Page 1

info Mensuel

Août 2008

GENÈVE VAUD NEUCHÂTEL /JURA VALAIS Tél 0848 912 912 Fax 0848 914 914 bravo@devillard.ch www.devillard.ch

Editorial

Dynamiser Genève A peine l’euphorie de l’Euro 2008 était-elle retombée que les Fêtes de Genève ont culminé en un feu d’artifice à la hauteur de l’événement, visible de loin et dont le retentissement est certainement parvenu au-delà de Moscou. Mais il ne suffit pas d’occuper le devant de la scène «au temps chaud», avec de beaux discours et des symboles voyants, si originaux soientils; encore faut-il s’assurer, en coulisses, que la machinerie est bien huilée et fonctionne toute l’année. Pour avancer, Genève doit absolument développer son tourisme, profitable à l’économie en général et créateur d’emplois. Ce développement passe par l’amélioration des conditions cadre, notamment par le resserrement des liens entre le politique et l’économie. Avant tout, il est urgent de moderniser l’aéroport, de l’adapter à l’augmentation du trafic aérien et de le doter de places de parking supplémentaires. Garantir un accueil de qualité implique aussi de développer la capacité hôtelière, notamment dans la catégorie moyenne, ce qui nécessite un assouplissement de la LDTR. En outre, il y a lieu d’aménager les espaces publics: une rade digne de ce nom, s’ouvrant sur une ville propre, animée le soir et le week-end et illuminée à Noël – le tout dans un climat de sécurité – ne relève pas du conte fantaisiste, des horaires d’ouverture des commerces plus souples non plus. Si Genève parvient ainsi à apporter à son tourisme un vrai ballon d’oxygène, les touristes ne viendront plus chez nous par hasard! François Naef Président de la CCIG

Bulletin d’information de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève

Une clé pour le développement économique de Genève ? PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ :

Le partenariat public-privé (PPP) permet à une collectivité publique de confier à une entreprise privée un projet global. L’entreprise a pour mission de concevoir, financer et réaliser une prestation ou un ouvrage de service public et d’en assurer ensuite la maintenance et la gestion. Le cadre temporel est défini et un paiement, échelonné dans le temps, est effectué par l’entité publique. Le PPP est répandu outre-Atlantique et en Angleterre depuis fort longtemps. Il tend à s’imposer en Europe et fait son apparition en Suisse, où il suscite déjà un intérêt croissant. D’aucuns voient dans cette forme de collaboration public-privé sur le long terme une clé pour Genève: l’Etat pourrait accélérer ses investissements en matière d’équipements publics sans aggraver l’endettement déjà lourd du canton. Les grands principes Le PPP offre une approche différente pour financer et gérer des projets d’utilité publique. Comme le relève Pierre Adnet, directeur commercial adjoint en charge du développement chez Losinger: «Le secteur public n’achète plus un bien, mais un service.» Celui-ci va de la conception à la maintenance, en passant évidemment par le financement, la construction et l’exploitation. En échange, le secteur public paie des annuités financières (loyer, subvention, recettes versées par les

Adresse postale Case postale 5039 - 1211 Genève 11 Tél. 022 819 91 11 - Fax 022 819 91 00

www.ccig.ch

utilisateurs, etc.) dès la fin de la construction, lorsque les ouvrages sont totalement réceptionnés.«Le paiement est basé sur la performance», déclare Bernard Chauvet, directeur de l’agence de Genève de Losinger, au bénéfice d’une grande expérience en matière de PPP en Angleterre. Et d’ajouter: «L’entité publique ne paiera les annuités qu’en fonction du degré de qualité du service offert et de la disponibilité de l’ouvrage.» Autre principe: la durée. Un PPP s’inscrit dans le long terme, soit de

Explications sur la révision de la LAA

Suite à l’adoption de la modification de la loi fédérale sur l’assuranceaccidents (LAA) par le Conseil fédéral, Edouard Currat, membre de la direction générale de la Suva, explique les enjeux principaux de

Info Santé

Siège de la Chambre 4, boulevard du Théâtre - 1204 Genève

No 7

Prise en charge personnalisée, performance, enthousiasme – le service d’urgences des Grangettes est ouvert à tous, tous les jours, dans un cadre exceptionnel.

cette révision pour tous les entrepreneurs et pour les assurés.

Bernard Chauvet et Pierre Adnet, de l’entreprise Losinger, sont deux fervents partisans du PPP.

25 à 35 ans. Quant aux risques inhérents au projet, ils sont portés par l’entité la plus à même de les contrôler et de les mesurer. Une bonne répartition est donc la clé d’un PPP réussi. A toutes fins utiles, précisons que PPP n’est pas synonyme de privatisation. Les pouvoirs publics ne renoncent pas à une tâche ou à la fourniture de prestations pour la transférer au privé. Un PPP permet à ces deux secteurs de réaliser ensemble un projet, chacun mettant en jeu ses meilleurs atouts.

Cadre juridique Lorsqu’il n’existe pas de base légale particulière pour la tâche à accomplir, une base légale expresse, voire constitutionnelle, est nécessaire pour un PPP. Quant aux modèles de PPP, trois sont envisageables. D’abord, le modèle contractuel, qui comprend plusieurs variantes comme la gestion, l’exploitation, le bail. Ensuite, la concession: dans ce cadre, le concessionnaire s’engage à fournir, en lieu et place des pouvoirs

L’ouverture du marché de l’électricité est imminente. André Hurter, directeur général des Services industriels de

Genève (SIG), explique comment son entreprise se prépare à cette ouverture.

