Issuu on Google+


N A T I F D E L A S T- RO C H , B R A S S E - V I L L E se veut la vitrine des artistes émergents et des évènements culturels. Sympathique, un peu arrogant, mais oh combien attachant, il est le reflet des habitants du quartier. Un magazine clandestin qui s’oppose aux normes du magazine c ommercial. D istribué dans des lieux soigneusement sélectionnés, il est gratuit et ne contient aucune publicité. BRASSE - VILLE est conçu par un collectif de gens aux talents diversifiés, tous unis par leur amour de St-Roch et de ses environs. L’équipe se donne comme mandat de contribuer à la revitalisation du quartier et par la même occasion, collaborer à votre fun quotidien. Par le biais de photoreportages, d’articles, d’entrevues, et d’essais littéraires; le magazine traduit l’ambiance atypique de la B-V.

CETTE ÉDITION VOUS PRÉSENTE un cahier spécial de thématique hivernale bien rempli qui vous donnera la motivation de sortir de votre couette et d’affronter les plus terribles blizzards. Si, comme nous, la grosse face du bonhomme carnaval vous terrifie quelque peu et que les ceintures fléchées ne s’agencent pas à votre habit de neige, le Off Carnaval est une excellente alternative. La duchesse de St-Roch est une fière représentante du quartier et nous convainc encore une fois que la basse-ville est le meilleur spot en ville. Laissez tomber les batailles de boules de neige ou les combats de roi de la montagne, on vous présente des activités beaucoup plus pacifiques pour occuper vos soirées hivernales.

AVEC FOUG UE, A RIA NE P E T I TCL E RC C É L I NE A RNAUDE AU


S I LA BAS S E -V ILLE

x P OUVA I T PA R L ER

5 CAHIE R C ULTURE L x L A M USI QUE HOR S DES SA L L ES

9 LE S CHIFFRE S x S TATI STI QUES

15 HI V ER 2 01 4 x DEF ROST

21 G A L ER I E x G I V R É E

23 L E OF F x C’EST I N

33 B EL L ES x DA NS L E DEDA NS

35 P ORTR A I T x L’EF F I G I E DE ST-ROCH

37 NOUV EL L E x COM TEM P L A TI V E

41 LE CABINE T DE S C URIO SI TÉ S x L ES F ENÊ TR ES

43


_ ÂŤ si la

basse-ville SI LA BASSE VILLE x POU VAIT PA RLER

5

pouvait parler Âť

mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _

mag the rat _

mag the rat _

mag the rat _ mag

the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _

mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _

mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _

mag the rat _

mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag

the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _

mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag the rat _ mag


régis _

/ Alors que certains griffonnent dans leur Agenda ou sur un coin de table, nous, à Saint-Roch, on préfère exposer nos gribouillis Au monde entier. Notre quotidien nous force à parcourir les rues à une telle vitesse que nous pouvons parfois passer à côté de barbeaux qui auraient pourtant contribué à ajouter un petit quelque chose à notre routine. Cette rubrique vous invite donc à prendre le temps de jeter un coup d’oeil à

6

ce que vous avez peut-être raté ce matin en courant jusqu’à la 800. SI LA BASSE VILLE x POU VAIT PA RLER

+

queen [ ]

+ | +


&_

7

robots >

/ Un peu vulgaires et certainement loufoques, ces petits messages sont généralement assez représentatifs de la Basse-Ville, mais aussi de ses habitants. Ils sont la preuve que nous aurions avantage à occasionnellement quitter des yeux notre cellulaire pour observer ce qui nous entoure. Mais bon, de toute la morale, seulement pour vous brasser.

bra

X-

SI LA BASSE VILLE x POU VAIT PA RLER

façon, on est pas ici pour vous faire

X-

ss

er


welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _

welcome out _ welcome out

_ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

8

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out

_ welcome out

_ welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out

welcome out _

_ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out

welcome out _

welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _

SI LA BASSE VILLE x POU VAIT PA RLER

out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _ welcome out _


9 LES CHIFFRES x STATISTIQUES

De nombreux préjugés sont entretenus au sujet de la Basse-Ville, plus particulièrement sur ses habitants que l’on pourrait parfois qualifier de loufoques. En effet, il semble souvent que Saint-Roch soit l’habitat privilégié par des spécimens bien particuliers et qu’il soit impossible de les retrouver ailleurs au Québec. Il est maintenant venu le temps d’appuyer votre chialage quotidien sur des statistiques qui vous serviront éventuellement à impressioner vos amis lors de votre prochaine soirée autour d’une bonne pinte. Tel un vieil homme à l’âme sombre, on peut percevoir dans la lueur de son regard un passé obscur et de nombreuses blessures qui forgent l’âme de la Basse-Ville. C’est son passé qui fait de notre quartier ce qu’il est aujourd’hui. Mes enfants, le moment est maintenant venu de connaître cette histoire.


proximité du lieu de travail natif du quartier

CAdre de vie agréable

proximité des services 10

autres

quartier branché

LES CHIFFRES x STATISTIQUES

loyers bon marché


Enfin, en 1989, on propose des projets qui tiennent compte de l’histoire et de l’identité du quartier pour trouver une nouvelle manière de lui redonner vie. Le plan de revitalisation vise à cicatriser le tissu

LES CHIFFRES x STATISTIQUES

11

urbain et à relancer la vie de Saint-Roch Tout commence au début du 19e siècle,

Une suite de déchéances s’enchaînent alors

par la culture et l’éducation. On intervient

les «petites gens» de la classe ouvrière

de façon exponentielle et la vie du quartier

d’abord autour de l’immense plaie béante

travaillent et occupent la Basse-Ville

se trouve dans un déclin. Démolition de

qu’a laissé le projet de la Grande-Place en

à proximité des grandes manufactures

300 logements et édifices commerciaux,

démolissant une bonne partie du quartier.

et du port. On peut observer une énorme

expropriation de plus de 200 familles,

On rénove d’abord le bâtiment vacant de la

cassure avec la vie en Haute-Ville où siègent

désaffectation de la rue Saint-Joseph,

Dominion Corset, qui devient « la Fabrique »,

le pouvoir anglais et les plus fortunés.

fermeture d’institutions de longues dates;

le nouveau pavillon des arts visuels de

Les deux classes sociales, géographiquement

le quartier se disloque. Gens et lieux

l’Université Laval. Une étape importante, car

distinctes, alimentent mutuellement

subissent de graves blessures qui seront

grâce à ce pavillon, le quartier se dote d’un

les préjugés les plus tenaces liés aux deux

longues à guérir. Au début des années 70,

apport constant de jeunesse et de créativité.

groupes. Pendant la première moitié du 20e

on lance plusieurs idées de projets pour

La Ville met sur pied un programme de

siècle, la Basse-Ville connaît son âge d’or.

la revitalisation du quartier, mais elles sont

revitalisation commerciale des rues Saint-Joseph,

À cette époque, les quartiers Saint-Roch

toutes abandonnées les unes après les autres

de la Couronne et Dorchester et s’attarde

et Saint-Sauveur regroupent les 2/3

ou même en cours de processus. On rase

à la restauration des façades d’immeubles.

