Issuu on Google+

MARKETOR DEPARTEMENT ETUDES


Sommaire

I.

Méthodologie de l’étude

3

II. Contexte et objectifs

4

III. Enjeux et perspectives de la fonction finance

5

IV. La fonction finance aujourd’hui

6

1. 2. 3. 4. 5. V.

La mesure de la performance Les Ressources Humaines L’élaboration budgétaire Le reporting Les outils et méthodes de recouvrement

Etat des lieux du Système d’Information financier

VI. Ce qu’il faut retenir

6 7 7 8 9

9 11

2


I

Méthodologie de l’étude Démarche Les résultats de cette étude reposent sur un questionnaire administré en ligne et par téléphone entre le 15 mars et le 15 mai 2007. Nous avons réalisé cette étude avec la participation de 129 Directions Financières de PME/PMI françaises. Les répondants ont ainsi contribué à nourrir cette étude de leur vision et de leur expérience, et nous tenons à les en remercier.

Panel Le panel des 129 répondants est représentatif de la fonction finance avec une majorité de membres des Directions Administratives et Financières (52%), suivie des membres des Directions du Contrôle Interne et de la Trésorerie (33%), parmi lesquels on retrouve les Directeurs et Responsables du Contrôle de Gestion et de la Trésorerie. Ils proviennent principalement d’Ile de France (44%), puis du Nord Est (23%).

Caractéristiques des répondants

Services

Di re c t io n Gé n é ra l e 1 0%

Au tre s D ire ct i o n s 5%

D i re ct ion Ad m in i strati ve e t Fi na nc ière 52 %

Di re c t io n d u Co n t rô l e Int e rn e e t d e l a T ré s o re ri e 33 %

Tranche d'effectifs

Tranche de chiffre d'affaires Supérieur à 1000M€ Inférieur à 3% D e 500 à 15M€ 1000M€ 7% 12%

Plus de 2000 12%

D e 15 à 100M€ 33%

D e 200 à 500M€ 19%

Inférieur à 100 salariés 4%

De 1000 à 1999 15%

De 250 à 499 28%

De 500 à 999 28%

D e 100 à 200M€ 26%

Zone géographique

Secteur d'activité M é t allurg ie 4%

S ud O uest 11%

Info rm a tiq ue 6%

Ile de France 44%

Sud Est 11%

De 100 à 249 13%

T ra nsp o rt 6%

Sa nté 2% Aut re s industrie s 27%

AgroAlim e nta ire 6%

Chim ie 13%

Nord Est 23%

Se rvice s 19%

Nord O uest 11%

Distrib ut io n 17%

3


II

Contexte et objectifs

Constat 1 : L’évolution de la fonction finance Depuis quelques années la généralisation des pratiques comptables et financières issues des normes IAS/IFRS, associée à la pression accrue des marchés financiers, ont considérablement renforcé les besoins de transparence et d’efficacité des groupes. Dans ce contexte, la fonction finance est plus que jamais la pierre angulaire de l’activité des entreprises. Optimiser l'organisation, piloter la performance, veiller au respect des normes comptables internationales, améliorer la productivité, réduire les délais de clôture, animer leurs équipes, s'assurer de la qualité des systèmes d'information... sont autant de thèmes au cœur des préoccupations stratégiques et opérationnelles des Directions financières et du Contrôle de gestion. De même, les services comptables n’ont apparemment plus pour seule vocation l’enregistrement d’informations et la production d’états et de documents légaux. Ils doivent être capables de gérer des paramètres complexes liés à leur activité : hétérogénéité des indicateurs, temps de traitement des données longs et coûteux, manque de sécurité et de fiabilité des données, risques d’incohérence… Garantir la sécurité des données et la traçabilité des processus est devenu leur priorité.

