - importés en France chaque année. « Certes, les nôtres sont plus chers (jusqu’à 350 euros en fonction des modèles), mais on est sûr de ce qu’on achète. C’est un produit durable. » Et le monde du luxe ne s’y trompe pas : LVMH, Cartier, Dom Pérignon, Baccara… le parapluie, fabriqué sur mesure, est utilisé comme outil de promotion interne ou comme cadeau d’entreprise dans les plus grandes maisons françaises ! Jean-Pierre Yvon et une vendeuse dans la boutique du centre-ville

out le monde connaît Les parapluies de Cherbourg. Le film de Jacques Demy, qui a collé à jamais cette image de ville pluvieuse à Cherbourg, a pourtant guidé le destin d’un homme : Jean-Pierre Yvon, qui était encore à l’école au moment du tournage de la comédie musicale et qui ne manquait pas une scène filmée près de chez lui.

T

fabriqués à la main. « Le principe du parapluie de Cherbourg, c’est d’être homogène. Une soixantaine de pièces le composent. Elles doivent être parfaitement conçues et répondre solidairement aux pièces qui sont à côté. Un objet déployable est plus complexe qu’un objet rigide. Il doit être léger, pliable, transportable partout et résistant à des chocs divers et variés. » Et pour prouver la résistance de son parapluie, Jean-Pierre

Une couturière à la manufacture

Du mythe à la réalité Fils de tanneurs, Jean-Pierre Yvon, marqué à vie par ce tournage et par le titre du film, a finalement lancé une marque de parapluie, Le Véritable Cherbourg, en 1986. Un objet qu’il a voulu haut de gamme, classique, intemporel, esthétique et surtout résistant : « Avec lui, on peut passer le pont tournant sans un aucun problème, même par grand vent. » Les Cherbourgeois comprendront.

Une manufacture à l’ancienne Pour bien saisir ce qui fait la spécificité de ces parapluies, il faut se rendre à la manufacture installée à Tourlaville. Ici, le temps semble s’être arrêté : fils, bobines, machines à coudre, bagues en argent, poignées en charme du Jura… tous les modèles de la marque sont 8 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011

Les parapluies de Cherbourg à l’Élysée ! Depuis le printemps dernier, le Véritable Cherbourg n’est plus seulement un parapluie, mais aussi « le premier dôme de protection multidirectionnelle à déploiement instantané. » Le ParaPactum, c’est son nom, est une sorte de bouclier géant (1,30 m d’envergure) qui protège contre les jets de pierre, les objets contondants, les morsures de chiens, etc. Un parapluie super résistant, plus lourd qu’un parapluie classique, qui équipe désormais la garde rapprochée du Président de la République et qui pourrait bientôt protéger d’autres personnalités du monde entier.

(CONTACT : « Le véritable Cherbourg » - 30 rue des Portes - 50100 CherbourgOcteville - 02 33 93 66 60 - parapluie.cherbourg@wanadoo.fr parapluiedecherbourg.com La manufacture se visite : renseignements auprès de l’office de tourisme de Cherbourg-Octeville 02 33 93 52 02


Arrêt sur images JEUDI 7 JUILLET 13H27

La Grande Boucle est passée dans la Manche !

C’est sous des trombes d’eau et accompagné par le tonnerre que le peloton du Tour de France s’attaque aux « M » d’Avranches lors de la 6e étape reliant Dinan et Lisieux, la plus longue de la Grande Boucle 2011 (226 km). Les Manchois venus en nombre supportent avec ferveur le Norvégien Thor Hushovd qui porte alors le maillot jaune.

9 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Développement durable COMMERCE

É Q U I TA B L E

La « Meuh » surfe sur le succès Lancée en 2009, la Meuh Cola est un soda solidaire normand créé par Sébastien Bellétoile. Cet homme de 35 ans a décidé, il y a deux ans, de lancer sa propre entreprise de cola. À court terme, il souhaite réaliser toutes les étapes de la fabrication chez lui, à Saint-Pair-sur-Mer.

© GECC

Des projets plein la tête

Sébastien Bellétoile, un jeune homme qui ne manque pas d’humour

idée lui est venue en découvrant un cola équitable en Bretagne : « Je les ai contactés, mais avant que je puisse voir comment ils fonctionnaient, l’entreprise, n’ayant pas eu le succès escompté, a dû fermer », racontet-il. Loin de le décourager, cette expérience l’a poussé à essayer « de faire meuh... heu mieux ! ». Il rencontre alors une autre entreprise, mais les deux ne fonctionnant pas sur le même rythme, il décide de se lancer seul sur le marché, en élaborant sa propre recette... dans sa cuisine ! Il lui faudra quatre mois pour trouver les dosages qui le lanceront sur le marché du cola, dirigé par quelques géants.

L’

Saint-Pair, afin de réduire l'empreinte écologique du produit », avoue le producteur. Pour cela il attend encore un peu, le temps que son entreprise se développe, car c'est « un grand investissement financier ». Il ajoute : « Dans un même temps, je désire réaliser du tout bio afin de vendre dans les magasins concernés. Il ne faut pas me confondre avec le géant du cola, car notre seul point commun, c’est le caramel qui n’est pas 100 % biologique. Celui-ci ne me permet pas de faire figurer la mention « bio » sur l'étiquette, mais cela va changer. Le sucre, lui, est équitable, il vient de Cuba et entraîne lors de sa production 40 % de CO² en moins que le sucre traditionnel ».