de la population de la ville de Québec.

des édifices, on déplace près de 500 personnes

Au lieu de les détruire, elle soutient

La rue Saint-Joseph représente le coeur

pour ensuite abandonner le projet au beau

la transformation d’anciens bâtiments

commercial de la ville et Saint-Roch est

milieu d’une zone de construction.

historiques de la côte d’Abraham pour en

alors le point central de la culture populaire

Saint-Roch hérite donc, pendant une

faire une coopérative d’artistes : le projet

à Québec, et même AU Québec. Au milieu

quinzaine d’années, d’une immense zone

Méduse. L’îlot Fleurie est aussi une étape

des années 1950, c’est le début de la fin.

désaffectée, encadrée du tristement célèbre

importante de la revitalisation, il embellit

La ville connaît un exode massif vers

« Plywood city » : un périmètre d’immeubles

le secteur, éradique la dynamique de

la banlieue, comme dans la majorité des villes

délabrés ceinturant une véritable piquerie

délinquance qui s’y était implantée et permet

nord-américaines. Le dépeuplement est

à ciel ouvert.

de lancer divers projets immobiliers.

particulièrement marqué en Basse-Ville; près de 15 000 habitants quittent les vieux quartiers de Québec pour s’installer dans les bungalows construits sur les anciens territoires agricoles de Sainte-Foy. Le quartier Saint-Roch se vide de sa population qui passe en seulement trois décennies de 20 000 à 5 000 habitants. La classe moyenne déserte le quartier, seules les personnes âgées et les plus pauvres y demeurent.


ville de qc

la cité

ville de qc

la cité

Samuel Matteau

basse-ville

LES CHIFFRES x STATISTIQUES

12

basse-ville


ville de qc la cité basse-ville

ville de qC la cité

LES CHIFFRES x STATISTIQUES

13

basse-ville

ville de qC

ÉTUDES UNIVERSITAIRES

ÉTUDES COLLÉGIALES

CERTIFICAT OU DIPLÔME ÉCOLE DE MÉTIER

la cité

basse-ville


ville de qc

la cité

L’histoire du quartier est encore bien vivante dans les rues de la ville. La Basse-Ville a définitivement une âme, une histoire et des blessures qu’elle porte dans ses rues, à travers ses habitants. C’est l’histoire d’un quartier autrefois prospère, animé et culturellement bouillonnant. C’est un lieu qui a connu bien des batailles, qui s’est fait construire et détruire en alternance pendant des décennies. Ce qui distingue vraiment la Basse-Ville des autres quartiers, c’est pas juste une triste histoire de dévastation et de misère, ce qui la distingue c’est plutôt qu’elle est bien vivante et en constante évolution. La culture, qui a toujours été l’élément fondateur du quartier, lui donne vraiment sa saveur particulière. Toutefois, les préjugés perdurent, car même aujourd’hui, la Basse-Ville rime bien souvent avec pauvreté, itinérance et problèmes sociaux et ce, aux yeux d’une grande partie de la population. En 2014, on peut enfin affirmer que Saint-Roch se porte mieux, mais la pauvreté n’a pas encore disparu de la carte. Cette revitalisation, aussi favorable soit-elle, a eu pour effet de déplacer le milieu défavorisé un peu plus loin. Depuis le début des années 1990, le quartier Limoilou a connu une certaine détérioration sociale et surtout une détérioration économique, ce qui nous porte à le comparer à Saint-Sauveur. En fait, Limoilou est dans une période de transition où la pauvreté progresse rapidement. C’est un quartier à surveiller dans les prochaines années, d’autant plus que la Ville de Québec n’y prévoit aucune revitalisation majeure à court terme.

Sam St-Onge

Suivez notre cahier sur le sujet dans la prochaine édition.

LES CHIFFRES x STATISTIQUES

14

basse-ville


L A M U S I QU E HORS DES SALLES A

15

A

Souvent bookés sans trop d’avance, les spectacles C AHIER CULTUR EL x LA MUSIQUE HORS DES SAL L ES

..présentés hors des circuits traditionnels se veulent ..témoins d’une scène bouillonnante et en constante ..évolution. Hauts lieux des musiques actuelles, ..les bars se font aussi souvent pourvoyeurs de pichets ..de blonde que de découvertes musicales. Locales, ..la plupart du temps, et presque toujours ..en osmose avec les mouvances sonores du moment.

Résolution 2014, tout faire pour être dans

Bien qu’un peu générique dans sa facture

le coup, être les premiers à applaudir la nouvelle

sonore, le folkeur Samuel Wagner aura pour

sensation pop, rock, folk, indie, peu importe.

effet de plaire aux nombreux fans de Patrick

Les prochains Karim Ouellet ou Pascale

Watson. Date à inscrire à l’agenda : samedi

Picard jouent devant une dizaine de personnes

le 25 janvier. Ce sera l’occasion d’aller

déjà, et heureusement, ça se passe près

à la rencontre d’un auteur-compositeur

de chez vous.

qui a téléversé un disque homonyme franchement bien produit à la fin de 2013.

LE BAL DU LÉZARD : bon ok, le Bal du Lézard

Aurais-tu déjà entendu parler de Pico

ne se situe pas à Saint-Roch, mais on ne vous

Larouche? Son vrai nom c’est Pascal

amène pas trop loin tout de même et on vous

et il construit des chansons comme on modèle

garantit que ça en vaut la peine. Vous avez

des bibelots en pâte fimo avec la grâce

simplement à traverser la rivière Saint-

de l’artisan et l’oeil rieur du kid de 8 ans.

Charles pour vous rendre sur la 3e avenue

En spectacle le 22 février au soir, un évènement

à Limoilou.

à ne pas manquer et c’est non négociable.


LE CERCLE : Parlant de Pico Larouche, on reste

LE PANTOUM : Le 17 Janvier, c’est les demoiselles

dans la même thématique et on surligne

de Salty Wenches qui ont pour mandat

en jaune le passage de son autre band,

d’inaugurer 2014. Vous ne les connaissez

LaTourelle Orkestra, entre les murs du 228

pas? C’est presque normal; le quatuor garage

rue Saint-Joseph Est le 8 février. Le groupe

rock de Québec joue carrément dans les

le plus festif de Québec y sera offert en

plates- bandes de Machinegun Suzie mais en est

combo gipsy façon joyeux festin avec DJ

encore à ses premières armes. Puis, allons-y

Touski et VJ Ira. Une soirée digne des parcs

en rafale : Simon Paradis précédé de Harley

à roulottes de la région des Balkans.

