Issuu on Google+


sommaire DOSSIER

|| La recherche en imagerie médicale à l’Université de la Méditerranée ..

4

À SAVOIR

|| Décisions des Conseils .....................................................................

10

|| Learning by doing : les étudiants mettent la «main à la pâte» ........

13

|| La plus grande image du ciel jamais obtenue ...................................

14

|| Hommage à Francis Giraud .............................................................

16

salon des masters aix-marseille université / université d’avignon

du campus de Luminy .....................................................................

18

Du 9 au 10 mars - Seconde édition du salon détaillant l’offre de formation en Masters d’Aix-Marseille Université et de l’Université d’Avignon - Espace Bargemon, Marseille

|| L’information à tout prix ..................................................................

19

|| 6èmes journées nationales JURISUP ....................................................

20

|| IPRO ................................................................................................

21

|| Politique de rémunération pour les personnels contractuels .............

22

|| Collaboration fructeuse franco-cambodgienne ................................

24

|| Collecte papier à l’Université de la Méditerranée ..............................

25

|| SIFAC : lancement réussi ! ...............................................................

26

|| Rencontre avec Maryse Massabo, assistante sociale à l’Université .....

28

AU CŒUR DU CAMPUS

|| Une maquette pour mieux comprendre le plan de modernisation

DIRECTIONS

|| L’Université de la Méditerranée ouvre l’unique Centre de Bilan

bloc notes Renseignements

suio@univmed.fr starfac : finale 10 mars à 18h - Les vainqueurs des qualifications de chacune des composantes de l’Université de la Méditerranée s’affrontent dans la grande finale du quizz étudiant - Amphi Bernard, Faculté de Pharmacie Renseignements

www.univmed.fr/starfactour.asp rencontres de galien 17 mars à 18h - Conférence grand public sur le thème «L’aide humanitaire : de l’intention à l’action», par le Dr. Stéphane Pichon (Président du Conseil Régional de l’Ordre des Pharmaciens PACA Corse) - Amphi Pastor, Faculté de Pharmacie

de compétences en région PACA .....................................................

30

À L’HONNEUR

|| Aziz Moqrich, Dominique Chatain ...................................................

30

L’ÉCHO DES LABOS

|| Que peut-on apprendre sans le sixième sens ? .................................

32

florent.agniel@univmed.fr

33

journée de la recherche, de l’internat et de l’innovation pharmaceutique (ri2p)

|| Sur un problème de Gelfond : la somme des chiffres des nombres premiers ..................................................................... LA SCIENCE POUR TOUS

Renseignements

23 mars, à partir de 12h - Faculté de Pharmacie

|| L’alimentation méditerranéenne entre au patrimoine mondial

Renseignements

de l’UNESCO ...................................................................................

34

PARTAGER

|| La qualité : atout ou contrainte pour les établissements de santé ? ..

35

INNOVATION

|| Détection précoce et innovante du cancer de la peau : SKINAN .......

36

ITINÉRAIRE

|| La filière mode prend des galons .....................................................

37

INSTANTANÉS

|| Les universités distribuent un Passeport pour l’avenir .......................

38

|| Du corps au sport ! .........................................................................

39

francoise.dignat-george@univmed.fr tournoi de jeu d’entreprise 24 mars à 18h - Faculté des Sciences économiques et de Gestion, Marseille Renseignements

http://jeudentreprise.univmed.fr groupe de travail du cirm Du 28 mars au 1er avril - Structures binaires primitives - CIRM Renseignements

lettre n°156 - février 2011 Directeur de la publication

Yvon BERLAND Directeur de la rédaction

Patrice VANELLE Rédactrice en chef

Elisabeth BERNARD

Université de la Méditerranée 58 bd Charles Livon 13284, Marseille Cedex 07 Tél. 04 91 39 65 00 - fax. 04 91 31 63 74 mail : service-communication@univmed.fr www.univmed.fr

Conseiller

José SAMPOL Rédaction

CPPAP N° 0904 B 05378 / Tirage : 2500 ex.

Stanie LOUARN, Delphine BUCQUET

Dépôt légal : 66 - Février 2011 - ISSN 1291 - 309X

Conception

Toute représentation ou reproduction intégrale

piquetdesign

ou partielle faite sans le consentement de l’auteur

Infographiste

ou de ses représentants est illicite (art. a du Code

Frédéric ESCALIER

de la Propriété Intellectuelle).

Imprimerie

Louis Jean Imprimeur

pierre.ille@univmed.fr conférence d’infectiologie 31 mars à 18h - Conférence grand public dans le cadre de l’Année de l’Infectiologie sur le thème «Bactéries multirésistantes : réalités», par le Pr. Jean-Marc Rolain - Amphi Pastor, Faculté de Pharmacie Renseignements

florent.agniel@univmed.fr

Photo de couverture : © CNRS / CEA - DSV / Hubert Raguet Illustration d’une image de tractographie, montrant une série de faisceaux majeurs du cerveau humain. L’imagerie de diffusion par IRM permet de mesurer in vivo la diffusion des molécules d’eau dans les tissus et de visualiser leur structure. Appliquée au cerveau, elle permet d’étudier l’organisation de la matière blanche en faisceaux de fibres reliant les différentes régions du cerveau. Des techniques de tractographie sont ensuite utilisées, à partir des images acquises, pour reconstruire en trois dimensions les faisceaux de fibres avec dans la partie basse les faisceaux pyramidaux (bleus) recouverts par les fibres transverses ponto-cérébelleuses (rouge/vert).


écrans www.googleartproject.com

L’événement de ce début d’année : Google Art project ! Google offre aux internautes une visite gratuite de 17 musées de part le monde et l’accès à 1 061 célèbres tableaux photographiés en très haute résolution. Vivement les autres tableaux en ligne !

www.nasa.gov/mission_pages/stereo/main/index.html

Le soleil en stéréo : L’observation du Soleil franchit un nouveau cap. A l’aide de deux satellites jumeaux, baptisés Stereo, la Nasa offre en ce moment aux astrophysiciens une vue complète de l’astre du jour.

www.canalu.mobi

Pour bien commencer l’année, emportez Canal-U sur votre smartphone ! Rappelons que Canal-U est la vidéothèque numérique de l’enseignement supérieur. C’est le site de référence pour les ressources audiovisuelles de l’enseignement supérieur, avec des programmes enrichis de documents pédagogiques et validés par les conseils scientifiques des Universités Numériques Thématiques.

Conseils et Commissions

édito L’imagerie médicale est au premier rang des innovations qui ont révolutionné les pratiques médicales. Il suffit d’un court passage dans un service hospistalo-universitaire de radiologie ou de médecine nucléaire pour en mesurer l’importance. L’impact en médecine est considérable avec la possibilité d’adapter les méthodes d’exploration aux cas individuels, du diagnostic au suivi thérapeutique. Les innovations en imagerie ont été réalisées grâce à une recherche interdisciplinaire allant de la physique à l’évaluation des pratiques médicales en passant par la biologie et les sciences de la santé. Le site de Marseille dispose des structures et des compétences qui doivent en faire un site internationalement reconnu. Cet objectif peut être atteint avec la collaboration de tous les acteurs de l’imagerie médicale sur des programmes de recherche et de formation. Les retombées d’une Imagerie Médicale reconnue auront un très fort impact, non seulement sur les disciplines qui y contribuent en physique, biologie et santé, mais aussi sur l’attractivité de notre Université auprès d’autres universités européennes et auprès d’industriels, avec, à terme, plus de débouchés pour nos étudiants.

mars 2011 / sous réserve de modifications 1

10h30 Bureau du Conseil Scientifique

Salle 128

14h30 Conseil des études et de la Vie Univ.

Sale du Conseil

8

14h

Salle du Conseil

Bureau du Conseil d’Administration

15 14h30 Conseil Scientifique

Salle du Conseil

22 14H30 Conseil d’Administration

Salle du Conseil

www.univmed.fr

Charles oliver

Conseiller du Président Yvon Berland


4

dossier

février 2011 numéro 156

la

La Lettre université de la méditerranée

recherche

en

imagerie médicale À L’université de La méditerranée L’imagerie médicale qui comprend les techniques de radiologie et de médecine nucléaire s’est considérablement développée ces dix dernières années. Elle est en effet indispensable dans la plupart des pathologies pour le diagnostic, le suivi thérapeutique et la thérapeutique elle-même dans un nombre croissant de cas. Elle est essentielle aussi en recherche biomédicale pour des études fondamentales et précliniques sur la physiopathologie et pour le développement de nouveaux médicaments.

L

es examens de radiologie (rayons X, tomodensitométrie ou scanner, échographie, optique, imagerie par résonance magnétique) et de médecine nucléaire (tomographie par émission de positons, scintigraphie) ont gagné en sensibilité et en spécificité. Il est possible aujourd’hui de détecter des lésions de très petite taille, une dizaine de microns, mais surtout de déterminer le caractère agressif ou non de ces lésions en utilisant l’imagerie moléculaire permise grâce aux techniques d’imagerie de médecine nucléaire. L’imagerie médicale a bénéficié des progrès de la physique, de l’électronique, de l’informatique, de la biochimie et de la biologie. D’autres perfectionnements sont encore attendus pour améliorer non seulement la performance des examens, mais aussi le confort et la sécurité des patients et des per-

sonnels. Sur notre site marseillais, les forces sont vives en matière de recherche en imagerie médicale. Nous disposons des structures et des compétences indispensables à la prise en charge des malades et à la participation significative aux progrès de la discipline : • En biologie-santé : - Sur le campus santé timone sont regroupés le Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale (CRMBM), le Centre d’IRM fonctionnel et le Centre Européen de Recherche en Imagerie MEDicale (CERIMED), qui ouvrira ses portes à l’été 2012. - Dans les hôpitaux, le pôle d’imagerie de l’AP-HM comprenant les services hospitalouniversitaires de radiologie et de médecine nucléaire, ainsi que le Centre d’Exploration Métabolique par Résonance Magnétique (CEMEREM) et le Centre d’Imagerie de l’Institut Paoli Calmettes.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

- Dans les UFR, en Santé et en Sciences, avec

les laboratoires de biologie. • En physique : - Le Centre de Physique des Particules de

Marseille (CPPM), le laboratoire Plasma et Procédés Photoniques (LP3), le Laboratoire de Mécanique et d’Acoustique (LMA) et l’Institut Fresnel. Ce dossier présente schématiquement et successivement : • Les structures existantes sur le site d’AixMarseille avec l’imagerie par résonance magnétique (CRMBM et CEMEREM, IRM fonctionnelle). • Les services hospitalo-universitaires en imagerie médicale. • Les laboratoires de physique et biologie ayant une activité en imagerie médicale. • Le projet du CERIMED.


© CNRS / CEA - DSV / Hubert Raguet

5

le crmbm et le cemerem Comptant 70 personnes sous la direction du Pr. Patrick Cozzone, l’Unité Mixte de Recherche n° 6612, Université de la Méditerranée - CNRS, constitue un laboratoire pilote pour la recherche en imagerie par résonance magnétique fondamentale, pré-clinique et clinique. Elle réunit des compétences pluridisciplinaires : génie physique, électronique, informatique, physiologie, biochimie, biophysique, et plusieurs spécialités médicales (neurologie,

cardiologie, rhumatologie, chirurgie et cancérologie) avec une intégration verticale des savoirs de l’animal à l’homme à travers les disciplines. Elle se compose de deux structures : • Le Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale (CRMBM) est dédié aux protocoles d’imagerie sur le petit animal et les activités de spectrométrie de résonance magnétique à haute résolution (étude de la fonction musculaire, étude du système cardiovasculaire, étude du système nerveux central). Il est équipé de deux spectromètres imageurs à 4,7 teslas et 11, 75 teslas.

• Le Centre d’Exploration Métabolique par

Résonance Magnétique (CEMEREM) où sont réalisés des protocoles de recherche clinique nationaux et internationaux. Le CEMEREM constitue l’implantation hospitalière de l’UMR 6612 et il est lié par convention à l’AP-HM, faisant partie de son pôle d’imagerie médicale. Il est équipé de deux IRM à 1,5 et 3 teslas. Les équipes des deux centres développent et appliquent les instruments et les méthodes de la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) pour l’exploration morphologique, métabolique et fonctionnelle de l’animal et l’homme.


