Page 1

SOUS LA LOUPE Forest. Une gestion durable de l’eau

SOUS LA LOUPE Parc Josaphat. Zéro pesticides et zéro carbone

MONITEUR DU

DÉVELOPPEMENT

Bonnes pratiques à Forest et à Schaerbeek

SEMESTRIEL N° 24 HIVER 2016

SOUS LA LOUPE Terdelt. Un quartier se mobilise

DURABLE


Moniteur du Développement Durable

SEMESTRIEL N° 24 HIVER 2016 RÉDACTION : Vincent Dewez, Philippe Mertens, l’équipe Développement Durable des communes de Forest et de Schaerbeek MISE EN PAGE : Groupe Deloge TRADUCTION : Liesbeth Vankelecom RELECTURE : Philippe Mertens, Liesbeth Vankelecom COORDINATION ET DIFFUSION : Philippe Mertens EDITEUR RESPONSABLE : Corinne François

SOMMAIRE SOUS LA LOUPE

FOREST EN ROUTE VERS UNE GESTION DURABLE DE L’EAU.................................................. 3 SOUS LA LOUPE

UNE NOUVELLE DYNAMIQUE POUR LE QUARTIER DE L’ABBAYE DE FOREST.................................. 7 SOUS LA LOUPE

LE MARCHÉ DURABLE DE LA PLACE ALBERT : UNE INITIATIVE RÉUSSIE !................................................................ 11 SOUS LA LOUPE

PARC JOSAPHAT. ZÉRO PESTICIDES ET ZÉRO CARBONE UN EXEMPLE … À SUIVRE !............................................................14 SOUS LA LOUPE

TERDELT. LE DYNAMISME D’UN QUARTIER MOBILISÉ...................................16 SOUS LA LOUPE

SCHAERBEEK, UNE COMMUNE ENGAGÉE DANS UN PROCESSUS D’ACHATS DE FOURNITURES DURABLES.............19

CETTE PUBLICATION EST RÉALISÉE AVEC LE SOUTIEN DE BRUXELLES ENVIRONNEMENT ET BRULOCALIS (ASSOCIATION VILLE ET COMMUNES DE BRUXELLES) Elle est téléchargeable sur le site www.brulocalis.brussels ADRESSE : rue d’Arlon 53/4 - 1040 Bruxelles

02


SOUS LA LOUPE

MISE EN VALEUR DE BONNES PRATIQUES Ce numéro 24 est consacré à la mise en valeur de bonnes pratiques dans les pouvoirs locaux bruxellois. Il fait l’écho de deux visites de terrain, organisées par Brulocalis et les communes de Forest et Schaerbeek, pour stimuler les échanges d’expériences entre fonctionnaires des pouvoirs locaux. Le 6 octobre dernier, notre périple forestois était centré sur les bonnes pratiques durables en matière d’alimentation durable, de gestion des eaux de pluie et de travail participatif. Vous découvrirez dans nos pages : le projet

d’Art social « La place est à vous » porté par la maison de quartier « Une maison en plus », un présentation du marché durable Albert et le plan communal de gestion des eaux de pluie. Le 17 octobre, Schaerbeek était à l’honneur. Nos participants ont eu l’occasion de découvrir la politique d’achats verts de la commune, la gestion écologique du Parc Josaphat et le réaménagement du quartier Terdelt développé en collaboration avec des comités de quartier.

FOREST EN ROUTE VERS UNE GESTION DURABLE DE L’EAU Des solutions innovantes à la participation citoyenne Historiquement parcourue par de nombreux ruisseaux, la commune de Forest est aujourd’hui l’une des communes les plus touchées par les inondations en Région Bruxelloise vu son dénivelé exceptionnel. Elle a donc œuvré depuis plusieurs années à la mise en œuvre d’une gouvernance et d’une gestion raisonnée des eaux au

travers notamment de sa réglementation et de l’aménagement de son territoire. Elle veille d’une part à assurer les missions de services publics suivantes : surveillance et suivi des travaux et d’entretien des réseaux de distribution et d’assainissement, intégration d’un maillage pluie communal dans le cadre

d’aménagements urbanistiques, entretien des eaux de surface, conseils et assistance aux particuliers, réglementation adaptée à la lutte contre les inondations. D’autre part, vu que la commune possède une vision globale et une expertise particulière de son territoire, elle a impulsé une coordination accrue de l’ensemble des acteurs au sein d’un versant solidaire. Celui-ci est issu de nombreuses collaborations entre l’administration, la société civile, les communes d’Uccle et de Saint Gilles ainsi que les acteurs régionaux. Une gestion durable de l’eau est aujourd’hui plus que jamais indispensable. Longtemps ignoré, le cycle global de l’eau en ville doit être restauré qualitativement et quantitativement. Une des priorités communales est de préserver notre patrimoine naturel (sources, étangs, espaces verts,..), d’innover dans la manière de le gérer et de contribuer à son extension. La mise en œuvre d’une Gestion intégrée des eaux sur son territoire nécessite une vision globale et transversale et un renforcement des synergies.