Constat 2 : L’automatisation et la dématérialisation des processus de gestion L’automatisation et la dématérialisation des processus de gestion au sein de toute entreprise sont synonymes de maîtrise des coûts, de gains de productivité et de satisfaction des collaborateurs et des partenaires, grâce à la transparence et la rapidité qu’elles apportent. Les processus de gestion administrative et financière n’échappent pas à cette règle. D’abord concentrés sur l’amélioration de leurs processus de production puis sur l’optimisation de la gestion de leurs relations clients, les entreprises sont désormais en position de s’attaquer à un domaine présentant d’énormes gisements de productivité : les processus administratifs et financiers. L’optimisation des processus « métiers » administration/finance devient donc un chantier prioritaire pour les groupes.

Constat 3 : La nécessité de mesurer et de piloter la performance Une des missions fondamentales des Directions financières est aujourd’hui de mesurer la performance économique et financière de leur entreprise. Pour cela, elles doivent s’assurer de la bonne adéquation des outils de mesure avec les objectifs stratégiques de l’entreprise. Une bonne gouvernance d’entreprise ne peut être dissociée des bénéfices procurés par une clôture rapide et efficace. Pour mener à bien cette mission de mesure et de pilotage de la performance, les Directions financières ont besoin d’accéder plus rapidement aux informations financières, de dégager du temps pour une analyse à valeur ajoutée, et d’améliorer la qualité et les systèmes de contrôle.

Les objectifs de l’étude Nous avons voulu savoir si l’état actuel du marché et la demande a priori constatée en systèmes d’information et de gestion étaient en adéquation avec les besoins et les attentes de la fonction finance du segment mid market, à savoir : •

Accompagner le développement stratégique des groupes et répondre à leurs besoins de transparence et d’efficacité,

Permettre aux acteurs de la fonction finance de remplir leurs obligations légales et financières, et de libérer des ressources pour se consacrer essentiellement à leur métier,

Mener à bien leur mission de mesure et de pilotage de la performance, et ainsi réaliser des gains de productivité. 4


III Enjeux et perspectives de la fonction finance Quels sont les enjeux auxquels la fonction finance doit-elle répondre ? Le pilotage de la performance de votre entreprise

91%

La maîtrise des risques

55%

La fiabilité des informations financières communiquées

55%

La maîtrise des grands équilibres financiers de votre entreprise

Le pilotage de la performance est l’enjeu incontournable de la fonction finance

36%

Le niveau de qualification de votre équipe

23%

La mise en conformité à l’environnement règlementaire

14%

Autres

5% 0%

50%

100%

Traditionnellement, la fonction finance a pour vocation de répondre aux besoins de deux entités clientes internes de l’entreprise : la Direction Générale et la Direction Administrative. Cependant la tendance actuelle montre que la mission administrative prend progressivement moins d’importance au profit d’un ensemble de missions financières plus stratégiques, en réponse aux exigences et besoins du Comité de Direction. Ceci confirme la nécessité de piloter la performance de l’entreprise comme mission fondamentale de la fonction finance, citée par 91% des répondants. Le rôle de la fonction finance va non seulement consister à fournir des indicateurs de performance économique et financière de la société, mais également à assurer les échanges d’informations entre les différents responsables. A cette notion de pilotage vient s’ajouter deux autres dimensions qui prennent de plus en plus d’importance : la maîtrise des risques et la fiabilité des informations financières communiquées. La fonction finance est désormais responsable de la gestion et de la prévention des risques financiers et opérationnels. L’une des raisons principales est la multiplication des contraintes règlementaires. Le niveau d’exigence des actionnaires, des investisseurs et des institutions financières est tel que la fourniture de données financières s’impose comme un des enjeux prégnant de la fonction finance moderne. Quelles sont les contraintes auxquelles la fonction finance est confrontée ? Le niveau d’intégration du système d’information et de communication

73%

La complexité et l’hétérogénéité des processus de consoli dation et de reporting

50%

La maîtrise des coûts

L’intégration du système d’information et de communication est au cœur des préoccupations

