Page 1

Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Vincent DEDET Hélène CHARDON Hubert BRUGERE


2


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Avant-propos Les Cahiers Sécurité des Aliments du Centre d’Information des Viandes (CIV) ont pour objet de rendre plus facilement accessible l’ensemble des données techniques, réglementaires et scientifiques concernant la maîtrise de la sécurité sanitaire des viandes bovine, ovine, chevaline, porcine et des produits tripiers. Sous le terme « encéphalopathies spongiformes » sont regroupées différentes maladies touchant soit l’animal, soit l’Homme. Certaines sont anciennes alors que d’autres sont apparues plus récemment. Le grand public les a découvertes lors de l’épizootie d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), déclarée au Royaume-Uni au cours des années 1980 puis propagée en Europe la décennie suivante, donnant lieu à deux crises médiatiques sans précédent en 1996 et 2000. Ces crises dites de « la vache folle » ont eu de très fortes répercussions sur le monde de l’élevage des ruminants et ont conduit à la mise en place de mesures pour sécuriser toutes les étapes de la filière viande, depuis l’amont (alimentation du bétail) jusqu’à l’aval (étiquetage de l’origine géographique des viandes bovines vendues au détail). Pour la plupart, ces mesures ont au départ été établies au nom du principe de précaution puis, au fur et à mesure de l’avancée des connaissances, sur la base de données scientifiques. Ce Cahier Sécurité des Aliments traite de l’ESB mais également d’autres encéphalopathies spongiformes ayant des caractéristiques communes et des spécificités propres : • la tremblante classique des petits ruminants, qui ne s’est jamais avérée présenter de risque pour la santé publique ; • les encéphalopathies chez d’autres espèces animales (le chat, le vison et les cervidés sauvages notamment) ; • les maladies à prion humaines dont la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), présente dans le monde entier, est la plus connue. Cet ouvrage correspond à la cinquième édition actualisée des documents publiés sur le sujet par le CIV, le premier dossier ayant été diffusé dès 1996. Dans une première partie, ce Cahier Sécurité des Aliments présente un état des connaissances sur les encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST) en s’appuyant sur des publications scientifiques, des textes réglementaires et des documents émanant d’institutions et d’organismes officiels. Une seconde partie traite des nombreuses mesures de protection de la santé animale et de la santé publique mises en œuvre en France et dans l’Union européenne. A la demande du Centre d’Information des Viandes, Vincent Dedet, consultant en communication scientifique, a actualisé le fond documentaire ayant servi à la précédente édition du Cahier Sécurité des Aliments publiée en 2002. Ce travail a été coordonné par Hélène Chardon, chef de projets en sécurité sanitaire et santé animale au CIV, et Hubert Brugère, enseignant-chercheur en Hygiène et industrie des aliments à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse. Nous remercions Eric Collin, vétérinaire en activité rurale et président de la commission d’épidémiologie de la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) pour sa relecture attentive. Pierre-Michel ROSNER Directeur du CIV

3


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Sommaire Partie I : Etat des connaissances scientifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1. Quelques dates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 2. Agent pathogène des ESST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 3. ESB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 3.1. Symptomatologie et diagnostic de l’ESB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.2. Origine, amplification et modes de transmission de la maladie dans l’espèce bovine .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.3. Répartition du prion pathogène et infectiosité des tissus .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.4. Nouvelles connaissances scientifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.5. ESB dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

10 11 13 14 15

4. ESST des petits ruminants .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 4.1. Tremblante classique des ovins et des caprins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 4.2. Tremblante atypique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 4.3. ESB chez les petits ruminants, de l’hypothèse scientifique à la réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

5. ESST chez les autres espèces animales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 6. ESST chez l’Homme.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 6.1. ESST humaines « classiques » .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.2. Variant de la MCJ (vMCJ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.3. Voies de transmission du vMCJ à l’Homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.4. Sensibilité génétique .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.5. Diagnostic préclinique des ESST humaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

21 23 25 25 25

Partie II : Mesures règlementaires de protection de la santé animale et de la santé publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 1. Dates clés de la réglementation relative aux ESST animales et aux mesures de protection de la santé publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 2. Mesures concernant l’alimentation des animaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 3. Programmes d’épidémiosurveillance.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3.1. ESB .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 3.2. ESST des petits ruminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

4. Retrait des MRS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 5. Autres mesures pour sécuriser les chaînes alimentaires humaine et animale. . . . . . . . . . . . . . . . 39 6. Coût du dispositif de protection de la santé animale et de la santé publique. . . . . . . . . . . . . . . . . 40 6.1. Interdiction des FVO et mesures afférentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 6.2. Surveillance active de l’ESB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 6.3. Retrait des MRS .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Acronymes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Liens utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 4


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

INTRODUCTION Les encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST) sont des affections dégénératives du système nerveux central (SNC) qui est principalement composé du cerveau et de la moelle épinière [60]*. Les ESST sont à ce jour incurables. Plusieurs types d’ESST sont décrites chez l’Homme, d’autres chez les ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) ou sauvages (cervidés dans leur état naturel, antilopes en captivité) mais aussi chez les carnivores (chats, visons). Leur caractère transmissible est observé soit dans les conditions naturelles (tremblante des ovins, maladie du dépérissement chronique des cervidés) ou expérimentales (transmission à une espèce de laboratoire). Les caractéristiques communes aux ESST sont les suivantes : • Affections transmissibles au sein d’une même espèce et, dans certains cas, d’une espèce à une ou plusieurs autres. On dit alors qu’il y a franchissement de la barrière d’espèce. • Durée d’incubation très longue au regard de l’espérance de vie de l’espèce considérée. Durant cette période, les indicateurs biologiques et biochimiques couramment utilisés en médecine (température corporelle, formule sanguine, présence d’anticorps) ne sont pas modifiés. Seuls des tests de dépistage spécifiques, réalisés post mortem, permettent de détecter une ESST avant l’apparition des signes cliniques. Chez les bovins, ceux-ci surviennent au cours du dernier tiers de la maladie. Il n’y a pas à ce jour de test validé qui permette de réaliser un diagnostic du vivant de l’animal. • Evolution relativement rapide de la maladie lorsque les signes cliniques apparaissent (quelques jours à quelques mois selon les espèces et les souches d’agent en cause). • Lésions du SNC. Au microscope certaines zones du cerveau, par exemple, ont un aspect d’éponge, la disparition du tissu nerveux produisant des « trous », d’où le terme d’ « encéphalopathie spongiforme ». L’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), les différentes formes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) chez l’Homme et les tremblantes des petits ruminants (ovins et caprins) que nous détaillons dans ce Cahier Sécurité des Aliments, sont toutes des ESST (cf. Tableau 1).

Tableau 1 : Les ESST animales et humaines Les ESST animales Les maladies

Les espèces concernées (hors inoculation expérimentale)

La tremblante dite « classique »

Ovin, caprin

La tremblante dite « atypique » (ou Nor98)

Ovin, caprin

L’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB)

Bovin et, par franchissement de barrière d’espèce, Homme (variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob), chat et différents félins sauvages en captivité (encéphalopathie spongiforme féline-ESF), chèvre (ESB dite « caprine »)

La forme atypique « H » de l’ESB

Bovin

La forme atypique « L » de l’ESB aussi appelée BASE (Bovine amyloidogen spongiform encephalopathy)

Bovin et, par franchissement de barrière d’espèce, vison (encéphalopathie transmissible du vison-ETV)

La maladie du dépérissement chronique des cervidés (MDC)

Cerf mulet, cerf de Virginie, wapiti, orignal

Les ESST humaines La forme sporadique de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (sMCJ) Les formes iatrogènes de MCJ (iMCJ) Les formes génétiques ou familiales • la forme héréditaire de la MCJ (gMCJ) • l’insomnie fatale familiale • le syndrome de Gerstmann-Straüssler-Scheinker Le kuru (identifié en Papouasie Nouvelle-Guinée et lié à un rite funéraire anthropophage) Le variant de la MCJ (vMCJ, forme humaine de l’ESB)

*Les nombres entre crochets correspondent aux références bibliographiques listées p 46-52.

5


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

1

1ère Partie

Partie

État des connaissances scientifiques 1 Quelques dates PETITS RUMINANTS (ovins et caprins) XVIIIème siècle Première observation en 1732 de la tremblante sur des ovins en Grande-Bretagne [92]. 1821

Première description de la maladie ovine sous le nom de « tremblante » [76].

1898

Première description des lésions microscopiques de spongiose de l’encéphale caractérisant la tremblante ovine [22].

1936-1938

Démonstration expérimentale de la transmissibilité de la tremblante entre moutons et du mouton à la chèvre [48].

1968

Première suspicion de l’importance des facteurs génétiques dans la réceptivité à la tremblante chez les ovins [55].

1993

Démonstration expérimentale du risque de développer, pour un petit ruminant, une ESST par ingestion de tissu infectieux provenant de bovins atteints d’ESB [70].

2002

Confirmation de la sensibilité des ovins de génotype résistant à la tremblante (ARR/ARR) à l’agent de l’ESB (inoculation par voie intra-cérébrale) [50]. Première suspicion d’un facteur génétique dans la sensibilité des caprins à la tremblante.

2003

Identification d’une forme inhabituelle de tremblante dite atypique et baptisée Nor98 [21].

2004

Identification et confirmation du seul cas d’ESB caprine naturelle en France [2].

2005

Identification de l’infectiosité du lait de mammite de certaines brebis atteintes de tremblante naturelle [87].

2006

Observation de la persistance de l’agent de la tremblante dans l’environnement [74].

2007

Identification de l’infectiosité des glandes salivaires d’ovins atteints de tremblante naturelle [145]. La peau des animaux infectés peut quant à elle jouer un rôle de réservoir [134].

BOVINS 1978-1982

Modification du procédé de fabrication des farines de viandes et d’os (FVO) au Royaume-Uni par suppression de l’extraction des graisses par solvant et du chauffage ultérieur nécessaire.

1986

Identification au Royaume-Uni d’une nouvelle maladie neurologique chez des bovins, l’ESB, présentant des lésions du SNC comparables à celles de la tremblante chez les ovins.

1987

Hypothèse du rôle de l’incorporation, dans l’alimentation des bovins, de FVO contaminées par un agent d’ESST [149, 152].

1990

Démonstration de la transmission de l’ESB à la souris par voie orale : premier exemple expérimental de franchissement de la barrière d’espèce par l’agent de l’ESB [13]. Premier cas d’encéphalopathie spongiforme chez un chat, première espèce non ruminante reconnue sensible à l’agent de l’ESB de façon naturelle [115].

1991

Découverte au Royaume-Uni du premier cas d’ESB chez un bovin né après l’interdiction des FVO dans l’alimentation des bovins : on parle de cas NAIF.

1992

L’épizootie d’ESB au Royaume-Uni est à son pic avec plus de 35 000 cas cliniques détectés sur l’année.

1999

Mise au point de tests de dépistage post mortem de l’ESB : 3 tests dits « rapides » candidats pour un programme européen de dépistage. 6 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

2000

Premier programme au monde de surveillance active de l’ESB en Suisse, puis lancement d’un programme de dépistage de l’ESB dans l’UE. Découverte au Royaume-Uni du premier cas d’ESB chez un bovin né après l’interdiction des FVO dans l’alimentation de tous les ruminants. Des cas d’ESB sont diagnostiqués dans plusieurs pays de l’UE : Espagne, Danemark, Allemagne, etc.

2001

Premier cas d’ESB au Japon, premier pays non européen à identifier cette maladie.

2003

Description de cas d’ESB en France pour lesquels la souche est différente de celle de l’ESB classique ; elle sera dénommée souche « atypique » ESB-H [23]. Premier cas d’ESB classique détecté aux Etats-Unis, bovin venant du Canada.

2004

Description d’une nouvelle forme atypique de l’ESB (ESB-L ou BASE) en Italie, différente de celle identifiée en France (ESB-H), portant ainsi à 3 le nombre de souches d’ESB [30].

2005

Premier cas autochtone d’ESB aux Etats-Unis [143]. Par la suite, il sera confirmé que tous les cas américains sont « atypiques ». Confirmation de l’absence d’infectiosité du lait de vaches atteintes d’ESB [69].

1 Partie

BOVINS (suite)

HOMME 1920-1921

Description d’une nouvelle maladie dégénérative du SNC : la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) [46, 79].

1966-1967

C. Gadjusek démontre la transmissibilité expérimentale du kuru par inoculation au chimpanzé [123].

1982

S. Prusiner élabore la théorie du prion pour expliquer la nature et le mode de transmission des agents des ESST [120].

1985

Retrait de lots d’hormone de croissance contaminés suite à l’apparition dans plusieurs pays de cas iatrogènes de MCJ liés à leur utilisation dans le traitement du nanisme [5]. De tels cas ont été détectés en France entre 1989 et 2009.

1994

Observation de cas atypiques de MCJ au Royaume-Uni [117].

1996

MCJ » ou vMCJ [154]. En France, premier cas de décès causé par le vMCJ.

Ces formes atypiques de MCJ, pour lesquelles une origine bovine ne peut être exclue, sont baptisées « variant de la

1997

Il est démontré que les caractéristiques biologiques et physico-chimiques de l’agent de l’ESB bovine et de l’agent du vMCJ sont les mêmes. Il est impossible de conduire des expériences sur l’Homme, ces résultats sont par conséquent considérés comme « la preuve scientifique maximale » du franchissement de la barrière d’espèce par l’agent de l’ESB, ce qui n’a pas été démenti depuis [82, 28].

1999

Tous les cas cliniques de vMCJ recensés sont homozygotes Méthionine-Méthionine au 129ème codon du gène de la protéine de prion cellulaire (129 MM), ce qui est toujours valable pour les formes cliniques de vMCJ observées à travers le monde en 2013.

2000

Hypothèse du risque d’une transmission transfusionnelle inter-humaine du vMCJ [108]. Début d’une étude d’épidémiologie rétrospective au Royaume-Uni à partir des banques d’amygdales humaines pour confirmer cette hypothèse.

2001

Méthodes de diagnostic affinées du vMCJ permettant une forte suspicion du vivant de la personne, confirmation toujours faite post mortem [147].

2003-2004

Identification au Royaume-Uni d’un premier cas de vMCJ d’origine transfusionnelle en 2003 et d’un second cas en 2004 [58, 59].

2005

Le Japon identifie son premier cas autochtone de vMCJ, puis les Pays-Bas, le Portugal et l’Espagne [1, 27, 57].

2006

Au Royaume-Uni, deux personnes saines dont les amygdales étaient positives pour l’agent du vMCJ étaient de génotype 129 Valine/Valine et non 129MM [78].

2007

Au total, 4 cas de vMCJ ont été observés chez des receveurs de transfusion dont le donneur britannique s’est révélé a posteriori être en incubation de vMCJ au moment du don.

2010

Résultats de l’enquête retrospective sur 10 ans au Royaume-Uni portant sur la détection de l’agent du vMCJ dans les amygdales de jeunes Britanniques : entre 3 et 608 personnes par million seraient en incubation de vMCJ [52].

2012

Alors qu’aucun autre cas de vMCJ n’avait été identifié en France depuis 2007, deux cas l’ont été courant 2012, soit un total de 27 cas depuis 1996. À cette date, aucun cas de vMCJ d’origine transfusionnelle n’a été détecté en France. 7 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

1ère Partie

Première crise dite de « la vache folle ».


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

2 Agent pathogène des ESST Agent transmissible non conventionnel (ATNC) La nature de l’agent pathogène des ESST fait toujours l’objet de discussions au sein de la communauté scientifique. Malgré les nombreux travaux de recherche menés depuis les années 60, aucune hypothèse sur la nature de l’agent ne permet d’expliquer de manière satisfaisante l’ensemble des phénomènes liés aux ESST, observés en conditions naturelles ou expérimentales [86]. On sait avec certitude que l’agent infectieux des ESST se concentre dans le SNC. La destruction de la totalité du matériel génétique d’un broyat de cerveau infectieux issu d’un animal malade n’altère pas la capacité de ce broyat à transmettre une ESST. Ceci montre que la transmission d’information génétique (acide nucléique) n’est pas nécessaire et que, par conséquent, le modèle pasteurien des maladies infectieuses, dues à des bactéries ou des virus, n’est pas vérifié pour les ESST [127]. Même si les avis restent encore partagés sur la nature des ATNC, la majorité des travaux publiés corroborent l’hypothèse d’une nature protéique.

Théorie du prion La théorie qui, à l’heure actuelle, recueille le plus de suffrages au sein de la communauté scientifique est celle de Stanley Prusiner. Celui-ci a proposé en 1982 qu’une anomalie d’une protéine normale, baptisée « protéine de prion sous forme cellulaire » ou PrPc, puisse être à l’origine de la maladie. Naturellement présente dans les cellules du système nerveux central de presque tous les vertébrés, le rôle physiologique de la

Figure 1

La protéine de prion sous sa forme normale et sa forme anormale

Transformation

Hélices α

Prion sous sa forme normale (2 zones de la protéine en hélices α)

Feuillets β

Prion sous sa forme anormale (4 zones de la protéine en feuillets β)

Source : Whitehead Institute

PrPc n’est pas clairement déterminé à ce jour. Associée à différents sucres, on parle de glycoprotéine, la PrPc est ancrée à la surface de la membrane cellulaire. Elle aurait, entre autres, un rôle de transmission de signaux de l’extérieur vers l’intérieur de la cellule. La protéine de prion pourrait être responsable de la maladie à la suite d’une modification irréversible de sa structure dans l’espace sans que sa séquence d’acides aminés ne soit modifiée. Cette modification de conformation la transformerait en protéine anormale (cf. Figure 1). On appelle cette protéine anormale PrPsc (sc pour « scrapie », nom donné à la tremblante en anglais) ou PrPres (pour « résistante aux enzymes protéolytiques ») (cf. Encadré 1). La PrPres aurait la capacité de se lier à une protéine PrPc normale et de la transformer en PrPres en lui imposant sa conformation. Certaines zones en hélice dans la protéine normale sont 8 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

alors transformées en feuillets β dans la PrPres, une structure moléculaire particulièrement stable. Ne pouvant plus être éliminée par les mécanismes régulateurs de la cellule, la PrPres s’accumulerait et endommagerait progressivement les tissus nerveux en provoquant la mort cellulaire des neurones. L’aspect novateur de la théorie du prion est qu’un phénomène pathogène puisse se transmettre d’un individu malade à un individu sain en l’absence de tout matériel génétique clairement identifié. Les résultats d’études récentes confirment cette théorie. L’inoculation à la souris par voie intracérébrale d’une protéine de synthèse de structure proche de la PrPres engendre l’apparition d’une maladie neurologique avec accumulation de PrPres [85]. De plus en laboratoire, les broyats de cerveau de bovins génétiquement modifiés par déletion du gène permettant la synthèse de PrPc, le gène Prnp, n’amplifient pas la PrPres [121].


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Encadré 1

La forme normale de la protéine de prion (PrPc) est une protéine fabriquée par toutes les cellules de l’organisme, même si les cellules qui expriment le plus le gène de cette protéine sont les neurones du système nerveux central et les cellules de la lignée blanche. La forme anormale de la PrPc est appelée PrPsc ou PrPres. Les tests mettant en évidence la présence de cette forme anormale ont été développés à la fois pour pouvoir diagnostiquer l’infection chez les sujets concernés (humains ou animaux), mais aussi pour explorer les caractéristiques étonnantes de cette famille de maladies. • Lorsque la méthode utilisée repose sur le caractère transmissible de l’infection, la protéine anormale mise en évidence, marqueur de l’infectiosité, est appellée PrPsc. C’est le cas par exemple de l’inoculation d’un échantillon à un animal de laboratoire et de son observation pour voir si l’ESST peut lui être transmise. • Lorsque la méthode utilisée repose sur le caractère de résistance à l’élimination de la protéine anormale, cette dernière est appellée PrPres. Ces méthodes, comme par exemple le Western Blot, font agir une enzyme de digestion des protéines sur l’échantillon. Après digestion, un anticorps spécifique de la PrP est placé au contact de l’échantillon : s’il révèle la présence de PrP, c’est qu’elle a résisté à la digestion, c’est alors de la PrPres. Dans ce Cahier Sécurité des Aliments, pour une meilleure compréhension, il a été décidé de n’utiliser que la dénomination PrPres pour la forme anormale de la protéine de prion.

Autres hypothèses sur la nature des ATNC Les tenants de l’hypothèse du prion reconnaissent que plusieurs faits scientifiques ne sont toutefois pas expliqués par cette proposition. D’une part, il existe différentes souches d’ATNC chez une même espèce animale. D’autre part, il existe des formes d’ESST naturelles ou expérimentales pour lesquelles l’infectiosité du SNC peut être élevée en l’absence de PrPres [83]. Plusieurs hypothèses alternatives ont été avancées. Celle proposant l’intervention d’un virus est étayée par l’observation, en microscopie électronique, de petites structures ressemblant à des particules virales lors d’ESST chez le hamster et chez l’Homme, ainsi qu’en culture cellulaire [90]. L’hypothèse d’un virino a proposé quant à elle une architecture nouvelle en biologie infectieuse : celle d’une particule constituée d’un agglomérat de PrPres entourant et protégeant un acide nucléique, support de l’information génétique [56]. A l’heure actuelle, la PrPres est donc considérée comme un marqueur de l’infectiosité dans la quasi-totalité des ESST.

ATNC très résistant A la différence d’agents infectieux de type virus ou bactérie, l’ATNC présente une résistance exceptionnelle aux dénaturants physiques ou chimiques [132]. Seul un pH très élevé permet d’inactiver l’ATNC et le plus souvent partiellement. Ainsi, la soude à une concentration normale (1N) ou l’eau de Javel à 6 degrés chlorométriques sont les désinfectants considérés comme les plus efficaces. En ce qui concerne les traitements physiques, l’ATNC est détruit par incinération audessus de 600°C en chaleur sèche, mais il résiste aux ultra-violets et aux radiations ionisantes. Toutes les publications traitant de la résistance des ATNC mentionnent que l’action d’un seul agent inactivant (la chaleur, le pH ou l’action d’un détergent) ne suffit pas à détruire la totalité de l’infectiosité présente dans un échantillon de haut titre infectieux. Il y a de plus, pour un même agent inactivant, des variations entre souches d’ATNC. Ainsi la souche 301V, souche de l’ESB adaptée à la souris, est la souche murine la plus résistante à l’inactivation par la chaleur [133]. 9 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

Une série d’observations en Islande montre la forte persistance de l’agent de la tremblante dans l’environnement des animaux, suggérant un rôle potentiel dans la transmission à de nouveaux animaux [3]. Pour la transmission de l’agent de l’ESB chez les bovins, en revanche, le rôle du milieu environnant est a priori négligeable [51]. Enfin, il semblerait que l’ATNC soit très résistant dans les aliments du bétail. En effet, au Royaume-Uni, trois jeunes bovins atteints d’ESB en 2005 et nés après l’interdiction des farines de viandes et d’os (FVO) dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage auraient pu consommer un reliquat d’aliment contaminé conservé depuis plusieurs années dans un silo [128].

Partie

1

PrPc, PrPsc, PrPres


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

3 ESB 3.1 - Symptomatologie et diagnostic de l’ESB L’ESB est une ESST qui touche les bovins. Elle a été officiellement décrite pour la première fois au Royaume-Uni en novembre 1986. En France, l’ESB est une maladie animale de catégorie 1* (anciennement listée en maladie réputée contagieuse). Les conditions de sa suspicion clinique sont fixées dans l’arrêté du 3 décembre 1990 modifié qui précise les mesures de police sanitaire relatives à l’ESB.

Anamnèse et examens cliniques L’anamnèse, c’est-à-dire l’historique du cas, commence avec le recueil de l’identité (numéro d’identification, race…) et de l’âge de l’animal puis elle vise à évaluer, en questionnant l’éleveur, la date de la première observation des symptômes. Suit l’évaluation du stade de la maladie, au moment de la visite du vétérinaire, par un examen à distance (état d’engraissement, posture, vigilance) suivi d’un examen rapproché (cf. Encadré 2). Ces examens réalisés par le vétérinaire visent à identifier des troubles

du comportement où crainte et frayeur dominent, ainsi qu’une forte nervosité caractérisée par des mouvements fréquents, de petits déplacements ou des mouvements d’évitement. Les mouvements exagérés et une démarche non coordonnée sont les désordres locomoteurs les plus fréquemment observés. L’hypersensibilité des animaux au son ou au contact sont les troubles sensoriels les plus courants. En France, l’examen des nerfs crâniens n’a jamais révélé de lésions sur les cas suspects et confirmés. Le vétérinaire qui rencontre une association d’au moins deux des trois familles de signes cliniques (locomotion, comportement, sensibilité) déclare officiellement cette suspicion d’ESB (cf. Partie II). Dans tous les cas, le diagnostic ne pourra être confirmé avec certitude que par des analyses post mortem, après euthanasie de l’animal suspect (cf. Partie II).

