Issuu on Google+


3

Qu’est ce qu’une émotion ? L’émotion (du latin motio «action de mouvoir, mouvement») est une expérience psychophysiologique complexe de l’état d’esprit d’un individu lorsqu’il interagit aux influences biochimiques (interne) et environnementaux (externe). Chez les humains, l’emotion inclut fondamentalement «un comportement physiologique, des comportements expressifs et une conscience». L’émotion est associée à l’humeur, tempérament, la personnalité et la disposition et la motivation. Le mot «émotion» provient du mot français «émouvoir». Il est basé sur le latin emovere, dont «e» (variante de ex) signifie «hors de» et movere signifie «mouvement». Le terme lié «motivation» est également dérivé du mot movere. Une taxonomie non définitive des émotions existe, à travers de nombreux autres taxonomies ont été proposées.

Certains catégorisations incluent : émotions «cognitives» contre celles «non cognitives» ; émotions instinctives (des amygdales), contre les émotions cognitives (du cortex préfrontal). Une distinction liée sont, entre l’émotion et les résultats d’émotions, principalement les expressions et les comportements émotionnels. Des individus agissent souvent de manières certaines résultant de leur état émotionnel, tels que les pleurs, le combat ou la fuite. Une émotion est une réaction psychologique et physique à une situation. Elle a d’abord une manifestation interne et génère une réaction extérieure. Elle est provoquée par la confrontation à une situation et à l’interprétation de la réalité. En cela, une émotion est différente d’une sensation, laquelle est la conséquence physique directe (relation à la température, à la texture...). La sensation est directement associée à la perception sensorielle. La sensation est par conséquent physique. Quant à la différence entre émotion et sentiment, celle-ci réside dans le fait que le sentiment ne présente pas une manifestation réactionnelle. Néanmoins, une accumulation de sentiments peut générer des états émotionnels. L’émotion peut se définir comme une séquence de changements intervenant dans cinq systèmes organiques (cognitif, psychophysiologique, moteur, dénotationnel, moniteur), de manière interdépendante et synchronisée en réponse à l’évaluation de la pertinence d’un stimulus externe ou interne par rapport à un intérêt central pour l’organisme.


HUMEURS OU ÉMOTIONS ? Notre humeur fluctue en fonction de situations, d’événements auxquels nous sommes confrontés, autant que de notre personnalité. Si ces fluctuations sont d’un degré moindre, elles peuvent correspondre à ce que l’on désigne par le terme de « cyclothymie » : les variations d’humeur sont moins durables et moins intenses. Popularisée par les Écrits hippocratiques, la théorie des humeurs fut l’une des bases de la médecine antique. Selon cette théorie, le corps était constitué des quatre éléments fondamentaux, air, feu, eau et terre possédant quatre qualités : chaud ou froid, sec ou humide. Ces éléments, mutuellement antagoniques (l’eau et la terre éteignent le feu, le feu fait s’évaporer l’eau), doivent coexister en équilibre pour que la personne soit en bonne santé. Le terme est courant, l’usage quotidien, l’acception semble évidente pour tous. Et pourtant ? Que sont les émotions ?

AGRÉABLE QUI DONNE DU PLAISIR, QUI A DE L’ATTRAIT ALLÈGRE PLEIN D’ENTHOUSIASME, DE JOIE DE VIVRE AMUSÉ PLAIRE, TROMPER, DISTRAIRE L’ATTENTION BÉAT QUI EXPRIME UNE SATISFACTION EXAGÉRÉE. STUPÉFAIT FRAPPÉ DE STUPEUR, ÉTONNÉ AU POINT DE RESTER SANS VOIX. SANS RÉACTION CAPTIVÉ INTERESSÉ PAR LA SYMPATHIE D’UNE AUTRE PERSONNE.

