Page 1

Rapport d’activités

9

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Actionnariat

UNE NOUVELLE ÈRE Le retrait partiel de VINCI, l’arrivée du groupe Ackermans & van Haaren (AvH) en tant qu’actionnaire majoritaire et le contrôle exclusif de DEME par CFE sont les trois faits saillants qui ont modifié en profondeur l’actionnariat. En septembre, AvH et VINCI concluent un accord important qui permet à CFE d’acquérir le contrôle exclusif de DEME. Cet accord prévoit une augmentation de capital à laquelle AvH souscrit en apportant sa participation de 50% dans DEME en contrepartie de l’émission de 12.222.222 nouvelles actions CFE. Simul­tanément, VINCI cède à AvH la moitié de sa participation dans CFE, soit 23,42%. À la suite de ces deux opérations, CFE devient actionnaire unique de DEME tandis qu’AvH prend une participation de 60,39% dans CFE. VINCI, pour sa part, conserve une participation dans CFE de 12,1%. Le 24 décembre 2013, l’accord entre les différents partenaires devient une réalité. AvH apporte sa participation de 50% dans DEME au capital de CFE dans le cadre d’une augmentation de capital d’une valeur de 550.000.000 €. En contrepartie, AvH acquiert 12.222.222 nouvelles actions de CFE et 3.066.440 autres actions de CFE détenues jusque-là par VINCI. Le prix de l’action est fixé à 45 €. Ce montant correspond au prix payé par AvH pour l’acquisition d’actions existantes et

la souscription de nouvelles actions CFE. Il est supérieur à la moyenne pondérée des prix de négociation des actions CFE sur NYSE Euronext Brussels, avant l’annonce de changement d’actionnariat faite au mois de septembre. Ackermans & van Haaren est un groupe diversifié actif dans plusieurs secteurs : • Marine Engineering & Infrastructure • Private Banking • Real Estate, Leisure & Senior Care • Energy & Resources • Development Capital

mettre pleinement à profit les possibilités de synergie avec nos activités de construction et de dragage en Belgique et à l’étranger. Pour poursuivre sa croissance, CFE devra également mettre en place les processus nécessaires pour diriger ses entreprises avec la discipline requise. Je pense que nous sommes au début d’une nouvelle étape de croissance où les actionnaires, de même que le personnel et les clients pourront profiter pleinement des avantages opérationnels et financiers du regroupement des activités sous un même toit.

Son chiffre d’affaires s’est monté en 2013 à 5,7 milliards d’euros. Le groupe se concentre sur un nombre limité de participations stratégiques présentant un potentiel de croissance internationale important. Je suis convaincu que nous créerons de la valeur ajoutée pour toutes les parties concernées, y compris les actionnaires de CFE et d’Ackermans & van Haaren. Ackermans & van Haaren souhaite soutenir CFE en vue du développement rentable de toutes ses activités (tant en ingénierie maritime avec DEME qu’en construction, infrastructures routières et ferroviaires, multitechnique, promotion & gestion immobilières et PPP-Concessions), pour que le groupe puisse résister aux cycles économiques à long terme. En outre, CFE pourra

Luc Bertrand Président du comité exécutif d’AvH

10

RAPPORT ANNUEL 2013


DEME à 100%

Outre les synergies futures à développer entre les activités de génie civil de CFE et les travaux de dragage de DEME, l’acquisi­ tion du contrôle exclusif sur DEME conduit à un renforcement de la structure finan­ cière de CFE : ses fonds propres consolidés ont plus que doublé au cours de l’exercice 2013. Par ailleurs, à partir du premier jan­ vier 2014, CFE consolidera également 100% du compte de résultats de DEME, ce qui se traduira par une augmentation de son chiffre d’affaires, de ses cash flows et de son résultat net. Cette opération a été unanimement saluée par le marché : la hausse signifi­ cative du cours de bourse en est la plus belle illustration.

DEME salue l’entrée d’Ackermans & van Haaren dans l’actionnariat de CFE. Ainsi la stabilité à long terme de l’actionnariat de DEME est assurée. De ce fait, DEME peut suivre résolument son cap actuel dans ses pays et sur ses marchés de niche, souvent en collaboration avec des partenaires locaux ou complémentaires. Par ailleurs, il est possible de développer des synergies ciblées entre DEME et CFE pour certains marchés et activités, tout en gardant de bonnes relations avec VINCI. Les collaborations couronnées de succès ici et à l’étranger entre CFE et DEME pour, par exemple, des tunnels immergés, des terminaux pour conteneurs ou des ouvrages hydrauliques civils et portuaires complexes gagneront de cette façon en importance à l’avenir.

11

Alain Bernard CEO de DEME

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Stratégie CONSOLIDER LES ACQUIS ET FAVORISER LES SYNERGIES Tant CFE stricto sensu que DEME raisonnent sur le moyen terme pour consolider leur position actuelle et rechercher au maximum les synergies entre les différents métiers.

MARCHÉS VISÉS DEME propose un ensemble de services en lien avec les travaux d’approfondisse­ ment et d’entretien maritime et fluvial ainsi qu’avec le remblai hydraulique dans le cadre de travaux d’infrastruc­tures portuaires, industrielles et immobilières. Au cours des années à venir, DEME souhaite consolider sa position dans les pays actuellement ou prochainement visés par l’entreprise, à savoir l’Europe, Singapour, l’Inde, le Qatar, l’Australie et le Nigéria, mais aussi le Brésil et la Russie. Pour ce faire, DEME cherche à coopérer avec des partenaires locaux solides et des entrepreneurs locaux spécialisés afin de pouvoir offrir des solutions complètes dans le domaine ultraspécialisé de l’in­génierie maritime, portuaire et hydraulique. Grâce à sa flotte extrêmement moderne et compétitive, DEME souhaite également être active sur d’autres marchés où le groupe a par le passé adopté la stratégie du ‘hit and run’.

Quant à CFE hors DEME, ses activités de construction resteront pour l’essentiel concentrées au Benelux. Toutefois, le groupe entend confirmer sa bonne position en Europe centrale (Pologne et Hongrie notamment) et en Afrique no­ tamment au Nigéria où les perspectives de croissance sont très fortes. Pour le pôle Multitechnique, c’est essentiellement dans le domaine de l’automatisation que les marchés internationaux seront privi­ légiés. Enfin, la promotion immo­bilière restera concentrée sur trois pays, Belgique, Grand-Duché de Luxembourg et Pologne.

vase et eau). Le groupe continuera à concevoir de nouvelles solutions et du matériel moderne pour, d’une part, la construction de réseaux offshore et, d’autre part, l’entretien, le renouvelle­ ment et la démolition d’installations offshore.

FOURNISSEUR DE SOLUTIONS

DEME s’engage à poursuivre le développe­ ment de son expertise de niche, notam­ ment dans le domaine de l’extrac­tion pétrolière et gazière, des services adaptés aux énergies (renouvelables) offshore, des activités de fondation dans l’eau, de l’extraction des fonds marins (sable, graviers et minéraux) et des services d’amélioration environnementale (sol,

DEME élargira son organisation afin de pouvoir offrir des solutions totales à ses clients. Ces solutions vont du financement à l’ingénierie et la construction clé en main en passant par l’entretien en mer. Des investissements seront réalisés dans les concessions (énergie verte et bleue, activités minières et travaux de dragage nécessaires à l’approfondissement), le financement de projets, les centres de compétences et le matériel pour les activités d’entretien afin de soutenir cette évolution. Cette démarche est particulièrement en phase avec celle réalisée depuis quelques années par le groupe CFE. La création du

12

RAPPORT ANNUEL 2013

DES ACTIVITÉS DREDGING-PLUS


 Eko Atlantic City Nigéria

pôle PPP, il y a trois ans, ainsi que la recherche de solutions globales apportées aux donneurs d’ordres (design & build, financement, maintenance) restent un objectif majeur de ce qui est une des valeurs fondamentales du groupe : la satisfaction du client.

ORGANISATION INTERNE

Automatisation industrielle 

Pour pouvoir poursuivre sa croissance, DEME continuera à rationaliser son orga­ nisation interne. Les programmes DRIVE et LESS IS MORE déjà mis en place seront poursuivis dans le but de maîtriser et d’optimaliser les coûts. Par ailleurs, le groupe accordera une attention particu­ lière à la gestion des risques, de l’adjudi­ cation jusqu’à la livraison. De même, le suivi financier de tous les ouvrages par­ tout dans le monde sera réalisé chaque mois et non plus chaque trimestre. Les efforts sur l’organisation interne ont été entamés en 2013 pour les sociétés du groupe CFE. Ainsi le Steering Committee a été considérablement réduit permet­ tant plus de souplesse et de simplification dans la prise des décisions. Au niveau local, lorsqu’il existe des structures de trop petite taille, l’organisation sera revue pour réduire les frais généraux et donner plus de cohérence à la démarche commer­ ciale. Ainsi dans le pôle Multitechnique, dès 2013, les sociétés Ariadne, VMA West et Vanderhoydoncks ont été placées sous l’autorité de l’administrateur délégué de VMA. De la même façon, l’activité de CFE EcoTech a été rattachée à celle de Nizet Entreprise.

SÉCURITÉ, QUALITÉ, ENVIRONNEMENT ET CONFORMITÉ CFE et DEME continueront à faire tout leur possible pour respecter les exigences les plus strictes en matière de sécurité (no incident policy), de qualité, d’envi­ ronnement et de conformité, et ce dans tous les pays où le groupe est actif. La consolidation des acquis concerne également la qualité d’exécution des travaux. La grande majorité des clients se félicite de la façon dont les chantiers se sont déroulés, ainsi que du résultat obtenu. Soignons cette réputation dont CFE et DEME peuvent être fières.

Renaud Bentégeat Administrateur délégué

13

RAPPORT D’ACTIVITÉS


14

RAPPORT ANNUEL 2013


Conseil d’administration De gauche à droite : John-Eric Bertrand Administrateur Christian Labeyrie Administrateur Membre du comité d’audit Piet Dejonghe Administrateur Membre du comité d’audit à partir du 22 janvier 2014 Jan Suykens Administrateur Luc Bertrand Administrateur Membre du comité des nominations et des rémunérations à partir du 22 janvier 2014 Alain Bernard Administrateur Renaud Bentégeat Administrateur délégué Philippe Delaunois SA C.G.O., représentée par Monsieur Philippe Delaunois Président du conseil d’administration Philippe Delusinne Administrateur indépendant Membre du comité d’audit Ciska Servais SPRL Ciska Servais, représentée par Madame Ciska Servais Administrateur indépendant Présidente du comité des nominations et des rémunérations Koen Janssen Administrateur Alfred Bouckaert SA Consuco, représentée par Monsieur Alfred Bouckaert Administrateur indépendant Membre du comité d’audit à partir du 22 janvier 2014 Membre du comité des nominations et des rémunérations Jan Steyaert Administrateur indépendant Président du comité d’audit

15

RAPPORT D’ACTIVITÉS


International Finance Center CFE

DRAGAGE ET ENVIRONNEMENT

PROMOTION IMMOBILIERE & CONCESSIONS Promotion & Gestion Immobilières

Solutions de dragage Polska

*

*

Solutions dredging-plus PPP-Concessions 45%

45%

Participations InfraSea H G O Solutions

18%

20%

25%

19%

50% Parking Turnhout

100% Hôtel de Police Charleroi

Concessions

Seules les principales entités sont reprises ici. * succursales

15/01/2014

16

RAPPORT ANNUEL 2013


Organigramme opérationnel CONTRACTING

Construction Benelux

Multitechnique International

*

*

CFE Bâtiment Brabant Wallonie

49%

50%

*

Rail & Routes

17

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Les faits marquants de 2013

Janvier DEME lance sur le marché belge, avec un excellent succès, un retail bond de 200 millions d’euros à 6 ans rémunéré à 4,14%. La confiance des investisseurs privés belges dans la société est une nouvelle fois démontrée.

Février CLi acquiert 33,3% de PEF KONS Investment pour le redéveloppement de la Galerie Kons, située face à la gare de Luxembourg-ville.

Mars CFE obtient, en association, le contrat de construction pour l’extension de l’université de Toukra II au Tchad. MBG débute les travaux de construction pour une nouvelle école passive à Londerzeel, une école faisant partie du PPP initié par la Communauté flamande : Scholen van Morgen. Livraison du projet résidentiel de haut standing ‘Bataves 1521’ à proximité du Cinquantenaire à Bruxelles par Amart pour le promoteur BPI.

18

RAPPORT ANNUEL 2013


Avril GEOSEA, filiale de DEME, obtient deux contrats significatifs pour l’installation de fondations éoliennes : Westermost Rough au Royaume-Uni et Borkum Riffgrund 1 en Allemagne.

Mai Inauguration officielle du deuxième Coentunnel à Amsterdam par la ministre néerlandaise de l’Infrastructure et de l’Environnement, Melanie Schultz van Haegen. BPC et Amart obtiennent le contrat de construction pour le projet mixte (commerces, logements et bureaux) Toison d’Or à Bruxelles. Livraison du premier immeuble de bureaux ‘zéro énergie’ pour Elia à Bruxelles. Ce projet a été réalisé par CFE Brabant pour la construction et par les sociétés Brantegem et VMA pour le pôle Multitechnique.

Juin CFE cède l’entièreté de sa participation dans Sogesmaint-CB Richard Ellis SA à CBRE tout en conservant certains contrats qui seront exécutés par une nouvelle société Sogesmaint. CFE acquiert également l’intégralité des titres de Sogesmaint-CBRE au Grand-Duché de Luxembourg.

19

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Les faits marquants de 2013

Juillet DEME décroche de nouveaux marchés liés à des projets énergétiques qui seront mis en oeuvre pour le compte de sociétés pétrolières et gazières ainsi que des entreprises actives dans le domaine des énergies renouvelables.

Août CFE crée un nouveau Steering Committee composé de l’administrateur délégué, du directeur financier et administratif, du directeur des ressources humaines et de cinq directeurs opérationnels. Ce comité exécutif restreint a pour vocation l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise.

Septembre Ackermans & van Haaren SA et VINCI SA ont conclu un accord portant sur un nouveau projet industriel pour CFE devant permettre à CFE d’acquérir le contrôle exclusif de DEME.

20

RAPPORT ANNUEL 2013


Novembre Dredging International Asia Pacific Pte Ltd (DIAP, la filiale de DEME pour la région de l’Asie du Sud-Est) obtient, en association, un contrat Design & Build pour le remblais de 148 ha dans le cadre de l’extension de l’île Jurong Island pour le compte du plus grand propriétaire industriel du gouvernement de Singapour. BPI ouvre un siège à Anvers pour renforcer sa présence et sa visibilité sur le marché en Flandre.

Décembre Ackermans & van Haaren annonce l’acquisition effective d’une participation de 60,39% dans CFE. GeoSea, le spécialiste en construction offshore, remporte d’importants contrats d’énergie éolienne offshore pour l’extension du parc éolien offshore Kentish Flats de Vattenfall (U.K.) et pour les parcs éoliens offshore Gode Wind en Allemagne.

21

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Le groupe CFE dans le monde

22

RAPPORT ANNUEL 2013


CFE

23

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Chiffres clés Après une belle carrière de presque 40 ans, Jacques Ninanne, directeur financier du groupe CFE, a pris en début d’année sa retraite bien méritée. Selon lui, deux grandes ressources sont nécessaires dans une société : d’abord les hommes et ensuite l’argent. La mission du directeur financier est de faire en sorte que l’allocation des moyens financiers soit optimale et que ces moyens soient suffisants et disponibles à temps. Cette mission, qui requiert une très bonne compréhension de la société, énormément de proactivité, de lucidité et sang-froid, s’applique au niveau de la gestion financière proprement dite, de la maîtrise des risques de nature financière, de la comptabilité, du contrôle de gestion, de l’information financière de toutes les parties prenantes, tant au sein du groupe qu’à l’extérieur, et enfin, au niveau fiscal. Une fonction capitale que Jacques Ninanne a toujours exercé avec beaucoup de professionnalisme et de dévouement. Le management team et les collaborateurs du groupe CFE le remercient pour toutes ces années et lui souhaitent une excellente et paisible retraite.

Répartition des activités du groupe 1%

1%

19%

31% 1% 2%

CHIFFRE D’AFFAIRES 31/12/2013 DEME À 50%

CHIFFRE D’AFFAIRES 31/12/2013 DEME À 100%

5% 56%

1% 4% 7%

Construction

72% Promotion & Gestion Immobilières

24

Multitechnique

Rail & Routes

Dragage

PPP-Concessions

RAPPORT ANNUEL 2013


DONNÉES ÉTAT CONSOLIDÉ DU RÉSULTAT GLOBAL EN MIO EUR

REMARQUE IMPORTANTE 

IFRS 2009

2010

2011

2012 *

2013

1.602,6

1.774,4

1.793,8

1.898,3

2.267,3

Résultat opérationnel (EBIT) 1

88,6

99,1

84,9

81,2

67,2

Résultat avant impôts 1

76,8

85,2

69,2

52,5

21,4

Résultat net part du groupe 1

61,7

63,3

59,1

49,4

7,9

Résultat net part du groupe 2

61,7

63,3

59,1

49,4

-81,2

Marge brute d’autofinance­ ment 3

174,0

195,0

171,5

184,4

190,2

EBITDA 4

184,2

197,3

181,6

199,1

213,2

Capitaux propres part du groupe (avant répartition)

413,3

466,1

501,7

524,6

1.193,2

Chiffre d’affaires

Le 24 décembre 2013, CFE a acquis le contrôle exclusif sur DEME. Par conséquent, les données consolidées relatives au compte d’exploitation et aux cash flows ne prennent en compte que 50% de l’activité de DEME. Par contre, les données relatives au bilan consolidé au 31 décembre 2013 intègrent les comptes de DEME à 100%. Il en va de même pour le carnet de commandes au 31 décembre 2013.

* Montants retraités conformément au changement de méthode comptable lié à l’application de l’IAS 19 amendé. 1 Avant écritures spécifiques propres à l’augmentation de capital et au traitement du goodwill issu de l’intégration de 50% des titres de DEME au 24 décembre 2013, objets de l’apport et de l’augmentation de capital. 2 Après écritures spécifiques propres à l’augmentation de capital et au traitement du goodwill issu de l’intégration de 50% des titres de DEME. 3 Marge brute d’autofinancement: voir tableau consolidé du flux de trésorerie à la page 165 du rapport financier consolidé 4 EBITDA : EBIT + amortissements + autres éléments non cash (sous le référentiel IFRS)

DONNÉES ÉTAT CONSOLIDÉ DE LA SITUATION FINANCIÈRE EN MIO EUR IFRS 2009

2010

2011*

2012 *

2013

Capitaux propres

423,8

475,5

506,8

530,8

1.203,1 (DEME à 100%)

Endettement financier net

152,3

248,0

350,8

400,0

781,4 (DEME à 100%)

Investissements en immobilisations incorporelles et corporelles

190,2

223,3

217,6

205,9

71,0

82,1

98,3

100,6

119,6

126,0

Dotations aux amortissements

* Montants retraités conformément au changement de méthode comptable lié à l’application de l’IAS 19 amendé. CROISSANCE ANNUELLE IFRS 2009

2010

2011

2012 *

2013

-7,3%

10,7%

1,1%

5,8%

19,4%

EBIT 1

-19,8%

8,4%

-14,2%

-4,4%

-17,2%

Résultat net part du groupe de l’exercice 1

-11,7%

2,5%

-6,7%

-16,4%

-83,9%

Chiffre d’affaires

* Montants retraités conformément au changement de méthode comptable lié à l’application de l’IAS 19 amendé. 1 Avant écritures spécifiques propres à l’augmentation de capital et au traitement du goodwill issu de l’intégration de 50% des titres de DEME, objets de l’apport et de l’augmentation de capital.