Définition réglementaire d’un animal suspect et d’un animal atteint d’ESB L’arrêté du 3 décembre 1990 modifié définit les animaux de l’espèce bovine suspects ou atteints d’ESB comme suit.

• Sont considérés comme « suspects d’ESB les bovins vivants, abattus ou morts qui présentent ou ont présenté des troubles neurologiques ou comportementaux ou une détérioration progressive de l’état général liée à une atteinte du SNC et pour lesquels les informations recueillies sur la base d’un examen clinique, de la réponse à un traitement, d’un examen post mortem ou d’une analyse de laboratoire ante ou post mortem ne permettent pas d’établir un autre diagnostic. Sont réputés suspects d’ESB les bovins qui ont donné un résultat non négatif ou douteux à un test rapide spécifique à l’ESB » (cf. Partie II). • Sont considérés comme « atteints d’ESB les bovins qui, lors d’un examen effectué par un laboratoire agréé pour le diagnostic de l’ESB par le ministre chargé de l’agriculture, présentent dans l’encéphale des lésions spongiformes caractéristiques qui confirment l’origine de la maladie, ou présentent un résultat positif à un test Western Blot ou à un test d’immunohistochimie réalisé sur un fragment de tronc cérébral ou à toute autre méthode de confirmation reconnue par le ministre chargé de l’agriculture » (cf. Partie II).

Encadré 2

Anamnèse d’une suspicion clinique d’ESB Une classification en quatre stades Face à une suspicion d’ESB, le vétérinaire demande à l’éleveur de décrire les signes observés sur l’animal dans un passé récent afin de tenter d’appréhender par quels stades l’animal est déjà passé et à quel stade il se trouve à présent : • Stade I, début de la maladie : atteinte locomotrice ou modifications comportementales peu marquées. •S  tade II, phase d’évolution de la maladie : myoclonies visibles (contractions musculaires involontaires), excitabilité nette de l’animal et atteinte plus marquée de la locomotion. • Stade III, fin d’évolution : chutes, agressivité et hyperexcitabilité fréquentes. • Stade IV : décubitus (position couchée) permanent qui précède de peu la mort.

*maladie animale de catégorie 1 : atteinte grave à la santé publique, à la santé des animaux sauvages ou domestiques d’une part et aux capacités de production d’une filière animale d’autre part. Les maladies animales de catégorie 1 requièrent, dans un but d’intérêt général, des mesures de prévention, de surveillance ou de lutte rendues obligatoires par l’autorité administrative (Ordonnance 2011-862 du 22/07/11).

10 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

A l’origine, un ATNC bovin ou ovin ? Une première hypothèse suppose que l’épidémie d’ESB au RoyaumeUni serait due à l’incorporation, dans la ration alimentaire des bovins, de FVO produites à partir de carcasses de moutons contaminées par une souche particulière de tremblante. Cette souche n’a pas été identifiée à ce jour. Une telle souche de tremblante aurait dans cette hypothèse franchi la barrière d’espèce pour s’adapter à l’espèce bovine et développer une nouvelle maladie : l’ESB. Une deuxième hypothèse suppose que l’ESB aurait toujours existé chez les bovins de façon sporadique, c’està-dire sous forme de cas isolés. La maladie serait la conséquence d’une mutation génétique du gène Prnp codant pour la protéine de prion, produisant alors une PrPres. Des tissus provenant d’un bovin atteint d’une telle maladie auraient pu, au cours des années 70, entrer dans la fabrication de FVO, elles-mêmes ensuite incorporées à l’alimentation du bétail. L’amplification de la diffusion de l’agent de l’ESB aurait alors provoqué l’épizootie au Royaume-Uni. Une troisième hypothèse repose sur l’identification récente de formes atypiques de l’ESB. Ces formes atypiques seraient rares et pourraient correspondre à une forme sporadique de l’ESB, ce qui sous-entend qu’elles existeraient de très longue date sans avoir été détectées avant la mise en place d’une surveillance active dans l’UE [135]. De nombreuses autres hypothèses ont été examinées : aucune ne s’est avérée pertinente [47].

Amplification de la maladie par recyclage de l’ATNC dans les FVO En Europe, l’introduction des FVO (souvent désignées sous le terme de farines animales) comme complément dans l’alimentation du bétail date du XIXème siècle. Les FVO étaient appréciées pour leur valeur nutritive. Riches en protéines, elles apportaient des acides aminés indispensables (lysine et méthionine) et étaient un complément utile pour les vaches laitières à forte production. Elles apportaient également en quantité du phosphore et du calcium. À la fin des années 1970, quelques industriels britanniques producteurs de FVO ont abandonné leur procédé habituel de traitement des tissus animaux qui incluait une étape d’extraction des graisses par un solvant organique, l’hexane, suivie de son évaporation à 120°C. Il a été remplacé par un procédé plus sûr pour le personnel et plus économique : un traitement en continu à 80-90°C. Ce nouveau procédé s’est par la suite

révélé insuffisant pour inactiver l’agent de l’ESB [17]. La modification du procédé de fabrication des FVO et les propriétés exceptionnelles de résistance de l’ATNC permettent d’expliquer sa large diffusion dans le cheptel bovin britannique, par recyclages successifs via les FVO incorporées dans l’alimentation du bétail. L’amplification de l’épizootie, à chaque « cycle » théorique, s’explique d’autant mieux que l’on sait que : • il suffit de moins de 0,1 g d’encéphale de bovin atteint d’ESB pour contaminer un bovin sain par voie orale ; • les organes les plus infectieux chez les bovins sont l’encéphale et la moelle épinière qui pèsent respectivement 500 g et 200 g chez un animal adulte. Compte tenu de la longue durée d’incubation de l’ESB, soit 5 à 7 ans en moyenne, l’insuffisance du procédé pour inactiver l’agent de l’ESB ne s’est révélée que 7 ans environ après sa mise en œuvre, lors de la détection des premiers cas d’ESB en 1986. Il est par ailleurs possible qu’un ou deux cycles d’amplification se soient déroulés avant la détection de ces premiers cas d’ESB.

Figure 2

Recyclage (dissémination et amplification) de l’ATNC de l’ESB par les FVO avant leur interdiction Animal atteint d’ESB bovin ? ovin ? caprin ? autre ? En incubation

Abattoir

En incubation

Mort à la ferme Carcasses et organes retirés de la consommation potentiellement infectieux Morts à la ferme

Bovins atteints d’ESB

Évolution de l’ESB

infection de nouveaux bovins par voie alimentaire

11 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

Equarrissage Transformation des déchets animaux en farines de viandes et d’os (FVO) FVO contaminées et insuffisamment chauffées pour inactiver l’ATNC

Incorporation dans des aliments pour bovins

1 Partie

3.2 - Origine, amplification et modes de transmission de la maladie dans l’espèce bovine


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

Deux pratiques permettent d’expliquer partiellement pourquoi l’épizootie s’est déclenchée au Royaume-Uni alors que la plupart des pays développés utilisaient également à cette époque les FVO dans leur chaîne alimentaire animale : • le niveau de l’incorporation de FVO dans les aliments pour vaches laitières était de l’ordre de 5 à 10 % de la matière sèche de la ration, alors qu’en France par exemple la teneur était de l’ordre de 1 à 2 % [67] ; • les FVO étaient administrées aux très jeunes veaux en plus de leur ration lactée [49]. Or, plus un sujet est jeune, plus il semblerait sensible aux ESST par voie alimentaire. Ainsi, les veaux britanniques atteints d’ESB ont été infectés au cours de leurs 6 premiers mois de vie [11]. En France et en Irlande, où cette pratique alimentaire n’existait pas, les cas d’ESB ont été majoritairement contaminés au

cours de leur second semestre de vie [131, 114].

Transmission alimentaire FVO (cf. Figure 2) Malgré la mise en place de mesures d’interdiction de l’introduction de FVO dans l’alimentation des bovins dès 1988 au Royaume-Uni et en 1990 en France (cf. Partie II), des cas ont continué d’apparaître. Ces cas ont pour origine des contaminations croisées (cf. Encadré 3). Aliments de substitution du lait (lactoremplaceurs) Une publication allemande a identifié un lien épidémiologique entre la consommation de lactoremplaceurs par les veaux et la survenue ultérieure de cas d’ESB [112]. Ainsi, les exploitations où un cas d’ESB a été

diagnostiqué ont utilisé des lactoremplaceurs 1,4 fois plus souvent que les exploitations restées indemnes d’ESB (différence statistiquement significative). Toutefois, les auteurs de cette étude n’excluent pas une exposition des veaux à l’agent de l’ESB par des aliments classiques, ce que confirment deux autres études [32, 118]. Les lactoremplaceurs ont été régulièrement mis en cause pour des cas d’ESB au Danemark, au Japon et aux Pays-Bas. Toutefois, les éléments rassemblés par les enquêtes épidémiologiques a posteriori n’ont pas permis de confirmer cette suspicion. Au Royaume-Uni, les experts ont considéré que l’infectiosité des lactoremplaceurs, si elle existait, serait liée à la présence de résidus protéiques dans les suifs pouvant euxmêmes être issus de tissus infectieux (SNC pour l’essentiel), mais non aux graisses en tant que telles.

Encadré 3

Les contaminations croisées Par contamination croisée, on entend qu’un aliment destiné à une espèce donnée (bovin, porc, ovin…) et respectant la réglementation afférente (telle que l’absence de FVO dans l’aliment pour bovins) se trouve contaminé par un aliment destiné à une autre espèce et contenant des FVO (par exemple l’aliment destiné aux volailles). Ces contaminations ont pu avoir lieu à différentes étapes. • Dans l’usine de fabrication des aliments du bétail : jusqu’à fin 2000, des FVO pouvaient être incorporées lors de la fabrication d’un aliment pour animaux monogastriques (porcs ou volailles). Or jusqu’en 1996 en France, les FVO pouvaient être fabriquées avec des déchets d’abattoir et des cadavres d’animaux qui pouvaient contenir du matériel infectieux. Avant 1998, le mode de traitement des FVO ne répondait pas toujours aux conditions de diminution du titre infectieux pour l’agent de l’ESB (133° C pendant 20 minutes sous une pression de 3 bars). De ce fait, si l’agent de l’ESB était présent dans les matières premières, il pouvait alors toujours être infectieux dans les FVO. En outre, dans une usine de fabrication d’aliment du bétail, la même chaîne pouvait servir à la production d’aliments destinés à différentes espèces. Ainsi, après la fabrication d’un aliment pour poulet par exemple, les tubulures pouvaient contenir des traces de FVO qui, si le nettoyage n’était pas parfait, risquaient de se mélanger à un aliment pour bovins fabriqué juste après. Malgré le respect de la réglementation par le fabricant de ne pas incorporer de FVO dans l’aliment pour bovins, une contamination croisée restait donc possible. Ce mode de contamination a été majoritaire dans le cas des aliments composés donnés aux bovins nés entre 1990 et 1998. • Lors du transport de l’aliment vers l’élevage : chaque compartiment des camions de livraison d’aliments est vidé à l’aide de la même vis sans fin. Si le premier exploitant livré élevait des poulets, il recevait un aliment pouvant contenir des FVO. Si le second élevait des bovins, la vis sans fin pouvait encore contenir un reliquat d’aliment pour poulets au moment de la livraison de l’aliment pour bovins. Toutefois, ce mode de transmission n’a pas été significatif d’après les enquêtes épidémiologiques réalisées a posteriori. • Sur l’exploitation : par consommation accidentelle d’un aliment destiné à une autre espèce quand il y avait, par exemple, une activité d’élevage de volailles et de bovins sur la même exploitation. C’est à ce scénario que pourrait être attribuée la contamination du premier cas clinique d’ESB décrit au Danemark : la génisse concernée s’étant échappée et ayant consommé de l’aliment pour dindes. Dans un rapport récent, l’Anses a évalué que les contaminations croisées en élevage ont une importance moindre que celles survenues dans les usines de fabrication d’aliment [10]. 12 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Rôle du sol Le rôle du sol, en tant que réservoir potentiel de l’agent de l’ESB, a été soulevé à l’occasion des bûchers mis en œuvre pour éliminer les cadavres de bovins et de petits ruminants lors de l’épizootie de fièvre aphteuse de 2001 au Royaume-Uni. Une fraction de ces animaux était en incubation d’ESB au moment de leur abattage et l’agent étant résistant à la chaleur, la pérennisation possible de cet ATNC dans l’environnement a été évoquée. De nombreux travaux, dont certains sont encore en cours, ont exploré le rôle des composants du sol dans la rétention de la PrPres. Ils montrent que la nature des sols est primordiale, les argiles (montmorillonite) fixant par exemple très fortement la PrPres [122]. Toutefois, si la contamination dite « environnementale » ne joue pas de rôle mesurable par les outils d’analyse épidémiologique, ce rôle ne peut être totalement écarté car il est démontré pour la transmission naturelle de la MDC et reste suspecté pour la tremblante [129].

Autres modes de transmission Transmission verticale (de la mère au fœtus) Jusqu’au milieu des années 2000, les modèles épidémiologiques britanniques ont conduit à considérer que, dans 10 % des cas au plus, une vache qui déclare une ESB clinique dans les 6 mois suivant son vêlage avait pu transmettre la maladie à son veau. Mais aucun travail de recherche n’est venu étayer cette supposition. Deux évaluations plus récentes ont estimé ce risque à 1 % et excluent que ce mode de transmission suffise à expliquer la majorité des cas nés après l’interdiction des FVO dans l’alimentation de tous les ruminants [51]. Un cas de transmission maternelle probable a été décrit pour l’agent de l’ESB dans une autre espèce, le guépard (Acinonyx jubatus), ce qui ne permet pas d’extrapoler le phénomène aux bovins [20].

3.3 - Répartition du prion pathogène et infectiosité des tissus Deux types de recherche ont été menés sur des bovins infectés expérimentalement, l’objectif étant de déterminer les organes et tissus potentiellement à risque et devant par conséquent être retirés de la chaîne alimentaire (matériels à risque spécifiés ou MRS, cf. Partie II) : • le dosage de la protéine de prion sous sa forme anormale (PrPres) dans différents tissus pour en étudier la répartition spatio-temporelle au cours du développement de l’ESB (bovin en phase d’incubation et bovin malade) ; • les expériences de pathogénie (cf. Figure 3) pour rechercher l’infectiosité d’un très grand nombre de tissus pendant ou après incubation. 13 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

Une première série d’expériences a été menée au Royaume-Uni puis en Allemagne. Les résultats sur des bovins infectés par voie orale montrent que : • 6 mois après l’inoculation expérimentale d’un bovin, il est possible de détecter la PrPres et de l’infectiosité dans son intestin (iléon distal) et ceci jusqu’à la fin de la maladie [150, 153]. •À  partir de 32 mois, la PrPres est détectée dans la moelle épinière, le cerveau et quelques ganglions nerveux situés près de la colonne vertébrale [151, 152]. La quantité de PrPres dans le SNC augmente avec la durée d’évolution de l’infection. • A partir de 35 mois et, de façon plus constante à partir de 38 à 40 mois, les premiers signes cliniques sont observés. On remarque que, dans le modèle expérimental, la durée d’incubation de la maladie est significativement plus courte que pour les animaux infectés naturellement, en raison probablement de la dose très importante utilisée pour les infecter (100 g de broyat de cerveau d’un animal atteint d’ESB). Notons que lors d’infection naturelle, il est difficile de préciser la durée d’incubation, le moment de l’infection et la charge infectieuse de l’aliment incriminé n’étant pas connus. Cependant pour les animaux infectés naturellement, il est estimé que la maladie apparaît en moyenne après une incubation de 5 ans. Une deuxième série d’expériences a été réalisée dans ces deux mêmes pays. L’utilisation comme animal modèle d’une lignée de souris transgéniques surexprimant la PrPc bovine a permis de détecter de l’infectiosité à faible niveau dans les tissus des bovins à ESB expérimentale. Chez ces souris, après inoculation par voie intra-cérébrale (IC), l’ESB a été reproduite de façon régulière avec une durée d’incubation beaucoup plus courte que chez les bovins et avec des doses infectantes beaucoup plus faibles que par voie orale (facteur de 1 à 200 000). Un tissu qui n’est pas infectieux lors d’une inoculation par

1 Partie

Graisses animales Certaines graisses animales (les graisses de fonte, ou suifs, issues de la fonte des tissus adipeux des animaux, les graisses de cuisson issues des FVO et les graisses d’os issues de la transformation des os) sont suspectées d’avoir pu jouer un rôle dans la transmission de l’ESB, mais sans argument épidémiologique fort. Les graisses produites en particulier à partir de vertèbres de ruminants, susceptibles de comporter des résidus de moelle épinière, pouvaient présenter un risque au regard de l’ESB. La gestion de ce risque a consisté pendant un temps à limiter les graisses valorisables à celles obtenues avant la fente de la carcasse à l’abattoir. Les experts ont ensuite estimé que les graisses prélevées après la fente des carcasses de bovins pouvaient être utilisées pour l’alimentation des animaux de rente, y compris les ruminants, à condition que le retrait de la moelle épinière ait été réalisé au préalable par un procédé d’aspiration [4].


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

voie IC chez la souris ne l’est pas non plus par voie orale chez le bovin (voie beaucoup moins efficace) et a fortiori non plus par voie orale chez l’Homme. Ces dernières études ont confirmé les résultats précédents mais ont aussi apporté de nouveaux éléments. De l’infectiosité a ainsi été détectée : • dans les amygdales d’un bovin 10 mois après son inoculation par voie orale [153]. En revanche, il n’a pas été détecté d’infectiosité dans les amygdales provenant de bovins à ESB naturelle ; • dans le système nerveux périphérique (SNP), en particulier dans les ganglions nerveux dorsaux et le ganglion trigéminal (ganglion nerveux sur le trajet du nerf trijumeau, l’un des 12 nerfs faciaux) de bovins infectés expérimentalement [152]. Dans d’autres modèles, de l’infectiosité et/ou de la PrPres ont été identifiés dans d’autres nerfs. Au stade où l’animal présente des signes cliniques, la quantité de PrPres présente dans le SNP est estimée au 120ème de celle présente dans le SNC [91]. Sur le plan chronologique, lorsque des éléments du SNP présentent une positivité, c’est toujours après celle du SNC. Le dépistage des bovins en incubation se faisant sur le SNC, des animaux présentant de l’infectiosité dans le SNP ne peuvent donc pas entrer dans la chaîne alimentaire ; • dans la langue et la muqueuse nasale des bovins à ESB naturelle en phase terminale de la maladie et n’entrant donc pas dans la chaîne alimentaire [12]. Certaines publications ont fait état de l’identification de PrPres dans les muscles de rongeurs de laboratoire infectés par l’ESB. A titre d’exemple, une étude américaine de mars 2002 rapporte les résultats d’expériences réalisées sur des souris particulièrement sensibles aux prions ou bien transformées génétiquement auxquelles une souche de prion de tremblante adaptée à la souris a été inoculée par voie IC ou IM [26]. Dans ces conditions expérimentales, le

Figure 3

Les expériences de pathogénie

Tissu à tester cerveau, foie, muscle…

Voie d’inoculation injection intracérébrale, voie orale, injection intra-musculaire…

Développement de la maladie chez la souris, par exemple, la durée d’incubation varie de 6 mois à 2-3 ans

Le tissu testé est infectieux

muscle des souris inoculées a révélé la présence de prion. Cependant, cette publication ne doit pas faire oublier toutes les autres études réalisées chez des souris par injection (voie IC ou IP) de broyats de tissus de bovins naturellement atteints d’ESB qui montrent qu’aucune infectiosité n’est détectée dans le muscle alors que ce mode d’inoculation conduit à une infectiosité beaucoup plus élevée qu’une infection par voie orale. Les tissus potentiellement infectieux chez un animal en incubation d’ESB sont aujourd’hui classés dans la liste des matériels à risque spécifiés ou MRS (cf. Partie II). Notons dès à présent que, pour éviter tout risque de transmission de prion pathogène de l’animal à l’Homme, les MRS sont obligatoirement retirés de toutes les carcasses avant commercialisation des viandes et détruits par incinération. Les tissus et sécrétions ci-dessous ont, de façon répétée, fourni des résultats négatifs aux analyses et sont considérés comme ne présentant pas d’infectiosité chez un bovin atteint d’ESB : • les muscles (y compris le cœur) ; • le lait et le colostrum ; • la peau ; • les organes du système lymphoïde (rate, thymus, nœuds lymphatiques…) 14 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

Modèle animal bovin, souris, rat, mouton…

Pas de développement de la maladie

Le tissu testé n’est pas infectieux

à l’exception de la 3ème paupière, des amygdales et des follicules lymphoïdes de l’intestin grêle ; • le sang ; • le foie ; • les reins (y compris l’urine) ; • la moelle osseuse ; • le liquide céphalo-rachidien ; • les tissus reproducteurs (semence, placenta, foetus, embryon, annexes foetales).

3.4 - Nouvelles connaissances scientifiques Souches atypiques d’ESB et potentiel zoonotique En 2003, en France, des cas d’ESB présentant une souche différente de celle de l’ESB classique ont été identifiés. On parle alors de souche « atypique » dénommée ESB-H. En 2004, en Italie, une nouvelle forme atypique de l’ESB, ESB-L ou BASE, différente de celle identifiée en France en 2003 est décrite, portant ainsi à trois le nombre de souches d’ESB. L’origine des cas d’ESB atypique reste incertaine bien que l’hypothèse d’un caractère spontané de la maladie soit privilégiée. Leur nombre est stable et limité en France depuis leur identification en 2004. Ce n’est que si leur nombre augmentait brutalement et


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Pistes explorant une sensibilité génétique des bovins à l’ESB Plusieurs études sur le gène Prnp explorent la piste d’une sensibilité génétique des bovins qui favoriserait le développement de l’ESB. Une première étude allemande a identifié une modification génétique sur le gène Prnp significativement associée à la survenue de l’ESB [126]. Des études récentes ont identifié une plus forte fréquence des facteurs génétiques de sensibilité à l’ESB chez certaines races, comme par exemple chez les Charolaises et les Aberdeen Angus, par rapport à une race locale brésilienne Franqueiro [80]. Une étude britannique menée sur la totalité du génome de bovins atteints d’ESB et de bovins apparentés mais non infectés et provenant de la même exploitation a identifié deux types de gènes significativement associés à la réceptivité à l’ESB : l’un sur le chromosome 1 (gène supposé impliqué dans le repliement des protéines à l’intérieur de la cellule) et l’autre sur le chromosome 14 (gène impliqué dans la production de composants auxquels se lie la PrPc à la surface de la membrane cellulaire) [106].

Scénario probable de la chronologie de l’ESB en France L’épidémiologie et la mise en place d’une surveillance active de l’ESB dans l’UE au début des années 2000 permettent de fournir a posteriori un scénario probable de l’évolution de la maladie en France : • 1983 : une première vague de contamination des bovins français aurait été massive, avec plus de 80 000 bovins infectés [131]. Néanmoins, il paraît aujourd’hui très peu probable qu’après la période d’incubation (5 à 7 ans) un nombre de cas cliniques aussi significatif soit passé inaperçu avant 1990, année du premier cas clinique détecté en France. • 1990 : une deuxième vague de contamination culminerait avec un pic de 12 000 bovins infectés. Plus de 80 % des animaux auraient été contaminés entre 6 et 12 mois, c’est-à-dire à un âge où ils commençaient à recevoir un aliment solide fabriqué industriellement. L’interdiction en 1990 de l’incorporation de FVO dans l’alimentation des bovins (cf. Partie II) aurait été à l’origine en France d’une chute du nombre de cas avec en 1992 environ un millier de bovins contaminés. Un travail plus récent vient compléter ce « scénario » et révèlerait la possibilité de contaminations croisées après 1990 (cf. Encadré 3) [29]. •1  995 : une troisème vague de contamination serait la conséquence de ces contaminations croisées, avec 4 000 cas environ, essentiellement en Bretagne. Il est en revanche établi qu’en 1996, après l’entrée en application des différentes mesures de sécurisation des filières alimentaires humaines et animales (cf. Partie II), l’incidence de l’ESB observée sur les animaux nés à cette période a diminué. Depuis 1999, la moyenne d’âge des animaux atteints d’ESB continue de croître. Elle est passée de 4,9 ans en 1999 à 9,1 ans en 2006 et à 13 ans 15 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

en 2009, ce qui signe une décroissance continue de l’épizootie d’ESB. Enfin le taux de reproduction R0 de la maladie, c’est-à-dire le nombre moyen de cas secondaires générés par un premier cas, est inférieur à la valeur seuil de 1 pour les animaux nés en 1997, ce qui signifie en épidémiologie une extinction progressive de l’épizootie chez les bovins nés après 1997 [61]. Au bilan, l’épizootie est en nette décroissance. Seuls deux cas d’animaux nés après 2000 ont été détectés en France entre 2007 et 2011 : un cas d’ESB classique et un cas d’ESB atypique [10].

