Page 164

LAS NUEVAS FRONTERAS DEL TURISMO

ses habitants et de ce fait n’imposent pratiquement pas les régularisations exigées par l’état. Elles promeuvent ainsi l’offre touristique sans une réelle planification ni évaluation économique. Des investissements et aides directes sont octroyés sans évaluation préalable de la viabilité de l’activité, notamment tout au long de l’année. De son côté, le service régional du tourisme soucieux de ne pas faire la promotion des structures non déclarées les exclut des campagnes de promotion. Ceci alors qu’elles constituent un complément clef de l’offre formalisée: services en zones isolées et proposés par les acteurs du territoire. On peut donc résumer la réalité de l’activité touristique selon trois axes: • une offre en hébergements et restaurants dans les villes et villages, assurée par les habitants locaux, • des complexes touristiques situés en zones isolées et en périphéries des parcs et réserves assurés par des investissements et des acteurs externes, au moins initialement, au territoire, • des circuits et excursions dont la logistique commerciale est assurée (de manière générale) par des acteurs externes avec l’aide et les services de guides locaux. Dans tous les cas, la promotion est destinée à une clientèle externe à la région, menée en grande partie par les complexes touristiques et opérateurs associés, qui ont les moyens d’atteindre les marchés, de situer l’espace touristique régional et de promouvoir une offre spécifique, non classique. Les mégaprojets, de nouveaux enjeux pour l’espace régional Les usages économiques dans la région d’Aysén concernent essentiellement les ressources naturelles. Nous avons identifié les principales ressources qui expliquent l’organisation de l’espace. Assez récemment, l’enjeu de la production hydroélectrique et celle de la conservation et de l’usage touristique à grande échelle ont fait irruption sur la scène régionale. Les « mégaprojets » (terme utilisé couramment dans la région d’Aysén) sont ceux de grande extension territoriale. Ils génèrent un impact sur l’espace et les perspectives d’utilisation des ressources. Les deux grandes formes de mégaprojets opposent de fait deux visions d’usage et on observe une prise de position par la population comme par les autorités en fonction des intérêts économiques et politiques. Les deux conceptions de la « valorisation du territoire» (Grenier, 1997) posent la question du développement au sein des zones naturelles. • Le potentiel hydro-électrique existant D’après Endesa (premier fournisseur d’électricité du Chili), le potentiel hydroélectrique de la région, associé aux rivières Aysén, Baker, Bravo, Cisnes, Cuervo, Palena, et Pascua, est de 8040 MW. Les premiers projets d’Endesa concernent l’utilisation des ressources des rivières Pascua et Baker. La production potentielle est évaluée à environ 2700 MW (soit celle de 2 centrales nucléaires). Les rivières Baker et Pascua parcourent une zone d’une biodiversité mécon-

164

Explorando las Nuevas Fronteras del Turismo. Perspectivas de la investigación en Turismo  

Documento del Centro de Turismo Científico de la Patagonia, sobre este importante ámbito que combina el turismo y las ciencias en Aysén.

Explorando las Nuevas Fronteras del Turismo. Perspectivas de la investigación en Turismo  

Documento del Centro de Turismo Científico de la Patagonia, sobre este importante ámbito que combina el turismo y las ciencias en Aysén.

Advertisement