6

dossier

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

L’enjeu est d’obtenir des mesures objectives de la fonction, de l’activité et de la morphologie du cerveau, directement et rapidement, sans méthode irradiante, en limitant ainsi le danger potentiel associé à l’obtention d’images, comme le recommande une directive européenne de 1998.

Ces méthodes concernent l’IRM anatomique et les applications de la RMN pour l’exploration métabolique et fonctionnelle en physiopathologie musculaire, cérébrale et cardiovasculaire. Les principaux thèmes de recherche en préclinique et clinique portent sur : • le cerveau : l’épilepsie, les tumeurs cérébrales, la sclérose en plaques, l’ischémie (accidents vasculaires cérébraux), les maladies neurodégénératives et les encéphalopathies métaboliques ; • le cœur : l’ischémie et l’infarctus du myocarde, la cardiomyopathie diabétique, les études sur la conservation des greffons cardiaques ; • le muscle : les myopathies métaboliques, l’hyperthermie maligne, l’entrainement musculaire pour les sportifs de haut niveau, la fatigue musculaire. La collaboration avec les services hospitaliers proches permet d’optimiser la recherche clinique basée sur une méthode d’imagerie in vivo, non irradiante et non invasive. Pour développer sa recherche clinique, les locaux du CEMEREM ont été agrandis avec la construction d’un nouveau bâtiment pour accueillir en 2008 des équipements de dernière génération. Deux spectromètres imageurs à 1,5 et 3 teslas permettent aujourd’hui l’exploration du corps entier en un seul examen, y compris pour les patients obèses ou claustrophobes grâce à un aimant de 70 cm de diamètre, le premier de ce type installé en France (coût total du projet : 6,6 millions d’euros). Certains des développements conduits au CEMEREM bénéficient du soutien de la société Siemens dans le cadre d’une convention de collaboration de longue durée.

le centre d’irm fonctionnelle Installé dans les locaux du CHU timone le centre IRMF de Marseille est une plateforme d’imagerie cérébrale dirigée par le Pr. Guillaume Masson. Sa vocation : permettre à la communauté scientifique et médicale (locale, nationale et internationale, publique et privée) de mener à bien des recherches dans le champ des neurosciences fondamentales et cliniques ainsi que de la psychologie cognitive. Le Pr. Patrick Cozzone, Directeur du CRMBM, fait la démonstration de l’utilisation d’un PET scan (tomographie par émission de positons).

L’IRM offre depuis 25 ans des approches d’imagerie multimodale et translationnelle. Sur le cerveau, elle se place aujourd’hui à la pointe des avancées technologiques en matière d’analyse des accidents vasculaires. Depuis peu, une nouvelle technique d’IRM développée au CEMEREM permet une meilleure compréhension, voire le dépistage, des maladies neurodégénératives, notamment la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer et l’épilepsie (Cf. La Lettre n°150 - Juin 2010).

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

Le centre est équipé d’un système IRM 3 tesla permettant l’étude avec une grande précision de l’anatomie cérébrale, de la structure de la substance blanche et des activations cérébrales induites par toutes sortes de stimulations ou tâches comportementales. Les travaux portent notamment sur les bases neuronales des fonctions sensorielles, motrices ou cognitives chez l’homme. Ces recherches fondamentales ou méthodologiques s’articulent avec celles menées par les équipes de neurosciences utilisant l’électrophysiologie ou l’imagerie photonique chez l’homme et chez l’animal. L’IRMF sera administrativement rattaché, à partir de 2012, à l’Institut de Neurosciences de la timone.


7

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

l’apport précieux de la phYsique

© CNRS / Alexis Chézière

La recherche de l’équipe imXgam du Centre de Physique des Particules de Marseille se situe dans le contexte des applications sociétales de la physique des particules. Concrètement, ses expertises et réalisations en instrumentation pour les grandes expériences de physique des particules sont valorisées via le développement de projets interdisciplinaires dirigés vers les sciences de la vie et des matériaux.

les services hospitalo-universitaires d’imagerie medicale Ces services disposent des équipements les plus récents et les plus performants pour la meilleure prise en charge des malades, du diagnostic jusqu’au suivi thérapeutique. Ils sont aussi le lieu de mise au point et d’évaluation de nouvelles techniques d’imagerie, ainsi que d’une recherche clinique intense, déclinable en deux points : • En radiologie, avec l’équipe du Pr. Jean-Michel Bartoli, l’utilisation de l’élastoplastie (en partenariat avec la Compagnie SuperSonic Imagine) pour l’exploration du sein, de la thyroïde et de la prostate, ainsi que pour celle des lésions abdominales chez l’enfant, et le per-

Les travaux s’articulent autour d’une rupture technologique constituée par le développement de détecteurs à pixels hybrides pour le comptage de rayons X. Ils permettront d’améliorer la détection de petites lésions à faible contraste dans les tissus mous et de diminuer la dose d’exposition en tomodensitométrie, mais surtout de développer une approche spectrale de cette technique pour une modalité d’imagerie à la fois anatomique et fonctionnelle. Il sera alors possible de distinguer plusieurs agents de contraste à base d’iode, de gadolinium ou d’or, déjà éprouvés en tomodensitométrie pour leur radio-opacité et par exemple de détecter une tumeur grâce à des anticorps marqués avec des nanoparticules d’or et d’étudier simultanément sa vascularisation grâce à un marquage à l’iode. Ainsi, la corrélation entre l’apport sanguin local et la progression de la maladie, donnera une dimension métabolique et fonctionnelle à une technique d’imagerie jusqu’à présent uniquement anatomique.

fectionnement des techniques d’imagerie interventionnelle en médecine vasculaire. • En médecine nucléaire, avec l’équipe du Pr. Olivier Mundler, l’utilisation du TEP-TDMCT et les progrès de la scintigraphie ont notamment permis des études originales sur le système nerveux (base de données normatives du cerveau sain, maladies neurodégénératives, fibromyalgies...) et sur les tumeurs endocrines, grâce à l’utilisation de nouveaux radiotraceurs. Des progrès sont aussi attendus avec le développement de l’imagerie interventionnelle et la mise au point de techniques d’imagerie encore plus sensibles et précises, tout en améliorant le confort et la sécurité des malades. A noter également la participation à de nombreux protocoles de recherche clinique dans toutes les disciplines médicales et chirurgicales,

l’imagerie médicale étant incontournable dans un très grand nombre d’études. Il y a régulièrement une cinquantaine de protocoles de recherche clinique impliquant l’imagerie dans ses deux aspects.

les laboratoires de phYsique et de biologie avec une activité en imagerie médicale Leur contribution en amont pour la mise au point de nouvelles techniques d’imagerie devrait s’accentuer avec l’activité prochaine du CERIMED. La synergie avec les biologistes, les médecins et les pharmaciens sera facilitée. Les laboratoires de Physique associés au CNRS ont chacun leur spécificité :


8

dossier

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

advanced accelerator

applications

La Société Advanced Accelerator Applications a été créée en 2002. Cette compagnie spin-off du CERN est implantée à Saint Genis (Ain), et mène une très forte politique de recherche et de développement de nouveaux radiotraceurs permettant un abord spécifique des pathologies en oncologie, neurosciences et dans le domaine cardiovasculaire. Un des deux cyclotrons installés dans le CERIMED sera strictement affecté à la synthèse des nouveaux radiotraceurs. Les interactions avec les laboratoires de l’Université et les sociétés régionales de biotechnologies devraient être fructueuses.

• Le Centre de Physique des Particules de

Marseille (CPPM - UMR 6550 CNRS/IN2P3Université de la Méditerranée) pour la médecine nucléaire conduit le projet tomXGam (encart 3). Le Pr. Christian Morel participe aussi à la mise en place du master Physique Biologie dont le continu facilitera le dialogue entre physiciens et spécialistes de biologie-santé. • L’Institut Fresnel (UMR 6133 - CNRS-Ecole Centrale de Marseille, Aix-Marseille I et III) dont les activités en optique sont internationalement reconnues, porte le projet POCASI, instrument de diffraction optique pour les applications en sénologie et en neurosciences. • Le Laboratoire de Mécanique et d’Acoustique (LMA - UPR 7051 - CNRS, lié par convention à Aix-Marseille I et II et école Centrale de Marseille) dont les travaux sur les ultrasons sont bien intégrés à la construction du ClearPem Sonic, instrument hybride asso-

ciant tEP et élastographie pour l’exploration des nodules du sein. • Le Laboratoire Lasers, Plasma et Procédés Photoniques (LP3 - UMR 6182 - CNRS - AixMarseille II) avec le projet dans les prochaines années de l’implantation dans le CERIMED d’un laser femtoseconde de haute puissance pour la production de rayons X. Plusieurs laboratoires de biologie ont développé des techniques d’imagerie adaptées à leur thème de recherche. Parmi eux : l’Institut de Biologie des Développements de Marseille Luminy (UMR 6216), où l’imagerie des tumeurs cérébrales est étudiée en collaboration avec le CPPM dans des modèles expérimentaux et le CRO2 (Centre de Recherche en Oncologie biologique et Oncopharmacologie - UMR-S 911) où l’imagerie intravitale est utilisée en oncologie.

le cerimed Sur le Campus Santé timone, le Centre Européen de Recherche en Imagerie MEDicale est en cours de construction. Il sera proche des laboratoires de recherche, des facultés de santé, du CRMBM et du CEMEREM, en bordure de l’hôpital universitaire où sont concentrées les forces vives en imagerie médicale. Cette localisation doit favoriser l’interdisciplinarité pour une recherche en imagerie adaptée aux besoins de la recherche biomédicale et à ceux des patients, en synergie avec les partenaires industriels. Le concept du CERIMED a été élaboré par le Dr. Paul Lecoq, physicien senior au CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire) dans le continuum du réseau européen Crystal Clear. Ce réseau avait été constitué pour promouvoir le transfert de la recherche issue

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

des grandes expériences de physique vers la biologie et la santé. Projet porté par l’Université de la Méditerranée depuis 2005, le CERIMED aura deux missions : • La validation de nouvelles techniques d’imagerie médicale : développement ou optimisation de nouveaux instruments, mise au point et validation de nouveaux radiopharmaceutiques pour l’exploration et le suivi de différentes pathologies. Les études seront réalisées dans des modèles animaux de pathologie humaine avant le transfert à l’homme. • La mise à disposition des laboratoires académiques et des sociétés de biotechnologies d’une plateforme complète d’imagerie préclinique et clinique in vivo. Le futur bâtiment comprendra 5 secteurs, avec des locaux spécifiquement aménagés : • Un secteur industriel du radiopharmaceutique géré par la société Advanced Accelerator Applications) comprenant 2 cyclotrons 16Mev, l’un pour leur production commerciale et l’autre pour la mise au point de nouveaux radiotraceurs en partenariat avec l’Université de la Méditerranée (convention du 25/06/2009). Et dans ce même secteur, un laboratoire de recherche en radiopharmaceutiques CERIMED. • Un secteur technologique comprenant plusieurs ateliers, une salle grise et un hall d’intégration. • Un secteur préclinique composé de deux parties, l’une pour rongeurs et l’autre pour gros animaux, chacune comprenant des salles de stabulation de chirurgie et d’imagerie. Le laboratoire de Physiologie et Pathologie thérapeutique Vasculaire, dirigé par Vincent Vidal à la Faculté de Médecine (timone), intègrera ce secteur. Il développera des techniques de radiologie interventionnelle permettant,


Projection du futur bâtiment du CERIMED, sur le Campus Timone. Le CERIMED vise à développer les échanges européens autour de la recherche en imagerie médicale.

entre autres, de traiter des lésions tumorales sans intervention chirurgicale lourde. • Un secteur clinique pour la validation de prototypes développés dans le CERIMED et des nouveaux instruments d’imagerie proposés par les industriels, ainsi que pour le développement de protocoles cliniques à partir de nouveaux radiopharmaceutiques par exemple. • Une salle de conférences de 100 places, des bureaux pour les personnels du CERIMED et pour l’accueil de chercheurs étrangers et de partenaires industriels. Dans le cadre du Contrat de Projet Etat Région (CPER) 2007-2013, l’Université de la Méditerranée bénéficie d’une subvention de 11,6 millions d’euros pour l’infrastructure et de 3,7 millions d’euros pour l’acquisition des équipe-

ments. Les subventions du CPER proviennent essentiellement de la Ville de Marseille, du Conseil Général 13, du Conseil Régional PACA et du Fonds Européen de Développement Economique Régional. Par ailleurs, un Groupement d’Intérêt Scientifique est en cours de constitution entre notre Université, l’AP-HM, l’Institut Paoli Calmette et l’école Centrale de Marseille. Avant même la livraison du bâtiment, plusieurs opérations du CERIMED ont été mises en place dans tous les secteurs, en partenariat avec plusieurs institutions européennes et avec des industriels. Il en va ainsi de 5 projets de développement de nouveaux instruments d’imagerie et de 15 protocoles de recherche clinique. Le projet CERIMED s’intègre à 3 pôles de compétitivité : OPTITEC,

Eurobiomed et Solutions Communicantes Sécurisées. Il fait aussi partie de l’axe VI Recherche en Technologie du Cancéropôle PACA.

