Issuu on Google+

 

 

 

 

Metz,  le  22  octobre  2012    

 

 

   

Contacts presse

Centre Pompidou-Metz Louise Moreau Téléphone : 00 33 (3) 87 15 39 63 Mél : louise.moreau@centrepompidoumetz.fr

Claudine Colin Communication Diane Junqua Téléphone : 00 33 (1) 42 72 60 01 Mél : centrepompidoumetz@claudinecol in.com                    

 

 

 

                                                            Communiqué  de  presse                                                                          

En  2013,  le  Centre  Pompidou-­‐Metz  présente  huit  expositions,   dont  l’exposition-­‐événement    Vues  d’en  haut       Les  nouvelles  expositions  en  2013  :       - Une  brève  histoire  des  lignes   Du  11  janvier  au  1er  avril  2013     - Vues  d’en  haut   Du  17  mai  au  7  octobre  2013     - Allen  Ginsberg  et  la  Beat  Generation   Reality  Sandwiches   Du  1er  juin  au  9  septembre  2013       - Hans  Richter  :  Rencontres   A  partir  d’octobre  2013     - Paparazzi  !   Photographes,  stars  et  artistes   A  partir  d’octobre  2013     Toujours  à  l’affiche  en  2013:     - Frac  Forever   Jusqu’au  25  février  2013     - Parade   Jusqu’au  18  mars  2013  


•    

Sol  LeWitt.     Dessins  muraux  de  1968  à  2007   Jusqu’au  29  juillet  2013  

Avec   les   expositions,   la   programmation   du   Studio   et   de   l’Auditorium   Wendel   représente   le   deuxième  grand  volet  du  projet  culturel  du  Centre  Pompidou-­‐Metz.  Elle  illustre  l’ouverture  du   Centre   à   toutes   les   formes   de   la   création   en   proposant   concerts,   spectacles   vivants,   conférences,  performances…   Plusieurs  rendez-­‐vous  incontournables  rythment  l’année  2013  :   -­‐  Les  lignes  du  geste,  un  week-­‐end  de  performances  organisé  les  16  et  17  février  2013  par  le   Centre  Pompidou-­‐Metz  et  le  Frac  Lorraine  dans  le  cadre  des  expositions  Une  brève  histoire  des   lignes   et   Marie   Cool   et   Fabio   Balducci.   Avec   Sachiko   Abe,     Quynh   Dong,   Ester   Ferrer,   Marco   Godinho,  Jiri  Kovanda,  Marianne  Mispelaere,  Jean-­‐Christophe  Norman,  Aurélie  Pertusot,  Fiona   Wright  …   -­‐  Studiomatic  :  Aurélie  Gandit  et  Marie  Cambois,  en  avril  2013   -­‐  Transfabrik  :  projet  franco-­‐allemand  /  festival  pluridisciplinaire  international  de  théâtre  et  de   danse,  avec    Kitsou  Dubois,  Laurent  Chétouane,  Chloé  Moglia  et  Gob  Squad,  en  mai  2013 -­‐   Trisha   Brown,   en   partenariat   avec   l’Arsenal   Metz-­‐en-­‐Scènes,   dans   le   cadre   de   l’exposition   Vues  d’en  Haut,  en  octobre  2013    

