Page 1

‫‪binour‬‬ ‫‪« La terre s’illuminera de la LUMIERE de son seigneur .» S.39/69‬‬

‫‪32‬‬ ‫‪N°‬‬

‫أسٔع يب قٍم عٍ اإليبو انذغٍٍ عهٍّ انغالو‬

‫ص‪١‬ع طجبذ اٌطبٌمبٔ‪ِ \ ٟ‬ع‪ٕ٠‬خ وؽثالء‬

‫‪Novembre– décembre 2013‬‬

‫ ال ‪ُ٠‬مبس اٌسض‪ ٓ١‬ثبٌث‪ٛ‬اؼ ثً ثبألٔج‪١‬بء‪ٚ ،‬ال رمبس وؽثالء ثبٌّعْ ثً ثبٌضّب‪ٚ‬اد‪،‬‬‫‪ٚ‬ال رمبس ػبش‪ٛ‬ؼاء ثس‪ٛ‬اظس اٌع٘ؽ ثً ثّٕؼطفبد اٌى‪.ْٛ‬‬ ‫ ِغ اٌسض‪ ٓ١‬وً ٘ز‪ّ٠‬خ أزظبؼ ‪ٚ‬ثع‪ ْٚ‬اٌسض‪ ٓ١‬وً أزظبؼ ٘ز‪ّ٠‬خ‪.‬‬‫ ألْ لظخ ػبش‪ٛ‬ؼاء ٌُ رىزًّ فظ‪ٌٙٛ‬ب‪ ،‬فاْ وً ‪ َٛ٠‬ػبش‪ٛ‬ؼاء ‪ٚ‬وً أؼع وؽثالء‪.‬‬‫ اػزَّعَ اٌسض‪ ٓ١‬ػٍ‪ ٝ‬ل‪ّٛ‬ح إٌّطِك‪ٚ ،‬اػزّع ػع‪ ٖٚ‬ػٍ‪ِٕ ٝ‬طِك اٌم‪ٛ‬ح‪ٌّٚ ،‬ب صمطذ ل‪ٛ‬ح‬‫ػع‪ ،ٖٚ‬أزظؽ ِٕطك اٌسض‪ ،ٓ١‬فىبْ أزظبؼٖ أثع‪٠‬بً‪.‬‬ ‫ لجً ػبش‪ٛ‬ؼاء وبٔذ وؽثالء اصّبً ٌّع‪ٕ٠‬خ طغ‪١‬ؽح‪ ،‬أِب ثؼع ػبش‪ٛ‬ؼاء فمع أطجسذ ػٕ‪ٛ‬أبً‬‫ٌسؼبؼح شبٍِخ‪.‬‬ ‫‪‬‬ ‫اٌسض‪١ٌ ٓ١‬ش شطظبً ثً ٘‪ِ ٛ‬شؽ‪ٚ‬ع‪١ٌٚ ،‬ش فؽظاً ثً ٘‪َِٕٙ ٛ‬ح‪١ٌٚ ،‬ش وٍّخ ثً‬ ‫٘‪ ٛ‬ؼا‪٠‬خ‪.‬‬ ‫‪‬‬

‫‪Binour est une revue de l’association DAROU MAHDI‬‬ ‫‪Autorisation n° 016/RDA/F32/BAPP‬‬

‫‪Télécharger votre revue BINOUR en visitant le site du centre Zahra‬‬ ‫‪de France au: http/ www.centre-zahra.com/Bibliothèque/Binour‬‬

‫يجهخ شٓشٌخ تصذس عٍ جًعٍخ داس انًٓذي فى انكبيٍشٌٔ‬

‫‪Pour soutenir ou encourager ce travail,‬‬ ‫‪écrivez nous à‬‬ ‫نذعى َشش ْزِ انًجهخ ٌشجى االتصبل ة‬ ‫‪revuebinour@gmail.com‬‬

‫يذشو ‪ 1433‬اقرا و ساعد على القراءة كل شهر‬

‫عذد‬

‫‪La revue BINOUR a 3 ans‬‬


2

O Aba Abdellah! Pour toi, nos larmes ne se sècheront jamais... Louange à Allah qui a envoyé son serviteur Mohammad (saw) avec la religion de droiture (islam) comme don pour les créatures humaines et djinn et a éternisé ce don par le sang de son serviteur al-Hussein (as). Nos larmes ne se sècheront jamais. Oui l’amour pour l’imam Hussein est un feu qui brule dans le cœur des croyants. Oui, la tragédie de Kerbala est ce sentiment de dire non à l’oppression; non à l’arrogance; non à l’usurpation des droits. Ce jeudi 14 novembre, la communauté chiite du Cameroun de l’ouest à l’est, du nord au sud en concert avec les chiites du monde, a encore pleuré les martyrs de Kerbala. Cette tragédie qui demeure unique de par son objectif et son sens dans l’histoire de l’humanité, porte le nom de révolution éternelle. Lorsqu’on parle de révolution, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Oui effectivement, les omeyades avaient déshabillé l’islam de ses principes. Et seul l’imam Hussein (as) était capable d’apporté une reforme afin de remettre à l’islam, ses vêtements fondamentaux (wilayat). Et cette révolution ne s’arrête pas qu’à kerbala, car les effets de la révolte husseinite dépassent le temps et l’espace, et ses principes teintent les pensées de chaque peuple, groupe ou individu opprimé, les poussant à lutter contre l’oppression et résister contre la tyrannie. «Tout ce qu’on possède provient d'Achoura», une déclaration immortelle de la part du premier maître de l’ère contemporaine, le grand Ayatollah l'imam Khomeiny, qui a mis l'accent sur l’importance d'Achoura dans la culture islamique, la première école pour tous les révolutionnaires. Dans ce contexte, et à la lecture des testaments des martyrs de la Résistance Islamique en Iran, au Liban, au Bahreïn etc, on détecte nettement les effets d'Achoura dans la culture et la pensée de ses héros qui ont sacrifié leur vie et leur jeunesse pour poursuivre sur la voie de l’Imam al Hussein (S). La révolution de l’imam Hussein(as) appelle même au refùt de l’oppression, de l’injustice et de l’humiliation. Enfin, et devant ces sacrifices sublimes, nous ne pouvons que promettre de tenir toujours ce flambeau en répétant le slogan de notre Imam (S): «A bas l'humiliation».

Chers lecteurs, voici déjà trois ans, jour pour jour que nous cheminons ensemble dans ce chemin où sont versés les roses du savoir divin déposés à la famille du saint prophète (saw). Sans vous, nous n’y serons jamais arrivé. Ainsi tout l’équipe de la revue vous adresse leur sincère remerciement. Comme le dit un adage populaire, qui dit merci en demande d’avantage, nous profitons pour vous demander de nous faire part de vos critiques, suggestions, et opinions sur la revue, pour qu’ensemble nous améliorions ce noble travail afin que le vrai message de l’islam soit d’avantage propager.

‫ يٍ صاشًُ جعذ يٕﺘً صشﺘّ ٍٕو اهﻘٍبيخ‬: َ‫ٗ ﺍٍضال‬٠ٍ‫ٓػ‬٠‫لبً ﺍﻹِبَ ﺍٍسض‬ L’Imam Hussein(as) a dit: «

Quiconque me visite après ma mort, je le visiterai le jour du jugement »