Yound (31 janvier) et Jane Ehrhardt (7 février)

un sacrilège. House band du dernier GAMIQ

La Palette dont le siège social se situe dans

et prédecesseur de Metallica lors de son

le quartier Saint-Jean-Baptiste.

passage sur les plaines en 2011, le groupe métal de Québec a stocké dans sa van toutes

L’AGITÉE : L’improvisation musicale ne

les munitions requises pour frapper un

fait pas l’objet d’une ligue, certes, mais les

grand coup à l’orée de la nouvelle année.

rendez-vous du genre se multiplient pour

Rendez-vous le 7 février, dans le cadre du

permettre la mise en lumière de quelques-uns

OFF Carnaval.

des plus grands techniciens de la ville. Visages familiers en raison de leur présence au sein d’Isabeau et les chercheurs d’or, Luke Dawson et Marie-Christine Roy auront pour mandat de créer des pièces éphémères avec leur contrebasse et leur violon respectifs ce dimanche 12 janvier aux côtés de comparses clarinettistes, chanteurs, batteurs, bidouilleurs électro, bassistes et guitaristes. Contribution volontaire. Encore plus d’idées de shows à voir dans notre calendrier.

x

Céline Arnaudeau ; Inspiré du texte « Tournée des bars » Catherine Genest publié le 8 janvier 2014 voir.ca

C AHIER CULTUR EL x LA MUSIQUE HORS DES SAL L ES

claire, nette et réjouissante avec le label folk

16

en format lancement d’album. Une association Passer à côté de Dance Laury Dance serait


Le beat à son meilleur

Enlève tes écouteurs

Canettes de Pabst dans ton jacket

Rdv au Pantoum

C AHIER CULTUR EL x LA MUSIQUE HORS DES SAL L ES

SE DIT D’UN Poème composé de strophes de QUATRE vers,

17

Son tout frais, tout chaud

Suffit de gravir l’escalier

Une porte énigmatique te sollicite

Rdv au Pantoum

Le groove commence à te faire bouger

Moment d’errance sur St-Vallier

Le soleil se couche

Rdv au Pantoum


À soir ça se passe

Salle qui brasse pis qui te ramasse

Lieu inclassable, émergeance phénoménale

Rdv au Pantoum

Frontière entre ces illustres endroits

Bière tablette du Jos Dion

Frites molles du Coin de la patate

Rdv au Pantoum

C AHIER CULTUR EL x LA MUSIQUE HORS DES SAL L ES

dans lequel un vers est repris d’une strophe à l’autre 18

C’est sûr tu vas pogner

Fantex dans tes pieds

Enfile tes pantouffles de danse

Rdv au Pantoum


LE PANTOUM ; Un lieu et une plateforme de diffusion

C AHIER CULTUR EL x LA MUSIQUE HORS DES SAL L ES

19

où la création musicale ainsi qu’artistique peut s’épanouir en suivant des pistes et des concepts

Il faut former la relève mélomane de Québec

..originaux nés d’une cohésion entre les différentes

et comme on dit, l’appétit vient en mangeant.

..idées des acteurs impliqués dans le projet,

Pourtant ce n’est pas nouveau que Québec

..que ce soit par la composition, l’enregistrement

a une scène underground plutôt enviable.

..ou encore la diffusion en spectacle et en exposition ..des créations qui viennent d’ici, mais aussi d’ailleurs.

C’est encore loin de s’essoufler à voir les foules qui se déplacent au Pantoum. Plus encore qu’une salle de spectacle, le Pantoum

Le Pantoum est une institution qui a sa place

est à l’image de son quartier: inclassable

dans St-Roch comme s’il était né avec le quartier.

et hétéroclyte. Scène musicale, atelier de

Le projet est mené par trois amis : Jean-Étienne

sérigraphie, studio d’enregistrement, pis en

Collin Marcoux, Sébastien Forest-Levasseur

plus ils font de maudits bon grill-cheese!

et Jean-Michel Letendre-Veilleux. Le Pantoum s’est installé dans un appartement par trois étudiants qui rêvaient tous d’un endroit alternatif pour la scène musicale de la relêve, on croirait entendre une légende urbaine. Il semblerait que l’idée serait venue lors d’un soir de pleine lune alors qu’un des trois aurait crié « Heille dude, on met au chemin le vieux divan d’la tante Janine pis on fait des shows de musique dans l’salon. Ça serait swell ». Mais bon... la légende demeure nébuleuse à ce sujet. Fondé en 2012, ce projet ambitieux et innovant insuffle à la capitale un vent nouveau en matière de musique alternative. Depuis la regrettée Union Commerciale, le besoin se faisait sentir d’instaurer un autre lieu avec le souci d’offrir des spectacles à faible coût pour encourager la relève.


C’est à croire que la seule chose qu’il leur 20

manque c’est un bar, mais ça on ne s’en plaindra pas puisque l’endroit est fièrement de system of a down). Ce qui est vraiment remarquable d’un lieu aussi underground qui ne dévoile même pas son adresse postale, c’est que le Pantoum demeure agréablement accessible. On y sent l’esprit de communauté et d’ouverture où chacun est accueilli comme à un party de sous-sol chez son meilleur chum en région. Cette idée de communauté se reflète dans la création du projet mais aussi dans son fonctionnement à long terme.

À ce sujet, Jean-Michel explique: «Un aspect assez particulier de l’endroit est que les groupes qui enregistrent vivent aussi avec nous. Ils mangent, dorment et participent aux tâches ménagères. Les musiciens paient à la chanson et non à la journée. Nous pensons que cela permet de créer une ambiance propice à de meilleures sessions d’enregistrement. » L’enthousiasme du trio ne s’est toujours pas fatigué et ne fait que grandir. Les garçons ont la surprise de constater comment le projet est bien accueilli par cette scène qu’ils souhaitent servir. Longue vie au Pantoum. x

Ariane Petitclerc ; Inspiré du texte « Le Pantoum : Génération (DI)Y » Publié le 24 juillets 2012 par Audrey Canuel scene1425.com ainsi que «La force du nombre» Publié le 23 août 2012 par André Péloquin http://voir.ca/musique/

C AHIER CULTUR EL x LA MUSIQUE HORS DES SAL L ES

BYOB ( bring your own beer, comme la toune


HI VER 2014 x DEFROST

21


22

LA MORVE, LA SLUSH, TA BUS QUI PASSE PAS, TOI QUI A FROID. ON A SOUVENT TENDANCE À DIRE QUE L’HIVER, C’EST DE LA MARDE. Il suffit de s ortir du c onfort de s on appartement et de s e promener sur Saint-Jos eph p our dé c ouvrir que même si la v ille s emble endormie s ous la neige, elle est p ourtant bien vivante. Que c e s oit en parc ourant les exp os o u e n p a s s a n t à l a b r û l e r i e p o u r u n c h o c o l at c h a u d , l e s r u e s re g o r g e n t d’activités, il n’en tient qu’à nous de vous les montrer. Quelques ballades dans le quartier nous font bien vite réalis er que plusieurs sp ots de la bass e-ville ne s ont pas à s ous estimer lors qu’ils deviennent un p eu enneigés.

HI VER 2014 x DEFROST

HIVER 2014 CAHIER SPÉCIAL DEFROST


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

23


P H O TO R E P O RTAG E ..Un banc de neige bien placé, quelques flocons ..harmonieusement enlignés, ces éléments qui semblent ..banals aux yeux d’un québécois agrémentent pourtant ..si bien le paysage urbain. L’hiver amène un regard complètement ..différent sur la ville et offre de nouvelles oeuvres à contempler.