25

RAPPORT D’ACTIVITÉS


5000 4500

4000 Données par métier 3500 3000

3317

2500

EVOLUTION DU CARNET DE COMMANDES 1202 DEME 100%

2000 1500

1061

1000 500 0

109 9

128 17

76 113 8

845

826

983

(€m)

2009

2010

EVOLUTION DU CARNET DE COMMANDES 4500

1659

968

964

2011

66 166 14

66 166 14

964

964

2012 pro forma

2012 14

2012 PRO FORMA

3049

5000

166

4000 5000 3500

80 153 29

4500 3000 4000 2500

1077

3500 2013 2000 3000 1500

(€m)

1500 0 1000

(€m)

0

1077

2500

2009

2000 1750

4

1500

3

3

900

883

149 20

92 150 26

1000 141 27

750 500

743

250 3049 2009

12

968

109 9

128 17

76 113 8

845

826

983 1202

1061

968

2010 128

109 9 845

2009

2011

17

76 113 8

826

983

2010

66 166 14 1659 964

3049 80 153 29

964

1077

2012

2011

66 166 14

66 2012 166 pro forma14

964

964

2013

1077

2012 pro forma

2012

80 153 29

2013

708

2010

958

153

2500 2250

80

99 156 35

656

645

2011

EVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES 1266

29

2013

701

1250

(€m)

1061

4

2250

0

3317 66 166 14

1659

500

3317

3049

1202

2500 1000 2000 500

66

3317

2012

2000 2500 1750 2250 1500 2000 1250

4 96 170 22

3

711

900

883

3

3

149 20 900

92 150 883 26

99 156 958 35

656 92 150 26

645 99 156 35

1266 4

701

1750 2013 1000 1500 750

4 141 27

1250 500 1000 250

743

708

141 27

149 20

(€m)

750 0 500

701

2009

(€m)

2010 743

250 0

12

3 4

2009

EVOLUTION DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL

2011 708

2010

958 12

2012 656

2011

96 1266 170 22 711 96 170 22

2013 711

645

2012

2013

LA RÉPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR PAYS (en milliers d’euros)

130 110 90

3,7

70

86,5

72,8

50 30

6 7,4 11,5 -1,9

10 -10

6,3 7,2 10,2 -3,7

67,6

69,1

4,6 4,7 9,4 3,2 -2,2

5,7 1,8 10,4 -2,5

(€m)

2009

2010

2011

2012

105,1

90 4,5 130 3,8 70-23,7 110 50-10,3 90 -1,4 30 201370 10 50 -10 30 -30 10 -50 -10 (€m)

Construction Promotion et Gestion Immobilières

Amériques 3% Belgique 44%

130 110

-30 -50

Afrique 8%

Océanie 16%

3,7 86,5

72,8

67,6

2013

Autres

6Asie 7,43% 72,8 11,5 -1,9

2009

6 7,4 11,5 -1,9

Total consolidé:

6,3 86,5 7,2 10,2 -3,7

6,3 7,2 Moyen10,2 Orient-3,7

2010 5%

105,1

69,1 3,7

2011

4,6 4,72.267.257 5,7 1,8 9,4 67,6 69,1 10,4 3,2 -2,2 -2,5

105,1 4,5 3,8

4,6 4,7 9,4 3,2 -2,2

-10,3 -1,4 4,5 3,8

-23,7

5,7 1,8 10,4

2012

-2,5

2013

-30

Multitechnique

-50

Rail & Routes

(€m)

Dragage & Environnement PPP-Concessions

26

-23,7 -10,3 -1,4

2009

2010

Autres Europe

2011 21%

RAPPORT ANNUEL 2013

2012

2013


Ratios IFRS 2009

2010

2011

2012 *

2013 **

5,7%

5,6%

4,7%

4,3%

3,0%

EBIT/ marge brute d’autofinancement

54,4%

50,7%

49,5%

44,1%

35,0%

EBITDA/ chiffre d’affaires

11,5%

11,1%

10,1%

10,5%

9,4%

Résultat net part du groupe/ capitaux propres part du groupe

14,9%

13,6%

11,8%

9,2%

0,7%

3,9%

3,6%

3,3%

2,6%

0,3%

EBIT/ chiffre d’affaires

Résultat net part du groupe/ chiffre d’affaires

* Montants retraités conformément au changement de méthode comptable lié à l’application de l’IAS 19 amendé. ** Avant écritures spécifiques propres à l’augmentation de capital et au traitement du goodwill issu de l’intégration de 50% des titres de DEME, objets de l’apport et de l’augmentation de capital

Données en EUR par action 2009

2010

2011

2012 *

2013 **

13.092.260

13.092.260

13.092.260

13.092.260

25.314.482

Résultat opérationnel

6,77

7,57

6,49

6,22

N/A **

Marge brute d’autofinancement

13,3

14,89

13,10

14,10

N/A **

Résultat net part du groupe

4,17

4,83

4,51

3,75

N/A **

Dividende brut

1,2

1,25

1,15

1,15

1,15

Dividende net

0,9

0,9375

0,8625

0,8625

0,8625

31,6

35,6

38,3

40,07

47,1

Nombre d’actions au 31/12

Capitaux propres du groupe

* Montants retraités conformément au changement de méthode comptable lié à l’application de l’IAS 19 amendé. ** Montant non relevant suite au changement de périmètre et aux écritures propres à l’augmentation de capital et au traitement du goodwill

La bourse 2009

2010

2011

2012

2013

Cours extrême minimum

EUR

16,00

32,10

35,03

36,25

41,00

Cours extrême maximum

EUR

42,00

54,84

59,78

49,49

66,64

Cours de clôture de l’exercice

EUR

35,50

53,71

37,99

43,84

64,76

nombre titres

24.035

17.412

15.219

11.672

14.628

Mio EUR

464,78

703,19

497,4

573,96

1.639,4

Volume moyen par jour

Capitalisation boursière au 31/12

27

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Evolution comparée du cours CFE et de l’indice Bel20

POUR L’ANNÉE 2013

DEPUIS CINQ ANS

CFE

Bel20

100

5000

90

4500

80

4000

70

3500

60

3000

50

2500

40

2000

30

1500

20

1000

10

500

0

0 31/12 2012

31/12 2013

CFE

Bel20

CFE 100

5000

Bel 20

90

4500

80

4000

70

3500

60

3000

50

2500

40

2000

30

1500

20

1000

10

500

0 31/12 2008

31/12 2009

31/12 2010

28

31/12 2011

31/12 2012

RAPPORT ANNUEL 2013

31/12 2013


Quelques informations concernant l’action et l’exercice des droits Au 31 décembre 2013, le capital de CFE était représenté par 25.314.482 actions. Les actions de la société sont, depuis le 1er janvier 2014, toutes nominatives ou dématérialisées.

Le 1er janvier 2014, les actions au porteur de la société qui n’avaient pas encore été inscrites en compte-titres au 31 décembre 2013 ont été converties de plein droit en actions dématérialisées et placées auprès d’Euroclear sur un compte-titres spécifique au nom de CFE. Il s’agit de 21.080 actions qui représentent 0,08% du capital social de la société. Conformément à la réglementation en vigueur, toutes les anciennes actions au porteur, dématérialisées de plein droit depuis le 1er janvier 2014, dont le proprié­ taire ne se sera pas manifesté au plus tard le 31 décembre 2014, seront vendues par CFE dans le cadre d’une vente publique forcée qui sera organisée dans le courant de l’année 2015. La propriété d’une action donne droit à une voix à l’assemblée générale de CFE et emporte de plein droit adhésion aux statuts de CFE et aux décisions de l’assemblée générale de CFE. L’exercice de tout droit attaché aux actions au porteur, qui ont été dématéria­ lisées de plein droit au 1er janvier 2014,

est suspendu jusqu’à ce qu’une personne, ayant pu valablement établir sa qualité de titulaire, demande et obtienne que les actions soient inscrites à son nom sur un compte-titres ou dans le registre des actions nominatives de la société. Le registre des actions nominatives est tenu sous forme papier et sous forme électronique. Le registre papier est conservé au siège social de CFE. La gestion du registre électronique a été confiée à Euroclear Belgium (CIK SA). Euroclear Belgium a été désigné comme organisme de liquidation. La société n’a pas émis d’obligations convertibles ou de warrants. La Banque Degroof a été désignée comme ‘Main Paying Agent’. Les institutions financières auprès desquelles les titulaires d’instruments financiers peuvent exercer leurs droits financiers sont : Banque Degroof, BNP Paribas Fortis et ING Belgique.

29

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Déclaration de transparence et contrôle de la société

Le 24 décembre 2013, CFE a reçu une notification des sociétés VINCI SA, VINCI Construction SAS, Stichting Administratiekantoor ‘Het Torentje’ et Ackermans & van Haaren NV, conformément aux dispositions de la Loi du 2 mai 2007 et de l’Arrêté Royal du 14 février 2008.

MOTIF DE LA NOTIFICATION Le 24 décembre 2013, Ackermans & van Haaren NV a apporté l’entièreté des actions qu’elle détenait dans DEME NV à Compagnie d’Entreprises CFE SA en échange de l’attribution de 12.222.222 actions nouvellement émises de Compagnie d’Entreprises CFE SA. Le 24 décembre 2013, Ackermans & van Haaren NV a par ailleurs acquis 3.066.440 actions dans Compagnie d’Entreprises CFE SA auprès de VINCI Construction SAS. A la suite de ces transactions, Ackermans & van Haaren NV détient 15.288.662 actions dans Compagnie d’Entreprises CFE SA et VINCI Construction SAS détient 3.066.460 actions dans Compagnie d’Entreprises CFE SA. Ackermans & van Haaren NV, VINCI SA et VINCI Construction SAS ont conclu, le 19 septembre 2013, un accord par le biais duquel elles sont réputées agir de concert aux fins de l’article 3, §.1, 13° a) et c), de la Loi du 2 mai 2007 relative à la publicité des participations importantes dans des émetteurs dont les actions sont admises à la négociation sur un marché réglementé et portant des dispositions diverses. La déclaration de transparence a donc été faite pour les motifs suivants (i) acquisition ou cession de titres conférant le droit de vote et (ii) franchissement du seuil par des personnes agissant de concert.

30

PERSONNES AYANT EFFECTUÉ LA NOTIFICATION VINCI SA, société anonyme de droit français, ayant son siège social sis 1 Cours Ferdinand-de-Lesseps à 92500 Rueil-Malmaison (France) ; VINCI Construction SAS, société par actions simplifiée de droit français, ayant son siège social sis 1 Cours Ferdinand-de-Lesseps à 92500 RueilMalmaison (France) ; Stichting Administratiekantoor ‘Het Torentje’, administratiekantoor de droit néerlandais, ayant son siège social sis 82, Vrieseweg à 3311 NX Dordrecht, Pays-Bas ; Ackermans & van Haaren NV, société anonyme de droit belge, ayant son siège social sis 113, Begijnenvest à 2000 Antwerpen. Date de dépassement du seuil 24 décembre 2013 Seuil franchi (Ackermans & van Haaren NV, Stichting Administratiekantoor ‘Het Torentje’, VINCI Construction SAS et VINCI SA ensemble) 70%

RAPPORT ANNUEL 2013


DÉTAILS DE LA NOTIFICATION DROITS DE VOTE Notifications précédentes

Après la transaction

# droits de vote

# droits de vote

% droits de vote

Attachés à des titres

Non liés à des titres

Attachés à des titres

Non liés à des titres

0

0

0

0,00%

0,00%

VINCI Construction SAS

6.132.900

3.066.460

0

12,11%

0,00%

Sous-total

6.132.900

3.066.460

Stichting Administratie­ kantoor ‘Het Torentje’

0

0

0

0,00%

0,00%

Ackermans & van Haaren NV

0

15.288.662

0

60,39%

0,00%

Détenteurs de droits de vote VINCI SA

Sous-total

12,11%

15.288.662 TOTAL

CHAÎNES DES ENTREPRISES CONTRÔLÉES PAR L’INTERMÉDIAIRE DESQUELLES LE CONTRÔLE EST EFFECTIVEMENT DÉTENU

18.355.122

60,39% 0

72,51%

0,00%

CHAÎNE DE CONTRÔLE DE VINCI CONSTRUCTION SAS

VINCI SA (Société cotée à la Bourse de Paris (CAC 40))

CHAÎNE DE CONTRÔLE DE ACKERMANS & VAN HAAREN NV

100% VINCI CONSTRUCTION SAS

Stichting Administratiekantoor ‘Het Torentje’

12,11%

CONTRÔLE

2,59% Belfimas NV 91,35% Scaldis Invest NV 33% Ackermans & van Haaren NV 60,39%

31

Note: VINCI SA est une société anonyme française cotée à la Bourse de Paris. Etant donné la dispersion de son actionnariat, personne n’exerce un contrôle sur VINCI SA

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Un groupe social et responsable

32

RAPPORT ANNUEL 2013


33

RAPPORT D’ACTIVITÉS


DE LA PAROLE AUX ACTES « Continuité et renforcement ». Gabriel Marijsse, Directeur des ressources humaines du groupe CFE, résume sans l’ombre d’une hésitation l’activité des ‘Ressources Humaines’ de l’année écou­ lée. « Que ce soit en termes d’effectifs, de formations ou de sensibilisation, 2013 s’inscrit dans la lignée de l’année précédente et marque la volonté du groupe de mettre l’accent sur ses valeurs fondamentales ».

LES EFFECTIFS : CONFIRMATION DES TENDANCES Les chiffres concernant les effectifs au sein du groupe reflètent les tendances observées l’année précédente.

Pour les effectifs des pôles Construction, Multitechnique et Rail & Routes (hormis les activités internationales en construc­ tion), l’année 2013 a été marquée par un tassement généralisé du nombre d’ou­ vriers. Par ailleurs, les effectifs employés en 2013 ont connu une augmentation si­ gnificative par l’engagement de nouveaux collaborateurs à l’international. Cela s’est particulièrement marqué dans les pôles Construction et Multitechnique, et plus particulièrement au Nigéria, en Pologne, en Roumanie et en Tunisie. Les effectifs du pôle Rail & Routes sont demeurés sta­ tionnaires tandis que ceux du pôle Promotion et Gestion Immo­bilières ont légèrement fléchi suite à la cession de la société Sogesmaint-CBRE, non compen­ sée par la création de Sogesmaint SA.

34

Le pôle Dragage a connu une augmenta­ tion sensible de ses effectifs qui est en adéquation avec l’extension du volume des activités.

LA FORMATION, AU CŒUR DE NOS PRÉOCCUPATIONS 2013 a été l’occasion pour le département des Ressources Humaines d’organiser plusieurs formations en ligne avec les besoins des collaborateurs, des clients et du marché. Développées en interne et dispensées en collaboration avec des experts dans les matières concernées, ces formations ont permis à de nombreux membres du personnel d’améliorer leur bagage pour mieux anticiper l’avenir.

RAPPORT ANNUEL 2013


Tunnel ferroviaire Liefkenshoek - Anvers 

Valdemarsvik Suède 

UN CHIFFRE

formation la plus interactive possible, elle est organisée chaque fois sur un chantier où le chef de projets transmet son know-how aux participants.

Formation sur l’impact des médias sociaux Facebook et Twitter font désormais partie de la vie quotidienne. Comment concilier ces outils numériques avec la réalité pro­ fessionnelle ? Quelles sont les limites à ne pas franchir ? Lors de plusieurs séances, sous forme d’ateliers au carre­ four Travaux auxquelles ont participé 600 collaborateurs du groupe CFE, le sujet a été approfondi et les enjeux importants que représentent les réseaux sociaux ont été traités.

497

*

C’est le nombre de personnes qui ont rejoint le groupe en 2013. Ce chiffre correspond au remplacement des départs naturels et au développement des activités internationales. Par ailleurs, CFE a particulièrement veillé à engager du personnel local, originaire des régions où se trouvent les chantiers. * y compris Dragage à 100%

Gérer la sécurité

QUATRE FORMATIONS ONT MARQUÉ L’ANNÉE ÉCOULÉE : Formation pour jeunes et futurs chefs de projets Destinée au pôle Construction, cette formation entièrement mise à jour se déroule durant 18 mois à raison d’un jour de formation par mois. 36 jeunes collaborateurs néerlandophones et fran­ cophones (18 + 18) du groupe CFE y abordent de nombreux sujets pratiques prodigués par un ancien directeur de travaux. Parmi les thèmes abordés : le leadership d’équipe, le planning et l’exécution des travaux, les négociations avec les fournisseurs, le processus de devis, le matériel de coffrage, les aspects juridiques et contractuels, les nouvelles technologies, etc. Afin de rendre cette

Les collaborateurs viennent chez CFE pour gagner leur vie, pas pour la perdre ! C’est pourquoi la formation débute par un film dans lequel les membres de la direction rappellent cette priorité, une des valeurs fondamentales du groupe. Lancée au milieu de l’année 2013 et programmée jusqu’en 2014, cette forma­ tion aborde un sujet capital sous un angle particulier : celui du comportement et celui de l’attitude de la ligne hiérar­ chique. Elle souligne l’importance de partager un état d’esprit tourné en per­ manence vers le ‘zéro accident’, quelle que soit la fonction occupée au sein du groupe.

tionnels et personnel chargé du recrute­ ment de nouveaux collaborateurs. L’accent y est mis sur les dangers de la discrimination (directe et indirecte) et la mise en évidence de l’expérience et des compétences. La clé du succès de notre activité repose sur les membres de notre personnel. Recruter les bonnes personnes est donc un facteur indispensable pour continuer sur une vague positive.

DES FORMATIONS SPÉCIFIQUES POUR DEME

Formation suivie par de nombreuses personnes : membres de la direction, directeurs de travaux, managers opéra­

Les clients demandent des solutions de plus en plus intégrées. Pour y répondre, DEME doit être créative, intuitive et poly­ valente. C’est sur base de ce constat que DEME a élaboré différents modules de formations.

35

RAPPORT D’ACTIVITÉS

Techniques d’interview


36

RAPPORT ANNUEL 2013


Objectif : amener et maintenir à un haut niveau d’exigence tous les collaborateurs de l’entreprise. Les modalités pratiques ont été particulièrement étudiées pour que chacun puisse intégrer les forma­ tions dans son planning. DEME a actualisé les formations Sécurité destinées au personnel à bord. Les règles maritimes internationales évoluent et DEME doit coller aux réalités. C’est pourquoi DEME a développé en 2013

de nouveaux modules de formations dans le cadre des projets offshore (certi­ fiées OPITO). Les formations STCW (Standards of Training, Certification and Watchkeeping for Seafarers) devront quant à elles être adaptées dans le courant de 2014. 2013 a également été l’occasion d’accentuer la formation sur simulateurs. À Lambersart (nord de la France) ou à Zeebruges, les équipes ont pu adopter

les bons réflexes dans des conditions très proches de la réalité. Autre initiative : un package de forma­ tions standardisées donné aux cadres de l’entreprise. Il comprend une panoplie de formations de plus en plus individuali­ sées. Au fil de son parcours dans le groupe, le collaborateur se forge un acquis sur mesure. Il peut même suivre des forma­ tions extérieures.