3

La puissance infinie de Dieu La puissance infinie de Dieu n'a pas de preuve plus claire que celles qui nous sont fournies par l'étude et l'examen des phénomènes de l'univers créé et des formes et colorations multiples de la nature qui ne pourront jamais être décrites entièrement. Quand nous regardons la Création de Dieu, nous nous trouvons confrontés à une énergie si vaste qu'aucune limite ne peut lui être supposée. Un regard sur la Création et les millions de vérités que recèlent les merveilles de la nature et les profondeurs de l'être humain lui - même fournit l'indication la plus claire de l'étendue du pouvoir de Celui qui les a créés, car l'ordre riche et complexe de l'existence n'admet pas d'autre explication. C'est la puissance incomparable de Dieu qui force l'homme à s'incliner humblement devant le Créateur de ce grand ordre. On ne peut exprimer avec les mots les dimensions de Sa puissance; cette essence unique est dotée d'une puissance telle qu'il Lui suffit de commander: "Sois!" pour qu'une chose vienne aussitôt à l'existence: "... Quand Il veut une chose, Son Commandement consiste à dire: "Sois!"; et elle est." Coran, sourate 36, verset 42 Les pionniers des sciences naturelles, les hommes des laboratoires, en dépit des progrès qu'ils ont réalisés, n'ont pas encore acquis la connaissance complète et définitive des secrets d'un seul être parmi les êtres nombreux et variés de l'univers de la création. Néanmoins, la connaissance défectueuse et non objective que l'homme a acquise au sujet de quelques êtres de ce monde est suffisante pour lui permettre de réaliser pleinement que le pouvoir immense qui a créé une telle abondance et variété dans l'univers doit être infini. Considérer la portée de Sa création: des créatures fragiles, des bêtes monstrueuses aux apparences bizarres vivant dans les profondeurs de l'océan, des oiseaux délicats aux chants mélodieux, et aux ailes multicolores dont la beauté sert de modèle aux artistes, des étoiles qui brillent dans les cieux et le soleil qui se lève et se couche, l'aube et le clair de lune, les planètes, galaxies et nébuleuses dont chacune contient dans son cœur parfois des millions de grandes étoiles brillant dans l'infini. Une création pareille, qui inspire l'étonnement par sa splendeur, n'est - elle pas la preuve du pouvoir infini de son Artisan? Peut - on ignorer la puissance d'un créateur qui confère

une si grande variété à la vie, et fait que les formes finies et distinctes se révèlent dans le vaste éventail des phénomènes? Etant donné que toutes ces formes séduisantes de la création procèdent en dernière instance, de l'atome, la question de l'être ne peut donc s'expliquer que par référence à une force infinie capable de tout orienter. C'est Lui qui pousse toutes les choses à prendre des formes vivantes et qui possède le pouvoir et l'intelligence pour concevoir et réaliser ce dessein vaste et précis. Aucune créature dans l'univers ne peut manifester une puissance ou partager la Volonté de Dieu, car Il n'a ni un partenaire dans Son essence, et ni un associé dans Son pouvoir de création. Autrement dit, les créatures dépendent de Lui dans leur essence et n'ont aucun pouvoir pour agir sans Sa volonté. Chaque fois qu'Il le veut ou que la nécessité s'impose, Il bouleverse tout l'ordre de l'existence, aussi ferme soit-il. Tout est soumis à Sa volonté. Le créateur qui a assigné a chaque facteur ou cause, un effet particulier, est capable de neutraliser ou de suspendre cet effet, à tout moment. Tout comme un seul ordre amena l'univers à l'existence, un seul ordre enlèvera aux phénomènes leurs rôles habituels. N'importe quel phénomène qui puisse nous venir à l'imagination, voit ses besoins, en vie et en nourriture, satisfaits par le créateur, c'est à dire que toute capacité ou pouvoir, sur le plan de la création revient nécessairement à la puissance infinie de Dieu. Ali, le Commandeur des croyants - Que la Paix soit sur lui dit: "Oh Dieu, nul ne peut pénétrer les profondeurs de Ta Splendeur et de Ta majesté. Nous savons seulement que Tu es vivant et auto subsistant, et que Tu ne manges et ne dors point. Aucun esprit ne peut Te percevoir, et aucun œil ne peut T'apercevoir, alors que Tu vois tout. Tu connais la durée de vie de toute chose. Tu es le Tout Puissant. Bien que nous n'ayons rien perçu de Ta création, nous sommes étonnés de Ta puissance et nous Te louons beaucoup. Car nous savons que ce que nous ne pouvons pas voir avec nos yeux et que nous ne pouvons atteindre avec notre esprit et notre intelligence, et qui nous est caché par les voiles de l'inconnu, est beaucoup plus grand que ce que nous percevons".


4

La communication moderne est sans doute le moyen le plus efficace pour la propagation de l’islam à l’ère moderne. La communauté chiite du Cameroun l’a bien compris et pour joindre l’utile à l’agréable, a lancé son studio d’enregistrement. Ce studio a pour rôle d’enregistrer nos activités et le publier sur la toile; d’enregistrer des émissions islamiques dans divers sujets (religion-société), des débats islamiques, ensuite les proposer à des chaines de télévision satellitaire et câblage dans le pays et les mettre sur des supports amovible tels les CD et DVD afin de le mettre à l’utilisation du grand public.

ACHOURA 2013: arrêt sur image! «Y a-t-il quelqu’un pour me secourir?», les échos de l’appel de l’imam Hussein (psl), seul, assoiffé et étranger, au dixième jour du Muharram, retentissent dans chaque pouce de la terre, secouant toute conscience vive. «Nous ne te laisserons pas seul ! Nous voici O Hussein !» ont répondu les fidèles au Cameroun à leur tête les Cheikhs pour commémorer le deuil de l’Achoura. Dans un état loin de la gaité, la communauté chiite du Cameroun de l’ouest à l’est, du nord au sud en concert avec les chiites du monde, a encore pleuré les martyrs de Kerbala ce jeudi 14 novembre dans l’esplanade des mosquées et dans les rues. La même question revient à savoir, pourquoi la tragédie de Kerbala ? Durant 10 nuits consécutives, les prédicateurs ont occupé le Minbar Husseini de la grande mosquée chiite de Douala pour éclairer les croyants sur la question. Et il en ressort que cette tragédie qui demeure unique de par son objectif et son sens dans l’histoire de l’humanité, porte le nom de révolution éternelle. Lorsqu’on parle de révolution, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Oui effectivement, les omeyades avaient déshabillé l’islam de ses principes. Et seul l’imam Hussein (as) était capable d’apporté une reforme afin de remettre à l’islam, ses vêtements fondamentaux (wilayat). De façon simple, l'Imam Hussein réclamait l'application des statuts de la justice et de l'égalité que l'Islam exige, le respect de la volonté de la communauté musulmane, ainsi que les principes du gouvernement sur les plans politique, économique et religieux. Le pouvoir du sang des martyrs de kerbala est comme une plante qui grandi de jour en jour, car pour le cas du Cameroun, le nombre des partisans de la famille du prophète ne cesse de croitre malgré les difficultés dont fait face notre communauté.


5

12 preuves que Mohammad (saw) est un véritable prophète ‫اثُى عشش دنٍال عهى ثجٕد َجٕح يذًذ عهٍّ ٔ انّ انصالح ٔ انغالو‬ 10- Mohammed a été envoyé avec une religion dont les fondements de foi et les pratiques cultuelles sont hors du commun. Mohammed a décrit Dieu en lui attribuant des qualités d’absolue perfection et d’une façon qui ne lui assigne aucune défectuosité. Ni les philosophes ni les savants n’auraient pu décrire Dieu de cette manière. Il est impossible d’imaginer qu’un esprit humain puisse concevoir de lui-même un être possédant une capacité, des connaissances et une grandeur si infinies ; un Être qui a assujetti la création, qui a le pouvoir sur tout ce que l’univers renferme, aussi infime ou gigantesque soit-il, et qui possède une si parfaite miséricorde. Et il n’est pas dans les capacités d’un être humain d’établir une loi parfaite basée sur la justice, l’égalité, la clémence et l’objectivité qui s’applique à toutes les sphères de la vie sur terre – comme le commerce, le mariage et le divorce, la location, le témoignage, la garde des enfants, et tous les autres contrats qui sont nécessaires au maintien et à la bonne gestion de la vie et de la civilisation sur terre. 11- Nul être humain n’a la capacité de concevoir de lui-même une sagesse, une moralité, des bonnes manières et de la noblesse de caractère telles que celles que nous a transmises cet honorable Prophète (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui). Mohammed (paix et bénédictions de Dieu soient sur lui) a propagé un enseignement complet relatif aux bonnes manières envers les père et mère, les parents, les amis, l’humanité en général, les animaux, les plantes, et même les objets inanimés. Il est impossible à l’esprit humain d’acquérir la connaissance, par lui-même, de tous ces enseignements ou d’élaborer un enseignement semblable. Tout cela indique de façon non équivoque que ce Messager n’a pas tenté d’expliquer cette religion de son propre chef, mais qu’il s’agissait plutôt d’un enseignement lui ayant été inspiré par Celui qui a créé la terre et les cieux, et qui a créé notre univers et lui a donné cette miraculeuse architecture et perfection. À suivre...

