Issuu on Google+

Webzine

&HQWL$UW Mars 2013

#1


Couverture/ Silhouette, Nabeul, Tunisie, 2008 C Ons Ghimagi


VIDEO EMEKA OGBOH-Nigテゥria

LITTERATURE MYRIAM BENEDETTO-Tunisie

PHOTOGRAPHIE ONS GHIMAGI-Tunisie

PERFORMANCE MOHAMED AREDJAL-Maroc

ARTISTE INVITテ右 EMILIJA SKARNULYTE-Lituanie


VIDEO


Emeka Ogboh C

http://www.14thmay.com/


Lagos, Lagos et toujours Lagos ! Voila l intarissable source d inspiration d Emeka Ogboh, nigérian, diplômé d une licence en beaux-arts appliqués en 2011, Nsukka, Université du Nigéria. Grâce à des techniques de distorsion de la vidéo conceptuelle, il explore de nouvelles dimensions qui lui permettent de créer des paysages visuels uniques en capturant des scènes de sa ville de résidence. Nigérian vivant à Lagos, Emeka Ogboh est cofondateur de « Videoart Network Lagos » une association qui fait la promotion l art vidéo. Il est également membre affilié à WFAE (Forum Mondial pour l Ecologie Acoustique). Depuis plusieurs années, il participe à des ateliers, expositions et festivals de vidéo comme « Menil Collection » à Houston, au « Centre d art contemporain de Lagos », etc. La vidéo artistique est avant tout pour lui une forme d art digital qui lui permet de conceptualiser et de visualiser ce qu il voit et imagine. Vivre et travailler au Nigéria n a cessé de l inspirer sur son sujet favori Lagos , dont ses vidéos essaient de mettre en valeur la nature double et complexe. Pour Ogboh, faire de la vidéo, c est comme peindre ; le vidéaste est presque autant doté de sentiment qu un peintre qui tisse une histoire magique sur une toile, à la différence que la peinture est substituée au métrage de vidéo, et la toile aux logiciels d édition et à l ordinateur. Il a la forte conviction que cette discipline artistique a beaucoup d avenir en Afrique qui regorge de plusieurs sujets créatifs tels que les folklores de ville, les légendes et autres et qui est aussi favorisée par la vulgarisation des appareils photos numériques devenant de plus en plus accessibles.


Fractal Scape

Les vidéos expérimentales «Fractal Scape », explorent la grande ville de Lagos en élargissant la façon dont elle est comprise et consommée, et en inventant un nouveau paysage visuel qui donne un aperçu de la topographie socio-culturel de la ville. Ce résultat est obtenu grâce à la réplication d'un scénario ordinaire de Lagos pour créer une narration audiovisuelle qui est simple et élémentaire et qui possède encore une qualité abstraite, une description appropriée de la ville chaotique. Dans ce processus, la vidéo expérimentale tente de mettre en valeur la nature complexe et hypocrite de Lagos, une ville navigable seulement par l'intermédiaire de multiples points d'entrée et de sortie. Expérience «Fractal Scape » revisite la culture de peintures abstraites de Lagos, mais à travers le temps les médias de la vidéo et du son.


Emeka Ogboh C

[dis]connect I https://vimeo.com/25173781 01:58


C

Emeka Ogboh


[dis]connect II https://vimeo.com/25175013 03: 00


[dis]connect IV https://vimeo.com/35313097 06:00


C

Emeka Ogboh


C

Emeka Ogboh


Loco-metta https://vimeo.com/36269092 04:15


PHOTOGRAPHIE

LITTERATURE


T.A C

http://laďŹ lledesvents.canalblog.com/


De la poésie libre, c est ce que fait Myriam Benedetto, tunisienne de père et française de mère. C est aussi une passionnée de théâtre et de cinéma dont nous vous proposons le travail dans notre première édition. Traductrice et interprète bilingue, Myriam Benedetto est née en 1970 et titulaire d une maitrise en langues Etrangères Appliquées et un diplôme universitaire en traduction et interprétation bilingue. Depuis toujours, elle adorait écrire des lettres, échanger avec toutes les personnes qu elle rencontrait et qui sont passionnées comme elle d art, de musique, de théâtre et surtout de littérature. Comme plusieurs, elle s est mise peu à peu à entretenir un journal intime, à y livrer ses émotions, des bribes de vie. En 2008, le décès brutal de sa mère réveilla définitivement cette passion sommeillant en elle. De l art épistolaire, Myriam Benedetto est passée à l expression de ses sentiments par la poésie. Ecrire pour elle, c est facile : il lui suffit de mettre en scène des personnages qui ne sont autres qu un prolongement de son propre « moi ». Grâce à l écriture, Benedetto essaie de communiquer avec les autres, de partager ce qu elle ressent, et aussi de guérir de ses douleurs et peurs internes. Ses textes aussi courts que spontanés, dictés, par l intuition nous entrainent dans son univers particulier, hantés par des images récurrentes qui donnent naissance finalement à cette poésie aussi libre que mystique.


