Issuu on Google+

Effets d’un entraînement par électrostimulation de 5 semaines sur la force, la détente, le sprint et la frappe de balle chez des footballeurs amateurs Billot M., Paizis C., Martin A., Cometti C., Babault N. Introduction

De nos jours, la préparation physique au football apparaît être un enjeu important. Le but de notre étude est d’observer les modifications induites par un entraînement de cinq semaines par électrostimulation sur les performances de force, de détente, de sprint et de frappe de balle chez des footballeurs amateurs.

Matériel et Méthodes

Résultats

Dix footballeurs entraînés par électrostimulation (3 fois par semaines) (GE) et dix footballeurs constituant le groupe contrôle (GC) ont réalisé des tests de force sur ergomètre en condition concentrique, excentrique et isométrique avant et après une période de cinq semaines. L’entraînement par électrostimulation à été effectué sur le quadriceps en complément des entraînements de football classiques. La vitesse de frappe de balle, le sprint sur 10 m et la détente verticale ont été mesurés.

Augmentation significative pre-post : - Moment maximal volontaire excentrique, isométrique et concentrique (figure 1). - Vitesse de frappe de balle avec et sans élan (figure 2).

Figure 1 : Moment musculaire des quadriceps pour GE pre et post entraînement. ** et *** différence significative (p < 0,01 et p < 0,001, respectivement).

Aucune modification significative pre-post : - Hauteur de saut en détente - Vitesse et temps de sprint sur 10 m - Pour l’ensemble des tests du GC.

Figure 2 : Vitesse de frappe de balle pour GE pre et post entraînement. ** et *** différence significative (p < 0,01 et p < 0,001, respectivement).

Discussion Notre étude a permis de mettre en évidence une augmentation de la force et de la vitesse de frappe de balle après 5 semaines d’entraînement par électrostimulation sur le quadriceps femoris chez des footballeurs amateurs. Les résultats sur les gains en frappe de balle montrent que la performance spécifique peut être améliorée par un entraînement par électrostimulation. Ces résultats confirment une étude précédente reportant des gains d’une performance spécifique de sprint sur glace chez des hockeyeurs après un entraînement de 3 semaines en électrostimulation (Brocherie et coll. 2005). Dès lors, il apparaît bénéfique d’inclure un entraînement par électrostimulation en complément d’entraînements classiques lors de phases de préparation physique de pré-saison et/ou durant la saison. Référence : Brocherie F. et al. (2005) Med Sci Sports Exerc 37: 455-460.


Effets d’un entraînement par électrostimulation de 5 semaines sur la force, la détente, le sprint et la frappe de balle chez des footballeurs amateurs Maxime Billot 1,2, Christos Paizis 1,2, Alain Martin 1, Carole Cometti 1,2, Nicolas Babault 2 1 Laboratoire INSERM-ERM 207 Motricité-Plasticité, Dijon, F-21078, France 2 Centre d’Expertise de la Performance, UFR STAPS, Université de bourgogne, Dijon, F-21078 France maxime.billot@u-bourgogne.fr

Résumé : L’augmentation de la force et de la performance sportive chez les footballeurs apparaît être un enjeu important. Une alternative à l’entraînement traditionnel est l’entraînement par électrostimulation. Notre étude montre qu’un entraînement en électrostimulation de 5 semaines sur le quadriceps femoris permet d’augmenter la force ainsi que la vitesse de frappe de balle avec et sans élan. Mots clés : football, électrostimulation, contraction maximal volontaire, frappe de balle.