Nouvelles d’entreprise

suite en page 2 >

page 7 >

page 3 >

Sommaire

page 5 >

Editorial: Dynamiser Genève Le PPP: une clé pour le développement de Genève? Révision de la LAA Commerce international Info santé avec la Clinique des Grangettes Vie politique Interview du directeur général de SIG, André Hurter Informations diverses - Agenda

p. 1 p. 1 - 2 p. 3 p. 4 p. 5 p. 6 p. 7 p. 8


info

No 7 / Août 2008

2

Partenariat public-privé: Une clé pour le développement économique de Genève? - suite de la page 1 >

objet des prestations principales découlant de différents types de contrats prévus par la loi. Les avantages Parmi les avantages du PPP, relevons notamment ceux-ci: meilleure maîtrise de la gestion du projet sur l’ensemble de son cycle de vie, gains d’efficience dans la réalisation, saine répartition des risques entre public et privé. Comme le résume très bien Jean-Claude Gal, responsable développements immobiliers chez Implenia: «Dans un PPP, le secteur

public assure la pérennité et le privé apporte son dynamisme.» Le PPP offre de réelles opportunités pour la réalisation de projets d’utilité publique et présente des avantages financiers indéniables. Son succès est néanmoins subordonné à une volonté forte et affirmée des autorités politiques. D’ailleurs, il y a quelque temps déjà, une mention a été déposée par le radical Gabriel Barrillier «pour développer le recours aux PPP». A quand alors de nouveaux partenariats pour dynamiser Genève? ■ Pascale Roch-Gigandet

Quand le PPP vient au secours de l’environnement Eliminer les déchets tout en les valorisant, voilà ce que permet un projet Jean-Claude Gal, novateur. de l’entreprise Depuis sepImplenia, est égaletembre ment administrateur de Cadiom S.A. 2002, le projet Cadiom (pour «chauffage à distance par incinération des ordures ménagères») permet à 23 000 habitants de la Cité Nouvelle d’Onex et du Petit-Lancy de se chauffer grâce aux déchets ménagers incinérés à l’Usine des Cheneviers. L’incinération sert à chauffer l’eau, qui est ensuite dis-

tribuée par 30 km de canalisations, enterrées principalement en zone agricole. Le raccordement des immeubles se fait par des sousstations d’échange de chaleur. Par ailleurs, ce réseau fournit également de l’électricité à 25 000 habitants de Genève. Les avantages sont nombreux: économies de mazout, diminution des trajets des camions-citernes, réduction des émissions annuelles de CO2 et d’oxydes d’azote, simplification de l’exploitation, optimisation de l’Usine des Cheneviers, diminution du réchauffement du Rhône engendré par les rejets thermiques. Le projet Cadiom est l’un des

rares projets d’assainissement majeurs en Suisse. La société mixte Cadiom S.A., qui a étudié, construit et qui exploite les installations de production et de distribution, bénéficie d’une concession sur l’ouvrage pour une durée de 30 ans. Elle est propriétaire de l’échangeur et responsable de son entretien, alors que le chauffagiste habituel s’occupe de la maintenance de la partie secondaire. SIG est responsable des compteurs et de la facturation, tandis que le concédant – l’Etat de Genève – surveille et garantit le prix du kWh, qui est ainsi particulièrement stable dans le temps. Sonam Bernhard

Une autre facette du PPP Pour dynamiser Genève, il ne suffit pas de construire des infrastructures publiques. Le rayonnement économique de la Cité de Calvin se nourrit aussi de projets culturels, qui ont un impact positif sur son image. L’extension du Musée d’art et d’histoire en est un bon exemple. Ce magnifique projet, signé

Jean Nouvel, ne pourra toutefois voir le jour que si les Autorités de la Ville, déjà confrontées à l’urgence des travaux de rénovation, obtiennent un appui financier extérieur de 40 millions de francs. C’est dans ce but qu’œuvre la Fondation pour l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire, qui peut être assimilée à

L’agrandissement du Musée d’art et d’histoire de Genève pourrait être le fruit d’un PPP réussi.

une «société de projet», puisque sa mission est de trouver les fonds nécessaires auprès de donateurs privés*. Cette fois, le PPP vient au secours de la culture! PRG

L’avis d’un conseiller d’Etat Mark Muller, en charge du Département des constructions et technologies de l’information, répond à nos questions. Avez-vous déjà fait l’expérience du PPP à l’Etat? Les exemples de partenariats entre les secteurs privé et public sont nombreux à Genève, comme l’Arena, le Stade de Genève ou le système HLM, mais l’Etat de Genève n’a pas encore fait l’expérience d’un vrai PPP. La Suisse en général est dans la même situation. Il manque en réalité un cadre juridique. Par ailleurs, le besoin de passer par un tel financement de nos infrastruc-

www.vacheron-constantin.com

DE

250

La législation devra-t-elle être modifiée pour que le PPP puisse déployer toute son efficacité? Probablement. Le cadre juridique actuel n’est pas approprié. Dans le domaine contractuel, pour les pro-

SCHÉMA CLASSIQUE DU PPP D’ACQUISITION CYCLE DE VIE

Investisseur privé Planification

Construction Architecte Exploitation

Pouvoirs publics

Entreprises générales

Transfert

PROCESSUS ET CONTRAT PPP

tures ne s’est pas fait sentir, le modèle de l’investissement public classique donnant satisfaction. Quels sont, à votre avis, les points forts du PPP? Il opère un transfert de risque sur le partenaire privé, notamment en ce qui concerne les coûts et les délais. Cela amène un gain d’efficience. Par ailleurs, ce type de financement a un effet bénéfique sur l’endettement de l’Etat. Enfin, en déléguant au privé la tâche de construire, l’Etat se concentre sur ses tâches principales.

* Pour tout don ou renseignement, vous pouvez appeler le secrétariat de la Fondation au 022 318 87 17.

P LUS

Quels sont ses points faibles, les obstacles? Le manque d’expériences de ce type de financement est le principal point faible. Il en découle une certaine méfiance. C’est la raison pour laquelle je souhaite mener une opération pilote. L’autre point faible est également l’impression de perte de maîtrise de l’Etat sur l’ouvrage. Mais cet inconvénient doit pouvoir être traité au moyen d’un cahier des charges très précis.

Source: Etude de base sur les PPP

publics, une prestation à un tiers, qui lui versera une redevance afin de financer le projet (voir l’exemple de Cadiom dans l’encadré). Enfin, le modèle d’entreprise est appliqué lorsque le projet est confié à une société, dite parfois «de projet», ou à une autre entité de droit privé à laquelle participent aussi bien les mandants que les mandataires. Quant à la structure à proprement parler, elle se présente généralement comme un ensemble de plusieurs contrats ou comme un contrat mixte global qui a pour

ANS D ’ HISTOIRE ININTERROMPUE

PATRIMONY CONTEMPORAINE DATE ET JOUR BI-RÉTROGRADE Boîtier en or rose ⭋ 42.50mm. Calibre 2460R31R7 Poinçon de Genève. Mouvement mécanique à remontage automatique. Indication jour et date rétrogrades. Glace saphir anti-reflets. Cadran opalin argenté. Index en or rose. Minuterie extérieure perlée. Etanche à 30 mètres. 86020/000R-9239

B o u t i q u e V a c h e r o n C o n s t a n t i n 7, Q u a i d e l ’ Î l e 1 2 0 4 G e n è v e T é l . 0 2 2 31 6 1 7 4 0 F a x 0 2 2 31 6 1 7 41

cédures de marché public et en ce qui concerne le contrôle démocratique, des modifications législatives me paraissent nécessaires. L’économie genevoise et, en particulier, les mentalités sont-elles prêtes à accueillir ce genre de projets? Pourquoi pas? C’est surtout une question économique. Pour savoir si c’est un système intéressant, il faudra accumuler des expériences. Ce n’est que là que l’on saura si ce mode de financement est intéressant.


info

No 7 / Août 2008

3

Révision de la LAA : Que risquent les entreprises ?