C

Myriam Benedetto

A MarĂŠe haute


Je reviendrai même si les mots se vident de leurs couleurs Je reviendrai allumer le feu de ta présence Même si la fumée étrangle mes pensées Je reviendrai brûler mes ailes au soleil de la nostalgie Je reviendrai chargée de mille et une rimes Je reviendrai danser nu pieds dans le chaos de ma poésie Je reviendrai comme un refrain qui refuse de se taire Comme un rêve perdu rejeté par la mer Je reviendrai, je reviendrai Même si la marée refuse de se retirer De mon encrier


C

Myriam Benedetto

Les Ébats du matin


Sur le jardin des roses, Sa fenêtre est close, La fille des vents Se languit. Ce matin, Elle a pris la mer comme amant. Elle s est éveillée, Encore tremblante de volupté, Dans son sommeil, La mer l a pénétrée. Elle a encore l empreinte brûlante De la déferlante, Des vagues d argent qui ballottent Ses organes désirants, La morsure du sel sur sa peau voyageant, La caresse d une plume De goéland, La senteur iodée de son amant, Et du vent, Du vent, Partout du vent…


C

Myriam Benedetto

Insomnie


JE NE DORS PLUS Je rêve Les yeux écarquillés, JE NE DORS PLUS Je me lève Mes rêves sont agenouillés, JE NE DORS PLUS Sous mon front Mes rêves se sont éparpillés………. Ce soir, la mer est assise Au bord de mon lit, Elle compte les mouettes Assoupies… elle dépose son secret Sur tes paupières clauses, Et s en va errer Dans le jardin sans roses. JE NE DORS PLUS Je rêve Les yeux écarquillés, JE NE DORS PLUS Je me lève Mes rêves sont agenouillés, JE NE DORS PLUS Sous mon front Mes rêves se sont éparpillés……….


C

Myriam Benedetto

Pulsions


Ce soir, la fille des vents a le vers solitaire. Elle ne sait pas empiler les mots selon les règles de l architecture, Elle ne sait pas accrocher ses verbes au fil de la littérature, Elle ne sait pas écrire sans douleurs, ni ratures, Elle se noie sous le flot hémorragique de ses mots, Elle laisse cracher sa plume son sang sur le bitume Elle écrit sa solitude, Tantôt, la solitude la grise Parfois, elle frise le vertige… La fille de ton ode souffre D une Maladie Textuellement Transmissible. Cela donne des poussées de verbes, Des épanchements de poésie, Des tremblements incontrôlés de l être, Elle n y peut rien, Elle tente d écrire la nuit. La fille des vents a avalé le poisson rouge Depuis, sur sa bouche, les mots frétillent, Douce la main de la nuit Sur la page de nos rêveries.


C

Myriam Benedetto

Interstices


Entre l oubli et la colère Entre le désir et la misère Entre l homme de la terre et la fille de l air La mer pose son regard vert pétri d ombres et de lumières Entre la vague pour faire et la vague à défaire Entre l écume à dire et l écume à taire La mer s amuse à coudre le vent et à découdre ses mystères


C

Myriam Benedetto

Vague lassitude


La mer s est cachée sous un lit de nuages gris, Ses vagues déroulent les draps de l ennui, Son sable moucheté par la pluie, Est sourd aux vestiges de la nuit Même le vent, n entend plus le tintement Du bracelet de la gitane à sa cheville Ni le cliquetis des voiles sur les mâts Au port humide de ma rêverie.