Nouvelles  expositions  en  2013     Une  brève  histoire  des  lignes   Du  11  janvier  au  1er  avril  2013     Galerie  1     Articulée   autour   d’un   corpus   central   d’œuvres   issues   du   Cabinet   d’art   graphique   du   Centre   Pompidou,   Musée   national   d’art   moderne,   Une   brève   histoire   des   lignes   propose   un   point   de   vue   original   sur   la   pratique   du   dessin,   et,   plus   largement,   du   tracé,   de   1925   à   nos   jours.   Cette   exposition  s’inspire  de  l’ouvrage  éponyme  de  l’anthropologue  Tim  Ingold,  qui  part  du  postulat   qu’une  «  étude  des  hommes  et  des  choses  est  une  étude  des  lignes  dont  ils  sont  faits  ».       Son   «   anthropologie   comparée   de   la   ligne   »   propose   une   traversée   des   continents   et   des   cultures  à  travers  l’étude  de  la  présence  et  de  la  production  des  lignes  dans  l'activité  humaine   quotidienne.   Marcher,   écrire   ou   tisser   participent   ainsi   de   cette   «  fabrique   de   lignes  ».   Les   lignes   s’inscrivent   dans   notre   environnement   et   mesurent   nos   actes   et   nos   trajectoires.   Qu’elles   se   manifestent   sous   forme   de   fil   ou   de   trace,   qu’elles   soient   durables   ou   éphémères,   physiques   ou   métaphoriques,   elles   sont   omniprésentes.   Tout   geste,   tout   parcours   est   une   ligne  dynamique  et  temporelle,  un  langage  invisible.       Prolongeant   cette   quête   poétique,   l’exposition   poursuit   la   piste   d’une   ligne   dessinée   ou  


imaginée,   élargissant   la   définition   stricte   du   dessin   à   l’espace   du   corps   et   du   paysage.   La   sélection   de   quelques   220   œuvres,   présentée   en   Galerie   1   sur   une   superficie   de   1   200   m2,   porte  sur  la  ligne  comme  mouvement,  trajectoire,  et  sur  le  monde  comme  réseau  ou  maillage   de  ces  pistes.  Elle  tente  de  dégager  un  certain  rapport  spirituel,  poétique  ou  magique  entre  la   ligne  et  le  monde.   Près  de  80  artistes  sont  représentés,  de  Vassily  Kandinsky  à  Dove  Allouche,  avec  des  œuvres   de  Marcel  Duchamp,  John  Cage,  Vera  Molnar,  Giuseppe  Penone,  et  bien  d’autres.   Commissaires  :     Hélène  Guenin,  responsable  du  Pôle  Programmation,  Centre  Pompidou-­‐Metz   Christian  Briend,  conservateur  au  Centre  Pompidou,  Musée  national  d’art  moderne,  Cabinet   d’art  graphique       *Exposition-­‐événement  2013*   Vues  d’en  haut   Du  17  mai  au  7  octobre  2013   Grande  Nef  et  Galerie  1   L’exposition  Vues  d’en  haut  revient  sur  un  sujet  de  fascination  :  la  vue  de  la  terre  depuis  le   ciel,  des  premières  photographies  aériennes  au  XIXe  siècle  jusqu’aux  images  satellites  au  XXIe   siècle,   tout   en   analysant   la   manière   dont   cette   vue   d’en   haut   a   transformé   le   regard   des   artistes.   Depuis  quelques  années,  la  vue  aérienne  suscite  un  regain  d’intérêt,  comme  en  témoignent  le   succès   des   photographies   prises   par   Yann   Arthus-­‐Bertrand   depuis   son   hélicoptère   ou   la   popularité  de  Google  Earth.  L’exposition  Vues  d’en  haut  prend  appui  sur  cette  actualité  pour   remonter   aux   origines   de   la   photographie   aérienne   et   explorer   son   impact   sur   la   création   artistique  et,  de  fait,  sur  l’histoire  de  l’art.   Les  premiers  clichés  aériens  pris  par  Nadar,  aux  alentours  de  1860,  permettent  aux  artistes  de   découvrir  pour  la  première  fois  le  monde  réel  vu  du  ciel.  La  hauteur  du  point  de  vue  brouille   le   relief,   les   saillies   et   les   creux.   La   terre   devient   une   surface   plane,   où   les   repères   se   confondent  et  se  perdent.  Elle  devient  méconnaissable.   Fascinés  par  ce  basculement  optique,  les  peintres  impressionnistes  tels  Gustave  Caillebotte,   Camille  Pissarro  et  Claude  Monet  commencent  à  faire  disparaître  l’horizon  de  leurs  tableaux   en   aplatissant   les   paysages   urbains,   tandis   que   le   photographe   de   la   presse   illustrée   Léon   Gimpel  exploite  l’effet  spectaculaire  de  la  vue  plongeante.     Avec   l’essor   de   l’aviation,   la   vue   d’en   haut   séduit   également   l’avant-­‐garde,  des   premières   compositions   cubistes   de   Pablo   Picasso   et   Georges   Braque   jusqu’aux   vues   urbaines   de   Fernand  Léger  et  Gino  Severini,  en  passant  par  «  La  Tour  Eiffel  »  de  Robert  Delaunay.   Suite   au   déclenchement   de   la   Première   Guerre   mondiale,   la   peinture   abstraite   de   Kasimir   Malévitch  et  El  Lissitzky,  ou  encore  celle  de  Piet  Mondrian,  s’inspire  des  images  aériennes  de   champs   de   bataille.   Dans   les   années   1920,   les   photographies   prises   du   ciel   circulent   au  


