Page 49

II. LA FORME TRANSMODERNE DES PRATIQUES RÉCRÉATIVES DE NATURE Jean Corneloup*

Résumé La ruralité a toujours été le lieu de pratique d’activités corporelles réalisant dans un cadre récréatif. Les pratiques traditionnnelles (lutte, danse, jeux traditionnels comme la soule, l’épervier, tir, cartes,…) comme les sports modernes (alpinisme, randonnée, kayak,…) sont quelques exemples d’activités culturelles qui marquent de leur empreinte les campagnes. Ces pratiques n’expriment pas seulement une disposition à s’amuser, à se détendre ou à dominer la nature. Elles sont en relation avec les sociétés dans lesquelles elles se développent. Ainsi on a souvent expliqué la naissance des sports modernes avec l’arrivée de la société moderne (économie industrielle, centralisme des administrations, culture du travail, organisation scientifique et hiérarchisée des entreprises,…). L’émergence des sports postmodernes correspond au changement de société dans les années 1980 qui annonce une montée de la société du loisir, du plaisir et de l’individualisme hypermoderne. On cherche moins à dominer la nature et son corps qu’à jouer avec la nature et les éléments par la médiation technologique d’engins de plus en plus sophistiqués. Tout devient alors possible pour augmenter son sentiment de plaisir, sa jouissance ludique et satisfaire les demandes esthétiques des clients et des consommateurs. La nature devient alors un produit qu’il faut aménager au mieux pour la rendre consommable et marchandable quels qu’en soient le prix et les coûts énergétiques ou écologiques. Cependant, cette ouverture vers des jeux corporels et des pratiques ludiques les plus délirants possibles connaît des limites. Peut-on fonder les valeurs d’une société sur le jeu sans autre finalité que d’offrir à chacun son univers hédoniste pour une jouissance sans entrave? L’émergence de la transmodernité correspond avec la prise de conscience que le projet moderne consistant à devenir maître et possesseur de la nature et celui de la post-modernité marqué par l’expression hédoniste de chacun dans nos échanges avec la nature n’est pas soutenable sur le long terme. L’effritement de ces utopies modernes et post-modernes se traduit par l’éclosion de la forme culturelle transmoderne qui jusqu’à présent était secondaire, voir absente de bien des territoires et lieux de vie. Avec la montée

* UMR PACTE, Territoires, Grenoble

49

Explorando las Nuevas Fronteras del Turismo. Perspectivas de la investigación en Turismo  

Documento del Centro de Turismo Científico de la Patagonia, sobre este importante ámbito que combina el turismo y las ciencias en Aysén.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you