3.5 - ESB dans le monde Risque géographique de l’ESB Une analyse de risque à l’échelle des pays a été mise au point par la Commission européenne, puis a été confiée à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Depuis 2006, la recommandation finale relative au statut d’un pays est adoptée au terme d’une analyse d’experts (cf. Tableau 2). Le statut ESB doit être confirmé annuellement sur la base de la qualité et des résultats de la surveillance de la maladie, et non plus sur un taux de prévalence apparente comme c’était le cas avant 2006 [68]. Ce risque géographique de l’ESB n’est pas un indicateur du risque pour la santé humaine entraîné par la consommation de denrées alimentaires mais un indicateur qualitatif du risque de contamination des bovins vivants. Le risque pour la santé humaine dépend, quant à lui, des mesures prises en matière de protection de la santé des consommateurs (cf. Partie II).

ESB au Royaume-Uni Au Royaume-Uni, l’ESB est d’abord apparue sur un faible nombre d’animaux. Dès 1988, le nombre de cas cliniques a augmenté très rapidement et de manière exponentielle, indiquant qu’il s’agissait bien d’un problème majeur de santé animale. Plus de 80 cas par semaine en octobre 1988

1 Partie

significativement qu’il faudrait suspecter un phénomène émergent [10]. L’inoculation de chacune des deux souches atypiques de l’ESB (ESB-H et ESB-L) a été réalisée sur des souris transgéniques pour le gène Prnp humain. Les chercheurs n’ont pas observé de transmission de l’infection [155]. Ils en déduisent que la barrière d’espèce pour ces souches est plus forte que celle pour l’ESB classique. Toutefois, une étude encore plus récente décrit la transmission orale de l’ESB-L à un primate, le microcèbe [93]. En outre, en Amérique du Nord, l’encéphalopathie spongiforme du vison semble avoir pour origine le même agent que l’ESB-L. Ceci prouverait la possibilité d’un franchissement de la barrière d’espèce [14, 111].


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

recensés au Royaume-Uni, ce qui représente plus de 99 % de la totalité des cas d’ESB identifiés dans le monde (cf. Figure 4).

modéré » d’ESB, telle que définie alors par l’OIE, c’est-à-dire un pays où l’incidence de l’ESB était inférieure à 200 cas par million de bovins adultes [63].

Début 2005, les experts de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA pour European Food Safety Authority) ont estimé que le Royaume-Uni pouvait être classé dans la catégorie des pays à « risque

Depuis le changement de classification de l’OIE, la Suisse est aujourd’hui, au même titre que la France, le Portugal, la Suisse ou le Canada, au sein des pays « à risque maîtrisé au regard de l’ESB ».

Tableau 2

Statuts géographiques du risque de l’ESB tels qu’attribués par l’OIE (site internet OIE, 30.06.2013) Catégorie de niveau de risque

Pays ou zones concernés

Pays ou zone reconnus comme étant à risque maîtrisé d’ESB

Allemagne, Bulgarie, Canada, Chypre, République de Corée, Costa Rica, Croatie, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Lettonie, Lichtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Mexique, Nicaragua, Pologne, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse et Taipei chinois.

Pays ou zone reconnus comme étant à risque négligeable d’ESB

Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Chili, Colombie, Danemark, Etats-Unis, Finlande, Inde, Islande, Israël, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Panama, Paraguay, Pays-Bas, Pérou, Singapour, Slovénie, Suède et Uruguay.

Pays ou zone à risque indéterminé vis-à-vis de l’ESB

Tous les autres.

Figure 4

Nombre de cas d’ESB détectés au Royaume-Uni et taux d’incidence annuelle de la maladie exprimé par million de bovins de plus de 2 ans (site internet OIE, 30.06.2013) 7 000

35 090

35 000

6 000

30 000

5 000 25 359

25 000

24 438

4 000 20 000 3 000 15 000

14 407

14 562

2 000

10 000 7 228

5 000 2 514

4 393 3 235 2 301 1 443 1 202

1 000 1 144

611 343 225 114

67

37

12

11

7

3

1 3) 01 .2 0. 6 0 (3

et

av198 an 7 t 19 88 19 89 19 90 19 91 19 92 19 93 19 94 19 95 19 96 19 97 19 98 19 99 20 00 20 01 20 02 20 03 20 04 20 05 20 06 20 07 20 08 20 09 20 10 20 11 20 12 20 13

0

446

8 149

16 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

0

Incidence annuelle (par million de bovins de plus de 2 ans).

37 280

Nombre de cas détectés au Royaume-Uni

Partie

1

pour atteindre 300 cas par semaine à partir de février 1990. En 1991 la maladie s’est amplifiée avec 700 cas par semaine en décembre pour atteindre un pic de 37 280 cas en 1992. Cette fréquence a commencé à décliner à partir de 1993 grâce à l’interdiction des FVO dans l’alimentation des bovins mise en œuvre cinq ans auparavant. Depuis les premières identifications, plus de 184 000 cas ont été


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

de la protection du consommateur, ces cas étant retirés des chaînes alimentaires humaine et animale, et non comme une augmentation du risque d’exposition à l’agent de l’ESB. Ces mesures ont également été appliquées progressivement à partir de 2002 dans les 10 pays alors candidats à l’entrée dans l’Union européenne. Au total, plus de 100 millions de bovins ont fait l’objet d’un dépistage de l’ESB entre 2001 et 2012. La surveillance active est indispensable puisqu’à titre d’exemple en 2006, le dispositif a permis d’identifier près de 90 % des cas d’ESB (l’autre volet étant la surveillance passive, c’est-à-dire les suspicions cliniques) (cf. Partie II).

Si l’ESB a pris des proportions d’épizootie majeure au Royaume-Uni, il n’en est pas de même dans les autres pays du monde qui ont détecté la maladie et où, proportionnellement, le nombre de bovins infectés reste faible. La présence d’ESB classique dans la plupart de ces pays révèle soit l’importation de FVO potentiellement infectieuses, soit l’importation de bovins en incubation qui ont ensuite permis un recyclage de l’infectiosité dans la chaîne locale d’alimentation du bétail. Union européenne La mise en œuvre du dispositif communautaire de surveillance active de l’ESB à partir de 2001 (à l’exception du Royaume-Uni qui ne l’a appliqué qu’à partir de 2005) a provoqué une nette augmentation du nombre de cas d’ESB identifiés. Ceci doit être interprété comme une preuve de l’amélioration

Hors Union européenne En Suisse, le premier cas d’ESB a été détecté en novembre 1990. La Suisse a été le premier pays à mettre en place un test rapide de détection de l’ESB dès 1999 dans le cadre de sa

surveillance active, ce qui s’est traduit par un doublement du nombre de cas détectés par rapport à la seule surveillance clinique. Autre originalité du dispositif suisse, la création en 2001 d’une « unité ESB » qui apporte notamment un soutien aux cantons pour y harmoniser l’application des mesures de lutte. Les mesures sont les mêmes que dans l’UE (cf. Tableau 3).

1 Partie

ESB en dehors du Royaume-Uni

En Amérique du Nord, le premier cas autochtone au Canada a été déclaré en mai 2003 et aux Etats-Unis en décembre 2003. Un rapport d’expertise internationale a relevé les limites des systèmes d’identification des bovins en vigueur en Amérique du Nord, rendant nécessaire un exercice de traçage plus intense pour identifier les animaux à éliminer selon les normes internationales. Deux autres cas ont été détectés et signalés à l’OIE, en 2005 et en 2006.

Tableau 3

Nombre de cas d’ESB déclarés chez les bovins d’élevage dans les principaux pays européens et taux d’incidence annuelle* (site internet OIE, 30.06.2013) 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Nbre de cas 0 Allemagne Taux 0 d’incidence Nbre de cas 0 Belgique Taux 0 d’incidence Nbre de cas 0 France Taux 0 d’incidence Nbre de cas 0 Espagne Taux 0 d’incidence Nbre de cas 0 Portugal Taux 0 d’incidence Nbre de cas 15 Irlande Taux 4,41 d’incidence Nbre de cas 0 Pays-Bas Taux 0 d’incidence Nbre de cas 0 Suisse Taux 0 d’incidence

0

0

1

0

3

0

0

2

0

0

7

32

16

4

2

2

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

1,07 19,97 17,02 8,71 10,92 4,97

2,8

0,71

0,39

0,34

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

1

6

3

2

2

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0,61

3,69

1,84

5,53 28,22 25,75 10,54 7,88

1,45

1,15

0

0

0

0

0

0

0

5

0

1

4

3

12

6

18

31

162

54

31

8

9

8

10

5

3

1

0

0,45

0

0,09

0,27

0,27

1,09

0,54

1,64

2,82 14,73 19,7 20,96 12,01 4,74

2,72

0,76

0,85

0,75

0,94

0,47

0,29

0,1

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

98

68

36

25

18

13

6

6

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0,59 24,23 37,95 46,31 38,95 27,76

/

12,3

7,88

5,73

4,16

1,91

1,94

1

1

1

3

12

15

31

30

127

159

149

33

14

18

8

6

5

2

0

0

0

0

6,83

5,8

2,39

14

17

18

16

19

16

126

69

4,12

5

5,14

4,57

5,43

4,57 20,28 21,39 20,79 22,83 38,17 61,80 88,39 57,81 43,33

24

0

0

0

0

0

0

0

2

2

2

0

0

0

0

0

0

0

1

1,01

1,03

2

8

15

29

64

68

45

38

14

1

9,2

15,5

30,3

67,6

73,6

48,5

45,4

16

9

2

125

46

274

82

110

106

38

239

127

86

54

15

137

167

133

65

11

137

92

46

15,06 18,82 38,9 37,64 159,35 199,5 186,95 137,88 107,8 137,19 94,9 53,04 73

80

83

91

149

2

246

25

23

9

2

3

3

14,57 9,17

8,44

3,33

0,74

0,97

0,99

2

2

1

0

2

1

0

1,07 10,25 13,19 10,86

3,4

1,7

1,2

1,14

/

0

1,13

0,57

0

50

33

42

3

3

5

0

0

0

0

2

1

58,7

40,6

49,1 27,93 24,86 3,75

3,69

5,4

0

0

0

0

2,39

0

24

19

41

3

17

24

183

16,14 20,52 9,08

6

* Les cas sont rapportés à l’année de confirmation, quel que soit le programme de surveillance (cf. Partie II, 3.1). L’incidence est exprimée en nombre de cas autochtones par million de bovins âgés de plus de 2 ans pendant l’année.

20

333

38

21


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

Fin juillet 2012, un autre cas a été détecté aux Etats-Unis, il s’est révélé être un cas d’ESB atypique (ESB-L). En Asie, les seuls cas d’ESB identifiés l’ont été au Japon, qui a rapidement

mis en place des mesures de sécurisation semblables à celles mises en oeuvre en Europe (cf. Partie II). À la mi-2012, le dernier cas d’ESB a été détecté au Japon (le 36ème) en 2009, sur un bovin né en 2000. A ce jour, aucun cas n’a été

détecté chez un bovin né après 2001 (2 cas avec cette année de naissance). A ce jour, aucun cas n’a été identifié ni déclaré à l’OIE en Afrique, en Océanie et en Amérique du Sud.

4 ESST des petits ruminants 4.1 - Tremblante classique des ovins et des caprins La tremblante classique est une ESST qui affecte les ovins et les caprins. Connue depuis plus de 250 ans, elle est aujourd’hui largement répandue dans le monde, Australie et NouvelleZélande exceptées. Aucune observation épidémiologique n’a permis à ce jour d’attribuer une origine ovine ou caprine à des cas humains d’ESST. Avant l’apparition de l’ESB, compte tenu des similitudes cliniques, neurologiques et biologiques entre la tremblante classique et la MCJ, ces deux maladies ont fait l’objet d’études de corrélation de leur incidence entre 1973 et 1989. Aucune n’est parvenue à établir un lien entre les deux affections. De plus, l’incidence de la MCJ est la même en Grande-Bretagne (où la tremblante ovine existe de longue date), en Australie (où elle n’est pas observée) et au Japon (où l’élevage ovin est peu développé et où la tremblante n’a été diagnostiquée pour la première fois qu’en 1981) [105].

Généralités sur la tremblante Les Français Besnoit et Morel ont décrit pour la première fois en 1898 les lésions de spongiose de l’encéphale (aspect d’éponge) qui caractérisent la tremblante classique [22]. Il est à noter que ces scientifiques suspectaient alors une simple intoxication alimentaire comme origine de

la maladie. Cette hypothèse fut démentie en 1936, lorsque le caractère transmissible de la tremblante au sein de l’espèce ovine et du mouton à la chèvre fut établi [48]. La tremblante classique touche des animaux âgés de 2 à 5 ans, la durée de la phase clinique de la maladie n’excède pas 2 mois. Elle se traduit de manière variable selon les races ovines et les souches d’agent de la tremblante, mais comporte en général une phase de troubles du comportement : l’animal se frotte et se gratte le corps de manière répétée, d’où le nom de « scrapie » donné à cette maladie par les Anglo-Saxons. Ce tableau se complique rapidement, avec l’apparition d’une incoordination motrice et de tremblements. Cette maladie est toujours fatale. Les caprins sont également atteints par cette maladie de façon naturelle. À la différence de l’ESB où la forme « classique » est représentée par une seule souche d’agent infectieux, la tremblante classique est une même maladie au plan clinique mais peut être causée par des souches différentes ayant des propriétés biochimiques et biologiques distinctes.

Sensibilité génétique Le patrimoine génétique est un des élements qui conditionnent le développement de la tremblante classique dans l’espèce ovine [66]. Il existe un 18 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

polymorphisme pour le gène codant pour la protéine PrP qui détermine différents degrés de sensibilité des animaux à la tremblante. Cette sensibilité dépend des acides aminés présents aux positions 136, 154 et 171 de la protéine PrP. Les différents allèles codant pour les différentes formes de la PrP sont ainsi désignés par 3 lettres symbolisant les acides aminés de ces positions : A (alanine), R (arginine), Q (glutamine), V (valine) ou H (histidine). Ces acides aminés se combinent pour former différents allèles : • ARR et AHQ sont des allèles conférant la moindre sensibilité à la maladie ; • ARQ et ARH sont des allèles de sensibilité intermédiaire ; • VRQ est l’allèle conférant la plus forte sensibilité à la maladie. Chaque individu ayant deux copies de chaque gène, les moutons sont de génotypes divers : • les sujets VRQ/VRQ sont les plus sensibles aux différentes souches de tremblante classique ; • les sujets ARR/ARR y sont les moins sensibles (autrement dit les plus résistants). Le polymorphisme du gène Prnp n’expliquerait que 79,2 % de la variabilité d’origine génétique. A côté de ce gène majeur existerait un certain nombre de gènes non encore décrits qui moduleraient la sensibilité à l’agent de la tremblante classique [54]. Les pourcentages d’animaux résistants et d’animaux sensibles varient


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Un programme national de sélection génétique visant à augmenter la fréquence de l’allèle ARR dans les principales races a été mis en œuvre au cours des années 1990 afin de tenter d’éliminer la tremblante classique. Dès la fin des années 1990, plusieurs pays européens se sont engagés dans des programmes de sélection génétique chez les ovins avec deux objectifs : • éliminer l’allèle VRQ de la population ovine ; • favoriser l’allèle ARR dans la population de reproducteurs, de manière à avoir au moins une copie de cet allèle chez les animaux de production. Un « noyau de sélection » composé de populations à très forte fréquence de l’allèle ARR pour les principales races, c’est-à-dire composé de béliers homozygotes (ARR/ARR) et de brebis homozygotes ou hétérozygotes (ARR/ ARR, ARR/AHQ, ARR/ARQ ou ARR/ ARH), a ainsi été constitué. Cependant, ces programmes de sélection ont été conçus alors que les formes dites atypiques de la tremblante n’étaient pas encore identifiées (cf. infra). Or depuis, des cas de tremblante atypique ont été identifiés chez des animaux considérés comme résistants. Plusieurs chercheurs ont depuis appelé à réévaluer ces programmes de sélection, en particulier pour ne pas négliger les risques d’émergence d’autres ESST chez les ovins [15, 9].

Il est aujourd’hui admis qu’il n’existe pas de résistance génétique absolue à la tremblante, mais des génotypes de plus ou moins forte sensibilité, parmi lesquels le génotype ARR/ARR est celui de moindre sensibilité. Des différences de sensibilité génétique semblent aussi observées chez les caprins.

Modes de transmission La tremblante naturelle peut se transmettre de manière horizontale via notamment la salive, le jetage, l’urine et les matières fécales d’un animal infecté [3]. • La salive : une proportion significative d’ovins atteints de tremblante accumule de faibles niveaux de PrPres dans leurs glandes salivaires pour tous les génotypes, y compris des animaux de génotype ARR/ARR infectés. La salive participe donc à la contamination de l’environnement en élevage [75]. • La peau : l’un des signes cliniques de la tremblante est le grattage qui entretient une inflammation cutanée et s’accompagne d’une colonisation par des cellules porteuses de PrPres. Ce grattage pourrait ainsi participer à la dissémination de débris de peau morte, potentiellement infectés, dans l’environnement des animaux. • Le lait : il a récemment été démontré, pour des brebis atteintes à la fois de tremblante et d’une inflammation intense chronique de la mamelle avec réaction lymphoproliférative suite à une infection par le virus de visna-maëdi, que le lait pouvait être infectieux, et que les mères pouvaient transmettre la tremblante à leur agneau, si ce dernier était de génotype ARQ/ARQ [88]. Cette voie de transmission a également été confirmée chez des brebis non atteintes de ce type d’inflammation de la mamelle [81]. Quand le lait présente une infectiosité, cette dernière peut être détectée dans la fraction cellulaire, la crème et le lactosérum. 19 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

• Le liquide amniotique : chez les brebis infectées en gestation, l’infectiosité du liquide amniotique a été démontrée, ce qui constitue encore une autre source de contamination environnementale au moment de la mise-bas. Une brebis infectée de génotype sensible à la tremblante peut présenter une infectiosité dans le placenta mais les taux de PrPres observés sont 50 à 100 fois moins élevés que ceux du tronc cérébral. En outre, lorsque la brebis en incubation de tremblante est de génotype ARR/VRQ, il semble que l’expression de l’allèle ARR dans les tissus placentaires empêche l’accumulation de PrPres [81]. Aucun passage transplacentaire de la PrPres de la mère au fœtus n’a été démontré. Une étude récente utilisant des techniques hautement spécifiques révèlerait toutefois de faibles traces de prion pathogène chez le fœtus d’une brebis atteinte de tremblante. Ces résultats suggèreraient que la transmission de la tremblante in utero soit possible, mais demande à être confirmée [73]. En revanche, la transmission appelée « materno-latérale » est reconnue : il s’agit de la transmission de la mère au nouveau-né immédiatement après la mise-bas via le lait, la salive, les fécès, le liquide amniotique, etc. [6, 81].

4.2 - Tremblante atypique En 2003, une nouvelle forme de tremblante présentant des particularités biochimiques et épidémiologiques est décrite en Norvège. L’animal qui a permis d’identifier cette souche étant né en 1998, la souche a été baptisée Nor98 [21]. Cette forme atypique se caractérise notamment par l’absence de prurit et affecte généralement des animaux de 6,5 ans en moyenne, le plus souvent en l’absence de signes cliniques. La présence de plusieurs cas dans un même troupeau n’est pas la règle, mais est possible.

1 Partie

selon les races. Les chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont exploré cette variabilité génétique pour différentes races ovines en France. Les résultats montrent une prédominance de l’allèle ARQ de sensibilité intermédiaire dans la plupart des races rustiques dont les berceaux se situent dans le Massif Central, les Alpes ou les Pyrénées. C’est aussi le cas des races Mérinos. Certaines races, Berrichon du Cher, Ile-de-France, Suffolk ou Rouge de l’Ouest présentent une forte proportion d’allèle ARR, de faible sensibilité, et une proportion variable d’allèle VRQ, de très grande sensibilité.


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

Plusieurs arguments sont avancés en faveur d’une origine spontanée de ces cas de tremblante atypique : • la plupart des cas sont isolés ; • l’âge des animaux détectés est relativement élevé, même pour les animaux de génotype sensible à la tremblante classique (cf. infra) ; • la répartition de la PrPres au niveau de la zone antérieure de l’encéphale et sa très faible présence, voire son absence, dans le tronc cérébral ne témoignent pas d’une transmission par voie orale. Les souches de tremblante Nor98 n’ont pas le même spectre de sensibilité génétique que les souches « classiques » et il est maintenant acquis que des ovins de génotype ARR/ARR peuvent être infectés par la souche Nor98 et que des animaux de génotype AHQ/AHQ sont parmi les plus sensibles à cette souche [3]. Au contraire, le génotype VRQ/VRQ semble épargné. Ces données pourraient remettre en question les programmes de sélecti on génétique en cours fondés sur la sensibilité aux souches classiques. Les formes atypiques de la tremblante représentent aujourd’hui la majorité des cas de tremblante détectés dans l’UE et 50% des cas détectés dans le cadre de la surveillance active (cf. Partie II). En outre, dans des pays

5

qui se considéraient indemnes de tremblante avant l’identification de la souche Nor98, des cas atypiques sont aujourd’hui détectés. Les études épidémiologiques suggèrent que la transmission de Nor98 en conditions naturelles est faible, si elle existe. Comme pour la tremblante classique, la Nor98 semble être moins fréquente chez les caprins que chez les ovins. Quant au potentiel zoonotique de cette souche, la transmission de la tremblante atypique aux souris transgéniques exprimant le gène Prnp humain n’a pas été possible [155]. Les experts européens estiment que les données épidémiologiques sont trop limitées pour pouvoir conclure [65].

4.3 - ESB chez les petits ruminants, de l’hypothèse scientifique à la réalité Depuis le début des années 1990, la transmission expérimentale de l’ESB aux ovins a été réussie par voie alimentaire. Par la suite, des expériences britanniques ont révélé que les ovins ARR/ARR étaient sensibles à l’ESB [19]. Le risque d’ESB « ovine » ne doit pas être écarté, car : • au début des années 90, les aliments

des petits ruminants pouvaient contenir des FVO ; • les tableaux cliniques de la tremblante classique et de l’ESB ovine expérimentale sont comparables ; • chez un ovin à ESB expérimentale, l’infectiosité est présente dans un grand nombre de tissus ; • l’ESB ovine expérimentale se transmet horizontalement [18]. De ce fait, des mesures ont été prises pour assurer la sécurité du consommateur dans le cas où il existerait des foyers d’ESB ovine naturelle. A ce jour, seuls deux cas d’ESB « naturelle » ont été identifiés chez des caprins, un cas en France en 2002 et un cas en Ecosse en 2005, mais aucun chez des ovins [2]. Au terme d’une évaluation quantitative du risque ESB lié à la consommation de viande caprine, les experts européens considèrent actuellement ce risque faible pour les animaux nés après 2001, c’est-à-dire après l’interdiction des FVO à toutes les espèces d’élevage [64]. Toutefois, les experts ont recommandé d’intensifier la surveillance des ESST des caprins, ce qui a été mis en place dans les pays à population caprine importante, en particulier en France (cf. Partie II).