Sébastien préfère collaborer avec le petit commerce de proximité plutôt qu'avec les grandes enseignes. Le développement durable lui tient à cœur, preuve en est de son projet : faire revivre les consignes et lancer sa bouteille recyclable. Aujourd’hui, il a un réseau de distributeurs de près de 300 clients, aussi bien en Normandie qu’en Belgique, et même sur l’île SaintMartin ! « Les petits commerces attirent du monde, car il y a l’attrait de penser que l’on ne peut pas trouver le produit partout. L’an dernier, j’ai vendu près de 60 000 bouteilles, toutes tailles confondues. ». Cette année, en seulement trois mois, il a vendu la moitié de ce chiffre. « Mais ce n’est pas pour autant que je me repose sur mes lauriers ! C’est un travail de chaque instant, où mon but sur le long terme est de créer des emplois, car ce sont les petites entreprises et le petit commerce qui font vivre les gens, pas les grandes enseignes qui délocalisent ».

Une production équitable Son credo ? Le cola équitable. Dans son entrepôt situé dans la pépinière d'entreprises de Saint-Pair-sur-Mer, il réalise les sirops de sa Meuh cola et de son nouveau produit la « LiMeuhnade, rebelle et sans suc’ », à base de stévia, une poudre naturelle au goût de sucre... sans les calories ! Il envoie ensuite les sirops pour le mélange avec la limonade et l’embouteillage dans le Maine-et-Loire. Le tout est réacheminé à Saint-Pair pour l'étiquetage. Il garde une partie de son stock et l’autre part chez son transporteur, qu’il emploie afin d’éviter les voyages inutiles. « Mon but à court terme est d’assurer toutes les étapes de fabrication ici à 10 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011

Le 1er prix « Ekilibre » Cette année, Sébastien a reçu le 1er prix du Chorum du commerce équitable « Ekilibre ». Sur les 70 projets présentés, c’est son projet intitulé « Solibulle » qui a été élu. Son idée : créer une limonaderie à l’ancienne, pour une « économie moins vache » et travailler avec des structures à taille humaine, afin de préserver l’écodiversité, son but ultime.

(CONTACT : Sébastien Bellétoile, ZA du croissant, 50380 Saint-Pair-sur-Mer 06 63 54 65 92 - la-meuh.fr


Dossier du mois CU

RE LT U

F a i t es r l e l pévtoi s s e ns

Spot 50 - p.12

Interview de Patrice Pillet - p.14

Les théâtres partenaires - p.15

((

((

((

!

11 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Dossier du mois C U LT U R E

Une rentrée sous le signe de la découverte Quelles surprises vous réserve la rentrée culturelle dans la Manche ? De la pratique artistique aux plaisirs de découvrir le spectacle vivant, résolument soutenus par le conseil général, la culture s’offre à vous ! Retrouvez les temps forts de cette saison 2011-2012, qui s’annonce plurielle et vous propose des rendez-vous sur tout le territoire, pour tous les âges et tous les goûts !

SPOT 50 : 100 € de réductions pour les 11-15 ans a y est, vous pouvez commander votre Spot 50… Un nouveau « pass » qui vous accompagnera au cours de toutes vos sorties ! Lancé par le conseil général pour privilégier à la fois la découverte et la pratique d’activités culturelles, sportives et de loisirs chez les jeunes, ce chéquier simple d’emploi comprend des réductions dans des domaines aussi variés que la pratique d’une activité artistique ou sportive, le théâtre, les festivals, le cinéma, les musées ou sites touristiques, les manifestations sportives, ou encore les activités de loisirs. Destiné aux jeunes Manchois de 11 à 15 ans et à leur famille, une des originalités de Spot 50 est de prévoir des chèques pour un accompagnateur adulte afin d’offrir une découverte partagée entre le jeune et l’un de ses proches. Moyennant une participation de 10 €, Spot 50 offre 100 € de réductions auprès de toutes les structures partenaires. Il est valable jusqu’au 31 août 2012.

Accédez directement depuis votre téléphone mobile à la page internet du pass Spot 50, il vous suffit de lancer votre application de lecture de code 2D puis de le viser avec votre mobile.

Ç

Grâce à Spot 50, achetez des places de ciné moins chères !

Des partenaires enthousiastes Comités et clubs sportifs, associations sportives des collèges, centres de loisirs, fédérations de jeunesse, écoles de musique, de danse, de théâtre et de dessin, festivals, lieux de spectacles vivants, musées… plus de 1 800 partenaires potentiels ont été identifiés dans tout le département pour participer au dispositif Spot 50. Et quel que soit leur secteur d’activité, les premiers signataires, déjà nombreux, témoignent d’un engouement prometteur. Retrouvez la liste des partenaires régulièrement mise à jour sur t-jeune.manche.fr

PRATIQUE : Comment se procurer son SPOT 50 ? - en le commandant sur le site t-jeune.manche.fr (paiement en ligne ou par chèque) - ou en remplissant un formulaire d’inscription papier (disponible au conseil général, dans les collèges, maisons familiales rurales et bureaux ou points information-jeunesse) Le chéquier sera envoyé au domicile du demandeur dès réception des 10 €.

