Page 1


Le Conseil général d’Indre-et- Loire en bref EDITO Dès le mois de mars 2008, la nouvelle majorité du Conseil général s’est mise au travail afin d’affronter les conséquences d’une gestion passée « a minima » : émiettement des crédits, fort endettement, absence de cohérence départementale. L’une des priorités a donc consisté à réorienter les actions et à redéployer les fonds de façon plus adaptée, en faisant preuve de sincérité budgétaire et de rigueur. Malgré la chute vertigineuse des transactions immobilières qui amputera en 2009 les finances départementales de plus de 11 millions d’euros, la méthode appliquée nous a ainsi permis de réaliser des économies importantes – près de 15 millions d’euros chaque année, sur un budget 2008 de 538 millions et un budget 2009 de 564 millions d'euros sans pour autant renoncer à mettre en œuvre nos orientations nouvelles. Dans le cadre de la construction de notre premier budget, nous avons cependant été confrontés, comme dans tous les départements, aux nouvelles obligations liées à la législation, aussi bien en terme d’évolution de nos compétences, notamment dans le secteur social (réforme des tutelles, mise en place du RSA à partir du 1er juillet selon des modalités non encore arrêtées…), qu’en terme de transferts de nouvelles compétences consécutifs à l’acte II de la décentralisation (intégration d’agents DDE et TOS…). En effet, pour ne prendre que l’action sociale, les dépenses départementales nouvelles qui s’élèvent à près de 15 millions d’euros en Indre-et-Loire ne sont compensées qu’à hauteur de 3 millions d’euros par l’État qui en est pourtant à l’origine. Au final, nous avons été contraints d’augmenter de 12 points la part départementale des impôts, afin de pallier la démission de l’État, tout en assumant pleinement nos missions de service public de proximité. Bien que le niveau de la fiscalité en Indre-et-Loire demeure l’un des plus bas en France aujourd’hui, nous demandons au gouvernement une vaste réforme de la fiscalité locale, profondément injuste.

01

CHIFFRES ET BUDGET 2009 INDRE-ET-LOIRE

Cependant, dans un contexte économique et social particulièrement difficile, il est de notre devoir, plus encore que jamais, de nous donner les moyens de faire vivre les solidarités, en redistribuant les richesses départementales conformément à l’exigence de justice, dans un souci de progrès social. Les politiques de solidarités sociales, qui constituent notre cœur de métier car elles sont la compétence principale des départements, représentent en 2009 près de 42 % de notre budget global. Nous accentuons ainsi nettement nos efforts dans ce domaine car nous voulons pouvoir jouer totalement notre rôle central d’amortisseur social afin de limiter les effets néfastes de la crise. De plus, au moment où le chômage augmente de façon inquiétante, la mise en œuvre de notre politique sociale induit près de 5 000 emplois, en plus de ceux des agents du Conseil général. Toutes ces personnes, travaillant dans les maisons de retraite, dans les foyers d’accueil de personnes handicapées, œuvrant au quotidien en direction des personnes défavorisées, dans le domaine du logement social, en faveur de la réinsertion des personnes en situation de précarité, auprès des familles en difficulté, rendent des services essentiels à la population et participent aussi pleinement à la vie de notre économie sur l’ensemble du territoire départemental. Notre objectif est bien à la fois de contribuer à ce que les Tourangeaux puissent mieux vivre ensemble dans tout le département, sans nier la diversité des cantons ni l’identité de chacun de nos territoires, et de concourir au développement de l’Indre-et-Loire y compris d’un point de vue économique. Nous réaliserons donc cette année un haut niveau d’investissements car nous ne voulons pas abandonner à d’autres échelons de décision des secteurs d’intervention qui nous semblent stratégiques pour l’avenir du département. Cela nous a paru important par exemple en matière de tourisme, puisque nos richesses patrimoniales et naturelles sont encore insuffisamment exploitées. Ainsi, grâce aux actions inscrites au budget 2009, nous pourrons rendre aux Tourangelles et aux Tourangeaux le niveau de services répondant à leurs attentes légitimes dans une société moderne. Claude ROIRON Présidente du Conseil général d’Indre-et-Loire CHIFFRES ET BUDGET 2009 INDRE-ET-LOIRE

02


ATOUTJEUNES 37 Une nouvelle bourse pour la formation des 18/25 ans

60x180-signet.indd 1

11/03/09 10:56:24


Repères, chiffres clefs et palma rès... La Touraine et vous > > > > > > >

595 100 habitants (au 1er janvier 2009) 25 000 étudiants en Grandes Ecoles et à l’Université 2 300 chercheurs 33 600 entreprises (au 1er janvier 2006) Taux d’activité de la population : 74,5 % (France 73,1 %) Taux de chômage au 4e trimestre 2008 : 6,9 % (France : 7,8 %) 231 000 emplois en 2006 dont 72 % dans le commerce et les services

La Touraine et son dynamisme > 55 mn pour relier Tours à Paris en TGV > 3 pôles de compétitivité : • Sciences et systèmes de l’énergie électrique (S2E2) • Sciences de la beauté et du bien-être (SBBE) • Elastopôle > 56 collèges publics et 17 collèges privés accueillent 26 036 élèves > 90 km de paysages de Loire inscrits

au patrimoine mondial de l’Unesco > 3 300 km de routes départementales et 330 km de routes nationales gérés par le Conseil général > Près de 2 280 agents + 388 assistants familiaux travaillent pour le Conseil général

La Touraine et ses monuments d'exception Le Conseil général est propriétaire de 9 monuments : > La Cité royale de Loches > Le musée Balzac Château de Saché > > > > > >

La demeure de Ronsard - Prieuré de Saint Cosme Le château de Candé Le Domaine de Richelieu Le musée Rabelais - Maison de la Devinière Musée de l’Hôtel Gouïn (actuellement fermé pour travaux de restauration) La Forteresse royale de Chinon (en chantier jusqu’en 2010 pour que le monument retrouve sa silhouette initiale)

Le Musée de la préhistoire du Grand-Pressigny Le site ouvrira à nouveau ses portes au public le 20 septembre 2009. Un bâtiment ultra contemporain permettra de valoriser une collection d’objets préhistoriques unique au monde. Les caves du château réaménagées proposeront un étonnant parcours de découverte dédié à une industrie qui faisait la renommée de la Touraine à l’âge de pierre : la taille des grandes lames de silex.

La Touraine et son tourisme > 2 800 000 visiteurs dans les sites de Touraine > 4 millions de touristes par an concernant 7 200 emplois > Plus de 800 millions d’euros annuels

dépensés par les touristes > Un flux de 85 000 passagers à l’aéroport

Tours Val de Loire en 2007

13

CHIFFRES ET BUDGET 2009 INDRE-ET-LOIRE

CHIFFRES ET BUDGET 2009 INDRE-ET-LOIRE

14

plaquette_budget  
Advertisement