Malgré l’image parfois péjorative que cet art illicite peut avoir, celui-ci a eu un impact considérable sur la culture. Les premiers pionniers de cet art sont passés à l’histoire en osant défier l’autorité et en créant un véritable mouvement. De nos jours, le béton de nos rues est souvent recouvert de ces couleurs vives, ce qui donne naissance à de sublimes découvertes. BRASSE-VILLE a parcouru le quartier afin de rassembler dans ce cahier toutes les parcelles d’art urbain les plus remarquables. Les rues sont parfois tellement remplies de ces graffitis qu’on oublie de s’y attarder et on ne fait que passer deux fois plus vite dès que l’hiver débarque en ville. Cette galerie givrée sur papier vous permettra d’admirer ces chefs-d’oeuvre sans même avoir à enfiler vos bottes sorel.

x

Céline Arnaudeau Photographe ; Ariane Petitclerc

HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

24

GALERIE GIVRÉE


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

25


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

26


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

27


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

28


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

29


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

30


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

31


HIVE R 2014 x GALERIE G IVRÉ

32


H IV ER 2014 x LE OFF C’EST IN

33


LE OFF C’EST IN POUR LA 3E ANNÉE, LE OFF CARNAVAL OFFRE UNE ALTERNATIVE À CEUX

QUI SONT FANS DE CULTURE ET MOINS FANS DE CEINTURES FLÉCHÉES ET DE BOUTS DE NEZ GELÉS. Pendant qu’en haut le Carnaval envahit

les Plaines, la Basse-Ville de Québec a aussi des activités carnavalesques très indépendantes d’esprit. De plus, tout récemment, le OFF s’est fait des amis et réunira pour la première fois trois organismes de la ville de Québec soit : 34

EXMURO arts publics, le complexe Le Cercle et la revengeance des duchesses. La programmation seront plus vengeresses que jamais. Un beau programme. Pour Jean-Claude Anto, directeur de la programmation au Cercle, incubateur du OFF, l’idée était de montrer aux gens qu’il y a des soirées festives parallèles au Carnaval de Québec. On en profite pour mettre en valeur les artistes de passage dans la ville.

Bouillonnante, la basse-ville. Amenez-en, des moins 25 °C.

Cette année, la cohorte des duchesses n’a

rien à envier à Kate Middleton. Elles sont huit, de tous les âges, de tous les looks,

des artistes, des étudiantes, des mères, toutes inspirantes à leur manière. Leurs blogues, ce sont des clips, des entrevues, des coups de coeur, des éditos, des instantanés, un endroit où tout simplement on sent la ville. Une ville hétérogène, une ville avec des poqués, des endroits laids, des endroits magnifiques, des conflits, une ville de mères engagées, d’artistes inspirantes, une ville d’itinérants, de graffitis, de monde pauvre et de monde plus riche qui croient dans ce quelque chose qui nous sauve de la barbarie et qui s’appelle la solidarité.

H IV ER 2014 x LE OFF C’EST IN

culturelle et musicale est étoffée, les duchesses


BELLES DANS LE DEDANS POUR LE 60E ANNIVERSAIRE DU CARNAVAL

LES DUCHESSES SEMBLENT FORMATÉES PHYSIQUEMENT,

DE QUÉBEC, L’ORGANISATION NOUS A OFFERT UN BEAU CADEAU : LE RETOUR

AUCUNE NE DÉROGE AUX NORMES DE BEAUTÉS ACTUELLES.

DES DUCHESSES. LA RUMEUR CIRCULAIT

MALGRÉ LE CÔTÉ ENTREPRENEURIAL,

DÉJÀ DEPUIS UN MOMENT ET A SOULEVÉ QUESTIONNEMENTS ET SCANDALES. LE RETOUR SE VEUT COMME UN CLIN

L’INDIVIDUALITÉ ET L’ORIGINALITÉ SONT RENIÉES POUR LE

D’OEIL NOSTALGIQUE AMUSANT ET BIEN

MOULE DE LA SOCIÉTÉ QUI REND MALHEUREUSEMENT

SÛR UNE OPPORTUNITÉ DE BOOSTER

LES DUCHESSES TROP FACILEMENT INTERCHANGEABLES.

LA POPULARITÉ DÉCLINANTE DU CARNAVAL

HIVE R 201 4 x BELLES DANS LE DEDANS

35

DEPUIS QUE CE CÉLÈBRE CONCOURS A DISPARU. Même s’il n’y a aucune preuve dans

Il fallait moderniser le concept, s’adapter

les archives du Carnaval indiquant que

aux changements sociaux (...) C’est prouvé

les candidates devaient respecter des critères

que l’esprit entrepreneurial est de moins en moins

physiques. À l’époque, les candidates devaient

développé chez les 18-35 ans au Canada,

aussi être célibataires et sans enfants, même

surtout chez les femmes. Avec ce concept,

s’il n’y avait aucune offre de ducs pour

on l’encourage, on sollicite des idées et une

les matcher. Pour maximiser leurs chances

réelle participation des filles et de leur

d’être élues reines, elles devaient vendre

entourage. Quand on a dévoilé cet aspect

le plus grand nombre possible de bougies.

de la nouvelle version, ça a calmé les réactions

Les duchesses, au fond, c’était de la représentation

à propos du sexisme. nous explique Jean

et du financement résume Jean Provencher,

David, directeur du développement des

historien et auteur de l’ouvrage Le Carnaval

affaires, de la mise en marché et des ventes

de Québec. La grande fête de l’hiver.

au Carnaval de Québec.

L’organisation nous a assuré qu’il ne s’agissait

Pour faire son choix, le jury a évalué la valeur

pas d’un concours de Miss America malgré

des projets ainsi que la capacité de chaque

les ressemblances qui peuvent sembler

candidate à porter le sien, à le réaliser,

confondantes. On a donc ramené le concours

à le vendre. L’authenticité et la détermination

de duchesses en y ajoutant un volet

étaient très importantes, souligne M. David.

entrepreneurial: les candidates devaient

Quant à savoir pourquoi une limite d’âge

présenter un projet rassembleur en lien avec

a été fixée, il explique que l’organisation

la fête de l’hiver, financé par l’entremise de

voulait mettre l’accent sur la relève.

la plateforme de sociofinancement La Ruche. Malgré cet ajout entrepreuneurial qui apporte de la crédibilité au concours et qui pousse les filles à s’impliquer, toujours aucun pichou à l’horizon. Les duchesses semblent formatées physiquement, aucune ne déroge aux normes de beautés actuelles. Malgré le côté entrepreneurial, l’individualité et l’originalité sont reniées pour le moule de la société qui rend malheureusement les duchesses trop facilement interchangeables.


