Page 1

MENSUEL No 2

www.devillard.ch - T. 0848 912 912

www.ccig.ch

DU COPIEUR À LA GED

Mars 2012

Bulletin d’information de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève

Congrès mondial 2015

e-certify: légalisation online

infoSPONSORS

Découvrez le logo que la CCIG, prête à accueillir le 9e Congrès mondial des Chambres de commerce, a créé pour soutenir sa candidature.

Le nouveau système mis en place à la CCIG permet aux entreprises de commander et recevoir les certificats d’origine par Internet.

La banque privée répond aux deux exigences principales des investisseurs: avoir totalement confiance dans sa banque et obtenir la meilleure performance.

PAGE 3

SOMMAIRE 2

GTE: vingt ans de mobilisation EDITORIAL PAV: Et si l’on regardait (enfin) vers l’avenir?

3

infoCHAMBRE - Congrès mondial des Chambres de commerce: le logo nouveau est arrivé - Recommandations de vote pour le 11 mars prochain

4

infoCOMMERCE INTERNATIONAL - Mission économique en Afrique du Sud - Opportunités d’investissements à Taiwan - e-certify, la légalisation de documents par Internet

5

infoCHAMBRE - Midi de la Chambre - Accueil des nouveaux membres

6

infoPARTENAIRES - 5e Prix de l’Entreprise SVC Suisse romande - Journée du Conseil d’administration

7

8

infoSPONSORS - Bordier & Cie: une alternative à l’agitation - Dorier SA: Optimisez l’impact de vos conférences infoAGENDA - Comment créer un avantage concurrentiel sur vos marchés grâce à la RFID active - Les Rencontres de l’innovation - Prochain Midi de la Chambre - Dîner annuel précédé de la 147e Assemblée générale

MULTIPLIEZ VOS FRANCS PAR DEUX. JOUR APRES JOUR.

COMPTE DE PREVOYANCE CIC EPARGNE 3A

2,15 %

PAGE 4

PAGE 7

Groupement Transports et Economie

Une nouvelle présidente déterminée à faire bouger Genève Directrice adjointe de la CCIG, Nathalie Hardyn a été élue, le 22 février dernier, à la présidence du Groupement Transports et Economie (GTE). Au sein de la CCIG, elle est responsable des dossiers relatifs à la mobilité, l’énergie, l’environnement et au développement durable, autant de thématiques ultrasensibles qui lui tiennent particulièrement à cœur. Avec la présidence du GTE, qui souffle cette année sa vingtième bougie (voir p.2) et à l’heure où l’association pilote la lutte contre la fermeture de 50 rues-tests à Genève, Nathalie Hardyn entend démontrer que les intérêts des entreprises sont compatibles avec ceux de la population. Décryptage des ambitions de la nouvelle présidente.

La campagne que viennent de lancer le GTE et la CCIG contre la fermeture de 50 rues-tests peut donner l’impression d’être en opposition au développement durable et à la qualité de vie: que répondez-vous aux sceptiques? Se déplacer n’est jamais une fin en soi. À l’origine de chaque mouvement, il y a un besoin à satisfaire pour celui qui se déplace. En ce sens, la mobilité fait partie de la qualité de vie. Il n’y a plus de qualité de vie si l’un des trois piliers du développement durable s’écroule. Si nous combattons le crédit municipal de 5 millions pour tester la fermeture de 50 rues en Ville de Genève, c’est parce qu’il est néfaste pour l’économie. Les entreprises et les commerces en ont assez que les

autorités compliquent la vie de leurs clients. Le projet est aussi mauvais pour la qualité de vie dans les quartiers concernés : report du trafic, difficultés de stationnement, plus de bouchons, de bruit et de pollution. Le GTE est-il favorable à l’aménagement de zones piétonnes? Oui, pour autant que les clients, qui ne peuvent pas faire autrement que de se déplacer en voiture, puissent se garer dans des parkings pas trop éloignés. Est-il le porte-parole de la voiture à tout va? Non, ce n’est pas sa vocation. Il se préoccupe exclusivement des transports professionnels.

Que faire pour que les intérêts des entrepreneurs soient mieux pris en considération dans la politique des transports? Chaque projet devrait être examiné en fonction de ses avantages et de ses inconvénients pour l’économie. Mais cela suppose une réelle concertation au sein du Conseil des déplacements, la Commission consultative qui dépend du Département de l’intérieur et de la mobilité (DIM). Dans les faits, les projets sont trop souvent présentés clef en main. C’est ainsi que le DIM n’a tenu aucun compte des critiques du GTE sur le plan directeur du réseau routier 2011-14. Quels défis aimeriez-vous relever avec votre présidence? En matière de mobilité, les entreprises et les associations qui les représentent ont évolué, même si les Verts et la gauche ne l’ont pas compris. À Plan-les-Ouates ou aux Acacias, par exemple, des entreprises se regroupent pour gérer la mobilité de leurs employés. D’autres ouvrent des plates-formes de co-voiturage, financent des abonnements de transports publics, montent des plans de mobilité. Un de mes défis sera de faire passer ce message.