Introduction Les habiletés décisives au football telles que le sprint, les duels de la tête, les tacles, la frappe de balle, font appel à des qualités anaérobies et explosives (Bangsbo et coll. 1991). Il a été démontré que ces performances spécifiques pouvaient être améliorées avec l’entraînement. En effet, Kubo et coll. (2006) ont observé une augmentation des performances de détente après un entraînement de 12 semaines sur le quadriceps femoris. De plus, Wisloff et coll. (2004) ont reporté une corrélation positive entre la force maximale en squat, le sprint et la détente chez des joueurs professionnels de football. Il apparaît donc que l’entraînement sur le quadriceps femoris permet d’augmenter aussi bien la force produite que certains paramètres spécifiques au sport. Une alternative à l’entraînement traditionnel dans les sports collectifs est l’utilisation de l’électrostimulation. Il a été démontré que l’électrostimulation permettait également d’améliorer la force (Duchateau et Hainaut 1988) ainsi que les performances spécifiques au sport (Brocherie et coll. 2005, Babault et coll. 2007). Néanmoins, les effets de l’électrostimulation (ES) sur les performances au football restent inexplorés. Le but de notre étude est donc de mettre en évidence les adaptations en termes de force, de détente, de sprint et de vitesse de frappe de balle chez des footballeurs amateurs. Méthodes Vingt footballeurs amateurs de niveau régional ont participé à l’étude, 10 entraînés par électrostimulation (GE) et 10 constituant le groupe contrôle (GC). Le programme d’entraînement par électrostimulation a été effectué pendant une période de 5 semaines sur les muscles du quadriceps femoris. Des ondes rectangulaires de 100 Hz et d’une longueur de 400 µs ont été utilisées (3s on – 17s off). L’intensité de stimulation variait entre 60 et 120 mA selon le seuil de douleur du sujet pour atteindre des niveaux de force supérieurs à 50 % de la contraction maximale volontaire. Les sessions d’entraînement ont été réalisées 3 fois par semaine à raison de 36 contractions par session. Le GE et GC ont été testés avant (pre) et après une période de 5 semaines (post). Les contractions maximales volontaires (CMV) exercées en extension du genou en modes excentrique (- 60°.s-1), isométrique (120°) et concentrique (60°.s-1 et 240°.s-1) ont été enregistrées sur un ergomètre isocinétique. Les performances en détente verticale, sprint sur 10 m et vitesse de frappe de balle ont été évaluées. Résultats Aucune différence significative n’a été observée pour le GC. Une augmentation significative de la CMV quel que soit le mode de contraction (i.e. excentrique, isométrique et concentrique) a été observée à l’issue des 5 semaines d’entraînement par électrostimulation (p < 0.001) (figure 1A). De plus, la vitesse de balle a été également améliorées significativement post entraînement (p < 0.01) (figure 1B).


pre

A

post

B

500

Moment (N.m)

*** 400

*** ***

300

***

200 20

100

0

- 60

0

60

Vitesse angulaire

(°.s-1)

240

Vitesse de balle (km·h-1)

110

** ***

90

70

50

0

Tir sans élan

Tir avec élan

Figure 1. Moment musculaire isométrique des quadriceps (A) et performance de frappe de balle (B) pour GE pre (en blanc) et post (en noir) entraînement. ** et *** différence significative entre avant et post (P < 0.01 et P < 0.001, respectivement). Discussion Notre étude a permis de mettre en évidence une augmentation de force et de la vitesse de frappe de balle après 5 semaines d’entraînement par électrostimulation sur le quadriceps femoris chez des footballeurs amateurs. Nos résultats renforcent une étude précédente reportant des gains en sprint sur glace chez des hockeyeurs après un entraînement de 3 semaines par électrostimulation (Brocherie et coll. 2005). En effet, note étude montre que la performance spécifique au sport, ici la frappe de balle pour le footballeur, peut être améliorée par un entraînement de 5 semaines par électrostimulation. Dès lors, il apparaît intéressant et efficace d’entraîner le quadriceps en électrostimulation afin d’observer des gains de performance chez le footballeur. Ce type d’entraînement pourrait être préconisé lors de phase de préparation physique de pré-saison et/ou de renforcement musculaire durant la saison. Bibliographie Babault N, Cometti G, Bernardin M, Pousson M, Chatard JC (2007) Effects of electromyostimulation training on muscle strength and power of elite rugby players. J Strength Cond Res 21: 431-437 Bangsbo J, Norregaard L, Thorso F (1991) Activity profile of competition soccer. Can J Sport Sci 16: 110-116 Brocherie F, Babault N, Cometti G, Maffiuletti N, Chatard JC (2005) Electrostimulation training effects on the physical performance of ice hockey players. Med Sci Sports Exerc 37: 455460 Duchateau J, Hainaut K (1988) Training effects of sub-maximal electrostimulation in a human muscle. Med Sci Sports Exerc 20: 99-104 Kubo K, Yata H, Kanehisa H, Fukunaga T (2006) Effects of isometric squat training on the tendon stiffness and jump performance. Eur J Appl Physiol 96: 305-314 Wisloff U, Castagna C, Helgerud J, Jones R, Hoff J (2004) Strong correlation of maximal squat strength with sprint performance and vertical jump height in elite soccer players. Br J Sports Med 38: 285-288


Football et entraînement en électrostimulation