ESST chez les autres espèces animales

Maladie du dépérissement chronique (MDC) des cervidés ou « Chronic Wasting Disease » (CWD) Cette maladie affecte quatre espèces de cervidés : le cerf mulet, le cerf de Virginie, le wapiti et l’orignal. Après un premier cas identifié dans le Colorado en 1967, la CWD a diffusé sur l’ensemble du continent Nord-Américain chez des cervidés sauvages et

des cervidés en élevage. La contagiosité de la CWD est très importante du fait de l’infectiosité de la salive et de l’urine des animaux malades ainsi que de la persistance de l’agent plusieurs années sur une parcelle contaminée. De la PrPres de la CWD a ainsi été détectée dans des eaux de surface [110]. A l’état sauvage, la sensibilité à la CWD dépend fortement du sexe de l’animal : des mâles infectés sont plus 20 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

souvent identifiés que des femelles, que ce soit chez le cerf de Virginie ou le wapiti. Dans ces deux espèces, des facteurs génétiques de sensibilité ont été mis en évidence, ce qui n’est pas le cas chez le cerf mulet. Des travaux sur le potentiel zoonotique de la CWD sont en cours. L’EFSA estime qu’il existe un risque potentiel, mais aucun cas n’a été identifié à ce jour en Europe [62].


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Au Royaume-Uni, des cas d’ESST chez des chats domestiques ont été diagnostiqués dès le début de l’épizootie d’ESB [84]. Au total, une centaine de cas ont été identifiés, essentiellement au Royaume-Uni, et un cas respectivement en Irlande du Nord, au Liechtenstein, en Norvège et en Suisse. L’ESB reste la cause la plus probable de ces cas, d’autant que leur nombre a décru après la mise en œuvre des mesures maîtrisant l’entrée de l’agent de l’ESB dans les chaînes alimentaires humaine et animale. Des félidés sauvages nés ou vivants dans des parcs zoologiques britanniques et nourris avec des déchets d’équarrissage et d’abattoir de bovins ont également développé une ESF, c’est le cas du guépard (7), du lion (2), de l’ocelot (3), du puma (3) et du tigre (1) [77].

Encéphalopathie transmissible du vison (ETV) Cette ESST a été signalée aux EtatsUnis, en Finlande, en ex-Allemagne de l’Est et en Russie, sur des visons élevés pour leur fourrure. Cette souche de l’ETV est différente de celle de l’ESB de l’ESB classique et de l’ESB-H, mais elle partage de nombreuses caractéristiques biochimiques avec la souche ESB-L [14]. En outre, le hamster de laboratoire peut être infecté par l’ESB-L et par l’ETV, mais ni par l’ESB-H ni par l’ESB classique [111]. Il serait donc possible, mais non démontré, que l’ESB-L soit présente dans les pays où l’ETV existe.

Autres espèces d’élevage Chez le porc, aucune maladie neurologique transmissible s’apparentant à une ESST n’a été rapportée à l’état naturel. Toutefois, les quelques données expérimentales disponibles ne permettent pas de considérer le porc comme une espèce totalement résistante aux agents des ESST [10]. Chez les volailles, les rares données expérimentales disponibles laissent à penser que le poulet n’est pas réceptif à l’agent de l’ESB classique. Aucune étude n’a été réalisée avec les autres espèces de volailles (dinde, canard, etc.) [10]. Chez les poissons, les seules données expérimentales disponibles indiquent que la daurade royale (Sparus aurata) serait sensible à l’ESB [125].

6 ESST chez l’Homme Les ESST humaines existaient bien avant que la crise de la « vache folle » ne les placent sur le devant de la scène médiatique puisque les premières descriptions de la maladie neurodégénérative de CreutzfeldtJakob (MCJ), qualifiée du nom de ses découvreurs Creutzfeldt et Jakob, remontent au début des années 1920. Aujourd’hui, d’autres maladies neurodégénératives sont également incluses dans les ESST du fait de la présence de dépôts de PrPres dans les cellules du SNC des malades.

6.1 - ESST humaines « classiques » Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) La MCJ est une maladie sans lien avec l’ESB ou la tremblante. En France, l’Institut de veille sanitaire publie

chaque mois le nombre de cas identifiés de MCJ et de maladies apparentées (cf. Tableau 4). Forme sporadique de la MCJ (sMCJ) Cette forme est généralement rencontrée chez des personnes âgées de 65 ans et plus. C’est une maladie grave caractérisée par une dégénérescence du système nerveux, toujours fatale (décès 6 à 7 mois après l’apparition des symptômes). Elle est la plus fréquente des formes de MCJ mais reste rare : dans les pays où un réseau national de surveillance est en place, sa fréquence annuelle varie de 1 à 2 cas par million d’habitants. De 80 à 110 cas sont identifiés en France, selon les années. Ces cas ne sont pas rapportés à une cause spécifique et surviennent la plupart du temps de façon isolée, d’où la dénomination « sporadique ». Toutefois, une étude récente propose qu’une partie des cas 21 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

de sMCJ identifiés au Royaume-Uni puisse résulter d’une contamination à l’occasion d’une opération chirurgicale antérieure [148]. Formes iatrogènes de la MCJ (iMCJ) Au cours des années 1980 un accident de transmission inter-humaine de la sMCJ, par injection d’hormone de croissance humaine contaminée, a sensibilisé l’opinion et les pouvoirs publics et s’est traduite par la mise en place du réseau national de surveillance des ESST en 1992 [16]. A cette époque, l’hormone de croissance était extraite d’hypophyses prélevées sur des cadavres et utilisées après purification pour traiter le nanisme des enfants. Si le « donneur  » était en incubation de sMCJ, l’agent pathogène pouvait être transmis au « receveur » du traitement. Ces cas consécutifs à une contamination lors d’un acte médical ou chirurgical sont nommés

1 Partie

Encéphalopathie spongiforme féline (ESF)


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Partie

1

« iatrogènes ». La France déplore le plus grand nombre de victimes d’iMCJ en raison de l’utilisation de lots contaminés entre 1983 et 1985. Des actes chirurgicaux comme les greffes de dure-mère ou de cornée ont également été décrits comme pouvant provoquer la transmission de la MCJ après un prélèvement sur un donneur en incubation ou décédé de sMCJ. Forme génétiques de la MCJ (gMCJ) Cette forme est liée à une mutation du gène Prnp qui entraîne la production de protéines de prion de conformation anormale. De tels cas surviennent sur des personnes relativement jeunes et sont groupés au sein de familles. En France, cette forme représente

environ 10 % des cas de MCJ identifiés. Deux maladies à prion très rares sont incluses en France dans la surveillance des MCJ familiales : • le syndrome de Gerstmann-Sträussler-Scheinker (GSS) ; • l’insomnie fatale familiale (IFF).

Kuru Le kuru a été identifié en 1955 lors d’une épidémie en Papouasie NouvelleGuinée, dans la tribu des Foré sur les hauts plateaux de l’est du pays [72]. Il s’agit d’une ESST qui se caractérise par un syndrome cérébelleux, progressant irréversiblement vers une

aggravation neurologique et conduisant à la mort. Les premiers cas de kuru ont été a posteriori estimés être survenus dans les années 1920. Tuant environ 2 700 personnes, dont 200 par an à la fin des années 1950, le kuru a sévi de manière endémique chez le peuple des Foré du fait de rites funéraires cannibales. Les hommes préparaient et consommaient la matière noble, à savoir le muscle, et les femmes et les enfants mangeaient le cerveau et les viscères. Ces derniers développaient ensuite la maladie du kuru. L’interdiction de ces rites au cours des années 1950 a brutalement interrompu sa transmission. Ce rituel montre donc le mode de transmission alimentaire d’une ESST.

Tableau 4

Nombre de cas certains ou probables de MCJ en France, par année de signalement pour les suspicions, par année de décès pour les cas de MCJ décédés (site internet InVS, 30.09.2013) Suspicions signalées

sMCJ décédé

iMCJ décédé

gMCJ décédé

vMCJ certain ou probable décédé

1992

71

38

9

4

0

1993

63

35

13

7

0

1994

90

45

8

7

0

1995

112

59

9

6

0

1996

200

68

10

10

1

1997

296

80

7

5

0

1998

457

81

9

13

0

1999

589

92

8

5

0

2000

823

88

9

8

1

2001

1 102

109

5

15

1

2002

1 046

107

4

13

3

2003

1 089

108

9

10

0

2004

887

97

8

9

2

2005

928

83

5

10

6

2006

1 314

124

5

8

6

2007

1 372

138

1

15

3

2008

1 476

105

5

12

0

2009

1 485

114

4

14

2

2010

1 614

151

0

10

0

2011

1 609

100

0

5

0

2012

1 693

96

1

7

0

2013 (30.06.2013)

1 330

30

0

0

1

19 646

1 948

129

193

26

Année

Total des cas

22 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

expérimentales accumulées depuis 1996 permettent aujourd’hui de considérer que le vMCJ est bien liée à la contamination alimentaire par l’agent de l’ESB classique [82].

6.2 - Variant de la MCJ (vMCJ)

Le nombre de cas annuel de vMCJ au Royaume-Uni est croissant jusqu’en 2000, puis diminue progressivement : il est au total de 177 victimes à la mi-2013 dont 3 attribuables à une contamination par transfusion sanguine (cf. 6.3) (cf. Figure 5).

Royaume-Uni

En 1996, une nouvelle forme atypique de MCJ, nommée vMCJ pour « variant » de la MCJ, a été formellement identifiée au Royaume-Uni à la suite de l’étude de 10 cas survenus entre 1994 et 1995 chez des personnes de moins de 40 ans. Ces cas n’ont pu être reliés à une contamination médicale accidentelle. L’étude du tissu neurologique des patients atteints du vMCJ a conduit à l’hypothèse d’une contamination par un agent commun à tous les malades. Son expression clinique était différente de la sMCJ. De plus, les lésions cérébrales avaient un aspect spécifique en forme de fleur (plaques florides), constaté systématiquement chez les 10 personnes recensées, alors que ces observations sont variables dans le cas des autres MCJ. Les données épidémiologiques et

L’analyse rétrospective des 174 cas identifiés jusqu’en 2010 confirme l’uniformité et la cohérence des signes cliniques, des lésions nerveuses et des éléments épidémiologiques avec ceux déterminés dans les années 90. En particulier, les 156 cas avec signes cliniques pour lesquels les données génétiques sont disponibles étaient tous homozygotes Méthionine-Méthionine pour le codon 129 du gène Prnp (129MM). L’âge médian des cas de vMCJ britanniques à leur détection était de 26 ans et aucun cas détecté n’est né après 1989.

Figure 5

Évolution annuelle du nombre de décès de cas de vMCJ au Royaume-Uni [109] 14

nombre de décès de cas du vMCJ

12

10

Plusieurs études scientifiques estiment l’ampleur passée et à venir de l’épidémie de vMCJ au Royaume-Uni en se fondant sur les faits suivants : • l’exposition de la population britannique à l’agent pathogène de l’ESB a été importante ; • la durée d’incubation moyenne de l’infection chez les personnes de génotype 129MM pour le gène Prnp est estimée entre 14 et 16,5 ans. Pour les personnes âgées entre 1 et 16 ans, il y aurait une sensibilité accrue à l’agent de l’ESB avec une décroissance du risque de 15 % par année d’âge après 16 ans [25] ; • il n’est pas possible, sur la base des données actuelles, d’exclure avec une certitude absolue l’existence d’une seconde vague qui frapperait des personnes de génotype autre que 129MM. Toutefois, cela supposerait que chez ces individus, la durée d’incubation du vMCJ soit de 25 ans en moyenne. Cela pourrait concerner au plus 250 personnes [144].

France En France, 27 cas de vMCJ ont été identifiés à la mi-2013, dont 26 décédés (cf. Tableau 4). Il s’agit de 12 hommes et 15 femmes. L’âge médian lors du diagnostic était de 36 ans (entre 19 et 58 ans). Tous les cas identifiés étaient de génotype 129MM pour le gène Prnp et ne présentaient aucun facteur de risque identifié pour les autres formes reconnues de MCJ. Un cas avait séjourné très régulièrement au Royaume-Uni pendant une dizaine d’années à partir de 1987.

8

6

4

2

0 1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

Année de décès nés avant les années 70

nés dans les années 70

nés dans les années 80

* 3 cas dont la contamination est d’origine transfusionnelle.

23 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

Plusieurs hypothèses ont été étudiées concernant les aliments contaminés qui auraient pu être à l’origine de ces infections humaines en France : • produits carnés fabriqués à partir de viandes bovines françaises contaminées : les travaux ont montré que l’exposition à l’ESB autochtone était faible ;

1 Partie

De plus, ce modèle a apporté des informations sur la durée d’incubation, l’étude de cas survenus après l’interdiction du cannibalisme en 1958 a montré que l’incubation moyenne est de l’ordre de 12 ans. Le dernier cas recensé de kuru est décédé en 2004.


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

1

Encadré 4

Les viandes séparées mécaniquement (VSM) Au Royaume-Uni, les VSM ont été qualifiées par le rapport du BSE Enquiry de « sérieuse brèche dans les mesures de protection visant à empêcher le matériel infectieux d’entrer dans la chaîne alimentaire ». Les VSM sont obtenues par un procédé de broyage et de séparation sous haute pression, appliqué aux os issus de la découpe, afin d’en détacher toutes les parties molles encore attenantes (tendons, nerfs, vaisseaux, restes de muscle, etc.). Les VSM étaient incorporées dans une grande variété de produits alimentaires broyés dits « à base de viande » : tourtes à la viande, saucisses, burgers, etc. Cette pratique était courante au Royaume-Uni depuis le début des années 1980 [71]. La principale source de VSM était alors la colonne vertébrale des bovins, dont la moelle épinière était imparfaitement retirée avant qu’elle ne soit considérée comme MRS. Il pouvait alors rester du tissu nerveux infectieux associé aux vertèbres. Toutefois, un abattoir britannique avait, dès juin 1989, arrêté d’utiliser la colonne vertébrale dans les VSM en raison de ce risque. Son exemple n’a pas été suivi : une note du ministère de l’Agriculture britannique d’alors mentionnait que le risque lié à cette pratique était estimé négligeable. Courant 1995, des inspections en abattoir ont révélé aux autorités britanniques que le retrait de la moelle épinière était parfois incomplet. Ce n’est que fin 1995 que l’incorporation de colonnes vertébrales de bovins dans la fabrication des VSM a été interdite dans ce pays. En France, ce procédé n’a été largement utilisé qu’à partir des années 1990, et dès février 1994, un arrêté est venu préciser le statut réglementaire des VSM interdisant l’utilisation de la tête et de la moelle épinière des bovins pour leur préparation. A la différence du Royaume-Uni, les VSM n’étaient autorisées en France que dans les produits à base de viande ayant subi une cuisson avant commercialisation, elles ne pouvaient donc pas être utilisées pour la fabrication des viandes hachées. L’interdiction d’utilisation des VSM dans les viandes hachées a été confirmée réglementairement en 1997. En septembre 1996, les colonnes vertébrales de bovins ont été interdites dans la préparation des VSM. Depuis 2001 dans l’Union européenne, tous les os de bovins, ovins et caprins sont interdits : les VSM ne peuvent être préparées qu’à partir d’os issus de porcs, de volailles ou de lapins [136]. Ces VSM peuvent être utilisées dans des produits comme les saucisses pour hot-dogs par exemple.

• produits carnés, fabriqués à partir de viandes bovines britanniques contaminées, consommés à l’occasion de séjours au Royaume-Uni : ces voyages n’ont représenté que 2 % de la totalité de l’exposition française à l’ESB et les simulations n’ont pas permis d’attribuer de cas humain français à cette exposition [31] ; • produits carnés contenant des viandes séparées mécaniquement (VSM, cf. Encadré 4) fabriqués à partir de viandes bovines britanniques contaminées et importées en France : on note d’une part une augmentation des importations de viandes bovines britanniques en France entre 1980

expliquer la plupart des contaminations humaines observées par la suite [31].

et 1995, soit pendant la période à risque et, d’autre part, une forte augmentation en France de la consommation annuelle estimée de produits contenant des VSM. La comparaison des profils de consommation de VSM des deux côtés de la Manche montre un pic plus tardif en France, expliquant le décalage dans le temps de survenue des cas de vMCJ. L’exposition des Français à des aliments contenant des VSM britanniques ou des VSM préparées en France à partir de carcasses de bovins britanniques potentiellement contaminés, a été maximale en 1993, ce qui pourrait

Quelques cas de vMCJ dans le reste du monde Plusieurs pays ont déclaré des cas de vMCJ. Dans la grande majorité des cas, il s’agit de personnes ayant séjourné au Royaume-Uni pendant la période à risque. Notons que la nomenclature internationale retient le pays où la maladie a été suspectée comme pays d’origine du cas (cf. Tableau 5).

Tableau 5

Données actuelles sur le vMCJ au plan mondial (site internet NCJDRSU, 30.06. 2013)

Nombre de cas de vMCJ déclarés

Royaume-Uni

France

Irlande

Italie

Etats-Unis

Canada

Arabie Saoudite

Japon

Pays-Bas

Portugal

Espagne

Taiwan

177

27

4

2

3

2

1

1

3

2

5

1

24 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Voie primaire : la transmission par l’alimentation L’origine de la contamination humaine est alimentaire. En 2001, une publication britannique a mis en rapport les habitudes alimentaires au RoyaumeUni, région par région, et l’incidence cumulée du vMCJ entre 1984 et 1986, au moment où l’exposition à l’agent de l’ESB était maximale [45]. Cette étude montre que la viande fraîche n’était pas en cause mais qu’il y avait en revanche une corrélation quasi parfaite avec la consommation des produits transformés nommés « viandes (bovines) séparées mécaniquement » (VSM) qui pouvaient contenir des tissus infectieux dont des fragments de SNC (cf. Encadré 4). Une étude plus récente suggère que les personnes adultes, voire âgées, exposées à l’agent de l’ESB par voie alimentaire étaient moins réceptives à l’infection que les jeunes personnes [130].

Transmission verticale du vMCJ Tous les enfants britanniques nés de parents ayant développé un vMCJ font l’objet d’une surveillance spécifique par les autorités de santé depuis 1990. En 2011, aucun élément ne permettait de suspecter, parmi les 125 enfants recensés, l’existence d’une transmission verticale du vMCJ. Cependant, l’incubation d’un vMCJ transmise par la mère pourrait être longue et il faudra de nombreuses années avant d’exclure complètement cette possibilité [107].

pouvant être localisée dans certains constituants du sang, tous les receveurs concernés ont été identifiés et font l’objet d’un suivi spécifique. Si le risque alimentaire, lié à des produits carnés issus de bovins ou d’ovins potentiellement contaminés par l’agent de l’ESB, semble aujourd’hui pleinement maîtrisé, le risque de transmission par le sang doit être quant à lui pris en considération par les acteurs de la santé publique.

Transmission iatrogène Chez les victimes du vMCJ, l’agent est présent dans de nombreux organes « périphériques » et ce sans doute de façon précoce dans l’évolution de l’infection. Il est donc redouté par les spécialistes de l’hygiène hospitalière qu’une opération chirurgicale portant sur l’un de ces organes chez un sujet en cours d’incubation du vMCJ puisse contaminer les instruments chirurgicaux réutilisables. Or les méthodes classiques de stérilisation se révèlent insuffisantes pour inactiver l’ATNC (cf. supra). Il serait ainsi possible que la maladie soit transmise aux patients opérés ultérieurement avec le même matériel. Un ensemble de mesures de précaution a donc été recommandé dans les pays ayant enregistré des cas du vMCJ. Ont par exemple été préconisées, l’utilisation de matériel à usage unique lors de l’ablation des amygdales ou , lorsque c’est possible, la mise en place de procédés de stérilisation des instruments placés dans une solution unimolaire de soude par autoclavage à 120°C pendant une heure.

6.4 - Sensibilité génétique Transmission par voie transfusionnelle Trente-et-une victimes britanniques du vMCJ ont été donneuses de sang avant de déclencher les signes cliniques de la maladie. L’infectiosité

La totalité des cas cliniques du vMCJ identifiés dans le monde a en commun une particularité : les deux allèles de leur gène Prnp sont homozygotes Met-Met au codon 129. Toutefois, l’inoculation du vMCJ à des 25 1ère PARTIE - État des connaissances scientifiques

souris transgéniques représentant les trois génotypes humains de la PrPc (129MM, 129 Valine/Valine et 129MV) montre que les trois lignées sont sensibles à l’agent. La présence du vMCJ chez des personnes d’un génotype autre que 129MM serait donc théoriquement possible [24]. L’identification de l’agent du vMCJ vMCJ chez une personne de génotype 129MV, décédée brutalement d’une cause sans lien avec cette ESST, a confirmé cette hypothèse [116]. Récemment, un nouveau codon de sensibilité sur le gène de la PrPc (codon 219) a été décrit au RoyaumeUni chez deux patients atteints du vMCJ [89]. Son importance est probablement moindre que celle du codon 129 dans cette sensibilité à l’agent de l’ESB.

6.5 - Diagnostic préclinique des ESST humaines Le dépistage de ces maladies est aujourd’hui l’un des domaines les plus actifs de la recherche sur les ESST afin de limiter les risques de transmission secondaire ou iatrogène du vMCJ. Plus d’une quarantaine de marqueurs, directs ou indirects, de l’infection sont en cours d’évaluation avec des résultats variés [113]. Aucun test n’est encore commercialisé.

1 Partie

6.3 - Voies de transmission du vMCJ à l’Homme


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

2ème Partie

Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique Suite à la découverte du premier cas d’ESB au Royaume-Uni en 1986, la Commission européenne a instauré dès 1989 une série de mesures destinées à gérer le risque d’ESB au sein de l’Union européenne. L’ensemble du dispositif réglementaire actuellement en vigueur, à l’échelon européen comme à l’échelon national, a été mis en œuvre pour éviter la dissémination d’agent d’ESST (ATNC) dans les chaînes alimentaires humaine et animale. Depuis 1998, ce dispositif repose sur des avis de comités d’experts puis d’agences d’évaluation du risque sanitaire aux plans français (comité Dormont, puis Afssa et aujourd’hui Anses) et européen (comité d’experts auprès de la Commission européenne, puis EFSA). Les réglementations française et européenne sont donc règulièrement actualisées pour prendre en compte l’évolution des connaissances scientifiques. En amont, il s’agit d’éradiquer les ESST chez les ruminants d’élevage et d’éliminer tout risque de contamination par leur alimentation. En aval, il s’agit d’éliminer tout risque de contamination de l’Homme suite à la consommation d’un aliment d’origine animale potentiellement infectieux. A cette fin, quatre principales mesures de protection sont mises en œuvre et conduisent à un niveau de sécurité maximal :

Partie

2

• interdiction des farines de viandes et d’os (FVO) dans l’alimentation des animaux d’élevage pour éviter l’entrée d’infectiosité dans la chaîne alimentaire animale ; • surveillance des animaux d’élevage ; • tests de dépistage sur les carcasses à l’abattoir ou sur les cadavres d’animaux à l’équarrissage ; • retrait des matériels à risque spécifiés (MRS) des chaînes alimentaires humaine et animale et destruction par incinération.

26 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

1 Dates clés de la réglementation relative aux ESST animales et aux mesures de protection de la santé publique

Trois grands domaines d’action :

Surveillance et dépistage de la maladie chez l’animal

Sécurité de l’alimentation animale

Sécurité des aliments de l’Homme

Juin 1988

Déclaration obligatoire des cas d’ESB.

Juillet 1988

Interdiction des FVO dans l’alimentation des ruminants ; les exportations sont toujours possibles.

Novembre 1989

Interdiction des abats spécifiés bovins (ASB) pour la consommation humaine.

Septembre 1990

Interdiction des ASB dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage, c’est-à-dire les espèces animales dont les produits sont consommés par l’Homme, y compris les porcs et les volailles.

1994

Interdiction des exportations de viandes bovines provenant d’élevages ayant eu un cas d’ESB diagnostiqué au cours des six dernières années. Interdiction d’exporter les bovins britanniques âgés de plus de 6 mois. Interdiction pour la consommation humaine des abats de veaux âgés de moins de 6 mois.

Novembre 1995

Interdiction de l'utilisation de la colonne vertébrale de bovins.

Avril 1996

Elimination de la chaîne alimentaire de tous les bovins de plus de 30 mois, on parle d’« Over Thirty Month Scheme » (OTMS).

2

Juillet 1996

Interdiction des FVO dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage.

Partie

ROYAUME-UNI

Septembre 1996

Interdiction pour la consommation humaine des têtes d’ovins et de caprins.

Août 1997

Entrée en vigueur de l'abattage sélectif de tous les bovins dont l'un des ascendants ou descendants a développé une ESB.

Janvier 1998

Extension de l’interdiction, pour la consommation humaine, à la moelle épinière et aux amygdales des ovins et caprins de plus de 12 mois et à la rate de tous les ovins et caprins.