45%

Le respect des délais de publication des comptes intermédiaires

36%

La forte technicité des opérations financières

27%

La complexité et l’internationalisation des équipes

23%

Autres

9% 0%

20%

40%

60%

80%

La complexification de l’environnement règlementaire a pour conséquence de multiplier les processus, notamment de consolidation et de reporting. Dans ces conditions, la fonction finance doit repenser son organisation et se doter d’un Système d’Information et de Communication (SIC) performant, capable de prendre en charge l’intégralité des process. Or il semblerait que le niveau d’intégration du SIC soit insuffisant (73% des répondants le souligne) et ne permette pas de : • partager de précieuses informations dissimulées dans les données transactionnelles, • fluidifier les processus en fonction de l’évolution de l’environnement règlementaire. Une meilleure intégration des systèmes d’information et de gestion serait la garante de meilleurs gains de productivité. La fonction finance doit concilier une augmentation de ses responsabilités, activités et processus avec la contrainte constante de maîtriser les coûts (citée à 45%), qui ont considérablement augmenté du fait de la mise en conformité règlementaire (IFRS, Bâle II, SOX). En concentrant ses efforts sur la rationalisation de ses processus, de ses systèmes d’information et de son organisation, la fonction finance espère réduire naturellement ses coûts de fonctionnement. Le respect des délais de publication des comptes intermédiaires semble moins contraignant, les répondants préférant assurer la qualité et la fiabilité des données.

5


IV

La fonction finance aujourd’hui

Comment évaluez-vouslaperformancedevotrefonctionfinancesur lescritèressuivants Lafiabilité des informations produiteset 1% 14% communiquées Laqualité de l’organisation

7%

Laqualité dessystèmes d’information et de communication

65%

20% 39%

Laqualité dessystèmes de contrôle interne

67%

29%

9%

42%

Mauvaise

Bonne

Trèsbonne

12% 41%

62%

0%

50%

10% 10%

58%

Lagestion des équilibresfinanciers 3% 20% Trèsmauvaise

3% 38%

Laproductivité deséquipes 1% 22% Le niveau de compétencesdeséquipes 1%

19% 70%

13%

Une performance de la fonction finance globalement satisfaisante

9% 14% 100%

Une très grande majorité des répondants s’accordent à porter une appréciation positive sur la performance de leur service, alors que l’activité s’est fortement accrue ces dernières années avec une multiplication des processus, une augmentation du niveau de responsabilisation, etc. Cependant, les réponses sont plus contrastées d’un critère à l’autre. En effet, les sondés semblent satisfaits de leur capacité à fournir des informations financières fiables (84%) et de la productivité de l’équipe financière (77%).

Cependant, la qualité du SIC et des systèmes de contrôle interne semble insuffisante et confirme le manque d’intégration du système d’information et de communication déjà évoqué. Les répondants doivent donc se concentrer sur l’optimisation du retour sur investissement des outils actuellement utilisés. L’ouverture vers de nouvelles solutions peut être envisagée dans certains cas.

Comment évaluez-vous la facilité d'obtention des indicateurs de pilotage suivants Ratios de valorisation

Ratios d'équilibre financier

14%

5% 23%

36%

41%

50%

9%

23%

Ratios d'endettement

5% 18%

45%

32%

Ratios de solvabilité et de liquidité

5% 18%

45%

32%

Taux de rentabilité Très mauvaise Bonne

Mauvaise Très bonne

5% 23% 0%

50% 50%

Le besoin d’un système d’information et de communication performant et intégré au service de la performance

23% 100%

Des marges de progression sont également envisageables dans la gestion des équilibres financiers. Les répondants ont des difficultés à obtenir certains indicateurs financiers. La moitié des répondants éprouve des difficultés à récolter les ratios de valorisation. L’implémentation d’un système d’information, de communication et de gestion de type ERP peut considérablement améliorer l’efficacité de la fonction finance, en lui facilitant l’obtention des autres indicateurs, le partage et l’analyse des informations et ainsi des prises de décision rapides et pertinentes.