Publirédactionnel

SUVA

Le Conseil fédéral a adopté le 30 mai dernier le message relatif à la modification de la loi fédérale sur l’assuranceaccidents (LAA). Edouard Currat, membre de la direction générale de la Suva, nous explique les enjeux principaux de cette révision pour les entrepreneurs – de PME en particulier – et pour les assurés. Quelles sont les principales modifications pour les entreprises générées par la révision de cette assurance sociale ? EC: La révision comprend deux volets. Le premier concerne les structures et l’organisation de la Suva : ses organes, ses comptes et ses activités accessoires, telles la gestion des deux cliniques de réadaptation, la gestion des cas pour des tiers, le développement de produits de sécurité ainsi que la formation et les conseils en matière de promotion de la santé en entreprise. Les entreprises assurées apprécient ces services de la Suva considérés comme «best practice» à suivre. Et le second volet? EC: Le second volet comprend diverses dispositions techniques que la Suva salue dans l’ensemble. Il y a toutefois des exceptions qui, si elles survivent aux débats parlementaires, auront des conséquences néfastes pour les entreprises et les assurés. Il s’agit notamment de la volonté de diminuer le gain maximal assuré des salariés et de maintenir l’interdiction aux entreprises de contracter des assurances complémentaires auprès de la Suva. Concrètement, que signifie cette mesure? EC: Pour le salarié, l’indemnité perte de gain suite à un accident est calculée en référence à un gain maximal

assuré, aujourd’hui de 126 000 francs. Baisser cette limite, c’est détériorer l’assurance-accidents obligatoire. D’une part, les salariés seront assurés sur une base moins bonne et, d’autre part, les employeurs seront obligés de la compenser avec des assurances complémentaires. Outre les coûts des primes supplémentaires, c’est aussi une surcharge administrative pour les entreprises qui en ont déjà assez! Quelle surcharge administrative? Est-ce un slogan? EC: Posez la question à un patron de PME qui fait ses devis, ses factures et son administration durant le week-end. Non, ce n’est pas un slogan ! Il s’agit très concrètement d’obliger les entreprises à faire face à deux assureurs qui s’occupent du même dossier. A titre d’exemple, les personnes privées qui ont deux assureurs-maladie (un pour la base et un pour les complémentaires) connaissent le chemin de croix que cela peut représenter. «Le risque? A long terme, des augmentations de primes!» Pourquoi n’offrez-vous pas ces complémentaires aux entreprises si elles le souhaitent? EC: Effectivement, elles le souhaitent! En 2007, nous avons interrogé 39 547 entreprises à ce propos:

67% d’entre elles désirent un seul et même interlocuteur. Mais visiblement, l’avis de ces entrepreneurs ne compte pas puisque le message du Conseil fédéral maintient l’interdiction faite à la Suva d’offrir des assurances complémentaires avantageuses à ses clients. Cet avantage est réservé exclusivement aux assureurs LAA privés qui, grâce à cette diminution de la couverture sociale, pourront augmenter leur volume d’affaires et leurs profits. Qu’entendez-vous par assurances avantageuses? EC: Rappelons que la Suva est une entreprise de droit public, non subventionnée et à but non lucratif: chaque bénéfice retourne aux entreprises assurées et à leurs salariés. L’étude du Prof. Jaeger de l’Université de St-Gall – commandée par le Conseil fédéral – a clairement démontré notre efficience: pour chaque franc investi dans la Suva, 95 centimes retournent aux clients, alors que chez les assureurs privés, ce montant n’est que de 80 centimes. Que dire du libre choix, tous les 3 ans, des administrations publiques (cantons et communes)? Craignez-vous ce libre choix, cette concurrence? EC: Absolument pas. Nous assurons de nombreuses collectivités publiques qui sont très satisfaites de nos ser-

Edouard Currat, membre de la direction générale de la Suva

vices, tant en matière de prévention et d’assurance que de réadaptation – un produit-mix que les assureurs LAA privés n’offrent pas. Nous craignons toutefois qu’avec cette impossibilité d’offrir des assurances complémentaires, la Suva soit d’office éliminée lors de soumissions car elle ne pourra pas offrir un paquet de prestations LAA complet. Il y a là une forme de concurrence déloyale, ou du moins une distorsion de marché qui finalement nuira à tous! A tous? Vous exagérez! EC: Aucune exagération! Depuis l’introduction en 1984 de la LAA, le marché de la Suva, qui assure principalement les entreprises du secteur secondaire, n’a cessé de diminuer. La tertiarisation de notre tissu écono-

mique est un fait contre lequel nous ne pouvons nous battre. Par contre, nous nous battons pour que nos assurés aient une bonne couverture d’assurance. Nous nous engageons pour que nos entreprises assurées demeurent nombreuses et qu’elles bénéficient de suffisamment de services à leur convenance afin que nous ne soyons pas contraints d’augmenter les primes, faute de revenus adéquats pour maintenir la solidarité au sein de notre collectif d’assurés. Là, nous comptons sur l’engagement des partenaires sociaux représentés au sein de notre Conseil d’administration. ■ Propos recueillis par Henri Mathis Communication d’entreprise, Suva Tél. 026 350 37 80 e-mail: henri.mathis@suva.ch

Rue des Alpes et Place de Cornavin 1201 Genève Tél. +22 716 82 84

DÉCOUVREZ NOS OFFRES SÉMINAIRES AINSI QUE NOS PROPOSITIONS POUR VOS DÎNERS DE FIN D’ANNÉE POUR VOS COCKTAILS, SÉMINAIRES, DÎNERS OU CONFÉRENCES L’hôtel Warwick Genève c’est aussi 7 salons d’une capacité de 5 à 200 places Tél. : 022 716 86 55 – email : fb.geneva@warwickhotels.com