Pourquoi, par exemple, les autorités ne soutiendraient-elles pas le développement de plans de mobilité d’entreprise? En revanche, sur les sujets non négociables pour le GTE, comme la création de parkings aux abords des zones piétonnes commerçantes et le maintien des voies d’accès pénétrantes, je ferai preuve de détermination et de combativité. Vos vœux les plus chers pour Genève? En premier lieu, le développement des infrastructures de transport locales et régionales, à commencer par une traversée du lac. Ensuite, je souhaite que nous cessions les querelles stériles, ces «genevoiseries» qui empêchent que nous soyons pris au sérieux, notamment dans la politique fédérale. Un troisième vœu concerne l’équilibrage du développement des différents modes de déplacement, en fonction de leur pertinence spécifique. Le GTE ne demande pas que tous les modes de transport circulent partout. Mais il faut qu’ils soient plus rapides, plus fréquents et que la mise en service de nouvelles lignes soit précédée de l’ouverture de parkings (P+R) en bout de ligne, sur territoire genevois ou en France. Et là, les choses traînent beaucoup trop. Depuis 2008, une carte des autorités recense quarante P+R possibles, dont une trentaine sur territoire français: à ce jour, rien n’a été construit. C’est parfaitement inacceptable. ■ Propos recueillis par Zahi Haddad

Consultez notre site régulièrement mis à jour

www.ccig.ch


2 Mars 2012

No 2

GTE: Vingt ans de mobilisation

PAV: Et si l’on regardait (enfin) vers l’avenir? Les bonnes nouvelles font rarement la une des médias. Pourtant, ce début d’année a offert une conjonction réjouissante d’informations favorables dans un dossier phare pour la Genève du 21e siècle, la mutation du secteur Praille-AcaciasVernets (PAV). Fin janvier, tout d’abord, la Fondation Hans-Wilsdorf dévoilait un projet d’aménagement ambitieux à l’emplacement de l’actuelle caserne. Un centre universitaire, près de mille logements répartis dans six bâtiments aux gabarits aériens et des espaces publics harmonieux qui offrent une image concrète de ce que devrait être la ville de demain. Puis, deux semaines plus tard, c’est une décision de justice qui fait avancer le PAV. La Cour de justice dénie en effet à l’Asloca la qualité pour recourir contre le déclassement d’une partie du périmètre de SOVALP, libérant la voie aux 550 logements et 4600 postes de travail prévus à proximité de la gare du Pont-Rouge. Enfin, le palmarès du premier concours d’architecture initié par l’Etat, à la Marbrerie, sera divulgué prochainement, promettant des projets foisonnant d’idées novatrices puisque le cadre du concours était particulièrement large. Ces trois événements constituent un faisceau d’indices concordants: le renouvellement urbain du PAV se fera, et la Chambre le soutiendra. Cette déclaration de foi ne doit cependant pas se confondre avec un optimisme béat. De nombreuses questions restent encore sans réponse, notamment sur le plan financier. Du point de vue des entreprises, il ne s’agit pas du moindre des problèmes. Comment, où et à quel prix seront relogées les sociétés actuellement implantées dans le PAV? Quelle sera la valorisation des terrains dont elles sont propriétaires ou superficiaires? Plus que jamais, alors que les évolutions concrètes voient le jour, un effort accru de communication est attendu de la part de l’Etat. La CCIG se chargera, à chaque occasion, d’insister auprès des porteurs du projet pour que l’ensemble des acteurs soit intégré au processus de mutation. La réussite de l’opération en dépend grandement.

ÉDITORIAL

CHARLESLASSAUCE membre de la Direction

Alors qu’il fête vingt ans d’existence, le Groupement Transports et Economie dote son Comité d’un tandem engagé pour défendre la mise en place d’une politique des transports axée sur les besoins de l’économie genevoise. Aux côtés de Nathalie Hardyn, présidente (voir p.1), Nicolas Rufener, secrétaire général de la Fédération genevoise des métiers du bâtiment, prend la vice-présidence. Et revient sur deux décennies de mobilisation. «La liberté individuelle du choix du mode de transport est garantie», annonce la Constitution genevoise dans son article 160A. Avant de préciser que le réseau routier du canton et des communes s’organise afin «d’assurer un équilibre entre les divers modes de transport» ainsi que «la meilleure fluidité possible du trafic privé». Adoptées en juin 2002, ces quelques lignes concluent un combat fondateur lancé, via une initiative populaire, par le Groupement Transports et Economie (GTE), créé dix ans plus tôt, en 1992. «L’avancée est majeure, commente Nicolas Rufener. À cette époque-là, la mobilité devient un enjeu politique. Les problèmes de circulation sont à la mode et on parle d’une nouvelle traversée de la rade. Quant à la société genevoise, on la dit profondément polarisée. D’un côté, on trouverait une forte volonté de réappropriation urbaine, animée par les tenants d’une mobilité douce. À l’extrême opposé, il y aurait les défenseurs des besoins de l’économie considérés comme les chantres d’une mobilité individualiste et libertaire. En bref, ce seraient les pro et les anti voitures!» Multimodalité rationnelle Mais, pour Nicolas Rufener, l’idée est préconçue. Il ne s’agit pas de défen-

dre l’automobile, mais une mobilité facilitant la bonne marche des entreprises et des commerces et favorisant, par voie de conséquence, le maintien des emplois sur le territoire du canton ainsi que la santé des finances publiques. Et de rappeler un credo du GTE: «Une politique de déplacements multimodale basée sur le principe de la complémentarité.» Luimême adepte de la marche, du vélo et des transports en commun, Nicolas Rufener relève l’absurdité qu’il y a à sauter dans sa voiture pour effectuer de petits trajets, d’ailleurs parfois encouragée par un «étalement urbain continu et irréfléchi». Avocat de plus de rationalisation, il souhaite le développement d’une mobilité qui engloberait les intérêts de tous les usagers de la route, à mille lieues de l’imposition d’une vision unique réglementant la façon de se déplacer. Il dénonce ainsi les aménagements qui s’opèrent dans le seul but de contrer les voitures, sans vision globale du transport. Nouveau paradigme À l’heure de se projeter dans la Genève de demain, Nicolas Rufener met en lumière l’expérience zurichoise qui s’est développée à force de compromis pragmatiques. C’est ainsi que la capitale économique a accepté des suppressions de places

