Page 1


14) L’ARCHITECTURE CHEZ LES HUMAINS

Les villes humaines tournent autour des rues. Or, étrangement, ces dernières donnent plus de place aux véhicules (voitures, bus, camions, etc.) qu’aux humains, bien que les choses commencent à bouger dans ce domaine et que de nombreuses villes voient la création de piétonniers. Néanmoins, leurs chemins restent laids. Ils sont généralement de couleur noire, durs et sentent les produits chimiques. Quant aux voitures, elles sont dangereuses pour les piétons, n’ont pas de réelles raisons d’être (pourquoi aller vite ?) et polluent l’atmosphère des humains. Dans des villes telles que Athènes, le seuil maximal de pollution est souvent atteint. Heureusement, les humains commencent à prendre conscience de ce problème et interdisent la circulation dans certaines parties de grandes villes mais ces mesures sont-elles suffisantes pour empêcher les pluies acides de s’attaquer à leurs arbres et à leurs bâtiments ? Les humains étant de plus en plus nombreux, ils ont dû créer des bâtiments qui ressemblent à des cages qu’ils auraient placées les unes sur les autres et dans lesquelles ils vivent. Ils appellent ces cages des appartements et un ensemble d’appartements un building ou un HLM. Si ces derniers sont généralement très fonctionnels, leur utilisation n’a été rendue nécessaire qu’à cause de l’accumulation d’humains par m² de ville réellement trop importante. Dans les villes humaines, il y a également un pourcentage plus ou moins important de laisséspour-compte. Selon la ville ou le pays envisagé, ces derniers vivront soit carrément dans la rue, soit dans des bicoques de fortune, souvent construits à l’aide de matériaux de récupération tels que du carton, du plastic ou encore de la tôle. De nouveau, tout ceci n’est possible qu’à cause du nombre trop important d’humains sur la planète Terre. Il existe également une population en Europe itinérante appelée les Roms. Ces derniers sont venus au Europe au Moyen-âge et depuis lors, ils voyagent en roulote d’une ville à l’autre. Mais au lieu de leur assigner dans chaque ville un endroit clairement désigné à cet effet, les autorités humaines les rejettent d’une ville à l’autre. Les habitations humaines traditionnelles, appelées maisons, ressemblent souvent en Occident à de gros cubes. Les humains y ont droit à de nombreuses commodités, telles qu’un chauffage dans toutes les pièces, l’eau sur place…Néanmoins, j’aurais un reproche à leur faire : souvent, elles sont constituées de matériaux peu naturels et ces derniers peuvent avoir des répercussions sur la santé des habitants. De plus, ces matériaux sont souvent issus de la pétrochimie. Or les humains ont de plus en plus de difficultés à atteindre les nappes de pétrole nécessaires à l’élaboration de ces matériaux. D’ici quelques dizaines d’années, les constructeurs humains auront de grandes difficultés d’encore se procurer de tels produits, dont le prix risque de flamber d’ici quelques dizaines d’années. Pour concevoir leurs villes, les humains forment des architectes. Malheureusement, ces derniers privilégient parfois la beauté extérieure de leurs bâtiments à la fonctionnalité des ces derniers. Par exemple à Liège en Belgique, la nouvelle gare construite par l’architecte humain très connu Santiago Calatrava Valls ressemble à une immense arche de béton et de verre. Sans doute est-elle très belle vue de l’extérieure mais comme finalement, il ne s’agit que d’un toit ouvert des deux côtés, cette gare est extrêmement froide en hiver.


D’autres architectes veulent faire preuve d’originalité à tout prix et créent des immeubles qui ressemblent à des amoncellements de bétons, à des bunkers. Néanmoins, je me dois de préciser que la majorité des architectes humains créent des bâtiments finalement fort semblables et suffisamment fonctionnels. Malheureusement, de nouveau, seuls les nantis de la société humaine peuvent faire appel à leur service. NOTE COMPLEMENTAIRE DE L’AUTEUR DE CE LIVRE

Les Centaures n’ont pas de villes au sens où nous leur donnerions. Il y a bien des regroupements d’habitations sur les planètes qu’ils ont colonisées mais ceux-ci ne regroupent jamais une population aussi importante que sur la Terre car les Centaures régulent strictement leur population. Ils ont deux types de lieux de logements. D’une part, ils ont créé des villes volantes. Ces dernières ne demandent pratiquement pas d’énergie. Les Centaures ont simplement mis au point un système anti gravité qui permet à ces villes de léviter. Leurs habitations sont constituées d’énormes plantes globuleuses et vides à l’intérieur, dans lesquelles ils résident. Certains de leur végétaux produisant soit de l’électricité, soit de la lumière, les Centaures utilisent donc les propriétés de ces derniers pour s’éclairer et utiliser divers appareils. Néanmoins, les Centaures sont très respectueux de leur environnement et ils utilisent très peu d’appareils électriques. Ils n’utilisent des moyens de transport que quand cela est réellement nécessaire. Autrement, ils préfèrent toujours utiliser un mode de déplacement naturel. Dans leur cas, il s’agit d’une sorte de lévitation, vu que les Centaures, grosses boules, n’ont pas de jambes. Ils ont décidé voici déjà des millions d’années végassiennes de vivre dans de telles villes pour ne pas perturber la vie de la faune et de la flore des planètes colonisées. Néanmoins, sur leurs planètes mêmes, quelques Centaures continuent à résider dans leurs fameuses plantes-habitations. Mais ils sont assez rares. Aucun Centaure ne se trouve privé d’un logement. Pour un Centaure, le fait que les villes humaines n’accueillent pas tous les humains de la même manière est tout-à-fait inconcevable.


la Planète Barbare chapitre 14  

Magnetic Vortex is talking about human urbanism and architecture.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you