Page 1

Année 2017-2018– mai - juin 2017

Voix de femmes Du Haut-Richelieu Votre Centre de femmes a reçu le Prix Mobilisation remis par Centraide du Grand Montréal pour son projet de jardin communautaire

DANS CE NUMÉRO : Babillard aux infos

2-5

Éditorial

6

Texte libre !

7

Bourse Carrie-Derick 8 Rubrique: Jardin communautaire

9

Rubrique : Cultivons notre assiette

10

Rubrique: Juridique

11

Fermeture pour l’été

Endos

La remise du prix a eu lieu le mercredi 19 avril 2017 au Centre des Sciences de Montréal Le jardin communautaire de SaintJean-sur-Richelieu est né du désir de différents organismes d’avoir un jardin pour leurs membres. Ces organismes se sont réunis afin de trouver un lieu propice au jardinage et mettre leurs forces en commun. Des acteurs aussi différents que La Maison des jeunes Le Dôme, Justice Alternative, Mouvement SEM pour une enfance meilleure, l’Étoile pédiatrie sociale, les bénévoles de la Société Saint-Vincent-de-Paul et l’association des locataires des HLM Gouin ont ainsi réussi à bâtir un milieu de vie. Car, au jardin, les gens s’y retrouvent pour jardiner, bien sûr, mais aussi pour socialiser, ainsi que pour partager et acquérir des connaissances. Le jardin urbain a d’abord été mis à l’essai par la Ville de Saint-Jean par la création d’un jardin temporaire. Devant l’engouement des citoyens et l’implication des organismes, la Ville nous a maintenant fourni un

terrain sur lequel des bacs seront installés en permanence pour la plus grande joie de nos jardiniers. Les principales maîtres d’œuvre, Geneviève Belhumeur et Esther Prince, ont fait de l’excellent boulot et leur travail a été reconnu à sa juste mesure. Bravo à vous deux et longue vie au jardin communautaire!


Page 2

Voix de femmes

Nouvelle directrice générale Bonjour, Je suis Carolle Mathieu, nouvelle directrice générale du Centre de femmes du Haut-Richelieu. Je suis fière de faire partie d’une organisation qui porte les mêmes valeurs que les miennes. Des valeurs d’engagement envers les femmes de toutes générations et origines confondues, provenant de milieux diversifiés, travaillant ensemble pour concevoir et vivre dans une communauté égalitaire et solidaire. Au cours des 15 dernières années, j’ai travaillé dans un autre Centre de femmes. J’y ai, pendant de nombreuses années, créé des relations égalitaires avec les participantes, j’ai collaboré à des activités et des mobilisations créatrices de changements et travaillé avec de nombreuses femmes engagées pour l’atteinte de l’égalité et des conditions de vie décentes pour les femmes. C’est un travail que je vais poursuivre ici.

Merci au Centre de femmes du Haut-Richelieu de me faire confiance et aux femmes de m’accueillir si chaleureusement. Soyez assurée que je donnerai toujours le meilleur de moi-même.


ANNÉE 2017- 201 8– MAI - JUIN 2 017

Page 3

VIRGINIE ET SANDRA

C’est avec plaisir que je prends la relève de

Durant mes années au Centre de

Sandra. Ce nouveau défi stimulant, qui me replonge femmes du Haut-Richelieu, j’ai eu la chance de dans mon champs d’expertise, me permettra de créer côtoyer des femmes inspirantes et de faire des des liens encore plus fort avec vous toutes. Je ne suis pas là pour prendre la place de Sandra, mais bien pour continuer son bon travail en y apportant ma couleur et mes connaissances.

rencontres significatives. Membres et collègues, à vous toutes, je dis merci ! Merci pour vos partages, pour les échanges que nous avons eus, pour votre écoute, pour votre confiance et pour tous les fous rires! Chacune d’entre vous m’a

Au plaisir d’échanger avec vous dans nos prochaines activités.

appris un peu plus sur moi-même. Au plaisir de vous croiser à nouveau!

Virginie Sandra


PAGE 4

VOIX DE FEMMES

Babillard aux infos

Sortie estivale, jeudi 15 juin 9 h à 16 h Théâtre de la Dame de Cœur Atelier créatif de marionnettes géantes


ANNÉE 2017- 201 8– MAI - JUIN 2 017

PAGE 5

Assemblée Générale Annuelle Je propose...