Juillet 1998

La tremblante des ovins devient une maladie à déclaration obligatoire.

Janvier 2001

Interdiction totale des protéines animales (hors lait et ovoproduits) dans l’alimentation des animaux d’élevage (mesure européenne). Jusque-là, les farines de sang de bovins restaient autorisées dans l’alimentation de toutes les espèces d’élevage.

Novembre 2005

Fin de l’OTMS et alignement de la surveillance de l’ESB sur la réglementation européenne : les animaux de plus de 30 mois, nés après le 1er août 1996, peuvent être réintroduits dans la chaîne alimentaire sous réserve d’un test rapide négatif. Les animaux nés avant le 1er août 1996 restent exclus de la chaîne alimentaire humaine.

Avril 2010

Révision de la législation britannique pour tenir compte de la règlementation européenne.

Mars 2013

Fin du dépistage systématique sur les bovins adultes sains à l’abattoir*.

*Ce dépistage doit être réalisé sur les bovins adultes de plus de 30 mois s’ils sont nés en Roumanie, Bulgarie ou hors de l’UE.

27 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Août 1989

Interdiction des FVO provenant du Royaume-Uni dans l’alimentation des ruminants. Extension de l’interdiction aux FVO provenant d’Irlande.

Juin 1990

Embargo sur les viandes bovines et les bovins britanniques, levé 6 jours après sa promulgation sous pression européenne.

Juin 1990

L’ESB est une maladie à déclaration obligatoire et soumise à des mesures de police sanitaire [94]*.

Juillet 1990

Interdiction des FVO et des autres protéines d’origine animale (sauf celles issues du lait, des œufs et des poissons) dans l’alimentation des bovins.

Décembre 1990

Mise en place d’un réseau national d’épidémiosurveillance clinique de l’ESB sur les bovins en élevage ou à l’abattoir [95].

Juillet 1992

Interdiction de tissus d’origine bovine (classe I et II de l’OMS) dans les compléments alimentaires et les produits destinés à l’alimentation infantile. classe I (infectiosité importante) : cerveau, moelle épinière, œil. classe II (infectiosité moyenne) : rate, noeuds lymphatiques, amygdales, iléon, côlon proximal.

Décembre 1994

Extension de l’interdiction des FVO et des autres protéines d’origine animale (sauf celles issues du lait, des œufs et des poissons) à tous les ruminants.

Mars 1996

Embargo sur les bovins vivants, les viandes bovines et les produits d’origine animale préparés à partir de viandes bovines originaires du Royaume-Uni.

Avril 1996

Retrait des MRS des bovins et des ovins des chaînes alimentaires humaine et animale et destruction par incinération [97].

Juin 1996

Interdiction de l’utilisation des cadavres d’animaux, des saisies sanitaires d’abattoirs et du système nerveux central (SNC) des ruminants pour la fabrication de FVO qui restent autorisées dans l’alimentation des porcs, des volailles et des poissons.

Juillet 1996

Interdiction de toutes les protéines animales (sauf celles issues du lait) dans l’alimentation des ruminants.

Septembre 1997

Renforcement des mesures de police sanitaire de l’ESB : abattage systématique du troupeau dont est issu un cas d’ESB et destruction des cadavres par incinération [98].

Avril 2000

Interdiction de la pratique du jonchage [99].

2

Juin 2000

Interdiction de l’abattage d’urgence des animaux malades. Ils doivent être euthanasiés et leurs cadavres détruits par incinération.

Partie

FRANCE

Juin 2000

Lancement d’un programme de recherche et de surveillance de l’ESB sur 48 500 bovins « à risque » (animaux trouvés morts, euthanasiés parce que malades ou abattus d’urgence pour accident) âgés de plus de 24 mois (juin 2000 à avril 2001) [100]. Test Prionics-Check® : 1er test rapide de dépistage post mortem de l’ESB.

Juillet 2000

Interdiction de toute utilisation, importation ou échange communautaire, de l’iléon de bovins (partie terminale de l’intestin grêle) [101].

Novembre 2000

Interdiction de la consommation du ris de veau (thymus) et des intestins de bovins [102].

Novembre 2000

Interdiction des FVO et des autres protéines animales (sauf celles issues du lait et des oeufs) dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage. Les produits issus de poissons, crustacés ou coquillages restent admis dans l’alimentation des poissons [103]. Interdiction des graisses obtenues à partir de FVO, de farines de volailles, de farines de plumes ou de farines de poissons et des graisses issues de la transformation des os destinés à la production de gélatine, dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage.

Décembre 2000

Interdiction de l’abattage d’urgence des bovins, ovins et caprins accidentés.

Janvier 2001

Dépistage systématique de l’ESB chez les bovins âgés de plus de 30 mois destinés à l’abattage en vue de la consommation humaine.

Février 2001

Les farines de poissons sont à nouveau admises dans l’alimentation des animaux autres que les ruminants.

Juillet 2001

Abaissement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins sains abattus pour la consommation humaine, de 30 à 24 mois.

Août 2001

Interdiction des graisses contenant ou préparées à partir de tissus osseux de ruminants ainsi que des autres graisses de ruminants, à l’exception des seuls tissus adipeux de bovins collectés à l’abattoir avant la fente de la colonne vertébrale, dans l’alimentation de tous les animaux d’élevage. Les graisses obtenues à partir de farines de poissons restent admises dans l’alimentation des animaux autres que les ruminants destinés à la consommation humaine.

*Pour rappel, les nombres entre crochets correspondent aux références bibliographiques listées p 46-52.

28 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

FRANCE (suite) Autorisation de l’abattage sélectif lorsqu’un cas d’ESB est déclaré dans un troupeau de bovins. Les animaux nés après le 1er janvier 2002 ne sont pas abattus sauf les descendants du cas d’ESB.

Février 2002

Réautorisation de l’abattage, en vue de la consommation humaine, de bovins accidentés depuis moins de 48 heures et âgés de moins de 24 mois.

Avril 2002

Réautorisation de la commercialisation, en vue de la consommation humaine, des ris de veau issus de bovins nés après le 01/01/02.

Octobre 2002

Levée de l’embargo sur les viandes britanniques.

Décembre 2002

Lorsqu’un cas d’ESB est déclaré dans un troupeau de bovins, l’abattage est restreint à la cohorte de naissance de l’animal (dans cette exploitation mais aussi, si ce n’est pas le cas, dans son exploitation de naissance) et à la descendance éventuelle du cas.

Juillet 2004

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins sains abattus pour la consommation humaine : de 24 à 30 mois.

Janvier 2005

Renforcement du dispositif de surveillance des ESST des petits ruminants : 100 % des cadavres de caprins adultes arrivant à l’équarrissage sont prélevés, contre 10 % auparavant, et 50 % des caprins adultes présentés à l’abattoir sont prélevés.

Avril 2005

Réautorisation de l’abattage, en vue de la consommation humaine, de bovins accidentés depuis moins de 48 heures, quel que soit leur âge.

Juillet 2006

Autorisation d’utiliser, pour l’alimentation des animaux de rente, les graisses prélevées après la fente de la carcasse de bovins à condition que le retrait de la moelle épinière ait été réalisé au préalable par un procédé d’aspiration [104].

Janvier 2009

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins sains abattus pour la consommation humaine : de 30 à 48 mois.

Juillet 2011

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins sains abattus pour la consommation humaine : de 48 à 72 mois.

Mars 2013

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins à l’équarrissage (trouvés morts à la ferme) de 24 à 48 mois.

Juillet 2013

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins présentant des signes nerveux à l’inspection ante mortem et les bovins abattus d’urgence, de 24 à 48 mois. Tous les bovins à risque sont par conséquent dépistés à 48 mois et plus.

2 Partie

Février 2002

UNION EUROPÉENNE Juillet 1989

Interdiction d'exporter depuis la Grande-Bretagne des bovins nés avant juillet 1988 et des bovins suspectés d’ESB [33].

Mars 1990

Limitation des exportations de bovins britanniques aux animaux de moins de 6 mois ne descendant pas de vaches suspectées d’ESB.

Avril 1990

L’interdiction d’exportation est étendue aux ASB.

Juin 1994

Interdiction des FVO et des protéines d’origine animale (autres que celles provenant du lait, des œufs ou des poissons) dans l’alimentation des ruminants.

Juin 1994

Interdiction d’exportation de viandes bovines pour les élevages ayant eu un cas d’ESB. Interdiction d’exportation des veaux britanniques de plus de 6 mois.

Mars 1996

Embargo total sur les bovins vivants et les viandes bovines britanniques, sur les produits obtenus à partir de bovins abattus au Royaume-Uni et sur les FVO de mammifères en provenance du Royaume-Uni.

Juillet 1996

Uniformisation des conditions technologiques de fabrication des FVO (traitement thermique : 133°C, 20 min, 3 bars) applicables au plus tard le 1er avril 1997 [34].

Avril 1998

Instauration à l’échelon communautaire des principes généraux de l’épidémiosurveillance des ESST [35].

Novembre 1998

Interdiction d’exportation depuis le Portugal de l’ensemble des produits bovins [36].

Août 1999

Levée de l’embargo sur la viande bovine britannique [37]. La France maintient son embargo.

Juin 2000

Retrait de la chaîne alimentaire de MRS des bovins, ovins et caprins âgés de plus de 12 mois [38].

Novembre 2000

Décision de tester les bovins à risque de plus de 30 mois [39].

29 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Décembre 2000

Interdiction temporaire de toutes les protéines animales (sauf celles issues du lait) dans l’alimentation des animaux d’élevage à partir du 1er janvier 2001 [40].

Décembre 2000

Ajout des intestins des bovins de tous âges à la liste des MRS [41].

Janvier 2001

Dépistage systématique de l’ESB chez les bovins âgés de plus de 30 mois destinés à l’abattage en vue de la consommation humaine.

Février 2001

Les farines de poissons sont autorisées dans l’alimentation d’animaux d’élevage autres que les ruminants.

Mars 2001

Ajout de la colonne vertébrale des bovins de plus de 12 mois à la liste des MRS [42].

Mai 2001

Règlement n° 999/2001/CE : socle du dispositif de prévention et de contrôle du risque ESST.

Juin 2001

Dépistage systématique de l’ESB sur tous les bovins à risque de plus de 24 mois [137]. Possibilité donnée aux Etats membres de réaliser, sur une base volontaire, des tests de dépistage systématique de l’ESB chez les bovins âgés de moins de 30 mois destinés à l’abattage en vue de la consommation humaine.

Juin 2001

Levée progressive de l’embargo sur les exportations de viandes bovines portugaises [43].

Février 2002

Tests de dépistage des ESST chez les ovins et les caprins. 560 000 tests annuels réalisés dans l’Union européenne sur des animaux sains à l’abattoir et des animaux morts à la ferme, âgés de plus de 18 mois dans les deux cas.

Mars 2002

Interdiction des protéines dérivées d’animaux (sauf celles issues du lait et des œufs) dans l’alimentation des ruminants et interdiction d’autres protéines animales (sauf celles issues du lait et des œufs) dans l’alimentation des animaux d’élevage à partir du 1er avril 2002.

2

Septembre 2004

Levée totale de l’embargo sur les viandes bovines portugaises.

Partie

UNION EUROPÉENNE (suite)

Septembre 2004

Nouvelles règles de police sanitaire pour les ESST animales [138].

Novembre 2005

Le Royaume-Uni rejoint les dispositions européennes de surveillance de l’ESB (fin de l’OTMS).

Mars 2006

Levée de l’embargo sur les bovins vivants britanniques.

Avril 2008

Relèvement de l’âge minimal de retrait de la colonne vertébrale des bovins adultes : de 24 à 30 mois (application dans toute l’UE, Royaume-Uni compris).

Janvier 2009

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins sains abattus pour la consommation humaine, de 30 à 48 mois.

Juillet 2010

« Feuille de route des ESST » de la Commission européenne sur la période 2010-2015 présentant les perspectives d’évolution du dispositif réglementaire : modification de la liste des MRS, du cadre de la surveillance active et retour sous conditions des protéines animales transformées (PAT) dans l’alimentation des non ruminants.

Juillet 2011

Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB sur les bovins sains à l’abattoir, à 72 mois pour l’UE-27 (sauf Roumanie et Bulgarie). Relèvement de l’âge minimal pour le dépistage de l’ESB chez les bovins à risque, de 24 à 48 mois.

Janvier 2013

Tous les États membres sauf la Roumanie et la Bulgarie doivent déterminer sous leur responsabilité un échantillon minimum, non défini réglementairement, de surveillance de l’ESB sur les bovins sains à l’abattoir de plus de 72 mois.

Juin 2013

Autorisation des PAT issues d’espèces autres que les ruminants (porcs et volailles) dans l’alimentation des poissons d’élevage [142]. 30 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

2 Mesures concernant l’alimentation des animaux Les FVO ont été identifiées comme la source de contamination des bovins au Royaume-Uni (cf. Partie I, 3.2). La première mesure prise pour sécuriser l’alimentation de ces animaux a donc été de les interdire : • interdiction des FVO dans l’alimentation des ruminants adoptée en juillet 1988 au Royaume-Uni ; • interdiction des importations en France de FVO britanniques pour l’alimentation des ruminants en août 1989. En France, dès 1990, l’utilisation des FVO et des protéines d’origine animale (sauf celles issues du lait, des œufs et des poissons) est

interdite dans l’alimentation des bovins. Cette interdiction a été généralisée à l’ensemble des ruminants en 1994 et, en juillet 1996, ce sont toutes les protéines animales, sauf celles issues du lait, qui sont interdites dans l’alimentation des ruminants. A partir de 1996, la Commission européenne a considéré qu’il fallait uniformiser l’efficacité des procédés de fabrication des FVO contenant des tissus de mammifères dans l’ensemble de l’Union européenne. La technique retenue était la seule pour laquelle les résultats expérimentaux fournissaient une inactivation quasitotale de l’ATNC : il s’agissait d’une

cuisson des farines à 133° C, pendant 20 minutes, sous une pression de 3 bars, selon un procédé de traitement en continu ou en discontinu. Ce procédé a été généralisé en France à partir de février 1998. En France, depuis novembre 2000, l’utilisation des FVO et des protéines animales (sauf celles issues du lait et des œufs) a été interdite dans l’alimentation de toutes les espèces animales dont les produits sont destinés à la consommation humaine. Les farines de poissons restent admises dans l’alimentation des animaux d’élevage autres que les ruminants. L’Union européenne a

Encadré 5

Des farines animales aux PAT

En 2009, en France, environ 3 millions de tonnes de sous-produits animaux ont été transformées : 2 millions de tonnes de sous-produits de catégorie 3 et 1 million de tonnes des catégories 1 et 2. 31 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique

2 Partie

Avant les années 2000, les farines de viandes et d’os (FVO), souvent désignées sous le terme de farines animales, étaient produites à partir de tout type de sous-produits animaux, sans aucune distinction. Certains de ces sous-produits pouvaient contenir l’agent pathogène responsable de l’ESB. Cet agent n’était pas inactivé lors de la transformation des sous-produits et par conséquent les produits qui en étaient issus, comme les FVO, présentaient toujours un risque pour la santé des animaux. La réglementation européenne ayant été modifiée pour sécuriser les filières de production d’aliments pour animaux, trois catégories de sous-produits sont à présent distinguées avec des circuits de valorisation différents et étanches [140] (cf. Figure 6) : • la catégorie 1 de ces sous-produits (C1) comprend notamment des sous-produits animaux collectés à l’abattoir contenant des tissus ou organes potentiellement infectieux (MRS) ; tous les sous-produits de catégorie 1 sont destinés à la destruction par incinération ; • la catégorie 2 (C2) comprend des sous-produits animaux collectés à l’abattoir ne contenant pas de MRS : ils ne représentent pas de risque infectieux pour les maladies à prion, mais pourraient présenter d’autres risques sanitaires ; aussi leur valorisation est-elle interdite en alimentation mais autorisée, sous certaines conditions sanitaires, pour la fabrication de fertilisants par exemple ; • la catégorie 3 (C3) est la seule dont la valorisation en alimentation est autorisée après une transformation selon divers procédés qui ont été évalués scientifiquement (ces méthodes de transformation sont décrites à l’annexe X, chapitre II, section I, du règlement (UE) n°142/2011). On obtient alors des protéines animales transformées (PAT) issues de sous-produits radicalement différents de ceux avec lesquels étaient fabriquées les FVO avant 2001 : les animaux dont elles proviennent sont sains et leurs viandes ont été reconnues salubres après inspections ante et post mortem par les services vétérinaires d’inspection. Les PAT sont exclusivement issues de sous-produits de catégorie 3 alors que les FVO fabriquées avant 2001 pouvaient être composées de produits dérivés de sous-produits des catégories 1, 2 et 3 sans aucune distinction en termes de risque pour la santé publique.


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Figure 6

Représentation schématique de la filière actuelle des sous-produits animaux [10] Produits de cuirs

Produits de cuirs

Animaux d'élevage ATM

Abattage MRS & saisies

Cuirs et peaux Consommation humaine

Viandes et produits à base de viande

Sous-produits animaux C3

Coproduits alimentaires (graisse et gélatine) C3

Autres produits transformés

Protéines animales transformées (PAT)

Corps gras animaux

Exemples de produits Produits sanguins, G él a t in e, C o l l a g è n e , Protéines hydrolysées, Phosphate bicalcique.

Utilisation • Aliments pour animaux de compagnie (petfood) • Aliments pour poissons • Matières fertilisantes

Utilisation • Alimentation animale • Aliments pour animaux de compagnie (petfood) • Oléochimie • Combustion • Biocarburant

Utilisation • Matières fertilisantes • Usage technique (pharmacie) • Aliments pour monogastriques et poissons

Cuirs et peaux

Sous-produits animaux (C1-C2)

C2 ATM & saisies non ruminants

C1 ATM & saisies de ruminants

Graisses animales

Graisses animales

Utilisation • Combustion • Biocarburant • Lipochimie (hors cosmétique, pharmacie, médical)

Utilisation • Combustion • Biocarburant

Farines de viande Farines de viande Utilisation • Incinération • Fertilisation

Utilisation • Incinération en cimenterie

ATM : animaux trouvés morts • MRS : matériels à risque spécifiés • C1, C2, C3 : catégorie 1, 2 ou 3 des sous-produits animaux

Partie

2

mis en place cette même mesure dans l’ensemble des États membres début 2001. Dans la 2ème feuille de route sur les ESST, publiée par la Commission européenne en 2010, il est précisé que « la révision des dispositions actuelles concernant l’interdiction totale des farines animales dans l’alimentation des animaux » ne sera acceptable « que s’il existe des techniques d’analyse validées qui permettent de

déterminer l’espèce d’origine » des protéines animales transformées (PAT) (cf. Encadré 5 et Figure 6). La prévalence de l’ESB étant très faible et les sous-produits étant sécurisés, « le risque de transmission de l’ESB entre non ruminants est très improbable, il serait envisageable de lever l’interdiction d’utiliser des PAT issues de non ruminants dans l’alimentation des non ruminants, sans toutefois lever l’interdiction existante du recyclage intraspécifique (par exemple,

la FVO de volaille serait réservée exclusivement à l’alimentation des porcs et vice-versa) » [141]. Un test de détection de PAT de ruminants a été mis au point et validé par le Laboratoire européen de référence. Le règlement (UE) n° 56/2013 permettant depuis juin 2013 de nourrir les poissons d’élevage avec des PAT issues d’espèces non ruminantes (porcs et volailles), ce test est utilisé pour confirmer l’absence d’utilisation de PAT de ruminants en aquaculture.

3 Programmes d’épidémiosurveillance Les programmes de surveillance des ESST animales concernent l’ESB chez les bovins et les tremblantes chez les ovins et les caprins. La surveillance la plus ancienne et la plus importante en termes de maîtrise du risque pour

la santé publique concerne l’ESB chez les bovins (cf. Figure 8 et Tableaux 6 et 7). La surveillance des ESST des petits ruminants repose quant à elle sur la possibilité théorique du passage de l’agent de l’ESB dans

l’espèce ovine, d’une part, et sur la détection de deux cas d’ESST chez la chèvre liés à l’agent de l’ESB, en 2002 et en 2005, d’autre part (cf. Tableau 8).

32 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Surveillance clinique dès 1990 (également dite « passive* ») En France, l’ESB a été inscrite dans la liste des maladies à déclaration obligatoire en juin 1990. Un réseau national de surveillance des bovins en élevage ou à l’abattoir et la formation des participants sont ainsi devenus nécessaires. A l’échelle départementale, ce réseau fait intervenir : • la section départementale des services vétérinaires désormais intégrée aux directions départementales de la protection de la population (DDPP) ; • le vétérinaire praticien habilité et volontaire pour coordonner la surveillance clinique de l’ESB à l’échelle du département. Ces vétérinaires coordonnateurs disposent régulièrement d’une formation à la détection clinique de l’ESB et acquièrent une expérience précieuse au fur et à mesure de leur confrontation à des suspicions ; • les vétérinaires praticiens habilités (autrefois dénommés vétérinaires sanitaires) qui, au moindre doute sur la cause de signes nerveux exprimés par un bovin en élevage font appel au vétérinaire coordonnateur ; • les éleveurs qui vérifient régulièrement l’état de santé de leurs animaux ; • les laboratoires départementaux d’analyses et le laboratoire national de référence (ANSES-Lyon). La surveillance approfondie des cas cliniques d’ESB a débuté en France en décembre 1990 (cf. Figure 7). Jusqu’à la mise au point des tests de dépistage en 2000, la surveillance clinique de l’ESB a été le seul moyen de détecter les animaux potentiellement dangereux pour la santé animale et la santé publique et de les retirer de la chaîne alimentaire. Lors de la création du réseau de surveillance

clinique français, seuls deux autres pays européens comptaient un dispositif comparable : le Royaume-Uni et la Suisse. Les autres Etats membres de l’UE ont progressivement mis en place leur propre dispositif au cours des années 1990. Toutefois, l’ESB n’est pas une maladie aisée à reconnaître car, comme l’ensemble des maladies neurologiques, chaque cas peut présenter des signes différents par leur intensité ou par leur diversité. L’ESB est officiellement définie comme une affection neurologique d’un bovin adulte, évoluant depuis plus de deux semaines et ne pouvant être rattachée à une autre cause que l’ESB. Lorsqu’il examine un animal suspect, signalé par un vétérinaire praticien habilité, le vétérinaire coordonnateur doit confirmer ou infirmer la suspicion d’ESB. L’examen est minutieux, il repose sur des signes cliniques appartenant à trois familles de troubles : 1. Modifications du comportement : animal agressif, inquiet, hyper vigilant, qui pousse au mur, etc. ; 2. Troubles de la locomotion : animal qui vacille sur ses pattes ou tremble, qui marche l’amble, qui tombe sans motif apparent, etc. ;

3. Troubles de la sensibilité : hypersensibilité aux bruits métalliques, à la lumière, au toucher, etc. Si deux de ces trois familles de signes sont présentes, le vétérinaire coordonnateur considèrera qu’il s’agit bien d’une suspicion. Toutefois, dans des cas avancés, les signes cliniques peuvent être moins visibles. Le coordonnateur évalue alors la situation en se fondant sur les commémoratifs de l’éleveur ou du vétérinaire praticien habilité. Dans le cas d’une suspicion, l’animal doit être euthanasié. Son cerveau est envoyé pour analyses dans un laboratoire agréé puis, si le résultat du test rapide est non-négatif, au Laboratoire national de référence (LNR) sur les ESST (Anses-Lyon). Seules les analyses post mortem, par des méthodes officielles, permettront de confirmer s’il s’agit effectivement d’un cas d’ESB (cf. Encadré 6). Dans l’attente des résultats, l’exploitation n’a le droit ni de vendre ni d’acheter des animaux sans autorisation expresse du responsable des services vétérinaires du département. Le lait est également collecté et stocké à part dans l’attente des résultats. Toute suspicion clinique n’est pas forcément un cas d’ESB : les maladies

Figure 7

Fonctionnement schématique du réseau national d’épidémiosurveillance des cas cliniques d’ESB – échange d’informations entre les différents acteurs

En élevage Vétérinaire praticien habilité

Bovin suspect d’ESB

En abattoir (inspection ante mortem) Vétérinaire officiel

Brigade nationale d’enquête vétérinaire Enquête épidémiologique

Antenne technique départementale Vétérinaire coordonnateur départemental

Confirmation de suspicion : Euthanasie du bovin et pélèvement du tronc cérébral

Laboratoire départemental agréé pour le diagnostic de l’ESB Test rapide de dépistage

DDPP

Ministère de l’agriculture DGAL

Laboratoire national de référence de l’ESB (ANSES-Lyon) Test de confirmation si test rapide non négatif

* Pour la surveillance dite « passive », c’est le signalement de cas cliniques d’ESB qui permet de prendre un ensemble de mesures. Elle s’oppose à la surveillance dite « active » où des mesures de dépistage sont mises en œuvre et sont à l’origine du signalement des cas d’ESB.