Bauhaus,   où   elles   fascinent   Paul   Klee,   Vassily   Kandinsky   et   Laszlo   Moholy-­‐Nagy.   En   naît   un   nouveau   style   photographique,   la   Nouvelle   vision,   qui   bascule   chez   Germain   Krull,   André   Kertesz  ou  Alexandre  Rodtchenko  les  perspectives  pour  faire  apparaître  un  monde  étrange  et   irréel.   En   parallèle,   l’enivrement   provoqué   par   la   vue   d’en   haut,   la   vue   des   dieux   et   des   puissants,   marque   aussi   bien   les   collages   dada   que   les   tableaux   italiens   de   l’aéropeinture   futuriste. On  le  retrouve  par  ailleurs  en  architecture  chez  Le  Corbusier.   À   la   fin   de   la   Seconde   Guerre   mondiale,   les   grands   espaces   américains   sont   sublimés   dans   les   peintures   abstraites   de   Sam   Francis,   Lee   Mullican   et   Georgia   O’Keeffe.   La   vue   aérienne   se   révèle  constitutive  du  Land  Art  chez  Robert  Smithson  ou  Dennis  Oppenheim.  Elle  permet  de   dévoiler  les  structures  invisibles  à  l’œil,  tels  les  réseaux  d’urbanisation  de  la  ville  moderne  qui   intéressent   autant   les   artistes   que   les   architectes.   Aujourd’hui,   les   images   du   monde   vu   du   ciel  prennent  une  fonction  de  veille  face  aux  dangers  écologiques  par  exemple.  La  vue  d’en   haut  est  devenue  «  super-­‐vision  ».   Suivant   un   fil   chronologique   jusqu’en   1945,   puis   abordant   l’art   d’après-­‐guerre,   le   visiteur   évolue,  à  travers  huit  chapitres  thématiques,  dans  le  temps  mais  aussi  dans  l’espace,  au  fur  et   à   mesure   des   avancées   technologiques,   puisque   les   premières   œuvres   présentent   une   vue   depuis  un  ballon,  vue  qui  peu  à  peu  s’élève  à  hauteur  d’avion,  puis  de  satellite.   Jusqu’à  nos  jours,  plasticiens,  photographes,  architectes  et  cinéastes  ne  cessent  d’explorer  les   facettes  de  cette  vision  insolite.  Sur  plus  de  2000  m2,  l’exposition  plonge  dans  le  rêve  d’Icare   et  offre  à  travers  plus  de  350  œuvres  en  dialogue  –  peintures,  photographies,  dessins,  films,   maquettes  d’architecture…  –  un  panorama  inédit  à  travers  l’art  moderne  et  contemporain.     Un  catalogue  accompagnera  l’exposition.     Commissariat       Commissaire  :     Angela  Lampe,  conservatrice  au  Centre  Pompidou,  Musée  national  d’art  moderne.     Commissaires  associés  :     Alexandra  Müller,  chargée  de  recherche  au  Centre  Pompidou-­‐Metz   Teresa  Castro  (cinéma),  maître  de  conférence  à  l’Université  de  Paris  III   Thierry   Gervais   (photographie   historique),   assistant   professeur   à   Ryersion   University,   responsable   de   la   recherche   au   Ryerson   Image   Center   (Toronto),   rédacteur   en   chef   de   la   revue  «  Etudes  photographiques  »  depuis  2006.   Aurélien   Lemonnier   (architecture),   Conservateur   au   Centre   Pompidou,   Musée   national   d’art   moderne,  service  d’architecture  et  design    