“ L’humeur est plutôt une condition chronique, alors que l’ém Quelle différence entre émotions, sentiments et humeurs ? Et surtout, comment peut-on les étudier scientifiquement ? La définition des «émotions de base » déjà mentionnée a été un pas majeur sur le plan notionnel, car elle a permis d’élaborer des éléments de méthode pour étudier objectivement les phénomènes émotionnels. Elle implique un certain nombre de critères de définition des émotions. Au premier rang de ces critères le caractère soudain,

COMBLÉ PLEIN DE JOIE, ENTIÈREMENT REMPLI, COMPLET QUI NE PEUT SUPPORTER PLUS CONFIANT. CONTENT ETAT DE JOIE ÉPROUVÉ PAR UNE PERSONNE. SATISFACTION. DE BONNE HUMEUR DISPOSITION MOMENTANÉE BONNE, ÉTAT D’ÂME


4•5

intense et très limité dans le temps des émotions. L’émotion, par son intensité, ne peut pas durer longtemps, car là elle deviendrait désorganisante (ce qui peut arriver dans certains états pathologiques). Il y a également tout un versant psychophysiologique concernant les mécanismes sous-jacents des émotions, versant qui ne sera pas abordé ici. La dimension temporelle, ainsi que l’intensité, permettent de distinguer entre ces émotions de base et ce que l’on désigne comme sentiments ou comme humeurs. Actuellement, on considère les sentiments comme une des composantes inhérentes aux processus émotionnels. Elle implique la sensation d’un certain niveau d’excitation (ou d’activation, sur le plan somatique) de même que la conscience de composantes de plaisir ou de déplaisir. L’humeur se distingue de l’émotion surtout par sa durée temporelle : ainsi la colère durera tout au plus quelques minutes, alors que l’humeur irritable peut durer des journées. L’humeur est plutôt une condition chronique, alors que l’émotion est un sentiment aigu.

motion est un sentiment aigu. ”

DÉCONTRACTÉ AU SENS FIGURÉ SANS AUCUNE CRAINTE, À L’AISE ET DÉTENDU ENJOUÉ QUI A, QUI MANIFESTE, DE L’ENJOUEMENT ENTHOUSIASTE QUI RESSENT DE L’ENTHOUSIASME, QUI MANIFESTE DE L’ENTHOUSIASME ÉPANOUI DONT LES FORMES SONT PLEINES, DÉVELOPPÉES DANS TOUTES LEURS POSSIBILITÉS (UN CORPS ÉPANOUI) EUPHORIQUE QUI EXPRIME L’EUPHORIE INTENSE EXALTÉ ÉLEVER TRÈS HAUT PAR DES PROPOS, PROPOSER À L’ADMIRATION


STUPÉFAIT FRAPPÉ DE STUPEUR, ÉTONNÉ AU POINT DE RESTER SANS VOIX, GAI QUI A DE LA GAIETÉ, DE LA BONNE HUMEUR POUR UNE PERSONNE GAILLARD PLEIN D’ALLÉGRESSE ET DE VIVACITÉ GUILLERET PLEIN DE VIVACITÉ ET DE GAIETÉ COMBLÉ PLEIN DE JOIE, ENTIÈREMENT REMPLI, COMPLET QUI NE PEUT SUPPORTER PLUS SUREXCITÉ EXCITER DE FAÇON EXCESSIVE TOUCHÉ FAMILIÈREMENT PERSONNE QUE L’ON SÉDUIT, DONT ON EST REMARQUÉ RIEUR QUI AIME À RIRE QUI EXPRIME LA JOIE SATISFAIT ASSOUVI, CONTENT CALME TRANQUILLE AU SENS FIGURÉ PUR STUPÉFAIT FRAPPÉ DE STUPEUR, ÉTONNÉ AU POINT DE RESTER SANS VOIX.