La complémentarité de ces sites doit assurer à Aix-Marseille une plus grande lisibilité et une plus forte reconnaissance dans la recherche translationnelle en imagerie médicale. Si le développement de nouvelles techniques d’imagerie va encourager l’innovation en recherche clinique et en biologie, l’excellence de la recherche dans cette discipline, typiquement interdisciplinaire, doit être complétée par un enseignement transversal et original pour apporter aux physiciens d’utiles connaissances en biologie-santé, et réciproquement.

© Didier Rogeon - architecte

9


10

À SAVOIR

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

décisions des conseiLs Retrouvez les procès-verbaux des Conseils dans leur intégralité sur www.univmed.fr/public/administration.aspx

Conseil d’Administration | 23 novembre 2010 ORDRE DU JOUR

RELEVÉ DE DÉCISIONS

• Statuts d’Aix-Marseille Université • Texte stratégique Contrat Quadriennal 2012 - 2017 • Indicateurs AERES Auto-Evaluation • Dispositifs d’intéressement (critères d’attribution) • Campagne d’emplois 2011 (compléments) • Politique de rémunération des personnels contractuels • Débat d’orientation budgétaire (budget 2011) • DBM 3 • Modifications budgétaires des opérations gérées en ressources affectées du 1er avril au 3

Le Conseil d’Administration a approuvé • Le texte stratégique portant sur le volet de politique générale et le volet formation du Contrat qui sera passé entre Aix-Marseille Université et l’Etat pour la période 2012-2017. La délibération sur le volet recherche a été repoussée, le texte n’étant pas encore finalisé.

novembre 2010 • Budget 2010 de la Fondation Méditerranée traumatisme • Solde de conventions gérées en ressources affectées • Election d’un membre représentant les enseignants-chercheurs au bureau de l’Université • Contrat d’objectifs et de moyens avec l’IUT • Lettre d’engagement (Société d’Accélération du transfert de technologie) • Fonds d’intervention Pédagogique • Modalités de contrôles des connaissances (complément) • FSDIE (liste 8) • Questions diverses

• Les critères d’attribution et les montants (maxima ou fourchettes entre un minimum et un maximum) des différents dispositifs d’intéressement ouverts aux personnels de l’Université de la Méditerranée.

• Les indicateurs d’auto-évaluation de l’AERES pour le bilan du Contrat Quadriennal 2008-2011.

• Deux modifications à la campagne d’emplois 2011, volet enseignants : nouvel intitulé d’un poste proposé par la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion et la transformation d’un poste de professeur affecté à la Faculté de Pharmacie en poste hospitalo-universitaire. Concernant le volet BIAtOSS : transformation d’un emploi de CASU en emploi d’ADAENES ouvert à la mobilité à la Faculté de Médecine pour la fonction de responsable administratif et transfert d’un emploi de l’IUt vers les services centraux, dans le cadre de la réorganisation administrative et technique. • La politique de rémunération des personnels contractuels exerçant des fonctions pérennes au sein de l’établissement, dans la limite de la soutenabilité budgétaire, avec deux volets :

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

- évolution indiciaire minimale par périodes de trois ans ; - Activation d’un système indemnitaire. • La décision budgétaire modificative n°3 de l’exercice 2010 qui : - Prévoit 8 892 069,56 € de recettes nouvelles, dont 8 474 009,56 € en masse de fonctionnement et 418 060 € en masse d’investissement ; - Autorise 9 602 069,56 € de dépenses nouvelles, dont : 9 169 841,56 € en masse de fonctionnement et 432 228,00 € en masse d’investissement ; - La différence, soit 710 000 €, représentant un prélèvement prévisionnel sur le fonds de roulement de l’établissement. • Le budget prévisionnel 2010 de la Fondation Méditerranée traumatisme. • Les modalités proposées pour solder les conventions anciennes, gérées en ressources affectées. • La signature de la lettre d’engagement de l’Université de la Méditerranée dans le projet de «Société d’Accélération du transfert de technologie Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse - SAtt PACAC» (la participation de la Corse reste à confirmer). Les SAtt constituent un des appels d’offres ouverts dans le cadre du «Grand Emprunt». • L’attribution, au titre du fonds d’intervention pédagogique, pour les années 2010 et 2011, de : - 120 000 € pour le projet «Enseignements pra-


11

tiques en dosimétrie, radioprotection et détection de rayonnements » (Faculté des Sciences de Luminy - Porteur de projet : J. Busto) ; - 55 300 € pour le projet «Equipement d’une salle pour tD et tP en analyse du mouvement» (Faculté des Sciences du Sport - Porteur de projet : C. Bourdin) ; - 76 885 € pour le projet «Atelier P. Hy. SIC» (Pilote Hygiène et Sécurité Industrielle des Composites) (IM2 - Porteur de projet : J. Payan). • Les règlements d’examens et modalités de contrôle des connaissances (année 2010-2011) des diplômes suivants : - Masters du domaine Sciences de la Santé (Faculté de Médecine) ; - DUt GEA formation continue (IUt) ; - Licence professionnelle Systèmes informatiques et Logiciels (SIL) spécialité Développement et Administration Internet et Intranet (DA2I) (IUt). • L’attribution, au titre du FSDIE 2010, d’une subvention de 3 000 € pour le projet présenté par

l’association AEM2 portant sur l’initiation à la langue des signes française. • L’organisation, dans le cadre de la manifestation destinée à fêter les 80 ans de la Faculté de Médecine, d’une loterie, dont les bénéfices seront reversés à la fondation universitaire Santé, Sport, Développement Durable et la fixation à 5 € du prix des billets de tombola émis. Le Conseil d’Administration a été informé • Sur les modifications budgétaires des opérations gérées en ressources affectées pour la période du 1er avril au 30 novembre 2010, pour un montant total de 3 267 367,31 €. Le Conseil d’Administration a débattu • Des statuts d’Aix-Marseille Université (dont l’adoption sera proposée en décembre aux membres du Conseil). • De l’orientation budgétaire pour l’exercice 2011, après que le cadre général prévu pour le budget à venir lui ait été présenté.

Conseil Scientifique | 7 décembre 2010 ORDRE DU JOUR • Examen des demandes en réponse à l’Appel d’offres BQR et Préciput ANR 2011 • Sélection des Docteurs Honoris Causa 2011 • Demandes de dispense de master et co-tutelle de thèse • Avis sur le texte stratégique du volet recherche du prochain Contrat Quadriennal de l’université unique d’Aix-Marseille

RELEVÉ DE DÉCISIONS • L’Université a procédé à une augmentation importante du montant du BQR et du Preciput ANR réservé au fi nancement des projets de recherche des unités qui seront développés en 2011 : 700 000 € pour le BQR et 1 million d’euros pour le Preciput ANR. Concernant le BQR, le Conseil Scientifique a examiné 69 dossiers et en a sélectionné 59 pour un montant total de 685 500 €. Les financements sont destinés à l’acquisition d’équipements ou à des dépenses de fonctionnement pour les laboratoires non expérimentaux, à l’accueil de nouvelles équipes dans les domaines prioritaires de l’Université au titre du Contrat Quadriennal, à l’organisation de colloques et l’installation d’enseignants-chercheurs nouvellement recrutés. Au titre du Preciput ANR, 20 projets ont été déposés parmi lesquels le Conseil en a retenu 18 pour un montant de 987 000 €. Les opérations fi nancées portent sur la mise en place d’infras-

tructures des laboratoires, en réponse directe aux besoins des équipes conduisant les projets ANR et sur la jouvence des plateformes et plateaux techniques existants. • Le Conseil a proposé de retenir en priorité 3 candidats pour leur décerner le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université : - William Catterall, chercheur américain de réputation internationale, est le scientifique le plus cité dans le domaine des canaux ioniques (20042009) et l’un des pionniers de sa discipline. Des collaborations de longue date existent entre ce scientifique et l’UMR_S 641 (Neurobiologie des canaux ioniques) de l’Université. - John Volkman, scientifique australien de renom dans son domaine, a reçu plusieurs distinctions dans sa discipline. Il collabore avec l’Université (LMGEM) depuis plus de 10 ans.


12

À SAVOIR

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

- Mike Drummond, figure incontestée de l’économie de la santé au niveau mondial, est l’un des fondateurs de cette discipline au Royaume-Uni et a contribué à placer le centre, qu’il a dirigé pendant plus de 10 ans, en tête des laboratoires mondiaux spécialisés dans le domaine. Il a coopéré avec l’UMRS 912 SE4S de l’Université dans le cadre d’un projet européen. - Franck Wilczek, américain, Prix Nobel de physique en 2004, actuellement professeur au MIt,

est un candidat exceptionnel mais en raison de l’absence de collaborations avec les laboratoires de l’Université, le Conseil l’a classé 4ème puisqu’il ne satisfaisait pas aux critères de l’Université pour recevoir la distinction de Docteur Honoris Causa. • Le Conseil a émis un avis favorable sur le texte stratégique du volet recherche du futur Contrat Quadriennal de l’université unique d’Aix-Marseille par 12 voix Pour et 4 voix Contre.

Conseil des Etudes et de la Vie universitaire | 7 septembre 2010 ORDRE DU JOUR • Actualités • Pédagogie • Vie étudiante

RELEVÉ DE DÉCISIONS Actualités • Les statuts de la future université unique sont en voie de finalisation. • Les dossiers «primes d’intéressement» du volet formation seront examinés sur la base de critères proposés par le CEVU. Pédagogie • Contrat Quadriennal 2012/2015 - Rapports sur maquettes (L LP M) : une deuxième série de rapports est présentée ; - Les projets du domaine Sciences et technologies sont examinés lors de séances de travail propres à ce domaine, dont les conclusions sont communiquées aux Conseils des trois établissements, afin qu’ils puissent effectuer une validation formelle ; - Les discussions relatives au domaine Droit Economie Gestion (dont les filières Information et Communication) vont déboucher très prochainement sur une offre commune ; - Les différents rapporteurs sont remerciés pour la qualité de leur collaboration dans des délais très courts. • Le livret de procédures LMD mis en place en 2004 fait l’objet d’une mise à jour. Il est approuvé à l’unanimité sauf une abstention.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des campus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

• Campagne des Diplômes d’Université rentrée 2010 : les modifications des tarifs pour la Faculté de Pharmacie et la Faculté des Sciences du Sport sont approuvées à l’unanimité. • Fonds d’Intervention Pédagogie - Lancement de la future campagne ; - Rappel des critères de financement : projets d’envergure et innovants ; - L’année 2011 sera la dernière année de financement dans le cadre du contrat 2008-2011. Vie étudiante • Les demandes de domiciliation des associations suivantes sont approuvées à l’unanimité : - tutorats Associatifs Marseillais (tAM) - Faculté de Médecine - regroupe les associations existantes avant la mise en place de la Première Année Commune aux Etudes de Santé et réunies sous cette nouvelle appellation ; - BDE Lumin&Sciences - Faculté des Sciences de Luminy ;


AU CŒUR DU CAMPUS

13

Faculté des Sciences de Luminy

learning bY doing :

les étudiants mettent la “main À la pâte” «La Main à la Pâte» est un programme éducatif innovant, créé en 1996 par Georges Charpak, qui a contribué à renouveler en profondeur l’enseignement des sciences à l’école.