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

03


SOUS LA LOUPE

LES OUTILS ET LA MISE EN ŒUVRE AMÉNAGEMENTS DE DE SOLUTIONS INNOVANTES NOUVELLES TRAJECTOIRES : Une réglementation locale Le règlement communal d’urbanisme (R.C.U.) La commune de Forest a adopté en 2009 un Règlement Communal d’Urbanisme en matière de gestion des eaux pluviales. Basé sur les prescriptions du Règlement Régional d’Urbanisme (R.R.U.), il est toutefois plus exigeant. Le R.C.U. (Règlement communal Urbanisme) incite tout projet de rénovation et de nouvelle construction à être attentif à la gestion des eaux pluviales. Il s’attache aux particularités forestoises en termes de réseau d’assainissement, de proximité de la nappe et aux incidences entre l’amont et l’aval de la commune. Il astreint notamment à favoriser l’infiltration dans les zones propices ou encore à récupérer un volume équivalent à minimum 50 litres par m² de surface de toiture en projection horizontale. Le plan communal de lutte contre les inondations La récurrence des faits et le nombre de personnes et d’opérateurs concernés ont amené la Commune de Forest à établir un constat : la problématique des inondations s’inscrit dans une gestion globale de l’eau. Transversale, elle concerne de nombreux intervenants et nécessite la participation de tous. L’adoption d’un plan communal de lutte contre les inondations doit permettre d’améliorer efficacement la gestion locale de l’eau, d’instituer une vision commune et de transposer les objectifs du plan Pluie régional au contexte spécifique forestois. Ce plan vise à fixer des orientations et à les transposer dans des interventions concrètes. Le Plan Communal de Lutte contre les Inondations, adopté par le conseil communal en aout 2012, vise une réduction considérable des inondations et à : • Limiter l’imperméabilisation ; • Ralentir le ruissellement des eaux pluviales ; • Optimiser le réseau d’assainissement ; • Différencier au maximum les eaux pluviales des eaux usées (avec pour objectif final l’obtention d’un réseau séparatif) ; • Minimiser les pollutions des nappes phréatiques.

04

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

L’aménagement du territoire est considéré comme un support à l’application de solutions innovantes, à la création de nouvelles trajectoires et à la superposition de maillages (vert, bleu, pluie, récréatif, alimentaire, social,..)

Le tracé de l’eau Le Contrat de Quartier Durable Abbaye est un programme de revitalisation urbaine et contient trois volets principaux : espaces publics, logements et infrastructures et activités socio-économiques. Le programme à une durée de quatre ans (2015-2018 avec deux ans excédentaires pour la réalisation des travaux). Le volet socio-économique du programme contient de nombreux projets destinés à soutenir une gestion durable de l’eau : installation de citerne, projet collectif en intérieur d’ilots, primes spécifiques, ateliers de cartographie collective (Map-It), balade verte et bleue, le projet « O quartier Ludiek ». Un projet spécifique, le « tracé de l’eau » vise la rénovation des avenues Rousseau, Van Pé, place Saint Denis et

rue du Dries. Une étude urbanistique, hydrologique et paysagère, complémentée par des ateliers participatifs ont pour objectifs de définir les aménagements les plus appropriés au contexte. Par ailleurs, un projet destiné à rénover l’abbaye de Forest et ses jardins est en cours d’étude. L’ensemble de ces interventions vise à intégrer la gestion des eaux (souterraines et de ruissellement) dans


SOUS LA LOUPE

les aménagements d’espace public et de voirie, afin de réduire significativement les inondations, de valoriser la présence de l’eau dans le quartier et de favoriser la mobilité douce. La commune travaille également sur la préservation et l’extension d’un corridor écologique le long du talus de chemin de fer (ligne Charleroi) et sur les connexions des projets immobiliers du quartier avec le « tracé de l’eau » jusqu’à un exutoire naturel (Senne).