FORFAITS SÉMINAIRES CORPORATE (Minimum 20 personnes) : Salon climatisé et équipé - Accès Internet ADSL Eau Minérale sur table - 2 Pause-café

Déjeuner en salon privé - Entrée + Plat + Dessert Eau minérale + café ou thé - Vin Blanc / Vin Rouge


info

No 7 / Août 2008

4

Commerce international

Symposium économique de la Fondation Suisse Maroc pour le Développement Durable Le vendredi 3 octobre 2008 se tiendra la 3e édition du Symposium économique de la Fondation Suisse Maroc pour le Développement Durable (FSMD), au Grand Hôtel Kempinski à Genève. Cet évènement présentera les opportunités d’investissements au Maroc, et plusieurs thèmes clés, dont la construction, l’immobilier, l’offshoring et la

sécurité alimentaire, seront abordés par d’éminents spécialistes marocains et suisses. Ce symposium est ouvert à tous les décideurs et entrepreneurs suisses et internationaux qui s’intéressent aux thèmes majeurs de la Fondation, à la découverte du Royaume du Maroc, aux potentiels de sa jeunesse, aux possibilités d’investisse-

ments et aux opportunités touristiques, et permettra de créer des liens et de mettre en œuvre des partenariats d’affaires. ■ Pour plus de renseignements: FSMD - Rue de Genève 122 1226 Thônex - Tél. 022 884 14 08 Fax 088 884 14 06 info@fsmd.ch - www.fsmd.ch

Accords de libre-échange : Suisse-Russie

Signature d’un plan d’action économique La Suisse et la Russie ont signé début juillet un plan d’action visant à renforcer leur coopération économique et commerciale. Ce plan d’action prévoit: • d’institutionnaliser les contacts au niveau ministériel et administratif ainsi qu’entre délégations économiques du secteur privé; • d’intensifier l’échange d’informations et la collaboration au niveau administratif et entre les associations économiques;

• de donner un cadre à de futures discussions en vue d’accords possibles dans le domaine économique (un accord de libre-échange devra notamment être conclu dès que la Russie aura adhéré à l’OMC). Il inclut également les thématiques suivantes: • la promotion des investissements et la protection de la propriété intellectuelle; • l’échange d’informations sur la

politique en faveur des petites et moyennes entreprises et entre les régions russes et les services de promotion économique des cantons suisses; • la simplification du traitement en douane des marchandises et des transports; • la simplification des procédures de certification; • les échanges d’informations dans les domaines touristique et bancaire. ■

Hommage à Pierre Jaquier Délégué à la Promotion économique, Pierre Jaquier est décédé subitement début juillet lors de ses vacances, à l’âge de 63 ans. J’ai côtoyé Pierre Jaquier à la Promotion économique, d’abord en tant que collègue de 1999 à 2002, puis jusqu’en 2005 alors qu’il était délégué. Durant les quatorze ans qu’il aura passés au Département de l’Economie et de la Santé, Pierre aura certainement été le meilleur vendeur de Genève auprès des entreprises étrangères. Chaleureux, dévoué, dynamique, énergique, enthousiaste,

entier, franc: les adjectifs pleuvent pour qualifier cet amoureux de Genève, qui aura été l’un de ceux qui ont le plus contribué à la prospérité de notre canton aujourd’hui. Comment mieux le décrire que par ces quelques anecdotes parmi d’autres, qui le caractérisaient tant et le rendaient si attachant, et que sa famille, à qui vont nos plus sincères condoléances, a souhaité rassembler: – Tout d’abord, il y avait bien sûr l’épellation de son nom au téléphone: « j – a – Q – u – i – e – r , il n’y a pas de C avant le Q ». Neuf fois sur dix, la lettre arrivait le lendemain avec ce fameux C inconvenant! – La révérence bien basse à cette jolie

réceptionniste japonaise, confondue avec l’épouse – beaucoup plus âgée et moins charmante – du CEO d’une multinationale à Tokyo. – La résonnante injure ultime «Espèce de fonctionnaire!» lancée à toute personne faisant preuve d’incompétence et de mauvaise volonté. – Et bien sûr, le fameux lissage de la moustache avant toute rencontre importante! Pierre Jaquier exposait les atouts de Genève à nos interlocuteurs étrangers avec une conviction telle que jamais l’un d’eux n’a osé modérer ses propos. Puissent ces quelques lignes nous servir d’exemple, à nous tous, dans notre travail quotidien.■ Philippe Meyer

Bank of China s’installe à Genève Après plusieurs années de promotion de la place financière genevoise auprès des plus importants acteurs du domaine en Chine, Genève peut se targuer d’accueillir la première institution financière chinoise en Suisse ; et pas des moindres, puisqu’il s’agit de Bank of China. Le géant bancaire va acquérir

30% du capital de Heritage Fund Management, une société spécialisée dans la gestion de fonds de placement asiatiques. Dans quelques mois, sous réserve d’une nouvelle autorisation de la Commission fédérale des banques, la banque entend faire passer sa participation à 70%. ■

Les EAU exigent l’indication exacte de l’origine En cas de livraison de marchandises en provenance de pays de l’Union européenne, les autorités douanières des Emirats arabes unis exigent que soient portés sur le certificat d’origine la facture commerciale et tout autre document requis pour le transport des marchandises. En outre, alors que jusqu’ici l’indication

«European Community» suffisait, l’origine exacte des produits importés (nom du pays) devra dorénavant être précisée. Il est prévu que la règle sera appliquée dans tous les autres pays membres du Conseil de coopération du Golfe (Bahreïn, Qatar, Koweït, Oman et Arabie saoudite). ■

En 2009, devenez partenaire et affichezvous avec la CCIG La CCIG joue un rôle incontournable dans le canton de Genève depuis plus de 140 ans, grâce à ses actions en faveur de la liberté du commerce et de l’industrie ainsi qu’au soutien qu’elle apporte aux entreprises.

breuses activités, son réseau unique et ses supports de communication, la possibilité de mieux vous faire connaître. Philippe Meyer, responsable du partenariat à la CCIG, se tient à votre disposition pour vous présenter les nombreuses prestations proposées dans le cadre du partenariat.