Vu par… Pour Arnaud Bocquet, directeur départemental des Francas de la Manche - association d’éducation populaire qui gère notamment une quinzaine de centres de loisirs dans le Nord et le Centre-Manche : « Ce dispositif est forcément très positif pour nous puisqu’il tend à favoriser, sur le temps libre de l’enfant et du jeune, l’accès pour tous aux loisirs éducatifs de toute nature (culture, sport…). Bien en adéquation avec nos projets, c’est un coup de pouce supplémentaire pour les familles, qui ne peut être accueilli que favorablement ! » Animatrice socio-culturelle et coordinatrice du projet éducatif local de la communauté de communes du canton de Canisy, Fania Menant est convaincue que « Spot 50 incitera les jeunes à s’ouvrir à de nouvelles pratiques : c’est un plus pour développer leur curiosité et leur éveil culturel ! Attendues pour cette tranche d’âge là, ces réductions permettront aussi de compenser le coût du déplacement pour aller dans certains lieux culturels en ville, comme au cinéma par exemple. »

Retrouvez toutes les infos pratiques dans la rubrique dédiée à Spot 50 sur t-jeune.manche.fr et suivez prochainement les aventures de la mascotte Spot sur : 12 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Dossier du mois ENSEIGNEMENTS

ARTISTIQUES

Des aides aux projets renforcées Afin de mieux structurer l’offre d’enseignement artistique sur l’ensemble du territoire et de garantir son accès au plus grand nombre, le conseil général soutient 23 écoles de musique, de danse et de théâtre. Soucieux d’être un interlocuteur privilégié, le Département souhaite ainsi consolider son rôle d’accompagnateur et d’animateur auprès de chacune d’entre elles.

Des élèves manchois avec l’Ensemble de Basse-Normandie

pplicable dès cette rentrée 20112012, le Plan départemental des enseignements artistiques - voté en juin dernier et doté d’un budget annuel de 320 000 € - vise à instaurer un système égalitaire et progressif d’aide aux écoles, quel que soit leur statut. Il s’agit d’améliorer encore la qualité de l’enseignement, tout en développant les relations entre les écoles pour en faire des lieux de vie, ancrés sur le territoire et ouverts sur l’extérieur.

A

Favoriser la coopération et la mutualisation Dans une logique de complémentarité et de collaboration entre écoles, le conseil général propose un nouveau mode de

ZOOM SUR L ’ É C O L E

subventionnement. Il apportera ainsi aux écoles une aide au fonctionnement, mais aussi et surtout une aide aux projets répondant à deux objectifs : l’élargissement et la diversification des publics d’une part, le développement du lien avec le territoire et l’enrichissement des pratiques artistiques et culturelles d’autre part. Le but est bien d’encourager les écoles qui s’ouvrent à d’autres pratiques et d’autres esthétiques, ainsi que celles qui développent des actions en lien avec le milieu scolaire, les lieux de diffusion, ou encore les artistes professionnels. Enfin, à travers un soutien par territoire pour l’animation du réseau, le travail de coopération et de mutualisation sera vivement encouragé.

DE MUSIQUE DE

Les projets fusent !

Parmi les projets exemplaires, celui mené en partenariat avec l’Ensemble de Basse-Normandie par cinq écoles de musique du Cotentin (Les Pieux, Valognes, Barneville-Carteret, Beaumont-Hague et Bricquebec) mérite le coup d’œil ! 250 élèves ont donné un grand concert en mai dernier sur la scène de l’Agora à ÉqueurdrevilleHainneville : trois pièces originales, écrites spécialement par Jacques Petit, un compositeur contemporain. À retrouver en images sur culture.manche.fr

M O R TA I N

Avec aujourd’hui 330 élèves (de 3 à 75 ans !), 16 professeurs musiciens enseignants et des projets toujours plus variés, l’école de musique de Mortain a fait ses gammes au fil des années. « Sans cesse en mouvement », elle se veut avant tout « ouverte sur l’extérieur et sur l’actualité artistique contemporaine », comme le souligne Jacques Darras, son directeur. Véritable école de musique alternative orientée autour des musiques traditionnelles du monde, son souhait, depuis le début, est « de ne pas se cantonner à l’harmonique ». Entre l’atelier de viole de gambe et de luth (l’un des rares existants en France), les stages de musique traditionnelle ou d’initiation musicale avec le centre de loisirs pendant les vacances d’été, l’académie de musique ancienne ou encore le projet d’ouverture d’une classe de musique assistée par ordinateur (MAO) à la rentrée, les idées fusent ! Et parce que la volonté est bien d’en faire, « sans cloisonnement, un lieu de vie autour des pratiques artistiques », l’établissement met en place des collaborations diverses avec les écoles élémentaires et les collèges du territoire certes, mais aussi avec d’autres structures, telles que le RAM intercantonal de Mortain par exemple, pour qui les musiciens intervenants de l’école ont récemment arrangé et enregistré un CD de comptines pour les assistantes maternelles.