33 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique

2 Partie

3.1 - ESB


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

nerveuses sont difficiles à appréhender sans examens complémentaires ou sans autopsie. En France, au mieux, 50 % des suspicions sont confirmées. Dans les autres cas, l’animal présentait bien tous les signes évocateurs de l’ESB, mais la maladie nerveuse avait en fait une autre origine. Depuis 1996, la Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et sanitaires (BNEVS) réalise dans chaque exploitation touchée par l’ESB, une enquête épidémiologique très approfondie afin de déterminer l’origine de la contamination pour chacun des cas d’ESB survenus en France.

Surveillance active des bovins « à risque » depuis juin 2000

Partie

2

L’apparition des tests rapides a permis d’envisager des programmes de dépistage plus ambitieux (cf. Encadré 6). Le premier pays au monde à mettre en place un tel programme a été la Suisse en 1999. Ce programme a confirmé que des bovins en incubation d’ESB échappaient à la surveillance clinique. Dans le même temps, les experts de la Commission européenne, puis de l’EFSA ont évalué les performances des tests de diagnostic « rapide » de l’ESB et ont proposé une liste de tests

officiellement approuvés pour une utilisation dans la surveillance des ESST des différentes espèces de ruminants. Historiquement, les trois premiers tests rapides jugés efficaces sont suisse (Prionics-Check®), français (PlateliaTM BSE mis au point par le CEA et commercialisé par Bio-Rad) et irlandais (mis au point et commercialisé par Enfer). Ce domaine de développement industriel est rapidement devenu compétitif : début 2008, 14 tests rapides de dépistage de l’ESB étaient homologués dans l’UE et 9 pour les ESST des petits ruminants.

animaux de 48 mois et plus, trouvés morts à la ferme, ou bien accidentés et abattus en urgence ou encore écartés de l’abattage au moment de l’inspection ante mortem à l’abattoir et euthanasiés. Sur l’année 2011 en France, la prévalence de l’ESB pour les bovins à risque est de un cas dépisté pour 100 000 bovins testés [124].

En France, au second semestre 2000, une enquête portant sur les bovins à risque de plus de 24 mois (bovins trouvés morts, ou euthanasiés à la ferme parce que malades ou encore accidentés et abattus d’urgence) a été mise en place. La prévalence de l’ESB dans cette population d’animaux à risque a été de l’ordre de 1,3 cas dépistés pour 1 000 bovins testés. Les résultats de cette enquête ont ainsi confirmé que des cas d’ESB pouvaient échapper à la surveillance clinique. Depuis juin 2001, dans le cadre du programme européen de lutte contre l’ESB, ce type de dépistage a été rendu obligatoire dans chaque Etat membre. Désormais en France, la surveillance active des bovins à risque porte sur les

Suite aux résultats de l’enquête portant sur les bovins à risque de plus de 24 mois (cf. supra), la France a été le premier pays européen à mettre en place un dispositif complémentaire de surveillance de l’ESB au 1er janvier 2001. Il s’agit du dépistage systématique sur les bovins âgés de plus de 30 mois destinés à l’abattage en vue de la consommation humaine. Cet âge a été abaissé à 24 mois à partir du 1er juillet 2001, relevé à 30 mois en juillet 2004 puis à 48 mois en janvier 2009. Aujourd’hui, le dépistage de l’ESB des bovins à l’abattoir est réalisé sur des animaux de plus de 72 mois (cf. Encadré 6). Ce dépistage porte sur des animaux jugés aptes à l’abattage lors de

Surveillance active des bovins abattus pour la consommation humaine depuis le 1er janvier 2001

Encadré 6

Principes de fonctionnement des tests de diagnostic post mortem Les tests rapides de dépistage Ils se font à partir d’un prélèvement d’encéphale, et plus précisemment du tronc cérébral, ce qui explique qu’ils ne peuvent pas être réalisés sur un animal vivant. Une solution de protéase est ajoutée au broyat de tissu cérébral pour dégrader la PrP. Il ne reste alors, le cas échéant, que la PrPres dans l’échantillon. L’homogénat est ensuite mis en contact avec un anticorps anti-PrP, qui se lie avec la PrPres si elle est présente. Un résultat non-négatif avec un test rapide doit être confirmé par l’une des deux méthodes officielles d’analyse avant que le cas puisse être considéré comme un cas d’ESB. La mise en œuvre de ces tests ne prend que quelques heures et peut être automatisée, d’où leur appelation. Les tests officiels Deux types de tests sont réalisés par le LNR qui seuls apportent la confirmation officielle de cas d’ESB : l’immunohistochimie (lecture d’une lame avec coupe d’encéphale préparée afin de colorer la PrPres de façon spécifique) et la technique Western Blot (migration de la PrPres sur gel par éléctrophorèse). Ces deux méthodes demandent du temps à la fois pour la préparation des échantillons et pour leur réalisation. Elles ne sont pas automatisées. C’est par l’une de ces deux méthodes que sont confirmés les résultats sur les prélèvements d’encéphale de bovin suspect cliniquement et les résultats non-négatifs avec les tests rapides de dépistage. 34 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

des bovins, la 2ème feuille de route de la Commission européenne sur la période 2010-2015 souligne que « toute future solution doit permettre de détecter en permanence une accentuation de l’épidémie d’ESB ou l’apparition de nouvelles souches d’ESST. En particulier, comme des cas atypiques d’ESB ont été détectés au

l’ensemble du cheptel de provenance. En France, la prévalence de l’ESB sur les bovins à risque testés est passée de 0,7 pour mille à 0,07 pour mille entre 2001 et 2005 puis s’est stabilisée aux alentours de 0,02 pour mille depuis 2006 [124]. En termes de perspectives sur les programmes de surveillance des ESST Figure 8

Nombre de cas d’ESB déclarés annuellement chez les bovins d’élevage par programme de surveillance [124] 300 250 ■ Dépistage des animaux sains abattus pour la consommation humaine

200 150

■ Dépistage des animaux à risque

100

■ Surveillance clinique

50

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

0 1991-1999

l’inspection ante mortem par les agents des services vétérinaires. Rappelons que si un animal présente des signes de la maladie, il est euthanasié et son cadavre détruit à l’équarrissage. Il fera alors l’objet d’un dépistage de l’ESB comme bovin à risque (cf. supra). En cas de résultat non-négatif à un test rapide et dans l’attente des résultats d’une confirmation de diagnostic, sont consignés à l’abattoir [96] : • la carcasse et les abats du bovin concerné ; • les carcasses et les abats des bovins originaires de la même exploitation ; • la carcasses et les abats du bovin abattu avant le bovin suspect et ceux des deux bovins abattus après. En outre, le troupeau d’origine de l’animal dont la carcasse est suspecte est mis sous surveillance. Si le résultat est confirmé par le LNR sur les ESST (Anses-Lyon), les carcasses et les abats consignés sont déclarés impropres à la consommation et détruits par incinération et des mesures de police sanitaire sont appliquées sur

2

Tableau 6

Partie

Différents types de surveillance et formes évolutives d’ESB détectées Surveillance clinique

Bovins adultes malades, présentant des signes évocateurs d’ESB.

Dépistage des animaux à risque

Bovins de 48 mois et plus trouvés morts à la ferme, accidentés et abattus en urgence ou bien écartés de l’abattage à l’inspection ante mortem et euthanasiés. Ces bovins pourraient soit présenter une forme atypique d’ESB, soit être en incubation d’ESB.

Dépistage des animaux sains abattus pour la Bovins de 72 mois et plus, abattus pour la consommation humaine, sans signe consommation humaine. clinique suspect mais qui pourraient être en incubation.

Tableau 7

Nombre de tests et de cas d’ESB classique/atypique en France par année et par programme de surveillance [124].

Surveillance clinique Dépistage des animaux à risque

1991-1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

Cas

76

98

89

43

13

8

2

Suspicion

326

404

472

211

139

56

27

10

2

Cas

84/1

120/2

84/3

28/1

18

4/1

4/2

2/3

4/4

1/3

Tests

121 361

256 719

274 301

255 400

241 438

243 144

256 198

315 040

301 273

312 191

84

73/1

36/1

17

11/1

2

2/1

1/1

2/1

1

Dépistage des animaux Cas sains abattus pour la consommation humaine Tests

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Total 329 1 647

3

372/20

310 997 2 888 062 229/6

2 352 284 2 929 009 2 915 368 2 611 983 2 349 297 2 206 254 2 126 870 2 126 948 1 483 506 1 482 173 1 321 375 23 905 067

N.B : Les cas identifiés, en France au second semestre 2000, lors du programme de recherche sur les bovins à risque de plus de 2 ans ne sont pas pris en compte. Seuls sont considérés les cas identifiés entre 1991 et 2011 dans le « réseau clinique », le « programme équarrissage » et le « programme abattoir ».

35 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

cours des dernières années dans l’UE chez des animaux de plus de huit ans, toute révision de la surveillance de l’ESB doit être menée en prenant soin de ne pas entraver la détection de ces cas » [141].

En 1997, suite à l’avis du Comité interministériel sur les ESST, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) a décidé de mettre en place à l’échelon national un dispositif d’épidémiosurveillance de la tremblante ovine et caprine. Ce réseau s’appuie sur les mêmes instances que le réseau national d’épidémiosurveillance des cas cliniques d’ESB. Il vise à mieux connaître la maladie pour améliorer son diagnostic et ainsi pouvoir évaluer aussi précisément que possible son incidence annuelle sur le territoire français. Depuis 1996, la majorité des élevages atteints est située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, zone à forte densité ovine, historiquement

3.2 - ESST des petits ruminants Surveillance clinique Depuis 1996, la tremblante des ovins et des caprins est une maladie réputée contagieuse, sa déclaration est par conséquent obligatoire et des mesures sanitaires réglementaires sont mises en œuvre pour toute suspicion de cas.

touchée par la maladie. L’incidence annuelle des élevages atteints en France est stable depuis 2007.

Surveillance active La surveillance active a démarré en 2000, calquée sur celle en vigueur pour l’ESB mais avec une exhaustivité moindre. En 2013 par exemple, dans le cadre d’une campagne européenne, la France doit soumettre à des tests rapides de dépistage 66 000 animaux au minimum dont 60 000 ovins et caprins de plus de 18 mois abattus pour la consommation humaine et 6 000 cadavres d’ovins et de caprins de plus de

Tableau 8

Nombre de tests et de cas de tremblante des petits ruminants en France par année et programme de surveillance (site internet du MAAPRAT, 30.06.2013) 2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins Ovins Caprins

Partie

2

Surveillance clinique

Cas

94

0

43

0

15

3

26

0

12

0

4

0

3

0

1

0

1

1

0

0

0

0

Tests

94

0

69

1

31

5

44

3

27

1

12

1

12

1

6

1

4

3

3

1

3

0

Cas 117 13 36 6 25 1 42 13 272 12 215 5 58 11 31 6 29 5 25 6 19 7 Dépistage des animaux à risque Tests 17 653 12 568 18 998 12 031 12 369 5 683 22 126 48 427 236 529 54 120 257 770 61 415 72 292 55 629 47 124 42 327 48 185 59 101 46 756 58 752 41 873 57 104 Dépistage 32 2 47 4 20 des animaux Cas sains abattus pour la Tests 33 966 14 662 44 688 11 223 12 470 consommation

0 68

13

2

127

0

43

1

13

1

5

0

1

1

3

0

5

1

12 242 100 546 266 649 113 177 79 774 123 507 14 931 25 164 9 496 10 859 8 695 11 801 10 439 12 651 11 950 10 529

Tableau 9

Les dispositions françaises et européennes d’application du dispositif réglementaire relatif aux ESST des petits ruminants Dispositif

Programmes d’épidémiosurveillance et mesures associées

Demande de l’Union européenne pour la France

Programme mis en œuvre en France

En février 2008, le dispositif de surveillance En février 2008, le dispositif de surveillance est allégé pour les petits ruminants de plus est allégé pour les petits ruminants de plus de 18 mois : dépistage annuel par sondage à de 18 mois : dépistage annuel par sondage à l’abattoir sur 40 000 ovins et sur tous les l’abattoir sur 10 000 ovins et 10 000 caprins. caprins abattus (environ 60 000/an). En janvier 2007, les animaux issus de troupeaux ovins atteints de tremblante peuvent être abattus pour la consommation humaine, sous réserve d’un résultat négatif au test de dépistage. Un recours de la France a reporté l’entrée en vigueur de cette mesure dans l’UE à septembre 2011.

En septembre 2011, l’interdiction de faire abattre, pour la consommation humaine, les animaux issus de foyers de tremblante est maintenue.

36 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Dans l’attente de nouveaux outils de diagnostic rapide, les tests de dépistage de la tremblante sont les mêmes que ceux utilisés pour le dépistage de l’ESB chez les bovins puisqu’ils sont conçus pour reconnaître les ESST d’une manière générale. Tout résultat positif doit faire l’objet d’une analyse par une méthode discriminante entre tremblante et ESB. Cette analyse est réalisée par le LNR (ANSES-Lyon). Tout résultat ne permettant pas d’exclure un cas d’ESB est immédiatement notifié à la Commission européenne et fait l’objet d’analyses complémentaires. En France, depuis 2002 et la découverte d’un cas d’ESB chez une chèvre,

aucun autre cas d’ESB n’a été détecté sur des petits ruminants [146]. En cas de résultats positifs aux tests de dépistage à la tremblante par le LNR, les carcasses confirmées positives sont saisies à l’abattoir et détruites. Des mesures de police sanitaire sont appliquées dans le troupeau d’origine de l’animal atteint, si l’identification et la traçabilité le permettent. Il s’agit d’une initiative nationale puisque le règlement communautaire ne prévoit pas ce type de mesures pour les cas de tremblante détectés dans le cadre de ce programme de tests. Le bilan annuel de la surveillance active des ESST des petits ruminants est publié par la Commission européenne. En 2006, cette surveillance a concerné près de 540 000 ovins et 180 000 caprins abattus pour la consommation humaine et un peu plus de 350 000 ovins et 67 000 caprins morts à la ferme, et ce dans 28 pays européens. Le nombre de tests a été réduit en 2009 et est resté stable en 2010, avec un nombre total d’ovins testés de près de 345 000 et près de

143 000 caprins. La moitié des caprins testés dans l’UE l’a été en France [53]. En termes de perspectives sur les programmes de surveillance des ESST, la 2ème feuille de route de la Commission européenne sur la période 2010-2015 souligne spécifiquement pour les petits ruminants que plusieurs actions pourraient être envisagées [141] : • «  établir les conditions de certification des troupeaux de petits ruminants en ce qui concerne les ESST ; • poursuivre l’adaptation des mesures relatives à la tremblante atypique si des données scientifiques confirment que cette souche de tremblante n’est pas contagieuse ; • exploiter la résistance génétique des caprins ; • continuer à encourager le contrôle génétique de la tremblante chez les ovins grâce à des programmes d’élevage. »

2 Partie

18 mois prélevés à l’équarrissage. Pour avoir une estimation plus fine, la France a décidé de tester environ 100 000 animaux au total (60 000 à l’abattoir et 40 000 à l’équarrissage). En dehors de cette campagne, il reste à l’heure actuelle des différences notables entre les exigences nationales et les exigences communautaires (cf. Tableau 9).

4 Retrait des MRS Entre avril 1990 et 1996, seule semblait se justifier l’interdiction d’importation des ASB (cervelle, moelle épinière, rate, amygdales, thymus et intestins) provenant du Royaume-Uni, où l’incidence de l’ESB laissait supposer qu’un nombre non négligeable de bovins en période d’incubation pouvait entrer dans la chaîne alimentaire. Au fur et à mesure de l’évolution des connaissances concernant l’ESB, de nouvelles mesures de précaution ont été prises afin de mieux protéger la santé des consommateurs. La plus importante d’entres elles a été de décider en 1996 du retrait systématique de la consommation de tous les matériels à risque spécifiés (MRS est

le terme qui a remplacé celui d’ASB ; les MRS incluent également des parties osseuses telle que la colonne vertébrale), et ce pour chaque ruminant abattu (cf. Figure 9). Les MRS sont des organes ou des tissus qui pourraient présenter un risque infectieux chez les animaux malades ou en incubation d’ESB. Cependant, par précaution et en fonction de l’âge de l’animal, ils sont obligatoirement retirés pour toutes les carcasses destinées à la consommation humaine. Les MRS sont prélevés sur la chaîne d’abattage et sont collectés séparément, dans des bacs identifiés et

réservés à ce seul usage. Puis, ils sont dénaturés par l’ajout d’un produit colorant autorisé afin d’éviter tout risque de mélange ultérieur avec des abats ou des tissus destinés à une autre utilisation. Ces MRS suivent ensuite un circuit dit de catégorie 1 (cf. Encadré 5), ils sont collectés par des camions réservés à cet effet et détruits par incinération. Il n’y a pas de possibilité de recyclage des MRS dans quelque filière industrielle que ce soit. Pour prendre en compte une éventuelle contamination des ovins et des caprins par l’agent de l’ESB, il a été décidé de retirer les MRS des carcasses des petits ruminants depuis 1996 en France et depuis 2001 dans l’UE.

37 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

En 2013, le retrait des MRS est toujours d’actualité malgré la mise en place des tests de dépistage en 2001. La liste des MRS peut toujours être amenée à évoluer au fur et à mesure des avancées des connaissances concernant l’ESB et des règles nationales et européennes qui en découlent (cf. Figure 9).

sur des évaluations quantitatives des risques. L’obligation d’éliminer les MRS de la chaîne alimentaire humaine et animale, qui incombe actuellement aux États membres bénéficiant du statut de risque négligeable selon le code de l’OIE, pourrait être réexaminée si un nombre croissant d’États membres obtiennent le statut de risque négligeable pour lequel aucune liste de MRS n’a été établie » [141].

En termes de perspectives d’évolutions réglementaires concernant les MRS, la 2ème feuille de route de la Commision européenne pour la période 2010-2015 sur les ESST précise qu’il « convient de chercher à aligner la liste des MRS de l’UE sur les normes internationales de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), notamment pour les intestins de bovins, si cela est étayé par des avis scientifiques solides reposant

Figure 9

MRS des bovins et des ovins/caprins définis dans la réglementation européenne [136]

Bovins de plus de 30 mois : • la colonne vertébrale y compris les ganglions rachidiens

de plus de 12 mois : • la mœlle épinière • le crâne y compris la cervelle et les yeux

chez tous les bovins quel que soit leur âge : • les amygdales

Partie

2

• les intestins

Ovins et Caprins de plus de 12 mois : • la moelle épinière • le crâne (y compris la cervelle et les yeux) • les amygdales chez tous les ovins et caprins quel que soit leur âge : • la rate • l’iléon* *partie terminale de l’intestin grêle

38 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

5 Autres mesures pour sécuriser les chaînes alimentaires humaine et animale

Une inspection ante mortem est réalisée par les services vétérinaires à l’abattoir. Tout bovin présentant des signes cliniques suspects d’ESB est signalé au vétérinaire coordonnateur et, si la suspicion clinique est confirmée, l’animal est euthanasié sur place et son cadavre est détruit par incinération.

Interdiction de la pratique de jonchage Pratique interdite depuis avril 2000, elle était employée à l’abattoir après l’étourdissement et la mise à mort par saignée des bovins. Ainsi, suite à l’étourdissement, le jonchage consistait en une lacération et une destruction des tissus nerveux centraux à l’aide d’une tige métallique souple (le jonc) introduite dans le canal rachidien. Le bulbe rachidien et la partie supérieure de la moelle épinière étaient détruits. Cette technique était utilisée dans les abattoirs pour protéger le personnel contre les mouvements agoniques réflexes brusques des membres des animaux abattus après étourdissement, mais, de l’avis de nombreux scientifiques, cette manipulation pouvait entraîner la dissémination de tissu infectant aussi bien pour la carcasse concernée que pour les suivantes de la chaîne d’abattage.

Obligation de ne fendre la colonne vertébrale des carcasses qu’après aspiration de la mœlle épinière La colonne vertébrale contient la mœlle épinière qui appartient au

SNC. Depuis 1996, la moelle épinière fait partie des MRS pour les bovins, caprins et ovins âgés de plus de 12 mois. Jusqu’au 1er janvier 2002, pour les bovins, la moelle épinière était retirée de la colonne vertébrale après la fente longitudinale de la carcasse. Mais cette opération, réalisée avec une scie métallique, pouvait projeter sur les muscles des fragments de moelle épinière qui pouvaient être infectieux si l’animal était en incubation inapparente d’ESB. Depuis 2002 en France, pour éliminer ce risque, il est obligatoire de ne fendre la carcasse qu’après avoir aspiré la mœlle épinière qu’elle contient.

Modification de la règlementation de la production et de l’utilisation des viandes séparées mécaniquement (dans l’UE depuis 2001) : cf. Encadré 4 Conditions sanitaires de préparation de gélatine de bovin destinée à la consommation humaine

la réglementation et régulièrement contrôlés par les services vétérinaires.

Contrôle des importations d’animaux vivants et de viandes Ces mesures sont identiques à celles en vigueur dans l’UE. Les contrôles vétérinaires à l’importation des bovins vivants et des viandes bovines permettent de s’assurer que ces importations répondent aux conditions sanitaires nationales.

Programme national d’éradication de la tremblante chez les petits ruminants Mis en place en France à partir de 2002, il comprend à la fois un renforcement des polices sanitaires dans les cheptels atteints (y compris le génotypage de tous les ovins de l’exploitation), un renforcement du réseau d’épidémiosurveillance et l’éradication potentielle de la tremblante chez le mouton grâce à la sélection génétique de reproducteurs.

Les gélatines sont des protéines naturelles et solubles, gélifiées ou non, obtenues par hydrolyse partielle du collagène présent dans différents tissus animaux. Pour la fabrication de gélatine de bovin destinée à la consommation humaine, seules des peaux issues de ruminants dont l’inspection post mortem est favorable peuvent être utilisées. Les conditions sanitaires d’installation d’équipements et de fonctionnement des établissements fabriquant des gélatine de bovin sont fixés par 39

2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique

2 Partie

Contrôle systématique des bovins arrivant à l’abattoir


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

6 Coût du dispositif de protection de la santé animale et de la santé publique Peu d’études scientifiques ont évalué à l’échelle d’un pays et encore moins à celle de l’Union européenne le coût de tout ou partie de la mise en oeuvre du dispositif règlementaire de protection vis-à-vis de l’ESB. Des éléments fragmentaires permettent cependant d’apprécier le coût de chaque partie du dispositif au plan national ou européen, selon les données disponibles, en tenant compte de la situation réglementaire et épidémiologique du moment.

6.1 - Interdiction des FVO et mesures afférentes

Partie

2

En 2002, la Commission européenne soulignait dans un rapport le coût de l’interdiction élargie des FVO à l’échelle de l’UE [44] : • l’absence de valorisation des sousproduits en élevage représente 1,5 milliard d’euros par an ; • la nécessité de substitution de ces protéines par d’autres sources protéiques, 0,7 milliard d’euros par an ; • la nécessité d’importations supplémentaires de pays Tiers (pas d’estimation) ; • la nécessité de l’élimination de tous ces sous-produits, 3 milliards d’euros par an.

En 2003, la Fédération européenne de zootechnie (FEZ) estimait à 92 milliards d’euros l’ensemble des coûts directs et indirects liés à l’interdiction des FVO [8]. Elle soulignait que « la partie la plus substantielle du coût [de l’ESB] n’est pas représentée par les mesures de contrôle, mais par les pertes permanentes de la valeur de chaque animal pour sa viande, en raison de l’exclusion de la chaîne alimentaire de certains composants de sa carcasse. De plus, des coûts additionnels sont liés à l’élimination sécurisée des déchets, du dépistage et d’autres mesures de protection et de précaution dans l’industrie d’abattage ». La perte par tête de bovin vivant était estimée par la FEZ à près de 104 € pour un bovin d’une valeur sur pied de 1 000 €, soit environ 10 % de la valeur sur pied de chaque animal. L’analyse la plus complète à ce jour est une étude allemande publiée en 2013 [119]. Elle conclut que le coût de l’extension de l’interdiction des farines animales aux espèces non ruminantes est évalué entre 1,1 et 1,2 milliard d’euros sur dix ans pour ce seul pays, soit une moyenne de 115 millions d’euros par an. Cette étude souligne que la part de l’interdiction

des FVO a été la plus coûteuse de l’ensemble du dispositif, plus de la moitié en moyenne (54 %), et représente surtout une part de plus en plus importante au fur et à mesure de l’élimination de l’ESB classique du cheptel bovin européen (près de trois quarts des coûts en Allemagne en 2010).