Une autre particuliarité, ce off duchesses est aussi ouvert aux hommes, deux ducs ont participé dans les dernières années. De plus, il n’y a aucune limitation quant à l’âge. En 2014 deux dames de 55 et 68 ans sont fières représentantes de leur coin de ville. Ça reste formaté. On a pas cherché à montrer

Voulant faire bon voisins, l’équipe du

LA REVENGEANCE DES DUCHESSES

une image diversifiée de la femme. Et on prend

Carnaval officiel et celui de la revengeance

EST UN MOUVEMENT POPULAIRE

encore des femmes pour redorer le blason

se sont rencontrées pour examiner une possible

SPONTANÉ QUI RÉPOND À L’OFFRE

d’une institution. Sans compter que les projets

collaboration. La discussion ne s’est pas

D’UN CARNAVAL POUR TOUS.

n’ont aucun impact dans la communauté.

trop allongée que l’équipe du Carnaval

affirme Marjorie Champagne, cofondatrice

a rapidement rétiré l’offre. Jean David

L’évènement ravive la vie de quartier trop

de La Revengeance des duchesses qui invite

rapporte que le concept de La Revengeance

souvent oubliée en dehors de la Grande

ses candidates à s’exprimer et à mettre

est trop éclaté, trop burlesque, et qu’il vient

Allée lors du Carnaval. Toutefois, Marjorie

le contenu devant le contenant.

un peu ridiculiser le concept des duchesses.

Champagne affirme que les deux «formules» du Carnaval proposent des projets plus

Marjorie Champagne. Ils nous ont dit que

entrepreneuriaux, tandis que les duchesses

2 000 $ pour un projet, ça demande beaucoup

nos duchesses n’étaient pas assez télégéniques…

de la Revengeance tangent vers le côté artistique.

de temps et de guts.

Et le mot féminisme leur faisait peur. Ils auraient voulu qu’on fasse de gros

Parcourez notre brochure calendrier pour avoir

La revengeance des duchesses est un concours

changements, mais le projet aurait perdu

la liste complète des évènement du OFF

déjanté depuis 2010, menée par Marjorie

beaucoup de son âme. On se serait trahies.

Carnaval. D’ici le couronnement de la reine,

Champagne. L’initiative de la revengeance

le 15 février, des sorties dans la «vraie vie»

est aussi éloignée du concept original des

sont prévues. Des duchesses près de leur

duchesses que l’est le Carnaval de Québec

peup’ à part de t’sa.

à celui de Rio. La compétition de quartiers aux racines féministes n’a rien perdu de son je-ne-sais-quoi de vitaminé. À la revengeance des duchesses, les filles sont belles oui, mais dans leur énergie, dans leur humour. Bref, elles sont belles dans leur dedans. Les duchesses sont choisies en fonction de leur créativité, de leur maîtrise du français écrit, de leur adhésion aux valeurs féministes et de leur connaissance de leur quartier. Ces qualités sont requises car elles auront comme tâches d’animer un blogue pendant le Carnaval pour vanter les mérites de leur faubourg de façon créative. Il n’y a ni photo, ni cv demandé, la règle numéro 1 (ainsi que la seule règle) : être originale et lâcher son fou! Fini l’ancien glamour des duchesses qui l’ont agréablement remplacé par l’humour. Autres temps, autres moeurs dit-on. Les temps changent pour le mieux visiblement.

x

Ariane Petitclerc ; Inspiré du texte «Les duchesses de la controverse» Publié le 27 Janvier 2014 par Sophie Marcotte lagazettedesfemmes.ca

HIVE R 201 4 x BELLES DANS LE DEDANS

Notre image ne leur plaisait pas, confirme

super courageuses. C’est exigeant de ramasser

36

de duchesses sont bonnes. Les duchesses Cela dit, je trouve les duchesses du Carnaval


PORTRAIT HI VER 201 4 x PORTR AIT : L’EFFIG IE DE ST-RO CH

37

FRANIE : l’EFFIGIE DE ST-ROCH Franie-Éléonore Bernier habite Saint-Roch

En tant que duchesse de Saint-Roch, Franie

depuis l’été dernier. Je viens de Québec.

a voulu faire le maximum d’activités dans

J’ai habité Saint-Jean-Baptiste, puis

les établissements du quartier.

Saint-Sauveur et maintenant Saint-Roch.

Les commerçants sont super. Ils sont ouverts

J’ai l’impression d’avoir trouvé le juste milieu;

et game d’être impliqués dans de nouveaux

j’ai trouvé mon équilibre dans Saint-Roch.

projets. J’ai été émerveillée de leurs réponses positives. Ça m’a encore plus donné le goût

Travailleuse autonome, Franie prête

d’habiter ici! Il peut se passer de grandes

entre autres son talent à l’émission

choses dans Saint-Roch.

LeZarts sur les ondes de MAtv en tant que camérawoman-monteuse. C’est d’ailleurs là

La duchesse Bernier a déjà préparé plusieurs

qu’elle a rencontré Marjorie Champagne,

vidéos pour alimenter le blogue de la Revengeance.

fière instigatrice de la Revengeance des

Je veux montrer ce qui nous unit dans

duchesses. Marjorie m’a harcelée pour que

le quartier, le respect dont on fait preuve

je m’inscrive!, blague Franie. Au départ,

les uns envers les autres. Saint-Roch, c’est

je ne pensais pas que la Revengeance cadrait

rassembleur. On peut s’attendre à rire

avec moi. Mais je me suis finalement rendu

en suivant les réalisations de Franie.

compte que ça cadrait complètement.

Je déconne beaucoup avec la Revengeance.

N’importe qui peut s’y retrouver! C’est ce qui est

Il y a une touche d’humour dans chacun des

beau de la Revengeance. Tout le monde peut

projets. La thématique, c’est la fête. Je vais

y participer. Tu te retrouves avec une gang

même démontrer mes talents de rappeuse!

de filles qui veut avoir du fun, des filles créatives qui ne se prennent pas au sérieux

Lors du lancement officiel de la Revengeance

et qui n’ont pas nécessairement étudié en comm.

le 30 janvier au Cercle dès 17 h, le blogue de cette année sera dévoilé et les duchesses

Le temps de quelques semaines, Franie

de chaque quartier offriront une prestation.

passe donc de derrière la caméra à devant

Je vais présenter un film de fiction au lieu

la caméra. Ça me sort pas mal de ma zone

de monter sur scène. Vous pourrez y voir

de confort. Et j’aime ça! Mais, qui est-elle,

évoluer plusieurs des commerçants du quartier

cette duchesse, grande voyageuse qui a

qui se sont prêtés au jeu.

la particularité d’avoir parcouru les chemins de Compostelle en sens inverse, de l’Espagne

De plus, vous pourrez découvrir en exclusivité

vers la France ? J’aime mon quartier, y marcher

un essai littéraire composé par Franie en

pour observer la diversité des gens qui y habitent.

l’honneur de St-Roch.