(CONTACT : École intercommunale de Mortain : 02 33 69 46 10 - Hameau Velleda - 50400 Mortain 13 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Dossier du mois INTERVIEW DE PATRICE PILLET conseiller général délégué à la culture Pourquoi le Département fait-il le choix de mener une politique active et volontariste dans le domaine culturel ? L’apport des différentes esthétiques culturelles permet un enrichissement de la population. La culture est aussi essentielle en termes d’aménagement du territoire. Dans un département rural comme le nôtre, nous avons fait le choix de diffuser sur l’ensemble du territoire et au plus grand nombre tous les champs culturels possibles. C’est enfin un facteur de développement économique. Les festivals tels que Papillons de nuit ou Jazz sous les Pommiers contribuent à la notoriété du département et à l’enrichissement des zones fréquentées.

La culture est-elle accessible dans la Manche ? Oui, elle reste accessible financièrement, d’une part, grâce à l’intervention des collectivités qui permet de minorer les tarifs d’entrée. Elle est aussi accessible géographiquement grâce à la diffusion sur tout le territoire, mais aussi intellectuellement et socialement : sur Villes en scène, nous travaillons à faire venir des publics éloignés des pratiques culturelles.

Comment le conseil général soutient-il les pratiques amateurs? Nous incitons les groupes amateurs à se produire sur des scènes professionnelles lors des festivals, nous soutenons les écoles de musique et donc la pratique amateur à travers le Plan départemental des enseignements artistiques voté récemment. Cette familiarisation avec le monde de la culture en général me paraît primordiale.

ZOOM sur La brèche, centre des arts du cirque de Basse-Normandie

LE chiffre de la culture dans la Manche : 11,2 M€ Budget 2011 du conseil général consacré à la culture (activités artistiques, patrimoine, bibliothèques, musées et archives), soit 2,13% du budget total

Villes en scène, 15e édition

a brèche, à Cherbourg-Octeville, est avant tout un lieu de création. Son activité principale est d’accueillir des artistes et des compagnies de cirque de France et d’ailleurs, dont le travail artistique est reconnu et particulièrement innovant. Il favorise, par la mise en réseau, la circulation des informations, l’aide logistique et financière, l’accueil des spectacles de cirque dans les établissements culturels et les communes de toute la région Basse-Normandie. Il participe à la sensibilisation des publics, par la mise en place de stages et d’activités cirque dans des établissements scolaires et des structures socioculturelles de la région. La brèche est labellisé depuis peu Pôle national des arts du cirque, comme 11 autres établissements qui ont comme mission première l’accueil en résidence et la production d’œuvres nouvelles dans ce domaine artistique en pleine ébullition. À noter : la prochaine édition du festival Spring, consacré aux nouvelles formes de cirque, se déroulera du 15 mars au 7 avril 2012.

L

(PLUS D’INFOS : 02 33 88 43 73 labreche.fr 14 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011

C’est reparti pour une nouvelle saison de Villes en scène ! Dès le 11 octobre, découvrez le premier spectacle très festif, « 20 000 lieues sous les mers », annonciateur d’une saison éclectique et très dynamique. Depuis 1997,Villes en scène, initié par le conseil général, contribue à la vitalité de nos territoires et permet un accès à la culture pour tous en diffusant des spectacles vivants de qualité dans des petites communes. Au programme cette année : 75 représentations, 23 compagnies venues d’un peu partout (Russie, GrandeBretagne, Québec…) et 19 communes et communautés de communes partenaires du réseau Villes en scène. Demandez le programme ! La brochure de la saison 2011-2012 a

changé de look : elle est disponible sur demande au 02 33 05 95 88 et téléchargeable sur culture.manche.fr

(PLUS D’INFOS : culture.manche.fr

« La rentrée des cultureux ». Après le succès de la 1re édition en 2010, le conseil général organise une nouvelle soirée cet automne, réunissant les acteurs culturels du département, toutes thématiques confondues.


Dossier du mois UNE

SAISON DE THÉÂTRES

Parce que la culture dans la Manche est aussi diffusée par ses quelques scènes incontournables, le conseil général est partenaire des théâtres. Voici, en avant-première, la saison 2011-2012 vue par leurs directeurs. Le Trident, scène nationale de Cherbourg-Octeville : « L’intérêt au territoire et à son imaginaire » (Mona Guichard)

L’Archipel de Granville, scène conventionnée : « La tradition dans la modernité » (Agnès Laigle-Duval)

« C’est une saison importante marquée par la réouverture du théâtre à l’italienne après presque deux ans de travaux. Les spectateurs découvriront au mois de janvier un théâtre mis aux normes et une acoustique spectaculaire grâce aux nouvelles technologies utilisées pour les spectacles avec de la voix amplifiée. Nous continuons à faire découvrir de jeunes artistes et des répertoires peu connus de France et de l’étranger. Nous accueillons également des œuvres majeures dans chacune des disciplines. Pour résumer, le fil directeur de la programmation du Trident est l’intérêt au territoire et à son imaginaire. J’aime que les artistes, quelle que soit leur origine, interrogent et s’inspirent de la réalité du lieu dans lesquels ils se produisent. »