Le jeudi 15 juin 2017, à 19 h Au Club Optimiste 432, rue Jacques-Cartier Sud


PAGE 6

VOIX DE FEMMES

Éditorial La transition vers la retraite Monique Petit, coordonnatrice Voix de femmes

La transition vers la retraite est une période de notre vie très importante. Selon Marie-Paule Dessaint, Ph.D. en sciences de l’éducation, la qualité de la transition vers la retraite va conditionner en bonne partie la qualité du vieillissement. Nous devons penser à nos besoins financier, affectif de même qu’à notre état de santé. Premièrement, il faut s’assurer que l’on aura assez d’argent pour vivre confortablement. D’ailleurs, si on recherche sur Google « Transition vers la retraite », le premier site qui apparaît est « Planifier la retraite? ». Le deuxième est « La retraite approche? Profitez de vos économies! ». Ce sont des sites d’institution bancaire et on comprend que la somme d’argent dont on va disposer est très importante pour, dans la mesure du possible, conserver le même niveau de vie. De plus, on dispose de plus de temps. Ceci implique probablement plus de dépenses dans les loisirs. En contrepartie, on a moins besoin de vêtements et on économise sur les repas au resto. Au Canada, l’âge moyen de la retraite a regrimpé dans les dernières années pour se situer un peu au-dessus de 62 ans. Le plus bas niveau a été atteint en 1998, soit 61 ans. C’est bizarre, ma perception était que bon nombre de personnes prennent leur retraite à 55 ans. Il faut croire que la publicité que les institutions bancaires ont faite pendant des années a faussé mon jugement et probablement celui de plusieurs autres personnes. Depuis vingt ans, les nouvelles réalités sociales accroissent le stress de la retraite dans la mesure où la personne bénéficie d’une espérance de vie plus élevée qu’il y a 50 ans. Des questions neuves surgissent. Comment vais-je vivre cette deuxième vie. Que dois-je arrêter? Que puis-je continuer? Qu’est-ce que je peux recommencer? Comment se préparer à ce passage? On doit envisager tous les aspects, sans penser que ce que l’on vit aujourd’hui va être définitif, car les choses évoluent. La question que les futurs retraitées doivent se poser est : « Comment vais-je remplacer cette impression de

mon utilité? ». Il faut se faire aider à trouver ce qui remplace ce que nous apportait le travail: argent, statut, activité stimulante et interaction avec d’autres personnes. Trouver des moyens d’avoir un mode de vie actif peut se révéler essentiel pour plusieurs nouvelles retraitées. Faites une liste de choses extrêmement actives et saines à faire, et ne la confondez pas avec la liste de vos derniers souhaits avant de mourir, dixit John Jelliman, conseiller financier. Lors de mes recherches, j’ai ciblé différentes choses à faire. L’une d’entre elles consiste à assister à une journée d’informations donnée par notre employeur. Pour y avoir participé, je le recommande fortement. On nous fait penser à différentes stratégies: élaborer une vision personnalisée de la retraite, fixer des objectifs et déterminer le type d’assurance et de revenu dont nous aurons besoin pour profiter pleinement de nos vieux jours. À ce sujet, beaucoup d’institutions financières offrent des services de ce genre. Quels seront les revenus et les dépenses que j’aurai: pension du gouvernement, pension de l’employeur, REER, épargne personnelle, CELI. Autre question importante: à quoi servira l’argent? Est-ce que ce sera pour mes besoins de base (dépenses fixes) ou bien pour mon style de vie (dépenses discrétionnaires). De plus, il faut se poser la question (sans réponse) combien de temps va durer la retraite? Il y a également le temps. Quand on arrête, il faut se laisser du temps, ne pas prendre trop d’engagements dans l’immédiat, réapprendre à vivre plus lentement, mettre le réveil matin à « off ». À titre d’expérience personnelle, j’ai pris ma retraite à 38 ans. Je peux vous dire que c’est définitivement trop jeune. À cet âge, on a encore beaucoup d’énergie et pas vraiment l’argent pour faire des voyages et s’octroyer beaucoup de loisirs. Tout cela coûte cher. Je suis retournée sur le marché du travail et j’ai décroché un emploi à temps partiel que j’ai conservé pendant cinq ans. Le bonheur…. Tout le monde devrait avoir cette opportunité. Par la suite, j’ai effectué d’autres mandats pour divers organismes, toujours à temps partiel Ce mode de vie nous laisse le temps de souffler et de profiter de la vie. On arrive à l’âge de la vraie retraite plus en forme et épanouie. On peut cesser de travailler plus tard car on combine les deux modes de vie. Bref, la retraite, ça se prépare. Le gouvernement du Canada a un site internet intéressant qui s’intitule <<information pour les aînés>>, qui comprend de nombreux hyperliens très pertinents.