LA THÉRAPIE DES COULEURS «Couleur rime avec humeur». C’est ce que nous enseigne la chromothérapie (thérapie par la couleur) : à chaque couleur est associé un type d’émotion bien défini. Nous utilisons tous les jours des expressions qui rendent compte du lien entre une couleur et une émotion : rire jaune, broyer du noir, voir rouge, être vert de rage, voir la vie en rose, avoir une peur bleue, le vert de l’espoir… Nos émotions auraient-elles une teinte ? Depuis la nuit des temps, les traditions humaines ont toujours attribué une signification aux couleurs. Dans le domaine de la spiritualité, elles symbolisent la place hiérarchique des religieux, et surtout leur état d’âme Chaque couleur a son champ d’action à l’intérieur de notre palette émotionnelle. Tel un peintre, nous choisissons plus ou moins consciemment les couleurs qui nous correspondent psychologiquement à la fois dans notrelieu de vie mais également au quotidien dans le choix des vêtements que nous portons. Nous avons tous des habits, des couleurs que nous aimons porter tout simplement parce que nous nous sentons bien, nous nous sentons mieux vêtus ainsi. Si vous vous mettez à l’écoute de vous-même le matin avant de vous habiller, vous allez naturellement sentir quelles sont les couleurs qui vous conviennent pour cette nouvelle journée. La couleur est comme une nourriture pour le corps émotionnel. Si vous vous sentez fatigué, mettez du rouge consciemment. Vous vous apercevrez que vos vêtements vont vous donner de la vitalité et si vous n’aimez pas le rouge choisissez un orangé, il vous apportera de l’énergie et un côté joyeux, spontané. Ce petit exercice quotidien est formidable


6•7

pour développer l’écoute de soi. Point besoin de temps, même si le réveil «a oublié» de sonner : il suffit de vous poser la question «Quelle couleur ai-je besoin ou envie de porter aujourd’hui ?». Avec le temps, vous deviendrez de plus en plus sensible à l’influence de la couleur. Cette relation entre la couleur et les émotions est connue depuis toujours par les hommes qui ont développé la faculté de clairvoyance. Celle-ci permet de voir notamment le corps émotionnel d’une personne. Ce corps est comme une bulle, un œuf de lumière très coloré qui entoure le corps physique à une soixantaine de centimètres en moyenne. Un clairvoyant n’a pas besoin s’ouvrir les yeux pour voir l’aura ; il situe son organe de perception interne au centre du cerveau à proximité de la glande pinéale. Edgar Cayce fut l’un des clairvoyants les plus connu au siècle dernier. Il nous a laissé de nombreux témoignages dans ses ouvrages. Dans l’un d’eux, il raconte qu’il est né avec cette faculté et qu’il a mis longtemps avant de s’apercevoir que tout le monde n’avait pas la même» vision des choses». Il décida alors d’étudier de manière plus approfondie les relations entre les couleurs de l’aura d’une personne et sa psychologie, son contexte émotionnel du moment. Il ajoutait également tout être humain voit les auras inconsciemment. Cela se manifeste par exemple quand nous disons à quelqu’un «c’est joli ce que tu portes, ça te va bien… elle te va bien cette couleur» ou bien «ça ne te va pas du tout… tu portes très mal le rouge», etc. Nous évaluons ainsi l’harmonie des couleurs entre celles de l’aura et celles de la tenue vestimentaire.

“ La couleur est comme une nourriture pour le corps émotionnel. Si vous vous sentez plutôt fatigué, mettez du rouge consciemment. Vous vous apercevrez que vos vêtements vont vous donner de la vitalité. ”


8•9

“ Vert de jalousie ”


EXCITÉ ENTHOUSIASMER, INCITER, PROVOQUER, POUSSER QUELQU’UN (EXCITER AU TRAVAIL) FOLÂTRE VIEILLI QUI AIME BIEN JOUER GAIEMENT, FAIRE DES PLAISANTERIES FOU FAMILIÈREMENT EXTRAORDINAIRE GAI QUI A DE LA GAIETÉ, DE LA BONNE HUMEUR POUR UNE PERSONNE GAILLARD PLEIN D’ALLÉGRESSE ET DE VIVACITÉ GUILLERET PLEIN DE VIVACITÉ ET DE GAIETÉ HEUREUX QUI JOUIT DU BONHEUR QUI ÉPROUVE UNE SATISFACTION MOMENTANÉE HILARE LANGAGE SOUTENU QUI MANIFESTE UNE JOIE BÉATE JOUEUR QUI AIME SE LIVRER À DES JEUX POUR SE DISTRAIRE JOVIAL LANGAGE SOUTENU QUI AIME RIRE ET PLAISANTER