de parc en surface lorsqu’elles étaient compensées en sous-sol et remplacées par un réseau de transports en commun efficace. «Mais, pour réussir de la même façon, il est essentiel de lutter contre certaines aberrations, qui finissent par opposer, voire immobiliser les moyens de transport.» Ainsi, à Genève, sur certains tronçons, voitures et tramways se disputent rails et bitume, incapables de se coordonner et de gagner en fluidité. Pour y parvenir, «il est grand temps de rassembler tous les acteurs clefs autour de la table et de trouver ensemble des solutions négociées». En ce qui concerne le GTE, «je souhaite qu’il se positionne dorénavant plus comme une force de proposition que comme un réceptacle de doléances servant à mettre la pression sur les autres partenaires. Nous devons impérativement faire évoluer les mentalités tant dans la façon de mener les négociations que dans notre approche de la mobilité. Et de conclure: «Lorsque nous parlons transport, nous avons besoin d’une liberté alternative et non pas cumulative.» ■ ZH

■ INFORMATIONS www.gte.ch

Les objectifs du GTE • Maintenir l’accessibilité au centre-ville

• Compléter le contournement de Genève

• Sécuriser les déplacements

• Réaliser une traversée du lac

• Hiérarchiser le réseau routier

• Diminuer les nuisances dues au trafic

• Améliorer l’offre en stationnement et le réseau des transports publics.


3 No 2

Mars 2012

infoCHAMBRE

V O TAT IO N S

Congrès mondial des Chambres de commerce

Votations

11 MARS 2 012

Le logo nouveau est arrivé Recommandations Vous le saviez sûrement: la CCIG est candidate à l’organisation du 9e Congrès mondial des Chambres de commerce, qui aura lieu dans une ville européenne en 2015. Afin de réaliser un logo qui soutienne efficacement sa candidature, la CCIG a lancé un appel à projets auprès d’une trentaine de ses membres actifs dans la création graphique. Ce logo devait illustrer de façon percutante le dynamisme et les compétences de la Chambre au service des entreprises, tout en évoquant subtilement Genève et la Suisse.

de vote pour le 11 mars prochain Votation fédérale

Acceptez-vous l’initiative populaire «Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaire»? NON Acceptez-vous l’initiative populaire «Pour un traitement fiscal privilégié de l’épargne-logement destinée à l’acquisition d’une habitation à usage personnel ou au financement de travaux visant à économiser l’énergie ou à préserver l’environnement (Initiative sur l’épargnelogement)»? OUI

Geneva 2015

Acceptez-vous l’initiative populaire «6 semaines de vacances pour tous»? NON Acceptez-vous la loi fédérale du 18 mars 2011 sur la réglementation du prix du livre (LPL)? NON

9th World Chambers Congress Le projet ci-dessus a été retenu. Il s’agit de celui de l’agence Booster Communication SA, qui a choisi comme symbole fédérateur et universellement compréhensible la flèche. C’est donc un faisceau de flèches qui entourent le monde, « orientent nos efforts communs et proposent un avenir. Elles expriment le fait d’oser, d’entreprendre », comme l’exprime Laurent Cordaillat, directeur de l’agence. Cet élan est « toutefois canalisé graphiquement par une structure représentant notre savoir-faire ou

notre terroir ». Il en découle une ouverture sur le monde doublée d’une « vision solide et pragmatique des affaires et de la société ». En fin de compte, ce logo exprime la confiance en mouvement, selon Booster Communication SA. Plus que quelques mois… Le Congrès mondial est un événement biennal qui attire un millier de participants, dont des chefs d’entreprise et des leaders d’opinion du monde entier, de même que des personnalités politiques locales ou nationales. Il est la seule plate-

forme internationale où les cadres des Chambres de commerce peuvent échanger leurs expériences, développer des réseaux et se tenir au courant des innovations des autres CCI pour continuer à répondre aux besoins des entreprises de leur région respective. Face à Genève, seule Turin reste en lice à ce jour. La lauréate sera désignée fin novembre par le Conseil général de la Fédération mondiale des Chambres de commerce. ■ Sonam Bernhard

Votation cantonale Acceptez-vous la loi modifiant la loi sur l’instruction publique (Horaire scolaire) (C 1 10 - 10744), du 26 mai 2011? OUI Acceptez-vous la loi modifiant la loi sur les manifestations sur le domaine public (Manifestations à potentiel violent) (LMDPu) (F 3 10 - 10615), du 9 juin 2011? OUI

Devenir membre de la CCIG ? • De nombreux événements • Des possibilités de mise en réseau • Des informations et publications régulières • Des services et prestations de qualité • Une plate-forme de lobbying politique

et bien d’autres avantages ! En savoir plus: 022 819 91 11


4 Mars 2012

No 2

infoCOMMERCE INTERNATIONAL Séance d’information

Mission économique en Afrique du Sud en octobre 2012 Vendredi 4 mai 2012, de 8h à 10h - CCIG, bd du Théâtre 4, Genève Le Swiss Business Hub South Africa (SBHSA) a étudié le potentiel commercial que recèle l’Afrique du Sud pour les entreprises suisses. Le constat est réjouissant: le pays foisonne de projets et d’initiatives susceptibles d’offrir de bonnes perspectives d’investissements. C’est la raison pour laquelle la CCIG, en collaboration avec l’OPI et l’Osec, organise une mission économique à destination de ce pays en octobre de cette année. Interview avec Jonathan Lincoln, Trade Officer au SBHSA, qui en présentera le programme définitif lors de cette séance d’information. Quel intérêt une entreprise genevoise aurait-elle à participer à cette mission? Le déclin des marchés européens permet à l’Afrique du Sud d’être de plus en plus attrayante aux yeux des investisseurs. Son secteur financier s’avère l’un des plus fortement réglementés au monde et la Bourse de Johannesburg a été nommée numéro un mondial en 2011. La véritable question serait plutôt de savoir si les entreprises suisses peuvent se permettre d’ignorer ce qui est en train de devenir un marché mondial très important.