Bonne retraite!


ANNÉE 2017- 201 8– MAI - JUIN 2 017

PAGE 7

Parlons bénévolat ter sur une équipe d’une cinquantaine de bénévoles qui lui permet de maintenir et développer la quantité et la qualité des services qu’il vous offre. Ces bénévoles font cadeau de leur temps pour bonifier l’offre des services donnés. À titre d’exemple, nos animatrices des cafés-causeries développent leur talent en animation, en recherche et en vulgarisation sur des sujets qu’elles ne connaissent peut-être pas toujours très bien, mais qui, au bout du compte, leur permet d’apprendre et de transmettre de nouvelles connaissances fraîchement acquises. Nos bénévoles en étirement et en écriture libre sont également précieuses. Elles mettent au service des membres leur savoir-faire et leur savoir-être. Elles savent communiquer leur expérience et leur pasSelon l’enquête sociale générale sur le don, le béné- sion. volat et la participation 2013 de Statistique Canada, 44% des Canadiennes et des Canadiens âgés(es) de 15 ans et plus ont fait du bénévolat. Ils y ont consacré Il ne faut pas oublier toutes celles qui font du publi1,96 milliards d’heures, ce qui équivaut à 1 million de postage, de la réception, de l’aide aux cuisines lors postes à temps plein. En moyenne, les Québécoises et d’événements spéciaux, l’aide au jardin, les membres les Québécois ont donné 123 heures de bénévolat du conseil d’administration, etc. Vous êtes toute imannuellement. Wow! On peut dire bravo à toutes ces portante et essentielle au bon fonctionnement de l’organisme. personnes.

Pour commencer, quelques chiffres

La motivation principale qui pousse les gens à faire du À tous nos bénévoles MERCI pour votre implication. bénévolat est le désir de contribuer à la communauté pour 91,5% d’entre eux. Ensuite, 71,6% souhaitent mettre à profit leur compétence et leurs expériences et, finalement 63,9% s’impliquent dans une cause qui leur tient à cœur. Si les organismes devaient payer pour tout le travail fait par les bénévoles, plusieurs n’auraient pas les moyens d’offrir tous leurs services. À la lecture de ces chiffres on peut conclure que le bénévolat est essentiel pour tout organisme. De plus, il est un véritable outil de développement personnel et social pour la personne qui s’implique, et je pourrais dire particulièrement pour les retraitées.

Et pour nous Il en est de même pour votre Centre qui peut comp-


Page 8

Voix de femmes

Journée Internationale des femmes 2017 et Bourse Carrie-Derick C’est le 5 mars dernier, dans le cadre de la Jour- clarer une gagnante . née Internationale des Femmes, qu’a eu lieu la remise de la bourse Carrie-Derick . Au total des points, c’est madame Liziane Bouvier qui a été élue lauréate 2017 et qui remC’est sous forme de 3 à 5, incluant bouchées et porte la bourse d’un montant de 1000$. breuvage, que les travailleuses du Centre et leurs bénévoles ont reçu les candidates accom- Étudiante de 2e cycle en Sciences cliniques et pagnées de leur famille , les membres du CA, les biomédicales, Madame Bouvier est également personnalités politiques de la région ainsi que détentrice d’un baccalauréat en linguistique, en les membres du Centre. psychologie, de même qu’une maîtrise en orthophonie. Elle est l’auteure de deux articles scienSous le thème «L’égalité sans limites», notre tifiques et animatrice bénévole pour des présenmaître de cérémonie , madame Claudine Pivain, tations sur les neurosciences dans les écoles a présenté chacune des neuf candidates avec secondaires. un cours texte détaillant leur réalisation. Cette présentation nous a permis de constater qu’an- Les huit autres candidates sont, dans l’ordre alnée après année, les femmes continuent et con- phabétique: Élise Charbonneau, Marianne Gousy tribuent de plus en plus à la société du savoir, -Leblanc, Martine Guay, Élève-officier Charlie en investissant tous les champs de compétence Kay, Élizabeth L’Heureux, Lydia Maheux, Sarah des milieux universitaires ainsi que dans la re- Piédalue et Andréanne Sharp. cherche. Félicitations à toutes les candidates. Les membres du jury ont eu fort à faire pour déLes neuf candidates accompagnées de madame Carolle Mathieu, directrice générale, et de madame Claire Samson, députée provinciale du comté d’Iberville. Notre lauréate est dans la 1re rangée, 2e à partir de la gauche.