‫ٔكبٌ يٍ دعبئّ ( عهٍّ انغالو ) ألْم انثغٕس‬ ‫ َٔأٌَِ ْذ‬،َ‫ٍ ثِعِضَتِك‬ َ ًٍِِ‫غه‬ ْ ًُْ‫ٍ ثُغُٕ َس ان‬ ْ ِ‫ َٔدَص‬،ِّ‫ذًَذ َٔآ ِن‬ َ ُ‫عهَى ي‬ َ ‫أَنهَُٓ َى صَ ِم‬ ‫ذًَذ‬ َ ُ‫عهَى ي‬ َ ‫ أنهَُٓىَ صَ ِم‬.َ‫ٍ جِذَتِك‬ ْ ِ‫ َٔأَعْجغَ عَطَبٌَبُْىْ ي‬،َ‫دًَبتََٓب ِثﻘَُٕتِك‬ ُ ْ‫ َٔايَُْع‬،ْ‫ط دَْٕصَتَُٓى‬ ْ ُ‫ َٔادْش‬،ْ‫عهِذَﺘَُٓى‬ ْ َ‫ َٔاشْذَ ْز أ‬،ْ‫ َٔكَثِ ْش عِذَتَُٓى‬،ِّ‫َٔآ ِن‬ ْ‫ َٔتََٕدَذ‬،ْ‫ ََٔٔاتِ ْش ثٍٍََْ يٍَِ ِشِْى‬،ْ‫ َٔ َدثِ ْش َأيْ َشُْى‬،ْ‫جًْعَُٓى‬ َ ‫ف‬ ْ ِ‫ ََٔأن‬،ْ‫دَ ْٕيَﺘَُٓى‬ ْ‫ف نَُٓى‬ ْ ُ‫ َٔانْط‬،ِ‫ َٔأَعُُِْٓ ْى ثِبنصَجْش‬،ِ‫ َٔاعْضُذُْْ ْى ثِبنَُصْش‬،ْ‫ثِ ِكفَبٌَخِ يَؤََِِٓى‬ ،ٌَُٕ‫ َٔعَشِفُْٓىْ يَب ٌَجَْٓه‬،ِِّ‫ذًَذ َٔآن‬ َ ُ‫ أَنهَُٓ َى صَ ِم عَهَى ي‬.ِ‫فًِ ا ْنًَكْش‬ ‫عهَى‬ َ ِ‫ أنهَُٓ َى صَم‬.ٌَُٔ‫ َٔثَصِ ْشُْىْ يَب َال ٌُجْصِش‬،ًٌََُٕ‫عِهًُْٓىْ يَب َال ٌَ ْعه‬ َ َٔ ،ِ‫ع ِخ انْغَشُٔس‬ َ ‫ َٔأََْغِِٓ ْى عُِْ َذ ِنﻘَآئِِٓ ُى انْعَذَُٔ رِكْشَ دٍََُْبُْ ُى انْخَذَا‬،ِِّ‫ذًَذ َٔآن‬ َ ُ‫ي‬ َ‫صت‬ ْ َ ‫ َٔاجْعَمِ انْجَ َُ َخ‬،ٌُِٕ‫د انًَْب ِل ا ْنفَﺘ‬ ِ ‫ٍ ُقهُٕثِِٓ ْى خَطَشَا‬ ْ َ‫خ ع‬ ُ ‫َٔا ْي‬ ِ‫خهْذ‬ ُ ْ‫ٍ ان‬ ِ ِ‫د فٍَِٓب يٍِْ يَغَبك‬ َ ‫أَعٍُُِِْٓ ْى َٔنَِٕحْ يَُِْٓب ألِثْصَب ِسِْىْ يَب أَعْذَ ْد‬ ِ‫ع األَشْشِثَـخ‬ ِ ‫ٌ َٔاألَََْٓب ِس ا ْنًُطَشِدَ ِح ِثؤَََْٕا‬ ِ ‫َٔيََُبصِ ِل انْكَشَا َي ِخ َٔانْذُٕسِ انْذِغَب‬ ،

Ce do’a tiré du livre les Psaume de Sajjad, est l’un des mystère de la richesse laissé aux croyants par la famille du prophète. Et certains bouches digne de fois témoignent que ce fut ce do’a qui donna la victoire en 2006 au Hezbollah libanais contre l’Israël. Et alors comment ne pas en bénéficier?


6

« parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah » S.35/28 AYATOLLAH AL-ARAFI Naissance et Enfance L’Ayatollah A’rafî est né en 1338 dans la ville de Meybad située dans la province de Yazd dans une famille de savants et de pieux. Son père l’Ayatollah Mohammad Ibrahim A’rafî était un des savants réputés de cette localité et proche ami de l’imam Khomeiny, un homme qui a joué un rôle crucial dans l’éveil des consciences des populations de Meybad et de Yazd. Ce savant libre dirigeait la prière de vendredi des années avant la révolution et il faisait le sermon avec une arme. La mère du professeur A’rafî, la fille de l’Ayatollah Sheikh Kazim Afdhali Ardekani fait également partie des femmes pures et pieuses de cette époque. Carrière Scolaire Le professeur A’rafî a commencé ses études classiques dans sa ville natale. Après avoir étudié une partie des cours de littérature, il vient à Qom en 1349, y achève ses études primaires et entame les cours du séminaire. Il finit rapidement les cours préliminaires et tous les cycles, si bien qu’il participe déjà aux cours supérieures (bahs kharij) en 1356. Durant ces années, il n’a pas manqué d’assister aux cours de philosophie qu’il assimile parfaitement. Il participe aux séances d’éducation morale. En même temps qu’il étudiait au séminaire, il suivait également les cours d’arabe et d’anglais. il s’intéresse aux mathématiques et à la philosophie occidentale, il étudia beaucoup de livres qui n’étaient pas au programme du séminaire à l’époque. Durant sa formation, il participe au programme du bureau de coopération entre le séminaire et l’université (centre de recherche de l’université et le séminaire) et pendant les vacances il s’adonne à l’étude de l’exégète du coran d’Allamah Tabataba’I (Tafsir al mizane) et de commentaire de Nahjul Balagha d’ibn Hadid.

Les enseignants et les amis Le professeur A’rafî a suivi des cours auprès de savants très honorés. Il fut le disciple de l’Ayatollah Miskhini en matière de Tafsir, de l’Ayatollah Hassan Zadeh Amoli en géométrie, il étudie les livres « Notre philosophie » et « Notre économie » de l’Ayatollah Shahid Sadr auprès de l’Ayatollah Sayyed Kazim Haeri. En cours supérieurs de Fiqh et Ousoul, il fut le disciple de l’Ayatollah Hajj Mortadha Haeri, l’Ayatollah Hozma Fadhel Lankarani, l’Ayatollah Vahid Khorasani, l’Ayatollah Hozma Javad Tabrizi, l’Ayatollah Hozma Makarim Shirazi, l’Ayatollah Hozma Shabiri Zanjani. Il a étudié « Asfar arba’a, borhan Shafâ, Fousous Hikam et Kawa’ed al tamhid auprès de l’Ayatollah Javadi Amoli et une autre partie d’Asfar chez l’Ayatollah Shahid Motahari. Il a suivi les cours de philosophie chez l’Ayatollah Misbah Yazdi. Activités intellectuelles et culturelles. L’Ayatollah A’rafî a réalisé beaucoup d’œuvres intellectuelles et culturelles dans sa vie. Il a enseigné plusieurs livres du cycle supérieur à plusieurs reprises. Il s’est employé à enseigner Asfar arba’a, les cours supérieurs de Fiqh juridique et l’éducation (Fiqh Tarbiya). La particularité est l’innovation et sa capacité à concilier les données présentes dans les œuvres des anciens avec les principes actuels. Il a publié beaucoup de livre sur les sciences éducatives. Parmi les responsabilités que l’Ayatollah A’râfi a occupées, on peut citer : Il a occupé plusieurs hautes fonctions en Iran et notamment dans le secteur de l’éducation. Actuellement il est le recteur de l’université internationale al-mustafa en Iran, université qui est rependu dans le monde.