« C’est une saison avec une couleur théâtre plus marquée, car en tant que scène conventionnée pour le théâtre contemporain et populaire, nous avons une sensibilité pour le théâtre sous toutes ses formes. La soirée d’ouverture marquera les 10 ans de l’Archipel et les 100 ans du bâtiment qui nous abrite, le casino. C’est un clin d’œil à la tradition dans la modernité. Ce qui guide la programmation, c’est la conception de la salle, ouverte sur l’extérieur ; pouvoir ainsi rattacher les Sorties de Bain et la saison d’hiver nous permet de conserver un lien toute l’année entre différentes formes qui peuvent se jouer en salle ou dans la rue. Je souhaite montrer que le théâtre, ce sont aussi de belles émotions. » (PLUS D’INFOS : 02 33 69 27 30 archipel-granville.com

(PLUS D’INFOS : 02 33 88 55 55 trident-sn.com

Agnès Laigle-Duval

Mona Guichard

Théâtre municipal de Coutances « Lire l’humain » (Denis Le Bas)

Pierre Querniard

« Autour de 36 représentations - auxquelles s’ajoutent de nombreuses séances scolaires - notre programmation se veut pluridisciplinaire. Nous ferons la part belle aux jeunes talents, nous accompagnerons et accueillerons tout un panel de créations, mais nous inviterons également des artistes et des spectacles locomotives tels que Yael Naïm. Le fil qui a guidé nos choix : « lire l’humain ». Qu’y a-t-il derrière tel comportement ? Quelles sont les ressources de l’homme? Feydeau, Christophe Honoré, Tchekov ou encore Romain Gary nous aideront à y répondre…Nous vous donnons aussi évidemment rendez-vous pour le 31e Jazz sous les pommiers, du 12 au 19 mai 2012 ! » (PLUS D’INFOS : 02 33 76 78 50 theatre-coutances.com

Denis Le Bas

Théâtre municipal de Saint-Lô : « L’Origine sous tous les angles » (Pierre Querniard)

Le Normandy, à Saint-Lô : « Changer de regard sur la chanson » (Nicolas D’Aprigny)

« Cette saison de 40 spectacles réunit plus de 160 artistes et va chercher ses questionnements autour du thème de l’Origine, sous tous les axes possibles. Pour toucher un public toujours plus large, notre scène saint-loise offre une programmation généraliste et pluridisciplinaire, avec tout de même une volonté forte de donner une place particulière à la danse, à travers cette année un éclairage sur la danse contemporaine, mais aussi le tango et le hip hop, sans oublier la venue très attendue de deux étoiles de l’Opéra : Marie-Claude Pietragalla et Patrick Dupond. »

« De la chanson française humoristique d’Oldelaf, qui ouvrira la saison, de l’électro au cours de la soirée Before Nördik Impakt, du blues avec Nina Attal, ou encore du rock indé avec La Tournée des Trans… notre leitmotiv ? Faire changer de regard sur la chanson ! En tout, une quarantaine de concerts, avec des têtes d’affiche évidemment, mais aussi une part belle aux pratiques amateurs et artistes locaux, pour lesquels on se doit d’être une vitrine en tant que seule scène de musiques actuelles de la Manche. Et, bien sûr, LE rendez-vous de la saison : le festival des Rendez-vous soniques, du 9 au 13 novembre, qui promet une 4e édition énorme ! » (PLUS D’INFOS : Association Écran Sonique 02 33 57 60 96 - ecransonique.com

(PLUS D’INFOS : 02 33 57 11 49 saint-lo.fr/Culture/Theatre Nicolas D’Aprigny

15 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Zoom

16 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Entre terre & mer F O R M AT I O N

Les Maisons familiales rurales, enracinées dans le territoire Gestion associative effectuée par les parents, pédagogie fondée sur l’alternance, formation mêlant connaissances scolaires et éducation concrète à la citoyenneté : telles sont les caractéristiques des Maisons familiales rurales. Visite guidée à la MFR de Vains-Saint-Senier, près d’Avranches. Le réfectoire de la MFR de Saint-Senier

conseil d’administration, qui réunit des parents et des professionnels, chargé de son fonctionnement et de ses finances. Autre particularité : le rôle des formateurs ne se limite pas à l'enseignement, ils sont aussi accompagnateurs et animateurs.

Alternance

Eilla Uvenard, élève en seconde à la MFR et stagiaire chez un éleveur de chevaux de Rouffigny

a matinée tire à sa fin, la pausedéjeuner approche : dans quelques instants, le réfectoire de la Maison familiale rurale (MFR) de Saint-Seniersous-Avranches résonnera du bruit des conversations. Pour le moment, un petit groupe d’élèves met le couvert. Car, ici, ce sont les élèves eux-mêmes qui assurent les tâches quotidiennes au réfectoire, mais aussi dans les salles de classe et à l’internat. C’est l’une des originalités des MFR : les moments de repas, de loisirs, d’entretien des locaux sont partie intégrante de l’éducation et sont considérés comme aussi importants que l’acquisition des connaissances purement « scolaires ».