Indicateurs sociaux COLLABORATEURS PAR PÔLE Groupe & Concessions

Con­s­truction

Multitechnique

Rail & Routes

Immo

DEME à Total CFE 100% (DEME 50%)

Total

2009

79

2.299

977

0

84

3.668

5.273

0

2010

82

2.212

943

0

75

3.824

5.224

0

2011

84

2.305

1.232

0

70

4.080

5.731

0

2012

88

1.955

1.036

588

66

4.080

5.773

0

2013

91

2.213

867

725

44

4.370

0

8.310

COLLABORATEURS PAR STATUT 2013

Ouvriers

Employés

Total

2

89

91

1.286

927

2.213

Multitechnique

523

344

867

Rail & Routes

555

170

725

Immo

0

44

44

DEME

2.136

2.234

4.370

Total CFE *

4.502

3.808

8.310

Groupe & Concessions Construction

* DEME à 100% COLLABORATEURS PAR TYPE DE CONTRAT Contrat à durée indéterminée

Contrat à durée déterminée

Travail & études

Total

2009

4.909

361

3

5.273

2010

4.829

389

6

5.224

2011

5.297

427

7

5.731

2012

5.313

452

8

5.773

2013

7.194

1.108

8

8.310

Northwind Mer du Nord 

37

RAPPORT D’ACTIVITÉS


PassionnĂŠs par ce que nous faisons

38

RAPPORT ANNUEL 2013


Indicateurs sociaux PYRAMIDE DES ÂGES 2009

2010

2011

2012

2013

< 25

487

438

482

410

617

26-30

761

767

814

811

1.332

31-35

722

719

803

832

1.287

36-40

767

735

786

762

1.154

41-45

777

752

821

834

1.158

46-50

616

663

754

785

1.082

51-55

585

577

632

630

849

56-60

422

437

472

534

581

> 60

136

136

167

175

250

2009

2010

2011

2012

2013

<1

586

788

807

975

1.690

1-5

2.225

1.936

2.110

1.981

2.719

6-10

896

870

1.002

1.029

1.573

11-15

483

556

665

675

954

16-20

441

406

404

354

465

21-25

253

289

352

387

479

> 25

389

379

391

372

430

ANCIENNETÉ

HOMMES / FEMMES Employés

Employées

Ouvriers

Ouvrières

2009

1.708

532

3.008

25

2010

1.761

549

2.898

16

2011

1.910

599

3.200

22

2012

1.976

635

3.133

29

2013

4.188

886

3.179

57

Tunnel ferroviaire Delft 

39

RAPPORT D’ACTIVITÉS


FORMATION En nombre d’heures par nature de formation

Total 2012

Total 2013

Hommes

Femmes

Techniques

34.441

50.070

45.969

4.101

Hygiène et sécurité

42.432

73.416

69.276

4.140

Environnement

1.323

1.829

1.373

456

Management

5.931

7.028

6.070

958

Informatique

4.353

8.139

6.677

1.462

Adm/Compt./Gest./Jur.

3.474

8.104

5.873

2.231

Langues

3.148

2.821

2.118

703

Diversité

44

16

0

16

5.527

6.788

5.124

1.664

100.673

158.211

142.480

15.731

Autres Total

ABSENTÉISME 2009

2010

2011

2012

2013

49.675

62.108

60.260

73.136

60.021

7.585

7.923

7.594

6.300

7.233

340

611

667

386

250

0

0

0

0

0

1.239.392

1.398.377

1.513.669

1.627.676

2.427.242

4,65%

5,05%

4,53%

4,90%

2,78%

Nombre de jours d’absence pour maladie Nombre de jours d’absence pour acc. travail Nombre de jours d’absence pour acc. trajet Nombre de jours d’absence pour maladie professionnelle Nombre de jours prestés Taux d’absentéisme

NOS DIFFÉRENCES NOUS RASSEMBLENT Chez CFE comme chez DEME, le respect de la diversité et de la multiculturalité s’applique au quotidien. Le groupe en­ courage la mixité parmi les équipes, qu’il s’agisse d’équilibre hommes-femmes ou de brassage entre nationa­lités. Comme le rappelle la charte des valeurs, chacun bénéficie des mêmes chances en termes de recrutement, de promotion et de rémunération. C’est pour cette raison que CFE a conti­ nué en 2013 sa collaboration avec Actiris et élaboré un plan de consolidation. Cette sensibilisation accrue à la diversité s’est traduite par plusieurs initiatives en 2013 : • Lors d’engagements de personnel ou de transferts internes, une attention accrue est portée sur l’expérience et

les compétences plutôt que sur les diplômes. • Ce sujet est abordé et discuté sur le site internet du groupe CFE. Il bénéficie même d’une rubrique spécifique dans le magazine CFE Flash. • Les services Achats et les secrétariats sont encouragés à confier certaines tâches (catering, échanges de corres­ pondance, entretien des espaces verts, etc.) à des fournisseurs actifs dans l’économie sociale, tels que les ateliers protégés.

Une politique volontariste des ressources humaines mise en place au niveau du recrutement, de la formation et de la pro­ motion interne vise à augmenter à tous les échelons de l’entreprise la diversité hommes/femmes et permettra d’y parvenir.

CRÉER LES SOLUTIONS POUR BÂTIR LE FUTUR

Pour renforcer la présence féminine dans le groupe parmi les métiers opérationnels, les équipes de recrutement sollicitent particulièrement les jeunes diplômées lors des opérations ‘Campus recruitment’. Comme chaque année, ces journées de contact ont été organisées en février, mars et avril 2013 dans les universités et écoles supérieures du pays.

Lors de la Convention tenue à Luxembourg en 2012, un think tank regroupant les forces vives du groupe s’était penché sur l’ADN du groupe. La réflexion s’est poursuivie et affinée en 2013, débouchant sur une nouvelle identité, une nouvelle vision et de nouvelles valeurs. Celles-ci ont été communiquées en interne à travers différents supports de communication. Une charte reprenant les valeurs a également été réalisée et distribuée à tous les nouveaux collaborateurs.

40

RAPPORT ANNUEL 2013


comportement adapté représente en effet la meilleure manière d’éviter une catastrophe. Pour cela, CFE a organisé en 2013 une formation sur le thème de la gestion de la sécurité. Cette formation, qui est donnée par des spécialistes externes, est basée essen­ tiellement sur le comportement et l’exemplarité en termes de sécurité de la ligne hiérarchique. Fin 2014, 770 collabo­ rateurs opérationnels, du directeur au conducteur, auront suivi cette formation. En plus, comme en 2012, différentes sociétés du groupe (Aannemingen Van Wellen, ENGEMA, VMA,...) ont organisé une journée de la sécurité pour leurs collaborateurs sur des aspects spécifiques de la sécurité.

Sécurité d’abord

8 valeurs qui font la différence et auxquelles chaque collaborateur est sensibilisé dès son engagement et à tout niveau d’action : • • • • • • • •

Sécurité d’abord Créer durablement du profit Passionnés par ce que nous faisons Respectueux de nos engagements Ensemble nous sommes plus forts Fiers de nos réalisations Attentifs à la diversité Ouverts, transparents et intègres

La sécurité est une préoccupation essen­ tielle du groupe. Aussi bien les travail­ leurs que les riverains doivent être à l’abri d’un éventuel accident. CFE peut d’ailleurs se réjouir des chiffres 2013 : le nombre d’accidents a sensiblement diminué. Cependant, un accident repré­ sente toujours un accident de trop. Cette année, l’accent a été mis sur l’état d’esprit à avoir vis-à-vis des mesures de sécurité. Au-delà des moyens techniques de pro­ tection individuelle et collective, un

La sécurité est la priorité absolue de DEME, au même titre que les autres entités du groupe CFE. Les résultats obtenus en 2013 sont réjouissants. Les taux de fréquence et de gravité n’ont jamais été aussi bas. Malgré une augmentation significative de situations potentiellement dangereuses depuis plusieurs années, le nombre d’inci­ dents a chuté de plus de 50% en deux ans ! Plusieurs facteurs ont sans conteste contribué à ces bons résultats. Une nou­ velle plateforme d’analyse de risques a été mise en service. Le logiciel IMPACT  — une référence en la matière — a été optimalisé afin de répondre aux risques spécifiques liés à l’activité du groupe.

41

RAPPORT D’ACTIVITÉS

Vers le ‘zéro accident’


Taux de fréquence

Taux de gravité

PÔLE CONSTRUCTION 2,0

35

1,7

30 1,5

25 20

19,0

19,8

1,4

1,4 1,2

19,9 17,2

1,0

1,0

15 10

6,7

0,5

5 0

0 2009

2010

2011

2012

2009

2013

2010

2011

2012

2013

0,8

0,8

2012

2013

PÔLE MULTITECHNIQUE 2,0

35 30

1,5

25 20 15

16,6 14,5 11,0

13,1

12,6

10

1,0 0,7

0,5

0,3

5 0

0,6

0 2009

2010

2011

2012

2009

2013

2010

2011

PÔLE RAIL & ROUTES 39,4

40,0 34,4

35

1,9

2,0

30 25

1,5

1,5

22,6

1,6

20,6

20

1,0

15 10

1,1

1,0

0,5

5 0

0 2009

2010

2011

2012

2009

2013

2010

2011

2012

2013

PÔLE DRAGAGE ET ENVIRONNEMENT 2,0

35 30

1,5

25 20

1,0

15 10 5

0,5

5,8 3,9

3,6

2,0

0,1

1,1

0

0,2

0,1

0 2009

2010

2011

2012

42

2013

2009

2010

2011

RAPPORT ANNUEL 2013

0,04

2012

0,1

2013


Les risques écologiques et l’impact éven­ tuel sur la population locale, par exemple, font désormais partie des critères d’ana­ lyse. Le 27 novembre, pour la 3ème année consécutive, le DEME Safety Moment Day a mobilisé l’ensemble des collaborateurs de toutes les régions du monde. Le thème de cette édition portait sur la manipulation des engins. Plusieurs supports de com­ munication (courrier, affiches, vidéos, etc.) ont encadré la journée et renforcé la prise de conscience.

Climat & Environnement Plusieurs sociétés du groupe ont obtenu la certification VCA ou OHSAS 18001 pour leur système de gestion de la sécurité en 2013. Parmi ces entreprises, citons BAGECI, BENELMAT, BPC, CFE Brabant, CFE EcoTech, CFE Nederland, CLE. Les autres sociétés qui avaient déjà cette certification l’ont vue renouvelée ou élargie.

43

Au niveau International, CFE Polska a ob­ tenu les certifications Qualité, Sécurité et Environnement ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001. Ces mêmes certificats de CFE International ont été élargis en début d’année pour l’entité CFE Sri Lanka. Aux Pays-Bas, DEME a activement participé au programme CO2 Performance Ladder initié par le gouvernement. Ce faisant, l’entreprise se positionne comme partenaire crédible des autorités en matière de marchés publics. Elle a obtenu le niveau 3 de la certification Lloyds Register Quality Assurance et met en place les mesures pour obtenir le niveau 5 (le plus élevé). Par ailleurs, CFE Nederland a déjà obtenu en 2012 le niveau le plus élevé de certification environnementale ProRail. Après un audit de suivi en 2013, ce même certificat de niveau 5 a été renouvelé.

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Le développement durable Bien plus qu’un slogan

Garantir le plus faible impact environnemental pour chacun de nos projets, chantiers ou réalisations, c’est ce qui nous mobilise au quotidien. Aujourd’hui, 99% des offres publiques exigent des bâtiments passifs. Face à cette donne incontournable, pas question de rester…passif !

DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES RECONNUES ET CERTIFIÉES À côté de la réglementation obligatoire PEB (Performance Énergétique des Bâtiments) et du logiciel PHPP (Passive House Planning Package), une méthode d’évaluation environnementale des bâti­ ments s’est particulièrement répandue en 2013 : la certification BREEAM (Builiding Research Establishment Environmental Assessment Method). D’origine britannique, elle évalue non seulement les aspects énergétiques, mais aussi des critères comme la gestion du chantier et des déchets, le confort des occupants, la pollution, la mobilité, l’inno­ vation ou encore les impacts écologiques.

44

Cette approche intégrée des aspects envi­ ronnementaux vaut à cette certification une grande crédibilité auprès des clients. De nombreuses entreprises du groupe CFE sollicitent donc l’aide du départe­ ment développement durable pour obte­ nir la certification BREEAM dans le cadre de leurs projets. Afin de sensibiliser un maximum de filiales, le département a organisé durant l’année écoulée une for­ mation dédiée à cette certification.

RAPPORT ANNUEL 2013


BREEAM, CELA FONCTIONNE COMMENT ?

 Hôtel de Police Charleroi Onyx Berchem 

Pollution 10%

Innovation extra 10%

Impact écologique 10%

Management 12% Santé & Bien-être 15%

CRITÈRES BREEAM Énergie 19%

Déchets 7,5% Matériaux 12,5%

LES INNOVATIONS GAGNANTES Tous les deux ans, le groupe CFE mobilise ses troupes et ses méninges dans le cadre des Prix de l’Innovation VINCI. Lors de l’édition 2013, pas moins de 2.075 projets en provenance du monde entier ont été déposés. Orientés technologie, sécurité, développement durable ou conditions de travail, les projets ont d’abord été soumis à un jury régional. Versées dans la région ’Europe du nord’, les équipes n’ont pas démérité : parmi les 99 projets proposés, 11 ont été primés lors de la finale régio­ nale. Les gagnants à ce stade ont ensuite pu défendre leur idée lors de la grande finale organisée le 21 novembre à Paris.

Eau 6%

Transport 8%

LE REPORTING NOUVEAU EST ARRIVÉ Comme de coutume ces dernières an­ nées, le département développement durable dresse, dès le retour des vacances d’été, l’inventaire des consommations du groupe et la liste des efforts entrepris pour réduire l’empreinte environnemen­ tale. Ce reporting prend en considération plusieurs éléments essentiels : • La consommation d’énergie et d’eau • La gestion des déchets • Les certifications environnementales • Les formations/sensibilisations du personnel à l’environnement • Les incidents environnementaux

45

Plusieurs critères pondérés sont examinés lors de la conception ou après la construction du bâtiment. Cette analyse débouche sur un certain nombre de crédits. Plus ce nombre est élevé, meilleure est la certification. Les différents niveaux de certification sont : Unclassified Pass Good Very Good Excellent Outstanding

La méthode consiste à relever avec préci­ sion les consommations de chaque socié­ té du groupe, vérifier et globaliser les résultats, comparer ceux-ci aux perfor­ mances du secteur, et prendre des mesures destinées à réduire l’impact environnemental. Avant d’être publié, l’état des lieux est porté à la connaissance du comité de direction et des responsables de chaque filiale. Ceux-ci décident des suites concrètes à donner au reporting, en totale autonomie.

RAPPORT D’ACTIVITÉS


LAURÉAT INNOVATION EUROPE DU NORD

UNE MACHINE QUI NE MANQUE PAS D’APPÉTIT Une équipe de DEME a mis au point un dragueur équipé d’une énorme mâchoire pour éviter que de grosses roches n’obstruent le système d’aspiration et n’entraînent l’arrêt de la pompe. Résultat : moins d’interruptions techniques et plus de rentabilité.

QUELQUES RÉFÉRENCES D’ÉTUDES MARQUANTES • rénovation du dépôt de la STIB à Haren • tour Victor, quartier du Midi à Bruxelles • siège administratif d’Elia à Bruxelles • différentes écoles passives à Bruxelles : Les Trèfles, Van Oost, Les Capucins • ensemble de 55 logements passifs à Forest • Silver Tower à Bruxelles

NOUVELLES NORMES : À SUIVRE ! Autre chantier important en 2013 : le suivi des normes régionales liées aux permis de bâtir et de construire. En matière d’isolation et d’étanchéité, par exemple, les exigences wallonnes, flamandes et bruxelloises ont évolué. Le département développement durable a donc multiplié les contacts avec les institutions et partagé ses nouvelles connaissances en interne, lors de diffé­ rentes formations.

DRIVE CHEZ DEME DRIVE est un outil de management qui s’inspire de la méthode Lean Six Sigma. Il vise à : • accroître les performances des sociétés du groupe • mieux répondre à leurs objectifs stratégiques • améliorer la satisfaction client Pour ce faire, DRIVE encourage les me­ sures qui renforcent la productivité tant sur le terrain qu’au niveau administratif. Les initiatives qui diminuent les coûts sont un autre pilier de l’approche DRIVE. En 2013, 98 % de tous les projets entre­ pris par DEME ont suivi l’approche DRIVE. Au cours du processus, les points de pro­ cédure à améliorer sont identifiés, des objectifs sont fixés et des réunions de suivi ont régulièrement lieu. L’ensemble du personnel est impliqué. Plusieurs pro­ jets concrets ont été lancés en vue de ré­ duire la consommation de carburant. Ils ont tous permis d’atteindre les objectifs ambitieux fixés par l’entreprise en matière de réduction d’émissions de CO2.

46

DRIVE permet également de brasser des idées nouvelles et inédites. L’innovation, en effet, bouscule les habitudes et contri­ bue fortement à l’amélioration des per­ formances. Un comité de sélection ana­ lyse les propositions et sélectionne les plus prometteuses. Au final, 6 d’entre elles ont été mises en application en 2013. L’approche DRIVE porte aussi ses fruits sur le plan financier. Au-delà des efforts réalisés au niveau du carburant, la ratio­ nalisation de certains services entre so­ ciétés a permis de substantielles écono­ mies d’échelle, au même titre que l’optimisation des termes et conditions vis-à-vis des fournisseurs ou du contrôle accru de la gestion des stocks. Notons les très bonnes performances de DEME Charterparties Desk, dont l’acti­ vité de location de matériel maritime s’élargira en 2014.

RAPPORT ANNUEL 2013


Gaz naturel

Diesel

Electricité

Emission CO2 par chiffre d’affaires

kWh

litre

kWh

g eq CO2 /EUR *

2009

7.682.173

4.393.545

12.783.440

17,70

2010

9.555.497

4.168.104

10.458.566

18,70

2011

9.625.822

4.704.162

16.420.395

21,10

2012

9.485.044

4.998.281

16.911.124

21,52

2013

13.382.495

5.977.731

14.966.052

21,14

kWh

litre

kWh

g eq CO2 /EUR *

2009

863.764

715.128

787.238

20,00

2010

983.324

762.674

853.267

24,30

2011

918.981

732.096

892.022

18,90

2012

1.020.345

663.032

1.142.812

16,50

2013

1.744.446

1.554.399

1.120.527

19,53

kWh

litre

kWh

g eq CO2 /EUR *

2009

1.994.922

1.271.985

1.301.341

72,20

2010

3.252.631

1.319.122

882.421

85,40

2011

3.044.951

1.328.247

963.576

76,90

2012

2.527.684

1.453.714

1.012.235

76,60

2013

2.463.279

1.181.137

1.214.082

88,04

kWh

litre

kWh

g eq CO2 /EUR *

2009

1.050.898

35.690

1.303.246

31,44

2010

568.431

89.012

90.747

12,15

2011

344.878

130.572

246.797

30,02

2012

839.454

26.036

64.017

24,50

2013

2.193.929

26.587

758.619

28,23

kWh

litre

kWh

g eq CO2 /EUR *

2009

0

9.370.741

5.853.492

758,55

2010

0

6.491.221

4.060.095

481,19

2011

0

1.069.320

4.213.356

476,30

2012

235.808

1.427.815

4.653.842

506,80

2013

228.701

1.851.902

2.407.726

479,37

PÔLE CONSTRUCTION

PÔLE MULTITECHNIQUE

PÔLE RAIL & ROUTES

PÔLE PROMOTION ET GESTION IMMOBILIÈRES

PÔLE DRAGAGE ET ENVIRONNEMENT

47

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Travaux de dragage - Santa Marta (Colombie)

48

RAPPORT ANNUEL 2013


PÔLE DRAGAGE & ENVIRONNEMENT

49

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Management team De gauche à droite :

Eric Tancré Area Director North Europe Lucas Bols General Manager Tideway Hugo Bouvy General Manager Tideway Martin Ockier Area Director Benelux Philip Hermans Area Director North America, Oceania, Asia General Manager Dredging International Dirk Poppe Area Director Middle, Eastern Europe and Russia Alain Bernard Chief Executive Officer

50

RAPPORT ANNUEL 2013


Pierre Potvliege Area Director Indian Subcontinent Theo Van De Kerckhove Chief Operating Officer Els Verbraecken Chief Financial Officer Tom Lenaerts Chief Legal Officer Harry Mommens Human Resources Manager Luc Vandenbulcke Deputy Chief Operating Officer and Managing Director GeoSea Pierre Catteau Area Director Mediterranean, South and Middle Americas Lieven Durt Area Director Africa Bernard Paquot Area Director Middle East

51

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Dragage

Sur tous les fronts

L’activité du groupe DEME s’est intensifiée en 2013, que ce soit au Benelux ou ailleurs dans le monde. Malgré une concurrence accrue et une conjoncture en berne sur certains marchés, de nombreux projets ont vu le jour.