Allen  Ginsberg  et  la  Beat  Generation   Reality  Sandwiches   Du  1er  juin  au  9  septembre  2013   Studio   Le   Centre   Pompidou-­‐Metz   se   penche   sur   l’œuvre   de   l’artiste   Allen   Ginsberg,   à   travers   une   exposition   numérique   sans   précédent   en   Europe.   Riche   en   vidéos,   documents   sonores,   projections   de   photographies,   manuscrits   et   dessins,   cette   exposition   offre   sous   une   forme   originale  une  plongée  dans  l’univers  d’Allen  Ginsberg  et  de  la  Beat  Generation.       S’inscrivant  dans  un  cadre  partenarial  inédit,  cette  exposition  se  tiendra  simultanément  dans   quatre  lieux  distincts  :   - au  Fresnoy-­‐Studio  national  des  arts  contemporains  à  Tourcoing,     - aux  Champs  Libres  à  Rennes,     - au  ZKM-­‐Centre  d’Art  et  de  Technologie  des  Médias  de  Karlsruhe,   - et  au  Centre  Pompidou-­‐Metz.     Au  Centre  Pompidou-­‐Metz,  l  ‘exposition  aura  lieu  dans  le  Studio,  un  espace  de  400  m2  dédié  à   la  diffusion  du  spectacle  vivant  et  de  la  performance.     LE  PARTI  PRIS  DE  L’EXPOSITION  par  son  commissaire,  Jean-­‐Jacques  Lebel     «  L’exposition  Allen  Ginsberg  et  la  Beat  Generation,  Reality  Sandwiches  est  un  collage  virtuel   en   mouvement,   un   environnement   multimédia   déambulatoire,   non   pas   linéaire,   mais   labyrinthique,   déployé   sur   sept   écrans,   de   façon   à   offrir   aux   visiteurs   la   possibilité   de   se   promener  dans  et  à  travers  une  forêt  d’images  et  de  textes  de  la  Beat  Generation,  guidés  par   le  poète  Allen  Ginsberg,  son  principal  catalyseur.  Il  s’agira  de  découvrir  les  nombreux  aspects   de   ce   que   fut   ce   «  soulèvement   de   la   jeunesse  »   (d’abord   américaine,   puis   mondiale),   qui   inventa  non  seulement  une  rébellion,  une  écriture,  mais  un  mode  de  vie,  une  vision  poétique   du  monde.   Cet   assemblage   inédit   comprendra   des   extraits   de   films   célèbres   ou   méconnus   (de   Robert   Frank,  Anthony  Balch,  François  Pain,  Françoise  Janicot,  Jean-­‐Michel  Humeau,  etc  …),  des  vidéo   reportages   —   dont   d’importants   inédits   —   et   des   entretiens   divers   filmés   à   Paris,   aux   USA,   ou   ailleurs,   de   nombreux   documents   photographiques   historiques   ou   bien   inconnus   de   Allen   Ginsberg  lui-­‐même,  de  Richard  Avedon,  de  Françoise  Janicot,  de  Robert  Chapman,  de  Gérard   Malanga  et  bien  d’autres  qui  constituent  des  portraits  individuels  ou  de  groupe  des  principaux   protagonistes   de   cette   galaxie,   à   commencer   par   Ginsberg,   Burroughs,   Kerouac,   Corso,   Ferlinghetti,   McClure,   Snyder   et   des   entretiens   inédits   de   Ginsberg   par   Jean-­‐Jacques   Lebel   tournés  à  Paris  par  Alain  Jaubert  et  Alain  Fleischer.  »     Commissaire  :    