L

Associations loi 1901 Le réseau des Maisons familiales rurales de la Manche compte à ce jour 10 établissements, créés pour la plupart dans les années 1950, dont celui d’Avranches (les deux maisons de Vains et de Saint-Senier viennent de fusionner). Aujourd’hui, les 430 MFR de France, sous contrat avec l’État et les Régions, forment chaque année 70 000 jeunes et adultes, de la classe de 4e au BTS. Ce sont des établissements privés autonomes, sous statut associatif loi de 1901. Chaque maison est gérée par un

La pédagogie des MFR repose sur l’alternance entre périodes en entreprise et à l'école. Ce type de formation correspond mieux aux adolescents qui « s’ennuient » dans le système scolaire classique ou qui veulent découvrir sans attendre les réalités de l’entreprise. La vie en collectivité des maisons familiales, le partage des tâches, leur conviennent : à Saint-Senier, la grande majorité des élèves a choisi l’internat. Chaque MFR a plus ou moins sa spécialité et même si les enfants d’agriculteurs ne sont plus qu’une toute petite minorité, l’offre de formation est encore largement orientée vers les métiers de la terre. Ainsi, Saint-Senier prépare au bac pro « Conduite et gestion d’une exploitation agricole, option élevage équin ». Cette formation a déjà séduit plusieurs jeunes originaires de l’Île-deFrance qui savent que la Manche est terre de cheval…

Ninon Poupinel, élève en seconde à la MFR et stagiaire au Haras de Moyon

(CONTACT : Fédération Départementale des MFR de la Manche : Maison de l'Agriculture - avenue de Paris - 50009 Saint-Lô Cedex - 02 33 06 49 23

L’agriculture, ça compte ! Le secteur agricole, dans la Manche, ce sont 35 000 emplois directs et indirects (soit près de 20% de l’emploi total du département), 11 000 exploitations, un produit agricole avoisinant le milliard d’euros. Pour que l’agriculture reste un secteur d’avenir, attractif, compétitif et innovant, le conseil général a identifié sept défis, dans le cadre de la politique agricole départementale 2010-2014, parmi lesquels celui de l’emploi et de la formation des jeunes, en partie assurée par les Maisons familiales rurales de la Manche. Le Département consacre une enveloppe annuelle de 150 000 € aux MFR, notamment pour la mise en conformité des locaux (internats, salles de classes).

(Retrouvez les défis agricoles sur entreprendre.manche.fr (rubrique « L’économie de la Manche ») 17 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


Vie pratique C O M M U N I C AT I O N

Les P’tites News, le magazine des collégiens de la Manche Depuis un an, les collégiens manchois ont un magazine rien que pour eux. Distribué dans l’ensemble des collèges du département, Les P‘tites News les informent et leur donnent la parole. a Manche est fière de ses jeunes et elle leur montre ! Dans le cadre de la politique départementale dédiée à la jeunesse, le conseil général a décidé l’année dernière de lancer le premier support de communication destiné exclusivement aux collégiens. Les P’tites News, le petit frère de Manche mag’, fait donc sa deuxième rentrée dans les 74 collèges publics et privés du département.

L

Les P’tites News, à quoi ça sert ? Ce magazine trimestriel de huit pages est distribué dans sa version papier aux collèges, qui le mettent à disposition des élèves, mais il est aussi téléchargeable et feuilletable en ligne sur le site internet également dédié aux jeunes Manchois, t-jeune.manche.fr

Les P’tites News a une double vocation : d’une part, informer les collégiens de la Manche des sujets et des projets départementaux qui les concernent. Il s’agit de leur expliquer les actions menées par le conseil général à leur intention (Spot 50, soutien aux écoles de musique, inscriptions aux transports scolaires, etc.) et de les impliquer dans la vie de leur département. D’autre part, le magazine est là aussi pour leur donner la parole, valoriser leurs initiatives et leurs bonnes idées (raids humanitaires, ateliers théâtre, délégués de classe, etc.).

À l’écoute des jeunes Le magazine des collégiens est aussi fait par les collégiens. Ceux qui le souhaitent peuvent s’impliquer dans le comité de rédaction, afin de devenir

partie prenante et de s’approprier le magazine, leur magazine. En se connectant au site t-jeune.manche.fr, ils peuvent également trouver des infos complémentaires, donner leur avis, exprimer leurs attentes, leurs préoccupations… Toutes les bonnes idées sont les bienvenues ! Le prochain numéro des P’tites News sera distribué à la fin du mois de septembre.

CONTACT : 02 33 055 550 - lesptitesnews@manche.fr

P

A R O L E S

D

É L U S

GROUPE

DES ÉLUS SOCIALISTES ET RÉPUBLICAINS

GROUPE

Maison de l’autonomie : oui… mais !

Spot 50 : 100 € pour tous les 11-15 ans !