AU BENELUX 2013, année fructueuse ! Tout au long de l’année, DEME a pu démontrer l’éventail de ses compétences. Le département R&D a été fortement sollicité, ce qui a permis la mise en application de nouvelles techno­ logies. Ce fut notamment le cas lors de tra­ vaux de dragage et de maintenance dans l’Escaut, les chenaux d’accès aux écluses d’Anvers ainsi qu’à la côte belge et dans les ports de plaisance d’Ostende, Zeebruges et Blankenberge. Dans le cadre de leurs travaux dans les ports de plaisance, Dredging International (DI) et Baggerwerken Decloedt ont réalisé des travaux supplémentaires dans le port de pêche de Zeebruges : dragage de boues contaminées et traitement des matériaux de dragage. Le canal Gand-Terneuzen a subi des interventions similaires, le trai­ tement des matériaux de dragage pollués ayant été réalisé par DEME Environmental Contractors (DEC). À Anvers, DI a poursuivi ses travaux au terminal North Sea. Dans le port d’Anvers, DI et DEC ont poursuivi avec succès l’exploitation d’AMORAS, la grande installation de déshydratation mécanique de matériaux de dragage, en vertu d’un contrat de quinze ans. À Kruibeke, la construction de digues autour de l’une des plus grandes zones d’inondation contrôlée en Europe a été finalisée, tandis que la construction de la digue Sigma

sur l’Escaut a été poursuivie, y compris la construction du ’Prosperpolder’. DI a par ailleurs entamé ou finalisé la construction de plusieurs digues en diffé­ rents endroits, et terminé d’ériger le parc éolien C-Power sur le Thornton Bank. Aux Pays-Bas, les entreprises de Vries & van de Wiel et Dredging International Pays-Bas continuent la poldérisation du Botlek Tank Terminal à Rotterdam. Trois importants contrats ont également été conclus : 10 sites de réensablement le long de la côte, l’approfondissement et l’élargissement du canal Juliana et le pro­ jet Waterdunen. Ce dernier projet com­ prend le renforcement de la protection actuelle du littoral, la création de 40 ha de nouvelles dunes et de 250 ha de zone naturelle accessible soumise à la marée (vasières et marais salants) et de zone naturelle récréative.

Enfin, SIDRA a collaboré avec DEC à une opération de dragage d’urgence à Pescara, impliquant l’imperméabilisation d’une zone de poldérisation ainsi que le traitement de sols pollués. Dans le nord de l’Afrique, DI a pris part au remplissage de caissons dans le port de Tanger au Maroc. DI a aussi réalisé des travaux de dragage de maintenance dans le port de Skikda en Algérie.

EN MÉDITERRANÉE Malgré le contexte économique difficile et les défis politiques, DEME a réussi à maintenir une présence régulière dans la région méditerranéenne. En Italie, Societa Italiana di Dragagi (SIDRA) a été engagée pour différents projets mari­ times dans les ports de Cagliari, Trapani, Molfetta, Taranto et Livorno. En 2013, SIDRA a finalisé le dragage de 1.000.000 m³ de roches dans le port de Civitavecchia à l’aide de la nouvelle drague Ambiorix.

52

 Travaux de dragage Koksijde

RAPPORT ANNUEL 2013


53

RAPPORT D’ACTIVITÉS


DEUX MOTS

VLAAMSE BAAIEN

D’UNE ÉTROITE BANDE CÔTIÈRE BÉTONNÉE VERS UNE LARGE BANDE LITTORALE DOUCE

Le climat change et le niveau de la mer monte. Le littoral flamand et l’arrière-pays sont par conséquent menacés par la mer. Il est nécessaire d’entreprendre des démarches maintenant afin de garantir la sécurité de la Belgique. En n’envisageant pas ces mesures séparément et à court terme, mais en les considérant en relation avec d’autres problèmes au littoral, il devient possible d’obtenir une plus-value, et le problème de la sécurité se transforme en une opportunité pour un littoral amélioré et plus beau. Le coup d’envoi des travaux d’une des premières phases de cet important projet a été donné en octobre à Ostende. Il concerne le réensablement des plages de Middelkerke, Knokke-Heist et Ostende et couvrent l’horizon 2014.

54

RAPPORT ANNUEL 2013


 Drague Congo River London Gateway (UK)

EN EUROPE DU NORD L’activité du groupe en Allemagne et en France est restée soutenue, partagée entre poursuite d’opérations classiques et démarrage de nouveaux projets. En Allemagne, NORDSEE a réalisé des opérations classiques de dragage de maintenance de rivière sur le Rhin, l’Elbe et à proximité de la raffinerie de Wilhelmshaven, tout en renforçant sa po­ sition de leader sur le marché du dragage par injection d’eau. En France, Société de Dragage International (SDI) a démontré son expertise en travaux de dragage de maintenance à Bayonne, à Gravelines et sur ​​la Gironde. Dans le cadre d’une coentreprise avec la filiale DEC, un contrat a été remporté pour le dragage, le traitement par déshydratation de sédi­ ments pour le Grand Port Maritime de Dunkerque. Une première campagne de dragage a eu lieu en octobre. SDI a aussi

55

remporté un contrat de dragage pour la seconde phase d’approfondissement de la Seine qui débutera au cours du premier semestre de 2014. En dépit de travaux réalisés à l’entière satisfaction des clients à Tallinn et Palanga, les tentatives d’implantation dans les pays baltes, en Finlande et en Pologne, demeurent délicates. En 2013, c’est sur le marché britan­ nique que DEME s’est montrée la plus active. Outre le programme de réensable­ ment des plages de Lincshore, c’est surtout le projet London Gateway qui a mobilisé les équipes. DEME a terminé tous les travaux du projet London Gateway et a dès lors vécu la transition d’un des plus grands sites de construc­ tion au Royaume-Uni et en Europe, à un gigantesque port opérationnel de pointe. Le défi était de taille : clôturer les travaux de ce gigantesque port pour permettre aux premiers navires d’accoster en no­ vembre … le défi a été relevé avec succès !

RAPPORT D’ACTIVITÉS


UN NOM

UILENSPIEGEL EN ASIE De nombreux nouveaux projets ont eu lieu en 2013, en particulier en Asie du Sud-Est. L’ensemble de la zone a toutefois subi une forte concurrence. Pour y faire face, Dredging International Asia Pacific (DIAP) a renforcé sa stratégie de partenariat. Une opération couronnée de succès, comme en atteste l’important projet Jurong Island Westward Extension à Singapour, décroché fin d’année. Ce projet qui sera réalisé au cours des cinq prochaines années en trois phases principales souligne la contribution qu’apportera DIAP à la création de nou­ velles terres pour le développement de Singapour, un processus qui a commencé déjà à la fin du siècle dernier.

A Singapour, la période de garantie pour le projet Jurong Island Phase 4 et Tuas View B Project a pris fin le 30 novembre 2013, avec un résultat positif pour DIAP. Les travaux, en sous-traitance, de compactage du sol pour les phases 3 & 4 du terminal à conte­ neurs Pasir Panjang progressent bien, avec des résultats positifs pour DIAP. Au-delà de la frontière en Malaisie, Dredging International Asia Pacific a mené à bien la clôture du projet PMU à Tg Bin. La période de garantie du projet PMIP à Tg Bin a pris fin et le projet est terminé. De même, le projet d’approvisionne­ ment en sable de Manjung a été mené à bien en avril 2013. Au Vietnam, le projet de dragage du canal Dong Thap financé par la Banque mondiale devrait être finalisé au début de 2014.

56

Avec son nom de héros, la drague à élinde traînante réalise des prouesses dans le chenal de navigation Soai Rap au Vietnam. La seconde phase des travaux a débuté en avril 2013.

EN OCÉANIE 2013 a vu l’activité du groupe DEME s’in­ tensifier fortement dans cette partie du monde. À l’heure actuelle, pas moins de 650 personnes sont occupées sur diffé­ rents chantiers, majoritairement en Australie. Deux d’entre eux ont marqué l’année :

RAPPORT ANNUEL 2013


 Wheatstone Australie

la qualité de l’eau, qui font partie de notre responsabilité, en étroite collaboration avec le promo­teur et les autorités compétentes, ont jusqu’ici été un succès en raison de la gestion et des contrôles adaptatifs mis en œuvre pour ce projet. Les premières échéances critiques pour assurer l’accès aux Material Offloading Facilities (MOF) ont été honorées fin 2013, permettant au client de commencer le transport maritime des matériaux de construction et des modules lourds selon le planning.

En 2013, la politique à long terme de DEME en Afrique subsaharienne a permis d’étendre les activités dans cette partie du monde de plus en plus concurrentielle, difficile, mais en expansion rapide. Cette année, DEME a été impliquée dans un nombre significatif de projets nécessitant une vaste palette de techniques pour divers clients dans les secteurs public et privé tant gazier que pétrolier. Parmi les faits marquants, citons la réussite de la deuxième phase des plus importants travaux de remblai hydraulique jamais réalisés en Afrique : le prestigieux développement du projet EKO Atlantic City à Lagos au Nigéria, où 600 ha de terres ont été remblayées jusqu’à présent, appelé le ‘Manhattan de

l’Afrique’. Les travaux pour deux autres développements industriels attenants sur les sites Sahara et Digisteel ont commencé avec succès. Sous l’égide de Bonny Channel Company, une coentreprise permanente avec les autorités portuaires nationales du Nigéria, le dragage de maintenance annuel, certains services maritimes et l’enlèvement des épaves ont eu lieu sur l’accès au terminal GNL de Bonny et Onne. Onne dispose du plus grand port de services pétroliers au monde, détenu et exploité par INTELS. La drague à désagrégateur ‘Rubens’ de DI a commencé les travaux de la phase IV-b de l’ambitieux programme d’expansion du dépôt d’INTEL. Le contrat pour le dragage et le remblai hydraulique de ce nouveau quai a été signé fin 2013 (3 phases). Au large, à 35 m de profondeur, un pilon brisé de 400 tonnes et de 40 m de long de l’infortunée plate-forme de forage pétrolier Lewak Leader a été récupéré sur le fond de la mer et mis au rebut en sécurité sur terre ferme, impliquant des opérations considérables de renflouement et d’enlèvement d’épaves. A Ada, dans l’est du Ghana, la plage est très affectée par les répercussions du changement climatique et de la montée du niveau de la mer. Un design innovant de construction d’une jetée temporaire a entraîné la création d’une série de 7 pour protéger le tronçon de littoral le plus touché, de 5 km de long. Dans le cadre du programme de protection de l’environnement d’accompagnement, plus de 15.000 tortues ont été sauvées et libérées de leur nourricerie en mer. Une importante extension du contrat a été signée pour la protection d’un tronçon supplémentaire de

57

RAPPORT D’ACTIVITÉS

DEME mène en parallèle des opérations de dragage environnemental à Bige en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour enlever les résidus miniers OTML du bassin hydrographique de la rivière Fly et stocker les résidus de dragage de façon durable. • le développement du bassin occidental GNL à Gladstone Travaux de dragage terminés avant l’échéance prévue ce qui permettait à Chevron de continuer la construction des terminals GNL • le projet de GNL de Wheatstone à Onslow Travaux de dragage considérés comme les plus importants jamais entrepris dans le pays. La construction du projet portuaire ainsi que du chenal d’accès (17 km de long) nécessite le déploiement de plus de 15 unités maritimes dont la drague à désagrégateur ‘Ambiorix’, les dragues à élinde traînante ‘Brabo’ et ‘Breydel’ et les barges ’Sloeber’ et ‘Pagadder’ pendant deux ans. Les efforts soutenus en termes d’environnement et la surveillance de

EN AFRIQUE


Satah Al Razboot Abu Dhabi 

10 km de littoral à l’ouest de la ville d’Ada. A Lomé, au Togo, DI a aussi finalisé l’approfondissement du port et du chenal d’accès pour le nouveau programme d’expansion du terminal à conteneurs de Bolloré. D’autres travaux de dragage de maintenance ont été effectués à Soyo, garantissant ainsi l’accès nautique du nouveau terminal Angola LNG en Angola et répon-

dant au besoin urgent de capacité d’amarrage supplémentaire. En République Démocratique du Congo, une troisième campagne de maintenance a été menée sur le cours inférieur du Congo pour permettre l’accès nautique des armateurs faisant escale aux ports de Boma et de Matadi.

AU MOYEN-ORIENT

58

RAPPORT ANNUEL 2013

Construire deux îles énergétiques artificielles à 120 km des côtes d’Abu Dhabi représente un fameux défi. Middle East Dredging Company (MEDCO), la coentreprise entre DEME, UDC et Qatar Holding, l’a relevé avec succès. Ce projet ambitieux et inédit, qui vient de se terminer, permet le développement du champ pétrolier


GREEN ATTITUDE Le chantier de New Port a justifié le déplacement de coraux, mangroves et zostères marines afin de les protéger de toute répercussion des travaux.

offshore Satah Al Razboot. Outre les travaux d’ingénierie et de conception re­ latifs à la construction de ces îles, l’équipe de projet a géré des activités de construc­ tion multidisciplinaires, dont le dragage et les remblais hydrauliques, l’améliora­ tion de sols par vibro-floatation et le compactage dynamique, la préfabrication de blocs de murs de quai en béton et la construction de mini-ports, la construc­

tion de brise-lames et l’enrochement, la préfabrication et le placement d’accropodes. Autre chantier d’envergure : le dragage et remblayage du The New Port, au sud de Doha, au Qatar. Les tra­ vaux comprenaient la construction de la nouvelle base navale, sur une île artifi­ cielle près de la côte. Les travaux, réalisés pour compte du gouvernement du Qatar,

à travers le New Port Steering Committee incluent le dragage et l’excavation à sec de plus de 40 millions de m³ de maté­ riaux rocheux essentiellement calcaires durs, la construction de deux brise-lames et l’enrochement pour la protection du pourtour de la base navale. Trois dragues à désagrégateur de roches dures et une flotte de plus de 300 excavateurs à sec, bulldozers, dumptracks ont été déployés

59

RAPPORT D’ACTIVITÉS


pour ce projet. Plus de 1.600 personnes collaborent à la réussite de cet immense chantier.

EN AMÉRIQUE LATINE L’activité s’est maintenue tout au long de l’année. Après avoir terminé le chantier d’approfondissement de l’entrée ‘Pacifique’ du canal de Panama, DI a entamé le dragage de 12,5 millions de m3 dans la nouvelle jetée de Santa Marta, en Colombie, pour l’exportation de charbon. L’avancement des travaux se poursuit avec succès et respecte les délais très courts imposés par le cahier de charges. Au Venezuela, DI fait son retour après deux ans d’absence. DI a réalisé des tra­ vaux de dragage et de remblai hydrau­ lique au port de La Guaira. Par ailleurs, TIDEWAY a remporté deux contrats pour la construction de zones d’atterrage (Cardon et Dragon).

EN INDE L’année 2013 a été marquée par divers travaux de maintenance, réalisés tant pour le secteur public que privé par International Seaport Dredging (ISD) en Inde et au Sri Lanka. Au Sri Lanka, les dragues à élinde traînante se sont avérées bien utiles lors d’activités d’extraction de sable en mer et de réensablement de plages.

 Travaux de dragage Santa Marta (Colombie)

60

RAPPORT ANNUEL 2013


61

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Travaux de dragage - Lazaro Cardenas (Mexique)

62

RAPPORT ANNUEL 2013


Respectueux de nos engagements 63

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Dredging-Plus

Activités pour Énergie offshore et pour des sociétés pétrolières - gazières - minières

INGÉNIERIE & CONSTRUCTION TIDEWAY Les navires ‘fall pipe’ D.P. de TIDEWAY ont été très actifs en 2013 dans le domaine de la protection de pipelines et de câbles, ainsi que des travaux de stabilisation pour le compte de grandes entreprises du secteur pétrolier, et gazier et de l’énergie renouvelable. Pétrole & Gaz Pour le projet Total/Laggan Tormor, deux contrats majeurs d’enrochement ont été menés à bien pour le compte de Subsea7 et Allseas. Ces travaux comprenaient la protection du pipeline d’exportation, om­ bilical et ligne de production durant une campagne de deux ans. Les travaux ont été terminés en octobre 2013. Au total, près 3.000.000 tonnes de roches ont été placées au cours d’opérations pré et postplacement à des profondeurs d’eau de 600 mètres. Plusieurs navires ‘fall pipe’ ont été utilisés afin d’accélérer les travaux : les roches ont été transportées de la carrière au moyen de vraquiers et transférées sur le navire ‘fall pipe’ en un endroit abrité à proximité du site.

Dans le cadre des travaux pour le nouveau projet Wheatstone GNL pour Chevron en Australie occidentale, TIDEWAY s’est vu confier les travaux pour niveler le fond marin et installer des mesures de protec­ tion contre l’érosion. Ces travaux seront réalisés au cours du premier semestre 2014. En outre, un contrat également à réali­ ser en 2014 a été attribué par Allseas portant sur les opérations de tirage de tuyaux pour l’atterrage de Wheatstone. Un autre contrat a été accordé pour l’installation d’un lit de fondation (avec une très grande précision), de matériaux de ballast et de protection contre l’affouillement autour de la plate-forme SGS du projet Wheatstone en Australie. Les travaux auront lieu en 2014.

 Installation d’atterrage Venezuela Thorton Bank Mer du Nord 

Énergie Deux projets majeurs d’atterrage ont été confiés à TIDEWAY au Venezuela. Dans le nord-ouest du Venezuela, près de Punto Fijo, TIDEWAY a commencé l’ins­ tallation de l’atterrage pour un pipeline pour Saipem. A cet endroit, Cardon IV dé­ veloppe un champ gazier à 90 kilomètres de la côte. Les travaux comprennent le

dragage d’une tranchée de 6,5 kilomètres en mer et l’installation d’un atterrage. Les travaux sont à finaliser pour début 2014. TIDEWAY a également décroché un contrat pour la compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien. Pour compte de Saipem, TIDEWAY réalise­ ra un atterrage sur le côté nord de la péninsule à l’attention du champ gazier Dragon. Le travail comprend le dragage d’une tranchée, la construction d’une plate-forme de pierre et son ancrage dans une paroi rocheuse. Les travaux seront terminés au printemps 2014. Des travaux de protection ont été réa­ lisés autour des structures mono-pieux du parc éolien offshore Northwind et du parc éolien offshore Gwynt Y Mor. En 2013, TIDEWAY a également commencé la campagne d’installation de la couche filtrante pour le parc éolien offshore Borkum Riffgrund. Sur le parc éolien offshore Northwind, TIDEWAY a installé les 72 câbles d’alimentation de champ intérieur, y compris le creusement de tranchées et l’enfouissement. Aux Pays-Bas, un câble d’alimentation, d’une longueur de 30 km a été installé entre la plage de Scheveningen et la

64

RAPPORT ANNUEL 2013


65

RAPPORT D’ACTIVITÉS


plate-forme offshore Q 13 dans la mer du Nord néerlandaise. Ces travaux ont été effectués pour le compte de Gaz de France.

pièces de transition, y compris injection, a été réalisée avec le navire jack-up ‘Neptune’, et GEOSEA livre le navire pour les travaux effectifs d’installation des turbines.

GEOSEA GEOSEA a enregistré une croissance très significative, tant en termes de chiffre d’affaires que d’emplois. Bénéficiant de la progression continue de l’énergie éolienne offshore et de l’infrastructure offshore liée à l’énergie, GEOSEA a acquis une position de premier plan sur les mar­ chés mondiaux grâce à ses innovations permanentes et son offre de solutions clés en main à ses clients. Énergie renouvelable offshore Le 17 septembre 2013, le premier ministre belge Elio Di Rupo a officiellement inau­ guré le parc éolien offshore C-Power de 325 MW, situé à 30 km au large de la côte belge. Au cours du premier semestre 2013, le navire jack-up ‘Goliath’ de GEOSEA a terminé l’installation des 18 dernières turbines en avance sur le planning. Pour le parc éolien Northwind, GEOSEA agit comme entrepreneur EPCI (Engineering, Procurement, Construction, Installation) et était en charge de la conception, de la fourniture et de l’instal­ lation de 73 mono-pieux et de pièces de transition, y compris les câbles infield. L’installation des 73 mono-pieux et des

 Installation d’un câble d’alimentation Mer du Nord

66

RAPPORT ANNUEL 2013


 Le navire jack-up Innovation - Westermost Rough (UK)

GEOSEA a terminé les travaux sur le parc éolien offshore Baltic 2 situé à environ 32 km au nord de l’île allemande de Rügen, pour compte d’EnBW Erneuerbare Energien GmbH. Par ailleurs, GEOSEA a décroché plu­ sieurs nouveaux contrats dans le secteur du développement européen de l’énergie éolienne offshore. Ainsi, un nouveau contrat au Royaume-Uni a été signé pour le projet Westermost Rough, pour le compte de la société danoise DONG Energy, le plus grand opérateur au mode de parcs éoliens offshore. GEOSEA enfonce 35 larges pieux de fondation dans un parc où la nouvelle turbine Siemens de 6 MW sera installée. DONG Energy a confié un autre contrat pour Borkum Riffgrund 1 en Allemagne, où GEOSEA installera 77 fondations avec protection contre l’affouillement.