6.2 - Surveillance active de l’ESB La première feuille de route de la Commission européenne sur les ESST, publiée en juillet 2005, présentait à l’échelle européenne un récapitulatif des coûts par cas d’ESB détecté entre janvier 2001, date de la mise en place de la surveillance active, et décembre 2004 (cf. Tableau 10) [139]. Le coût moyen d’un test est de l’ordre de 45 euros. En Europe, pour les bovins sains abattus pour la consommation humaine, un cas positif d’ESB a été détecté pour 34 743 animaux testés et pour les bovins à risque, un cas positif d’ESB a été détecté pour 1 572 animaux testés. Compte tenu de l’ensemble des mesures de protection mises en œuvre (cf. supra), le nombre de cas

Tableau 10

Coûts (en M€) de la surveillance active par cas d’ESB détecté entre janvier 2001 et décembre 2004 en UE [139] Animaux sains abattus pour la consommation humaine

Animaux à risque

< 24 mois

Néant

Néant

24 - 29 mois

Néant

10,2

30 - 35 mois

302

29,5

36 - 41 mois

69

17,8

42 - 47 mois

11

0,9

Groupe d’âge

Total < 48 mois

64

4,3

Total > = 48 mois

0,76

0,04

Total tous âges confondus

1,56

0,07 40

2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

L’étude allemande de 2013 (cf. supra) a modélisé le coût des différentes mesures de contrôle de l’ESB dans ce pays, entre novembre 2000 et décembre 2010. Ainsi en Allemagne, le coût de l’épidémiosurveillance est estimé entre 321 et 498 millions d’euros par an sur cette période (409,5 millions d’euros en moyenne). Les premières années de la mise en place du dispositif ont été les plus coûteuses. Il est intéressant de noter qu’avec cette approche, le « poids »

Figure 10

Coût en millions d’euros (M€) de la surveillance des bovins à l’abattoir dans l’UE entre 2001 et 2009 par cas d’ESB détecté [141] M€ 16,00 14,15

14,00 12,00 10,10

10,00

8,47

8,00 6,00

4,92 3,43

4,00 2,00

2,59 1,23

1,44

1,57

2001

2002

2003

0,00 2004

de la surveillance active dans le coût total des mesures en place est nettement plus faible que celui des mesures relatives à l’interdiction des FVO, qui représentent la moitié au moins du coût total [119].

6.3 - Retrait des MRS En 2003, dans son rapport sur le coût de l’ESB pour l’UE la FEZ a estimé que la perte de revenu liée à la mise en place du retrait des MRS était, pour un abattoir, de l’ordre de 12€/carcasse de bovin en moyenne, mais que l’ensemble des dispositions (MRS, perte de valeur des abats consommables, interdiction des VSM, traitement des effluents) était évalué au total à plus de 55 €/carcasse. Ce qui correspondait

2005

2006

2007

2008

2009

à 1,5 milliard d’euros par an dans l’UE. Toutefois, une enquête européenne commandée par la CE sur le coût du retrait des MRS dans les abattoirs de différents États membres entre 2004 et 2005 montre une grande variabilité de ces coûts selon les abattoirs et conduisent à considérer avec prudence le chiffre moyen de 12 €/carcasse évalué par la FEZ [8]. L’étude allemande de 2013, la plus documentée à cette date, estime le coût du retrait des MRS en millions d’euros par an dans ce pays et montre une grande variabilité d’une année sur l’autre allant de 26,3 millions d’euros en 2001 à 18,5 millions d’euros en 2007. Cette estimation prend en compte l’évolution du nombre d’abattoirs [119].

La France et l’UE ont multiplié les mesures afin que l’ensemble des actions de prévention et de précaution conduisent à un niveau de sécurité maximal. C’est la synergie des nombreuses mesures prises : • interdiction des FVO dans l’alimentation des animaux ; • contrôle de l’alimentation et surveillance des animaux d’élevage ; • retrait systématique et destruction par incinération des MRS ; • réalisation des tests de dépistage ; qui permet de garantir la qualité sanitaire de la viande et des produits tripiers de bœuf, de veau et d’agneau commercialisés et, ainsi, d’assurer la protection des consommateurs.

41 2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique

2 Partie

d’ESB a diminué en UE et, en conséquence, le coût de la surveillance active ramené au cas d’ESB a progressivement augmenté entre 2001 et 2008. La première feuille de route de la CE sur les ESST prévoyait le relèvement progressif de l’âge seuil pour le dépistage des bovins sains abattus pour la consommation humaine, sous réserve de ne pas exposer les consommateurs à un risque sanitaire. En 2009, ce seuil a été relevé de 30 à 48 mois dans la plupart des Etats membres, ce qui a engendré une réduction du nombre de bovins testés de l’ordre de 30 %, et donc une réduction comparable du coût de surveillance ramenée à un cas d’ESB détecté. Ainsi, la seconde feuille de route de la CE sur les ESST, publiée en juillet 2010, mentionnait que « les coûts associés à la détection d’un cas d’ESB en abattoir ont connu une diminution » entre 2008 (14,15 millions d’euros par cas) et 2009 (10,10 millions d’euros par cas) (cf. Figure 10). Le détail de l’évolution de cet indicateur est disponible jusqu’en 2009 [141].


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Glossaire Abats spécifiés bovins (ASB) : ancienne dénomination des matériels à risque spécifiés pour les bovins (voir « MRS »).

Encéphalopathie : pathologie touchant l’encéphale, partie du système nerveux central située dans la boîte crânienne comprenant les hémisphères cérébraux, le cervelet et le tronc cérébral.

Acide aminé : molécule de base constituant les protéines. ESB : encéphalopathie spongiforme bovine, également nommée « ESB classique » depuis l’identification de souches atypiques (voir ESB-L et ESB-H).

Acides nucléiques : molécules constituées d’un enchaînement de nucléotides, les acides nucléiques constituent le support de l’hérédité pour toutes les formes vivantes (virus, bactéries, plantes, animaux, etc). On distingue les acides désoxyribonucléiques (ADN) et les acides ribonucléiques (ARN).

ESB-L : l’une des deux formes atypiques de l’ESB chez les bovins. Au laboratoire, sur le gel d’électrophorèse (technique de Western Blot) qui révèle la PrPres, elle se caractérise par une bande ayant migré plus bas (L pour “low”), que la bande correspondante en cas d’ESB classique. Initialement nommée BASE (Bovine amyloidogen spongiform encephalopathy), elle a ensuite été renommée ESB-L par souci de cohérence avec l’appellation ESB-H.

Agent transmissible non conventionnel (ATNC) : voir « Prion ». Allèle : une des différentes formes que peut prendre un même gène. Les allèles occupent la même position sur les chromosomes homologues.

ESB-H : l’une des deux formes atypiques de l’ESB chez les bovins. Au laboratoire, sur le gel d’électrophorèse (technique de Western Blot) qui révèle la PrPres, elle se caractérise par une bande ayant migré plus haut (H pour “high”), que la bande correspondante en cas d’ESB classique.

Anticorps : protéine de défense produite par les cellules (lymphocytes B) du système immunitaire d’un organisme animal, à la suite de l’interaction avec une bactérie, un virus ou une substance xénobiotique, appelée aussi immunoglobuline.

Encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST) : groupe de maladies touchant le système nerveux central. Elles se caractérisent par la destruction progressive des neurones de certaines zones de l’encéphale à la suite de l’accumulation d’une protéine pathologique, la PrPres, ce qui donne au microscope un aspect d’éponge au tissu nerveux.

Autochtone (cas) : cas d’une maladie détecté dans un pays donné sur un sujet né dans ce pays et n’ayant pas voyagé (par exemple, chez les bovins, cas détecté sur un animal né et élevé dans ce pays, à la différence d’un cas dit « importé »). Bovins « à risque » : bovins trouvés morts, ou euthanasiés à la ferme parce que malades ou encore accidentés et abattus d’urgence.

Endémique : se dit d’une maladie infectieuse persistante au sein d’une population ou d’une zone géographique donnée. Pour une maladie animale endémique, on parle aussi d’enzootie.

Chromosome : structure formée d’une molécule d’ADN et de protéines associées (histones...) qui porte l’information génétique (ensemble de gènes) d’un organisme vivant. Le nombre de chromosomes est variable d’une espèce à l’autre.

Épizootie : chez les animaux, maladie contagieuse acquise par un nombre relativement élevé d’individus dans une région donnée durant un intervalle de temps relativement court. Pour l’homme, on parle d’épidémie.

Codon : séquence de nucléotides adjacents dans un acide nucléique (ADN ou ARN messager) qui constitue le code nécessaire à l’instruction pour incorporer un acide aminé spécifique dans une chaîne protéique en formation.

Farines de viande et d’os (FVO) : issues depuis 2001 du traitement de sous-produits animaux pouvant présenter un risque infectieux vis-à-vis de l’ESB (catégorie 1) ou d’autres risques sanitaires (catégorie 2). Avant 2001, les FVO étaient issues de sous-produits des catégories 1, 2 et 3 (cette dernière étant produite à partir de sous-produits sans risque sanitaire), et ce sans aucune distinction en termes de risque pour la santé publique.

Cohorte d’âge : dans les dispositifs de lutte contre les ESST, ensemble d’animaux qui, au sein d’un troupeau, sont nés la même année qu’un cas identifié. 42

2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Glossaire Gène : unité d’hérédité qui correspond à une région de l’ADN contrôlant un caractère particulier. Un gène gouverne la synthèse d’une protéine unique ou d’un ARN unique et conditionne ainsi la transmission ou la manifestation d’un caractère héréditaire donné.

Lactoremplaceur : aliment d’allaitement, généralement vendu en poudre, qui remplace le lait maternel dans les élevages de veaux. Il est composé de poudre de lait à laquelle sont ajoutées des matières grasses animales ou végétales, de l’amidon, des vitamines et des minéraux.

Génotype : constitution génétique d’une cellule ou d’un organisme individuel.

Lymphocyte : globule blanc du sang impliqué dans les défenses immunitaires.

Hétérozygote : un individu est hétérozygote pour un gène quand il possède deux allèles différents de ce gène.

Matériels à risque spécifiés (MRS) : organes et tissus prélevés dès l’abattage et détruits selon des modalités très strictes dans le cadre de la prévention de la transmission de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) à l’homme.

Homozygote : un individu est homozygote pour un gène quand il possède deux allèles identiques de ce gène. Iatrogène : se dit d’un trouble provoqué (inintentionnellement) par un acte médical ou chirurgical, ou par un médicament.

NAIF : animal né après l’interdiction des farines animales dans l’alimentation des ruminants ; en juillet 1990 en France (la date de cette interdiction étant différente dans les différents pays touchés par l’ESB).

Iléon : troisième et dernier segment de l’intestin grêle, avant le côlon.

Polymorphisme : propriété d’exister sous diverses formes.

Incidence : nombre de nouveaux cas d’une maladie observés dans une population donnée, pendant une période donnée.

Prévalence : nombre de cas d’une maladie dans une population donnée sur une période donnée ou à un moment défini, sans distinguer les cas nouveaux et les cas anciens.

Incubation : période s’écoulant entre la contamination d’un individu par un agent pathogène infectieux et l’apparition des premiers symptômes de la maladie.

Prion (PRoteinacceous Infectious ONly particle) ou ATNC : agent pathogène de nature protéique. Les prions de mammifères sont les agents responsables des encéphalopathies spongiformes transmissibles.

Infectiosité : pour les ESST, capacité d’un tissu ou d’une sécrétion à contenir l’agent infectieux. Elle est révélée au laboratoire par un bio-essai qui consiste à observer l’apparition de symptômes ou de lésions caractéristiques chez un animal après inoculation d’une fraction de ce tissu ou de cette sécrétion.

Protéase : enzyme protéolytique qui dégrade les protéines en hydrolysant, parfois très sélectivement, certaines de leurs liaisons peptidiques (liaison entre deux acides aminés). Protéine : macromolécule de poids moléculaire généralement élevé ayant une fonction biologique ; elle est composée d’une ou plusieurs chaînes d’acides aminés présentant chacune une séquence caractéristique de ces molécules de base.

Jonchage : étape de l’abattage des bovins interdite depuis 2000. Suite à l’étourdissement, le jonchage consistait en une lacération et une destruction des tissus nerveux centraux à l’aide d’une tige métallique souple (le jonc) introduite dans le canal rachidien. Le bulbe rachidien et la partie supérieure de la moelle épinière étaient détruits. Cette technique était utilisée dans les abattoirs pour protéger le personnel contre les mouvements agoniques réflexes brusques des membres des animaux abattus après étourdissement, mais, de l’avis de nombreux scientifiques, cette manipulation pouvait entraîner la dissémination de tissu infectant aussi bien pour la carcasse concernée que pour les suivantes sur la chaîne d’abattage.

Protéines animales transformées (PAT) : issues du traitement de sous-produits animaux propres à la consommation humaine mais non consommés pour des raisons techniques ou commerciales (morceaux non nobles, défauts visuels, etc.). Ces sous-produits animaux appartiennent à la catégorie 3 définie par le règlement (CE) n° 1069/2009 et ne présentent pas de risque sanitaire. 43

2ème PARTIE - Mesures réglementaires de protection de la santé animale et de la santé publique


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Glossaire Scrapie (to scrapp : gratter) : terme anglo-saxon qui désigne la tremblante des petits ruminants (ovins, caprins), connue en Europe depuis le XVIIIème siècle.

qu’ont lieu toutes les étapes comprises entre la naissance des lymphocytes et leurs rôles dans la réponse immunitaire. Système nerveux central (SNC) : principal système de traitement de l’information d’origine nerveuse chez les vertébrés, son rôle est de recevoir, enregistrer, interpréter et organiser la réponse aux signaux qui parviennent de la périphérie. Il comprend l’encéphale (partie du système nerveux située dans la boîte crânienne : cerveau, tronc cérébral et cervelet) et la moelle épinière.

Sous-produits : cadavres entiers ou parties d’animaux, produits d’origine animale ou obtenus à partir d’animaux, non destinés à la consommation humaine (Règlement CE n° 1069/2009). Spongiforme : dont l’aspect ressemble à une éponge.

Transmission horizontale : transmission d’une maladie entre individus après la naissance, par exemple par contact avec un individu infecté.

Sporadique : se dit d’une maladie qui touche un nombre limité d’individus sans relation entre eux. Suif : matière grasse obtenue après la fonte des graisses de ruminants ; quand cette matière grasse provient de graisses reconnues propres à la consommation humaine, elle peut être utilisée, par exemple, pour la fabrication de lacto-remplaceurs.

Transmission verticale : transmission d’une maladie de parents à descendants par l’intermédiaire de la reproduction sexuée (transmission de la mère au foetus in utero par exemple), ou encore au moment de la naissance (on parle plus précisemment dans ce cas de transmission maternolatérale) ou par l’allaitement.

Système lymphoïde : le système lymphoïde est l’ensemble des organes et des tissus de l’immunité (moelle osseuse, thymus, rate, nœuds lymphatiques, amygdales et plaques de Peyer de l’intestin). C’est dans ce système

Zoonose : maladie infectieuse ou parasitaire naturellement transmissible de l’animal à l’homme et inversement.

44


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Acronymes MCJ : Maladie de Creutzfeldt-Jakob

ANSES : Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail

gMCJ : forme héréditaire de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob ASB : Abats Spécifiés Bovins iMCJ : formes iatrogènes de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob ATNC : Agent Transmissible Non Conventionnel sMCJ : forme sporadique de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob BASE : Bovine Amyloidogen Spongiform Encephalopathy (ou forme atypique ESB-L)

vMCJ : variant de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob MDC : Maladie du Dépérissement Chronique des cervidés Ou CWD : Chronic Wasting Disease

CE : Commission Européenne DDPP : Direction Départementale de la Protection des Populations

MRS : Matériel à Risque Spécifiés NAIF (cas) : bovin Né Après l’Interdiction des FVO (dans l’alimentation des bovins)

DGAL : Direction Générale de l’Alimentation EFSA : European Food Safety Authority ESB : Encéphalopathie Spongiforme Bovine

OIE : Office International des Epizooties ou Organisation mondiale de la santé animale

ESF : Encéphalopathie Spongiforme Féline

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

ESST : Encéphalopathies Transmissibles

Spongiformes

OTMS : Over Thirty Month Scheme

Subaiguës

PAT : Protéines Animales Transformées ETV : Encéphalopathie Transmissible du Vison PrPc : Protéine de Prion sous forme cellulaire FEZ : Fédération Européenne de Zootechnie FVO : Farines de Viandes et d’Os

PrPres : Protéine de Prion résistante aux enzymes protéolytiques

IC (voie) : voie Intra-Cérébrale

PrPsc : Protéine de Prion scrapie

IM (voie) : voie Intra-Musculaire

SNC : Système Nerveux Central

InVS : Institut de Veille Sanitaire

SNP : Système Nerveux Périphérique

IP (voie) : voie Intra-Péritonéale

UE : Union Européenne

LNR : Laboratoire National de Référence

VSM : Viandes Séparées Mécaniquement

45


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Bibliographie 11. Arnold M.E. et al., 2004. Estimation of the age-dependent risk of infection to BSE of dairy cattle in Great Britain. Preventive Veterinary Medicine, vol. 66, 35-47.

1. AESAN (Agencia Española de Seguridad Alimentaria y Nutrición), 2005. La Comunidad de Madrid comunica al Ministerio de Sanidad la probable detección del primer caso de la variante de la enfermedad de Creutzfeldt-Jakob en

12. Balkema-Buschmann A. et al., 2011. BSE infectivity in the absence of detectable PrP(Sc) accumulation in the tongue and nasal mucosa of terminally diseased cattle. Journal of General Virology, vol. 92, 467-476.

España. www.msc.es/gabinetePrensa/notaPrensa/desar rolloNotaPrensa.jsp?id=385 2. AFSSA, 2004. Suspicion de la présence d’une souche similaire à celle de l’ESB chez une chèvre abattue en 2002

13. Barlow R.M. et al., 1990. Dietary transmission of bovine spongiform encephalopathy to mice. Veterinary Record, vol. 126, 111-112.

- Eléments de synthèse et d’analyse. www.gds69.asso.fr/ web/gds.nsf/vueactualites/71E52CA711B54D09C1256 F3B005811D3?OpenDocument

14. Baron T. et al., 2007. Phenotypic similarity of Tranmissible Mink encephalopathy and L-type Bovine Spongiform enchephalopathy in a mouse model. Emerging Infectious Disease, vol 13.

3. AFSSA, 2005. Avis actualisé du 19 avril 2005 sur l’analyse des risques liés aux encéphalopathies spongiformes transmissibles dans les filières petits ruminants, les forces et faiblesses du dispositif actuel et les possibilités d’évolution.

15. Baylis M., 2007. The Kafkaesque approach to scrapie control – A sense of impending danger. Veterinary Journal, vol. 173, 235-236.

4. AFSSA, 2007. Avis du 17 juillet 2007 relatif à l’évaluation de l’efficacité des mesures prises en novembre 2000 pour contrôler l’épizootie d’ESB – 2006-SA-0329.

16. Beauvais P. et al., 1993. Maladie de MCJ secondaire à des traitements par hormone de croissance. Presse médicale, vol. 22, 1077-1078.

5. Alpérovitch A. et al., 1997. Incidence de la maladie de Creutzfeldt-Jakob en France. Le point au 30 avril 1997. Bulletin épidémiologique hebdomadaire, vol. 28, 129-131.

17. Beauvais P. et al., 1996. Maladie de CreutzfeldtJakob et autres maladies à prion. Edition : Flammarion médecine-sciences.

6. Andreoletti O. et al, 2002. PrP(Sc) accumulation in placentas of ewes exposed to natural scrapie : influence of foetal PrP genotype and effect on ewe-to-lamb

18. Bellworthy S.J. et al., 2005. Maternal transmission of BSE between sheep within an experimental flock. Veterinary Record, vol. 157, 206.

transmission. Journal of General Virology, 83, 2607-2616. 7. Andréoletti O. et al., 2004. PrPsc accumulation in myocytes from sheep incubating natural scrapie. Nature Medi-

19. Bencsik A. et al., 2007. Bovine Spongiform Encephalopathy Agent in a Prion Protein (PrP) ARR/ARR Genotype Sheep after Peripheral Challenge : Complete Immunohistochemical Analysis of Disease-Associated PrP and Transmission Studies to Ovine-Transgenic Mice. Journal of Infectious Diseases, vol. 195, 989-996.

cine, vol. 10, 591-593. 8. Anonyme, 2003. After BSE – A future to the European livestock sector, Edition : EAAP Publication, 5-6. 9. ANSES, 2010. Avis du 13 juillet 2010 relatif à la politique de sélection génétique des ovins à long terme pour

20. Bencsik A. et al., 2009. Possible case of maternal transmission of feline spongiform encephalopathy in a captive cheetah. PLOS One, vol. 4, e6929.

la résistance aux EST. 10. ANSES, 2011. Avis (et rapport) relatifs à l’évaluation du risque sanitaire lié à l’introduction des protéines

21. Benestad S.L. et al., 2003. Cases of scrapie with unusual features in Norway and designation of a new type, Nor98. The Veterinary Record, vol. 153, 202-208.

animales transformées dans l’alimentation de certains animaux de rente. www.anses.fr/Documents/ESST 2011sa0014Ra.pdf 46


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

22. Besnoit C. et al., 1898. Note sur les lésions nerveuses de la tremblante du mouton. Revue Vétérinaire, vol. 23, 397-400.

35. Commission européenne, 1998. Décision 98/272/CE modifiant la décision 94/474/CE concernant certaines mesures de protection contre l’encéphalopathie spongiforme bovine. Abrogée le 28/06/2001.

23. Biacabe A.G. et al., 2004. Distinct molecular phenotypes in bovine prion diseases. EMBO Reports, vol. 5, 110-5.

36. Commission européenne, 1998. Décision 98/653/CE concernant certaines mesures d’urgence rendues nécessaires par les cas d’encéphalopathie spongiforme bovine apparus au Portugal. Abrogée le 19/04/2001.

24. Bishop M.T. et al., 2006. Predicting susceptibility and incubation time of human-to-human transmission of vCJD. Lancet Neurology, vol. 5, 393-398. 25. Boëlle P.Y. et al., 2003. Modelling the epidemic of variant Creutzfeldt-Jakob disease in the UK based on age characteristics : updated, detailed analysis. Statistical Methods in Medical Research, vol. 12, 221-233.

37. Commission européenne, 1999. Décision 1999/514/CE fixant la date à laquelle l’expédition à partir du RoyaumeUni de produits bovins dans le cadre du régime d’exportation sur la base de la date peut commencer au titre de l’article 6, paragraphe 5, de la décision 98/256/CE du Conseil. Abrogée le 25/08/2002 .

26. Bosque J.P. et al., 2002. Prions in skeletal muscle. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 99, 3812-3817.

38. Commission européenne, 2000. Décision 2000/418/ CE réglementant l’utilisation des matériels présentant des risques au regard des encéphalopathies spongiformes transmissibles et modifiant la décision 94/474/CE. Abrogée le 01/07/2001.

27. Bosman A., 2005. E-alert 22 April : First probable case of vCJD reported in the Netherlands. EuroSurveillance, vol. 10, E050428.5. 28. Bruce M.E. et al., 1997. Transmissions to mice indicate that « new variant » CJD is caused by the BSE agent. Nature, vol. 389, 498-501.

39. Commission européenne, 2000. Décision 2000/764/ CE modifiant la décision 98/272/CE relative à la surveillance épidémiologique des encéphalopathies spongiformes transmissibles et modifiant la décision 94/474/CE. Abrogée le 28/06/2001.

29. Calavas D. et al., 2006. Potential risk factors for BSE. Veterinary Record, vol. 158, 743-744. 30. Casalone C. et al., 2004. Identification of a second bovine amyloidotic spongiform encephalopathy : molecular similarities with sporadic Creutzfeldt-Jakob disease. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 101, 3 065-3 070.