Le cheikh Abdoulrahman Kamga invite les musulmans à l’ordonnance du bien et l’interdiction du blâmable. Lors d’une émission télé, le cheikh Abdoulrahman Kamga a attiré l’attention des musulmans sur ce qu’il considère comme le point central de l’islam sociétale, l’ordonnance du bien et l’interdiction du blâmable. C’est sur ces deux points que tout les prophètes eurent des difficultés avec le peuple à laquelle ils furent envoyer. C’est également ce sur quoi Aba Abdellah Hussein (as) se leva contre Yazid fils de Moawiya. Nombreux sont les versets coraniques et les propos des infaillibles qui montrent l’importance et la valeur de l’ordonnance du bien et l’interdiction du blâmable. Du point de vue de la législation islamique, l’ordonnance du bien et l’interdiction du blâmable est une obligation de suffisance, c’est-à-dire, si quelqu’un le fait et que cela suffit, alors ce n’est plus obligatoire pour les autres. C’est obligatoire pour tout le monde, quand l’ensemble des conditions sont réunies, sans distinction de sexe, de position sociale ou de fonction. On pourrait dire de l’ordonnance du bien et de l’interdiction du blâmable, qu’elles sont le sang qui coule dans les veines de la législation islamique, assurant la vie de l’organisme et son maintien en vie a conclu le cheikh Adourahman.


7

Le Sunnisme et le Chiisme selon la vision d'Henri Corbin

Henry Corbin (né à Paris le 14 avril 1903 et mort à Paris le 7 octobre 1978) est un philosophe et orientaliste français. ’islam, en la personne de son prophète, combine deux tendances (ou deux Il est l'un des rares philosophes à traiter de mystères) : la « Crainte » et l’Amour, déterminant deux attitudes relil'Islam Iranien en général et de la gnose Chiite gieuses incarnées respectivement par Aïshâ, Abû Bakr, Omar et Othman d’une part, et par ‘Alî, Fâtima, Hasan et Hoseyn, d’autre part. Les premiers repré- en particulier. sentent la dimension « sèche », celle de l’efficacité terrestre, la Crainte, c’est-à-dire Corbin a traduit, interprété et édité quelquesuns des classiques de cette tradition, dont les l’obéissance à la Loi et la crainte du châtiment, et d’une certaine manière l’exotérisme de la religion. Les seconds représentent l’Amour ou l’esprit, et donc l’ésoté- grands noms tels que Sohrawardi, Molla risme. Les premiers incarnent le sunnisme, les seconds, le chiisme. C’est l’opposi- Sadra Shirazi, Rûzbehân Baqlî Shîrazî et aussi le soufi Ibn Arabi et son disciple chiite Haytion entre sharî’at (la religion littérale) et la haqîqat (la religion spirituelle). dar Amoli, élargissent peu à peu un horizon Or, le garant de la religion spirituelle, c’est l’Imam. philosophique lui aussi en voie de mondialisaLe cycle de la prophétie ou nobowwat étant désormais clos avec la mort du protion. phète de l’Islam, (depuis Adam, Noé et jusqu’à Jésus), commence un nouveau cycle, qui est en quelque sorte l’ésotérisme de la prophétie, celui de la walayat ou « sainteté ». Walayat a la même racine que walî, c’est-à-dire ami, comme dans l’expression awliyâ allâh, autrement dit les amis ou les aimés de Dieu que sont les prophètes et les Imams. Le « guide » nécessaire après la clôture du cycle de la Prophétie, c’est donc l’Imâm, médiateur entre Dieu et les hommes, pont entre le visible et l’invisible. Il est infaillible et il est un intercesseur pour tous les hommes. « Si nous voulions nous figurer la situation par un diagramme, écrit Henry Corbin, dans Face de Dieu, face de l’homme nous pourrions nous représenter deux ellipses se recoupant l’une l’autre , telles que le foyer compris dans le champ de leur intersection soit un foyer commun à l’une et à l’autre. Ce foyer commun figurerait l’Imâm. Il y a polarité entre le Deus absconditus et sa Forme théophanique, sa Face qui est l’Imâm ; et il y a polarité entre cette Face et l’homme à qui elle se montre comme Face divine. Mais il n’y a pas de polarité entre l’Absconditum et l’homme » Mais l’Imâm, c’est aussi, en terme de gnose, la « théophanie éternelle », grâce à quoi les adeptes, les amis de Dieu, contemplent ce visage divin, dont l’Imâm est le « miroir ». Il y a en cette perspective quelque chose de radicalement différent de ce qu’on a l’habitude de considérer lorsque l’on parle de soufisme, et même si on peut difficilement soutenir, comme le faisait Henry Corbin, que le soufi sunnite est un chiite « qui n’ose pas dire son nom », ou que le chiisme, c’est « l’ésotérisme de l’islam », il est évident qu’on ne peut ignorer que pour les fidèles chiites, « celui qui connaît son Imâm, connaît son Seigneur. »

L

Chers frère, je t’écris cette note avec les yeux plein de larmes, mais également avec un cœur plein de joie car, je sais que tu a soif de connaitre mon opinion sur la commémoration de l’Achoura dans la ville de Douala, ville dans laquelle j’ai assisté de bout en bout cet évènement, de la première nuit au dixième jour. Dans l’ensemble, ce fut un succès pour les organisateurs dont je les tire un coup de chapeau. le messager de Dieu disait: << certes l'assassinat d'al Hussein est une chaleur dans le cœur des croyants qui ne se refroidirait à jamais>>personnellement je voulais te parler des leçons que j'ai tiré lors de la commémoration de cette année a travers l'intervention du directeur et des enseignants de l'université al-Mustafa au Cameroun et des autres prédicateurs. J’ai pu comprendre que les mêmes éléments qui ont préparé la tragédie de Karbala sont les mêmes éléments qui sévissent aujourd'hui dans notre société comme l'injustice, l’amour du pouvoir, l'hypocrisie, la haine, la Ruse, l'égoïsme et la rancune. Tout ces entités négatives qui empoisonnement l'esprit de l'homme ont permis a l'aboutissement de cette grande tragédie. A travers cela nous pouvons calquer cette tragédie à ce que le monde vit aujourd'hui. Ce qui nous amène à dire que l'histoire se répète mais les personnages changent. Je pense que l'enseignement a tiré est que si nous voulons commémorer l'Achoura dans l'esprit qu'avait voulu l'Imam Hussein (AS), c'est de nous libérer de ces entités négatives et que nous soyons des hommes libres car l'Imam a donner son sang lors de cette tragédie pour que nous accédons a la liberté spirituelles et cette liberté est en harmonie avec l'islam authentique. Et chers frère retiens ceci : l'islam est de naissance mouhammadite et est de survivance husseinite. Je te laisse dans la paix et si Dieu le voulant, le mois prochain.

u iant a , étud ayt de d a ul b ham a Molamique Ahl l a t b ou e is Par M linguistiqu centre la Doua


8

Achoura: la victoire du bien sur le mal, du faible sur le plus fort Par FATIMA ALI

«Je ne me rendrai jamais à vous comme un soumis, ni ne me résignerai jamais comme un esclave». L'Imam Al-Hussein Le dixième jour du premier mois de l'année de l'Hégire, les musulmans célèbrent "Achoura" qui représente pour les musulmans un événement historique important. Cette tragédie est caractérisée par le soulèvement de l'Imam al-Hussein, qui avait pour but de donner un coup d'arrêt au pouvoir de Yazid qui avait placé son pouvoir au-dessus de tous les tabous islamiques et humains. L'Imam Al-Hussein réclamait l'application des statuts de la justice et de l'égalité que l'Islam exige, le respect de la volonté de la communauté musulmane, ainsi que les principes du gouvernement sur les plans politique, économique et religieux. En effet, le régime Omeyyade bafouait toutes les lois et valeurs humaines instaurées par le Saint Coran et le prophète Mohamed. Face à une situation politique et économique pourrie caractérisée par la corruption, l'injustice et la déviation, l'Imam Al-Hussein ne pouvait que renoncer à ce régime injuste et tyrannique. Dans ce contexte l'Imam Al-Hussein dit à son frère: Je ne me suis pas soulevé de gaieté de cœur ni par arrogance ni dans l'intention de semer la corruption ni de commettre l'injustice. Je me suis soulevé pour demander la réforme dans la communauté de mon grand-père (le prophète Mohamed SAW), pour ordonner le bien et interdire le mal. Ces paroles montrent clairement que le soulèvement de l'Imam Al-Hussein n'avait pas pour but de réclamer le pouvoir ni d'emporter la bataille. Son objectif était plutôt d'aboutir à la victoire de sa cause divine et humaine. Cependant, le combat de l'Imam Al-Hussein n'a pas seulement représenté la victoire du bien sur le mal; mais aussi le faible sur le plus fort (sur le plan quantitatif). En effet, le camp de l'Imam ne comptait pas plus de 70 fidèles contre 70 000 combattants du camp de Yazid. Toutefois, pour l'Imam Al-Hussein, la morale primait tout; que ce soit envers les masses populaires qu'envers les adversaires. Cette morale politique lui a coûté sa vie, et celles de nombreux membres de sa famille (fils, frères, neveux…) au dépend de la sauvegarde des valeurs humaines et morales de l'Islam. Talal Atrisi, professeur en faculté des sciences humaines à l'Université Libanaise, dit que le but essentiel du soulèvement de l'Imam Al-Hussein était la non reconnaissance de Yazid qui était à la tête d'un pouvoir tyrannique et corrompu. Il affirme de même qu'il était loin de réclamer le pouvoir pour sa personne, autrement il aurait construit une armée et se diriger vers le palais des Omeyyades (en Syrie) plutôt que de partir en Iraq. Il ajoute de même que la plus grande preuve de la victoire du combat de l'Imam Al-Hussein est la continuité de la célébration d'Achoura qui se transmet de génération en génération, et que Achoura a inspiré de nombreuses communautés et les a incités à refuser le mal et la tyrannie des gouverneurs. La place particulière qu'occupe l'Imam Al-Hussein dans le cœur du Prophète et des Musulmans, le sacrifice immense qu'il a consenti pour défendre sa cause et préserver l'Islam, les pratiques méprisables et le pouvoir tyrannique qu'imposaient les autorités des Omeyyades; tous ces facteurs ont fait du combat de l'Imam Al-Hussein, le symbole de la résistance à tous les pouvoirs tyranniques, et l'inspirateur de plusieurs révoltes que les musulmans ont déclenchées depuis lors contre des gouvernants et gouvernements tyranniques. Source: French.alahednews