À la fin de 2013, GEOSEA a signé un nouveau contrat EPCI pour la conception, la four­ niture et l’installation des fondations de 15 turbines ainsi qu’un autre contrat pour l’installation de ces turbines dans le cadre de l’extension du parc éolien offshore Kentish Flats de Vattenfall, un des plus grands opérateurs de parcs éoliens offshore. En outre, DONG Energy, le plus grand opérateur mondial de parcs éoliens offshore, a décerné un contrat Transport et Installation de fondations pour les parcs éoliens offshore Gode Wind. Les parcs éoliens Gode Wind sont situés dans la baie à 45 km de la côte. Le contrat comprend l’installation des fondations mono-pieux, de même que le transport des fondations du fabricant au port d’Eemshaven. En février 2013, GEOSEA a déployé le navire jack-up

‘Neptune’ pour terminer les opérations de pré-empilage pour Alstom Haliade 150 (6 MW) en enfonçant 4 pieux dans un cluster carré de 20 m par 20 m avec des tolérances très étroites. GEOSEA a égale­ ment réalisé des services d’ingénierie pour Alstom Wind au cours de la prépara­ tion et l’exécution de l’enveloppe en acier et de l’installation des turbines. Mi-2013, GEOSEA a signé un contrat pour installer un mât météorologique de 100 m de haut sur un mono-pieu en mer d’Irlande, au large de Barrow-in-Furness. Ce mât météorologique mesurera le vent, les précipitations et les radiations au large.

67

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Dredging-Plus

TRAVAUX OFFSHORE En ce qui concerne la construction de je­ tées, GEOSEA a poursuivi ses opérations de forage, de battage et d’installation à Hay Point dans l’ouest de l’Australie. Au total cinq plates-formes jack-up, dont le ‘Zeebouwer’ et le ‘Buzzard’, ont été affectées à ce projet complexe et ambitieux, comprenant la construction d’une jetée d’accès de 2 km et d’une jetée d’amarrage pour les livraisons de charbon à coke. L’entrepreneur général est BECHTEL formant avec MACCONNELL-

DOWELL et GEOSEA l’équipe maritime. Le projet, réalisé pour compte de BHPMitsubishi Alliance (BMA), a bien pro­ gressé et commence à prendre sa forme finale, spectaculaire.

ÉTUDE GÉOTECHNIQUE Mi-2013, GEOSEA a réalisé une campagne d’études de sites géotechniques et géo­ physiques pour le projet Round 2 Le Tréport (France) pour le compte d’EDF Energies Nouvelles. Les travaux géophy­ siques ont été effectués depuis un navire

68

d’étude DP1. Les travaux géotechniques ont été réalisés depuis un navire de forage géotechnique DPII à performances élevées et ont été menés sous des condi­ tions environnementales et géotechniques difficiles.

PÉTROLE & GAZ En 2013 GEOSEA s’est vue confier l’étude FEED pour une mini-plate-forme de pro­ duction de gaz pour l’opérateur gazier et pétrolier néerlandais Oranje Nassau Energy (ONE). L’étude FEED comprend la

RAPPORT ANNUEL 2013


UNE INNOVATION

HIGH WIND High Wind est le nom d’un projet révolutionnaire soutenu par GEOSEA et plusieurs partenaires publics et privés. L’idée ? Concevoir des techniques pour que les navires d’installation soient de véritables usines flottantes, pouvant fonctionner malgré les caprices de la météo. Cette technologie représente un gain économique et opérationnel considérable. La conception de base s’est achevée en 2013. Prochaines étapes : l’ingénierie de détail et la réalisation, prévues en 2014.

 Hay Point Australie  Le navire jack-up Neptune

conception d’une plate-forme de produc­ tion de gaz sans personnel par énergie solaire et éolienne ainsi que l’ingénierie du démantèlement de la plate-forme. Cette mini-plate-forme de production de gaz devrait être installée fin 2014 ou dé­ but 2015. La durée de vie de puits de tels petits champs varie de quelques années à 7 ans et le client ONE a insisté sur une solution intelligente permettant la réuti­ lisation de la plate-forme. HGO INFRASEA SOLUTIONS

société détenue à 50/50 par GEOSEA et Hochtief Solutions, a continué à remplir son rôle de concepteur de vaisseaux et de gestionnaire de navires ‘jack-up’ à fort tonnage pour la construction et la main­ tenance de parcs éoliens offshore, comme des parcs éoliens et des plates-formes pour l’industrie pétrolière et gazière. Le puissant navire ‘jack-up’ à fort tonnage ‘Innovation’ a confirmé le profil de DEME en tant que fournisseur de solutions glo­ bales visant le chargement, le transport et l’installation de structures offshore sous forme d’une solution tout-en-un.

Grâce à l’activité de ses navires ‘jack up’ à fort tonnage, HGO InfraSea Solutions,

69

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Dredging-Plus

SCALDIS En qualité d’entrepreneur spécialisé dans le levage d’objets lourds en mer, SCALDIS (Scaldis Salvage & Marine Contractors), dont le groupe DEME détient 55%, se concentre sur le levage d’objets lourds en mer à l’échelle mondiale pour des tra­ vaux de génie civil, des projets pétroliers et gaziers, les énergies renouvelables et ouvrages environnementaux, le déman­ tèlement et le démontage, ainsi que les travaux de renflouement et d’enlèvement d’épaves. En 2013, SCALDIS a été impliquée dans

le levage et l’installation de la sousstation Borkum Riffgrund en Allemagne, l’installation de la sous-station West of Duddon Sand au Royaume-Uni, le levage d’une chaudière et d’un module STG sur un navire FPSO en Allemagne, le trans­ port d’enveloppes pour Nord See Ost en Allemagne, l’installation de la partie su­ périeure du parc éolien offshore Northwind au large de la côte belge et l’installation d’enveloppes pour la plateforme IKA-JZ en Croatie. Ces travaux ont tous été exécutés à l’aide du navire-grue ‘RAMBIZ 3000’ d’une capacité de levage de 3000 tonnes.

Un deuxième navire-grue ‘RAMBIZ 4000’ est en cours de conception et devrait être opérationnel en 2016.

D’importantes opérations de mainte­ nance ont permis à Offshore & Wind Assistance (OWA) de connaître une année 2013 prolifique. Le démarrage du contrat de support de maintenance à long terme des installations du parc éolien offshore

70

RAPPORT ANNUEL 2013

MAINTENANCE PÉTROLIÈRE ET GAZIÈRE, ÉNERGIE OFFSHORE OWA


UNE DISTINCTION

BEST PRACTICE IN PROCESS 2013 Soucieux d’optimiser les ressources éoliennes offshore, FLiDAR NV, une coentreprise OWA et son partenaire 3E ont développé le projet LiDAR, dont la version offshore a été récompensée en mai dernier lors de la remise des Industrie Awards qui s’est tenue à Anvers. Le LiDAR permet de calculer la force et la direction du vent en mer avec grande précision. Sa version flottante, conçue pour résister aux tempêtes, est entièrement autonome en énergie. Le LiDAR flottant permet ainsi aux parcs éoliens offshore d’être plus durables et moins onéreux. Après de longs mois de tests, DONG Energy a commandé la dernière version de l’équipement flottant de mesure du vent de FLiDAR, ce qui offre de belles perspectives commerciales à cet engin innovateur.

 Terranova Solar Gand

C-Power en est la plus parfaite illustra­ tion. Ce contrat porte sur la logistique, les inspections, les contrôles et les répa­ rations du parc.

SERVICES ENVIRONNEMENTAUX ECOTERRES HOLDING Les différentes entreprises (DEC, de Vries & van de Wiel, Ecoterres et ExtractEcoterres) qui forment le groupe environ­ nemental de DEME ont maintenu une ac­ tivité soutenue durant toute l’année 2013.

En Belgique, de gros chantiers ont été entrepris au nord comme au sud : • DEC a signé un contrat pour l’assainis­ sement et la valorisation de six sites contaminés pour le compte de l’ex­ ploitant du réseau de distribution de gaz et d’électricité flamand EANDIS. • DEC a mené à bien la deuxième année d’exploitation de l’installation ’AMORAS’ dans le port d’Anvers. Ce projet de conception, de construction et d’exploitation pour le traitement et le stockage de sédiments dans le port d’Anvers est étalé sur une période de 15 ans.

• gestion de centres de recyclage ‘terres et sédiments’ en plusieurs endroits en Flandre exécutée par DEC et en Wallonie par Ecoterres. • excavation, traitement des terres contaminées et purification des eaux souterraines du site Terranova près de Gand. En fin d’année, l’endroit a fait place à Terranova Solar, l’un des plus importants parcs solaires d’Europe avec 20 hectares de panneaux solaires et une capacité d’injection de 15 MW. Il alimentera plus de 4 000 ménages en électricité verte.

71

RAPPORT D’ACTIVITÉS


72

RAPPORT ANNUEL 2013


À l’étranger, les projets n’ont pas manqué non plus : • au Royaume-Uni, le projet Avenue Coking situé à Chesterfield continue à mobiliser les équipes. Il s’agit du plus grand projet d’érosion d’enrochement bitumeux du pays, dont la fin des tra­ vaux est programmée en 2015. • en Suède, les travaux d’assainisse­ ment dans le fjord Valdemarsvik pour­ suivent leur cours. En 2013, les travaux ont porté notamment sur le dragage environnemental et la stabilisation d’environ 250 000 tonnes de sédi­ ments pollués au chrome. Les travaux d’assainissement devraient être finali­ sés fin 2014. • en Italie, les travaux d’assainissement du sol de Ravenne ont été menés à bonne fin. DEC a également décroché un autre contrat d’assainissement de sédiments à Taranto, à réaliser en 2014. • aux Pays-Bas, de Vries & van de Wiel s’est chargée d’une série de projets d’assainissement des terres et des Northwind Mer du Nord 

sédiments. Mars 2013 a vu le coup d’envoi des activités de dragage au Ringvaart de navigation du polder Haarlemmeer. A Den Helder, le Milieupark Oost ne sert pas seule­ ment au traitement de terres et de matériaux de dragage. Il se préoccupe également du développement de la nature, créant une zone de nidifica­ tion à 5 mètres de hauteur d’une su­ perficie d’environ 20.000 m². En jan­ vier 2010, De Vries & van de Wiel ont commencé le dragage de maintenance des voies de navigation et des ports dans la Waddenzee, un projet qui s’étale sur 48 mois. Comme les boues et le sable dragués sont sains, ils peuvent être déversés dans les zones de dépôt. • en France, Extract-Ecoterres enregistre une nouvelle augmentation de son chiffre d’affaires et demeure le leader dans le domaine du dragage environ­ nemental, du traitement de sédiments pollués et du nettoyage d’installations

Valdemarsvik Suède 

de traitement d’effluents industriels ou urbains. En 2013 encore, ils ont traité les sédiments contaminés du Port de Paris et ont réalisé des projets de trai­ tement du sol et de nappes phréa­ tiques, de dragage environnemental et des opérations d’assainissement de sites à Achères, Narbonne, Besançon, Evry et Montereau. Ils exploitent le centre de recyclage de boues ‘Trasable’ au port de Gennevilliers et un autre centre à Bonneuil-sur-Marne. D’autres travaux de dragage environnemental ont été effectués à Achères, Chelles, Orly et Genève (Suisse). PURAZUR La filiale PURAZUR de DEC s’axe sur le traitement haute technologie d’effluents industriels. L’équipe PURAZUR a réalisé la station de traitement physico-chimique des effluents de SRC Ruisbroek sous forme de projet Design & Build. PURAZUR a poursuivi l’analyse des données process de la station de traite­ ment des effluents sur le site AMORAS à Anvers. Ils ont également exécuté la station de traitement biologique de Verbist à Izegem et le traitement physicochimique pour l’assainissement du fjord Valdemarsvik en Suède.

AGRÉGATS MARINS DBM DEME Building Materials (DBM) s’est forgée une solide réputation en matière d’extraction, traitement et vente d’agré­ gats marins pour le secteur de la construction, provenant de ses conces­ sions maritimes de sable et gravier. En 2013, l’entreprise a conclu plusieurs contrats-cadres longue durée tant en Belgique qu’aux Pays-Bas, Royaume-Uni, en France et en Allemagne. Elle dispose de deux dragues à gravier considérées comme les plus performantes du secteur : le ‘Victor Horta’ et le ‘Charlemagne’. Ces dragues à gravier ont collaboré activement au projet London Gateway. Le projet de dragage a permis de récupérer plusieurs millions de tonnes de granulats et a conféré une valeur ajoutée au secteur de la construction au Royaume-Uni comme sur ​​le continent. Dans le cadre d’un chantier en France, un dispositif de dragage en eaux profondes (60 m) combiné à une conduite d’aspiration prolongée a été appliqué pour la première fois, avec succès.

73

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Thorton Bank Mer du Nord 

OCEANFLORE Fruit d’une collaboration 50/50 entre DEME et IHC Merwede, OceanflORE opti­ mise les solutions d’extraction offshore. Les techniques innovantes qu’elle pro­ pose s’inscrivent dans une perspective de réduction des coûts et de l’impact envi­ ronnemental. Tout au long de l’année, OceanflORE a pu démontrer sa plus-value à travers différents projets : • identification de minéraux et maté­ riaux rares • développement de synergies à propos de l’exploitation de sables ferrugi­ neux, diamants, dépôts de sulfures

massifs, nodules de manganèse et autres minéraux naturels rares • excavation de dépôts, transport vertical, processus de transformation à bord et alimentation électrique

SERVICES POUR TERMINAUX CTOW Combined Marine Terminal Operations Worldwide (CTOW) propose à ses clients une gamme complète de services d’assis­ tance pour l’exploitation de terminaux et services maritimes.

74

CTOW est une société en participation créée avec Herbosch-Kiere et Multraship, spécialisée dans les études préliminaires et les approches intégrées pour rencon­ trer les exigences de ses clients en termes de rentabilité et une approche ‘clés en main’ pour le développement, la gestion et l’exploitation de terminaux et de ports. En 2013, l’entreprise a mené à terme deux importants contrats en Angola et explore de nouvelles opportunités en Afrique et sur d’autres ​​ continents.

RAPPORT ANNUEL 2013


Créer durablement du profit

DEME CONCESSIONS UNE STRUCTURE QUI RÉPOND AUX ATTENTES DU MARCHÉ Pour encore mieux coller aux réalités du secteur et satisfaire ses clients et pros­ pects, DEME a créé au mois d’avril DEME Concessions SA.

DRAGAGE ET REMBLAI HYDRAULIQUE COENTUNNEL COMPANY Coentunnel Company, une filiale conjointe de Dredging International,

CFE et de leurs partenaires, a officielle­ ment inauguré son deuxième ‘Coentunnel’ aux Pays-Bas le 16 mai 2013. Les travaux, d’une durée de 5 ans, ont été réalisés par Coentunnel Construction V.O.F, un groupement composé entre autres de CFE, Dredging International et VINCI Construction Grands Projets. Ce tunnel immergé de 750 mètres et à 6 voies sous le port d’Amsterdam et la dizaine de kilomètres d’autoroutes adjacentes ont pour objectif de doubler la capacité du tunnel existant et de fluidi­ fier le trafic aujourd’hui saturé sur le péri­ phérique ouest d’Amsterdam en direction du nord du pays.

Dans le domaine de l’énergie éolienne offshore, DEME développe des initiatives dans différents pays européens, à travers Power@Sea, son spécialiste des conces­ sions offshore. Power@Sea se spécialise dans l’assistance dans le domaine des permis environnementaux, des procé­ dures d’achat, de l’accompagnement en matière de réglementations, soumis­ sions, construction, distribution, exploi­ tation et maintenance du cycle de vie, et s’attache à être impliqué à un stade

75

RAPPORT D’ACTIVITÉS

ÉOLIEN OFFSHORE C-POWER / POWER@SEA / OTARY


précoce dans les projets d’énergie offshore en France et en Allemagne et dans d’autres pays de l’UE comme la Pologne et le Danemark. Le 17 septembre 2013, le premier ministre belge Elio Di Rupo a inauguré le parc éolien offshore C-Power localisé sur le Thornton Bank. Le parc éolien offshore de 325 MW est le plus grand au large de la côte belge et alimentera 300 000 ménages en énergie verte. En 2013, la participation de ±12% de DEME dans C-POWER a été transférée à DEME Concessions SA. Ensemble avec les autres actionnaires d’OTARY, Power@Sea compte trois

concessions pour des projets belges de parcs éoliens offshore : Rentel, SeaStar et Mermaid. Ces projets éoliens repré­ sentent ensemble une capacité cumulée de plus de 900 MW. En Pologne, Power@Sea a demandé un permis de développement, de construction et d’installation pour deux parcs éoliens offshore - C-Wind et B-Wind - dans les eaux territoriales polonaises de la mer Baltique et a obtenu le droit de développer ces parcs éoliens offshore. Les deux parcs éoliens sont situés au large de Gdansk et leur capacité installée est de 400 MW minimum.

76

ÉNERGIE HOULOMOTRICE ET MARÉMOTRICE DEME BLUE ENERGY FLANSEA 2013 a marqué une étape importante dans le développement de l’ambitieux projet FlanSea (Flanders Electricity from the Sea), mené par l’université de Gand et auquel collaborent DEME Blue Energy (DBE) et 4 autres partenaires industriels. Après investigation dans un laboratoire, le Wave Pioneer, un appareil inédit qui fonctionne à l’énergie houlomotrice, a été développé. Wave Pioneer a été mis à

RAPPORT ANNUEL 2013


 Navire fallpipe Seahorse Northwind Mer du Nord

l’eau en avril au large Ostende, où il est soumis à des houles modérées. L’objectif est de développer à long terme des convertisseurs d’énergie houlomotrice dans les parcs éoliens offshore existants. Cela permettra d’utiliser l’espace en mer de façon optimale, d’augmenter la pro­ duction électrique des parcs et d’exploi­ ter l’infrastructure existante pour le rapa­ triement de l’énergie à terre. Dans le secteur de l’énergie marémo­ trice, DBE a conclu deux importants projets en Écosse et en Irlande du Nord. A cet effet, BluePower SA a été créée (50% DBE, 50% Nuhma), par laquelle DBE coopère avec son partenaire irlandais DPME (DP Marine Energy) pour la phase d’adjudication. DBE est également un des partenaires de REBO (Renewable Energy Base Oostende), une société à finalité spéci­ fique chargée du développement de services logistiques pour les projets d’énergie renouvelable offshore. REBO compte une concession dans le port à l’extérieur d’Ostende.

Pôle Dragage et Environnement Carnet de commandes au 31 décembre 2013

3.049,0

2012

3.317,0

Chiffre d’affaires (100%) 2013

2.531,6

2012

1.915,0

(en millions EUR) à 100%

Ressources minérales offshore DEME, en synergie avec DBM, a poursuivi en 2013 ses investissements dans les concessions de sable et de gravier à proximité des côtes, jusqu’à 100 m de profondeur, en Europe et en Afrique du Nord. Le groupe cherche, avec OceanflORE, à décrocher la gestion d’autres concessions traitant les miné­ raux en eaux profondes, comme les sables ferrugineux, les phosphates, les nodules, les minéraux rares naturels.