Quelles sont les particularités de l’Afrique du Sud en termes d’opportunités d’affaire et d’investissement? L’Afrique du Sud est la porte d’entrée de l’Afrique subsaharienne. Son économie est la plus développée et la plus riche du continent, dont elle est le plus grand investisseur. Les quatre banques principales sont toutes sud-africaines, ce qui est également le cas d’un grand nombre de multinationales. De 2010 à 2011, l’investissement total de l’Afrique du Sud sur son continent a augmenté de 19,8%. Il ne s’agit donc pas du

potentiel de marché uniquement des quelque 49 millions de SudAfricains, mais aussi de celui du reste de l’Afrique, qui est énorme. Comment va se dérouler la mission et quels contacts pourront être pris sur place? Le programme comprendra des réunions avec le ministère du Commerce et de l’Industrie, l’Industrial Development Corporation, le Conseil pour la recherche scientifique, des organisations régionales de promotion du commerce et des acteurs des secteurs industriels concernés.

Quelles sont les entreprises cibles dont vous préconisez la participation? Les cinq secteurs qui offrent aux entreprises suisses les meilleures opportunités d’investissement sont ceux des «cleantech», de l’infrastructure, des technologies de l’information et de la communication, d’ingénierie industrielle et des sciences de la vie. Comment se présente l’avenir conjoncturel en Afrique du Sud à moyen et long terme? Au cours de ces dernières années, les investissements étrangers directs

(IED) ont augmenté de manière significative. De fait, en 2011, l’Afrique du Sud a atteint 8,1% des flux mondiaux d’IED. En outre, l’augmentation du PIB de l’Afrique subsaharienne devrait être d’environ 5%. Pour les entreprises sud-africaines bien implantées dans le continent, les perspectives à moyen et à long termes sont roses. Et nous sommes convaincus que l’Afrique représente le marché du futur. ■ ■ INFORMATIONS Philippe Meyer: p.meyer@ccig.ch Tél. 022 819 91 11

Sav et he da te

Séminaire sur les opportunités d’investissement à Taiwan Vendredi 27 avril 2012, de 11h à 14h CCIG, bd du Théâtre 4, Genève

UNE ÉQUIPE POUR VOUS ÉCOUTER, VOUS COMPRENDRE ET VOUS ACCOMPAGNER

La CCIG organise une conférence à laquelle participera une délégation économique en provenance de Taipei. Des représentants de sociétés des secteurs des technologies de l’information et des communications, de la finance et des infrastructures présenteront les perspectives de développement et d’investissement à Taiwan. Maxime Marini, Sr Director Engineering, Retail Pointing Devices de Logitech Europe, viendra pour sa part témoigner de l’intérêt d’une présence à Taiwan pour couvrir les marchés chinois et asiatiques. Programme et inscriptions sur www.ccig.ch, dès le 15 mars 2012

e-certify, la légalisation de documents par Internet BDO est la fiduciaire privilégiée des PME, des administrations publiques et des institutions sans but lucratif.

BDO SA • Route de Meyrin 123 • CP 24 • 1219 Châtelaine Tél. 022 322 24 24 • geneve@bdo.ch • www.bdo.ch

Audit • Fiduciaire • Conseil

Près de 13000 certificats d’origine ont été délivrés par la CCIG en 2011. Son Service visas et légalisations, partenaire incontournable des entreprises actives dans le commerce international, légalise, dans un délai de 24 heures, les certificats d’origine, factures, attestations et autres documents nécessaires à l’exportation. Un nouveau système permet désormais aux entreprises de commander et d’obtenir les certificats d’origine via Internet. Cette plate-forme intitulée e-certify offre de nombreux avantages. Les documents liés à la certification sont adressés directement aux intéressés, qui peuvent les imprimer s’ils le souhaitent et ainsi

réduire leurs frais. Car si le coût reste le même que pour une procédure de légalisation au guichet, il n’y a plus de frais supplémentaires. Mis en place par les Chambres de commerce de Suisse romande, e-certify est déjà utilisé par de nombreux exportateurs. Pour en bénéficier, les entreprises membres de la Chambre établissent une convention de partenariat avec la CCIG. ■

■ INFORMATIONS Contactez dès maintenant le Service visas et légalisations Tél. 022 819 91 02


5 No 2

Mars 2012

infoCHAMBRE

Compte rendu

Accueil des nouveaux Midi de la Chambre du 23 février 2012 membres © Didier Jordan

Le dernier Accueil des nouveaux membres de la CCIG a eu lieu le 9 février dernier. Seize entreprises y ont participé. FONDATION DES PARKINGS Gestion de parkings www.ge.ch/parkings

AGENCE TRT Agence de placement www.agence-trt.ch

KEYTRADE BANK SA, Bruxelles, Succursale de Genève Banque www.keytradebank.ch

ZIMIZPROMOTIONS Organisation de journées et soirées thématiques à but festif, culturel et commercial www.zimizpromotions.ch

Manifestations axées sur la mise en relation d’affaires, les Midis de la Chambre rencontrent un plein succès.