ANNÉE 2017- 201 8– MAI - JUIN 2 017

Page 9

Rubrique: Jardin communautaire Geneviève Belhumeur, chargée de projets

Les bonnes nouvelles du jardin communautaire! C’est avec joie que nous vous invitons à participer à l’installation permanente du nouveau jardin qui sera situé sur le terrain du Centre des Œuvres, rue Frontenac. L’ensemble du jardin aura un meilleur coup d’œil, à commencer par la clôture qui sera permanente. Fini les clôtures de chantier! Des arbustes fruitiers et un cabanon s’ajouteront à notre jardin urbain. Une quarantaine de citoyennes et de citoyens jardineront dans nos magnifiques bacs de bois brut, de manière plus ergonomique. Chacun des jardinets mesurent 2 ½ pieds de haut et offre une surface de culture de 16 pieds carrés plutôt que 13 pieds carrés avec les anciens contenants. Le jardin communautaire est ouvert à toute la collectivité. Pour préparer les boites de bois au jardinage, plusieurs travaux sont à réaliser. Les jardinières seront invitées à participer au chantier. Le comité jardin, constitué de bénévoles et de représentant(e)s d’organisme, s’est investi depuis le début du projet et collabore dans la planification et la coordination des journées de travaux, en plus de faire participer leurs membres aux corvées. Ainsi, la Maison des jeunes Le Dôme et Justice Alternative font participer leurs jeunes. Vous souhaitez jardiner avec nous? Inscrivezvous lundi le 24 avril 2017 auprès du Centre de femmes. Au plaisir de jardiner ensemble cet été!


PAGE 10

VOIX DE FEMMES

Rubrique : Cultivons notre assiette ! Esther Prince, coordonnatrice des initiatives en sécurité alimentaire

Achat local, pourquoi? L’importance d’acheter local est de plus en plus souligné. Quel impact ce geste a t-il sur nous et sur la communauté?

Économie Encourager un commerce, une artisane ou une productrice québécoise permet de créer des emplois dans notre communauté. À chaque fois qu’on choisit un produit d’ici, on contribue à notre économie et on encourage des gens d’ici. Si chaque Québécois(e) ajoutait 30$ par année d’aliments québécois à son panier d’épicerie, on augmenterait d’un milliard de dollars les ventes de produits alimentaires du Québec en cinq ans. Environnement En Amérique du Nord, les aliments parcourent en moyenne 2000 à 2500 kilomètres avant d’arriver dans nos assiettes. De plus, les normes de fabrication et de culture des produits provenant de l’étranger ne sont pas les mêmes qu’au Québec. Les enquêtes effectuées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments démontrent que les fruits et légumes importés ont plus de risque de dépasser les seuils de tolérance pour les résidus de pesticides que les végétaux d’ici. En achetant local, nous diminuons les kilomètres parcourus et la qualité est régie par nos normes de qualité. Saveur des aliments Plusieurs fruits et légumes perdent de la fraîcheur durant les longs transports. Ils sont souvent cueillis avant maturité pour éviter des pertes pendant le transport. Les fruits et légumes les plus riches en minéraux, en vitamines et en antioxydants sont ceux qui ont mûri dans des conditions naturelles, sur leur plant. La visite des marchés publics assure la meilleure fraîcheur puisque les végétaux ont été cueillis la veille ou le matin même.

Doit-on acheter à 100% local? Plusieurs de nos aliments ne peuvent être cultivés ici : bananes, oranges, mangues, etc. Ce serait dommage de s’en passer. L’important est de faire des achats alimentaires qui suivent les saisons et d’opter pour un produit local dans le cas où on a le choix entre un produit d’ici et un produit équivalent venu d’ailleurs. Par exemple, pourquoi acheter des pommes des États-Unis alors que nos pommes québécoises sont savoureuses ?