C

Il s’agit d’une unité optionnelle : 5 étudiants ont répondu présents cette année pour observer, comprendre et expliquer des expériences scientifiques vulgarisées décrivant des phénomènes physico-chimiques.

e programme met l’accent sur la démarche d’investigation : avoir une approche expérimentale plutôt que transmettre un savoir théorique. L’accompagnement en sciences et technologie à l’école primaire (AStEP) constitue un des aspects du dispositif. Dans ce cadre, des enseignants de l’école primaire reçoivent dans leur classe des scientifiques ou des étudiants en sciences qui les assistent dans leur pratique de l’enseignement scientifique sans, bien entendu, se substituer à eux.

La démarche pédagogique se veut expérimentale. Les phénomènes ne sont pas abordés de manière théorique mais par le biais d’un questionnement qui conduit à l’expérimentation. Les animations ne nécessitent pas de matériel complexe ou onéreux mais du matériel de la vie quotidienne ou de récupération. Ainsi, les expériences seront reproductibles à l’école pour un coût modique et permettront une appropriation rapide aussi bien des professeurs que des enfants.

de nombreuses actions pilotées par des universités ont vu le jour en france. on Y compte désormais l’université de la méditerranée. Dans le cadre de l’Unité d’Enseignement «Diffusion scientifique», la Faculté des Sciences de Luminy propose cette année, aux étudiants de 3ème année en Licence Physique et Chimie, de participer à cette action. Le programme se

déroule en deux étapes : après un temps de formation à la vulgarisation scientifique, les étudiants interviennent dans des classes d’école primaire pour retransmettre ces expériences.

Cette Unité d’Enseignement, en favorisant l’engagement étudiant dans la diffusion du savoir scientifique, a pour objectif d’apporter des idées et des connaissances aux étudiants pour faire découvrir les sciences aux enfants de façon ludique... et susciter ensuite des vocations.


14

AU CŒUR DU CAMPUS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Faculté des Sciences de Luminy

la plus grande image du ciel Jamais obtenue La collaboration Sloan Digital Sky Survey-III à laquelle participent des chercheurs marseillais du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, le Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM) et le Centre de Physique Théorique (CPT), vient de mettre à la disposition de la communauté scientifique internationale le plus grand relevé du ciel jamais effectué.

P

ublié à l’occasion de la réunion annuelle de la Société Américaine d’Astronomie qui s’est tenue à Seattle du 10 au 13 janvier, ce relevé a permis de construire une image dont on a extrait un catalogue de sources d’une grande partie du ciel en cinq couleurs et d’une qualité sans précédent (couverture du ciel, profondeur, précision de la mesure des luminosités). Ce catalogue, qui contient environ 470 millions d’objets (galaxies, étoiles, quasars…), fait l’objet d’une publication dans la revue Astrophysical Journal Supplements. L’image du ciel obtenue est d’une résolution d’un térapixel (mille milliards de pixels) et en cinq couleurs. Comme le prestigieux relevé du ciel Palomar Sky Survey des années 1950, elle devrait être la référence des observateurs pour de nombreuses années à venir. Elle permettra aux astronomes de trouver dans le ciel les objets qui leur serviront à appréhender un grand nombre de questions astronomiques restées sans réponse jusqu’à maintenant.

Ce relevé a pu être effectué grâce à l’installation, dès 1998, de la caméra numérique la plus puissante au monde sur le télescope de 2,5 m de diamètre de l’observatoire d’Apache Point au Nouveau Mexique (états-Unis). Cette caméra a permis de constituer une image en une dizaine d’années de plus du tiers de tout le ciel. Il n’est pas possible de couvrir davantage le ciel dans de bonnes conditions depuis un seul site de prises de vue (ici, le Nouveau Mexique). Le relevé est donc terminé. L’image est désormais le point de départ d’études spectroscopiques ambitieuses ayant pour but de caractériser des sources extragalactiques sélectionnées grâce à leurs couleurs et d’en faire le spectre à l’aide d’un spectrographe capable d’observer plus de mille objets à la fois. L’une de ces études, SDSS-III Baryon Oscillation Spectroscopic Survey (BOSS) ou recherche spectroscopique des oscillations baryoniques, a débuté il y a plus d’un an et durera cinq ans. Elle a pour but de mesurer la distance de millions de galaxies et quasars afin de mettre en

édito | dossier | À savoir | au cŒur des campus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

évidence les structures de l’Univers à grande échelle. Elle permettra d’obtenir de nouveaux éléments pour comprendre la nature de l’énergie noire, l’un des grands mystères de la physique actuelle. D’autres informations issues de l’image serviront également à compléter les données scientifiques accumulées sur la structure de notre Galaxie, enrichissant ainsi le catalogue des étoiles du relevé SEGUE-2 (Sloan Extension for Galactic Understanding and Evolution). Ce dernier contient les mesures spectroscopiques de 118 000 étoiles à différentes latitudes. Il concerne à la fois des mesures des vitesses des étoiles et des mesures de propriétés intrinsèques (température, luminosité et composition chimique) qui vont permettre de tracer la structure, la dynamique et caractériser l’évolution de la composition chimique de notre Galaxie. Avec ce relevé, les chercheurs souhaitent obtenir de nouvelles informations sur la formation et l’évolution de notre Galaxie, ce qui permettra de mieux comprendre la formation des galaxies dans l’Univers.


15

Cette collaboration scientifique vise à cartographier, analyser et cataloguer les objets du ciel dans une qualité et une précision jusque-là ignorée. Forte de plus de 470 millions d’objets, cette image servira de point de départ à de nouvelles observations extragalactiques. Les scientifiques font un pari sans précédent : en apprendre plus sur l’énergie noire, l’évolution de notre galaxie ; bref, délier un peu plus les mystères de notre Univers...


16

AU CŒUR DU CAMPUS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Faculté de Médecine

hommage À

francis giraud Il émanait de la personne de Francis Giraud une empathie naturelle qui retenait son interlocuteur. D’emblée, celui-ci était mis en confiance et livrait ce qu’il n’avait jamais encore eu la possibilité de dire. Cette allure bonhomme ne devait pourtant pas tromper : derrière cette avenance, une volonté affirmée d’aller de l’avant.

A

vec une authenticité qui ne se cachait pas, Francis Giraud savait d’un mot rappeler d’où il venait, ce qui l’habitait et ce qui lui faisait aimer la vie. Une sorte de bon sens tranquille ramenait toujours les arguments les plus compliqués à des mots simples. En fait, cet homme aimait les hommes. Sa vie entière en est une démonstration aussi simple qu’éclatante. Il avait reçu de ses parents la foi du charbonnier, le sens de la famille et le goût de la médecine. Il y avait, réunis chez cet homme, les ingrédients d’une vie heureuse. Sa foi, il n’en parlait qu’en confidence en distinguant bien ce qui revenait à la laïcité républicaine. Il s’attachait à une grande tolérance pour ne jamais s’éloigner de la douleur des gens quelles que soient les circonstances. Le sens de la famille était son second héritage. S’il en parlait parfois, c’était avec réserve tant il savait le bonheur d’être privilégié. Il le ressentait davantage encore quand il rencontrait la souffrance de familles et d’enfants désorientés. «Heureusement que j’ai Monique», disait-il, parfois devant des situations dramatiques. Sa famille

prise et la marquer de sa propre personnalité. Il possédait pour cela le viatique paternel : l’oubli de soi, l’ardeur au travail et le souci de ne jamais déconnecter la recherche de la clinique.

francis giraud 1932 - 2010

était bien le secret de sa sérénité. Ces deux héritages sont, l’un et l’autre, les compagnons de route de son métier de médecin. S’il décida de consacrer sa vie à la médecine et plus particulièrement à la pédiatrie, ce n’était pas pour faire comme son père, pionnier de la Pédiatrie, mais pour poursuivre l’œuvre entre-

édito | dossier | À savoir | au cŒur des campus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

En plus de la pédiatrie générale qu’il n’abandonna jamais, il s’orienta vers la génétique médicale, aidé par le professeur René Bernard dont il fut l’adjoint (1963-1974) ainsi que par le Professeur Pierre Royer qui, à Paris, avait succédé à Robert Debré. La génétique découvrait les anomalies chromosomiques. Il fallait démontrer l’originalité de la démarche du conseil génétique dans sa dimension familiale, accompagner la clinique par des analyses chromosomiques innovantes, développer un enseignement nouveau. C’est dans ce but qu’il créa un laboratoire de cytogénétique (1966), des consultations spécialisées et un Centre de Génétique (1974) afin de faire converger les efforts de l’équipe qui très vite l’entoura. La réussite fut au rendez-vous et le Centre de Génétique devint rapidement un Département à part entière de l’Hôpital de la timone au Centre Hospitalo-Universitaire


17

En juillet 2009, Francis Giraud avait été élevé au rang de Commandeur dans l’Ordre de la Légion d’Honneur à l’Université de la Méditerranée, en présence de sa famille, de ses proches et de nombreux élus, venus saluer l’homme d’action et de convictions.

de Marseille. Quant au laboratoire, il donna naissance à une Unité de l’INSERM dédiée à la physiopathologie chromosomique (19801992). Francis Giraud fut alors élu dans la section 28 du CNRS (1982-1990) et en devint le président. Il fit aussi partie de toutes les instances nationales qui comptent en Médecine, Pédiatrie et singulièrement en Génétique où il fut le complice de Jean Frézal. Déjà soucieux de l’intérêt général, il fut assesseur du Doyen de la Faculté de Médecine, Maurice toga pendant de longues années (1974-1987). Ayant reçu beaucoup, fidèle à l’engagement hippocratique, il forma de nombreux élèves qui sont tous fiers de l’avoir eu

pour Maître. En Génétique médicale, comme en Pédiatrie, il leur a transmis le souci du malade et de sa famille, la référence au bon sens, la recherche de l’innovation et la nécessaire probité morale. C’étaient pour lui les prérequis indispensables dans l’exercice d’une profession vécue comme un engagement au service des autres. Servir les autres. C’est avec cette idée qu’il devint Maire de Roquefort-la-Bédoule en 1983. Ce nouvel engagement inattendu ne faisait pas partie de sa tradition familiale. Il innova donc et le fit si bien qu’il fut confirmé dans cette fonction élective pendant 26 ans.

Sa réussite et la reconnaissance de ses qualités s’imposèrent. Il devint Sénateur des Bouchesdu-Rhône en 1998, mandat qu’il honorera pendant dix années marquées par ses travaux sur notre système de santé, la Bioéthique et le développement des Centres Hospitaliers et Universitaires. L’homme laisse sa trace dans bien des domaines et ses qualités d’humaniste sont une référence. Malgré son départ, il reste très présent. jean-françois mattéi, jean-marc garnier, jacques sarles, nicole philip


18

AU CŒUR DU CAMPUS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Plan Campus

une maquette pour mieux comprendre

Le PLan de modernisation du camPus de LuminY

Deux mois après l’exposition 12 Campus du 21ème siècle à la Cité de l’Architecture à Paris en présence de Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse, Yvon Berland a présenté le 17 janvier dernier, à la Faculté des Sciences de Luminy, la maquette du futur campus, modernisé dans le cadre de l’Opération Campus.

C’

est dans une ambiance chaleureuse que de nombreux Luminiens sont venus écouter le Président Yvon Berland faire cette présentation. Parmi eux, l’architecte René Egger, concepteur du campus dans les années 1960. Déjà à l’époque, il projetait un ensemble d’intégration globale selon les normes des campus anglo-saxons. Le Président a rappelé la réussite scientifique et pédagogique du projet initial, le besoin actuel d’équiper le campus pour 14 000 usagers, la volonté de l’insérer dans le tissu socio-économique régional et son caractère structurant et dynamisant pour le territoire local. La problématique environnementale est prise en compte dans ce projet dont les équipements

de pointe et les nouvelles technologies donneront au campus «une visibilité internationale et une attractivité plus fortes encore auprès des chercheurs et des étudiants». L’équipe-projet a ensuite dévoilé les grandes lignes du campus qui verra le jour fin 2016. Impressionnante de réalisme, la maquette présente de nombreux détails : les bâtiments construits et à venir, les voiries, la végétation... Afin de permettre une meilleure compréhension du futur campus, la maquette utilise beaucoup la couleur. Le cœur du nouveau campus où sera implantée la nouvelle médiathèque dans le bâtiment dit hexagone, lieu de rencontres, est mis en exergue

édito | dossier | À savoir | au cŒur des campus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

en rouge. Juste à proximité, en bleu, on distingue la partie sportive du campus et le nouveau gymnase. La partie mauve dédiée à l’Enseignement et la Recherche indique la prochaine réhabilitation des bâtiments dits tPR1 et tPR2, ainsi que le futur bâtiment Océanomed implanté près des entreprises. La partie pôle de services est, quant à elle, repérable en vert d’eau sur la maquette (Amphi A et BU actuels). La maquette est exposée au moins jusqu’au 25 février prochain dans le hall de la Faculté des Sciences, alors n’hésitez pas, faites un détour par Luminy !


