Page 173

GESTION TERRITORIALE DANS LA RÉGION DE AYSEN

Quelles perspectives pour les aménagements du territoire Un des premiers éléments de réflexion qu’il faut prendre en compte est l’applicabilité des plans d’aménagement à l’échelon communal et local. La région présente ses plans comme un ensemble indissociable, c’est-à-dire comme un seul élément de planification pour toute la région. Or les plans d’aménagement du territoire coordonnés par le SERPLAC, le PRDU et le MINVU ont été réalisés séparément, bien que basés sur des sources d’informations publiques identiques (Escobar, 1999, 2000; SERPLAC, 2005). Concernant l’espace littoral, on remarque que la notion de bordure côtière proposée dans le plan pour cet espace se réfère plutôt à l’activité exercée en mer. Un des principaux éléments est la concertation des différents acteurs. La charte d’usage territorial peut être une piste à condition que les acteurs locaux soient associés à son élaboration. Cependant, nous avons observé que la participation dans notre région d’étude consiste à proposer des réunions d’information et d’échange, mais sans véritable prise en compte des volontés des acteurs locaux tel que l’a démontré le projet ACCA (2005). Il n’existe pas une multiplicité d’acteurs sur ce littoral régional et cela devrait faciliter la mise en place d’un dispositif type Gestion intégrée de la zone côtière, où la complémentarité des activités, l’interdépendance entre les éléments du système et la durabilité sont des concepts essentiels. Cependant tant que l’information ne sera pas suffisante et que les enjeux resteront à une échelle régionale, la participation sera le fait des intérêts sectoriels (Municipalidad de Cisnes, 2005 et Municipalidad de Tortel, 2004). Ce qui nous paraît complexe est la viabilité de ce plan à l’échelon communal. Par exemple pour la Commune de Guaitecas, il existe une absence d’idée pour proposer une forme locale de gestion globale du territoire communal. Pour la partie littorale et insulaire de la commune de Tortel, il existe une prise de conscience par rapport aux aires naturelles protégées, mais sans aucun impact sur sa gestion. Seule la commune de Aysén, avec son projet d’autonomie administrative des îles Huichas (Puerto Aguirre), semble proposer une gestion territoriale plus globale (Consejo de Desarrollo de Islas Huichas, 2003). Concernant l’espace continental, l’applicabilité de ces plans reste à démontrer auprès des pouvoirs locaux. Pour la commune de Río Ibáñez, l’intérêt clef aux yeux de la municipalité est la sauvegarde du monde rural, une manière locale et particulière de visualiser l’aménagement communal! Le lac Général Carrera pourrait, par exemple, faire l’objet d’un projet d’aménagement où plusieurs activités pourraient cohabiter telles que la pêche, le tourisme et l’agriculture. Le projet ACCA aurait sans doute pu trouver dans cette unité géographique un territoire pilote pour appliquer le concept de Parc Naturel Régional. Cependant, ni les deux communes concernées, ni la population locale n’ont trouvé une d’organisation adaptée pour la mise en œuvre de tel concept. En conséquence, la plupart des communes ont une vision sectorielle de l’aménagement de leur territoire, selon les intérêts vitaux et à court terme des populations. L’aménagement des villes et

173

Explorando las Nuevas Fronteras del Turismo. Perspectivas de la investigación en Turismo  

Documento del Centro de Turismo Científico de la Patagonia, sobre este importante ámbito que combina el turismo y las ciencias en Aysén.

Explorando las Nuevas Fronteras del Turismo. Perspectivas de la investigación en Turismo  

Documento del Centro de Turismo Científico de la Patagonia, sobre este importante ámbito que combina el turismo y las ciencias en Aysén.

Advertisement