6


IV

La fonction finance aujourd’hui Se doter de nouveaux outils et repenser son organisation pour une meilleure efficacité

Qu'est-cequi permettrait d'améliorerl'efficacitédevotreéquipefinancière? Larévision du modèle d'organisation de votre fonctionfinancière

55%

L’acquisition de nouveauxoutils

50%

L’évolutiondescompétencespar laformation

45%

41%

Ladéfinition d’indicateurs de performance

Unemeilleure répartition destâches

36%

Lerecrutement decollaborateurs plusqualifiés

27% 0%

20%

40%

60%

L’accent est mis sur des leviers de type structurels et organisationnels, en premier lieu le mode d’organisation de la fonction (55%). Du fait de la multiplication des contraintes règlementaires, de l’internationalisation des marchés et des pressions exercées par les différents acteurs, les membres de la fonction finance ont bien conscience de la nécessité de redéfinir leur organisation en fonction de leurs principaux clients internes. Cependant, seulement 36% des répondants envisagent une redéfinition des rôles des membres de la fonction. En investissant dans de nouveaux outils, la moitié des répondants souhaite bénéficier des bonnes pratiques du secteur et recherche les meilleures conditions technologiques pour anticiper les évolutions de la fonction finance. Ils confirment également leur volonté de gagner en productivité par la définition d’indicateurs de performance. Ces derniers permettent de fixer des objectifs tant qualitatifs (qualité de service, satisfaction des clients internes et externes…) que quantitatifs (délais de clôture, volume de données traité…). Cependant, la difficulté consiste à définir des indicateurs réellement adaptés à la fonction finance. Comme évoqué précédemment, la productivité des collaborateurs de la fonction finance est très acceptable. Cette satisfaction est d’ailleurs confirmée par la volonté affichée de ne pas recourir à des recrutements de profils plus qualifiés. L’heure est plutôt à la rétention des compétences par la formation, comme le souligne 45% des répondants, afin d’anticiper et de suivre les évolutions règlementaires et techniques auxquelles la fonction finance est confrontée.

Les outils d’élaboration budgétaire permettent la mobilisation de tous les acteurs du processus

Qu'attendez-vousdevosoutilsd'élaborationbudgétaire? Lamobilisation de tousles acteurs

64%

Laresponsabilisation desparties prenantes au processus de planification

59%

Laréalisation de simulations en temps réel

58%

L’élaboration des plans grâce à une modélisation réaliste et dynamique

51%

Laconfrontation de l'exercice budgétaire au plan stratégique

38%

L’accèsà des donnéesde références centraliséeset mises à jour

33%

Lagestion du workflow

25%

Autres

1% 0%

20%

40%

60%

80%

L’élaboration budgétaire est une étape charnière pendant laquelle la fonction finance entre en relation avec l’ensemble des autres services et où les échanges d’information s’intensifient. Les répondants attendent de leurs outils d’élaboration budgétaire une aide à la mobilisation (64%) et à la responsabilisation (59%) de toutes les parties prenantes au processus de planification budgétaire. Le budget est trop souvent perçu comme un ensemble statique de tableaux qui ne reflète pas l'environnement réel. L’utilisation d’un outil d’élaboration budgétaire doit permettre de dresser un portrait du budget le plus fidèle à la réalité économique de l’entreprise, d’où une forte attente de réalisation de simulations en temps réel (58%). Les parties prenantes pourront ainsi transformer cet outil de gestion des opérations courantes en support des objectifs stratégiques long terme de l'entreprise et en une aide à la décision précieuse.