Les sources du Calvaire et du Leybeek Les sources du Calvaire et du Leybeek sont situées dans un quartier en pleine mutation. De nombreuses anciennes friches industrielles sont en cours de reconversion en lotissement de grande ampleur. Actuellement six projets sont en cours d’étude et/ou de réalisation. Enclavée entre les deux voies de chemins de fer et la zone industrielle en aval, la partie située en fond de vallée est touchée par les inondations. Une occasion inédite de préserver des sources et de co-construire un maillage commun sur cette partie du versant s’est dessinée. En 2014, la commune de Forest a organisé des réunions avec les différents investisseurs privés, les habitants des collectifs Bervoets et du comité Van-Tro-Del, les acteurs régionaux (Bruxelles Environnement, Vivaqua) et Infrabel. L’objectif de cette réunion était d’informer les différentes parties des enjeux à préserver le patrimoine hydrologique forestois et à contribuer à lutter contre les inondations, tout en favorisant la revalorisation des eaux en milieu urbain. Chacun des partenaires privés a adhéré à cette dynamique collective et solidaire de deux manières : en gérant les eaux sur leurs parcelles respectives et en assurant la continuité du maillage global. La création d’un réseau séparatif destiné à reprendre les eaux claires provenant de l’amont qui permettra de rediriger les eaux claires vers la Senne directement, sera réalisé par les opérateurs publics (Commune et opérateurs régionaux).

La réalisation de ce maillage pluie local participera à la lutte contre les inondations, la préservation d’un patrimoine naturel, la valorisation des eaux claires et au développement d’espaces dédiés à la biodiversité.

Du parc Jacques Brel au parc du Bempt Historiquement, cette zone boisée de la commune, le Kersbeekbosh, était parcourue par de nombreux rus et ruisseaux. Aujourd’hui, les voiries imperméabilisées convergent du parc Jacques Brel et de l’amont vers le parc du Bempt. Située en fond de vallée, la nappe phréatique alimente les étangs des deux parcs et affleure dans le parc du Bempt en période hivernale. La totalité des eaux pluviales urbaines de ruissellement sont dirigés vers le réseau d’assainissement, de type unitaire et des inondations, par refoulement du réseau d’égouttage ont touché les riverains des avenues Stuart Merrill et J.B. Baeck durant plusieurs années lors d’épisodes pluvieux intenses. Un bassin d’orage de 1.000m3, conçu par Vivaqua pour atténuer les impacts des inondations locales, est opérationnel depuis 2013. La zone mixte, industrielle et résidentielle, qui borde le parc du Bempt, subit également les contraintes dues à la proximité des eaux souterraines (inondations, remontées capillaires). Un projet de ferme urbaine et une zone de potagers se situent également en bordure du Bempt. La commune de Forest vise la création d’un maillage pluie local. La récupération des eaux pluviales a pour objectifs la lutte contre les inondations, leur revalorisation au travers d’aménagements paysagers, le renforcement des corridors écologiques et la lutte contre les effets d’îlots de chaleur en milieu urbain.

« L’ensemble de ces interventions vise (…) à réduire significativement les inondations, à valoriser la présence de l’eau dans le quartier et à favoriser la mobilité douce »

Les aménagements, de petites et moyennes ampleurs, se réalisent progressivement : La commune de Forest a effectué des travaux de réhabilitation des étangs du parc J. Brel de 2010 à 2015. Les étangs ont été nettoyés, les ouvrages de vidange et les berges ont été consolidés et la reprise des eaux de toiture des cinq entreprises mitoyennes alimentent les étangs. La mise en place de ruchers et d’activités pédagogiques vont débuter en 2017. La reconversion du square à la jonction entre les rue Louis et Auguste Lumière en jardin de pluie constitue une 1ère experience pilote. Les eaux de ruissellement sont redirigées vers le square afin d’être infiltrées. Les végétaux implantés favoriseront l’épuration des eaux avant leur percolation. La reconversion des squares des « blocs jaunes » en jardins de pluie grâce

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

05


SOUS LA LOUPE

à la récupération des eaux de toitures des bâtiments et des voiries, est en cours d’étude.