Jean-­‐Jacques   Lebel,   plasticien,   écrivain,   organisateur   de   festivals   de   poésie   et   d’expositions   collectives  ou  individuelles         Hans  Richter  :  Rencontres   A  partir  d’  octobre  2013   Galerie  2   Cinéaste,  peintre,  écrivain,  Hans  Richter  (1888-­‐1976)  fut  dès  les  années  1910  au  carrefour  des   avant-­‐gardes.  Sa  trajectoire  façonne  et  raconte,  à  elle  seule,  une  histoire  de  l’art  du  XXe  siècle,   dans   ses   dimensions   sociale,   politique   et   formelle.   Du   creuset   de   Dada   Zurich   à   l’internationale   constructiviste,   de   l’effervescence   de   la   révolution   spartakiste   au   départ   de   l’Allemagne   nazie   puis   à   l’exil   américain,   Richter   fut   un   passeur,   un   catalyseur,   un   homme   d’échanges  et  de  rencontres.       Pionnier   du   cinéma   intégral   avec   Viking   Eggeling,   Hans   Richter   fut   aussi   l’animateur   de   la   revue   G,   un   des   organisateurs   de   la   grande   exposition   «  Film   und   Foto  »,   l’ami   de   Lissitzky,   Arp,   Léger,   Duchamp,   Janco,   ou   encore   de   Malévitch   qui   souhaita   lui   confier   la   mise   en   mouvement   des   formes   suprématistes.   Réalisateur   dialoguant   avec   Man   Ray   et   Sergueï   Eisenstein,   penseur   du   cinéma,   il   construisit   une   œuvre   foisonnante   et   protéiforme.   Cet   homme  aux  mille  visages  écrivit  aussi  après  la  Seconde  Guerre  mondiale  une  histoire  de  Dada,   mouvement  dont  il  porta  et  transmit  la  mémoire.     Pour  la  première  fois  en  France,  le  Centre  Pompidou-­‐Metz  consacre  une  exposition  à  l’œuvre   graphique,   peinte   et   filmée   d’Hans   Richter.   Conçue   en   collaboration   avec   le   Los   Angeles   County   Museum   of   Art,   cette   monographie   sera   l’occasion   de   situer   l’artiste   dans   son   contexte,  au  gré  des  échanges  qu’il  sut  nourrir  et  des  cercles  qu’il  sut  réunir.     Un  catalogue  accompagnera  l’exposition.     Commissaires  :     Timothy  O.  Benson,  Directeur  du  Rifkind  Center,  LACMA,  Los  Angeles     Philippe-­‐Alain  Michaud,  Conservateur  Centre  Pompidou,  Musée  national  d’art  moderne,  chef   du  service  du  cinéma  expérimental            