19

École de Journalisme et de Communication de Marseille (EJCM)

l’information À tout PriX

Lionel Fleury nous présente son dernier essai sur l’économie de l’information.

/////////////////////////////////////////////////////////////

lionel fleury

U

ne information nous parvient si quelqu’un y trouve un intérêt. L’évolution des technologies, de l’imprimerie au numérique, a favorisé la profusion d’intérêts à informer, les médias se créant pour les canaliser et les monnayer. Leur légitimité venait de leur rôle de filtre et de hiérarchisation capable de refléter la diversité dialectique des contributions. Le web permet désormais un financement intégral de la mise en forme et de la diffusion par les acteurs intéressés et la possibilité d’atteindre directement l’utilisateur final avec une information quasiment

Lionel Fleury est Docteur en géophysique et ancien élève de l’ENA. Entré à l’Agence France Presse en 1986, il en est devenu PDG en 1993. En 1996, il est Senior VP chez Alcatel-Space, puis en 2000, Directeur des Systèmes d’Information de Hachette-Filipacchi Magazines. En 2008, Lionel Fleury est nommé Directeur de l’école de Journalisme et de Communication de Marseille, l’EJCM.

gratuite. Dans les médias classiques, cette évolution est mal ressentie et la contraction publicitaire, structurelle et conjoncturelle, précipite les difficultés de la presse à financer deux outils industriels parallèles, imprimerie et web. Alors, les rédactions abandonnent tout débat pour s’enfoncer dans l’autocensure, attitude réductrice de plus en plus mal supportée par le public. Seule pourrait inverser la tendance une éducation des individus à la consommation d’information. Pour l’instant, on leur apprend trop à communiquer et peu à analyser et à réfléchir.


20

DIRECTIONS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Affaires Générales

6èmes Journées nationaLes jurisup Les 26, 27 et 28 janvier 2011 s’est tenue à Marseille la 6ème édition des Journées Nationales du réseau JURISUP.

N

é de la volonté de plusieurs chargés d’affaires juridiques d’établissement public d’enseignement supérieur de partager leurs compétences et leurs expériences, le réseau JURISUP regroupe aujourd’hui les «juristes» de plus d’une centaine d’universités et écoles. Les trois Universités d’Aix-Marseille ont ainsi eu le plaisir de collaborer à l’organisation de ce colloque, basé cette année sur le thème Enjeux juridiques de la coopération des établissements d’enseignement supérieur. Après les traditionnels discours d’ouverture prononcés par les Présidents, la fusion fut le premier des sujets abordés lors de la journée du 26 janvier. Le retour d’expérience, présenté par le premier Vice-Président de l’Université unique de Strasbourg, fut très apprécié par les participants réunis sur le Campus St. Charles. Les trois Directeurs Généraux des Services des Universités d’Aix-Marseille ont ensuite eu

l’occasion de décrire les modalités de fusion de ces établissements, ainsi que l’état d’avancement des travaux en la matière. Damien Verhaeghe a présenté la future organisation administrative d’Aix-Marseille Université, tout en détaillant les missions des différents groupes de travail mis en place, l’après-midi étant consacré aux thématiques PRES et partenariats public / privé. C’est à la Faculté de Droit que se sont ensuite retrouvés les membres du réseau JURISUP, pour évoquer tout naturellement la problématique de la responsabilité pénale des établissements d’enseignement supérieur et de ses agents. Après un moment de détente passé à visiter la ville et le repas de gala pris sur le VieuxPort, c’est dans les locaux flambants neufs de la Faculté d’Odontologie que s’est poursuivi le colloque.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des campus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

L’approche sociologique (et originale) du développement du recours à la juridiction administrative exposée, plus d’une centaine de participants ont ensuite eu le plaisir d’entendre l’intervention du Vice-Président du tribunal Administratif sur l’évolution du contentieux des marchés publics. Ces trois journées studieuses, encadrées par des intervenants de renom, et baignées par le soleil marseillais, furent clôturées par les trois Présidents, Yvon Berland rappelant à l’assistance, conquise, que «les questions juridiques sont la pierre angulaire de la construction» de la future Université unique. Cette 6ème édition de JURISUP fut, au final, une belle expérience de travail interuniversitaire : participants, services juridique et communication en gardent tous un excellent souvenir. Rendez-vous l’an prochain à Rennes pour la 7ème édition...


DIRECTIONS

21

Études et Vie Etudiante

ipro

De nouveaux services en ligne dédiés aux stages et à l’emploi pour les étudiants et les entreprises.

L’

insertion professionnelle est une des préoccupations majeures de l’Université de la Méditerranée. Depuis sa création, elle forme les étudiants aux métiers de la santé, des sciences et technologies, de l’économie et de la gestion. Par la multiplication des formations professionnalisantes, licences professionnelles, masters professionnalisants et diplômes d’ingénieurs, l’Université de la Méditerranée a développé de nombreux partenariats avec le monde socio-économique et rendu lisibles ses diplômes sur le marché de l’emploi. En collaboration avec les chargés des relations entreprises des composantes, le bureau d’aide à l’insertion professionnelle met en place un espace d’information consacré à l’emploi et aux stages, une CVthèque, des offres d’emplois et de stages et d’ici la fin de l’année universitaire, l’accès à un véritable réseau de diplômés grâce à l’appui de cette plateforme en ligne.

les services dédiés aux étudiants L’étudiant accède à iPro à partir de son ENt, il possède un Espace Candidat via lequel il va pouvoir : • Accéder à un vivier d’offres de stages et d’emplois, ciblé en fonction de sa filière grâce à un moteur de recherche multicritères. Les offres sont déposées soit par les entreprises, soit par les diffuseurs d’offres :

Jeunedipcampus, iQuesta, Direct Emploi, eFinancialcareers, Hobsons ;

les services dédiés aux gestionnaires des composantes

• Postuler aux offres en ligne depuis la plate-

forme ; • Suivre ses candidatures et en conserver un

historique (détails sur l’offre, le CV et la lettre de motivation envoyée) ; • Demander une autorisation de stage à son

responsable pédagogique à partir d’une offre sur la plateforme ou d’une offre extérieure • Remplir une convention de stage en ligne.

les services dédiés aux recruteurs tout recruteur qui dépose une offre sur la plateforme possède un compte utilisateur, au sein de son espace recruteur. Il dispose d’un historique des offres déposées et des candidatures associées. Il peut consulter la CVthèque et accéder aux informations provenant des administrateurs de la plateforme (emailing, actualités). Les recruteurs peuvent également être invités à participer à des événements organisés par les composantes ou par l’Université.

Le dépôt des offres et la génération de conventions permet la constitution d’un annuaire entreprises propre à chaque composante (fiche entreprise et contacts liés). Les administrateurs possèdent ainsi un suivi statistique des relations avec les entreprises (nombre d’offres de stages et d’emplois, nombre de contacts, nombre de convention éditées). Pour accéder à ce nouveau service : • A partir de l’ENt, depuis la page d’accueil du site de l’Université : www.univmed.fr onglet «orientation/ insertion professionnelles». • Ou directement à ce nouveau service http:// ipro.univmed.fr.


22

DIRECTIONS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Ressources Humaines

PoLitiQue de remuneration pour les personnels contractuels L’Université a souhaité mettre en place une véritable politique de rémunération pour les personnels contractuels exerçant des fonctions permanentes au sein de l’établissement. Elle comprend deux volets : une évolution indiciaire et un dispositif indemnitaire.

P

ourquoi cette évolution était-elle nécessaire ? Les modalités de gestion des personnels contractuels ont évolué au sein de l’Université de la Méditerranée en 2010, avec l’instauration du passage en CDI pour les agents des catégories B et C après six ans de présence dans l’établissement. Cette situation nouvelle entraînait la nécessité de dessiner un cadre minimal d’évolution pour ces collaborateurs permanents de l’établissement. Par ailleurs, des pratiques hétérogènes avaient été notées entre les composantes de l’établissement.

l’évolution indiciaire Les agents contractuels bénéficieront tous les trois ans d’une évolution de la référence indiciaire servant à calculer leur traitement brut. Qui est concerné ? • tous les agents en CDD qui comptent trois ans d’ancienneté dans l’établissement • Les agents en CDI, dans deux cas : - s’ils n’ont pas eu d’évolution de rémunéra-

tion pendant trois ans ; Cette volonté d’homogénéisation dans le traitement des personnels, quel que soit leur lieu d’affectation, s’est par ailleurs inscrite dans le souhait de conserver aux titulaires une situation plus favorable, afin de maintenir l’attractivité des concours, voie traditionnelle de recrutement.

- ou s’ils n’ont bénéficié d’aucune évolution

au moment de leur passage en CDI. Quelle est la date d’effet ? • L’effet sera au 1er septembre 2010 (avec un effet rétroactif sur la paye, quand les avenants aux contrats auront été signés).

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

Quelles sont les modalités retenues ? • Une évolution différenciée selon le niveau équivalent Fonction Publique : - Pour les personnels de catégorie C : 3 points à 3 ans, 3 points à 6 ans, puis 5 points tous les 3 ans ; - Pour les personnels de catégorie B : 7 points à 3 ans, puis 10 points tous les 3 ans ; - Pour les personnels de catégorie A : 8 points à 3 ans, puis 13 points tous les 3 ans. • Des évolutions plus rapides seront possibles,

mais sur décision expresse du Président au vu d’un dossier argumenté. Un personnel qui aurait bénéficié par ailleurs d’un dispositif plus favorable depuis son recrutement dans l’établissement ne le cumulera pas avec ce nouveau dispositif.


23

tableau d’attribution des primes selon le grade

Equivalent catégorie de recrutement IgR hors classe IgR 1ère classe IgR 2ème classe IgE hors classe IgE 2ème et 1ère classes ASI TECH ATRF (tous les grades)

Quelques exemples : • Vous êtes personnel contractuel avec au moins 3 ans d’ancienneté au 1er septembre 2010 : vous bénéficierez automatiquement de l’augmentation indiciaire, avec effet rétroactif (paye de février 2011) ; • Vous êtes passé en CDI en 2010 sans chan-

gement de rémunération : vous bénéficierez aussi automatiquement de l’augmentation indiciaire ; • Vous êtes personnel contractuel avec 2 ans

d’ancienneté : l’évolution de votre salaire interviendra dans un an.

le dispositif indemnitaire Il s’agit, dans ce cas, de la mise en œuvre d’un système de primes mensuelles.

Montant de l’indemnité (brut, en euros) 355,60 326,47 247,73 168,53 138,93 92,60 75,57 64,21

Qui est concerné ? • tous les personnels contractuels en activité,

occupant une fonction pérenne dans l’établissement, qui comptent 12 mois de présence dans l’établissement. Quelle est la date d’effet ? • La mesure s’applique à partir du 1er janvier 2011. Quelles sont les modalités retenues ? • Les indemnités versées seront basées sur la prime de participation à la recherche scientifique (PPRS) du grade équivalent, avec application d’un coefficient 2/3 au taux de base ministériel (se référer au tableau ci-contre pour les primes versées). Les agents qui bénéficiaient jusque là d’un dispositif plus avantageux le conservent, mais il ne se cumulera pas avec le nouveau. Les rémunérations versées pour des

heures supplémentaires effectivement réalisées perdurent. En revanche, les dispositifs propres à certaines composantes seront supprimés. Le coût du déploiement de ces mesures représentera pour l’établissement en 2011 près de 350 000 €. Ainsi, en un an, l’Université se sera attachée à améliorer sensiblement les conditions de recrutement et de rémunération des personnels contractuels, puisqu’elle aura fait porter son effort sur l’ensemble des points suivants : • Passage de 10 à 12 mois de la durée des CDD ; • Possibilité de passage en CDI pour tous, avec des conditions de durée ; • évolution indiciaire de la rémunération ; • Création d’un dispositif indemnitaire.