9

Un des moyens nous permettant d’accéder à une compréhension profonde de l’Imam (A.S) que nous devons rechercher est de nous tenir fermement aux vrais érudits qui servent la cause de la Foi Islamique pendant la période de l’occultation de notre tant-attendu Imam (A.S). C’est en les suivant et en obéissant à leurs ordres, ce qui revient, en fait, à suivre le Saint Coran et la Sounnah, que nous pouvons protéger notre position avec l’Imam (A.S). La valeur des érudits durant l’occultation a été soulignée par un beau hadith qui nous vient du 10ème Imam, Mouhammad b. Ali al-Hadi (A.S.):

‫ج‬ ِ َ‫ذج‬ ُ ‫عٍْ دٌِـُِِّ ِث‬ َ ٍ َ ٍ‫ٍ عَهٍَِّْ َٔ انزَاثِّـ‬ َ ٍِّ‫ٍ إِنٍَِّْ َٔ انذَان‬ َ ٍ‫ٍ ا ْنعُهًََآ ِء انذَاعِـ‬ َ ‫نَ ْٕ ٌال َيٍْ ٌَجْﻘى َث ْعذَ غٍَْجَخِ قَبئِ ًِ ُك ْى ِي‬ ‫د ٌذ إِ ٌال‬ َ ‫ً َأ‬ َ ِ‫ت نًََب ثَﻘ‬ ِ ِ‫ر انََُْٕاص‬ ِ ‫ك إِثْهٍِظَ َٔ يَ َشدَتِِّ َٔ ِيٍْ َفخَب‬ ِ ‫ضعَفَبءِ عِجَب ِد انهٌ ِّ ِيٍْ شُجَب‬ ُ ‫ٍ ِن‬ َ ٌِ‫انهٌِّ َٔ انًُُْْ ِﻘز‬ ‫غكُ صَبدِتُ انغَفٍَُِ ِخ‬ ِ ًْ ٌُ ‫ضعَفَب ِء انشِّ ٍْعَخِ كًََب‬ ُ ِ‫ٌ أَصِيَخَ قُـهُٕة‬ َ ُٕ‫غك‬ ِ ًْ ٌُ ٌٍَِ‫ٍ انهٌِّ َٔ ٌنكَُِ ُٓ ُى اَنز‬ ِ ٌِ‫عٍْ د‬ َ َ‫اسْ َتذ‬ .َ‫ْىُ األَ ْفضَهٌَُٕ عِ ُْ َذ انهٌِّ عَضَ َٔ جَم‬ ُ ‫ك‬ َ ‫ أُْٔنٌ ِئ‬.‫عكَب ََٓب‬ ُ « S’il n’y avait pas, après l’occultation de votre Qâ’im, parmi les érudits, une personne d’entre les preuves d’Allah qui appellerait (les autres) vers lui (vers l’Imam a.s), le représenterait (l’Imam a.s), défendrait sa religion (de l’Imam a.s), accorderait la sécurité aux serviteurs opprimés d’Allah contre les malices d’Ibliss et la cruauté des ennemis (des Ahloul Bayt), alors il ne resterait pas une seule personne (sur la Terre) qui n’aurait pas abandonné la Religion d’Allah. Mais plutôt, ces personnes (les Oulamas) prennent la responsabilité de protéger les cœurs de nos Shias opprimés tout comme le capitaine d’un bateau prend en charge les vies et la sécurité de ceux qui se trouvent sur son navire. Ce sont, donc, eux (les Oulamas), qui constituent les meilleures personnes aux yeux d’Allah, Le Noble et Le Majestueux. »1 Was Salam Alaykoum Saleem Bhimji 1. Biharoul Anwar, volume 2, page 6, section 8, hadith 12

‫يٍ َٓج انجالغخ‬ .َ‫ق اَ َيهَك‬ َ َّ‫ك ََٔدَﻘ‬ َ َ‫جه‬ َ َٔ ‫ك َََٔفى‬ َ َ‫ك َٔ عَﺘَ َش عَْٕسَت‬ َ َ‫ك َٔ قَجِ َم عُزْس‬ َ َ‫ك َٔ عَ ّذَ خَهَّﺘ‬ َ َ‫غفَ َش صَنَّﺘ‬ َ ٍ ْ َ‫د ّﻘَبً ي‬ َ ‫ك‬ َ ‫ٌَ اَخب‬ ّ ِ‫ا‬ Ton vrai frère est celui qui te pardonne ton trébuchement (erreur), subvient à ton besoin, accepte tes excuses, couvre tes défauts, dissipe ta frayeur et réalise ton espoir.