LA PSYCHOLOGIE DES ÉMOTIONS

“ Les émotions agissent sur nos comportem Elles rendent la communication plus effic L’émotion est une notion floue et elle est difficilement définissable (Alvarado et al., 2002). Elle présente la particularité d’être idiosyncrasique, c’est-à-dire particulière et propre à chaque individu (Picard, 2003). De ce fait, plusieurs définitions et rôles ont été donnés à l’émotion (Francois et al., 2001; O’Regan, 2003). Déjà en 1879, Charles Darwin, fondateur de la théorie de l’évolution, la définit comme cette faculté d’adaptation et de survie de l’organisme vivant. Il la voit comme innée, universelle et communicative. D’un point de vue comportemental, l’émotion est perçue comme un « motivateur », une entité qui influence le choix d’un individu en réponse à un stimulus externe ou interne. D’un point de vue socioculturel, les sentiments sont cette réponse donnée à une interaction avec nous-mêmes et/ou avec les autres. Une émotion existe à la fois dans la dimension personnelle et sociale de l’individu. Elle serait cette capacité d’adaptation et de changement, ce lien qui forme nos relations et nous met en interaction avec l’autre. De récentes études en neurobiologie ont démontré que les émotions sont un mélange de plusieurs facteurs biochimiques, socioculturels et neurologiques (O’Regan, 2003). Elles se traduisent par des réactions spécifiques : motrices (tonus musculaire, tremblements...), comportementales (incapacité de bouger, agitation, fuite,


agression...), et physiologiques (pâleur, rougissement, accélération du pouls, palpitations, sensation de Malaise...). Elles seraient à la base de nos réactions physiologiques et comportementales.

JOYEUX QUI EXPRIME LA JOIE QUI INSPIRE LA JOIE

Au regard de ces définitions, le concept d’émotion apparaît comme polysémique. Il est, en effet, difficile de donner une définition claire et univoque de l’émotion. Cependant, les spécialistes s’accordent à dire que la pluralité des définitions de l’émotion n’altère en rien son rôle central dans toute analyse comportementale. Elle est en rapport étroit et permanent avec nos décisions et nos actions.

RADIEUX QUI RAYONNE QUI EXPRIME LE BONHEUR, LA JOIE

Les émotions agissent sur nos comportements quotidiens, sur nos choix et nos perceptions. Elles rendent la communication plus efficace et lui confèrent avec un haut niveau d’impact. En outre, les émotions jouent un rôle clé dans tous processus d’apprentissage en agissant sur la capacité de mémorisation

RÉJOUI QUI MANIFESTE LA JOIE

RAVI TRÈS HEUREUX, ENCHANTÉ FORMULE DE POLITESSE : ENCHANTÉ !

REGONFLÉ FAMILIÈREMENT REDONNER DU COURAGE ET DE L’ENTHOUSIASME

ments quotidiens, sur nos choix ainsi que nos perceptions. cace et lui confèrent avec un haut niveau d’impact. ” de l’apprenant, sur sa rétention de l’information et sur son attention (Alvarado, 2002). Lors de l’acquisition des connaissances, les émotions agissent à différents niveaux sur l’esprit humain. De récentes études ont démontré que les émotions et la cognition sont intimement liés. C’est pourquoi, il est difficile d’aborder l’aspect cognition sans faire référence aux émotions. La théorie de William James & Carl Lange Choquart (1887) énonce une différenciation des émotions selon les modifications corporelles : à chaque émotion correspond telles modifications. La théorie de Cannon-Bard réfute cette théorie.

REVIGORÉ REDONNER DE LA VIGUEUR RIEUR QUI AIME À RIRE SATISFAIT ASSOUVI, CONTENT SEREIN CALME, TRANQUILLE AU SENS FIGURÉ

10 • 11


L’INFLUENCE DES SAISONS ABATTU AFFAIBLI DÉMORALISÉ, DÉCOURAGÉ   DÉLIVRÉ CELUI QUI SAIT CE QUI APPARTIENT AU SENS SUPRÊME, QUI A REJOINT L’ÊTRE SUPRÊME

Vous avez tous remarqué votre sensibilité aux changements climatiques et météorologiques. Le soleil vous donne meilleur moral et la pluie vous rend mélancoliques à tel point que certaines personnes font des dépressions saisonnières. Vous avez noté cette coïncidence du calendrier des émotions et les saisons. Partez à la découverte de votre calendrier émotionnel.