77

RAPPORT D’ACTIVITÉS


H么tel de Police - Charleroi

78

RAPPORT ANNUEL 2013


Ensemble nous sommes plus forts

79

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Steering Committee De gauche à droite :

Fabien De Jonge Directeur financier et administratif du groupe CFE Diane Zygas Directeur général du pôle PPP-Concessions et de l’activité Bâtiment à l’international Gabriel Marijsse Directeur des ressources humaines du groupe CFE Renaud Bentégeat Administrateur délégué du groupe CFE et administrateur de DEME Frédéric Claes Directeur général Bâtiment Brabant Wallonie en charge de CFE Brabant, BPC Brabant, BPC Wallonie, Amart et LELOUP ENTREPRISE GENERALE

80

RAPPORT ANNUEL 2013


Yves Weyts Directeur général du pôle Multitechnique et Rail & Routes, administrateur délégué d’Aannemingen Van Wellen Patrick Verswijvel Directeur général de MBG et directeur général du Génie civil du groupe en charge de MBG, BAGECI, CFE Nederland, GEKA Bouw et du développement des activités de génie civil à l’international Jacques Lefèvre Directeur général du pôle Promotion et Gestion Immobilières

81

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Up-Site - Bruxelles

82

RAPPORT ANNUEL 2013


PÔLE CONSTRUCTION

83

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Benelux

Bâtiments, Constructions industrielles et rénovations UN CARNET DE COMMANDES EN PROGRESSION L’activité du pôle Construction en 2013 a été soutenue. En chiffres, elle se traduit par une progression du carnet de commandes de 11,7 % en un an. Le secteur ‘bâtiment’ s’est sensiblement mieux comporté que le secteur ‘génie civil’, plus tendu.

La direction technique du pôle Construction regroupe un ensemble de compétences au sein du département des études, de la société BENELMAT pour la logistique et le matériel avec des services de qualité et sécurité. Département des études fortement sollicité En 2013, le département des études a une nouvelle fois été fort sollicité par diffé­ rentes sociétés du groupe. Une centaine de projets a occupé les collaborateurs pendant toute l’année. 60% étaient des projets de génie civil, 40% des projets de bâtiment. Le projet de la station d’épuration Bruxelles-Sud, les projets DBFM de tram à Liège et la phase 2 des travaux d’in­ frastructure des Boulevards à Anvers ont aussi marqué l’année de leur empreinte, tout comme différents projets nigérians et le tunnel Fehmarnbelt au Danemark. Plusieurs études ont été menées tant pour le secteur médical qu’industriel ou public. Des interventions ont eu lieu sur bon nombre de chantiers hors du pays, que ce soit aux Pays-Bas, au Sri Lanka, au Nigéria ou au Tchad. BENELMAT, plus que jamais au service des sociétés du pôle Construction Globalement, l’activité s’est maintenue par rapport à 2012 et ce malgré les fortes intempéries du début de l’année 2013. BENELMAT a renforcé en 2013 son parc matériel et a également intensifié en fin d’année sa mission d’assistance tech­ nique à l’activité de CFE International. Un travail de qualité, une entreprise de qualité Offrir des prestations de grande qualité est au centre des préoccupations du groupe. Pour ce faire, les entreprises

du pôle répondent aux exigences des organismes de certification et mettent en place des mesures concrètes. CFE Polska a obtenu les certifications ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001 ; les certifications ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001 de CFE International ont été étendues à CFE Sri Lanka début de l’année ; des audits internes et externes ont confirmé le bon fonctionnement de plusieurs entités ; la qualité est un thème récurrent lors des journées de formation et des séminaires.

A Bruxelles et au Brabant CFE BÂTIMENT BRABANT WALLONIE Dans le but de simplifier les structures dans le Brabant et en Wallonie, une entité unique va regrouper, sous la houlette de Frédéric Claes en tant qu’Administrateur délégué, quatre business units : CFE Brabant, LELOUP ENTREPRISE GENERALE, BPC Brabant et BPC Wallonie, cette der­ nière étant articulée autour de 2 sièges d’exploitation, BPC Hainaut à Gosselies et BPC Liège à Bierset. La société Amart vient compléter l’offre du groupe CFE dans le Brabant. CFE BRABANT S’adapter pour évoluer Centrée sur les marchés publics, l’activité de CFE Brabant s’est déplacée de la construction de bureaux vers la réalisa­ tion d’autres bâtiments d’utilité publique: écoles, musées, hôpitaux, crèches, dépôts de trams, hôtels de police, stations de métro, complexes résidentiels (logements étudiants, maisons de repos, appartements de différentes gammes). L’entreprise s’adapte à la demande et devrait en tirer profit dans les années à venir.

84

PRINCIPALES RÉALISATIONS • Siège de la zone de police Uccle-Auderghem-Boitsfort • Immeuble Pole Star à Bruxelles • Siège social du Groupe S à Bruxelles • Hôtel de Police à Charleroi • Immeuble de bureaux Square de Meeûs à Bruxelles CFE BRABANT

 Belview Bruxelles

Stabilité et anticipation Bien que le carnet de commandes soit en diminution en comparaison de l’an­ née précédente, l’optimisme reste de rigueur : plusieurs contrats conclus en 2013 débuteront dès 2014 et se pour­ suivront en 2015. Dès lors, CFE Brabant table sur une stabilisation de l’activité en 2014, avant un retour à la croissance. Pour s’y préparer, l’entreprise veille à établir la meilleure adéquation entre ressources humaines et défis à relever. Elle a également pris certaines mesures

RAPPORT ANNUEL 2013


PROJETSPHARES Grands projets privés qui seront livrés en 2014 : Les jardins de la Source, Parklane, Up-Site, Belview, et le musée Eastman. Projets en cours pour des livraisons en 2015 et 2016 : Toison d’Or, Centre commercial Docks Bruxsel, Chambon, les Papeteries de Genval, la rénovation de l’ex-siège de Solvay. BPC BRABANT

concrètes : nombreux recrutements pour renforcer le cadre technique, simplifica­ tion des procédures et amélioration des outils de gestion, responsabilisation per­ sonnelle et délégation accrue, et accrois­ sement de la taille moyenne des projets exécutés.

Frédéric Claes, Administrateur délégué, y puise les raisons d’espérer des lende­ mains prometteurs. « Grâce aux importants projets qui nous attendent et à l’intensification de nos efforts pour maintenir notre compétitivité, nous avons tout lieu d’être optimistes. »

BPC BRABANT Maintenir le bon cap BPC Brabant clôture l’année avec un résultat stable, ce qui constitue en soi une réussite vu la morosité du secteur.

Concentrons-nous sur notre core business Le tassement de l’activité immobilière constaté en 2013 dans le Brabant pousse à valoriser les projets d’envergure dans

85

lesquels la valeur ajoutée fait la différence. Cette année déjà, BPC Brabant a remodelé sa structure afin de répondre le plus efficacement possible à cette orientation stratégique. Son recrutement a été pointu, BPC Brabant a multiplié les chantiers en partenariat avec d’autres sociétés du groupe, obtenu la certification ISO 14001, … Tous ces éléments doivent permettre de préparer au mieux la poursuite de la croissance d’activité.

RAPPORT D’ACTIVITÉS


AMART Renouvellement du carnet de commandes Tout au long de l’année 2013, et plus particulièrement pendant le second semestre mené tambour battant, Amart s’est efforcée de renouveler son carnet de commandes. Son volontarisme a été récompensé : en un an, l’activité a connu une envolée remarquable. L’activité est dès à présent largement assurée pour 2014 ainsi qu’une partie de 2015.

cours de réalisation sont : Hôtel de Police de Charleroi, la Maison Provinciale de la Formation et le siège administratif et technique de CMI à Seraing, Port du Bon Dieu à Namur, CHU de Mont-Godinne, Data centers BNP Paribas Fortis à Bastogne et Vaux-sur-Sûre, sans oublier l’impor­ tante étude pour le projet de tram à Liège.

UN OBJECTIF : CONSOLIDATION

Une activité débordante Plus de 15 chantiers importants ont mobilisé les équipes à travers le Brabant. L’expérience acquise en 2013 incite à poursuivre cette stratégie se concentrant sur les projets de moyenne taille, moteurs de son développement. Dans cette pers­ pective, Amart a procédé à un renforce­ ment de son organisation, principalement au niveau du cadre technique.

 Glaszwaan Gand

• Consolidation de la structure par un renforcement de l’encadrement sur chantier • Consolidation du carnet de commandes pour assurer le relais dès que les chantiers de l’Hôtel de Police de Charleroi et des écoles d’Eupen seront terminés.

UN CHIFFRE : 40 En 2013, Amart a fêté ses 40 ans. Que de chemin parcouru depuis 1973, lorsque Ado Blaton et Romain Verschooris ont fondé la société. En 2014, Amart devrait réaliser 40 millions de chiffre d’affaires et comptera bientôt 40 employés.

LELOUP ENTREPRISE GENERALE Spécialisée dans les travaux de taille modeste, LELOUP ENTREPRISE GENERALE a réalisé une bonne année 2013 et a bien préparé 2014 grâce à un niveau de com­ mandes et un renforcement de la structure.

En Wallonie BPC HAINAUT, LIÈGE ET NAMUR Une activité en croissance Même si la progression de l’activité demeure légère, les trois entités wallonnes se montrent satisfaites d’avoir bouclé l’année 2013 avec un carnet de commandes identique à celui de l’année précédente. De Mont-Godinne à Eupen en passant par Charleroi Cette année, BPC a renforcé son ancrage régional en participant à des chantiers aux quatre coins de la Wallonie. Cette volonté perdurera en 2014, en particulier à Mons, Charleroi, Namur, Seraing, Liège et Verviers. Les succursales BPC Liège et BPC Hainaut sont déjà en service. Les principaux chantiers livrés ou en

En Flandre LE GROUPE TERRYN Répondre aux besoins du marché Le Groupe Terryn a pris les mesures qui s’imposent pour retrouver le chemin de la croissance en 2014. Trois priorités ont été mises en œuvre en 2013 : réduc­ tion des coûts, participation à des projets moins risqués et augmentation de la productivité. Au-delà de ces priorités, l’entreprise veille à dénicher de nouveaux segments de marché et à développer de nouveaux produits. Du fait de l’accroissement de la part de bois dans les constructions, le Groupe Terryn a mis au point une tech­ nique de bois lamellé-croisé (CLT) qui est reconnu pour ses grandes performances thermiques et acoustiques, son excellent comportement en situation d’incendie et ses fortes résistances structurales. Une manière de démontrer son respect pour l’environnement et sa capacité d’innova­ tion. Un premier projet avec cette nou­ velle technique a été livré en 2013 pour le CPAS de Bruxelles. AANNEMINGEN VAN WELLEN Une croissance réfléchie En 2013, l’activité de construction a conti­ nué sur sa lancée : plusieurs projets ont été réceptionnés, notamment Onyx, un nouvel immeuble de bureaux certifié BREAAM à Berchem, un complexe sportif pour la commune de Zandhoven, l’école primaire St Martinus à Burcht, le complexe résidentiel Clos du Miroir à Jette.

86

Hall de sport ‘Het Veld’ Zandhoven 

QUATRE LETTRES

DBFM

Toerisme Vlaanderen a choisi en novembre Aannemingen Van Wellen pour gérer l’intégralité d’un projet de centre de séjour pour jeunes à Brasschaat. Une première !

RAPPORT ANNUEL 2013


RÉALISATIONS 2013

LE TOP 5 • Vlerick Management School à Bruxelles • Immeuble de bureaux et de logements Elimo à Bruxelles • Complexe de logements et commerces Glaszwaan à Gand • Immeuble de logements et commerces Kriss à Bruxelles • Rénovation d’un château pour Swift à La Hulpe AMART

Le carnet de commandes est diversifié : résidentiel (Lichttoren avec 148 apparte­ ments à Park Spoor Noord, résidence Henri au centre d’Anvers, Baelskaai 12 à Ostende…), établissements de soins et de repos (Onze-Lieve-Vrouw à Anvers, Résidence Zonnehove à Sint-DenijsWestrem...), bâtiments administratifs (Rode Kruis Vlaanderen et le nouveau siège et dépôt de l’entreprise ferroviaire ENGEMA à Malines), centres commer­ ciaux (The Sting sur le Meir, à Anvers). En juillet 2013, la société DBFM ’Scholen van Morgen’ a retenu le départe­ ment Bâtiments en tant qu’un des entre­ preneurs pour la réalisation de 160 écoles en Flandre. Cela a débouché sur la signa­ ture de contrats pour une école à Lennik et Bocholt.

87

RAPPORT D’ACTIVITÉS


UNE RÉFÉRENCE

PROJET CANAL VIEW GAND Construction d’un complexe de 88 appartements durables

88

RAPPORT ANNUEL 2013


En Flandre MBG L’union fait la force En 2013, il s’avère à nouveau que la force de MBG est basée sur la combinaison des deux départements qui assure un équilibre en ce qui concerne la rentabilité et le chiffre d’affaires. Le carnet de commandes record du département Bâtiments et Construc­ tions Industrielles a compensé en partie la baisse en activité dans le département Génie civil après la livraison des deux méga projets d’infrastructure, Diabolo à Zaventem et le tunnel ferroviaire Liefkens­ hoek à Anvers, réalisés les quatre dernières années. Bâtiments et Constructions Industrielles En 2013, MBG a réaffirmé sa solide répu­ tation de constructeur de projets résiden­ tiels et utilitaires en Flandre avec une série de nouvelles commandes importantes. Un atout supplémentaire sont les com­ mandes multiples de clients existants confirmant ainsi leur confiance. L’industrie anversoise reste aussi une valeur perma­ nente pour MBG avec une continuité de projets pour les entreprises pétrochimiques. Chantiers résidentiels : • Projet Kattendijkdok-Westkaai, Anvers Construction des 4 tours de logements • Projet Oude Kaars, Wijnegem Construction de 3 immeubles à appar­ tements • Projet Baelskaai, Ostende Construction de 49 appartements

UN MOT

ÉQUILIBRE Le défi de MBG pour 2014 est de surveiller l’équilibre existant entre nos deux départements. Des nouveaux projets d’infrastructure plus importants doivent renforcer le carnet de commandes du département Génie civil et le département Bâtiments et Constructions Industrielles doit continuer à développer sa position actuelle.

89

Chantiers d’utilité publique : • AZ Sint-Maarten, Malines Construction et coordination de projet d’un nouveau complexe hospitalier • AZ Alma, Eeklo Construction d’un nouveau complexe hospitalier de 85.000 m² • Data Center, Université de Gand Construction d’un Tech Transfer et datacenter • Ecole passive GTI Londerzeel (Scholen van Morgen) • Maison de repos Mayerhof, Mortsel

Au Grand-Duché de Luxembourg

UN MOT : RENFORCEMENT Grâce à un carnet de commandes bien rempli pour 2014, CLE se renforce en recrutant des nouvelles équipes en études et en production.

CLE Démarrage de nouveaux projets 2013 a signifié une reprise progressive de l’activité pour l’entreprise située au Grand-Duché de Luxembourg. Des pro­ jets d’envergure ont vu le jour comme le Parlement européen ou l’extension de la Banque Générale du Luxembourg. Les projets de La Maison du Nombre et du Hall des Ingénieurs se poursuivent normalement. La Société nationale des chemins de fer CFL a réceptionné le Parking de Belval et a confié à CLE le Centre de Remisage et de Maintenance. Dans le secteur privé, les projets de loge­ ment Green Hill, Aire et Lavandier sont en cours de réalisation. À Bettembourg, la résidence Eden Green a été mise en chantier.

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Benelux

RÉALISATIONS 2013

LE TOP 3

Génie civil

• Le tunnel autoroutier Coentunnel à Amsterdam • Le pont au-dessus du canal d’Amsterdam au Rhin Brug2007/Uyllanderbrug • Le tunnel ferroviaire à Delft

En Flandre MBG Après la livraison des deux grands projets d’infrastructure Diabolo Zaventem et le tunnel ferroviaire Liefkenshoek Anvers, la baisse de l’activité est compensée partiellement par des commandes de taille moyenne durant la deuxième moitié de 2013. Plusieurs chantiers de génie civil sont en exécution comme les travaux de gros oeuvre d’un parking à la gare de Malines, un complexe d’accès du parking de l’hôpital de Gasthuisberg à Louvain, les ouvrages pour le stockage de gaz liquifié à Anvers, la phase supérieure de la deuxième installation de déchargement pour Fluxys à Zeebruges et le silo à eau à Beersel. Il faut y ajouter en fin d’année la signature d’un contrat portant sur l’adaptation de la station d’épuration de Bruxelles Sud.

CFE NEDERLAND

En Wallonie BAGECI Une activité au ralenti En dépit de la contraction du marché, BAGECI garde confiance en ayant mainte­ nu le même chiffre d’affaires qu’en 2012. Durant l’année, son expertise et son sens de l’innovation ont été appréciés par les clients comme par les professionnels. Spécialisée dans l’épuration d’eau et le gunitage Les stations d’épuration et de pompage d’eau ont constitué une bonne part de l’activité de BAGECI en 2013. Outre la sta­ tion d’épuration de Mouscron désormais opérationnelle, six autres chantiers sont en cours de réalisation en Wallonie. Ils seront livrés courant 2014-2015. D’autres commandes devraient être confirmées dans un avenir proche. L’autre activité majeure de l’année concerne la réhabilitation de tunnels et d’égouts selon la méthode du gunitage. Pour le reste, l’entreprise a exécuté divers travaux dans le domaine des ponts et viaducs ainsi que dans celui de la pose de collecteurs. À l’étranger, BAGECI est impliquée dans le grand projet du viaduc de Pulvermühle, au Grand-Duché de Luxembourg.

Aux Pays-Bas CFE NEDERLAND Comme beaucoup d’autres entreprises, CFE Nederland a dû faire face à un mar­ ché des offres Design & Build en pleine mutation. Outre le facteur financier, les clients sont de plus en plus attentifs aux aspects organisationnels et environne­ mentaux. Tout au long de l’année 2013, l’entreprise s’est profilée en ce sens. Ses principaux secteurs d’activité ont été soigneusement ciblés : • Infrastructures publiques (administra­ tions provinciales et communales, autorités portuaires, ProRail, etc.) • Génie civil industriel/pétrochimique

ISO 14001. La recherche et le développe­ ment sont également plus que jamais à l’ordre du jour : l’entreprise a gagné un prix de l’innovation VINCI dans le cadre du chantier Brug2007/Uyllanderbrug.

CFE Nederland a par ailleurs poursuivi ses actions en faveur d’une plus grande sécurité sur chantier ainsi que dans le domaine de la formation du personnel. En janvier, elle a obtenu la certification

GEKA BOUW Après un premier semestre 2013 en demi-­ teinte, GEKA Bouw s’est bien redressée et a terminé l’année en atteignant les objec­ tifs annoncés. Ce résultat augure une année 2014 positive. Le renforcement du carnet de com­ mandes constitue la première priorité de l’année 2014. L’entreprise a d’ailleurs renforcé sa structure administrative à cette fin. L’approfondissement des synergies avec les autres entités du groupe repré­ sente l’autre objectif de sa stratégie, surtout dans le secteur des jetées et des digues entre autres dans le cadre de projets au Nigéria.

90

RAPPORT ANNUEL 2013


 Tunnel ferroviaire Delft

 Terminal GNL Dunkerque

L’essentiel de l’activité de GEKA Bouw a eu lieu sur son marché domestique. Plusieurs chantiers importants ont été réalisés à la demande des autorités por­ tuaires d’Amsterdam et de Rotterdam, de même que pour des entreprises privées actives sur place. En dehors des zones portuaires, notons le travail de l’entreprise pour rénover les digues du canal d’Ams­ terdam au Rhin, entre autres. À l’étranger, GEKA Bouw a surtout été active à Dunkerque, où elle participe à la construction des jetées du nouveau terminal GNL.

91

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Attentifs à la diversité

Ministère des Finances - N’Djamena (Tchad)

92

RAPPORT ANNUEL 2013


93

RAPPORT D’ACTIVITÉS


International

Bâtiments, Constructions industrielles et rénovations

UN POURCENTAGE

+25% Ce pourcentage correspond à l’augmentation du chiffre d’affaires par rapport à celui de l’année précédente.