24

DIRECTIONS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Relations Internationales

collaboration francofructueuse cambodGienne La visite à Marseille de Madame Tep Rainsy, nouvelle Doyenne de la Faculté de Pharmacie de Phnom Penh a permis de réaffirmer les liens qui unissent la Faculté de Pharmacie marseillaise à celle du Cambodge.

E

n décembre, nous avons eu l’honneur d’accueillir Mme tep Rainsy, récemment élue Doyenne de la Faculté de Pharmacie de Phnom Penh. Une collaboration fructueuse et pérenne en formation et en recherche est développée depuis 1995, à l’initiative et grâce à l’investissement soutenu du Docteur Hot Bun. Les Professeurs Philippe Charpiot et Evelyne Ollivier et plus récemment le Docteur Sok Siya Bun sont fortement impliqués dans cette coopération. La Faculté de Pharmacie de Phnom Penh est francophone, ce qui est un atout dans la région du sud-est asiatique où la langue française recule notablement depuis quelques années. Depuis 1997, 71 thèses ont été soutenues en Français à Phnom Penh et 7 Doctorats ont été effectués à Marseille par des étudiants cambodgiens, qui sont maintenant en charge de responsabilités dans le système de santé du Cambodge et particulièrement dans la Faculté de Pharmacie de Phnom Penh. Depuis 2007, des tP coordonnés entre Marseille et Phnom Penh ont été mis en place et les étudiants peuvent ainsi travailler sur

l’ensemble d’un projet, comme le cycle de vie d’un médicament. Nos étudiants bénéficient également de cette coopération. En effet, ils peuvent effectuer leur stage de fin d’études de DES ou une partie de leur stage de 5ème année, pour une période de 3 à 12 mois, chez notre partenaire cambodgien.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

Un projet de Master international en sciences pharmaceutiques est à l’étude, qui donnera à cette collaboration, un rayonnement supplémentaire.


25

Cellule Développement Durable

collecte papier À l’université de la méditerranée Le papier représente 80% des déchets produits au bureau, la cellule développement durable en a fait une priorité et lancé très rapidement un appel d’offres pour effectuer son recyclage qui constituait un véritable enjeu écologique.

L’

appel d’offres relatif à la mise à disposition de moyens de collecte pour les papiers quotidiens et archives est arrivé à son terme. C’est la société BEAVER qui a été sélectionnée et s’engage à équiper l’ensemble de l’Université de moyens de collecte du papier et des archives.

comment Ça marche ? Chaque bureau sera équipé d’une poubelle à papier qu’il faudra régulièrement vider dans des consoles sécurisées mises à disposition de l’établissement.

un geste simple En effet, aucun tri préalable ne sera désormais nécessaire. Les agrafes, trombones, spirales plastiques ou feuilles cartonnées pourront directement être jetés dans la console. La société BEAVER se chargera d’en récupérer le contenu et de le broyer afin qu’aucune information confidentielle ne puisse circuler.

quand ? Dès la fin du mois de janvier les services centraux seront équipés, dans la foulée timone, Luminy et les autres campus bénéficieront de ce processus de collecte. Cette mise en place se fera en collaboration étroite avec les services logistiques de chaque site.

et les archives ? Elles pourront également être régulièrement enlevées et détruites. Il suffira d’en faire la demande auprès de la Cellule Développement Durable. Ce système simple, effi cace et sécurisé permettra à l’Université, à son personnel et à ses étudiants de recycler son papier et de participer ainsi au respect de notre environnement. Merci à tous de votre participation.


26

DIRECTIONS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Affaires Financières

sifac : lancement réussi ! Après 3 semaines de déploiement du progiciel, des premiers constats peuvent être tirés avec des retours plutôt positifs en provenance des utilisateurs (gestionnaires polyvalents dans les composantes, gestionnaires qualifiés dans les composantes et sur DAF Campus).

B

ien entendu, comme pour toute mise en place d’un nouvel outil de gestion, quelques difficultés sont apparues liées aux modifications induites par le passage à SIFAC mais aussi à la nouvelle organisation administrative, ainsi qu’à la mise à jour des procédures financières et comptables. Elles peuvent être d’ordre informatique et/ou bureautique : harmonisation des versions de logiciel (excel, acrobat…), manque de mémoire vive sur certains postes, nécessité d’installer des écrans plus larges permettant de travailler sur 2 tableaux à la fois, formation. Un nombre important de demandes de créations de tiers (un tiers étant l’entité ou la personne physique qui contracte avec l’Université ou ses composantes, c’est-à-dire un fournisseur, agent ou étudiant bénéficiaire d’un paiement, prestataire de services, autre entité publique...), a été satisfait. Au fil des premières semaines de janvier, l’activité des gestionnaires s’est accrue avec une augmentation progressive du nombre de formulaires de demande (de création/modifi ca-

tion de tiers, de bons de commande, d’ordres de mission, de recettes, etc.) saisis dans l’ENt sans savoir encore quelle sera la «vitesse de croisière». L’utilisation de ce nouveau logiciel a nécessité une phase d’appropriation des nouvelles procédures ; la cellule d’assistance a su répondre avec efficacité à toutes les interrogations des gestionnaires polyvalents ou qualifi és «isolés» (par mél, appel téléphonique, venue sur le site…). Pour la gestion dématérialisée des factures, les fournisseurs adressent les factures au point unique de réception, le service facturier, en indiquant bien le numéro du bon de commande. L’avertissement collé sur les bons de commande semble donc efficace. Le nombre de factures reçues est croissant.

En résumé, les débuts de SIFAC à l’Université de la Méditerranée sont très encourageants.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

les formations : • Formations recettes / restitutions

(module de 3 jours à l’attention des gestionnaires qualifiés). • Ateliers sur site (4 DAF Campus) animés par la cellule d’assistance SIFAC : - Pour les gestionnaires polyvalents (module d’une demi-journée en petit groupe, autour d’opérations spécifiques), - Pour les gestionnaires qualifiés (module individualisé d’une demi-journée)


27

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

élodie barniaud cellule assistance

élodie barniaud

Je travaille au sein de la cellule d’assistance (avec Rodolphe MOREAU sous la direction de Claude RENIER). Ma mission est d’aider les gestionnaires pour tous les problèmes qu’ils peuvent rencontrer dans SIFAC ou sur l’E.N.T., et cela tant au niveau technique qu’au niveau métier. Nous prenons en charge 10 à 25 tickets par jour environ actuellement et de nombreux appels. Nous gérons bien la nouveauté de cet outil et nous sommes pour le moment assez satisfaits du déroulement et de la performance du traitement des demandes.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

vanessa thaveau gestionnaire polYvalente sifac À la faculté des sciences J’utilisais Nabuco et le fait de passer à l’interface SIFAC m’a un peu déstabilisée au départ. Mais, l’apprentissage s’est finalement fait très rapidement. Je trouve cet outil facile d’accès.

vanessa thaveau

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

hélène guY responsable du bureau des contrats À la direction des affaires financières

hélène guy

Après un temps d’appropriation de l’outil, SIFAC permet d’avoir une meilleure vision de la gestion de projets : par exemple pour un contrat de recherche ou une convention, on peut rattacher plusieurs financeurs à un seul et même projet. La remontée des informations ainsi que le traitement des données par SIFAC assureront un meilleur pilotage des conventions tant au niveau des bénéficiaires, que des financeurs ou décisionnaires.


28

DIRECTIONS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

SCASC

rencontre avec assistante sociaLe marYse massabo À L’université Dès l’accession aux Responsabilités et Compétences Elargies par l’Université en janvier 2009, le SCASC a pris en charge l’action sociale autrefois gérée par le Rectorat. Dans le cadre de cette nouvelle mission, Maryse Massabo a été recrutée à mi-temps depuis le 1er septembre 2010.

université (u2) : Pouvez-vous préciser les missions de l’assistante sociale ? marYse massabo (mm) : elles sont multiples : l’accueil, l’écoute, l’information, l’orientation, la médiation et le soutien lorsque le personnel de l’Université rencontre des difficultés d’ordre professionnel, financier ou personnel. u2 : Pouvez vous décrire également vos domaines d’interventions ? mm : Ils sont très nombreux, et la liste serait loin d’être exhaustive! Par exemple dans le domaine économique et financier, il peut être de l’ordre de la demande de secours ou de prêts, d’ailleurs 25 d’entre eux ont été alloués en 2010, mais également du suivi budgétaire, de l’élaboration de dossiers de surendettement, ou encore de l’ouverture ou du maintien des droits sociaux.

Dans le domaine de l’information je peux renseigner sur les accès aux droits, aux statuts, sur la législation. Il en est de même pour les problématiques personnelles ou familiales : en cas de rupture, de problème de logement, de recherche de crèche, sur les retraites ou encore aux suites liées à un décès. Dans le domaine de la santé, on attire mon attention sur les difficultés sociales et professionnelles résultant d’un problème de santé, sur les congés maladie, d’invalidité, sur l’inaptitude au travail, en cas de dépendance, de handicap. Enfin, dans le domaine professionnel, je suis sollicitée pour les difficultés liées au travail : conflits, horaires, trajet, parking, mutation, adaptation du poste ou handicap.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

u2 : Comment intervenez-vous au sein de l’Université ? mm : Mon action se situe à l’interface du professionnel et du privé. Mes interventions se font essentiellement à la demande du personnel qui me contacte directement, mais elles peuvent aussi être initiées par l’Université (le SCASC principalement, la hiérarchie ou les services administratifs) ou même par un tiers, d’autres administrations par exemple. u2 : Constatez-vous une évolution vers des demandes peu exprimées en début de fonction ? Et si votre réponse est positive en connaissez vous les raisons ? mm : Le motif évoqué le plus souvent est une difficulté financière pour laquelle une demande de secours est souhaitée. On m’interpelle sur des questions d’accès aux droits, avec des demandes multiples et pointues


29

u2 : Que préconisez-vous pour que tous les personnels aient connaissance de vos interventions ? mm : Il faut continuer à communiquer sur l’existence et la présence de l’assistante sociale à l’Université. Il faut développer le réseau partenarial au sein même de l’Université pour faciliter les rencontres. L’ensemble du personnel, sans distinction de statut ou de catégorie peut avoir besoin d’informations, de soutien, d’aides.

maryse massabo

nécessitant parfois l’intervention de techniciens au sein même de l’Université ou de partenaires extérieurs : avocat, mutuelle, CAF. Ensuite, lorsque la relation de confiance est établie, la véritable difficulté de l’agent est réellement abordée. Elle dépasse souvent largement la première demande d’ordre financier. u2 : Quels sont les appuis institutionnels dont vous disposez ? mm : Le travail peut se faire en lien avec l’ensemble de l’équipe du SCASC, mais également avec les personnels de ses secteurs (la DRH, la médecine du travail, le médiateur...). Il ne faut surtout pas oublier que l’assistante sociale est tenue au secret professionnel (cf. art 226-13 et 226-14 du Nouveau Code Pénal) et que la déontologie du métier garantit la confidentialité des entretiens.

Consultez régulièrement les panneaux d’affichage sur lesquels paraissent mes dates et lieux de permanence sur 3 mois. Lisez la newsletter hebdomadaire dans laquelle le SCASC diffuse ses informations. Pensez enfin à visiter la rubrique «soutien» du SCASC sur le site de l’Université : www.univmed.fr/scasc. Je dispose également d’un téléphone professionnel personnel : le 06 37 35 33 06, facile à retenir, sur lequel je suis facilement joignable. Je réponds à tous les messages lors de ma présence à l’Université, les mardis après-midi, et les jeudis et vendredis toute la journée.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

lieux de permanence • Campus Timone : Faculté de Médecine

- Timone - Bureau du SCASC - Rez-de-chaussée niveau courrier - Site Nord - Bât. J - Salle 905 • Campus Luminy : Faculté des Sciences

Salle derrière le bâtiment A des amphis - Emprunter la coursive • Aix-en-Provence : IUT

Couloir de l’administration - Rez-de-chaussée Bureau A 06 • Services Centraux : Pharo

Contactez l’assistante de service social qui vous précisera le lieu • L’Étoile : IM2 - UNIMECA

1er étage - Bureau 320D • Sciences Économiques et de Gestion - Marseille

14 rue Puvis de Chavannes 13001 Marseille se rapprocher de l’accueil. • Médecine Préventive Joliette


30

DIRECTIONS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

SUFA

L’université de La méditerranée ouvre

l’unique centre universitaire de bilan de compétences en région paca Très attendu, le Centre de Bilan de Compétences permet dorénavant d’offrir un nouveau service d’accompagnement et d’orientation professionnelle des salariés souhaitant identifier leurs compétences et dynamiser leur carrière.