DÉTENDU QUI EST REPOSÉ, PHYSIQUEMENT ET INTELLECTUELLEMENT, QUI N’EST PAS TENDU

Vous avez remarqué, également, que non seulement vous êtes sensibles à la baisse de la lumière, à la chaleur , au vent, à la pluie ou au froid mais en plus viennent s’y ajouter des émotions. Vous avez peur de l’orage et de la foudre car enfant vous en avez souffert, de même vous éprouvez un sentiment de solitude l’été parce que vous restiez seul chez vous alors que vos amis d’enfance partaient en vacances à la mer ou à la montagne,

ÉBLOUI ÉMERVEILLÉ, ADMIRATIF ÉGAYÉ DONNER DE LA GAIETÉ, RENDRE PLUS AGRÉABLE CONTRARIÉ QUI ÉPROUVE DE LA CONTRARIÉTÉ, FÂCHÉ, ENNUYÉ CRISPÉ DEVENIR NERVEUX, AGACÉ COURROUCÉ LANGAGE SOUTENU FURIEUX QUI EST ENRAGÉ   ECŒURÉ QUI A LE CŒUR SOULEVÉ, QUI A LA NAUSÉE EXASPÉRÉ METTRE QUELQU’UN AU COMBLE DE L’IRRITATION, LE POUSSER À BOUT

Votre calendrier des émotions personnel s’est mis en place à votre insu. Les saisons parlent à votre inconscient. Dans le fondement de la biorythmie, chaque cycle a une durée différente en nombre de jours. Pour le cycle biorythme émotionnel la durée est de 28 jours, ces 28 jours vont être divisés en deux périodes de 14 jours. La première période, que l’on appelle la période « haute » ou période de décharge, et qui correspond à la période qui se situe au-dessus de la ligne horizontale, est celle où l’on va se décharger, nos émotions seront parfaitement bien gérées, c’est le cycle de la joie. La deuxième période, que l’on appelle la période « basse » ou période de recharge, et qui correspond à la période qui se situe au-dessous de la ligne horizontale, est celle où l’on va se recharger. Isolement et tristesse sont au rendez-vous.


12 • 13 12 • 13

À chaque changement de période dans un des cycles des biorythmes, il y a un jour où l’on croise la ligne horizontale, c’est ce que l’on appelle un jour « critique ». Lors de la période de décharge, l’équilibre émotionnel et sentimental sera à son apogée, tout ce qui y est lié paraîtra beaucoup plus simple. C’est en général dans cette phase que nous faisons preuve de tact, de délicatesse et de compassion, l’attention portée à l’être aimé sera beaucoup plus expansive. Les relations seront facilitées et notre travail en équipe sera très productif et fera des merveilles. Nous aurons une certaine facilité d’expression, si nous devions faire un discours notre élocution sera naturelle. C’est le moment idéal pour exprimer notre créativité, nous allons déborder d’imagination, de joie de vivre et les difficultés de la vie quotidienne seront acceptées avec beaucoup plus de philosophie et de sérénité. Lors de la période de recharge, un rien nous irrite, on se sent déprimé, on broie du noir. Les difficultés du quotidien ne seront pas gérées, les larmes et les coups de colère nous affecteront beaucoup plus facilement. Il serait bien que dans cette phase les rendez-vous d’affaires soient évités, car ils ne seront pas très constructifs, on s’emportera rapidement dans nos paroles si des sujets litigieux sont abordés. Du côté de notre vie affective, notre manque de maîtrise de nous-mêmes et notre susceptibilité amplifieront les disputes futiles. Les jours critiques dans le cycle biorythme émotionnel sont au nombre de deux, il s’agit du 14e jour ainsi que du dernier jour du cycle. Lors de ces deux jours, nous nous retrouvons en déséquilibre énergétique, notre corps va passer de la phase de charge d’énergie à la phase de décharge.