ÉLARGIR NOS HORIZONS Le principal enseignement à tirer de l’année 2013 est clair : l’activité internationale doit plus que jamais mobiliser notre énergie. Tandis que certains marchés se tassent, d’autres émergent. À CFE d’être là où il faut, de saisir les opportunités et de les transformer en succès. Pour réaliser ces objectifs, une nouvelle structure d’organisation a été mise en vigueur en début d’année. Dès lors, Diane Zygas assure, outre ses autres fonctions dans le groupe, la direction générale du département ’Bâtiments’ International du pôle Construction.

UNE IMPORTANTE MARGE DE PROGRESSION Avec un carnet de commandes bien four­ ni, l’activité internationale a connu une progression importante en 2013. Des re­ tards de paiement de la part de clients ainsi que des difficultés de recrutement justifient certaines décisions prises en prévision de 2014 : renforcement de la

structure du siège central (exploitation, contrôle de gestion, études), mise en place d’une direction d’exploitation et effort soutenu en matière de recrutement.

En Europe centrale CFE POLSKA S’il fallait résumer l’exercice 2013 de CFE Polska en un mot, ce serait solidité. Malgré un marché de la construction en recul, l’entreprise est parvenue à en­ granger des réalisations importantes et à augmenter sensiblement son chiffre d’af­ faires. Cette tendance positive résulte de décisions importantes prises en 2012 (restructuration, amélioration des procé­ dures). Tout au long de 2013, CFE Polska a consolidé sa part de marché et jeté les ponts d’une année 2014 conforme aux objectifs ambitieux de la direction : pour­ suivre son développement et offrir un service toujours plus professionnel. Les projets auxquels collabore l’entre­ prise concernent tous les secteurs de la construction : bâtiments résidentiels ou industriels, immeubles de bureaux,

94

DEUX RÉCOMPENSES : • FAIR PLAY COMPANY • SOLID EMPLOYER OF THE YEAR CFE Polska est fier d’avoir remporté en 2013 ces prix attribués par les professionnels du secteur.

espaces commerciaux. Aperçu des réali­ sations les plus significatives : l’immeuble de bureaux GreenWings à Varsovie, le centre commercial Galeria Copernicus à Torun, l’immeuble de bureaux Orange Park à Cracovie, la tour de logements Ocean’s Four à Gdansk et les apparte­ ments Wola Tarasy à Varsovie. CFE HUNGARY/CFE ROUMANIE En Hongrie et Roumanie, malgré la crise économique encore bien présente,

RAPPORT ANNUEL 2013


SRI LANKA Dans ce pays d’Asie du Sud, CFE International, en synergie avec Nizet Entreprise, réalise un projet d’infrastructure qui comprend la construction de deux stations de potabilisation et de distribution d’eau à Kolonna & Balangoda. Sur les chantiers, les mesures de sécurité sont maximales, et pour cause : l’entreprise dispose de la certification OHSAS 18001.

 Grand hôtel N’Djamena (Tchad)

redoublent d’efforts et laissent entrevoir de belles perspectives d’activité. Dans le cadre de ce projet majeur, CFE Tunisie s’est chargée de la construction du Nautilus, un immeuble résidentiel avec vue sur le port de Bizerte. le groupe réalise plusieurs projets en construction. Ainsi, CFE Hungary finalise actuelle­ ment la construction de l’immeuble de bureaux Vaci Greens pour Atenor. Il s’agit de la première phase d’un déve­ loppement de 85.000 m². Cet immeuble obtiendra la certification BREEAM ‘exce­ llent’. Le projet pour la rénovation et reconstruction de l’ambassade américaine à Budapest se terminera au deuxième trimestre 2014. CFE Roumanie a entamé la construction de l’hôpital pédiatrique Victor Gomoiu, pour la mairie de Bucarest. Cet hôpital comprend 274 lits et 10 salles d’opérations.

En Tunisie CFE TUNISIE Dans un climat économique et politique incertain, CFE Tunisie a connu une année de transition. La prospection sur le marché privé a été renforcée grâce à la mise en place d’une filiale dédiée à ce segment : la Compagnie Tunisienne d’Entreprise (CTE). Ensemble, CFE Tunisie et CTE

Ailleurs en Afrique CFE a entamé plusieurs chantiers d’en­vergure au Nigéria, en Algérie et au Tchad. Au Nigéria, les travaux pour le projet Eko Tower se sont poursuivis. Ce projet ambitieux est réalisé pour le groupe pétrolier Total en association avec un partenaire local. Il s’agit de la construc­ tion d’une tour de 27 étages, comprenant notamment un centre d’affaires, un centre médical, un centre de loisirs et des parkings. Egalement au Nigéria, CFE nternational a obtenu le contrat pour la réalisation du projet Eko Energy Estate. Ce projet porte sur la réalisation en Design & Build de trois tours résidentielles de 19 étages et représente la première phase d’un déve­ loppement immobilier sur 45 hectares pour compte du client (dont la réclama­ tion de 9.000 hectares a été réalisée par DEME). D’autres projets doivent assurer le développement à long terme de CFE International au Nigéria et la poursuite des synergies au sein du groupe CFE.

Au Tchad, CFE a concentré son activité sur les travaux de construction d’un grand hôtel de luxe de 200 chambres, le long du fleuve Chari ainsi que sur la construction d’un vaste complexe de bureaux pour le Ministère des Finances à N’Djamena – ces travaux devraient s’achever durant le premier trimestre 2015. Par ailleurs, CFE a signé un premier contrat dans le domaine de l’énergie renouvelable : un champ photovoltaïque également à N’Djamena. Enfin, en Algérie, CFE s’est consacrée davantage aux opportunités du marché privé. CFE se concentre particulièrement sur les montages d’affaires pour des in­ vestisseurs dans des projets d’immeubles de bureaux pour des banques internatio­ nales, ainsi qu’auprès d’investisseurs hôteliers en collaboration avec des ex­ ploitants de renommée mondiale et reste à l’écoute des besoins des industriels étrangers. A cet égard, CFE profite mainte­ nant de la visibilité de performance qu’offre la construction du siège de BNP PARIBAS à proximité de l’aéroport d’Alger, qui s’achèvera au milieu de l’année 2014.

95

RAPPORT D’ACTIVITÉS


International Génie civil

À LA CONQUÊTE DU MONDE Dans un contexte de plus en plus con­ currentiel et un marché mondial fort contrasté, s’adapter est vital. C’est pour­ quoi CFE a remodelé sa structure. Le groupe a mis sur pied un département entièrement dédié aux travaux de génie civil pour l’international qui est, outre ses autres fonctions, géré par Patrick Verswijvel.

ACTIVER LES SYNERGIES L’objectif du département est simple : associer et structurer les nombreuses compétences et les expertises présentes au sein du groupe pour décrocher des projets soigneusement sélectionnés aux quatre coins de la planète. En privilé­ giant à court terme les tunnels immergés et les travaux de construction maritimes. A ce titre, de nombreux collaborateurs du groupe sont depuis septembre 2013 intensivement impliqués dans une remise d’offre internationale pour un projet majeur en Europe du Nord (Fehmarnbelt tunnel).

Pôle Construction Carnet de commandes au 31 décembre 2013

1.077,4

2012

964,2

Activité 2013

711,0

2012

645,2

(en millions EUR)

 Vaci Greens Budapest (Hongrie)

96

RAPPORT ANNUEL 2013


97

RAPPORT D’ACTIVITÉS


AZ Jan Palfijn - Gand

98

RAPPORT ANNUEL 2013


PÔLE MULTITECHNIQUE

99

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Le chiffre d’affaires est en hausse de 8,8% par rapport à l’exercice précédent. Cette croissance se constate dans la majorité des sociétés du pôle. Bien que l’année fût difficile, le carnet de commandes du pôle Multitechnique s’est maintenu.

PRINCIPALES RÉALISATIONS

EN BELGIQUE • Nouveau stade de football pour la Gantoise • Immeuble de bureaux pour Elia à Bruxelles • Hôpital AZ Jan Palfijn à Gand VMA

100

RAPPORT ANNUEL 2013


Stade de football Gand 

Dans la deuxième partie de 2013, Yves Weyts a repris en plus de la direction du pôle Rail & Routes la direction du pôle Multitechnique. « Du fait que ces entreprises ont de nombreux points communs qui n’ont pas été exploités jusqu’à présent, différents ’clusters’ seront créés en 2014 afin de mettre en œuvre une meilleure synergie ». Un premier cluster a été construit autour de VMA avec les sociétés Ariadne, Vanderhoydoncks et Van De Maele Multi-Techniek, rebaptisé en VMA West. Un deuxième cluster est celui d’ENGEMA et ETEC et, en dernier lieu, le cluster d’Aannemingen Van Wellen (Routes) et REMACOM.

UN POURCENTAGE

26% Le chiffre d’affaires 2013 de Vanderhoydoncks a grimpé de 26% par rapport à l’année précédente.

QUATRE LETTRES : VICS Imposer sur le marché son propre système de gestion technique centralisée VICS (VMA Information Control System) est un des objectifs pour l’année 2014. Ce logiciel est dès à présent opérationnel dans les nouveaux bureaux d’Elia, à Bruxelles. Une référence en matière de gestion intelligente et durable qui devrait permettre de décrocher d’autres contrats.

ÉLECTRICITÉ GÉNÉRALE ET INDUSTRIELLE AUTOMATISATION VMA Douze mois couronnés de succès Que ce soit en Belgique ou à l’étranger, VMA a connu en 2013 une année faste. VMA est intervenu sur un grand nombre de chantiers mais ce qui a particulière­ ment marqué 2013, c’est l’ampleur de ces chantiers, leur visibilité.

chemins de câbles, les systèmes de drai­ nage et de détection d’incendie, vidéo­ surveillance, ventilation, etc. En Europe centrale, VMA a poursuivi ses activités d’automatisation des lignes de montages dans les usines d’Audi en Hongrie et Slovaquie et pour Ford en Turquie. Le développement de cette activité internationale constituera l’une des prio­ rités en 2014. VMA WEST 2013 fut une année catastrophique pour Van De Maele Multi-Techniek. Le groupe a réorganisé la structure en gardant uni­ quement l’activité électro, son métier de base. L’entreprise assainie est rebaptisée VMA West et s’est installée dans des nou­ veaux bureaux à Roulers. Sous une nou­ velle direction et avec l’aide de VMA, cette antenne a toutes les cartes en main afin de se relancer.

Du local à l’international L’activité de VMA en Belgique s’est carac­ térisée par une forte implication dans le secteur des soins de santé et de l’immobi­ lier de bureaux, auxquels il faut ajouter un projet-phare dans le milieu sportif : la réalisation du Ghelamco Arena. Une enceinte ultramoderne qui répond aux dernières exigences UEFA/FIFA et qui fut érigée en un temps record. Pour ce projet comme pour ceux des autres secteurs, VMA s’est vue confier l’ensemble des installations techniques. Au-delà des frontières, VMA a été active aux Pays-Bas, notamment sur le chantier du tunnel ferroviaire de Delft où la société réalise entre autres la distribu­ tion d’énergie, l’éclairage, les supports et

VANDERHOYDONCKS Une année de référence Vanderhoydoncks Elektrotechnieken a franchi 2013 avec panache. De nombreux projets ont jalonné ces douze derniers mois et le carnet de commandes permet d’entrevoir 2014 en confiance. Plus que jamais, l’entreprise se positionne en véri­ table spécialiste du secteur électrique, forte de son expérience et de son knowhow. Installation électrique moyenne tension, éclairage, contrôle d’accès, détec­ tion incendie, alarme, ... Aucun domaine n’échappe au professionnalisme reconnu des équipes de Vanderhoydoncks. Trois objectifs prioritaires ont été fixés pour 2014 : continuer à accorder une impor­ tance capitale à la sécurité, répondre aux demandes des clients, augmenter comme en 2013 la rentabilité.

101

RAPPORT D’ACTIVITÉS


UN POURCENTAGE

ARIADNE Retour à la profitabilité Tout en poursuivant son intégration au sein du groupe CFE, Ariadne retrouve le chemin de la croissance. Se redresser après la disparition d’importants projets pour Ford Genk n’était pas chose facile, mais le défi a été relevé et les perspec­ tives sont encourageantes. Une expertise qui fait ses preuves Plusieurs projets d’installations élec­ triques et d’automatisation industrielle ont été réalisés en Belgique, et ce, dans les secteurs automobile, food & beverage, biens de grande consommation, maté­ riaux de construction ou encore dans l’industrie papetière.

À l’étranger, l’entreprise collabore avec Volvo Cars pour l’installation de systèmes d’automatisation sur le site suédois de Torslanda. L’entreprise participe égale­ ment au projet Dranko Plant (installation d’un système de fermentation industrielle) et travaille pour Nedcar aux Pays-Bas. NIZET + CFE ECOTECH Une année de transition S’il ne fallait retenir de l’année 2013 qu’un seul mot, ce serait certainement transition. Les différents départements ont multiplié les chantiers aussi bien en Belgique qu’à l’étranger, et Nizet Entreprise a connu plusieurs changements en interne. À n’en pas douter, 2014 sera l’année de la consolidation.

102

80% Fin décembre 2013, le carnet de commandes 2014 de Nizet Entreprise représentait déjà 80% du chiffre d’affaires réalisé l’année précédente.

Une activité intense Les deux business units du département tertiaire (Building et Hôpitaux) ont parti­ cipé à la réalisation de nombreux projets d’ampleur en Wallonie et à Bruxelles :

RAPPORT ANNUEL 2013


Installation électriques Bornem

UN MOT POUR 2014

ENTHOUSIASME Fin 2013, le carnet de commandes d’Ariadne représentait 75% du chiffre d’affaires prévu pour 2014. De quoi se montrer confiant.

l’Hôtel de Police à Charleroi, les écoles du SHAPE à Mons, les écoles d’Eupen, l’hôtel Motel One à Bruxelles, l’hôpital St-Nicolas à Eupen, les hôpitaux Érasme et St-Jean à Bruxelles et l’hôpital Ste-Elisabeth à Namur. Seule ombre au tableau : les écoles d’Eupen. Un investissement lourd a par ailleurs été consenti pour la préparation et le chiffrage de grands projets PPP comme la prison de Haren ou le tram de Liège. Cette forte mobilisation humaine et financière a eu un impact non négli­ geable sur le résultat du département. Enfin, compte tenu de la quasi dispari­ tion des projets d’installations photovol­ taïques, les équipes spécialisées ont été réduites ou affectées à d’autres missions, dans l’attente d’une relance de l’activité.

Le département ateliers a connu une an­ née record consécutive à des commandes aussi bien internes qu’externes. De nom­ breuses cabines moyenne tension ont été mises en service, et les équipes ont été sollicitées sur plusieurs chantiers mar­ quants : l’hôpital du Valdor à Liège et l’hôpital Ste-Anne St-Remi à Bruxelles. Pour le département infrastructures, 2013 aura été synonyme d’intégration. CFE EcoTech a en effet intégré l’entreprise lors du deuxième trimestre, ce qui a four­ ni l’occasion de recentrer la stratégie. Des projets ont été abandonnés au profit d’autres moins risqués. Le redéploiement international s’accentue. Quelques projets réalisés ou en passe de l’être : la station d’épuration du Hain à Braine-le-Château, la station d’épuration de Sclessin à Liège

et la station de potabilisation de Kolonna/Balangoda au Sri Lanka.

103

RAPPORT D’ACTIVITÉS

Un défi commercial et opérationnel Le département tertiaire se montre très actif en prospection car il a pour mission d’enrichir le carnet de commandes à l’horizon 2015. Ce challenge commercial mobilise les équipes et sera l’une des clés de la réussite en 2014. Du côté du dépar­ tement infrastructures, le défi est opéra­ tionnel. Il s’agit de parachever l’intégra­ tion de CFE EcoTech et d’optimaliser les modifications structurelles qui en ont découlé. De cette façon, Nizet Entreprise pourra gérer au mieux les importants projets en cours en Belgique ou à l’étranger (particulièrement en Asie et en Afrique).


104

RAPPORT ANNUEL 2013


Installation éclairage Opglabbeek 

Installation HVAC 

Pôle Multitechnique Carnet de commandes au 31 décembre 2013

152,6

2012

165,6

Chiffre d’affaires 2013

170,1

2012

156,3

(en millions EUR)

Brantegem, est par ailleurs intervenue sur différents chantiers en Flandre et aux Pays-Bas. L’activité dépannage & entretien a connu un beau développement grâce à la fidélité de sa clientèle et à l’acquisition de nouveaux donneurs d’ordre.

HVAC, SANITAIRES ET DOMOTIQUE BRANTEGEM Un nouveau challenge La société Brantegem a plus de 100 ans d’expérience. Patrick Verhoest, le nouvel Administrateur délégué, aura le challenge de commencer le premier chapitre d’un management non familial. En 2014, Brantegem se concentrera sur l’optimisa­ tion de sa structure et de son recrutement suite à une année difficile. S’adapter : une priorité Le développement des activités est l’occa­ sion d’adapter et d’affiner la stratégie or­ ganisationnelle. Disposant d’un carnet de commandes déjà bien rempli pour 2014, Brantegem concentre son énergie sur l’optimisation du fonctionnement interne : accorder la bonne fonction à la bonne personne, soigner le recrutement, développer la motivation et la fierté d’appartenir au groupe CFE.… Tous ces sujets représentent la meilleure garantie d’obtenir des résultats en 2014. DRUART Raison et ambition En 2013, le chiffre d’affaires généré par le carnet de commandes a nettement pro­ gressé. Les chantiers HVAC (chauffage,

ventilation et climatisation) et Sanitaire ont constitué l’essentiel des activités tout au long de l’année. Citons l’Hôtel de Police de Charleroi, le home ’ Les Aubépines’ à St-Vaast ou le Centre Hospitalier Universitaire de Lodelinsart. Certains déboires rencontrés sur d’autres gros chantiers comme celui de la prison de Marche-en-Famenne ont malheureu­ sement réduit la marge bénéficiaire. Le mot d’ordre pour 2014 est recons­ truction. Bien que les grands chantiers se fassent rares en Belgique, Druart ambi­ tionne un chiffre d’affaires similaire à celui des années précédentes. PROCOOL Au four et au moulin Durant l’exercice 2013, les efforts de pros­ pection et de diversification ont porté leurs fruits. Les chantiers se sont succé­ dés, principalement dans le sud du pays. Parmi les chantiers les plus significatifs, notons : la climatisation et déshumidifi­ cation des salles en vue d’accueillir l’ex­ position Van Gogh en 2015 pour le Musée des Beaux-Arts à Mons, la configuration de chambres froides validées pour GlaxoSmithKline à Rixensart et la clima­ tisation d’un étage de consultations pour le Grand Hôpital de Charleroi. Procool, en collaboration avec l’entreprise

105

be.MAINTENANCE Maintenir notre croissance 2013 fut une année de transition. Des contrats significatifs ont été conclus et la structure de l’entreprise s’est adaptée aux besoins des clients. Grâce à cela, be.Maintenance aborde 2014 avec sérénité et ambition. Des références en quantité et en qualité Voilà trois ans que be.Maintenance pour­ suit son développement en matière de gestion et de maintenance d’installations techniques de bâtiments. En 2013, cela lui a permis d’ajouter quelques belles réfé­ rences à son actif comme entre autres le contrat de maintenance de 5 ans des ins­ tallations HVAC pour l’Hôpital St-Jean à Bruxelles, le contrat de maintenance de 10 ans de l’ancien site de la poste trans­ formé en immeubles à Alost et un contrat de maintenance technique d’un immeuble de bureaux (25.000 m²), prestations multi-­ services, permanence sur site pour DEME à Anvers. VOLTIS Satisfaction et progression En dépit d’une conjoncture en berne dans son secteur d’activités, Voltis est parvenue à clôturer l’exercice 2013 avec un chiffre d’affaires en progression. Cette réussite permet à Voltis d’être optimiste et de poursuivre son développement en 2014.

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Travaux ferroviaires - Schaerbeek

106

RAPPORT ANNUEL 2013


PÔLE RAIL & ROUTES

107

RAPPORT D’ACTIVITÉS


 Remaniement des caténaires Brugge

Dans un contexte difficile, le pôle Rail & Routes a su tirer son épingle du jeu. Son carnet de commandes a connu une progression de 22% en un an. Les perspectives du pôle Rail & Routes restent favorables, des appels d’offres significatifs dans l’activité rail étant en cours.