L’

ouverture du Centre de Bilan de Compétences est l’aboutissement d’un projet initié au Service Universitaire de Formation tout Au long de la vie, depuis plus d’un an. Ce projet a pu aboutir grâce à la politique soutenue par le Président Yvon Berland dans le cadre du développement des nouvelles missions de l’Université de la Méditerranée. Le Centre de Bilan s’inscrit dans le contexte actuel visant à renforcer les liens et les synergies entre l’entreprise, les collectivités territoriales, les établissements hospitaliers publics et l’Université de la Méditerranée. Cette dernière a obtenu les agréments des organismes suivants : FONGECIF, ANFH, UNIFORMAtION, UNIFAF. Ce Centre est un atout, dans la mesure où l’Université de la Méditerranée est le seul établissement du supérieur agréé Centre de Bilan de Compétences. Le bilan de compétences découle de la mission générale qui a été confiée à l’Université : former des techniciens et cadres, et les accompagner dans leur évolution professionnelle. Avec la création du Centre de Bilan de Compétences, l’Université se dote

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////// d’un nouveau service, distinct des dispositifs existants (accueil, orientation, bureau d’aide à l’insertion professionnelle, validation des acquis, formations courtes qualifiantes...) tout en étant complémentaire.

le bilan de compétences en bref Véritable outil de dynamisation dans une carrière, le bilan de compétences s’adresse à tous les salariés et travailleurs non salariés (travailleurs indépendants, professions libérales, commerçants, artisans…) quels que soient leur secteur d’activité ou leur niveau de qualification. Le Bilan permet d’analyser ses compétences professionnelles et personnelles, ses aptitudes et motivations, afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation (article L.6313-10 du Code du travail). La durée totale du bilan est de 24 heures. Pour les salariés, le bilan de compétences est pris en charge totalement par l’OPACIF (Organisme Paritaire Agréé au titre du Congé Individuel de Formation) ou par le Plan de Formation de l’entreprise.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À l’honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

centre de bilan de compétences

de l’université de la méditerranée Directeur : Jean-Pierre Coudereau

site marseille : Centre de Bilan de Compétences Université de la Méditerranée Les Docks - 10 place de la Joliette 13002 Marseille

site aix-en-provence : Centre de Bilan de Compétences Université de la Méditerranée IUT - 413 avenue gaston Berger 13090 Aix-en-Provence Un seul numéro de téléphone : 04 91 13 45 00


À L’HONNEUR

31

cHercHeurs, PersonneLs universitaires...

ils font l’actualité

Aziz Moqrich, chercheur au sein de l’Institut de Biologie du Développement de Marseille-Luminy (unité mixte de recherche Université de la Méditerranée, CNRS) vient d’être distingué par le Conseil Européen de la Recherche, dans la catégorie «Jeune Chercheur» 2010, pour son projet de recherche fondamentale de très haute qualité, intitulé «Paineurons» (les neurones de la douleur). Cette récompense de l’ERC se fonde sur le seul critère de l’excellence scientifique du chercheur et de la force innovante de son idée. Aziz Moqrich a obtenu un doctorat dans l’équipe dirigée par A. Monneron (Groupe des Laboratoires de Marseille), puis a rejoint le

aziz moqrich laboratoire du Dr Patapoutian à San Diego pour un stage post-doctoral. Il a brillamment contribué au décodage des mécanismes moléculaires

Dominique Chatain, Directeur de Recherche CNRS dans l’unité Propre de recherche UPR 3118 «Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille» associée à Aix-Marseille Université, vient de recevoir la médaille d’argent du CNRS 2010, qui la distingue dominique pour l’originalité, la qualité et chatain l’importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international. Elle commence sa carrière comme chargée de Recherche au Laboratoire de thermodynamique et de Physico-Chimie Métallurgiques de Grenoble, en 1983. Elle sou-

responsables de la diversité des neurones sensoriels somatiques. Il a permis le clonage et l’identification de nouveaux canaux ioniques «Transient receptor potential» impliqués dans la sensation thermique et mis au point une technique «VelociGene» permettant de cibler efficacement un gène que l’on souhaite inactiver. Ses résultats ont été publiés dans les meilleures revues internationales. En 2006, il a créé une équipe de recherche sur la biologie de la douleur, au sein de l’Institut de Biologie du Développement de Marseille-Luminy et obtenu par ailleurs, le soutien Action thématique et Incitative sur Programme (AtIP) du CNRS ainsi que de l’ANR et de la FRM.

tient une thèse d’Etat es Sciences Physiques à l’Université et à l’Institut National Polytechnique de Grenoble en 1984. En 1991, elle intègre le Centre de Recherche sur les Mécanismes de Croissance Cristalline (CRMC2) UPR du CNRS conventionnée avec les universités d’Aix-Marseille II et III à Luminy, pour y développer ses recherches sur les phénomènes de mouillage à haute température et les interfaces dans les matériaux inorganiques. Son approche interdisciplinaire allie la physique du mouillage à l’échelle macroscopique et la chimie des interfaces à l’échelle atomique. Depuis 3 ans, elle anime le département Nano-Matériaux et Réactivité du Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille, (CiNaM ).


32

L’ÉCHO DES LABOS

février 2011 numéro 156

LA LETTRE Université de la Méditerranée

Que peut-on apprendre

sans le sixième sens ?

L

a vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût sont les 5 sens classiquement connus pour guider nos actions quotidiennes. Il existe cependant un 6ème sens qui contribue particulièrement à la coordination de nos gestes : la proprioception, le sens de la position des segments corporels. Afin de savoir si le cerveau humain a besoin des signaux proprioceptifs pour adapter le comportement moteur aux conditions environnementales, nous avons organisé la venue d’une patiente québecoise unique au monde puisque dépourvue de proprioception suite à une neuropathie. Nous avons montré, en collaboration avec une chercheuse CNRS de l’Université d’Aix-Marseille I, que malgré des déficits moteurs évidents, la patiente pouvait s’adapter en très peu de temps, comme des personnes normales de même âge, aux contraintes biomécaniques générées par notre plateforme expérimentale qui s’apparentent à celles rencontrées par les spationautes. L’apprentissage observé illustre la capacité du cerveau à compenser un déficit par les autres ressources disponibles, les informations visuelles dans notre étude, pour la réhabilitation du comportement.

Jean-Louis Vercher Institut des Sciences du Mouvement Tél. : 04 91 17 22 55 jean-louis.vercher@univmed.fr

Sarlegna FR, Malfait N, Bringoux L, Bourdin C, Vercher JL. Forcefield adaptation without proprioception : Can vision be used to model limb dynamics? Neuropsychologia - 2010, 48 : 60-67

ÉDITO | DOSSIER | À SAVOIR | AU CŒUR DES CAMPUS | DIRECTIONS | À L’HONNEUR L’ÉCHO DES LABOS | LA SCIENCE POUR TOUS | PARTAGER | INNOVATION | ITINÉRAIRE | INSTANTANÉS


33

Sur un problème de Gelfond : la somme des chiffres des nombres premiers

Christian Mauduit Institut de Mathématiques de Luminy Tél. : 04 91 26 96 65 mauduit@iml.univ-mrs.fr

Les nombres premiers (par exemple 2, 3, 5, 7, 11... 1789...) sont les nombres entiers divisibles seulement par eux-mêmes et par 1. De nombreux problèmes arithmétiques concernent les nombres premiers et la plupart d’entre eux sont

sans réponse, parfois depuis plusieurs siècles. Par exemple, on sait depuis Euclide que la suite des nombres premiers est infinie, mais on ne sait toujours pas s’il existe une infinité de nombres premiers p tels que p+2 est aussi un nombre premier (problème des nombres premiers jumeaux). En 1968, le mathématicien russe Alexandre Gelfond a posé plusieurs questions concernant la fonction somme des chiffres. Par exemple, est-il vrai qu’il y a en moyenne autant de nombres premiers dont la somme des chiffres décimaux est paire que de nombres premiers pour lesquels elle est impaire ? Nous répondons aux questions de Gelfond concernant la somme des chiffres des nombres premiers en introduisant des méthodes alliant combinatoire, théorie analytique des nombres et analyse harmonique et qui devraient ouvrir la voie à la résolution d’autres problèmes difficiles concernant la représentation de certaines suites de nombres entiers. En complément de leur intérêt théorique, ces travaux sont liés à la construction de suites de nombres pseudoaléatoires et ont des applications importantes en simulation numérique et en cryptographie. Sur un problème de Gelfond : la somme des chiffres des nombres premiers, C. Mauduit, J. Rivat, Annals of Mathematics, Vol. 171 (2010), No. 3, 1591 - 1646


34

LA SCIENCE POUR TOUS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

l’alimentation méditerranéenne entre au Patrimoine mondiaL de L’unesco Depuis le mois de novembre 2010, la diète méditerranéenne est inscrite au Patrimoine Mondial immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Pour Denis Lairon, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM Marseille), «c’est véritablement un grand pas en avant qui devrait servir de levier pour renforcer et développer des actions futures en région !»

M

ais qu’entend-on au juste par diète méditerranéenne ? Il s’agit d’un ensemble de savoir-faire, connaissances, pratiques et traditions allant du paysage à la table, y compris les cultures, la récolte ou la moisson, la pêche, la conservation, la transformation, la préparation et, plus précisément, la consommation d’aliments.

du territoire et de la biodiversité, et assurer la conservation ainsi que le développement des activités traditionnelles et de l’artisanat liées à la pêche et à l’agriculture. Aussi, les principaux pays directement concernés sont l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le sud de la France, ainsi que les pays du Moyen-Orient et du Maghreb comme le Maroc.

Cela se caractérise surtout par un modèle nutritionnel qui est demeuré constant dans le temps et l’espace et dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou secs, une proportion limitée de poisson, peu de produits laitiers et de viandes, et de nombreux condiments et épices, sans oublier le vin ou les infusions. Néanmoins, la diète (du Grec diaita ou mode de vie) méditerranéenne recouvre bien plus que la seule nourriture. Elle va notamment favoriser les contacts sociaux, donner naissance à un corpus de savoirs, chants, maximes, récits et légendes, s’enraciner dans le respect

une situation paradoxale Chaque année, l’UNESCO établit une liste des pratiques et expressions culturelles du patrimoine qui composent le Patrimoine immatériel de l’Humanité. Cette liste refl ète principalement les traditions et expressions vivantes transmises de génération en génération, tout comme la tradition orale, les arts, les pratiques sociales, les rites et les événements. Au total, 47 éléments ont été ajoutés au palmarès de 2010 et c’est la première fois que des pratiques relatives à l’alimentation et à la cuisine y sont intégrées.

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | la science pour tous | partager | innovation | itinéraire | instantanés

Dans ce contexte, les experts de l’alimentation méditerranéenne ont élaboré de nouvelles recommandations sous la forme d’une pyramide qui actualise les éléments essentiels d’un régime méditerranéen sain. Par ailleurs, Denis Lairon explique: «Il y a un paradoxe car on note de plus en plus d’études scientifiques et médicales qui montrent les bienfaits de l’alimentation méditerranéenne et dans le même temps, on assiste à sa disparition.» C’est pourquoi ce chercheur est fier d’avoir contribué à faire retenir le thème «cuisine et alimentation méditerranéennes» dans le programme officiel de Marseille-Provence capitale européenne de la culture en 2013.

guillaume faivre Master 2 Médias, Santé, Communication - EJCM


PARTAGER

février 2011 numéro 156

LA LETTRE Université de la Méditerranée

35

La qualité : atout ou contrainte pour les établissements de santé ? La Chaire de Management de la Santé, organisait fin janvier un colloque à la Faculté d’Odontologie.