Depuis plusieurs années, trois formules de partenariat vous permettent d’associer votre image à la CCIG, une organisation dynamique qui jouit d’une crédibilité reconnue dans l’ensemble de la communauté économique genevoise.

Un dossier de présentation est également à votre disposition sur simple demande.

Ensemble pour mieux réussir; la CCIG vous offre, par ses nom-

E-mail: p.meyer@ccig.ch tél. 022 819 91 11

Attention, les places sont limitées!

Construisons Choisissez votre avenir votre formation Informatique & Bureautique Langues Commerce & Management Industrie & Bâtiment Arts appliqués Campus Virtuel

Pl. des Augustins 19 – Rue des Gares 10 – Fax 022 807 30 99 – e-mail: info@ifage.ch

www.ifage.ch

Dynamiseur de Talent Accélérateur de Réussite

022 807 3000


info

No 7 / Août 2008

5

Vie de la Chambre

Accueil

des nouveaux membres Lors de sa séance du 23 juin dernier, le Conseil de la CCIG a admis les 30 nouveaux membres suivants: AHQ (SUISSE) SA Rue de Chantepoulet 12 - 1201 Genève Prestations de services - www.ahqsons.com

Monsieur Alain FLUECKIGER Intras Assurances Rue Blavignac 10 - 1227 Carouge

ASSOCIATION RÉALISE Rue Viguet 8 - 1227 Les Acacias Insertion socioprofessionnelle par une activité économique - www.realise.ch

FONDATION INTRAS – Caisse Maladie Rue Blavignac 10 - 1227 Carouge Assurance maladie - www.intras.ch

ATENA FIDUCIAIRE SA Avenue de Champel 8C - 1206 Genève Activités fiduciaires, conseils, gestion de patrimoine AUDIT ET CONSEIL DU LÉMAN (SUISSE) Sàrl Rue du Rhône 67 - 1207 Genève Cabinet d’expertise comptable www.ac-leman.com

GESTIFOOD Sàrl Chemin Taverney 2 1218 Le Grand-Saconnex Société de restauration IMS TRANSPORT AND LOGISTICS Sàrl Rue des Sablières 5 1217 Meyrin Société de services et de conseils dans le domaine des transports maritimes, fluviaux et aériens ; import-export de tous produits www.ims-suisse.ch

CENTRE SPORTIF SOUS-MOULIN Route de Sous-Moulin 39 - 1226 Thônex Centre de promotion des activités sportives www.cssm.ch

INSTITUT BRIGITTE Rue des Grottes 26 - 1201 Genève Institut de beauté

CLEANERGY Sàrl Avenue de la Praille 55 - 1227 Carouge Installations à énergies renouvelables www.cleanergy.ch

ITSS Sàrl Chemin du Pont-du-Centenaire 109 1228 Plan-les-Ouates Informatique bancaire - www.itssglobal.com

COCKPIT GROUP Succursale Rue d’Italie 11 - 1204 Genève Conseil en management www.cockpit-group.net

INTERNATIONAL HOTELS & RESTAURANTS ASSOCIATION Rue de Varembé 1-3 - 1202 Genève Association internationale de l’hôtellerie www.ih-ra.com

DG CONSEILS SA Rue de Cornavin 1 - 1201 Genève Recherche et sélection de cadres www.dgconseils.ch DUN & BRADSTREET (SUISSE) SA Rue des Métiers 2 - 1008 Prilly Renseignements sur la solvabilité des sociétés et des personnes www.dnbswitzerland.ch ENIGMA PRODUCTION Sàrl Rue Eugène-Marziano 17A - 1227 Acacias Publicité et communication www.enigmaprod.ch

MBS CAPITAL ADVICE SA Rue de l’Arquebuse 10 - 1204 Genève Conseil en matière de gestion de patrimoines institutionnels ou privés www.mbscapital.com MONTRES VILLEMONT SA Via Monnet 8 - 1214 Vernier Société d’horlogerie - www.villemont.ch NEEF SERVICES SA Route du Nant-d’Avril 70 - 1214 Vernier Nettoyage industriel, installations de climatisation - www.neef-services.ch PATRIZZI AND CO AUCTIONEERS SA Rue du Rhône 14 - 1204 Genève Vente aux enchères www.patrizziauction.com SCHNEIDER DÉMÉNAGEMENTS SA Route des Jeunes 23 - 1227 Carouge Entreprise de déménagements www.ms-move.com SERENITY CAPITAL SA Promenade de Saint-Antoine 16 1204 Genève Société de conseils en matière d’investissement www.serenity-capital.com SPEOS CONSEIL Gérard Schoch WTC I – Route de l’Aéroport 10 CP 768 - 1215 Genève 15 Société de conseils en communication

LEADING PRACTICE MANAGEMENT SOLUTIONS (LPMS) Sàrl Case Postale 43 - 1211 Genève 11 Société de conseils financiers, ERP et SCI www.lpms.ch

TAG AVIATION SA Chemin des Papillons 20 1215 Genève 15 Aéroport Aéronautique - www.tagaviation.com

MARC MEYNARDI INTERNATIONAL Route de Nanfray 7 - F – 74960 Annecy Formation pratique aux affaires en Chine www.m-m-i.info

THALENT SA Route de Peney 133 - 1214 Vernier Société de portage salarial www.thalent.com

Monsieur Serge MARTIN Intras Asssurances Rue Blavignac 10 - 1227 Carouge

AU TIGRE VANILLÉ Sàrl Rue de Rive 8 - 1204 Genève Tour opérateur - www.vanillatiger.ch

Sponsors

Co-sponsors

Des urgences ouvertes à toute la population adulte

Info santé

Partenaires

Un service ouvert à tous dans le cadre de verdure unique et exceptionnel d’une clinique privée. Contrairement à ce que bien des gens pensent, les Urgences des Grangettes sont ouvertes à tous les adultes au bénéfice d’une assurance de base. Un cadre de verdure exceptionnel