C

Myriam Benedetto

Les Promesses du lendemain


Demain, je t offrirai Un jardin errant Le cantique du vent Un navire voguant Des fleurs volées Demain, je t offrirai L ultime prière du rossignol Le temps qui suspend son envol Demain, je t offrirai Une pleine lune Un jardin de dunes La timidité du matin Et l univers au creux de ma main


PHOTOGRAPHIE


Ons Ghimagi C

http://ghimagiphotography.blogspot.com/


Designer d image de formation, Ons Ghimagi découvre la photographie lors de ses études qu elle approfondit par des connaissances développées au cours de plusieurs concours et expositions. Tunisienne, née en 1987, Ghimagi est diplômée de l école supérieure des sciences et technologies du design (2007-2011) spécialité publicité audiovisuelle ; elle commence sa carrière photographique par du photoreportage, des séquences de vie spontanées prises dans les rues. Avec le temps, elle s est définie son propre style en recomposant ces mêmes séquences en mise en scène selon sa vision et son imagination. Elle s inspire du cinéma et du théâtre qui influence beaucoup ses prises de scène. La photographie, bien qu étant une technique d expression commence d abord par l observation : la découverte du beau, du laid, apprendre à connaitre la nature, à distinguer la magie du visuel. Représenter et traduire l instant présent dans toute sa splendeur… Même si souvent son travail part de sujet bien déterminé, il tourne souvent autour de l humain, de ce qu il vit, de ce qu il ressent , bref, traduire la poésie de la vie. L ambition de Ghimagi est de pouvoir faire assez de voyages, découvrir des coutumes, des traditions afin d acquérir un bagage d images assez riche pour les représenter selon sa perception.


( Pages prĂŠcĂŠdentes ) Mariem, Tunis, Tunisie, 2009 C

Ons Ghimagi

( Pages suivante ) Au bord d une vague, Bizerte, Tunisie, 2008 C

Ons Ghimagi


( Pages prĂŠcĂŠdentes ) Behind glass pane, Tunis, Tunisie, 2009 C

Ons Ghimagi

( Pages suivante ) On the moon, Bizerte, Tunise, 2009 C Ons Ghimagi


Jungle studio, Tunis, Tunisie, 2008 C

Ons Ghimagi


Where is my mind, Tunis, Tunisie, 2010 C Ons Ghimagi


Dans la peau d un model, Tunis, Tunisie, 2008 C

Ons Ghimagi


Silhouette, Nabeul, Tunisie, 2008 C

Ons Ghimagi


Sans titre, Tunis, Tunisie, 2011 C

Ons Ghimagi


Insomnia,Tunis, Tunisie, 2011 C

Ons Ghimagi

( Pages suivantes ) Dreaming, Gammarth, Tunisie, 2010 C Ons Ghimagi


PERFORMANCE


C

Mohamed Arejdal


Diplômé de l institut national des beaux-arts de Tétouan [Maroc] en 2009, Mohamed Arejdal est un artiste visuel marocain, né en 1984 à Guelmin. Artiste pluridisciplinaire, il s intéresse aux relations qui unissent les êtres les uns aux autres. Artiste engagé, Mohamed Arejdal utilise pour s exprimer, plusieurs mediums et techniques artistiques comme la performance live, l installation en passant par la vidéo et la photographie. Ses travaux sont inspirés par des voyages, des histoires vécues, la tradition, les mémoires collectives. Ils évoquent des histoires de rencontre et soulignent les différences et les similitudes entre les humains. En choisissant l espace public comme terrain d expression artistique, Arejdal expose fréquemment son corps qui peut devenir un objet et suscité la curiosité. Très vite, des échanges se créent, des partagent se font, des relations se nouent entre lui et le spectateur. Il parvient en un laps de temps à transformer l espace public en un lieu de rencontre intime avec l autre, l inconnue.


Culture de merde


C

Mohamed Arejdal


Le Coq Sur une place publique au centre ville de la capitale du Maroc, j installe un cercle de tissu blanc au sein duquel je me place avec un coq gaulois noir attaché avec un fil. Le fil est fixé par un clou au milieu du cercle. Le coq gaulois, symbole de la France, nous rappelle à travers sa couleur noire le sacrifice des poules. À chaque fois que je me rapproche du coq, il s éloigne en essayant de se détacher. Un dialogue se crée entre nous jusqu à ce que le coq se libère de la zone circulaire, à ce moment je le suis partout entre les spectateurs. À la fin de la performance, le public commence également à suivre le coq, ensemble ils continuent le jeu de la liberté sauvage.