L’

objectif de cette journée était de redéfinir les fondamentaux de la qualité, de mettre en évidence l’émergence de la qualité, dans les politiques publiques et dans les institutions sanitaires, d’évaluer l’impact de la qualité dans les stratégies médico-économiques, dans le cadre d’une table ronde, de mesurer la place des indicateurs de qualité dans les décisions prises par les institutions. Le premier thème développé par le Dr. Stéphanie Gentile et le Pr. Marius Fieschi, portait sur les fondements théoriques de la qualité, décrivant l’approche «processus» et le système d’information comme les principaux éléments structurants du système de management de la qualité. Le deuxième thème, qui comportait 3 sessions présentées par Norbert Nouriant, JeanPaul Gassend et le Pr. Roland Sambuc a mis en exergue la recherche croissante d’objectifs quantifiés et mesurables. Le troisième thème comportait une présentation du projet du Pr. Vincent Vidal sur l’apport de l’innovation technologique dans le domaine de la radiologie, avec une chronologie d’évolution technologique, notamment avec les scanners hélicoïdaux. Le Pr. Jean-Paul Moatti a insisté sur les spécificités de la régulation médico-économique dans le secteur de la santé, notamment dans le domaine de l’innovation. Le Pr. Laurent Degos, ancien Président de la Haute Autorité de Santé, a insisté quant à lui sur l’évolution souhaitable des indicateurs de qualité actuellement orientés sur les processus de soins des établissements de santé vers des indicateurs de résultats portant sur l’ensemble du parcours de soins des patients.

La quatrième session, une table ronde animée par le Pr. José Sampol, Directeur de la Chaire Management de la Santé, a porté sur le rôle des indicateurs de qualité dans la prise de décisions institutionnelles. Les membres conviés à débattre étaient M. Norbert Nabet, Directeur adjoint de l’ARS, le Pr. Laurent Degos, Président de la HAS, M. Jean-Paul Segade, Directeur Général de l’APHM, le Pr Guy Moulin, Président de la CME de l’AP-HM, le Dr. Henry Escojido, Président de la conférence des CME du privé, et le Pr. Yvon Berland, Président de l’Université de la Méditerranée. Ce débat a permis de mettre en évidence que le développement des indicateurs de qualité dans le domaine de la santé, leur standardi-

sation et leur diffusion publique, répondent bien au souhait des institutionnels de pouvoir disposer de données objectives et comparables pour étayer les prises de décisions. Par ailleurs, si tout le monde s’accorde sur la nécessité de disposer d’indicateurs, il semble important de choisir ceux dont la pertinence est démontrée et de rester prudent sur les conséquences de leur utilisation.


36

INNOVATION

février 2011 numéro 156

LA LETTRE Université de la Méditerranée

détection précoce et innovante du cancer de la peau : Skinan Grain de beauté ou cancer de la peau ? Il est parfois difficile de s’y retrouver, mais le dermatologue expérimenté, identifiera un mélanome avec 75 % d’efficacité. Le projet SKINAN, «skin analyser» est un procédé de diagnostic du mélanome assisté par ordinateur, qui devrait aider le clinicien (spécialiste ou non spécialiste), de manière non invasive et peu coûteuse à détecter au plus tôt des naevi (grains de beauté) malins.

L

e mélanome malin est la plus grave des tumeurs cutanées. C’est aussi le cancer dont l’incidence augmente le plus vite (doublement du nombre de cas tous les 10 ans). Pour le détecter, les dermatologues se fient à l’observation de caractéristiques de contour, de texture et de couleur. La dermatoscopie, qui est une technique d’observation par une loupe munie d’un éclairage annulaire, a fait apparaître certaines structures cachées de l’épiderme et a permis d’affiner le diagnostic. Dès le début des années 90, l’informatisation des méthodes de classification a donné lieu aux premières applications d’aide au diagnostic des mélanomes. «L’apparition sur le marché d’appareils photo numériques d’un prix abordable et produisant des images de bonne qualité, a rendu possible la mise au point de systèmes travaillant sur des images acquises en temps réel. En particulier, l’association du dermatoscope, des modules de traitement d’images, liés au dossier clinique du patient et des appareils photo numériques doit permettre de construire un outil efficace pour le dermatologue.» indique le Dr. Bernard Fertil, responsable du projet SKINAN et qui travaille au sein de l’équipe Images et Méthodes du Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes (LSIS, UMR 6168), situé à l’Ecole Supérieure des Ingénieurs de Luminy.

Le développement d’un système d’analyse des naevi a posé de multiples problèmes notamment liés à la complexité des images à analyser, à la grande variabilité des conditions d’acquisition des images et à la complexité de la synthèse à effectuer pour poser un diagnostic. Dans le cadre d’un projet de recherche financé de 2001 à 2004 par un contrat du Ministère de la Recherche, l’équipe du Dr. Fertil a exploré les possibilités d’analyse des naevi à partir d’images dermoscopiques qui ont été obtenues avec un appareil reflex muni d’un objectif dermoscope HEINE. En présence d’une nouvelle image à analyser, un classifieur spécifiquement conçu propose un diagnostic argumenté en quelques secondes. Cette approche a été validée : sur l’ensemble des données de la base d’images (qui comprenait 32 mélanomes), les performances du classifieur sont comparables à celles des dermatologues. Parallèlement, deux études de Jean-Jacques Grob, des Services de Dermatologie Hôpital Timone et Hôpital Ste Marguerite, Marseille et du Centre de Recherche en Oncologie Biologique et Oncologie Pharmaceutique de Marseille ont montré l’intérêt, tant des points de vue diagnostic que pédagogique, de la reconnaissance de malignité par apprentis-

ÉDITO | DOSSIER | À SAVOIR | AU CŒUR DES CAMPUS | DIRECTIONS | À L’HONNEUR L’ÉCHO DES LABOS | LA SCIENCE POUR TOUS | PARTAGER | INNOVATION | ITINÉRAIRE | INSTANTANÉS

sage à partir des images (apprentissage par l’exemple), validant en quelque sorte, l’approche retenue pour développer le système d’analyse des naevi. Suite à cette preuve de concept positive, l’équipe a démarré un projet financé par l’ANR, à hauteur de 200 000 euros sur 3 ans, le projet SKINAN, afin d’améliorer les moyens d’acquisition et d’analyse tout en validant l’utilisation de méthodes dans un contexte plus opérationnel d’aide au diagnostic. Ces résultats ont fait l’objet d’une valorisation par Protisvalor Méditerranée, assistée de Valorpaca , le dispositif mutualisé de la valorisation en région PACA. Valorpaca a ainsi financé trois mois de salaire d’un ingénieur pour l’industrialisation de la partie acquisition des images. Protisvalor Méditerranée et Valorpaca ont également déterminé le positionnement de la technologie par rapport au marché existant et évalué la technologie sur le marché cible des praticiens. Une option de licence d’exploitation des résultats a été concédée à la société VISOON, jeune entreprise innovante spécialisée dans l’édition de logiciels d’aide à la décision par analyse d’images dans le secteur de la santé. VISOON travaille actuellement sur l’édition et la commercialisation d’un produit innovant basé sur cette technologie.


ITINÉRAIRE

La filière mode prend des galons à l’Université de la Méditerranée Tous les partenaires de la Cité Euroméditerranéenne de la Mode se rencontrent chaque année pour faire un bilan des actions engagées en termes de formation et de création dans l’industrie de la mode afin de mettre en place des stratégies d’avenir, celles à l’horizon 2013 en l’occurrence.

R

oland Kazan, Vice-Président de l’Université de la Méditerranée délégué à l’Insertion Professionnelle, a animé le volet formation de la filière mode. Son objectif était de présenter notre filière mode et plus particulièrement son programme Master 1 et 2 des métiers de la mode et du textile. Le Master va ouvrir ses portes au sein de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode en septembre 2011. La formation propose un programme unique en France et en Europe. Les étudiants auront en effet accès à des prestigieux laboratoires de recherche de l’Université de la Méditerranée (Cret-Log, Sciences du Mouvement, Centre Interdisciplinaire des nanosciences de Marseille) et à des cours enseignés par des professionnels de la mode et du luxe.

Les étudiants auront pour la première fois l’opportunité d’avoir de solides connaissances du processus créatif (stylisme, modélisme), des connaissances techniques des tissus et des matières (étude des textiles à usage technique) et seront formés à toutes les matières du management (marketing, finance, achats, logistique, droit...). Le programme a reçu un excellent accueil de la part des professionnels de la mode présents ainsi que des écoles et Universités étrangères. Au cours de ces rencontres, nous avons étudié la possibilité d’effectuer des échanges d’étudiants avec l’école de mode Citex de Porto et d’envoyer des étudiants Master en stage au Maroc dans des usines de fabrication textile.

37


38

INSTANTANÉS

février 2011 numéro 156

La Lettre université de la méditerranée

Les universités d’aiX-marseiLLe distribuent un passeport pour l’avenir

/////////////////////////////////////////////////////////////////

p

armi les 200 exposants qui représentaient leurs filières et les métiers que nos jeunes voudront exercer plus tard, les trois universités d’aix-marseille ont dévoilé tous leurs atouts, lors du 23ème salon du lycéen et de l’étudiant. «Ce salon était, une nouvelle fois, l’occasion pour les universités de montrer que le monde académique a le souci de délivrer des formations pour des métiers» a déclaré Yvon Berland, Président de l’Université de la Méditerranée. Pour Jean-Paul Caverni, Président de l’Université de Provence, l’université est une chance :

«tous ceux qui choisiront l’université auront fait le bon choix !» tandis que pour Marc Pena, Président de l’Université Paul Cézanne, la présence des universités sur ce salon se légitime par son offre de formations riche, variée et adaptée aux jeunes d’aujourd’hui qui ont envie et besoin d’appendre, d’acquérir des connaissances et des compétences. «On ne choisit plus l’université par défaut, mais pour réussir !» Pour aider les étudiants dans leur orientation, les trois universités d’Aix-Marseille ont édité et distribué un Passeport pour l’Emploi recensant toutes les formations

édito | dossier | À savoir | au cŒur des camPus | directions | À L’Honneur L’écHo des Labos | La science Pour tous | PartaGer | innovation | itinéraire | instantanés

de gauche à droite : marc pena, Yvon berland, jean-paul caverni et jean-paul de gaudemar ont présenté le passeport pour l’emploi à l’occasion du salon du lycéen et de l’étudiant.

qu’elles dispensent et les métiers concernés. Les trois Présidents ont reçu un trophée pour la quatrième place d’Aix-Marseille au palmarès de l’Etudiant des «métropoles où il fait bon vivre».


39

/////////////////////////////////////////////////////////////////

du corps

au sport ! le 24 janvier dernier, Yvon berland, président de l’université de la méditerranée, représentant la faculté des sciences du sport, et laurent balY, directeur recherche et développement du groupe oxYlane, ont conclu la création d’une deuxième chaire intitulée du corps au sport.

/////////////////////////////////////////////////////////////////

/////////////////////////////////////////////////////////////////

L

e rapprochement entre industriels et universitaires est une réelle opportunité. Depuis plus de trois ans le partenariat entre l’Université de la Méditerranée et le groupe Oxylane, s’est construit sur des liens de confiance et des liens durables. Ce rapprochement dans le cadre des chaires a permis aux deux acteurs de développer une recherche fondamentale à but applicatif, afin de répondre aux nouveaux besoins industriels. /////////////////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////

L’objectif de cette chaire sera de proposer des produits sportifs innovants basés sur une recherche fondamentale de pointe dans le domaine de l’homme en mouvement. Les travaux de recherche traiteront directement de problématiques que le sportif peut rencontrer dans sa pratique, notamment les aspects de locomotion et de perception d’informations pertinentes. Cette nouvelle chaire prolonge les travaux menés dans le cadre d’une première chaire «Performance Motrice et Modélisation».

L’échange de compétences entre les deux partenaires est gagnant-gagnant puisque l’objet de cette chaire est bien l’interaction fructueuse entre les scientifiques de l’Université de la Méditerranée et Oxylane avec la mise en commun des travaux de recherche et des nouveaux concepts sportifs.



La lettre de l'Université de la Méditerranée #156 Fév 2011