40. Commission européenne, 2000. Décision 2000/766/ CE relative à certaines mesures de protection à l’égard des encéphalopathies spongiformes transmissibles et à l’utilisation de protéines animales dans l’alimentation des animaux. Abrogée le 12/07/2003.

31. Chadeau-Hyam M. et al., 2005. Risk of variant Creutzfeldt-Jakob disease in France. International Journal of Epidemiology, vol. 34, 46-52.

41. Commission européenne, 2001. Décision 2001/2/CE de la Commission du 27 décembre 2000 modifiant la décision 2000/418/CE réglementant l’utilisation des matériels présentant des risques au regard des encéphalopathies spongiformes transmissibles.

32. Clauss M. et al., 2006. Investigations of the potential risk factors associated with cases of bovine spongiform encephalopathy in Bavaria, Germany. Veterinary Record, vol. 158, 509-513. 33. Commission européenne, 1989. Décision 89/469/CEE relative à certaines mesures de protection contre l’encéphalopathie spongiforme bovine au Royaume-Uni. Abrogée le 30/07/1994.

42. Commission européenne, 2001. Décision 2001/233/ CE modifiant la décision 2000/418/CE réglementant l’utilisation des matériels présentant des risques au regard des encéphalopathies spongiformes transmissibles et modifiant la décision 94/474/CE. Abrogée le 23/03/2001.

34. Commission européenne, 1996. Décision 96/449/CE relative à l’agrément de systèmes de traitement thermique de remplacement pour la transformation de déchets animaux au regard de l’inactivation des agents de l’encéphalopathie spongiforme. Abrogée le 30/06/1999.

43. Commission européenne, 2001. Décision 2001/577/CE fixant la date à laquelle l’expédition à partir du Portugal de produits bovins dans le cadre du régime d’exportation fondé sur la date peut commencer au titre de l’article 22, paragraphe 2, de la décision 2001/376/CE. 47


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

44. Commission européenne, 2002. Use of processed animal proteins in animal feed (updated). http://ec.europa.eu/ food/fs/bse/bse47_en.pdf

In : Unconventional virus diseases of the central nervous system. Edition : CEA, 446-460. 57. Direcção-Geral da Saúde, 2005. 1. Variante da Doença de Creutzfeldt-Jakob – Comunicado. Press release, 9 June. www. eurosurveillance.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=2732

45. Cousens S. et al, 2001. Geographical distribution of vCJD in Great-Britain, 1994-2000. Lancet, vol. 357, 1002-1007.

58. DoH, 2003. House of Commons Statement by the Secretary of State for Health – Development in vCJD. www. publications.parliament.uk/pa/cm200304/cmhansrd/ cm031217/debtext/31217-04.htm#31217-04_spmin0

46. Creutzfeldt H.G., 1920. Uber eine eigenartige herdformige Ekrankung des Zentralen systems. Zeitschrift für Neurologie und Psychiatrie, vol. 57, 1-18. 47. CSD, 2001. Opinion on hypotheses on the origin and transmission of BSE adopted by the scientific steering committee at its meeting of 29-30 novembre 2001.

59. DoH, 2004. Update on precautions to protect blood supply. Press release, 22 Jul 2004. 2004/0270. http:// webarchive.nationalarchives.gov.uk/+/www.dh.gov.uk/en/ Publicationsandstatistics/Pressreleases/DH_4086160

48. Cuillé J. et al., 1936. La maladie dite tremblante du mouton est-elle inoculable ? Compte-rendu de l’Académie des Sciences, Paris, vol. 203, 1552-1554.

60. Dormont D., 1998. Les encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles, humaines et animales, ou maladies à prion. Revue du Palais de la Découverte, 27-36.

49. DEFRA, 2001. DEFRA publishes review of the origin of BSE. archive.defra.gov.uk/foodfarm/farmanimal/diseases/ atoz/bse/publications/documents/bseorigin.pdf

61. Ducrot C. et al., 2010. Modelling BSE trend over time in Europe, a risk assessment perspective. European Journal of Epidemiology, vol. 25, 411-419.

50. DEFRA, 2002. Emerging sheep research findings. News Release, 18/11/02.

62. EFSA, 2004. Opinion of the European Food Safety Authority on a surveillance programme for Chronic Wasting Disease in the European Union. (Question N° EFSA-Q-2003-088). www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/ pub/70.htm

51. DEFRA, 2005. Report by Professor William Hill FRS published - Review of the Evidence for the Occurrence of ‘BARB’ BSE Cases in Cattle. http://archive.defra.gov. uk/foodfarm/farmanimal/diseases/atoz/bse/documents/ hillreport.pdf 52. De Marco M.F. et al., 2010. Large-scale immunohistochemical examination for lymphoreticular prion protein in tonsil specimens collected in Britain, Journal of Pathology, vol. 222, 380-387.

63. EFSA, 2005. Statement of the BIOHAZ Panel RE : Technical Advice on the United Kingdom application for application of Moderate Risk in terms of Bovine Spongiform Encephalopathy (BSE). www.efsa.europa.eu/fr/efsa journal/doc/618.pdf

53. DG Sanco, 2012. Report on the monitoring and testing of ruminants for the presence of Transmissible Spongiform Encephalopathy (TSE) in the EU in 2010. http://ec.europa.eu/food/food/biosafety/tse_bse/docs/ annual_report_tse2010_en.pdf

64. EFSA, 2005. Opinion of the BIOHAZ Panel on a quantitative assessment of risk posed to humans by tissues of small ruminants in case BSE is present in these animal populations. (Question N° EFSA-Q-2004-170). www.efsa. eu.int/science/biohaz/biohaz_opinions/990_en.html

54. Diaz C. et al., 2005. Polygenic variation and transmission factors involved in the resistance/susceptibility to scrapie in a Romanov flock. Journal of General Virology, vol. 86, 849-857.

65. EFSA, 2011. Joint Scientific Opinion on any possible epidemiological or molecular association between TSEs in animals and humans. EFSA Journal, vol. 9, 1945. 66. Elsen J.M. et al., 1999. Genetic susceptibility and transmission factors in scrapie : detailed analysis of an epidemic in a closed flock of Romanov. Archives of Virology, vol. 144, 431-445.

55. Dickinson A.G. et al., 1968. Some factors controlling the incidence of scrapie in Cheviot sheep injected with a Cheviot-passaged scrapie agent. Journal of Comparative Patholology, vol. 78, 313-321.

67. Enjalbert F., 1996. Les farines de viandes : intérêts dans l’alimentation des ruminants et réglementation. Point Vétérinaire, vol. 29, 689-695.

56. Dickinson A.G. et al., 1986. Further evidence that scrapie agent has an independent genome. 48


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

80. Kerber A.R. et al., 2008. Polymorphisms of Two Indels at the PRNP Gene in Three Beef Cattle Herds. Biochemical Genetics, vol. 46, 1-7.

68. Erlacher-Vindel E. et al., 2006. The OIE system for the evaluation of country status for Bovine Spongiform Encephalopathy. In : Prion 2006, Torino, Italy, 3-6/10/2006, Book of abstracts, Oral-09, p. 30.

81. Lacroux C. et al., 2008. Prions in milk from ewes incubating natural scrapie. PLOS Pathogens, vol. 4, e1000238.

69. Everest S.J. et al., 2006, No abnormal prion protein detected in the milk of cattle infected with the bovine spongiform encephalopathy agent. Journal of General Virology, vol. 87, 2433-2441.

82. Lasmézas C.I. et al., 1996. BSE transmission to macaques. Nature, vol. 381, 743-744.

70. Foster J.D. et al., 1993. Transmission of bovine spongiform encephalopathy to sheep and goats. Veterinary Record, vol. 133, 339-341.

83. Lasmézas C.I. et al., 1997. Transmission of the BSE agent to mice in the absence of detectable abnormal prion protein. Science, vol. 275, 402-5.

71. FSA, 2002. Agency study reports on historic use of Mechanically Recovered Meat in food 1980-1995. Ref : 2002/0252. www.food.gov.uk/multimedia/faq/93439/ #.ULdinIUY3QM

84. Leggett M.M. et al., 1990. A spongiform encephalopathy in a cat. Veterinary Record, vol. 127, 586-568. 85. Legname G. et al., 2004. Synthetic mammalian prions. Science, vol. 305, 673-676.

72. Gajdusek D.C. et al., 1957. Degenerative disease of the central nervous system in New Guinea; the endemic occurrence of kuru in the native population. New England Journal of Medicine, vol. 257, 974-978.

86. Liberski P.P. et al., 2007. Disease-specific particles without prion protein in prion diseases - phenomenon or epiphenomenon ? Neuropathology and Applied Neurobiology, vol. 33, 395-7.

73. Garza M.C. et al., 2012. Detection of PrPres in genetically susceptible fetuses from sheep with natural scrapie. PLOS One, vol. 6, e27525.

87. Ligios C. et al., 2005. PrPsc in mammary glands of sheep affected by scrapie and mastitis. Nature Medicine, vol. 11, 1137-8.

74. Georgsson G. et al., 2006. Infectious agent of sheep scrapie may persist in the environment for at least 16 years. Journal of General Virology, vol. 87, 3737-3740.

88. Ligios C. et al., 2011. Sheep with scrapie and mastitis transmit infectious prions through the milk. Journal of Virology, vol. 85, 1136-1139.

75. Gough K.C. et al., 2012. The oral secretion of infectious scrapie prions occurs in pre-clinical sheep with a range of PRNP genotypes. Journal of Virology, published ahead of print– doi:10.1128/JVI.05579-11.

89. Lukic A. et al., 2010. Heterozygosity at Polymorphic Codon 219 in Variant Creutzfeldt-Jakob Disease. Archives of Neurology, vol. 67, 1021-1023.

76. Hurtrel d’Arboval M., 1827. Tremblante. In : Dictionnaire de médecine et de chirurgie vétérinaires, Edition : Baillière, 434-435.

90. Manuelidis L., 2007. A 25 nm virion is the likely cause of transmissible spongiform encephalopathies. Journal of Cellular Biochemistry, vol. 100, 897-915.

77. Imran M. et al., 2011. An overview of animal prion diseases. Virology Journal, vol. 1, 493.

91. Masujin K. et al., 2007. Prions in the peripheral nerves of bovine spongiform encephalopathy-affected cattle. Journal of General Virology, vol. 88, 1850-1858.

78. Ironside J.W. et al., 2006. Variant Creutfeldt-Jakob disease : prion protein genotype analysis of positive appendix tissue samples from a retrospective prevalence study. British Medical Journal, vol. 332, 1186-8.

92. Mc Gowan J.P., 1922. Scrapie in sheep. Scottish Journal of Agriculture, vol. 5, 365-376.

79. Jakob A., 1921. Uber eigenartige Erkrankungen des central nerven systems mit bemakens wertein anatomischen Befunden. Zeitschrift für Neurologie und Psychiatrie, vol. 64, 147-228.

93. Mestre-Francés N. et al., 2012. Oral transmission of L-type bovine spongiform encephalopathy in primate model. Emerging Infectectious Disease, vol. 18, 142-145. 49


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

103. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 2000. Arrêté du 14 novembre 2000 modifiant l’arrêté du 24 juillet 1990 portant interdiction de l’emploi de certaines protéines d’origine animale dans l’alimentation et la fabrication d’aliments destinés aux animaux de l’espèce bovine et étendant cette interdiction à certaines graisses animales et pour l’alimentation d’autres animaux. Abrogé le 05/09/2001.

94. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 1990. Décret n° 90-478 du 12 juin 1990 ajoutant l’encéphalopathie spongiforme bovine à la nomenclature des maladies réputées contagieuses. Abrogé le 08/08/2003. 95. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 1990. Arrêté du 3 décembre 1990 fixant les mesures de police sanitaire relatives à l’encéphalopathie spongiforme bovine.

104. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 2006. Arrêté du 18 juillet 2006 portant interdiction de l’emploi de certaines protéines, phosphates et graisses d’origine animale dans l’alimentation et la fabrication d’aliments des animaux d’élevage et fixant des conditions supplémentaires aux échanges, aux importations et aux exportations de certains produits d’origine animale destinés à l’alimentation et à la fabrication d’aliments des animaux d’élevage.

96. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 1992. Arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d’animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l’inspection sanitaire de ces établissements. 97. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 1996. Arrêté du 12 avril 1996 modifiant l’arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d’animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l’inspection sanitaire de ces établissements. Texte périmé.

105. Moutou F. et al., 1996. L’encéphalopathie spongiforme bovine : situation en France et dans le monde, analyse critique. Point vétérinaire, vol. 28, 681-686. 106. Murdoch B.M. et al., 2011. Genome-wide scan identifies loci associated with classical BSE occurrence. PLOS One, vol. 6, e26819.

98. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 1997. Arrêté du 2 septembre 1997 modifiant l’arrêté du 3 décembre 1990 fixant les mesures de police sanitaire relatives à l’encéphalopathie spongiforme bovine.

107. Murray K. et al., 2011. Is there evidence of vertical transmission of variant Creutzfeldt–Jakob disease ? Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, vol. 82, 729-731.

99. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 2000. Arrêté du 21 mars 2000 modifiant l’arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d’animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l’inspection sanitaire de ces établissements. Texte périmé.

108. NCJDSU, 2000. 9th Annual Report 2000 : CreutzfeldtJakob Disease Surveillance in the UK. www.cjd.ed.ac.uk/ arhivereports.html 109. NCJDSU, 2010. 19th Annual Report 2010 : Creutzfeldt-Jakob Disease Surveillance in the UK. www.cjd. ed.ac.uk/report19.htm

100. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 2000. Arrêté du 9 juin 2000 relatif à la police sanitaire de l’encéphalopathie spongiforme bovine.

110. Nichols T.A. et al., 2009. Detection of protease-resistant cervid prion protein in water from a CWD-endemic area. Prion, vol. 3, 171-183.

101. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 2000. Arrêté du 10 juillet 2000 modifiant l’arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d’animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l’inspection sanitaire de ces établissements. Texte périmé.

111. Nicot S. et al., 2011. Strain-specific barriers against bovine prions in hamsters. Journal of Virology, vol. 85, 1906–1908. 112. Ovelhey A. et al., 2008. Risk factors for BSE-infections in Lower Saxony, Germany. Preventive Veterinary Medicine, vol. 83, 196-209.

102. Ministère de l’agriculture et de la pêche, 2000. Arrêté du 10 novembre 2000 modifiant l’arrêté du 17 mars 1992 relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs d’animaux de boucherie pour la production et la mise sur le marché de viandes fraîches et déterminant les conditions de l’inspection sanitaire de ces établissements. Texte périmé.

113. Parveen I. et al., 2005. The use of non-prion biomarkers for the diagnosis of Transmissible Spongiform Encephalopathies in the live animal. Veterinary Research, vol. 36, 665-683. 50


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

129. Smith C.B., 2011. Fate of prions in soil : a review. Journal of Environmental Quality, vol. 40 (2), 449-61.

114. Pawitan Y. et al., 2004. Analysis and prediction of the BSE incidence in Ireland. Preventive Veterinary Medicine, vol. 62, 267-83.

130. St Rose S.G. et al. 2006. Comparative evidence for a link between Peyer’s patch development and susceptibility to transmissible spongiform encephalopathies. BMC Infectious Disease, vol. 6.

115. Pearson G.R. et al., 1991. Feline spongiform encephalopathy. Veterinary Record, 1991, vol. 128, 532. 116. Peden A.H. et al., 2004. Preclinical vCJD after blood transfusion in a PRNP codon 129 heterozygous patient. Lancet, vol. 364, 527-529.

131. Supervie V. et al., 2004. The unrecognised French BSE epidemic. Veterinary Research, vol. 35, 349-362.

117. Phillips (Lord), 2000. BSE Inquiry, vol. 6, 679-740.

132. Taylor D.M. et al., 1997. Effect of rendering procedures on the scrapie agent. Veterinary Record, vol. 141, 643-649.

118. Pottgiesser C. et al., 2006. Potential Risk Factors Associated with Bovine Spongiform Encephalopathy in Cattle from Schleswig-Holstein, Germany. Journal of Veterinary Medicine Series B, vol. 53, n° 7, p. 306.

133. Taylor D., 2000. Inactivation of transmissible degenerative encephalopathy agents : a review. Veterinary Journal, vol. 159, 10-17.

119. Probst C. et al., 2013. Direct Costs of Bovine Spongiform Encephalopathy Control Measures in Germany. Zoonoses Public Health. Publication anticipée en ligne, Janv. 10.

134. Thomzig A. et al., 2007. Accumulation of pathological prion protein PrPsc in the skin of animals with experimental and natural scrapie. PLOS Pathogens, vol. 3, 659-667.

120. Prusiner S.B., 1982. Novel proteinaceous infectious particles cause scrapie. Science, vol. 216, 136-144. 121. Richt J.A. et al., 2007. Production of cattle lacking prion protein. Nature Biotechnology, vol. 25, 132-8.

135. Torres J. M. et al., 2011. Classical bovine spongiform encephalopathy by transmission of H-type prion in homologous prion protein context. Emerging Infectious Disease, vol. 17, 1636-1644.

122. Rigou P. et al., 2006. Fate of prions in soil : adsorption and extraction by electro-evolution of recombinant ovine prion protein from montmorillonite and natural soils. Environmental Science & Technology, vol. 40, 1497-1503.

136. Union européenne, 2001. Règlement CE/999/2001 fixant les règles pour la prévention, le contrôle et l’éradication de certaines encéphalopathies spongiformes transmissibles.

123. Rogers N.G. et al., 1967. Latent Viruses in Chimpanzees with Experimental Kuru. Nature, vol. 216, 446 – 449.

137. Union européenne, 2001. Règlement CE/1248/2001 modifiant les annexes III, X et XI du règlement CE/999/2001 relatif à la surveillance et au dépistage épidémiologiques des encéphalopathies spongiformes transmissibles.

124. Sala C. et al, 2012. ESB en 2011 : Maintien à un niveau très bas de la prévalence des ESB classiques et atypiques. Bulletin épidémiologique de l’ANSES Santé animale-alimentation n° 54, 21-22.

138. Union européenne, 2004. Règlement CE/1492/2004 modifiant le règlement CE/ 999/2001 en ce qui concerne les mesures d’éradication d’encéphalopathies spongiformes transmissibles chez les bovins, les ovins et les caprins, les échanges et l’importation de sperme et d’embryons d’ovins et de caprins et de matériels à risque spécifiés.

125. Salta E. et al., 2009. Evaluation of the possible transmission of BSE and scrapie to gilthead sea bream (Sparus aurata). PLOS One, vol. 4, e6175. 126. Sander P. et al., 2004. Analysis of sequence variability of the bovine prion protein gene (PRNP) in German cattle breeds. Neurogenetics, vol. 5, 19-25.

139. Union européenne, 2005. Feuille de route n° 1 pour les ESST. http://ec.europa.eu/food/food/biosafety/ tse_bse/docs/roadmap1_en.pdf

127. Schwartz M., 2001. Comment les vaches sont devenues folles. Éditions : Odile Jacob.

140. Union européenne, 2009. Règlement CE/1069/2009 établissant des règles sanitaires applicables aux sousproduits animaux et produits dérivés non destinés à la consommation humaine.

128. SEAC, 2005. Minutes of the open session of the 90th SEAC meeting held on the 24th November 2005. 51


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

141. Union européenne, 2010. Feuille de route n° 2 pour les ESST. http://ec.europa.eu/food/food/biosafety/ tse_bse/docs/roadmap_2_en.pdf

149. Wells G.A.H. et al., 1988. Bovine spongiform encephalopathy. Veterinary Record, vol. 122, 142. 150. Wells G.A.H. et al., 1994. Infectivity in the ileum of cattle challenged orally with bovine spongiform encephalopathy. Veterinary Record, vol. 135, 40-41.

142. Union européenne, 2013. Règlement CE/56/2013 modifiant le règlement CE/999/2001 fixant les règles pour la prévention, le contrôle et l’éradication de certaines encéphalopathies spongiformes transmissibles.

151. Wells G.A.H. et al., 1996. Preliminary observations on the pathogenesis of experimental bovine spongiform encephalopathy (BSE). Bovine Spongiform Encephalopathy : the BSE dilemma. Edition : C.B. Gibbs Jr, 28-44.

143. USDA, 2005. Release n° 0232.05 - USDA announces BSE test results and new BSE confirmatory testing protocol. www.usda.gov/wps/portal/usda/usdahome?contentid only=true&contentid=2005/06/0232.xml 144. Valleron A.J. et al., 2006. Can a second wave of new variant of the CJD be discarded in absence of observation of clinical non Met-Met cases ? Revue d’Epidemiologie et de Santé Publique, vol. 54, 111-115.

152. Wells G.A.H. et al., 1998. Preliminary observations on the pathogenesis of experimental bovine spongiform encephalopathy (BSE) : an update. Veterinary Record, vol. 142, 103-106.

145. Vascellari M. et al., 2007. PrPSc in salivary glands of scrapie-affected sheep. Journal of Virology, vol. 81, 4872-6.

153. Wells G.A.H. et al., 2005. Pathogenesis of experimental bovine spongiform encephalopathy : preclinical infectivity in tonsil and observations in the distribution of lingual tonsil in slaughtered cattle. Veterinary Record, vol. 156, 401-407.

146. Vulin J. et al., 2011. Molecular typing of proteaseresistant prion protein in transmissible spongiform encephalopathies of small ruminants, France, 2002-2009. Emerging Infectious Disease, vol. 17, 55-63.

154. Will R.G. et al., 1996. A new variant of CreutzfeldtJakob disease in the UK. Lancet, vol. 347, 921-925.

147. Wadsworth J.D. et al., 2001. Tissue Distribution of protease resistant prion protein in variant Creutzfeldt-Jakob disease using a highly sensitive immunoblotting assay. Lancet, vol. 358, 171-180.

155. Wilson R.G et al., 2012. Chronic wasting disease and atypical forms of bovine spongiform encephalopathy and scrapie are not transmissible to mice expressing wild-type levels of human prion protein. Journal of General Virology, 93, 1624-1629.

148. Ward H.J. et al., 2008. Risk factors for sporadic Creutzfeldt-Jakob disease. Annals of Neurology, vol. 63, 347-54.

52


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Liens utiles ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) www.anses.fr CIV (Centre d’Information des Viandes) www.civ-viande.org Commission européenne http://ec.europa.eu/index_fr.htm EFSA (European Food Safety Authority – Autorité européenne de sécurité des aliments) www.efsa.europa.eu/fr FAM (FranceAgriMer) www.franceagrimer.fr Interbev (Association Interprofessionnelle du bétail et de la viande) www.interbev.fr InVS (Institut national de veille sanitaire) www.invs.sante.fr Ministère de l’agriculture http://agriculture.gouv.fr OIE (Office International des Epizooties) www.oie.int/fr OMS (Organisation Mondiale de la Santé) www.who.int/fr

53


EncĂŠphalopathies spongiformes des ruminants et santĂŠ publique

Notes ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ ________________________ _______________________

54


Encéphalopathies spongiformes des ruminants et santé publique

Le Centre d’Information des Viandes est une association de loi 1901 qui a pour mission de contribuer, sur une base scientifique, à la connaissance et à la mise en débat des questions sociétales relevant des filières élevage et viande (bœuf, veau, agneau, porc, viande chevaline et produits tripiers). Sont particulièrement traitées les questions de sécurité sanitaire, santé et bien-être animal, nutrition et alimentation humaine, impacts environnementaux et sociétaux. Sur ces sujets, le CIV produit une information experte reposant sur une veille et une analyse des tendances techniques, scientifiques et sociales, et sur des collaborations avec des acteurs publics, privés et de la société civile reconnus pour la solidité de leurs approches. Cette information est destinée à des publics professionnels ou avertis, intéressés ou concernés par les impacts sociétaux de la production et la consommation des viandes. Le CIV combine ainsi des fonctions d’édition de documents scientifiques, de mise à jour d’un site Internet faisant office de centre de ressources documentaires, d’animation de débats et participation à des conférences, congrès et événements scientifiques. Créé en 1987, à l’initiative conjointe d’INTERBEV (l’association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes) et d’un établissement public (FranceAgriMer), le CIV mène ses activités sous le patronage d’un Conseil Scientifique et d’Orientation de haut niveau. Plus d’information sur : www.civ-viande.org


- CIV - Novembre 2013

okbrochure-esst_56-pages-version-5-bd  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you