ANNÉE 2017- 201 8– MAI - JUIN 2 017

PAGE 11

Rubrique : Juridique Le harcèlement psychologique, déjà 15 ans

Partie 2 Marie-Ëve Denicourt, bénévole et conseillère syndicale aux relations de travail

Il y a déjà 15 ans que le législateur québécois a décidé (CNESST), celle-ci analysera sa recevabilité, c'est-à-dire d’incorporer des dispositions concernant le harcèlement qu’elle déterminera si, à sa face même, votre plainte psychologique dans la loi sur les normes du travail. Elles correspond aux critères suivant : sont entrées en vigueur le 1er juin 2004.  La personne qui se plaint est protégée par la Loi sur les normes du travail.  La personne qui se plaint le fait au bon endroit (les Malgré que l’on puisse penser que ces dispositions sont syndiqués et les employés du gouvernement suivent bien acquises, la plupart des travailleuses ignorent leurs le parcours du grief). droits.  La dernière manifestation de harcèlement Que faire si vous vous croyez victime d’harcèlement psychologique a eu lieu il y a 90 jours ou moins. psychologique au travail:  Ce qui est dit dans la plainte correspond à du harcèlement psychologique (conduite vexatoire et Vous pouvez d’abord tenter de solutionner votre répétée ou vexatoire et grave; hostile ou non désirée; problématique seule. Il y a certainement des personnes porte atteinte votre dignité ou à votre intégrité ressources au travail pour vous guider. Vous pouvez voir physique ou psychologique et engendre un milieu de avec votre employeur comment régler votre situation si, travail néfaste). bien évidemment, il n’est pas l’auteur de vos problèmes. Si tous ces critères sont rencontrés, votre plainte est Si vous êtes syndiquée, consultez votre représentant syndical. Il saura vous aider. Si vous n’avez pu solutionner votre problématique et que se poursuit le harcèlement à votre égard, déposez une plainte pour harcèlement ou, si vous êtes syndiquée, un grief d’harcèlement. Vérifiez si votre employeur a une politique à ce sujet, car sachez qu’il est de sa responsabilité de vous procurer un climat de travail sain selon la loi. Que ce soit un collègue, un fournisseur, un client ou un supérieur, il est de la responsabilité de l’employeur de faire cesser ces actions vexatoires à votre égard. Un délai à retenir pour que vos recours soient valides (grief ou plainte) : vous devez avoir déposé ledit recours moins de 90 jours suivant la dernière manifestation. Une fois votre plainte déposée à la Commission des normes, de l’équité et de la santé et sécurité au travail

donc recevable et le service de médiation vous sera proposé pour solutionner votre problématique à l’aide d’une personne dédiée et neutre. Si ce processus est refusé par l’une ou l’autre des parties ou si la médiation échoue, il y aura alors une enquête par un enquêteur mandaté par la CNESST qui fera l’analyse en profondeur de la plainte. Deux conclusions possibles suite à l’enquête : l’enquêteur peut recommander à la CNESST de vous représenter devant le tribunal du travail qui décidera du sort de votre plainte (représentation gratuite). C’est donc à dire qu’il évalue positivement vos chances de succès devant le Juge administratif du tribunal du Travail. Il peut aussi recommander la fermeture de votre dossier. Sachez que la décision de cet enquêteur est révisable suivant une demande de l’une ou l’autre des parties. Pour plus d information, vous pouvez consulter le site de la CNESST au www.csst.qc.ca


Votre Centre prend congé à compter du 1er juillet 2017 pour la saison estivale.

Nous serons de retour le 14 août 2017

Aide psychosociale Le Centre de femmes du Haut-Richelieu offre un service d’intervention individuelle pour les femmes de la MRC du Haut-Richelieu. Il est possible de prendre rendez-vous avec une intervenante pour une rencontre d’une heure où vous recevrez écoute, aide, soutien et références. Que ce soit pour un deuil, une décision difficile, un vécu de violence, une dépression, une dépendance, un problème de santé psychologique ou des difficultés familiales, financières ou autres, une intervenante est disponible pour vous aider. Fondé en 1983, le Centre de femmes du Haut-Richelieu est un centre d’éducation populaire en condition féminine et à but non lucratif dont la mission est d’améliorer les conditions de vie des femmes en vue de leur permettre une participation égalitaire dans toutes les sphères de la société.

Suivez-nous sur Facebook!

Voix de femmes mai-juin 2017  
Advertisement