‫‪10‬‬

‫يغٍشح عجبٌب آل يذًذ صهى اهلل عهٍّ ٔآنّ‬ ‫شٓبدح ظهى يٕثّﻘخ ٔصشخخ فً كم عصش‬ ‫تذﻘٍق‪ :‬عٍذ صجبح انطبنﻘبًَ يٍ يذٌُخ كشثالء‬ ‫ظأة اٌطغبح ػٍ‪ِ ٝ‬ؽ اٌؼظ‪ٛ‬ؼ ػٍ‪ِ ٝ‬سبؼثخ وً ِٓ ‪٠‬طبٌف‪ ُٙ‬ثبٌؽا‪ ِٓ ٞ‬اً٘ اٌؼٍُ ‪ٚ‬اٌزم‪ِ ٜٛ‬زَجؼ‪ ٓ١‬ثػٌه اثشغ اصبٌ‪١‬ت لٍت اٌسمبئك ‪ٚ‬رز‪١٠‬ف اٌ‪ٛ‬الغ‪٠ٚ ،‬ظ‪ٙ‬ؽ غٌه خٍ‪١‬بً ِٓ ضالي‬ ‫ارجبع اٌطغبح اصٍ‪ٛ‬ث‪١ِّ ٓ١‬ز‪ ٓ٠‬ف‪٘ ٟ‬ػٖ اٌّسبؼثخ‪ ،‬اال‪ٚ‬ي ‪٠‬زّثً ثبٌمّغ ‪ٚ‬اٌزؽ٘‪١‬ت ‪ٚ‬اصزؼّبي اٌم‪ٛ‬ح اٌغبشّخ ف‪ ٟ‬اٌمزً ‪ٚ‬اٌزٕى‪ٚ ً١‬رظ‪٠ٛ‬ؽ اٌّظٍِس‪ٚ ٓ١‬اٌّؼبؼِػ‪ ٓ١‬ػٍ‪ ٝ‬أ‪ ُٙ‬ضبؼخ‪ٓ١‬‬ ‫ػٍ‪ ٝ‬اٌمبٔ‪ٚ ْٛ‬ثبٌزبٌ‪ ٟ‬فمع ‪ٚ‬خت لّؼ‪ِٚ ُٙ‬سبؼثز‪ٚ ،ُٙ‬االصٍ‪ٛ‬ة اٌثبٔ‪ ٟ‬وبْ ‪٠‬زّثً ف‪ِ ٟ‬سب‪ٌٚ‬خ اٌزش‪١ٙ‬ؽ ثبٌطظ‪ َٛ‬اِبَ اٌؼبِخ ‪ٚ‬رش‪ ٗ٠ٛ‬ط‪ٛ‬ؼح اٌّطبٌِف‪ ٌُٙ ٓ١‬ثشز‪ ٝ‬االر‪ٙ‬بِبد ٌ‪١‬ؽرعع‬ ‫وً ِٓ ‪٠‬ؽ‪٠‬ع اْ ‪ٕ٠‬س‪ِٕ ٝ‬سبُ٘‪.‬‬ ‫ٌىٕٕب ٔؽ‪ ٜ‬ف‪ ٟ‬ظؼ‪ٚ‬س اٌزبؼ‪٠‬ص‪ ،‬اْ ٘ػ‪ ٓ٠‬االِؽ‪ٕ٠ ٓ٠‬مٍجبْ ‪ٚ‬ثبالً ػع اٌطغبح‪ ،‬ف‪ٔ ِٓ ُٙ‬بز‪١‬خ ‪ٍ٠‬م‪ ْٛ‬شؽ اػّبٌ‪ِّٙ ُٙ‬ب طبي اٌزِٓ ‪ُ٠ٚ‬مزٍَ‪ُ٠ٚ ْٛ‬شؽَظ‪ ْٚ‬ف‪ ٟ‬االِظبؼ وّب زظً ٌجٕ‪ٟ‬‬ ‫اِ‪ّ١‬خ ف‪ٙٔ ٟ‬ب‪٠‬خ اِؽ اٌع‪ٌٚ‬خ االِ‪٠ٛ‬خ‪ٔ ِٓٚ ،‬بز‪١‬خ ٔؽ‪ ٜ‬اٌمػف ‪ٚ‬اٌزش‪١ٙ‬ؽ اٌػ‪ ٞ‬اصزؼٍّ‪ ٖٛ‬ػع االثؽ‪٠‬بء ‪ٚ‬االرم‪١‬بء ‪ٕ٠‬مٍت ػٍ‪١ٌ ُٙ١‬ى‪ ْٛ‬ش‪ٙ‬بظح ِ‪ٛ‬ثمخ ػعَُ٘ ‪٠‬ػوؽ٘ب اٌزبؼ‪٠‬ص وش‪ٙ‬بظح زك‬ ‫ال‪ّ٠‬ىٓ ألزع اْ ‪ّ٠‬س‪٘ٛ‬ب ا‪٠ ٚ‬غ‪١‬ؽ٘ب‪.‬‬ ‫اْ ضط اٌض‪١‬ؽ اٌػ‪ ٞ‬صٍىٗ اٌد‪١‬ش االِ‪ ٞٛ‬ثضجب‪٠‬ب آي اٌؽص‪ٛ‬ي طٍ‪ ٝ‬اهلل ػٍ‪ٚ ٗ١‬آٌٗ ‪ٚ‬ؼؤ‪ٚ‬س اٌش‪ٙ‬عاء اٌز‪ ٟ‬وبٔ‪ٛ‬ا ‪٠‬سٍّ‪ٙٔٛ‬ب‪ ،‬وبْ ِٓ اٌى‪ٛ‬فخ اٌ‪ ٝ‬ظِشك ػٓ طؽ‪٠‬ك اٌدز‪٠‬ؽح‪ِ ،‬غ اٌؼٍُ‬ ‫اْ اٌّضبفخ ػجؽ ٘ػا اٌطؽ‪٠‬ك رجٍغ ػؼف اٌّضبفخ رمؽ‪٠‬جب ِب ث‪ ٓ١‬اٌى‪ٛ‬فخ ‪ٚ‬ظِشك اغا وبْ اٌض‪١‬ؽ ِضزم‪ّ١‬بً‪ ٌٛٚ ،‬اؼظٔب االصزف‪ٙ‬بَ ػٓ صجت صٍ‪ٛ‬ن ٘ػا اٌطؽ‪٠‬ك ال ٔدع ص‪ ٜٛ‬رفض‪١‬ؽ ‪ٚ‬ازع‬ ‫‪ ٛ٘ٚ‬اْ اٌد‪١‬ش االِ‪ ٞٛ‬وبْ ‪ٙ٠‬عف ِٓ غٌه‪ ،‬اٌزش‪١ٙ‬ؽ ‪ٚ‬اٌزٕى‪ ً١‬اوثؽ ِب‪ّ٠‬ىٓ ثبٌضجب‪٠‬ب ِٓ آي اٌؽص‪ٛ‬ي االػظُ طٍ‪ ٝ‬اهلل ػٍ‪ٚ ٗ١‬آٌٗ‪ ،‬ألْ صٍ‪ٛ‬ن طؽ‪٠‬ك اٌّعْ وبْ ػبِؽاً ‪ٚ‬آ٘الً‬ ‫ثبٌضىبْ ٌمؽثٗ ِٓ ِظبظؼ اٌّ‪١‬بٖ ف‪ٙٔ ٟ‬ؽ‪ ٞ‬ظخٍخ ‪ٚ‬اٌفؽاد ال ص‪ّ١‬ب ثالظ اٌدز‪٠‬ؽح‪.‬‬ ‫‪٠ٚ‬ػوؽ اٌّإؼش اثٓ ش‪ٙ‬ؽ اش‪ٛ‬ة ف‪ِٕ ٟ‬بلجٗ ‪ِ : 3/235‬ب ظ‪ٙ‬ؽ ِٓ اٌَّشبِ٘ع اٌز‪٠ ٟ‬مبي ٌ‪ٙ‬ب ِش‪ٙ‬ع اٌؽاس ِٓ وؽثالء اٌ‪ ٝ‬ػضمالْ‪ِٚ ،‬ب ث‪ّٕٙ١‬ب ف‪ ٟ‬اٌّ‪ٛ‬طً‪ٔٚ ،‬ظ‪١‬ج‪ٚ ،ٓ١‬زّبٖ‪،‬‬ ‫‪ٚ‬زّض‪ٚ ،‬ظِشك اطجسذ ِؼٍّبً ربؼ‪٠‬ط‪١‬بً ‪ٛ٠‬ػر ضط اٌض‪١‬ؽ اٌػ‪ ٞ‬صٍىٗ اٌد‪١‬ش االِ‪ ٞٛ‬ثبٌضجب‪٠‬ب ‪٠ٚ‬ش‪ٙ‬ع ػٍ‪ ٝ‬ظٍّ‪ٚ ُٙ‬طغ‪١‬بٔ‪ ُٙ‬اٌ‪ ٝ‬االثع‪.‬‬ ‫يشٓذ انًٕصم‪:‬‬ ‫‪٠‬م‪ٛ‬ي اثٓ ش‪ٙ‬ؽ اش‪ٛ‬ة ف‪ ٟ‬ؼ‪ٚ‬ػخ اٌش‪ٙ‬عاء ص‪ : 368‬اْ اٌم‪ٌّّ َٛ‬ب أؼاظ‪ٚ‬ا اْ ‪٠‬عضٍ‪ٛ‬ا اٌّ‪ٛ‬طً (شّبي اٌؼؽاق) اؼصٍ‪ٛ‬ا اٌ‪ٚ ٝ‬اٌ‪ ٟ‬اٌّ‪ٛ‬طً أْ ‪١ٙ٠‬ئ ٌ‪ ُٙ‬اٌزاظ ‪ٚ‬اٌؼٍ‪ٛ‬فخ ‪ٚ‬أْ ‪٠‬ز‪ٌُٙ ِٓ٠‬‬ ‫اٌجٍعح‪ ،‬فبرفك اً٘ اٌّ‪ٛ‬طً أْ ‪١ٙ٠‬ئ‪ٛ‬ا ٌ‪ِ ُٙ‬ب اؼاظ‪ٚ‬ا ‪ٚ‬أْ ‪٠‬ضزعػ‪ٛ‬ا ِٕ‪ ُٙ‬اْ ال‪٠‬عضٍ‪ٛ‬ا اٌجٍعح ثً ‪ٕ٠‬زٌ‪ ْٛ‬ضبؼخ‪ٙ‬ب‪٠ٚ ،‬ض‪١‬ؽ‪ ِٓ ْٚ‬غ‪١‬ؽ اْ ‪٠‬عضٍ‪ٛ‬ا ف‪ٙ١‬ب‪ ،‬فٕزٌ‪ٛ‬ا ضبؼج اٌجٍعح ػٍ‪ ٝ‬فؽصص‬ ‫ِٕ‪ٙ‬ب ‪ٚٚ‬ػؼ‪ٛ‬ا اٌؽأس اٌشؽ‪٠‬ف ػٍ‪ ٝ‬ططؽح‪ ،‬فمطؽد ػٍ‪ٙ١‬ب لطؽح ظَ ِٓ اٌؽاس اٌّىؽَّ فظبؼد رشغ ‪٠ٚ‬غٍ‪ِٕٙ ٟ‬ب اٌعَ وً صٕخ ف‪ َٛ٠ ٟ‬ػبش‪ٛ‬ؼاء‪ٚ ،‬ثم‪٘ ٟ‬ػا اٌ‪ ٝ‬ا‪٠‬بَ ػجع اٌٍّه‬ ‫ثٓ ِؽ‪ٚ‬اْ فأِؽَ ثٕمً اٌسدؽ‪ ،‬فٍُ ‪ُ٠‬ؽَ ثؼع غٌه ِٕٗ اثؽ ‪ٌٚ‬ىٓ ثُٕ‪ ٟ‬ػٍ‪ ٝ‬غٌه اٌّمبَ لُجّخ صُّ‪١‬ذ (ِش‪ٙ‬ع إٌمطخ)‪٘ٚ ،‬ػا ِب غوؽٖ ثٕفش اٌّؼٕ‪ ٝ‬اٌض‪١‬ع اٌّمؽَ ؼزّٗ اهلل‪.‬‬ ‫يشٓذ َصٍجٍٍ‪:‬‬ ‫‪ٚ‬أِب اٌضبٔسخ اٌز‪ٚ ٟ‬لؼذ ثٕظ‪١‬ج‪( ٓ١‬ف‪ ٟ‬اٌشبَ) فف‪ ٟ‬اٌىبًِ ٌٍج‪ٙ‬بئ‪ : 2/292 ٟ‬أ‪ٌّّ ُٙ‬ب ‪ٚ‬طٍ‪ٛ‬ا اٌ‪ ٝ‬لؽة ٔظ‪١‬ج‪ ٓ١‬اِؽَ إٌّظ‪ٛ‬ؼ ثٓ اٌ‪١‬بس ثزز‪ ٓ١٠‬اٌجٍعح فز‪ٕ٘ٛ٠‬ب ثأوثؽ ِٓ اٌف ِؽآح‪،‬‬ ‫فأؼاظ اٌٍّؼ‪ ْٛ‬اٌػ‪ ٞ‬وبْ ِؼٗ ؼأس اٌسض‪ ٓ١‬ػٍ‪ ٗ١‬اٌضالَ اْ ‪٠‬عضً اٌجٍع فٍُ رطؼٗ فؽصٗ فجعٌّ‪ٙ‬ب ثفؽس أضؽ‪ ٜ‬فٍُ رطؼٗ ‪٘ٚ‬ىػا‪ٚ ،‬ئغا ثبٌؽأس اٌشؽ‪٠‬ف لع صمط اٌ‪ ٝ‬األؼع فأضػٖ‬ ‫اثؽا٘‪ ُ١‬اٌّ‪ٛ‬طٍ‪ ،ٟ‬فزأٍِٗ ف‪ٛ‬خعٖ ؼأس اٌسض‪ ٓ١‬ػٍ‪ ٗ١‬اٌضالَ فالِ‪ٚٚ ُٙ‬ثط‪ ُٙ‬فمزٍٗ أً٘ اٌشبَ ٌػٌه‪ ،‬ثُ خؼٍ‪ٛ‬ا اٌؽاس ضبؼج اٌجٍع ‪٠ ٌُٚ‬عضٍ‪ ٖٛ‬ثٗ‪.‬‬ ‫‪٠ٚ‬ؽ‪ ٜ‬اٌمّّ‪ ٟ‬ؼزّٗ اهلل‪ :‬اْ ِضمط اٌؽاس اٌشؽ‪٠‬ف طبؼ ِش‪ٙ‬عا‪ٚ .‬ػٍ‪٘ ٝ‬ػا ف‪٠ ٌُ ُٙ‬عضٍ‪ٛ‬ا ٔظ‪١‬ج‪ٚ ٓ١‬أّب ِؽّ‪ٚ‬ا ثبٌمؽة ِٕ‪ٙ‬ب‪٘ٚ ،‬ػا ِب غُوؽ ف‪ ٟ‬ثؼغ اٌّظبظؼ ِٓ ِؽ‪ٚ‬ؼ اٌضج‪ٟ‬‬ ‫ػٍ‪ٙ١‬ب ‪ٚ‬ػٍ‪ ٝ‬ؼاس اٌؼ‪ٚ ،ٓ١‬زؽاْ‪ٚ ،‬لٕضؽ‪ٚ ،ٓ٠‬وفؽ طبة‪ٚ ،‬ش‪١‬زؼ‪ٚ ،‬ثؼٍجه‪.‬‬ ‫يشٓذ دًبِ ٔدهت‪:‬‬ ‫‪٠ٚ‬ؼ‪١‬ف اٌش‪١‬ص اٌمّّ‪ ٟ‬ثطظ‪ٛ‬ص ِش‪ٙ‬ع زّبٖ ‪ٚ‬زٍت (ف‪ ٟ‬اٌشبَ) لبئال‪ٌّّ :‬ب صبفؽد اٌ‪ ٝ‬اٌسح ف‪ٛ‬طٍذ اٌ‪ ٝ‬زّبٖ ؼأ‪٠‬ذ ث‪ ٓ١‬ثضبر‪ٕٙ١‬ب ِضدعاً ‪ُ٠‬ضّ‪ِ ٝ‬ضدع اٌسض‪ ٓ١‬ػٍ‪ ٗ١‬اٌضالَ‪ ،‬لبي‬ ‫فعضٍذ اٌّضدع ‪ٚ‬ؼأ‪٠‬ذ ف‪ ٟ‬ثؼغ ػّبؼرٗ صزؽاً ِضجالً ِٓ خعاؼ‪ ،‬فؽفؼزٗ ‪ٚ‬ؼأ‪٠‬ذ زدؽاً ِٕظ‪ٛ‬ثبً ف‪ ٟ‬خعاؼ‪ٚ ،‬وبْ اٌسدؽ ِ‪ٛ‬اؼثبً ف‪ِٛ ٗ١‬ػغ أثؽ ػٕك ‪ٚ‬ؼأصٗ ف‪ٚ ،ٗ١‬وبْ ػٍ‪ ٗ١‬ظَ‬ ‫ِزدّع‪ ،‬فضأٌذ ثؼغ ضعّاَ اٌّضدع ػٓ ٘ػا اٌسدؽ ‪ٚ‬االثؽ ‪ٚ‬اٌعَ؟ فم‪٘ ٌٟ ً١‬ػا اٌسدؽ ِ‪ٛ‬ػغ ؼأس اٌسض‪ ٓ١‬ػٍ‪ ٗ١‬اٌضالَ‪ٚ ،‬ػؼٗ اٌم‪ َٛ‬اٌػ‪ ٓ٠‬وبٔ‪ٛ‬ا ‪٠‬ض‪١‬ؽ‪ ْٚ‬ثٗ اٌ‪ ٝ‬ظِشك‪..‬‬