La multiculturalité m’inspire. x

Ariane Petitclerc ; Réédition libre de l’article « Une duchesse parmis nous» Publié le 29 janvier 2014 par Julie Picard http://blogue.monsaintroch.com/


X

AU BABY LONE

AUX SALONS D’ED GAR

X

ELL E COMMENCE ÇA AUX S ALONS D’ ED GAR, POU RS UIT À LA CUISINE OU AU CERCLE PUIS TERMINE AU KARAOKÉ DU DAUPHIN

AU X SALONS D’ED GAR

P OU R S E PE RD R E DA N S S E S PE N S É E S

X

X

HI VER 201 4 x PORTR AIT : L’EFFIG IE DE ST-RO CH

38

E LLE S’ASSOIT À LA BAY-W IND OW DE LA BRÛLE RI E S AINT-ROCH E T OBSERVE LES CHAUFFEUR S DE TAXI QUI ATTEN DEN T ET IN TERAGISSEN T. « ILS M E FON T RIRE ! COM M EN T F ON T- ILS P OUR PA SSER LE TEM P S »

À LA B ORDÉE, À L’ÉTABLI ET QUELQUE S F OIS AU COMPLEX E MÉD US E.

AU BABY LONE OU À L’OCCASION CH EZ RUTH

X

PO U R S AT IS FA I R E S O N B E S O IN D’A RT

PO U R U N P ’T I T D É J

P OU R UN GRO S POW-W OW

X

À LA CUISINE OU AU CERCLE, SELON L’AMBI ANCE DÉSIRÉE

X

X

P OU R PR E N D R E UN V E RR E AV E C D E S A M IS

P OU R A L L E R DA N S E R

P OU R PR E N D R E UN C A FÉ

P OU R UN S OU PE R T R A N QUI L L E

MEILLEURES ADRESSES

SES


HI VER 201 4 x PORTR AIT : L’EFFIG IE DE ST-RO CH

39


SAINT-ROCH MON POTE T’ES PAS JUSTE BEAU DE LOIN. EN FAIT, PLUS QUE JE ME RAPPROCHE,

SAINT-ROCH, L’HIVER

PLUS QUE J’TE TROUVE C UTE. AVANT T’AVAIS QUELQUES BOUTONS. BEN, T’EN AS ENCORE, MAIS LÀ SONT UN PEU MOINS GROS PIS BLANCS.

Les joues rouges, ivre de tendresse. Merde, l’ascenseur est fermé…

SAIN T-ROCH, TU AS UNE BELLE MOUSTACHE. 
J’AI L’IMPRESSION

SAINT-ROCH, LE PRINTEMPS

QUE TU ME SOURIS TOUS LES JOURS. EST-CE QUE TU SOURIS À TOUT LE MONDE? JE PENSE QUE OUI. L’AUTRE JOUR, J’AI DEMANDÉ À DENISE.

Promener ses épaules nues sous un soleil décevant. « Devrais-je me débarrasser

S A I N T- RO C H , C O M M E N T FA I S -T U P O U R AV O I R D E S I G R A N D S

de mon vieux divan laite?

UNE PLACE DE CHOIX DANS TES ÉTREINTES? L’ENDROIT LE PLUS DOUX, TON PECTORAL MOU. OÙ L’ON PEUT APPUYER LA TÊTE, Y FAIRE LA SIESTE, S’Y BAIGNER EN BEDAINE, AU CHAUD, ENLACÉS. TU AIMES

Merde… Il fait ben frette.» J’affronte ce froid, je rebrousse chemin, pour ce petit sofa à pois aperçu sur le coin

VRAIMENT TOUS CES GENS? OUI, ON EST BIEN AVEC TOI SAINT-ROCH. MÊME SI PARFOIS TON PIERCING DE MAMELON ME CHATOUILLE L’OREILLE.

de la Couronne et du Roi. « Merde… Il est passé où, tabarnak? »

SAINT-ROCH, LE NOUVEAU OU L’ANCIEN.
LES GENS T’AIMENT POUR CE QUE

SAINT-ROCH, L’ÉTÉ


TU ES. N’ÉCOUTE PAS CES GENS QUI DONNENT DES COUPS DE MARTEAU DANS TES RUES. DIS-TOI QUE C’EST COMME SI L’ON T’ÉPILAIT LES JAMBES APRÈS UN HIVER BIEN LONG. ILS VEULENT T’EMBELLIR, QU’ILS DISENT. MAIS MOI, SAINT-ROCH, JE T’AIME… AVEC TES POILS BIEN DRUS ET BIEN FONCÉS. DEMANDE-LEUR DE TE LAISSER LES AISSELLES AU PIRE.

Orgasme. « Eille, ramène ta bière en dedans! » SAINT-ROCH, L’AUTOMNE L’air renouvelé, caresses de souvenirs.

SAINT-ROCH, ES-TU UNE FILLE OU UN GARÇON? OUAIS, T’AS BEN RAISON, ON S’EN CÂLISSE. SAINT-ROCH, TU ROCKES!
OK… ON A DÛ TE LA FAIRE SOUVENT! JE M’EXCUSE.

À ces rencontres dans les minuscules rues de Saint-Roch, parapluie en main, galants contorsionnistes,on veut se laisser passer,

SAINT-ROCH, TU AIMES LES ARTISTES.
LES GENS QUI JOUENT DE LA MUSIQUE, DE LA PROSE, LA COMÉDIE, LES GENS QUI RIENT.
OÙ LES PLEURS, LES CRIS DES GENS QUI S’EXPRIMENT «FAIS DONC TA ROUGE, LE CAVE!»,

surtout sans descendre des trottoirs. On danse.

TU AIMES LES COULEURS CLAIRES ET PLUS GRAVES. À L’INTÉRIEUR OU À L’EXTÉRIEUR, DES ESPACES URBAINS OÙ LES BARRIÈRES SONT

SACRÉ SAINT-ROCH BRISÉES, MISES À JOUR. ON S’EXPRIME ET ON S’EXPRIMERA TOUJOURS…
 « NON, JE NE FERAI PAS VOTRE FOUTU TEST DE SCIENTOLOGIE! »

HI VER 201 4 x PORTR AIT : L’EFFIG IE DE ST-RO CH

SI DIFFÉRENTS PRÈS DE TOI? ILS NE SE BATTENT PAS POUR AVOIR

40

B R A S ? 
C O M M E N T FA I S -T U P O U R A C C U E I L L I R T O U S C E S G E N S


H IV ER 2014 x NOUVELLE COMTEMPLATIVE

41


NOUVELLE COMTEMPLATIVE hiver 14

le beau et le laid

LA VILLE EST SILENCIEUSE ET LORSQU’ON REGARDE À L’HORIZON, LE PAYSAGE URBAIN EST STATIQUE. TOUT SEMBLE IMMOBILE ET IMPERTURBABLE. LORSQUE LA NUIT TOMBE, LORSQU’ELLE EST TELLEMENT TOMBÉE QUE TOUT PREND UNE TEINTE BLEUTÉE ET DEVIENT SOUDAINEMENT ENCORE PLUS FROID QUE LES DEGRÉS QUI TOMBENT EUX AUSSI LES UNS APRÈS LES AUTRES, MOI, JE ME LÈVE. Je prend une toute dernière gorgée de cette pinte qui est trop longtemps restée sur cette table et je me lève. Je quitte les lieux et je prend le chemin du retour, un retour qui est toujours tellement plus long que l’arrivée. L’air est froid et la fumée que chacune de mes respirations dessine porte mon regard au loin. Le Saint-Roch nocturne est beau, c’est un Saint-Roch parfait et il me plait. Je marche sur Saint-Joseph en prenant le temps d’admirer tous les moindres détails de tout ce que croise mon regard. La rue est vide et des flocons tombent lentement du ciel, tout est beau. On a parfois l’impression que dès que le soleil ose se lever et ramener le quartier à la vie, toute sa laideur profite de l’occasion pour se réveiller. Je sors de l’Inter-Marché, mon sac de pain à la main, et un homme me bouscule en me demandant de l’argent. J’arrive à l’intersection et j’attend que le feu rouge se transforme beaucoup trop lentement en feu vert.