Avec presque deux siècles d’expérience, le Comptoir Immobilier s’affirme comme un acteur incontournable de l’immobilier et compte plus de 145 collaborateurs répartis dans ses six agences romandes. Le Comptoir Immobilier intervient dans de multiples domaines: gérance, PPE, vente, études et développements, immobilier d’entreprise, locations commerciales et résidentielles. www.comptoir-immo.ch À l’aube de ses 200 ans, la Banque Cantonale de Genève exerce une fonction vitale de soutien et de dynamisation de l’économie régionale. Active auprès des particuliers comme des entreprises, elle finance de nombreuses PME et le secteur immobilier genevois. Elle offre des services de private banking et gestion d’actifs financiers pour clients institutionnels. Banque universelle régionale, cotée en bourse suisse, elle présente le réseau bancaire le plus dense du canton. www.bcge.ch

Depuis 25 ans, JP excursions est au service de ses clients pour tous leurs déplacements à Genève, en Suisse et en Europe. Son personnel qualifié est à même de répondre à tous les problèmes ou soucis en matière de voyages ou de transferts. Elle peut également mettre chauffeurs et véhicules à disposition pour des visites ou soirées. www.jpexcursions.com Fondée en 1979, la société d’ingénieurs civils amsler bombeli et associés sa est spécialisée en structures porteuses, géotechnique et travaux spéciaux, infrastructures routières et environnement. Elle est actuellement en charge du pont Hans-Wilsdorf, de l’extension du Musée d’Ethnographie, de l’agrandissement de l’Opéra de Lausanne, du centre de la Coop à Vésenaz et des fondations du nouveau refuge du Goûter à 3835 m d’altitude. www.amsler-bombeli.ch CI Group SA regroupe trois sociétés qui se sont réunies sous le même

Sponsors

toit afin d’offrir une palette de prestations complémentaires. Il s’agit de Nobile & Cie SA, spécialisée dans la peinture, les papiers peints et la décoration; de Lumiverre SA, qui fabrique des plafonds métalliques et des luminaires techniques, ainsi que de Martin & Cie SA, professionnels de la plâtrerie, du staff, du moulage, des cloisons, des plafonds suspendus, des isolations et de la décoration. www.ci-group.ch Booster Communication SA a pour mission de «booster» le business de ses clients et propose trois familles de prestations à la carte: l’Agence de communication offre des services autour d’une approche en quatre étapes; l’Ecole de vente propose 77 modules de formation pour créer des programmes sur mesure; les coachs du Pôle d’experts (management, vente, marketing) accompagnent les clients dans leurs projets commerciaux afin de leur faire gagner du temps et de l’argent. www.boostercommunication.ch

Co-sponsors

AGORABEE SA Electronique RFID Active www.agorabee.com M&R CONSEILS PROJETS IMMOBILIERS SA Conseils, représentation de maîtres d’ouvrage, développements immobiliers www.mr-conseils.ch HIRZEL.NEEF.SCHMID. CONSEILLERS Conseil en communication et organisation www.konsulenten.ch MINO SA Chauffage, ventilation, climatisation, régulation, gestion d’énergies www.mino.eu RS SOLUTIONS SA Photolithographie www.rs-solutions.ch ALPAHACONSULTING Prestations de conseils

Partenaires

INVOLVE SÀRL Conseil et délégation de personnel pour les professionnels de l’industrie www.involve.ch ELCO SA Fabricant d’enveloppes www.myelco.ch TAFKAJ SÀRL Galerie et commerce d’art www.tafkaj.com 1.31 Conseil et analyse en marketing digital TESLA MOTORS SWITZERLAND GMBH Voitures électriques www.teslamotors.com BBGI GROUP SA Gestion de fortune www.bbgi.ch

2012

Nos clients, des entreprises, des indépendants et des personnes privées COMPTABILITÉ – FISCALITÉ – DÉCLARATION D’IMPÔTS – CONTRÔLE DE GESTION

DÉCLARATION DÈS 80.SUR RENDEZ-VOUS À NOS BUREAUX, 6 ROUTE DES JEUNES OU AUPRÈS DE NOTRE AGENCE SITUÉE SUR LA RIVE GAUCHE EN TÉLÉPHONANT AU 079 244 62 27 DÉPLACEMENT À DOMICILE (SUPPLÉMENT DE FR. 20.-)

TARIF FORFAITAIRE:

POUR TOUS VOS MANDATS FIDUCIAIRES TRANSMISE À L’ADMINISTRATION FISCALE EN 72H DÈS RÉCEPTION

Route des Jeunes 6 – 1227 Les Acacias – Carouge T. 022 771 46 40 – F. 022 771 46 41 – P. 079 236 95 57

www.fiducompta.ch info@fiducompta.ch


6 Mars 2012

No 2

infoPARTENAIRES

Compte rendu

5e Prix de l’Entreprise SVC Suisse romande

Une société genevoise en lice

Journée du Conseil d’administration

Le 25 avril prochain sera remis le 5e Prix de l’Entreprise Suisse romande du Swiss Venture Club (SVC). La lumière sera faite sur les six finalistes, dont fait partie la société de construction Induni & Cie SA, sise au Petit-Lancy. Qui sera couronné ?

Le 9 février dernier, la Fondation Swiss Board Institute a tenu sa première Journée du Conseil d’administration à Genève, avec la CCIG pour partenaire.

© SVC

Rocha & Associés architectes SA à Lausanne; ou encore Translait SA à Corminboeuf, entreprise de transformation et de transport de produits alimentaires.

Le 24 juin 2010, l’entreprise bulloise Sottas SA remportait le 4e Prix de l’Entreprise SVC.