Avant l’été, le conseil général a examiné plusieurs dossiers importants, comme le résultat financier 2010. Malgré les discours sans cesse optimistes de la majorité, force est de constater qu’à la clôture de l’exercice, le solde a baissé de 10 M€ par rapport à l’année précédente. Alors même que les recettes fiscales et parafiscales ont été meilleures que prévues. Et si l’endettement s’est stabilisé, c’est la conséquence directe de la non réalisation de 20% des investissements inscrits au budget. Sur la forme, nous avons dénoncé l’absence de documents pour analyser en profondeur la gestion financière de l’année ; le rapport présenté ne faisait qu’une page et demie ! Ce contexte financier tendu, conséquence de certains choix hasardeux et du désengagement de l’État, en particulier sur la solidarité, pousse le conseil général à continuer la révision de ses politiques. La diminution déjà actée au budget de l’aide pour les personnes âgées (APA) se fait sentir sur le terrain. Et l’APA d’urgence a été revue sans même une étude en commission. Le rapprochement et la rationalisation des services qui œuvrent en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées sont certainement une bonne chose. Le projet de Maison de l’autonomie a été présenté avant l’été. L'intérêt des usages doit être amélioré par ce rapprochement. Mais l’action du conseil général doit s’inscrire dans le respect des structures bénévoles qui réalisent un énorme travail sur le terrain. Les CLIC (centres locaux d’information et de coordination) viennent de se mettre en place partout dans le département. Financés, certes, en grande partie par le conseil général, ils restent l’émanation des projets et de l’investissement des élus et bénévoles sur le terrain. Ils assurent ainsi une information précise et une aide précieuse pour les bénéficiaires et leurs familles. Notre groupe est très attaché à l’existence de ces associations, reflet de l’engagement citoyen et solidaire. C’est un impératif que nous avons défendu lors de l’examen de la proposition le 1er juillet et sur lequel nous seront très attentifs.

Le conseil général de la Manche a fait le choix de continuer à s’engager dans des domaines qui lui sont chers et qui contribuent à l’épanouissement des habitants de la Manche et, en particulier, de sa jeunesse. C’est ainsi que le 2 juillet dernier, sur proposition des élus de la majorité, l’assemblée départementale adoptait le principe de la création d’un « Pass Familles Loisirs » dénommé SPOT 50, dont l’objectif est de permettre aux adolescents scolarisés, âgés de 11 à 15 ans, de bénéficier d’une aide pour les activités culturelles et de loisirs. SPOT 50 est aujourd’hui disponible. Sur simple demande (t-jeune.manche.fr), il permet d’obtenir des réductions sur les événements sportifs, les spectacles et manifestations, tels que le théâtre, les festivals, le cinéma, les musées, les sites touristiques... et ainsi de profiter pleinement de la rentrée culturelle. Au programme de cette rentrée, le conseil général organise la 15e édition de Villes en scène, manifestation animée par une vingtaine de compagnies assurant 75 représentations sur l’ensemble du département. Il soutient Les Rendez-vous Soniques avec la participation d’artistes confirmés et de nouveaux talents à découvrir, ainsi que Les Afrikales pour une évasion garantie. À cet effet, et afin de pouvoir offrir des spectacles de qualité, accessibles à tous, les conseillers généraux de la majorité ont voté, d’une part, un budget 2011 conséquent, de 11 millions d’euros pour le champ culturel et, d’autre part, ont budgétisé plus de 31 millions d’euros en soutien à la jeunesse.

(LES ÉLUS DU GROUPE SOCIALISTES ET RÉPUBLICAINS : Pierre BIHET, Équeurdreville-Hainneville - Lucien BOËM, Saint-Jean-de-Daye François DAVOUST, Le Teilleul - Paul DELAUNAY, Saint-James - Gérard DIEUDONNÉ, La Haye-Pesnel - Francine FOURMENTIN, Sourdeval - Hervé HOUEL, Carentan - Jean-Michel HOULLEGATTE, Cherbourg-Octeville nord ouest - Christine LE COZ, Saint-Lô est - Michel LERENARD, Cherbourg-Octeville sud ouest - Michel LOUISET, Cherbourg-Octeville sud est - Yves NÉEL, Valognes - Claude PÉRIER, Coutances - Dieudonné RENAUX, Barneville-Carteret - François ROUSSEAU, Les Pieux - André ROUXEL, Tourlaville. (CONTACT : Martial Defoy - Tél : 02 33 05 97 92 - Courriel : martial.defoy@manche.fr 18 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011

DE LA MAJORITÉ D É PA R T E M E N TA L E

LES ÉLUS DU GROUPE DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE : J. Andro, Avranches – P. Bas, Saint-Pois – E. Beaufils, Saint-Malo-de-la-Lande – G. Beaufils, Tessy-sur-Vire – M. Bourdon, Percy – J. Bouvet, Saint-Hilaire-Du-Harcouët – R. Brécy, Montebourg – F. Brière, Saint-Lô ouest – G. Coulon, Saint-Sauveur-Lendelin – S. Deslandes, Mortain – L. Desloges, Isigny-le-Buat – H.J. Dewitte, Ducey – M.P. Fauvel, Torigni-sur-Vire – M-H. Fillâtre, Juvigny-le-Tertre – J. Gromelon, Pontorson – H.Guesdon, Barenton - J.Y. Guillou, Villedieu-les-Poêles – C. Halbecq, Cerisy-la-Salle – J.M. Julienne, Granville – M. Laurent, Beaumont-Hague – C. Lebacheley, Saint-Pierre-Église – M. Lefèvre, Sainte-Mère-Église – J.F. Le Grand, Lessay – H. Lenormand, Périers – J. Lepetit, Quettehou – G. Nicolle, Gavray – P. Pillet, Bricquebec – G. Quinquenel, Marigny – J.M. Remoué, Bréhal – P. Ripouteau, Saint-Sauveur- le-Vicomte – J. Thouvenot, Sartilly – B. Tréhet, Brécey. (CONTACT : Brigitte Harel - Tél : 02 33 05 95 32 - Courriel : brigitte.harel@manche.fr


Portrait STÉPHAN LEMARCHAND

« L’envie de ne rien lâcher ! » À tout juste 40 ans, Stéphan Lemarchand, ex-footballeur professionnel originaire de Saint-Lô, a déjà une carrière bien remplie. Après avoir eu l’opportunité d’affronter les plus grands joueurs sur les terrains, c’est aujourd’hui en coulisses, au sein du prestigieux club de l’Olympique Lyonnais, qu’il travaille auprès d’eux.