Le jour, c’est tout le contraire. La ville devient laide et les gens aussi. Ils se bousculent et me bousculent Le temps passe, une vieille dame grogne, le feu change de couleur et je traverse. Les magasins dont la devanture était hier soir tellement soignée et invitante ont perdu de leur intérêt. Le silence des rues a bien entendu disparu et les gens marchent de tout bord tout côté en évitant systématiquement le regard des autres. Je passe devant un homme qui dort sur un banc une bouteille de bière à la main. Saint-Roch est laid, il est dérangeant et je ne peux parvenir à contempler ce qui hier soir me semblait tellement parfait. Chaque jour, j’ai la même réflexion. Je regarde ma pinte depuis déjà quelques minutes, lorsqu’un homme s’approche de la table à laquelle je suis assise seule depuis déjà beaucoup trop longtemps. Je n’ai pas l’habitude de parler aux étrangers, surtout pas depuis que j’habite en Basse-Ville, mais j’ose. J’ai toujours hâte de finir ma pinte, j’adore marcher en ville le soir tout me semble tellement plus beau, tellement plus parfait. Il me fixe, l’air perplexe. J’ai peut-être trop bu, mais je continue. Le jour, c’est tout le contraire. La ville devient laide et les gens aussi. Ils se bousculent et me bousculent. C’est étrange le contraste entre ces deux réalités, celle du beau et celle du laid. Il me regarde longuement en se croisant les bras, prend une grande respiration et se lève. Je le regarde s’éloigner, je l’ai sûrement vexé. Il n’était sûrement pas mieux que toutes ces autres personnes qui troublent continuellement ma quiétude.


PUIS, LE SOLEIL EST DE RETOUR AVEC SA LUMIÈRE QUI ACCENTUE CHAQUE PETITE IMPERFECTION ET QUI ÉVEILLE TOUS CES TROUBLANTS PERSONNAGES Je sors de la bibliothèque et on vient immédiatement anéantir l’effet de relaxation procuré par mes nombreuses heures de lecture en silence en me demandant un peu de monnaie. Un attroupement de jeunes continue dans la même lignée en hurlant presque à mes oreilles. Je regarde tous ces gens grouiller autour de moi et ça m’étourdit. Le soleil frappe fort, je suis éblouie. Je cligne des yeux rapidement, en espérant que le paysage se métamorphose devant moi. Je repense à ma soirée d’hier et je ne peux comprendre pourquoi est-ce que l’homme a posé un tel regard de jugement sur moi lorsque je lui ai fait part de ma façon de percevoir la ville. Je prend la peine de regarder aux alentours, d’essayer de trouver un peu de beauté parmi tout ce qui gravite à une telle vitesse autour de moi. Je ne peux pas comprendre et pour être honnête, je n’ai pas envie d’essayer. Aujourd’hui, j’abandonne et je rentre me coucher chez moi, alors que le soleil rayonne encore dans le ciel.


J’ouvre les yeux et la nuit est finalement tombée. Je voudrais revoir cet homme qui est venu s’asseoir à ma table hier soir. Le regard qu’il a posé sur moi était tellement particulier que je ne saurais le décrire ni même m’en souvenir. J’ai vraiment l’impression que je dois y retourner pour comprendre ce qui s’est passé. Je me lève, je m’habille et j’entame ma marche vers le bar. L’enchaînement de mes pas est anormalement lent et je ne parviens pas à contempler la ville comme j’ai l’habitude de le faire. J’arrive au bar et je regarde un peu partout avec nervosité. J’ai l’impression que le regard des gens est posé sur moi et cela ne fait qu’amplifier mon angoisse. Je décide de m’asseoir à la même table qu’hier et de commander une pinte, comme d’habitude. Je fais un tour de salle rapidement afin de vérifier si l’homme s’y trouve aussi. Puis je baisse les yeux, il n’y est pas. Après tout, je suis probablement la seule personne à venir boire ici aussi souvent, à la même heure et à la même table. Je sirote ma bière et je repasse en boucle dans ma tête la soirée précédente. Un toussement attire soudainement mon attention et je me retourne brusquement. Un homme est assis au bar non loin de la table où je me situe. Son manteau est déchiré et laisse paraître un chandail blanc sali par les années. Sa chevelure

Mon coeur bat vite et j’ai envie de partir en courant, de courir en criant. blanche est grichue et légèrement jaunie.


CET HOMME VIENT COMPLÈTEMENT ANÉANTIR MES THÉORIES SUR LA BEAUTÉ DE LA NUIT. Il tousse à nouveau et c’est alors que je comprend que c’est lui, l’homme à qui j’ai parlé hier soir. Il me semble pourtant qu’hier, son allure n’avait rien à voir avec celle de ce soir. Puis, il se retourne rapidement, sentant probablement que je le fixais depuis déjà plusieurs longues minutes. Mon corps est parcouru par un long frisson et je dois me ressaisir et prendre une grande respiration. Je penche la tête et je fixe mon verre de bière en espèrant qu’il ne me remarque pas. C’est alors que je le vois, du coin de l’oeil, s’approcher lentement de ma table. Je n’ose pas relever la tête. Aujourd’hui, cet homme me terrifie par son apparence et j’aurais préféré ne jamais revenir ici plutôt que de devoir lui adresser la parole à nouveau. Mon coeur bat vite et j’ai envie de partir en courant, de courir en criant. Pourtant, je reste là et après quelques secondes qui me parurent comme des heures, je lève la tête et le regarde dans les yeux. Ses yeux sont d’un bleu tellement vif que l’on pourrait croire qu’ils se sont emparé de toute la vitalité de son épaisse chevelure blanchie. Maintenant qu’il est si près, je n’ai plus peur et je me sens même étrangement rassurée. Sa présence m’apporte un étrange réconfort, comme un vieil ami assi là, à mes côtés. Je prend une gorgée en espérant qu’il prenne la parole, mais rien.


La vie c’est dans les détails un peu tout croche. C’est un visage grafigné par le temps La serveuse vient nous voir et d’un seul hochement de tête, il confirme qu’il prendra la même chose que d’habitude. C’est à se demander s’il va un jour entamer la discussion ou s’il est venu s’asseoir à mes côtés dans l’espoir de me terroriser. Puis, il prend la parole. Tu es blême ma p’tite. Ça va ben ou... ou jte bouscule? Dit-il en riant et en faisant probablement référence à mon discours de la veille. Je hoche la tête et il continue. Tu m’as fait réfléchir hier, tsé. J’voulais pas moé partir comme ça, mais tu m’as pas donné le choix. Ça m’a faite réfléchir ton histoire. Vous là, vous dites tous les mêmes niaiseries. Le beau, le laite, vous êtes qui pour catégoriser les choses comme ça? Moé, ça me dépasse. La serveuse lui apporte sa bière, la dépose sur la table en lui faisant un petit sourire et il en prend une grosse et longue gorgée. Moi, je reste là, immobile.