Paparazzi  !     Photographes,  stars  et  artistes   A  partir  d’  octobre  2013   Galerie  3   Dès   les   années   1910,   les   magazines   commencent   à   consacrer   des   rubriques   spéciales   aux   célébrités   du   moment   et   à   publier   des   photographies   prises   à   la   dérobée.   Un   siècle   après   l’essor   de   la   presse   illustrée,   tandis   que   les   magazines   people   constituent   le   secteur   le   plus   fleurissant  de  l’industrie  de  la  presse,  le  Centre  Pompidou-­‐Metz  consacre  une  exposition  sans   précédent  au  «  phénomène  paparazzi  ».   C’est   en   1960,   dans   La   Dolce   Vita,   que   Federico   Fellini   invente   la   figure   populaire   du   «  paparazzi   »   en   contractant   les   termes   «   pappataci   »   (petits   moustiques)   et   «   ragazzi   »   (jeunes   garçons).   Cette   pratique,   qui   consiste   pour   le   photographe   à   traquer   une   célébrité   afin  de  lui  dérober  une  image,  existe  alors  depuis  près  d’un  demi-­‐siècle.     En  associant  les  grands  noms  de  la  discipline  à  des  travaux  d’artistes  qui  se  sont  interrogés  sur   ce   mythe   moderne,   l’exposition   Paparazzi  !   a   pour   ambition   de   définir   les   caractéristiques   d’une  esthétique  paparazzi.         A   travers   près   de   1000   œuvres   et   documents,   l’exposition   se   penche   sur   ce   métier   de   «  chasseur   d’images  »,   en   abordant   les   rapports   complexes   qui   s’établissent   entre   le   photographe   et   la   star   –   celle-­‐ci   devenant   tour   à   tour   proie   ou   complice,   voire   metteur   en   scène   de   son   propre   succès   médiatique   –,   jusqu’à   révéler   l’influence   du   «  phénomène   paparazzi  »  sur  les  shootings  de  la  photographie  de  mode.   Le   visiteur   parcourt   ainsi,   sur   une   superficie   de   plus   de   1000   m2,   un   demi-­‐siècle   de   photographies  de  stars.     Un  catalogue  accompagnera  l’exposition.     Commissariat  :     Commissaire  :   Clément   Chéroux,   conservateur   au   Centre   Pompidou,   Musée   national   d’art   moderne,   cabinet   de  la  photographie  


Commissaires  associés  :   Quentin   Bajac,   conservateur   au   Centre   Pompidou,   Musée   national   d’art   moderne,   chef   du   cabinet  de  la  photographie   Sam  Stourdzé,  directeur  du  Musée  de  l’Elysée,  Lausanne     ***     Toujours  à  l’affiche  en  2013     Frac  Forever   Jusqu’au  25  février  2013   Galerie  3     Le  Centre  Pompidou-­‐Metz  fête  les  30  ans  des  Fonds  régionaux  d’art  contemporain  (Frac)  en   invitant  le  Frac  Lorraine  à  investir  la  galerie  3.     Plus  de  deux  cents  œuvres  de  la  collection  photographique  du  Frac  Lorraine  sont  présentées   dans   la   galerie   3   du   Centre   Pompidou-­‐Metz,   plongée   dans   l’obscurité.   Une   expérience   de   visite   originale   est   offerte   au   public  :   découvrir   à   la   lueur   de   lampes   torches   les   œuvres   exposées.         Cette   présentation   exceptionnelle   d’une   collection   publique   se   poursuit   en   dehors   des   espaces  du  Centre  Pompidou-­‐Metz  à  travers  la  ville.  Une  trentaine    d’  «  habitants-­‐complices  »   convient   le   public,   chaque   dimanche   pendant   toute   la   durée   de   l’exposition,   à   partager   des   histoires  d’œuvres,  offrant  ainsi  une  approche  intimiste  et  conviviale  de  l’art.     Près   de   soixante   artistes   majeurs   de   ces   quarante   dernières   années   sont   représentés,   avec   parmi  eux  Bernd  et  Hilla  Becher,  Nicholas  Nixon,  Roman  Opalka,  Peter  Downsbrough,  Willie   Doherty,   Hamish   Fulton,   Roman   Signer,   Gina   Pane,   Esther   Ferrer,   Joël-­‐Peter   Witkin,   William   Wegman,  Marine  Hugonnier,  Eric  Poitevin,  Lee  Friedlander,  Balthasar  Burkhard…       L’exposition  Frac  Forever  est  coproduite  avec  le  Frac  Lorraine.     Commissaire  :     Béatrice  Josse,  directrice  du  Frac  Lorraine        