Les entreprises désignées ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse par un jury d’experts indépendants et représentatifs de la Suisse romande. Alors que la première sélection comptait 90 sociétés proposées par le jury, un examen plus approfondi a permis d’en retenir 16, puis finalement 6, qui ont été visitées par le jury in corpore. Parmi les principaux critères retenus figurent l’originalité de la proposition de valeur, la réussite commerciale, la durabilité, les postes de travail créés et la stratégie à venir. Près d’un siècle de constructions La société genevoise de construction Induni figure au nombre des nominés romands 2012 aux côtés d’entreprises aux profils aussi divers que FKG Dentaire SA à La Chaux-deFonds, spécialisée dans les dispositifs dentaires; Ginox SA à ChaillyMontreux, active dans les cuisines professionnelles; Prodague SA à Essert-sous-Champvent, qui cultive et met en valeur des produits alimentaires frais; la société Richter Dahl-

Fondée en 1917 par Pierre Induni, cette entreprise bientôt centenaire a vu son histoire jalonnée de plusieurs étapes marquantes, dont deux reprises par ses cadres supérieurs, en 1997 puis en 2007. Entreprise générale de construction, au service d’investisseurs privés et publics, Induni est active dans le bâtiment – logements, centres administratifs, industriels, commerciaux, artisanaux ou scolaires – et le génie civil, la construction de routes, voies de tram, rues piétonnes et places de jeux. Elle jouit aujourd’hui d’une forte implantation dans l’arc lémanique et le Valais. L’entreprise a développé une stratégie à trois volets: un matériel informatique pour permettre une planification très sophistiquée des projets, un propre parc de machines pour une très forte réactivité et un management très concentré sur l’accompagnement de ses quelque 530 collaborateurs. Soutien au tissu économique L’économie romande est jalonnée de quelque 100000 PME, actives dans les domaines les plus variés. Le Swiss Venture Club s’est donné pour objectif de les soutenir dans leur diversité et de favoriser l’entrepreneuriat. Le Prix de l’Entreprise SVC est décerné dans les sept régions de l’association que sont la Suisse romande, la Suisse italienne, l’Espace Mittelland, Nordschweiz, Ostschweiz, Wirtschafts-

raum Zurich et Zentralschweiz. Il vise à mettre en lumière les entreprises méritantes qui assurent la vitalité de la place économique suisse. À l’heure des défis successifs imposés aux PME par la crise de 2008 et la force du franc suisse, cette cérémonie souligne également – et célèbre – les trésors d’ingéniosité et de flexibilité dont nombre d’entrepreneurs font montre. Depuis le premier Prix de l’Entreprise, décerné en 2003 dans la région «Espace Mittelland», plus de 150 entreprises finalistes ont été distinguées. En Suisse romande, le Prix a déjà eu lieu en 2005, 2006, 2008 et 2010 et a couronné Felco SA, Preci-Dip Durtal SA, Symbios Orthopédie SA et Sottas SA. Engagement des experts et des sponsors Parallèlement à l’engagement des experts du jury, le Prix de l’Entreprise SVC Suisse romande est rendu possible grâce au soutien de nombreux sponsors, aux Chambres de commerce romandes, aux organisations patronales, à l’OSEC et à Swiss Export. En avril 2012, cette manifestation d’envergure sera retransmise par la Télé et différentes chaînes de télévision régionales, dont Léman Bleu.■ Jean-Marie Salina, Comité romand du SVC

■ INFORMATIONS La participation à la Cérémonie est soumise à une inscription obligatoire. Merci de bien vouloir vous annoncer au 021 340 21 21. www.swiss-venture-club.ch

Durant la matinée, les orateurs ont esquissé un état des lieux des principales problématiques auxquelles les administrateurs sont aujourd’hui confrontés dans leur activité: cadre légal, fiscalité, norme de révisions, analyse des risques, système de contrôle interne, principes d’autorégulation et de gouvernance. Puis la discussion s’est poursuivie sur les fondamentaux du Conseil d’administration et, l’après-midi, un panel a débattu des situations de crise au sein des Conseils. Au regard des intervenants, les Conseils d’administration composés de connaissances du service militaire, d’amis ou encore de membres de la famille appartiennent au passé. La personnalité des membres du Conseil est déterminante pour que ce dernier puisse travailler et exercer sa fonction d’organe d’administration. Mais la sociabilité ne suffit pas. Encore faut-il que les administrateurs disposent de compétences avérées. «Il faut être au courant et donc y être exposé régulièrement», a répété André Kudelski, de Kudelski SA, prenant l’exemple des normes comptables. S’agissant du cumul des mandats, ce dernier estime que tout est question d’équilibre, précisant toutefois qu’il faut éviter les membres de Conseils qui collectionnent les mandats. En effet, l’investissement et l’engagement doivent être conséquents, a rappelé Etienne Jornod,

président du Conseil d’administration de Galenica. On estime qu’il faut de quinze à vingt heures de travail de préparation pour chaque heure passée en réunion du Conseil, a souligné le professeur à l’IMD Didier Cossin, et, si l’on veut augmenter les responsabilités des Conseils, cela ne se fera pas sans que les administrateurs y consacrent plus de temps et que l’on revoie à la hausse leur rémunération. Les débats ont également porté sur les différentes réformes en cours, dont certaines inquiètent les administrateurs, telles que la durée contraignante du mandat d’administrateur; la révision du droit des sociétés, qui pourrait exiger que les membres des Conseils d’administration soient élus chaque année; ou encore l’élection du président par l’Assemblée générale. Les petits actionnaires saluent la plupart de ces réformes, qui renforcent leurs moyens de contrôle et tendent vers une meilleure démocratie actionnariale, bien que, en soi, certaines réformes aillent peut-être trop loin, selon Jean-Luc Chenaux, de l’Université de Lausanne. ■ La prochaine édition de la Journée du Conseil d’administration aura lieu le 31 janvier 2013. Les résumés de la Journée du 9 février 2012 pourront prochainement être consultés sur www.swissboardinstitute.ch