ENGEMA Positif sur toute la ligne Les différents départements n’ont pas manqué de travail malgré un début d’an­ née difficile dû aux intempéries. ENGEMA a multiplié les initiatives pour renforcer son expertise et sa compétitivité, et les prévisions permettent d’entrevoir 2014 avec confiance. Des chantiers aux quatre coins du pays Dans le cadre d’un contrat conclu entre Siemens et Infrabel, ENGEMA Rail Signalisation vient de clôturer l’installa­ tion de signalisation ferroviaire ETCS

niveau 1 sur l’ensemble du réseau. La ré­ ception finale de cet important chantier a eu lieu début 2014. D’autres chantiers sont en cours de réalisation à Schellebelle et Dendermonde, en Flandre Orientale. ENGEMA Rail Caténaires, pour sa part, a poursuivi les travaux de remaniement de caténaires 3kV à Dudzele et installé de nouvelles caténaires entre Herentals et Mol. Autre chantier en cours : l’électrifi­ cation du tunnel ferroviaire Liefkenshoek à Anvers. ENGEMA Rail Caténaires s’est aussi distinguée par son intervention à Wetteren au mois de mai dernier.

108

RAPPORT ANNUEL 2013


QUELQUES RÉALISATIONS EN 2013 • • •

Pour ORES : place d’Aremberg et rue Maréchal Foch à Châtelineau, lotissement Bella Vita à Waterloo, pose de canalisations de gaz en province de Brabant wallon Pour Belgacom : bâtiment administratif à Nivelles Pour la province de Hainaut : école Warocquet à Morlanwez

ENGEMA Montage a développé en 2013 de nouvelles activités. Le département a ainsi effectué des travaux de signalisation ferroviaire pour Infrabel dans le sud du pays, et de maintenance pour Fluxys. Spécialisée en poses souterraines et aériennes de câbles moyenne tension, le département ENGEMA Lignes a réalisé de nombreux travaux pour ses clients traditionnels ORES et Belgacom, principa­ lement en province de Luxembourg.

ENGEMA et ETEC se rapprochent L’année 2013 n’a pas été facile pour ETEC. La baisse générale des activités a eu des conséquences sur le chiffre d’affaires, même si de nouveaux contrats ont pu être signés. L’entreprise est en phase de transition. Plusieurs mesures ont été prises afin de renouer avec les bénéfices, dont une réduction des frais généraux et la mise en place d’un coaching assuré par ENGEMA. Ce contexte difficile n’a pas empêché l’entreprise de poursuivre et d’accentuer ses efforts en matière de formations, de sécurité et de respect de l’environnement. LOUIS STEVENS & CO Tous les signaux sont au vert Jusqu’à présent, Louis Stevens & Co n’a pas beaucoup ressenti les effets de la crise et le carnet de commandes est pro­ metteur. L’entreprise compte en profiter pour diversifier ses activités. Vidéosurveillance, installation de réseaux, applications en fibre optique sont des ac­ tivités que Louis Stevens & Co continue à développer en 2014. Une année de travail intense Les chantiers n’ont pas manqué en 2013. En voici les plus significatifs : • Le système ERTMS/ETCS - niveau 1 : cet ambitieux (et indispensable) pro­ gramme européen de modernisation de la signalisation ferroviaire est en cours d’installation sur le réseau belge. Ce chantier mobilisera les équipes jusqu’en 2015.

• Le système TBL1+ : depuis la fin de l’année 2013, l’entièreté de la flotte intérieure de la SNCB est dotée de la tech­ nologie de freinage automatique TBL1+. • Travaux de signalisation : Louis Stevens a collaboré à plusieurs projets dans le cadre d’une concentra­ tion du nombre de cabines de signali­ sation, ainsi que renouvelé la signali­ sation en plusieurs endroits du pays. • Telecom and Security : Différents contrats-cadres ont été conclus en 2013. Ils concernent l’ins­ tallation de systèmes de vidéo­ surveillance, de détecteurs d’incendie et de câbles en fibre optique.

UN CHIFFRE

04

Fin 2013 le département Télécom a pu décrocher plusieurs contrats pour ICTRA, STIB, qui permettent d’avoir une bonne visibilité pour les quatre prochaines années dans son secteur.

REMACOM Un bilan positif Des chantiers qui se succèdent, de nou­ veaux projets qui s’annoncent, une nouvelle organisation interne qui se met en place. L’année fut bonne et les perspectives 2014 sont rassurantes.

Travaux de signalisation ferroviaire Hamont-Neerpelt

109

365 jours de savoir-faire De Bruges à Louvain-la-Neuve en passant par Schaerbeek et Saint-Nicolas, les chan­ tiers ont été nombreux et diversifiés. Les équipes de REMACOM ont installé, modifié ou remplacé des rails et des voies de chemin de fer, aidé plusieurs entrepreneurs à l’aide de grues ferroviaires, réparé des installations endommagées. Les chantiers les plus significatifs réalisés cette année : le tunnel ferroviaire Liefkenshoek à Anvers, le renouvellement des appareils de voie entre Bruxelles-­ Central et Bruxelles-Nord, l’adaptation des voies L51 et L51B à Bruges, le rempla­ cement des rails dans le district NordOuest (Gand), le reprofilage de voies à Braine-l’Alleud.

RAPPORT D’ACTIVITÉS


UN CHIFFRE

06 REMACOM a entamé en 2013 les démarches pour passer d’une agréation Classe 5 à une agréation Classe 6. Cette opération permettra à l’entreprise de participer à des projets de plus grande envergure.

 Renouvellement de la plate-forme ferroviaire Schaerbeek

 Réaménagement de la Belgiëlei Anvers

S’adapter en permanence Afin de répondre le plus efficacement possible aux exigences du marché, REMACOM a développé une nouvelle activité de soudure aluminothermique. AANNEMINGEN VAN WELLEN 2013, une année mouvementée 2013 a été une année très mouvementée pour l’activité du département ’routes’ d’Aannemingen Van Wellen : une longue trêve hivernale, un marché public offrant peu de potentiel, la résolution d’un vieux dossier juridique datant des années ’70 avec la commune de Nijlen et un problème avec une livraison chez un client qui a donné lieu à une expertise judiciaire. Indépendamment de tous ces soucis, le département a clôturé une année opé­ rationnelle bien remplie, avec plusieurs grands et petits chantiers comme la Bredabaan à Merksem, les pistes cyclables du Singel le long du ring d’Anvers, le réaménagement de la N49 entre la Rive gauche et Zwijndrecht, l’aménagement du terminal Boortmalt. La diversification géographique et l’extension de sa clien­ tèle ont permis au département ’routes’

110

de clôturer l’année en positif. En qualité de partenaire pré-qualifié du consortium ‘Tram voor A’, qui a pour but de réaliser la deuxième phase des Boulevards à Anvers, les équipes de soumissions se sont atta­ chées à élaborer un vaste dossier DBFM remis au début de 2014.

Pôle Rail & Routes Carnet de commandes au 31 décembre 2013

80,3

2012

65,8

Chiffre d’affaires 2013

95,5

2012

99,3

(en millions EUR)

RAPPORT ANNUEL 2013


Sécurité d’abord

111

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Projet rĂŠsidentiel Bataves 15-21 - Bruxelles

112

RAPPORT ANNUEL 2013


PÔLE PROMOTION ET GESTION IMMOBILIÈRES

113

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Benelux

FAVORISER LES SYNERGIES ET LES TRANSFERTS DE COMPÉTENCES « Je m’engage sur la voie de la continuité, tout en essayant de mettre les activités des trois pays à un niveau équivalent en matière de développement immobilier. » déclare Jacques Lefèvre qui assurait déjà les activités de promotion et gestion im­ mobilières du groupe en Belgique et en Pologne. Depuis quelques mois, il a éga­ lement repris les activités de développe­ ment de CLi et celles de la société Sogesmaint en Belgique et au GrandDuché de Luxembourg. Peu engagé en bureaux, le pôle Promotion et Gestion Immobilières est surtout présent en

résidentiel dans trois pays : Belgique, Grand-Duché de Luxembourg et Pologne. L’activité de gestion immobilière a été marquée par la séparation entre CBRE et Sogesmaint, cette dernière société, filiale à 100% de CFE, restant présente sur les marchés belge et luxembourgeois. BPI Anticiper les besoins du marché Chaque année qui passe voit le marché immobilier se complexifier. 2013 n’a pas échappé à la règle : le secteur exige des ressources et des compétences de plus en plus pointues. Pour répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain, BPI se remet constamment en question.

114

Sérénité L’activité durant l’année 2013 a été soute­ nue. De nouveaux projets ont vu le jour, pendant que d’autres ont été livrés. Le carnet de commandes laisse présager une année 2014 sereine et de qualité, comprenant des chantiers marquants. L’enthousiasme est d’autant plus grand que la structure du pôle immobilier dans son ensemble s’est réorganisée. BPI en sent déjà les bénéfices à travers la centra­ lisation des compétences. Principaux projets Plusieurs chantiers résidentiels se sont terminés en 2013 et ont été livrés : Goudenboom à Bruges, la Résidence du Parc à Schaerbeek et la Résidence

RAPPORT ANNUEL 2013


UNE FIERTÉ

 Green Hill Dommeldange (Luxembourg)

GREEN BUILDING Le développement durable est une valeur chère au groupe et à BPI. Bon nombre de projets réalisés affichent des performances environnementales excellentes, récompensées par l’obtention de certifications. L’immeuble Serenity est le premier à obtenir la certification HQE (Haute Qualité Environnementale) à Luxembourg.

en 2013, que ce soit en Belgique ou au Grand-Duché de Luxembourg. Citons notamment en Facility Management : l’immeuble avenue Herrmann-Debroux 40/42 pour le compte de CFE, des bâti­ ments et agences bancaires pour le compte de BNP Paribas Fortis et la Tour Vazon à Luxembourg pour le compte du Parlement européen. En gérance d’immeubles, l’immeuble en colocation avenue Herrmann-Debroux 40/42 pour le compte d’Axa Real Estate. En tant que syndic, le complexe résidentiel Green Hill à Dommeldange et la résidence-services Eden Green à Bettembourg au GrandDuché de Luxembourg. En avant toute L’objectif de Sogesmaint en 2014 est simple : décrocher de nouveaux contrats, en particulier au Grand-Duché de Luxembourg. La démarche commerciale sera axée sur une sélection rigoureuse des clients potentiels, en vue de garantir une rentabilité optimale. À cet égard, la complémentarité des services consti­ tue un réel atout dont Sogesmaint doit profiter.

Camélia à Uccle. Un autre projet d’enver­ gure est en cours de réalisation : celui de la Lichttoren à Anvers. BPI s’est également montrée active sur le marché de l’immobilier de bureaux et celui des projets mixtes. L’entreprise col­ labore au superbe projet Belview, un îlot mêlant commerces, appartements et bureaux de prestige, en plein cœur du quartier européen de Bruxelles. Parmi les autres projets d’obtention de permis en 2013, citons : • la transformation en appartements du site historique de Solvay, en bordure de l’avenue Louise – projet Ernest • le projet mixte résidentiel Erasmus Garden à Anderlecht

Un actif de qualité Plusieurs contrats de Property, Facility et Project Management ont été repris

CLI Sur la lancée de l’année précédente L’activité soutenue de 2012 s’est prolongée en 2013. Une année de consolidation qui permet d’aborder l’exercice suivant avec enthousiasme et ambition. Concernant le projet de KONS, l’année 2013 a été consa­ crée à la réalisation des études de cet im­ portant projet mixte situé en plein centre de la ville de Luxembourg. La délivrance des permis et le commencement du chantier sont attendus durant le premier semestre 2014. Les permis pour la construction de nouveaux bureaux et ateliers pour le client G4S située à Gasperich-Luxembourg ont été délivrés en novembre. Les travaux commenceront en mars 2014. La livrai­ son d’immeubles du complexe résiden­ tiel Green Hill, situé à Dommeldange, se poursuit. À Bettembourg, le chantier de la résidence-­services ‘Eden Green’, portant sur 72 unités, a été entamé. La commercialisation a déjà rencontré un vif intérêt.

115

RAPPORT D’ACTIVITÉS

• la construction d’un parking, d’appar­ tements et de maisons à Anvers – projet Léopold SOGESMAINT Un nouveau départ Sogesmaint présente un nouveau visage depuis juin 2013. Son actionnariat a chan­ gé mais ses priorités demeurent : devenir incontournable dans le Sustainable Property et Asset Management, livrer des projets axés sur les normes environne­ mentales de demain, demeurer à l’écoute des clients et prospects.


International

Vue artistique Wola Tarasy Varsovie (Pologne) 

Lichttoren Anvers 

UNE VISION

BPI POLSKA Renforcement de sa position sur le marché polonais Deux importantes opérations Promotion et Ventes ont marqué l’année 2013. Le bon déroulement de ces deux projets situés à Varsovie et Gdansk a renforcé la position de l’entreprise sur le marché lo­ cal. BPI Polska avait un beau défi à relever car il fallait s’adapter à une réalité nouvelle : la demande d’appartements de plus petite taille. Le rythme de vente a atteint un bon niveau et laisse entrevoir des perspectives encourageantes.

Les objectifs pour 2014 sont nombreux : • commercialisation des derniers appartements du projet Gdansk I • poursuite et livraison de la vente des projets Gdansk II et Obozowa I • lancement de la commercialisation d’Obozowa II • étude de faisabilité du projet Gdansk III et IV

OUVERTURE BPI désire repenser le paysage urbain et créer des espaces de travail et de vie privée ouverts sur la ville et harmonieusement intégrés dans l’environnement.

Par ailleurs, l’équipe commerciale pour­ suit ses efforts de prospection à travers toutes les principales villes.

116

RAPPORT ANNUEL 2013


Ouverts, transparents et intègres

117

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Tunnel ferroviaire Liefkenshoek - Anvers

118

RAPPORT ANNUEL 2013


PÔLE PPP-CONCESSIONS

119

RAPPORT D’ACTIVITÉS


Benelux CONSOLI DATION ET EXTENSION « Pour chacun de nos secteurs d’activité (Développement, Maîtrise d’ouvrage, Asset Management), l’année fut bien remplie », affirme Diane Zygas, Directeur général PPP-Concessions. « D’une part, plusieurs chantiers emblématiques ont mobilisé - et mobilisent toujours - nos équipes. D’autre part, nous préparons le futur avec la ferme intention de décrocher de nouveaux contrats. Nous ne manquons pas d’atouts ! »

Made in Belgium L’activité sur le territoire national a été marquée par trois chantiers d’envergure en cours de réalisation : • Le tunnel ferroviaire Liefkenshoek à Anvers Dans ce projet de liaison ferroviaire à double voie passant sous l’Escaut, les départements Maîtrise d’ouvrage et Asset Management ont redoublé d’efforts. Les travaux de génie civil ont été achevés en janvier 2013, conformé­ ment au planning initial. Les équipes chargées de la maintenance de l’in­ frastructure ont depuis pris le relais. • L’Hôtel de police à Charleroi La construction de ce bâtiment emblé­ matique et exemplair se poursuit. Parallèlement à ce volet du projet, le programme de maintenance continue à être peaufiné. Il sera d’application fin de l’année 2014, après la livraison finale du bâtiment. À proximité du nouvel hôtel de police, CFE gère les travaux d’extension des installations de la compagne Charleroi Danses. Ce sont plus de 2.300 m² qui seront livrés à la compagnie fin 2014. • Les écoles de la Communauté germanophone à Eupen Cet important chantier continue à mobiliser les départements Maîtrise d’ouvrage et Asset Management. Les travaux touchent à leur fin et le volet Maintenance se met progressive­ ment en place. Activités à l’étranger Le 16 mai 2013, la ministre néerlandaise des Infrastructures et de l’Environne­ ment, Melanie Schutz van Haegen, inau­ gurait en grande pompe le second Coentunnel à Amsterdam. Ce tunnel rou­ tier immergé à six voies de circulation a nécessité cinq années de travaux, et mo­ bilisé fortement les collaborateurs tout au long de l’année écoulée. Alors que le programme de maintenance du tunnel a débuté, les équipes de ConceptionConstruction œuvrent à la rénovation du premier Coentunnel adjacent, qui sera livré en 2014.

Des perspectives motivantes L’objectif de développement est clair : dé­ crocher un nouveau contrat d’infrastruc­ ture ou de bâtiment par an, en Belgique ou aux Pays-Bas. Plusieurs projets sont en cours de soumission : le tram de Liège (infrastructure et matériel roulant), Brabo 2 (infrastructure de tram et routes) à Anvers et la rénovation/construction de bâtiments à La Haye, aux Pays-Bas.

SÉCURITÉ MAXIMALE Ce thème n’est pas seulement l’affaire du personnel présent sur chantier. Quelle que soit la fonction, il s’agit de partager un même état d’esprit. C’est pourquoi les cadres du pôle PPP-Concessions ont participé au séminaire ‘Gérer la sécurité’ organisé par le département des Ressources humaines du groupe CFE. Pas de théorie sans pratique. Sur le chantier du tunnel Liefkenshoek, des mesures concrètes ont été prises. L’ensemble des sous-traitants a suivi des séances de formation à la sécurité ferroviaire bien avant le passage du premier train.

Rent-A-Port Alors que l’activité s’est développée au Vietnam et à Oman, les projets ont été réorientés au Nigéria. La zone portuaire de Dinh Vu dans la ville de Hai Phong au Vietnam a attiré bon nombre de clients industriels en 2013, la plupart européens et japonais. Afin de répondre à la demande, pas moins de six projets d’expansion ont été signés. Ils assurent à l’entreprise de belles perspectives de rentabilité car les différentes phases de travaux s’étendent sur 20 ans. Au Sultanat d’Oman, les travaux dans le port de Duqm se poursuivent. Trois autres chantiers ont débuté sur le site durant l’année, dont la construction de plusieurs jetées à destination de la future raffinerie. Un certain nombre d’autres

120

RAPPORT ANNUEL 2013


RENT-A-PORT La zone portuaire de Dinh Vu dans la ville de Hai Phong au Vietnam a attiré bon nombre de clients industriels en 2013, la plupart européens et japonais.

121

RAPPORT D’ACTIVITÉS


contrats auprès de nouveaux clients ont été signés pour des projets dans l’enceinte du port de Duqm. L’activité d’ingénierie et de super­vision au Qatar s’est traduite par l’obtention durant l’été d’un impor­ tant projet portant sur le déchargement et le stockage à grande échelle de gravier. Par ailleurs, une seconde équipe de RentA-Port reste mobilisée jusqu’en 2015 par un autre chantier de design review et de supervision. Celui-ci concerne le déchar­ gement et le stockage de ciment. Au Nigéria, une grande partie du pro­ jet OK Free Trade Zone a été vendue à un homme d’affaires nigérian. Cependant, il est impossible de dire si la collaboration se poursuivra. Cette situation n’empêche heureusement pas Rent-A-Port d’avancer sur ses propres projets.

Ailleurs dans le monde, plusieurs projets greenfield sont à l’étude en Tanzanie, Guinée-Conakry, Côte d’Ivoire et Tunisie. Rent-A-Port Energy Conseil d’Administration, équipe de management, pool d’ingénieurs : 2013 a vu la structure de Rent-A-Port Energy se renforcer en profondeur. Au niveau de ses activités, l’entreprise s’est montrée active dans le projet Belgian Offshore Grind ou ‘Stopcontact op zee’, en collaboration avec Elia. De même, Rent-A-Port Energy possède des parts significatives dans trois projets éoliens offshore, au large de la côte belge, pour un total de 900 Mégawatt.

UN MOT

SYNERGIE En exploitant les compétences présentes dans le groupe CFE, nous sommes plus forts. C’est ainsi que be.Maintenance, membre du pôle Multitechnique, collabore étroitement avec les équipes de PPP-Concessions pour assurer la maintenance du tunnel Liefkenshoek à Anvers, des écoles à Eupen, et l’hôtel de police de Charleroi.

Coentunnel Amsterdam

122

RAPPORT ANNUEL 2013

Cfe 2013 activiteiten fr  
Advertisement