Page 50

LAS NUEVAS FRONTERAS DEL TURISMO

de la société du risque en tout genre (Beck, 2003), on observe que ces cadres d’action précédents ne participent pas à construire une société durable. La nature ne peut être pensée exclusivement comme un espace à dominer et à conquérir ni comme un lieu propice à toutes formes d’expression ludique. Une autre relation est à construire que des acteurs et des publics tentent de développer et d’exprimer. Contre la course à la vitesse perpétuelle, la transmodernité propose de prendre le temps de la lenteur pour observer et développer autrement les échanges avec les locaux, les partenaires et la nature. Si la photo numérique permet de se mettre en image et d’entretenir le narcissisme de nos identités, le carnet de voyage propose de redéfinir le lien culturel avec le lieu et les formes de lecture de celui-ci. A la pratique sportive exclusive, la transmodernité propose d’établir des métissages culturels qui lient le sport, avec l’écologie, la peinture, la musique ou encore le patrimoine historique. Une approche plus globale du lien entre nature, culture, technologie et social se construit sans faire de la performance, du ludisme ou de la compétition la dominante exclusive de cette immersion dans la nature. De nouvelles médiations culturelles sont ainsi en émergence pour repenser nos liens historiques avec et dans la nature. La transmodernite est ainsi dans l’ère du temps; elle recompose les liens entre l’ici et l’ailleurs, l’urbain et le rural, le travail et le loisir ou encore entre le loisir et le tourisme. L’invention d’un art de vivre au quotidien permet de redonner de la couleur à la vie locale et d’investir du temps et de la vie dans un habitat de proximité. Le fort développement des associations sportives et culturelles, le plaisir de recevoir chez soi, la constitution de réseaux de vie affinitaires ou encore l’investissement dans des actions citoyennes sont quelques éléments de ce renouveau de la vie locale. Une des finalités de la transmodernité consiste à redéfinir l’être-ensemble autour de projets de territoire qui font de la vie sociale un moteur du développement. Tout ce qui peut s’inscrire dans le partage d’un projet culturel au sein de chaînes culturelles affinées et créatives en lien avec l’écologie du territoire est au principe de cette forme. Le concept et les pratiques de migrations d’agrément, ainsi que les notions de créatifs culturels et de classes créatives, s’inscrivent dans cette perspective en considérant que les pratiques culturelles sont les moteurs de la nouvelle économie et des territoires de vie. La transmodernité peut aussi se comprendre comme un mouvement d’ouverture au monde par la valeur accordée à l’itinérance. Après l’engouement pour toutes les pratiques aménagées et effectuées à la surface de la nature, dans des temps courts et intenses, on observe l’engouement pour des itinérances au long cours et dans les profondeurs de la nature. Jamais autant que durant ces dernières années, on observe la mise en chemin de bien de nos contemporains qui pour des mobiles les plus divers quittent pour un temps plus ou moins long leur lieu de vie. De deux mois à six mois pour certains, de deux ans à six ans pour d’autres, en une fois ou à intervalles réguliers, des individus à cheval, à pied, en VTT, en bateau ou encore en kayak décident de partir en itinérance. On n’est plus alors dans le voyage mais dans un mode de vie itinérant qui devient une autre

50

Explorando las Nuevas Fronteras del Turismo. Perspectivas de la investigación en Turismo  

Documento del Centro de Turismo Científico de la Patagonia, sobre este importante ámbito que combina el turismo y las ciencias en Aysén.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you