7


IV

La fonction finance aujourd’hui Produire des reportings de qualité dans des délais de plus en plus courts

Quellesétapesde votrereportingsont actuellement chronophages? Ciblage desdonnéespuisdessourcesde donnéesàcollecter

59%

Extraction desinformations utiles

77%

Rédactionet publication du rapport

Diffusion du rapport

Oui

Non

41%

23%

50%

50%

14%

86%

0%

50%

100%

Pour l’ensemble des directions financières interrogées l’un des premiers critères de performance réside dans la solidité et la fiabilité des processus et des dispositifs de contrôle interne, garants de la qualité de l’information financière publiée. Or les deux étapes du reporting les plus chronophages sont l’extraction des informations utiles (77%) et le ciblage des données puis des sources de données à collecter (59%). La performance attendue consisterait donc à accompagner en continu les opérationnels dans la production de reportings de qualité, et ce dans les délais. La notion de « Fast Close » ou clôture rapide devient par conséquent un objectif majeur de la fonction finance. Le Fast Close permet d’accéder plus tôt à l’information financière et de gestion utile et de réaliser ainsi des reportings dans les temps en s’appuyant sur des chiffres fiables, pour assurer des prises de décisions pertinentes. Il est synonyme de rationalisation des processus et de plus grande efficacité. La fonction finance, réalisant d’importantes économies de temps, peut se concentrer sur des tâches d’analyse et de pilotage, à plus forte valeur ajoutée, ce qui constitue un véritable avantage concurrentiel. Un système d’information et de gestion financière intégré permettrait aux décideurs de la fonction finance de rationaliser les processus de reporting financier et de mieux piloter leurs organisations. Il permettrait en effet d’accéder instantanément à des informations comptables et financières analysables de manière très détaillée, et de faire évoluer dans le temps les dimensions analysées. Il apporterait la force et la souplesse nécessaires non seulement à l’exécution des tâches élémentaires de gestion des ressources financières, mais également à l’optimisation du fonctionnement des équipes financières. Le niveau de performance de la fonction finance en serait rehaussé. Comment évaluez-vousvosprocédureset/ ou outilsde recouvrement ? Qualification de l’incident de paiement Optimisation de l’échéance de paiement Facturation

4% 16% 6%

71%

38%

13%

52% 83%

Recouvrement précontentieux 7% 22%

Très mauvais Bon

9%

65%

4% 6%

Recouvrement amiable

3% 20%

Recouvrement judiciaire

6% 23%

68%

3%

Rachat de créances

6% 23%

70%

1%

Mauvais Très bon

0%

68%

4%

50%

Des outils et méthodes de recouvrement globalement satisfaisants, avec tout de même le besoin d’optimiser l’échéance de paiement

9%

100%

Les procédures et outils de recouvrement sont dans l’ensemble bien évalués par les répondants. A ce titre, le domaine de la facturation récolte un taux de satisfaction de 83%. Une optimisation de la gestion du crédit et de recouvrement des créances pourrait cependant être réalisée grâce à une analyse intégrale des délais de recouvrement des créances et de la trésorerie, à une plus grande rigueur dans la gestion des créances, couplée à un outil performant de suivi du recouvrement. Ainsi la trésorerie serait améliorée, les coûts de recouvrement et les délais de paiement réduits, ce qui répondrait au besoin d’optimiser l’échéance de paiement exprimé par 44% des répondants.

8


V

Etat des lieux du Système d’Information financier

Etes-vous satisfait de votre système d'information et de communication ?

Pour quelles raisons êtes-vous insatisfait de votre système d'information et de communication ? Lacunes dans l ’organisation des processus de l’entrepri se

64%

Couverture foncti onnell e i nadaptée ou i ncompl ète pour supporter l es enjeux busi ness de votre société

Non 30%

Oui 70%

57%

Probl èmes de performance de l’i nfrastructure (sécurité, temps de traitement, di sponi bi l ité du

29%

Compétences i nsuffi santes de votre prestataire ou de l’équi pe chargée du système d’informati on

29%

Autres

Un système d’information et de communication largement satisfaisant, mais faisant l’objet d’une réflexion plus approfondie