Active depuis plus de cinq ans, l’équipe du service d’urgences reçoit une cinquantaine de patients par jour, avec des pics d’affluence à 80 «en particulier pendant les périodes de vacances», explique le Dr Christophe Huehn, médecin responsable du service avec le Dr Véronique Lambert. La consultation d’urgence des Grangettes est ouverte tous les jours de 7h à 23h. Son équipe médicale est composée de spécialistes en médecine interne et de deux chefs de clinique des Hôpitaux Universitaires de Genève: «Cette collaboration avec les HUG est très bénéfique pour nos deux institutions», indique le Dr Christophe Huehn. Les médecins urgentistes du service collaborent en permanence avec un réseau de médecins spécialisés en cardiologie, gastroentérologie, pneumologie, chirurgie digestive et thoracique, orthopédie, urologie, radiologie, neurologie, gynécologie et anesthésiologie. «Nous avons aussi le plaisir de travailler avec une équipe d’infirmières très performante, qui gère l’accueil et les soins avec efficacité et professionnalisme». Quels sont les atouts de cette consultation? «Nous nous donnons comme premier objectif la prise en charge personnalisée des patients selon leur degré d’urgence et l’établissement rapide d’un diagnostic. Cela est rendu possible grâce à un plateau

technique très performant géré avec rationalité. Tout aussi importante, la communication avec les médecins traitants et les autres collaborateurs de la santé», explique le Dr Huehn. Pour lui, les qualités d’un bon urgentiste sont, outre des qualités humaines et des connaissances médicales de haut niveau, la rigueur, la polyvalence, la facilité de contact et une bonne dose d’enthousiasme! «L’urgence est une perception individuelle et elle est définie par le patient. Dans notre société, on n’aime plus attendre, on veut vite savoir de quoi l’on souffre. C’est pourquoi dans notre travail de médecins urgentistes, nous avons aussi une mission éducative. Car tout problème de santé n’est pas forcément une urgence.» La Clinique des Grangettes assure aussi un service de garde pédiatrique en dehors des heures habituelles de travail. Cette unité, indépendante du service d’urgences pour les adultes, a été développée en collaboration avec la Société Genevoise de Pédiatrie. Les médecins sont à la disposition de leurs petits patients et de leurs mamans de 18h à 22h pendant la semaine et de 8h à 22h les week-ends et les jours fériés. Les consultations ont lieu sur rendezvous en appelant le numéro Cécile Aubert 022 305 04 58. ■


info

No 7 / Août 2008

6

Evénements

Vie politique

Les Midis de la Chambre Un programme varié a été présenté aux participants du Midi de la Chambre du 18 juin dernier. AON (SUISSE) SA est une société de courtage en assurances spécialisée dans la gestion des risques, dont le siège est à Zurich. La succursale pour la Suisse romande est implantée à Genève depuis le 1er janvier 1999 et occupe actuellement 34 personnes. Aon Genève comprend cinq départements distincts: affaires nationales, internationales, privées, prévoyance professionnelle et sinistres. Au niveau international, la société Aon, dont le siège est à Chicago, est présente dans 120 pays (500 bureaux) et emploie environ 37 000 personnes. www.aon.ch SIG - Entreprise autonome de droit public, SIG a pour but principal de fournir dans le canton de Genève l’eau, le gaz, l’électricité et de l’énergie thermique, ainsi que de traiter les déchets, d’évacuer et traiter les eaux usées et de fournir des prestations et des services en matière de télécommunications. SIG exerce son activité dans le respect de la législation cantonale applicable en matière d’énergie et conformément aux principes de la conservation de l’énergie, du développement prioritaire des énergies renouvelables et du respect de l’environnement. www.sig-ge.ch WILLIAM BLANC & CIE, fondée en 1949, est une société implantée à Genève, spécialisée dans le domaine de la propriété intellectuelle. William Blanc & Cie fait partie du groupe NOVAGRAAF, présent en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Grande-Bretagne. Son équipe de juristes et d’ingénieurs, alliée au

soutien d’un groupe européen, est active dans tous les domaines de la propriété intellectuelle: brevets, marques et designs. Ils peuvent représenter leurs clients directement devant l’IFPI à Berne, l’OEB à Munich, l’OMPI à Genève et, à travers leurs sociétés sœurs, devant l’OHMI (UE), l’INPI (France), l’UKPO et au Benelux. Ils bénéficient d’un réseau de correspondants locaux dans tous les autres pays. www.williamblanc.ch CAPITAL SYSTÈME INVESTISSEMENTS Créée en 2001, Capital Système Investissements (CSI) est une banque de financement et d’investissement spécialisée dans les montages d’ingénierie financière transfrontaliers. Basée à Genève avec une présence à Paris et à Munich, CSI offre des solutions pour les entreprises de taille moyenne en expansion rapide ainsi que pour leurs dirigeants et actionnaires. CSI conseille plus spécialement ses clients en fusions-acquisitions, en levée de fonds en private equity et PIPE (private investment in public equity), en structuration de produits financiers (asset-backed securities) et en optimisation fiscale. www.capitalsysteme.com GENÈVE TOURISME & BUREAU DES CONGRÈS est une association privée reconnue d’utilité publique créée il y a plus de 125 ans par les milieux hôteliers genevois. Financée par les recettes des taxes touristiques payées par les hôtes et les prestataires touristiques, GT&Bc organise ses activités autour de trois missions statutaires : 1) promouvoir Genève tant pour le tourisme de loisirs que pour le tourisme d’affaires ; 2) accroître la

qualité d’accueil des hôtes de Genève et agrémenter leur séjour ; fournir l’information et l’assistance touristique ; 3) assurer l’organisation d’animations d’intérêt touristique, comme les Fêtes de Genève. www.geneve-tourisme.ch SGI INGÉNIERIE SA est une société d’ingénieurs-conseils active dans les domaines du bâtiment, du génie civil (ouvrages d’art, travaux souterrains, infrastructures de transport), de l’hydraulique appliquée (eau potable, assainissement, traitement des eaux) et de l’environnement. Fondée en 1898 à Genève, SGI Ingénierie SA est aujourd’hui membre du groupe SGI Consulting SA, solidement implanté en Europe et en Afrique. De formation pluridisciplinaire, les collaborateurs de SGI sont actifs tant sur le marché national qu’à l’export pour le compte de mandataires privés, publics (communes, services de l’état, SIG) ou institutionnels (bailleurs de fonds internationaux) susceptibles de confier à la société aussi bien l’étude de leurs projets d’infrastructure que la supervision de leur réalisation. www.sgiconsulting.com FLEX FORCE est une agence de placement de personnel fixe ou temporaire. Filiale du groupe international de recrutement JuhlerGroup (plus de 100 agences dans 19 pays), elle est présente depuis 1996 à Genève, à proximité de l’aéroport. L’équipe de Flex Force est composée de quatre consultants en ressources humaines, d’une responsable administrative et financière et d’une assistante en ressources humaines. Ses valeurs ajoutées? Des services humains et de proximité, un grand sens des valeurs et de la déontologie. www.flexforce.ch