‫‪les titres de savant dans le chiisme‬‬ ‫‪les titres honorifiques ont apparu dans le chiisme il ya environ 150 ans, pour permettre de distinguer les savants selon leur niveau de‬‬ ‫‪connaissance.‬‬ ‫‪Bien qu’aucun récit venant du prophète ou des saints imams ne fait men‬‬‫‪tion, mais tout les érudits du monde moderne l’ont approuvé et adopté.‬‬ ‫‪Voilà comment ces titres honorifiques sont utilisé selon le 'urf.‬‬ ‫‪-Thiqat al Islam (celui qui la certitude pour l'Islam) est réservé pour les‬‬ ‫‪étudiants de la Hawza qui viennent à peine de commencer et qui n'a pas‬‬ ‫‪encore le turban.‬‬ ‫‪-Hujjat al Islam wal Muslimine (celui qui est la preuve et l'orientation‬‬ ‫‪des Musulmans) qui est réservé à la plupart des enturbannés‬‬ ‫‪(Mu'amamine). Dès que le Moqadamaat est complété, il a le droit de mettre‬‬ ‫‪de turban et il est considéré Hujjat al Islam wa Muslimine.‬‬ ‫‪Certains vont même différencier le titre honorifique entre Hujjat al Islam‬‬ ‫‪(simple enturbaté) et Hujjat al Islam wa Moslemine (presque Ayatollah).‬‬ ‫‪-Ayatollah (le signe de Dieu) est le titre honorifique réservé à ceux qui‬‬ ‫‪ont complété sotouh al 'aali (ejihad d'au moins un sujet de Figh).‬‬ ‫‪-Ayatollah al 'Odhmaa (le grand signe de Dieu) est réservé à celui qui à des Moqaledine car il a complété la majorité des cours‬‬ ‫‪du Ejtehad. ce titre est généralement accompagné de Allamah. Et c’est le plus grand titre.‬‬ ‫‪Ces titres honorifiques ne suivent pas de règles "islamiques" strictes mais ce sont plutôt des titres donnés par la Hawza et le 'Urf‬‬ ‫‪(convention/culture) des Chiites pour différencier le niveau d'étude de chaque Mo'amamine.‬‬ ‫‪Suite page 11‬‬