Grâce à son bagage universitaire, il saisit une belle opportunité de reconversion et est engagé au siège d’Adidas à Strasbourg, comme représentant, puis chef de produit de la gamme sport collectif, ce qui l’amènera entre autres à se charger des maillots destinés à la Coupe de France ! Après quatre ans passés en Italie, notamment auprès du Milan A/C, Stéphan est aujourd’hui basé à l’Olympique Lyonnais, au sein duquel il s’occupe du partenariat entre le club et la marque aux trois bandes. Aux petits soins des joueurs, dont des « pointures », comme Jérémy Toulalan notamment, il les conseille et leur propose les équipements les plus adaptés.

Porté par des modèles

En médaillon, Stéphan Lemarchand et Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique lyonnais.

il a désormais déchaussé ses crampons, Stephan Lemarchand est resté dans le « milieu » du foot de haut niveau. Rencontre avec l’un des rares joueurs manchois à avoir évolué en première Division !

S’

Du club de Condé à la D1 Ses premiers pas, il les fait au club de Condé-sur-Vire, auquel il reste fidèle jusqu’à ses 20 ans. Jack Bigard, son premier entraîneur senior, resté un ami de la famille, l’a « vu grandir » et progresser. C’est d’ailleurs lui qui le conseillera au stade Malherbe de Caen : « J’en ai un bon à Condé ! », se souvient-il encore. Stéphan était « un joueur explosif sur le terrain, qui avait une grosse niaque, un excellent dribbleur et un très bon joker qui savait faire la diff’ ». Et la presse locale ne tarit pas non plus d’éloges à l’époque sur le

Stéphan Lemarchand gardien de but au club de Condé-sur-Vire, en 1981 (à droite, son père)

jeune joueur : « Tout le monde sait depuis longtemps qu’il a un talent fou », « ce joueur d’instinct n’a certainement pas fini de séduire » (source Ouest France -1993). Ses bonnes performances conduisent donc la formation caennaise, alors en D1, à le recruter en 1994. « Si devenir pro n’était pas mon souhait numéro un gamin, ça l’est devenu quand j’ai été sûr que le foot m’apporterait quelque chose en retour. J’étais prêt à faire des sacrifices pour, mais je voulais d’abord me consacrer à mes études », confie Stéphan. Il suit en effet parallèlement des études de management du sport. « J’ai eu la chance de jouer contre des grands joueurs comme Zidane, parmi tant d’autres. J’avoue, mes premiers matchs en D1 étaient très impressionnants ! ».

Stéphan est loin d’avoir pris la grosse tête, lui qui se définit comme un joueur « pas spécialement talentueux », mais porté par « l’envie de ne rien lâcher sur le terrain », un caractère qu’il dit tenir de son père. Un « modèle » pour lui, avec qui il allait voir tous les matchs. Parmi les personnes « qui ont beaucoup compté », Stephan n’oublie pas de souligner le rôle de ses entraîneurs de Condé, Jack Bigard et Rodolphe Germain, mais aussi Pascal Théault, son entraîneur à Caen. Avec une modestie presque déroutante, il affirme : « aujourd’hui je passerais inaperçu auprès des jeunes de Condé » … Pas sûr ! En tout cas, c’est avec fierté que le club expose son maillot n°10 de l’époque dans le club-house et que Jack Bigard nous confie encore avec admiration : « Stephan est resté quelqu’un de profondément simple. Son parcours pourrait être pris en exemple »…

Une reconversion réussie Son parcours professionnel l’amène ensuite à rejoindre plusieurs clubs en D2, puis à tenter l'aventure en Angleterre, avant de signer avec le club amateur de Schiltigheim, où il restera cinq saisons. Une expérience dont il retient particulièrement « la bonne ambiance, l’osmose au sein du groupe », mais aussi des moments marquants, comme son troisième quart de finale en Coupe de France. C’est en 2006 qu’il prend sa retraite sportive en mettant un terme à sa carrière, qu’il qualifie avec humilité de « moyenne ».

Stéphan Lemarchand de retour à Condé-sur-Vire en compagnie de Jack Bigard

19 Manche Mag’ n° 24 - Septembre 2011


E É R T N E R DÈS LA

à e s r e pen d n a m m o c ton

pour

os 10 eur

c’est

100

euros isirs o l s n o i t c de rédu ur les jeunes offerts po ans de 11 à 15 S

LOISIR

CINé re cultu rt o p s n tra

en savoir +

t-jeune.manche.fr

+ mo yna ©D

11 20

Manche mag numéro 24  

magazine conseil général de la manche

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you