ALLÈGRE

AMUSÉ

BÉAT

BIEN

DISPOSÉ  

ÉMOUSTILLÉ

ÉMU

EN  EXTASE

ENJOUÉ

CONTRARIÉ

HORRIPILÉ

INCOMMODÉ

ULCÉRÉ

ABASOURDI

ATTERRÉ

DÉFAIT

DÉPRIMÉ

LUGUBRE

DÉGOÛTÉ

CONSTERNÉ

DÉCHIRÉ

ÉMU

ÉPLORÉ

CONSTERNÉ

DÉCONCERTÉ

ALARMÉ

HORRIFIÉ

ANGOISSÉ

INQUIET

CHARMÉ

CRISPÉ

CAPTIVÉ

DE  MAUVAISE HUMEUR

BABA

COMBLÉ

COURROUCÉ

CONFONDU

CONFUS

DÉSABUSÉ

DÉSENCHANTÉ DÉSESPÉRÉ

DÉSOLÉ

DÉSABUSÉ

  DÉSENCHANTÉ DÉSILLUSIONNÉ

ÉCŒURÉ

DÉSORIENTÉ

ÉBAHI

ÉBAUBI

ÉBOURIFFÉ

EMBARRASSÉ

ÉMERVEILLÉ

ANXIEUX

APEURÉ

CHOQUÉ  

CRAINTIF

DÉCONCERTÉ

DÉROUTÉ

INTIMIDÉ

MAL

 À  L’AISE

HORRIPILÉ

ENRAGÉ

MAL  ASSURÉ


15

CONFIANT

ENRAGÉ

CONTENT  

DÉCONTRATÉ

ECŒURÉ EN COLÈRE

DÉLIVRÉ

DÉTENDU

ÉNERVÉ

ENRAGÉ

ÉBLOUI

ÉGAYÉ

EXASPÉRÉ

EXCÉDÉ

ATTRISTÉ

BOULEVERSÉ

CAFARDEUX

NERVEUX

REMONTÉ

ÉMERVEILLÉ

FÂCHÉ

CHAGRINÉ

AFFECTÉ

AFFLIGÉ

ANÉANTI

ATTERRÉ

FRUSTRÉ

FURIEUX

HAINEUX

IRRITÉ

MÉCONTENT

HORRIPILÉ

INCOMMODÉ

ULCÉRÉ

ABASOURDI

ATTERRÉ

BABA

CONFONDU

CONFUS

ÉPATÉ

ÉPOUSTOUFLÉ

ESTOMAQUÉ

ÉTONNÉ

ÉTOURDI

FRAPPÉ

INTERDIT

FOLÉ

DÉSEMPARÉ

DÉSORIENTÉ

DÉSTABILISÉ

EFFARÉ

EFFAROUCHÉ

ÉPOUVANTÉ

GLACÉ

PEUR

REMONTÉ

ATTERRÉ

INTERDIT

CONFUS

FURIEUX

ÉPLORÉ

ÉMU

ACCABLÉ

CONTRARIÉ


DANS LA VIE DE TOUT LES JOURS

Nous utilisons tous les jours des expressions qui rendent compte du lien entre une couleur et une émotion : rire jaune, broyer du noir, voir rouge, être vert de rage, voir la vie en rose, avoir une peur bleue, le vert de l’espoir… Chaque couleur a son champ d’action à l’intérieur de notre palette émotionnelle. Tel un peintre, nous choisissons plus ou moins consciemment les couleurs qui nous correspondent psychologiquement à la fois dans notre lieu de vie mais également au quotidien dans le choix des vêtements que nous portons. Nous avons tous des habits, des couleurs que nous aimons porter tout simplement parce que nous nous sentons bien, nous nous sentons mieux vêtus ainsi. Si vous vous mettez à l’écoute de vous-même le matin avant de vous habiller, vous allez naturellement sentir quelles sont les couleurs qui vous conviennent pour cette nouvelle journée. La couleur est comme une nourriture pour le corps émotionnel. Si vous vous sentez fatigué, mettez du rouge consciemment. Vous vous apercevrez que vos vêtements vont vous donner de la vitalité et si vous n’aimez pas le rouge choisissez un orangé, il vous apportera de l’énergie et un côté joyeux, spontané. Ce petit exercice quotidien est formidable pour développer l’écoute de soi. Point besoin de temps, même si le réveil «a oublié» de sonner : il suffit de vous poser la question «Quelle couleur ai-je besoin ou envie de porter aujourd’hui ?». Avec le temps, vous deviendrez de plus en plus sensible à l’influence de la couleur.



TWIST #1