Mohamed Arejdal /2012 C

C

Mohamed Arejdal /2012


Mojarrad So´al Performance/ Installation « Mojarrad So al », en français « Juste une question ». Au milieu d une composition de zellige traditionnel, un point central dessiné représente le lieu de la performance. Je pose une question au public Quel chemin dois-je emprunter pour arriver chez vous? En respectant l orientation géographique, je trace les trajectoires décrites par les personnes du public à l aide de dessins, textes, repères et flèches... La trace de cette performance se transforme en une installation; un schéma de la visite imaginaire du public.


C

C

Mohamed Arejdal /2009-2012

Mohamed Arejdal /2009-2012


Fi’Dakar Performance/ Photographie. « Fi dakar » en Français « À Dakar ». Déambulation dans les rues de Dakar à la recherche de tranquillité dans un centre ville oppressant où je suis un étranger. Une marche entrecoupée de poses où je m installe pour y chercher l intimité. Je m intègre ainsi dans un espace à priori hostile pour y trouver ma place. Des scènes se créent qui me permettent d exister autrement dans des espaces urbains habités ou abandonnés.


C

Mohamed Arejdal /2010


C

Mohamed Arejdal /2010


Ohissou anni mahalla nadar Chapitre I/Chapitre II « Ohissou anni mahalla nadar » en Français « Je me sens au centre de la vision ». En plein public, je m habille d un costume composé de photos d identité, assemblées par des points de couture, qui représentent les gens que j ai croisé dans différents endroits. Devant le spectateur, mon corps devient un support de présentation et un espace de connaissance de l autre à travers un ensemble d images. À la fin, j enlève le costume, je le mets dans une valise et je pars vers une autre destination. En habillant le costume composé de photos d identité, les gens s exprimer librement sur les photos de leur choix à l aide de feutres.


C

Mohamed Arejdal /2009


C

Mohamed Arejdal /2009


C

Mohamed Arejdal /2009


Âokkaz « Âokkaz » en Français « La canne ». Avec des yeux bandés, je marche comme un aveugle avec une canne transformée. Dès que je touche un spectateur, je lui demande de partager la canne avec moi et je lui bande les yeux afin qu il aille à son tour chercher une autre personne dans le public.


C

Mohamed Arejdal /2008


KHALIATI Performance /Installation « Khaliati » en Français « Ma cellule ». Je tisse autour de moi une cellule composée de bandes vidéo sur lesquelles j ai enregistré des images et scènes de mon entourage, dans ma maison, mon atelier et ailleurs. A la fin de la performance, je déchire ma cage noire et je vais vers l autre, le public.


C

Mohamed Arejdal /2007


C

Mohamed Arejdal /2007


Artiste InvitĂŠe


Emilija Škarnulyt侁 C

http://www.emilijaskarnulyte.com/


Née en 1987, Emilija Škarnulyt侁 est une artiste émergente originaire de la Lituanie œuvrant dans le domaine de l'art interdisciplinaire. En 2010, elle sort diplômée de l institut Brera, Milan, où elle a étudiée la sculpture. Elle utilise la plus part du temps la vidéo et la photographie, et produit des installations et des performances. Le travail de Škarnulyt侁 consiste en une série de visions poétiquement actifs, dans lequel elle examine la réalité avec une approche politique et poétique. Récemment elle a participé à des résidences en Corée du sud, Philippines et en Inde. Elle a présenté ses expositions personnelles à Milan, Paris et Athènes. En 2009, elle a reçu le prix national italien des beaux arts pour sa vidéo Limbic System’’.


The 38 th parallel North Vidéo créée au cours d un programme de résidence artistique à Gunsam, Corée du Sud, elle illustre la réalité sociopolitique de la Corée du Sud après le bombardement de l île de Yeonpyeong par l armée nord-coréenne en 2010. La ville en elle-même fut une source d inspiration ; à travers les images, on peut découvrir les habitants locaux (ancrées dans leur tradition) à travers un paysage urbain méconnaissable à cause de l essor des progrès technologiques et surtout de la forte présence militaire. 2012 COORDINATE ELLITTICHE Careof DOCVA, Fabbrica del Vapore, Milan, Italy. Commissaire Bruno Muzzolini 2011 June 6, 'PLUGIN, videoarte come comunicazione', Brescia, Italy


Emilija Škarnulyt侁 C

http://vimeo.com/36247741 Vidéo HD, 04:28


The Valley of the missing city Cette vidéo est à propos de la valée RAIGARDAS, célébre vallée qui avait été peinte par l artiste MIKALOJUS KONSTANTINAS CIURLIONIS. L année 2011 était le 100ème anniversaire de la mort de CIURLIONIS, ce qui m a inspiré à lire les notes du plus important artiste lituanien en essayant de recréer et d enregistrer les différents lieux de la vallée. En effet, il a toujours existé de nombreuses légendes historiques sur cette vallée, comme par exemple, l existence d une ville qui a été par la suite engloutie dans la terre.