11textes Islamiques, le titre Thiqat al Islam a été donné à Mohammad ibn Ya'qoob Kouleïni (voir da'era al-Ma'aaref kabir Dans les Islami tome 2, page 260). Mais aujourd’hui, il porte le titre de Ayatollah, bien qu’il n’a jamais utilisé cela de son vivant. Le titre de Hujjat al Islam a apparu au 5ème siècle de l'hégire pour Mohammad Ghazali. Le titre de Mohaqeq a apparu au 7ème de l'hégire pour Ja'far ibn Hassan al-Hilli. Le titre 'allamah et ayatollah ont apparu pour Hassan ibn Yusouf al-Hilli au 8ème siècle. La première personne qui a commencé l'officialisation de ce système de titre honorifique fut (ayatollah) Sayyed Mohammad Mahdi Bahr al 'Uloum il y a quelques années. Juste après lui, sheykh Mortaza Ansari et sayyed Mohammad Hassan Shirazi se sont fait appelés Ayatollah. Après l'instauration de la Hawza à Qum par Sheykh Abdol Karim Haeri, les titres honorifiques ont été répandus en masse. Le titre de Sheykh est plus utilisé pour tout Mo'amam (turban blanc) sans faire la différence du niveau d'étude. Le titre de Sayyed est utilisé pour la masse de ceux qui ont le turban noir et sont des descendants du saint prophète Mohamad (saw). Il est poli d'appeler un jeune étudiant de la Hawzah Sheykh même si il n'est pas encore Mo'amam. Tous ces titres honorifiques ne sont que protocolaire et c'est à la discrétion des Shia d'appeler untel avec un titre approprié. Normalement le niveau de science, d'éthique, de sagesse et de constance dans la foi sont les valeurs décidant du titre adéquate. Wa minAllah al-Tawfiq Votre frère Mohammad Cyrous

Le PM britannique appelle le président Rohani, démarche inédite en plus de dix ans Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé mardi 19 novembre le président iranien Hassan Rohani . Le dernier coup de fil comparable remonte à 2002, entre Tony Blair et Mohammad Khatami, a précisé une porte-parole à l'AFP. Les deux dirigeants ont discuté de l'amélioration des relations entre le Royaume-Uni et l'Iran, avec la nomination de chargés d'affaires non-résidents la semaine dernière, ainsi que des «progrès significatifs» dans les négociations sur le programme nucléaire iranien, et de la nécessité d'une «solution politique» en Syrie, a souligné le Downing Street dans un communiqué. Sur le conflit en Syrie, les deux dirigeants sont d'accord sur la nécessité d'une solution politique pour mettre fin au carnage, a conclu le communiqué. Selon l'agence Irna qui a rapporté mercredi le contenu de l'entretien téléphonique, M. Rohani a dit au PM britannique que «l'Iran défendra fermement ses droits nucléaires et refusera «toute discrimination». «Tout comme l'Iran est déterminé à ce que ses activités nucléaires soient pacifiques, il défendra fermement ses droits nucléaires. Nous n'accepterons aucune discrimination dans ce domaine», a-t-il ajouté. «Le langage du respect doit remplacer

celui de la menace et des sanctions», a-t-il indiqué. David Cameron a également présenté ses condoléances à Hassan Rohani à propos du double attentat suicide revendiqué par un groupe lié à Al-Qaïda contre l'ambassade d'Iran à Beyrouth qui a fait mardi au moins 23 morts, et exprimé une position de fermeté contre le terrorisme, a indiqué à l'AFP la porte-parole de Downing Street. Les relations directes étaient gelées depuis fin 2011, quand le Royaume-Uni avait fermé son ambassade à Téhéran après la mise à sac du bâtiment par des manifestants protestant contre l'annonce de nouvelles sanctions de Londres contre Téhéran en raison de son programme nucléaire controversé. L'ambassade d'Iran à Londres avait également été fermée.


12

Le voisin centrafricain encore plongé dans une crise politique

Lors d'un sommet extraordinaire à N'Djamena convoqué par le chef d'Etat tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice de la CEEAC, les participants ont également exigé du régime de transition à Bangui la mise sur pied d'un calendrier précis sur l'organisation d'élections générales dans un délai de 18 mois. Le Tchad, principal soutien du régime de Bangui, joue un rôle politique et militaire majeur chez son voisin centrafricain. «Les chefs de l'Etat et de gouvernement exigent le déploiement de la Misca sur tout le territoire centrafricain et lui demandent de procéder au désarmement et à l'éloignement sans délai, volontaire ou forcé, de tous les éléments armés étrangers du territoire de la République centrafricaine. A cet effet, ils décident d'apporter à la Misca l'appui aérien approprié», selon le communiqué final du sommet. Depuis le renversement du président François Bozizé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka dirigée par Michel Djotodia, la population du pays vit, selon l'ONU, «une tragédie», victime de meurtres, viols, pillages perpétrés par d'ex-rebelles et des mercenaires venus du Tchad et du Soudan qui avaient rejoint les rangs de la Séléka. La force africaine - qui compte actuellement 2.500 soldats sur un total prévu de 3.600 - tente d'y rétablir la sécurité et de désarmer

ces hommes. Mais son action est limitée par des difficultés logistiques et financières. A cet égard, le sommet appelle la communauté internationale à apporter de «façon urgente un appui financier et logistique à la Misca». De nombreux refugiés centrafricains se sont refugiés au cameroun voisin.

Suivez nous sur Facebook: communauté ahl-ul-bayt du cameroun

: sait ) di s a ( eza r-R a i tu m

,s bîb urer a Sh le de de p ose, s l i f ch on ain « Ô en tr elque ur m ls de s es r qu ure ein fi u ple ss o leb rgé p rs Hu û Tâ égo r. o l l a a ul ’Ab été lie ix aïe fils d l(p) a un bé és d u Alî car i l’est été t a fa(p) me , ont de s pas s t i m co ec lu bre aien Les m ’av . v s e e A tm in err erre i hu le qu sur t les t l mi gaux ux et d’é t cie ré... sep pleu t on L’I

ma

Www.centre-zahra.com Www.lejournalduforkane.com Www.hadith.net Www.al-imane.com Www.ahl-ul-baytafrique.net

ٌٔ‫ ٔٓٔ كٕتبثى جيٕٓشٌخ انكبيٍش‬:‫ ﺺت‬:ٍ‫عَٕا‬ ٕٖٓٓ٣٣ٕٕٓ٣٢ٔٓ :‫ْبتف يثى‬ Adresse: Revue Binour Directeur de publication: Boite postale: 101 koutaba Cameroun Changam Ali Youssouf tel: +237 70227910 - +237 94035696 Redacteur en chef:

Ont contribué à ce numéro: Imran Tchoumkeh

Changam Ali Youssouf aliyoussoufchang@yahoo.fr

La revue Lumières spirituelles

{Ils veulent éteindre de leurs bouches la Lumière de Dieu, alors que Dieu veut absolument parachever Sa Lumière, même si les incroyants détestent cela.} (32/IX

binour_32  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you