21% 0%

20%

40%

60%

80%

Une large majorité de répondants (70%) est satisfaite de son système d’information et de communication. Cependant ce dernier les supportent insuffisamment dans leur mission d’organisation des processus de l’entreprise. La raison principale semble être un manque ou une inadaptation des fonctionnalités du système pour répondre aux enjeux économiques et stratégiques de l’entreprise. Un système de gestion financier aux fonctionnalités élargies pourrait les aider à intégrer, fluidifier et rationnaliser les processus de gestion financière de bout en bout. Ainsi la fonction finance obtiendrait une vue fiable et complète des résultats financiers sur l’ensemble de sa structure. Comment évaluez-vousla qualité de votre système d'information et de communication par rapport à ces missionsde la fonction finance ? Accèsplusrapide à l’information financière et de gestion

9%

Réduction des délais de clôtures

14%

Intégration et rationalisation des systèmes d’information

29% 35%

22%

Amélioration des processus de planification et de prévision

Standardisation et rationalisation des processus Trèsmauvaise

Mauvaise

Bonne

Trèsbonne

32%

33%

51% 35%

9%

14%

35%

52%

16%

12%

36%

32%

9%

Renforcement de la proximité 6% avec les opérationnels Renforcement du contrôle interne

51%

46%

12% 7% 10%

42% 41%

0%

Le besoin d’un système d’information intégré, couplé à des processus de planification et de prévision de meilleure qualité

50%

7% 5% 100%

Le SI permet à une grande majorité des répondants d’accéder plus rapidement à l’information financière et de gestion. Il permet aussi de réduire les délais de clôture de la moitié des acteurs de la fonction finance. Cependant, 54% d’entre eux déplorent encore un manque d’intégration et de rationalisation. Un système d’information mieux intégré leur permettrait d’améliorer sensiblement leurs processus de planification et de prévision. Dansquellemesure votre système d'information et de communication répond-t-il auxbesoinssuivants? L’optimisation des circuits documentaires et de validation (ex: dématérialisation des factures)

13%

La rapidité, la précision et la fiabilité des processus 6% de reporting

36% 29%

La mise en place d’un dispositif de prévision en continu

26%

La prise en compte des indicateurs non financiers dansla mesure de la performance

25%

L’optimisation de la gestion prévisionnelle

17%

La déclinaison des objectifsstratégiquesen indicateurs opérationnels

14%

Très mauvais

Mauvais

Bonne

Très bonne

0%

48% 55% 42%

38% 48% 39%

10% 25%

7%

32%

6%

29%

6%

39% 50%

3%

Un système d’information qui répond aux besoins de reporting mais qui révèle une insuffisance des dispositifs de gestion prévisionnelle et de mesure de la performance

7% 100%

65% des répondants reconnaissent que leur système d’information actuel permet une rapidité, une précision et une fiabilité des processus de reporting. Par contre, 63% pensent qu’il intègre difficilement les indicateurs non financiers dans la mesure de la performance. De même, le système d’information ne répond pas de manière optimale à leur besoin de réaliser des prévisions financières en continu (68%) et d’optimiser leur gestion prévisionnelle.

9


V

Etat des lieux du Système d’Information financier Une performance affectée par le manque d’automatisation et d’intégration entre les différentes applications de gestion utilisées

Quelsobstaclestechnologiquesrencontrez-vousdanslagestion quotidiennedevosactivitéset qui pourraient affecterla performance devoséquipes? Lemanque d’automatisation

59%

Le manque d’intégration entre les différentesapplications utilisées

55%

Lasaisie manuelle desdonnées

55%

Lemanque d’intégration desdonnéesdu plan et du budget

50%

Latraçabilité moyenne

32%

Lesproblèmesde transmission desdonnées

27%

Lafaible performance desapplications de consolidation

18% 0%

20%

40%

60%

80%

Les équipes financières cherchent constamment à améliorer leur performance en s’appuyant sur un certain nombre de meilleures pratiques relatives à la gestion quotidienne de leurs activités. Des solutions technologiques adaptées doivent théoriquement venir en support de ces meilleures pratiques et améliorer leur productivité. Or le manque d’automatisation reste un obstacle à la performance des équipes, comme 59% des répondants le soulignent. L’utilisation d’applications disparates, non intégrées, vient renforcer ce frein à la productivité. Pourtant, l’utilisation d’un système d’information et de gestion intégré et rationalisé leur permettrait de générer un gain de temps en termes d’interventions manuelles, de corrections d’erreurs, d’analyse des écarts et de collecte/ traitement des données. Il leur permettrait également d’intégrer plus facilement les données du plan et du budget, intégration insuffisante actuellement selon la moitié des répondants.