7 No 2

Mars 2012

Optimisez l’impact de vos conférences grâce à la technologie

infoSPONSORS

Bordier & Cie: une alternative à l’agitation Bordier & Cie, établie en 1844, et ses cinq associés – Gaétan Bordier, Grégoire Bordier, Evrard Bordier, Pierre Poncet et Michel Juvet – perpétuent un service de gestion de fortune privée pour une clientèle suisse et internationale. Un des plus renommés des Banquiers Privés genevois, Bordier & Cie n’en est pas moins un des plus innovants. Le groupe gère une masse de CHF 9.8 milliards et emploie 195 personnes à son siège de Genève, dans ses banques à Singapour et aux Iles Turques et Caïques, dans ses bureaux de Berne, Nyon et Zurich, ainsi que dans ses sociétés financières de Paris, Londres et Montevideo. Bordier & Cie répond aux deux exigences d’un investisseur d’aujourd’hui:

© Regis Colombo

1. Avoir totalement confiance dans sa banque Identification Les cinq associés indéfiniment responsables de Bordier & Cie en sont les dirigeants. Impliqués dans la gestion quotidienne, ils sont en rapport direct avec les clients.

En tant qu’entrepreneurs, ils partagent le plus souvent les mêmes préoccupations. Leur fortune personnelle est engagée – avec des intérêts conjoints avec ceux des clients – ce qui en fait ainsi de véritables partenaires.

Personnalisation et service unique Pour bien gérer un portefeuille, il faut comprendre les besoins des clients. Bordier & Cie a su maîtriser sa croissance afin de demeurer à dimension humaine, où l’individu passe avant la technologie, ce qui permet d’établir une relation de confiance mutuelle. Chaque client est une exception et son portefeuille est «sur-mesure». Transparence et sécurité Bordier & Cie se tient en dehors des activités à risque telles que les financements ou la banque d’investissement. En tant que banquier suisse, elle est soumise à l’une des réglementations les plus strictes du monde. Indépendance et impartialité Bordier & Cie ne mène pas d’activités susceptibles d’entraîner un conflit d’intérêts, tels que les crédits, la syndication ou le négoce. 2. Obtenir la meilleure performance possible Un client attend de son banquier la meilleure gestion possible, compte

tenu de ses objectifs personnels, des risques qu’il est prêt à courir et des marchés financiers. Objectif clair: la performance Nous nous concentrons sur la préservation du capital et la performance de gestion. Optique de spécialistes Nous focalisons notre énergie sur la gestion des portefeuilles. Pour les aspects annexes, nous avons recours à notre réseau de contacts externes. Approche active, simple et transparente Convaincue de pouvoir apporter une véritable valeur ajoutée, Bordier & Cie pratique une gestion active. Nous privilégions une approche d’investissement simple et transparente, par le biais de notre équipe de Recherche de haute qualité qui assure une sélection et un suivi des lignes directes en actions et en obligations sur les marchés européens et suisses. ■ Armelle Sibille Responsable Communication

Bordier & Cie 16, rue de Hollande CP 5515 – CH-1211 Genève 11 Tél. +41 58 258 00 00 www.bordier.com

Vous présentez une nouvelle stratégie d’entreprise à l’interne, vous lancez un nouveau produit en avant-première auprès de vos distributeurs, vous souhaitez débattre d’une thématique avec votre réseau d’experts? La conférence en multiplex Pour éviter de faire se déplacer tous les membres de l’audience, souvent disséminés dans plusieurs régions d’un même pays, voire du monde, pour assister à votre conférence, ce qui implique des frais conséquents de déplacement et d’hébergement, avez-vous pensé à une solution tout aussi efficace, la conférence interactive sur plusieurs sites en même temps? Nous l’avons réalisé en France pour l’un de nos clients, avec 480 médecins et chercheurs invités à une conférence dans l’une des treize villes à choix selon leur région, le tout coordonné depuis Paris, sur le même principe que la télévision en multiplex. Il en a résulté un débat très animé entre les orateurs des treize scènes, un gain de temps pour tous les participants aux agendas très chargés, et une grande richesse sur le plan des contenus. Notre client est d’ailleurs en train de revoir sa stratégie événementielle mondiale dans ce sens, prenant aussi en compte la diminution considérable des émanations de CO2 générées par de nombreux déplacements sur de grandes distances. Le mapping 3D en conférence Comme nous l’avions déjà évoqué dans un article précédent, la grande tendance dans l’audiovisuel est la

projection vidéo 3D sur des façades d’immeubles pour leur donner vie et promouvoir des produits de manière originale.

Mapping sur des décors scéniques en trois dimensions.

Nous avons donc proposé cette technologie dans le cadre d’une convention interne annuelle, pour sublimer et accroître la force des messages communiqués à l’audience. Une manière très efficace de renforcer la part rationnelle des contenus grâce à une dimension émotionnelle, ce qui augmente fortement l’attention des participants tout comme leur implication. Impossible de s’endormir, tellement la scène était dynamique au niveau de son habillage et de ses orateurs, eux-mêmes dynamisés par un tel environnement. Et quelle fierté de travailler pour une entreprise qui offre une telle conférence! ■ ■ INFORMATIONS www.dorier.ch

Dorier a le plaisir d’annoncer aux lecteurs du CCIGinfo qu’elle a acquis la société Perfectus, en Asie, qui offre une présence dans cinq villes: Singapour, Hong Kong, Beijing, Shanghaï et Bangkok, pour mieux répondre aux demandes de ses clients.

votre potentiel ? discerne d’emblée une banque qui travailler avec attrayant de N’est-ce pas

Dans notre offre pour la Clientèle entreprises, nous accordons une importance toute particulière à la transparence du rating lors de l’octroi du crédit, la pérennité des relations avec nos clients et la simplification des démarches administratives. Informations complémentaires: www.banquemigros.ch ou Service Line 0848 845 400.