g[e]’avance vers l’avenir économique du canton L’établissement de conditions cadre favorables à l’économie et à la prospérité de Genève a toujours conduit l’action de la CCIG. Suite à la volonté exprimée en février dernier par les Genevois de réformer leur constitution, cette mission essentielle sera plus que jamais d’actualité au cours de ces quatre prochaines années pour notre Chambre. A ce titre, l’élection des 80 citoyens genevois qui auront la tâche ardue d’échafauder les contours institutionnels du canton pour le XXIe siècle, le 19 octobre prochain, revêt une importance primordiale. Il convient de ne pas se voiler la face : la démarche dans laquelle Genève s’est engagée s’apparente à une épreuve de longue haleine comparable à un marathon. Les obstacles seront nombreux, avec des voies pavées d’embûches dogmatiques, des vents idéologiques contraires, des idées mal ravitaillées en arguments pertinents et un final à l’issue très aléatoire, le corps électoral pouvant décider que l’épreuve s’achèvera sans vainqueur, malgré les efforts déployés. Nul doute que dans ce contexte inédit pour Genève depuis… 1847 ! il s’agira de s’appuyer sur des élus endurants, innovants et disposant d’un bagage professionnel et actuel des plus fournis, car on ne s’engage pas dans une telle épreuve sans de solides références.

Une des annonces de la campagne d’affichage g[e]’avance.

Forte de ce constat, et profitant de l’ouverture du débat à la société civile, la Chambre s’est engagée, aux côtés d’autres défenseurs des milieux économiques, à soutenir une liste à l’occasion de cette élection. Celle-ci est composée de personnalités expérimentées et engagées, aux profils variés – notamment membres de partis politiques ou non –, mais cultivant une même vision des substrats indispensables à la restauration de l’harmonie économique dont notre canton a besoin. Résolument dirigée vers l’avenir, elle s’est choisie le nom évocateur de g[e]’avance – ce qui en soit constitue déjà tout un programme dans une ville qui a plébiscité depuis tant d’années l’immobilisme, notamment en termes de Charles Lassauce transports. ■


info

No 7 / Août 2008

7

Ouverture du marché de l’électricité : quels défis pour SIG ? Nouvelles d’entreprise

Dans le numéro de mai, nous expliquions les principes de l’ouverture du marché de l’électricité et les choix qu’elle entraînera. A Genève, comment SIG perçoitelle cette ouverture? Comment se prépare-t-elle à affronter la concurrence? André Hurter, directeur général, répond.

André Hurter : « Travaillons à préserver la proximité et la relation de confiance construite avec le client au fil des années. »

L’ouverture du marché sera-t-elle la réponse à toutes les attentes des clients professionnels? L’ouverture du marché en Suisse n’est pas celle de l’Europe. Elle offre la particularité de mixer marché régulé et marché libre durant cinq ans. Le client peut donc choisir de rester en marché régulé ou d’entrer dans le marché ouvert de la concurrence. Aujourd’hui, ses attentes sont claire-

ment identifiées: d’abord la sécurité de l’approvisionnement, ensuite le niveau des prix. En ce qui concerne les prix, les fournisseurs d’électricité n’auront pas de marge de manœuvre déterminante. Avec les fluctuations au niveau mondial et la tendance à la hausse en Europe, les prix sont relativement alignés. Nous pouvons donc dire qu’il n’y aura pas de véritable bataille sur les prix à court terme. En revanche, c’est sur l’approvisionnement que la concurrence va se battre, en travaillant sur les volumes de consommation, la qualité des produits et les engagements des distributeurs.

Avec l’ouverture du marché, craignez-vous le départ de plusieurs clients vers la concurrence? Nos clients aujourd’hui considèrent SIG comme un partenaire de proximité. Ils apprécient nos conseils en matière d’énergie, nos compétences techniques et jugent comme positif notre engagement dans le développement durable. Une récente étude de satisfaction le confirme. Un point fort de SIG est que nous connaissons nos clients et leurs besoins propres. Nous sommes géographiquement près

Les destinataires de la newsletter électronique, e-ccig, recevront ce questionnaire directement par e-mail. Les sujets traités seront : les missions, les services, les outils de communication, les événements, les domaines d’action et l’image de la CCIG.

Mais au-delà de ces considérations, il ne faut pas voir le départ d’un client comme une trahison vis-à-vis de son fournisseur historique. Il faut au contraire le voir comme une opportunité pour repenser fondamentalement notre relation commerciale avec lui et nous profiler par une offre plus innovante que la concurrence. SIG a l’avantage de

pouvoir travailler sur le gaz, la chaleur, les déchets, l’eau. Elle peut donc traiter l’ensemble du problème énergétique de son client alors que la concurrence ne peut traiter que son électricité. Je vous laisse évaluer l’avantage concurrentiel. Un client nous quitte? Travaillons à préserver la proximité et la relation de confiance construite avec lui au fil des années. C’est un autre atout vis-à-vis d’une concurrence toute neuve sur le marché. ■

Comment SIG entend-elle se positionner dans ces domaines? Depuis environ 15 ans, SIG s’engage concrètement dans le développement durable et en a fait le socle sur lequel s’appuie sa stratégie. Nous offrons une gamme de produits électriques 100% renouvelables et d’origine certifiée par les labels TÜV SÜD EE01 et naturemade star: la gamme SIG Vitale, lancée en 2002. Nous développons en parallèle un ensemble de services innovants pour aider les entreprises à maîtriser encore mieux leurs dépenses énergétiques et leur impact sur l’environnement.

La CCIG veut connaître l’opinion de ses membres Afin de pouvoir appréhender au mieux l’avenir, la CCIG, soucieuse de répondre aux attentes de ses parties prenantes, lancera à la mi-septembre un sondage qui lui permettra d’établir un bilan d’image et de connaître le degré de satisfaction des utilisateurs de ses services.

d’eux, donc prêts à intervenir rapidement. Ces aspects devraient peser dans le choix de quitter ou non le marché régulé.

Bien choisir son énergie, c’est mieux préparer l’avenir.

Pour celles et ceux qui ne sont pas abonnés à l’e-ccig et qui souhaiteraient néanmoins faire part de leur perception de la CCIG, le questionnaire sera également disponible sur le site www.ccig.ch.