Emilija Škarnulyt侁 C

http://vimeo.com/34477008 Vidéo HD, 06:19


Song-do C est l histoire d un homme aveugle qui vit à Sang-do, une ville de la Corée du Sud, très développée située dans un district de commerce international et construite sur six (06) kilomètres carrés. Sang-do a été un utopique projet jamais achevé ; préalablement destiné à être une zone de libre échange, elle est devenue à ce jour un quartier silencieux, où aucune âme ne vit, une sorte de ville fantôme. L aveugle ici, n est qu une métaphore de l ignorance qui règne sur le monde des produits, de l industrie et de la violence. Ce documentaire reflète les multiples dimensions du temps : l éphémère et le temporaire, les souvenirs surréalistes, et la grande vitesse du développement moderne, la solitude et l aliénation urbaine.


Emilija Škarnulyt侁 C

http://vimeo.com/55114783 Vidéo HD, 11:04


Aldona Ce film documentaire parle d une histoire vraie, celle de ma grand-mère Aldona, originaire de Druskininkai en Lituanie ; une tragique histoire en réalité : un matin d avril 1986, Aldona, sans aucune raison particulière, perdit la vue. Les analyses médicales furent sans appel. Cette soudaine cécité est survenue certainement à cause de l accident nucléaire, Tchernobyl, survenu le 26 Avril 1986 en Ukraine. Les nerfs oculaires d Aldona ont été empoissonnés. Dans le film, on peut voir Aldona se promener dans le parc Grutas, jardin de sculptures de l ère soviétique, essayant de deviner les personnages sculptés en les touchant.


Emilija Škarnulyt侁 C

http://vimeo.com/51860025 Vidéo HD, 12:57


By the day A terre, à même la poussière, je suis. Il est six (6) heures du matin, un matin glacial. Essayant d attraper l aurore, avant le lever du soleil, essayant d échapper aux regards des chiens du village, mais en quelques secondes, ils m entourent. Je discute avec eux. Puis je disparais dans la procession quotidienne, avec quatre cent (400) vaches et buffles de pâturage, à travers le nuage de sable poussiéreux, à dix (10) kilomètres vers les champs. Au même moment, comme chaque matin, les habitants de Jetpur apporte des graines aux oiseaux, signe de respect envers le lieu sacré sur la colline, près de l étang où une fois, un petit enfant -dieu s est noyé. Plus tard, quand le soleil fut à son apogée, la rivière polluée s'écoule de la grande usine de textile. Je vois le passé, qui persiste sur les visages des habitants et leurs routines quotidiennes. Elles ne sont pas éternelles. Je rencontre un potier. Il n'apporte rien avec lui, mais je sais qu'il est le maître du feu. Il commence à mouler les tuiles en l'argile sur mes cuisses. Sans mot dire, nous nous comprenons l un l autre. Et de nouveau, à l '«Heure de chèvre", j essaye d'attraper le coucher du soleil, toujours dans la poussière. J'ai passé des heures à capturer et archiver le temps suspendu sans interférer avec elle, sans la détruire.


http://vimeo.com/58546477 VidĂŠo HD, 09:10


L équipe de CentiArt Fondatrices Lüella et Tobi AYEDADJOU Rédaction Biographies d artistes Lüella Ayedadjou Graphique design Portfolio/responsable site web Tobi Ayedadjou Traductions Mariella Giangregorio Dhouha Bokri Martin Reinfeldt

www.centiart.com


Nous remercions les artistes qui ont participés à ce premier numéro de CentiArt. Tous droits réservés sur les visuels reproduits sur le site de CentiArt et dans le présent magazine. Toute reproduction sans l accord des ayants droit est interdite.



MAGAZINE MARS #1