8 Mars 2012

No 2

Dîner annuel précédé de la 147e Assemblée générale

infoAGENDA Séminaire d’entreprise

Comment créer un avantage concurrentiel sur vos marchés grâce à la RFID active

Mardi 3 avril 2012 à 17 h 45 Starling Geneva Hotel & Conference Center, route François-Peyrot 34, Le Grand-Saconnex

Ce séminaire s’adresse à tous les professionnels souhaitant doter leur entreprise d’une nouvelle technologie suisse accessible pour répondre efficacement aux nouvelles exigences du marché. Grâce aux perspectives qu’ouvre la technologie de pointe RFID active, vous pourrez identifier, localiser, compter, planifier et surveiller des équipements, le tout sans fil

■ PROGRAMME ET INSCRIPTIONS www.ccig.ch (Agenda des événements)

bulletin d’information de la CCIG. Paraît 10 fois par an, 3200 exemplaires Responsable d’édition: Zahi Haddad Rédaction: Sonam Bernhard, Fabienne Delachaux, Zahi Haddad et Géraldine Siegenthaler

Mardi 20 mars 2012 de 11 h 30 à 13 h 30 CCIG, Bd du Théâtre 4, Genève grâce à des puces. Il vous sera également possible de comptabiliser l’utilisation d’un objet et donc de le louer, alors que vos concurrents ne proposent que la vente. Ce nouveau business modèle ne pourra qu’élargir vos débouchés. La société Agorabee SA, créée en 2008 à Lausanne, vous présentera les avantages et les limites de cette nouvelle technologie à l’aide de différentes applications et de cas concrets et pertinents. ■

IMPRESSUM

Publicité: Promoguide SA - Tél. 022 809 94 62 Concept et Graphisme: ROSS graphic design - Rolle Impression: SRO-KUNDIG SA - Genève Informations: publications@ccig.ch

Réservée aux membres de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, l’Assemblée générale est suivie d’un apéritif, puis du Dîner annuel de la Chambre, qui prend la forme d’un buffet. Cette année encore, les occa-

sions de nouer des liens et d’élargir votre réseau ne manqueront pas. L’invitation sera envoyée sous peu. Alors, réservez déjà la date!

4, boulevard du Théâtre - 1204 Genève Adresse postale Case postale 5039 - 1211 Genève 11 Tél. 022 819 91 11 - Fax 022 819 91 00

■ INFORMATIONS www.ccig.ch (Agenda des événements)

RÉUSSIR DANS UN MONDE QUI ÉVOLUE

Soirée de la Recherche des écoles HES

Les Rencontres de l’innovation Mercredi 21 mars 2012 à 18 h Haute école de travail social (HETS), rue du Pré-Jérôme 16, Genève Cette deuxième édition des Rencontres de l’innovation présentera une sélection de projets de recherche récents et emblématiques du potentiel d’innovation des écoles HES du canton et de la recherche appliquée qu’elles pratiquent dans leurs domaines respectifs d’expertise, soit l’économie, l’ingénierie, la santé, le social, les arts et la musique.

Les étroites connections que les écoles HES entretiennent et développent avec leurs partenaires donnent vie à des solutions innovantes au service et au profit du monde professionnel. ■

■ PROGRAMME ET INSCRIPTIONS www.hesge.ch (rencontres-innovation)

Midi de la Chambre Jeudi 22 mars 2012 de 12 h à 14 h CCIG, bd du Théâtre 4, Genève Organisée une fois par mois dans les locaux de la CCIG, cette rencontre a pour but la mise en relation

d’affaires. Lors de chaque Midi, six entreprises membres se présentent à une cinquantaine de participants.

Bachelors et Masters en Gestion d’Entreprise, en Relations Internationales et en Média et Communication

Venez assister aux présentations des entreprises suivantes :

NEW

UNIRISC GROUP Outsourcing RH www.unirisc.ch

PEMSA GE SA Agence de placement www.pemsa.ch

EMIRATES AIRLINE Compagnie aérienne www.emirates.com/ch

DIPAN SA Expertise de réseaux hydrauliques www.dipan.ch/fr

NEVICOM SA Communications vidéo www.nevicom.ch

GENECAND TRAITEUR SA Traiteur www.genecand.ch

• Un enseignement dynamique aux perspectives

Co-sponsors

Partenaires

internationales • Des professeurs aux compétences

professionnelles et académiques reconnues • Des programmes d’échanges internationaux

INTERNATIONAL UNIVERSITY IN GENEVA

■ PROGRAMME ET INSCRIPTIONS www.ccig.ch (Agenda des événements)

Sponsors

MASTER IN INTERNATIONAL BUSINESS

2012

ICC, Rte de Pré-Bois 20 - 1215 GENEVA 15, Switzerland Tel.: +41(0)22 710 71 10/12 - Fax:+41(0)22 710 71 11 Email: info@iun.ch -

www.iun.ch Accréditations ACBSP et IACBE

CCIGinfo no 2 - Mars 2012  

Magazine - Mars 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you