Parade   Du  17  novembre  2012  au  18  mars  2013   Grande  Nef   À  la  suite  de  l’exposition  1917,  qui  a  accueilli  plus  de  220  000  visiteurs,  le  rideau  de  scène  de   «  Parade  »,  chef-­‐d’œuvre  de  Pablo  Picasso  et  prêt  exceptionnel  du  Centre  Pompidou,  Musée   national  d’art  moderne,  fera  l’objet  d’une  exposition  au  Centre  Pompidou-­‐Metz.     Ce  nouveau  projet  se  présente  comme  une  exposition  documentaire  centrée  sur  l’univers  du   monumental   rideau  de   scène   peint   par   Pablo   Picasso   pour   le   ballet  «  Parade  »,   œuvre   d’art   totale  créée  en  1917  au  Théâtre  du  Châtelet  à  Paris  et  conçue  par  Jean  Cocteau,  Erik  Satie,   Pablo  Picasso  et  Léonide  Massine  sous  la  direction  de  Serge  de  Diaghilev.     Le   visiteur   découvrira,   d’une   part,   la   genèse   du   ballet   à   travers   la   rencontre   entre   les   différents  protagonistes,  leur  étroite  collaboration  et  leurs  apports  respectifs  à  la  conception   de   cette   œuvre   magistrale,   la   réception   du   ballet   –   les   vives   réactions   suscitées   par   sa   première   représentation   au   Théâtre   du   Châtelet   –   et   sa   postérité   tout   au   long   des   XXe   et   XXIe   siècles,   ainsi   que,   d’autre   part,   la   fortune   critique   du   rideau   de   scène,   ses   appartenances   successives  et  ses  diverses  expositions.     Cette   histoire   fascinante   sera   racontée   à   travers   une   sélection   de   reproductions   de   dessins,   de  photographies,  de  correspondances,  d’articles  de  presse  et  de  films.           Commissaire  :     Claire  Garnier,  commissaire,  Centre  Pompidou-­‐Metz  


Sol  LeWitt.     Dessins  muraux  de  1968  à  2007     Jusqu’au  29  juillet  2013     Galerie  2   Le  Centre  Pompidou-­‐Metz  met  à  l’honneur  l’artiste  conceptuel  américain  Sol  LeWitt  (1928-­‐ 2007)  en  lui  dédiant  un  projet  inédit.  En  Galerie  2,  sur  une  superficie  de  1  200  m2,  est   présentée  une  rétrospective  des  wall  drawings  (dessins  muraux)  de  Sol  LeWitt  d’une   envergure  sans  précédent  en  Europe  :  avec  ses  trente-­‐trois  œuvres  murales,  parcourant  la   carrière  de  l’artiste  de  ses  débuts  à  ses  dernières  réalisations,  l’exposition  du  Centre   Pompidou-­‐Metz  propose  l’ensemble  de  wall  drawings  le  plus  important  jamais  présenté  en   Europe.   Choisis  parmi  les  1  200  wall  drawings  créés  par  l’artiste  entre  1968  et  2007,  les  dessins   sélectionnés  reflètent  tout  à  la  fois  l’extraordinaire  cohérence  de  ses  explorations   systématiques  (séries  et  combinaisons  rigoureuses  d’éléments  géométriques)  et  l’étonnante   diversité  de  sa  pratique,  aussi  bien  dans  l’évolution  des  formes  (de  figures  géométriques   simples  à  ses  «  formes  complexes  »  ou  «  continues  »)  que  des  matériaux  utilisés  (crayon  à   mine,  pastel  gras,  lavis  d’encre,  peinture  acrylique  et  graphite).   À  la  faveur  d’un  partenariat  exceptionnel  avec  des  écoles  d’art  et  d’architecture  du  Grand  Est,   la  réalisation  des  wall  drawings  au  Centre  Pompidou-­‐Metz  illustre  parfaitement  le  principe  de   collaboration  au  cœur  de  la  pratique  de  l’artiste.         Commissaire  :  Béatrice  Gross,  commissaire  et  critique  d’art  indépendante,  New  York  


Huit expositions en 2013, dont l’exposition-événement <u>Vues d’en haut</u>