Quelsimpactspourraient avoir lamiseenplaced'unsystème d'informationperformant surla gestiondevotre équipefinancière? Lepilotage de laperformance devotreentreprise

74%

Lamaîtrise desrisques

51%

Lafiabilité desinformations financièrescommuniquées

Un système d’information intégré comme levier de performance des équipes financières et plus globalement de l’entreprise

41%

Lamaîtrise desgrands équilibres financiersdevotre entreprise

35%

Leniveaude qualification de votre équipe

20%

Lamise enconformité à l’environnement règlementaire

17%

Autres

10% 0%

20%

40%

60%

80%

La mise en place d’un système d’information performant pourrait avoir d’autres impacts positifs sur la gestion des équipes financières. En très large tête se place le pilotage de la performance de l’entreprise, cité par 74% des répondants. Nous avons en effet évoqué précédemment les gains de temps et de productivité apportés par un SI intégré et rationalisé. Le temps ainsi libéré pourrait être consacré à des activités à plus forte valeur ajoutée et entraîner soit une hausse des revenus, soit une baisse des coûts. La performance des équipes financières mais également la performance globale de l’entreprise en seraient accrues. En seconde place, une meilleure maîtrise des risques est soulignée par 51% des répondants, preuve que l’anticipation et la prévention des risques demeurent une préoccupation forte de la fonction finance. Bien que la couverture des risques est globalement satisfaisante, la mise en place d’outils de contrôle performants et le développement de techniques d’identification et d’analyse des risques, dans les domaines aussi bien financiers qu’opérationnels, pourrait devenir un chantier important des Directions Financières.

10


VI Ce qu’il faut retenir

Enjeu et problématique prégnants ♦ Le pilotage de la performance est l’enjeu incontournable de la fonction finance (91% des répondants). ♦ L’intégration du système d’information et de communication est au cœur des préoccupations (73% des répondants).

Etat des lieux du système d’information financier Pour 70% des répondants le système d’information et de communication actuellement utilisé est globalement satisfaisant.

Il est notamment efficace dans les missions suivantes (en % des répondants globalement satisfaits) :

♦ le renforcement de la proximité avec les opérationnels (49%), ♦ l’accès à l’information financière plus rapide (63%), ♦ la fiabilité, la précision, et la rapidité des processus de reporting (65%). Par contre, certaines caractéristiques doivent être améliorées (en % des répondants globalement mécontents) :

♦ le manque d’intégration et de rationalisation du système d’information financier handicape sérieusement la compétitivité de la fonction (54%),

♦ le système d’information ne contribue pas à l’amélioration des processus de planification et de prévision (61%), ♦ l’intégration d’indicateurs non financiers dans la mesure de la performance pose toujours problème (62%), ♦ la mise en place d’un dispositif prévisionnel en continu n’est toujours pas opérationnel (68%).

Les prochains chantiers de développement du système d’information financier Le système d’information et de communication est largement reconnu comme un vecteur de gain de productivité et par conséquent un facteur d’optimisation de la performance. Cependant en période de rationalisation et de maîtrise des coûts, les répondants semblent vouloir améliorer l’existant. Optimiser la comptabilité analytique et la gestion prévisionnelle ou encore uniformiser les reportings actuels apparaissent comme les chantiers prioritaires.