Dans le cadre de l’ouverture du marché de l’électricité, SIG - votre partenaire de proximité vous propose des solutions innovantes pour maîtriser vos dépenses énergétiques et votre impact sur l’environnement.

Par avance, la CCIG remercie toutes les personnes qui prendront du temps pour l’aider dans sa démarche. Enfin, le Service communication se tient également à votre disposition pour tout complément d’information sur cette démarche. PRG

Avec SIG, changez d’idée sur les énergies.

eau énergies réseaux environnement

www.mieuxvivresig.ch

Une énergie propre à chacun.


info

No 7 / Août 2008

8

Les Midis de la Chambre IMPRESSUM

Agenda

Jeudi 9 octobre 2008

Mercredi 17 septembre 2008 - de 12h30 à 14h - CCIG, bd du Théâtre 4

6 Evénement économique au Centre International de Conférences de Genève e

L’Evénement économique, organisé une fois par an par la CCIG, rassemble près de 1000 directeurs, cadres, responsables commerciaux, leaders d’opinion et personnalités politiques de Genève. La CCIG vous fera parvenir une invitation ces prochains jours et espère avoir le plaisir de vous rencontrer à cette occasion. Programme: 15h: Séminaire économique Co-organisé avec la Banque Cantonale de Genève et avec la participation de l’Office cantonal de la statistique, ce séminaire présentera une étude inédite décrivant et synthétisant les principales caractéristiques de l’économie genevoise. Trois chefs d’entreprise, Stéphanie Vonlanthen, directrice générale de SRO-Kundig, Edouard Jaquenoud, maraîcher à Lully et président l’Union Maraîchère de Genève de 1990 à 2008, ainsi qu’Ivan Pictet, associé senior de

Pictet et Cie et président de la Fondation Genève Place Financière, esquisseront la Genève économique de 2020 telle qu’ils la souhaiteraient ainsi que les moyens pour y parvenir. 18h: Cérémonie officielle de remise des prix Le Prix CCIG 2008 sera remis à une entreprise ayant particulièrement contribué à l’essor de Genève. Associé à l’Evénement économique, l’Office de promotion des industries et des technologies (OPI) couronnera quant à lui deux de ses membres en leur attribuant le Prix de l’Industrie et de la Jeune Industrie.

«Quelles responsabilités pour les membres du Conseil d'administration?» Il sera suivi d’un débat avec les participants.

BUGNION SA Propriété intellectuelle www.bugnion.ch PREMIÈRE IMPRESSION Conseil en image www.premiere-impression.com

Réservez d’ores et déjà le 9 octobre et venez participer à ce grand rendez-vous de l’économie!

Entrée gratuite mais inscription indispensable sur www.petitsdejeuners.ch.

Renseignements au Service de la promotion économique tél. 022 388 34 34 e-mail: juliette.zurmuhle@etat.ge.ch

Mardi 14 octobre, de 8h45 à 11h30, à la CCIG

Deux sessions d’une matinée au choix: 2 octobre et 11 novembre 2008 - de 8h30 à 12h30 à la CCIG

Renseignements et inscriptions: Karine Busselier-Flichy, tél. 022 819 91 11 e-mail: k.busselier@ccig.ch

Responsable d’édition: Pascale Roch-Gigandet Rédaction: Pascale Roch-Gigandet, Sonam Bernhard et Fabienne Delachaux.

ELITE RENT-A-CAR SA Location de véhicules de luxe et service chauffeur www.eliterent.com

Publicité: Promoguide alain.cohendet@quorum-com.ch

Renseignements et inscriptions sur notre site, www.ccig.ch, rubrique «Séminaires et conférences CCIG»

Concept et Graphisme: ROSS graphic design - Rolle Impression: Atar Roto Presse – Genève Informations: publications@ccig.ch Ont participé à ce numéro: Cécile Aubert (Clinique des Grangettes), Charles Lassauce, Henri Mathis (Suva), Philippe Meyer et Sandra Senent

La pensée management «Management is nothing more than motivating other people»

«Gérer, ce n’est rien d’autre que de motiver les autres»

«All time management begins with planning»

«Management is doing things right; leadership is doing the right things»

«Le manager trop mou et le manager trop dur sont deux catastrophes»

«Rien n’est plus motivant que d’aider quelqu’un à atteindre son objectif»

«It is not bad not to know, it is only bad not to learn»

«Les conflits sont féconds. C’est la manière dont on les gère qui est capitale»

Centre de formation en management Av. Agassiz 5 1003 Lausanne Tél. 021 320 66 17 Fax 021 312 36 70 www.crpm.ch crpm@crpm.ch Correspondance: Case postale 369 1001 Lausanne

«Le management est l’art de prendre des décisions à partir d’informations insuffisantes»

«On n’a jamais fini d’apprendre parce qu’on n’a jamais fini d’ignorer»

«What you think is the top, is only a step»

Séminaire

Un mode de résolution rapide et confidentiel des différends

ARAMEX SA Courrier express international www.aramex.com

Carnet ATA – ce qu’il faut savoir pour bien l’utiliser

Renseignements et inscriptions: sur notre site www.ccig.ch, rubrique «Séminaires et conférences CCIG»

Initiation pratique à la médiation commerciale

bulletin d’information de la CCIG. Paraît 10 fois par an 3200 exemplaires

Séminaire

P’tits déjeuners de la Médiation Le prochain P’tit déjeuner aura lieu à la CCIG le mercredi 1er octobre 2008 à partir de 8h15.

IFAGE Fondation pour la formation des adultes - www.ifage.ch

Renseignements et inscriptions: Sylvie Burnier, CCIG, tél. 022 819 91 11, e-mail: s.burnier@ccig.ch

La partie officielle se poursuivra par un cocktail dînatoire permettant la mise en relation d’affaires.

Petits déjeuners des PME et des start-up Le prochain petit déjeuner aura lieu à la CCIG le vendredi 26 septembre 2008 sur le thème:

KATANA SA Destruction mobile de documents confidentiels www.confidentiel.ch

CCIGinfo

«Pour mener, il faut que quelqu’un suive»

«Le management est le plus vieux des métiers et la plus récente des professions»

«The most important thing in communication is hearing what is not said»

«II y a plein de managers qui ont pris leur retraite au travail»

Plus de 50 séminaires en français ou en anglais www.crpm.ch

CCIGinfo no 7 - 2008  

Juillet-Août 2008

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you