Toé, le jour, tu trouves ça laite pourquoi? Parce que ya des gens comme moé qui sortent de chez eux pis qui viennent déranger ton quotidien? Pis la nuite, c’est beau pour toé parce que ya pas un chat pour te bousculer dans des ptites habitudes? Faut de toute pour faire un monde tsé. Moé, si tu me le demandes, le jour j’trouve ça ben beau. Le soleil de midi qui frappe la ville pis qui fait ressortir toute ses plus beaux détails. Ya rien de mieux qu’une belle ombre bien placée, qu’une silhouette bien dessinée sur l’asphalte. Le soleil bien net qui creuse les rides des passants. La beauté, ma p’tite, c’est pas dans la perfection. La vie c’est pas couleur blanc immaculé. Y’a du noère pis du blanc. La vie c’est dans les détails un peu tout croche. C’est un visage grafigné par le temps. Une main rude qui a travaillé durant des années. C’est la maison de notre enfance, malgré la neige jaunis devant la porte. J’aimerais intervenir, mais je n’y parviens pas. La nuit là, quand toé tu te promènes toute seule en te disant que t’es don ben bien pis que ya pas de tordus pour venir gâcher ton bonheur pis la beauté de ta ville. Ben, nous les tordus on dort sur un banc de parc ben loin des gens comme toé, c’est pour ça que t’as la paix ma ptite pis que ta ville est plus belle. Parce que nous, on est pas là. Ben imagine toi donc qu’on fait parti du même monde, et que tu le veuille ou non. Nous autres aussi on est comme vous. On a des familles, on rit, on boit des bières, on a froid l’hiver, pis des fois on pleure.


Réveille toé ma grande, Saint-Roch c’est un beau gros mélange de gens comme toé, pis de gens comme moé Réveille toé ma grande, Saint-Roch c’est un beau gros mélange de gens comme toé, pis de gens comme moé. En fait, y’a même pas de catégories, on est toute dans le même panier. Pis c’est pas juste comme ça icitte hein, c’est comme ça partout dans le monde. Pis si tu veux continuer ton petit jeu, enwoille continue.

J’T’AURAI AVERTIE, SI T’ESSAIES TROP D’EFFACER CE QUE T’AIMES PAS, TU VAS TE RAMASSER DANS UN MONDE QUI TIENT PAS DEBOUTE . Tu vas être toute seule dans ton univers qui existe pas vraiment. pis là, tu vas trouver ça long, longtemps. Crois-moi je sais de quoi je parle. Je prend une toute dernière gorgée de cette pinte qui est trop longtemps restée sur cette table et je me lève.

SÉLYNE ARNODO est étudiante au baccalauréat en études littéraires à l’Université Laval. Elle habite le quartier St-Roch. Poétesse à temps perdu, elle aime s’inspirer des inconnus dans les bars du quartier. GLOIRE ET HONNEUR AU PROCHAIN ÉCRIVAN VEDETTE. ENVOYEZ VOS NOUVELLES, POÈMES, ESSAIS LITTÉRAIRES, HAÏKU ET AUTRES FORMES D’ART ÉCRIT À L’ADRESSE SUIVANTE : nouvellecontemplative@brasseville.com LE THÈME DE L’ÉDITION PRINTEMPS 2014 : VIEILLESSE ET SAGESSE


H IV ER 2014 x NOUVELLE COMTEMPLATIVE

42


LE LECA C ABINET BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

4434


Q

uand on se balade dans la ville au quotidien, on a tendance à oublier le décor. La routine nous amène du point A au point B sans s’attarder en chemin. C’est pourtant dans les moments d’errance qu’on découvre des détails qui en valent

l’arrêt, les bijoux urbains. Quand on prend la peine d’ouvrir grand les yeux, on découvre des fragments de St-Roch qui nous racontent des histoires. Du cocasse qui fait sourire, de l’absurde qui fait rire souvent du n’importe quoi qui fait le charme atypique du quartier.

Les fenêtres c’est bien mieux que la télé. Vous voulez voir le « vrâ monde », oubliez OD et sortez prendre une marche entre Prince-Édouard et rue du Roi. Qui n’aime pas zieuter dans les fenêtres en déambulant dans les rues de la ville. Une tendance voyeurisme socialement acceptable où l’on jette un regard furtif dans l’intimité de l’occupant. Bien entendu, la durée de la dite activité ne doit pas dépasser les 5 secondes avant de sombrer dans la perversion, socialement inacceptable. La Basse-Ville est un terrain de jeux enviable pour s’adonner à l’écorniflage de fenêtres. Si vous êtes du type créatif, vous aurez matière à imaginer des scénarios dignes de 30 vies, de quoi faire rougir Fabienne Larouche de jalousie. En plus, vous ressentirez les bienfaits de l’air frais et votre cardio de couch potato saisonnier vous remerciera.

LE LECA C ABINET BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

4445

F g . 1 L ES F E N ÊT R E S


LE ABINET LECC A BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

4456


4467 LE ABINET LECC A BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

M ICHEL J OBIN Nouvellement retraité mais plein de vitalité IL AIME L’ ornithologie Le patinage artistique russe IL N’AIME PAS La jeunesse dépravée Ne pas réussir à finir son mot croisé


LE LECA C ABINET BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

4478


4489 LE LECA C ABINET BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

T I-MINE & P OPAUL Coordoniers de métier ILS AIMENT La bière tablette Les p’tits poissons des ch’naux ILS N’AIMENT PAS Les légumes ( excepté les patates pilées ) Les trop longues discussions


LE LECA C ABINET BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

4 95 0


5501 LE LECA C ABINET BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

J EANNINE R OBITAILLE N’a pas quitté son domicile depuis 1996 ELLE AIME Son chat Ronron Le tapioca ELLE N’AIME PAS Recevoir de la visite, les tornades, les itinérants,

les ouragans, le verglas, les ombres, les araignées, les voitures,

les ombres, les sons trop forts, le facteur, le fromage fondu, les colporteurs, la musique électro, les feux d’artifice, les jeunes tattooés, les éclipses lunaires, les boisssons énergisantes, les accidents de voiture, les hôpitaux, les orages, les couteaux pointus


LE LECCABINET A BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

5512


5523 LE LECCABINET A BI NETDES DESCURIOSITÉS CURIOSITÉS xx LES LESFENÊTRES FENÊTRES

M ANON ET R OGER Caissière à l’Inter-marché / à la « recherche» d’emploi ILS AIMENT Écouter le Banquier Le bingo hebdomadaire ILS N’AIMENT PAS La fin du mois La fin du pot de mayonnaise



BRASSE-VILLE