Quelsseront lesprochains chantiersdu département finance ? L’optimisation de notre comptabilité analytique

43%

Le développement de nos outils de contrôle interne

36%

L’optimisation de notre outil de gestion prévisionnelle

39%

Larationalisation de notre système comptable

35%

Le développement de notre outil de business intelligence

29%

L’uniformisation de nos reportings actuels

Dans sa globalité, le module « Finance » de l’ERP actuellement utilisé fera l’objet d’amélioration avec pour objectif constant la recherche du meilleur retour sur investissement possible.

Oui

En coursde réfléxion

Non

42% 0%

48%

19%

45%

23% 13%

38% 52%

19% 48%

L’amélioration du module « Finance » de notre ERP

9%

52% 13% 28% 50%

39% 30% 100%

11


Cette étude a été commanditée par Infor, un éditeur de logiciels d’entreprise aussi novateur que vous

Editeur de logiciels de gestion d’entreprise

En partenariat avec IBM

Infor conçoit des solutions métier spécifiques qui permettent aux entreprises innovantes de tous secteurs d’activités de s’adapter rapidement aux évolutions d’un marché mondial. Avec plus de 70 000 utilisateurs, Infor révolutionne ce que les entreprises peuvent attendre d’un fournisseur de solutions de gestion d’entreprise. En capitalisant sur son expérience sectorielle, Infor propose des solutions métier spécialisées à faible coût total de possession et rapidement rentables. Infor s’engage à respecter 3 principes directeurs dans l'optique de satisfaire véritablement aux demandes de ses clients : •

Pour en savoir plus : www.infor.fr

Enrichir ses produits existants afin d'optimiser les investissements consentis par ses clients, Offrir des fonctionnalités étendues pour répondre aux nouveaux défis et aux nouvelles opportunités au coût total de possession le plus faible, Faire évoluer ses solutions au rythme de l’innovation technologique, sans perturbation.

Infor en quelques chiffres

Votre contact INFOR : r.produits@infor.com

Dixième éditeur mondial de logiciels, le groupe Infor a réalisé un chiffre d’affaires de près de 2,1 milliards de dollars en 2006 et compte plus de 8 100 collaborateurs, avec une présence directe dans 100 pays. Au cours du dernier exercice, 1 000 nouveaux clients ont retenu ses solutions.

Infor FMS, solutions de gestion financière

INFOR France, Siège 72, rue du Colonel de Rochebrune 92380 Garches Tél. : + 33 (0)1 47 95 90 00 Fax : + 33 (0)1 47 95 19 00

Infor FMS représente une suite intégrée de fonctionnalités inégalées sur le marché à l’heure actuelle. Depuis une trentaine d’années, Infor aide les directeurs administratifs et financiers à répondre aux problématiques uniques auxquelles ils se trouvent confrontés. D’ailleurs, la totalité des solutions Infor concentre cette expertise. De surcroît, elles sont adaptées sur mesure à chacun de ses clients, quelle que soit leur plateforme, la taille de leur entreprise ou leur branche d’activité. Avec 25 000 mises en œuvre dans plus de 190 pays, les solutions Infor FMS sont largement éprouvées et adaptées à la problématique de ses clients. Elles rassemblent un large éventail de fonctions de gestion au sein d’une plate-forme ouverte, multilingue et évolutive. Depuis plus d’une trentaine d’années, elles permettent à nos clients de capitaliser sur leurs systèmes et plates-formes technologiques existants et de les étoffer de fonctionnalités riches et conviviales, nécessaires à la maximisation de la productivité et des performances.

Your Channel & Hi-Tech Marketing Partner Maison des ESSEC 70 rue Cortambert, 75116 Paris www.marketor.fr

Cette étude a été réalisée par MARKETOR. Autres études récemment publiées : Industrie – Transport & Logistique – Travail Temporaire – Distribution Spécialisée – Laboratoires Pour plus d’informations, merci de contacter le Département Etudes : etudes@marketor.fr - Tél. : 01 46 97 21 70

12


Fonction Finance : Enjeux stratégiques et organisationnels