« Cette création urbaine propose des réaménagements transposables visant à valoriser la biodiversité en ville… »

Un maillage vert et bleu destiné à créer une liaison écologique entre les parcs J. Brel et du Bempt est en cours d’élaboration. Ce maillage est constitué de plusieurs actions planifiées en plusieurs étapes entre 2017 et 2025 : Le réaménagement des avenues Kersbeek, du Bempt et Verrerie sera précédé par une étude hydrologique et paysagère, réalisée en 2017. Les futurs espaces publics végétalisés, dont le square du Bia Bouquet, récolteront les eaux de ruissellement. La réhabitation d’un ancien siphon chaussée de Nerstalle et la création d’une connexion à ciel ouvert permettront d’assurer la continuité du maillage vers l’étang de la villa des trois Fontaines. Cet étang fera l’objet d’une restauration dans laquelle sera intégrée la création d’une connexion vers l’étang du Bempt. La récupération des eaux de la toiture de la fermette permettra également d’alimenter et d’aérer l’étang. L’étang du Bempt possède à l’heure actuelle une évacuation canalisée vers la Senne. La commune projette de restaurer l’étang, de créer une connexion végétalisée vers la zone humide située près du potager du Bempt, puis de créer un aménagement le long de la promenade verte, rue de la Soirie, pour rejoindre la Senne. La production de plantes adaptées aux zones humides et la formation à l’entretien des jardins de pluie est en cours d’étude.

La dynamique citoyenne locale Le développement potentiel de grands projets immobiliers constitue aussi une opportunité de réintégrer l’eau et de préserver les ressources existantes. Ce développement suscite naturellement l’attention des riverains, qui contribuent à une analyse fine d’un contexte qu’ils connaissent bien. Ainsi, à l’instar des collectifs Bervoet et Van-Tro-Del, le comité de quartier NFK a formulé en 2010 une proposition lors de l’enquête publique d’un projet immobilier qui concernait plusieurs parcelles situées entre l’avenue Kersbeek et la chaussée de Nerstalle. Cette proposition intitulée « retour aux sources » avait pour objectif la restauration des deux ruisseaux, le Zandbeek et le Vossegatbeek, notamment au travers du projet immobilier. Au travers d’une analyse géographique, hydrographique et urbanistique, les suggestions formulées par le comité de quartier visent une recherche cohérente de solutions pour lutter contre les fractures générées par l’urbanisation. Les actions concrètes proposées sont diverses et complémentaires : la déconnexion des exutoires aux égouts des étangs du parc J. Brel et de l’étang d’une propriété privée située avenue

06

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

de Haveskerke (alimenté par la source du Zandbeek), la végétalisation, la récupération et/ou l’infiltration des eaux de toitures des deux écoles en amont (Decroly et I.S.T.E.), la réhabilitation des anciens pertuis, la réintégration du tracé des anciens ruisseaux dans les parcelles privées lors de projets urbanistiques , l’intégration de chaque projet dans une échelle hydrologique plus élargie afin de restaurer une continuité hydrologique jusqu’au parc du Bempt. Si le projet immobilier n’a pas abouti, la zone concernée va vraisemblablement faire l’objet de transformations dans les prochaines décennies.

Les chemins de l’eau et de la biodiversité Dans le cadre de son agenda 21 local, la Commune de Forest réalise un carnet de promenade en collaboration avec les citoyens et les Etats Généraux de l’Eau à Bruxelles (EGEB). Ce carnet invite à une balade guidée à la découverte des chemins d’eau et de la biodiversité. Le carnet propose de suivre les chemins des anciens ruisseaux, le Zandbeek et le Vossegatbeek tout en attirant le regard du promeneur sur le patrimoine historique, naturel, social, sur la biodiversité et sur les projets futurs de réaménagement en lien avec l’eau et la biodiversité.

Une coulée bleue et un jardin partagé dans le quartier durable Neptune Avec l’aide d’un bureau d’architecte paysagiste (Landscape Design), des EGEB et de l’IRSNB (Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique), les citoyens du quartier durable Neptune proposent, dans ce projet, des réaménagements concrets du quartier au niveau de sa garniture végétale et de ses infrastructures de voirie, tirant parti des bénéfices de la biodiversité, tant pour la gestion des eaux urbaines que pour la santé, la convivialité, l’esthétique, et d’autres services à l’humanité. Cette création urbaine propose des réaménagements (au principe transposable) dans le quartier Neptune visant à valoriser la biodiversité en ville tout en tirant un meilleur parti des bienfaits de la nature en milieu urbain, en particulier pour la gestion des eaux sur le haut du versant. Pour plus d’informations prenez contact avec :

Magali Da CRUZ Cellule Eau de la Commune de Forest Tél. 02/348 17 01 mdacruz@forest.brussels


SOUS LA LOUPE

UNE NOUVELLE DYNAMIQUE POUR LE QUARTIER DE L’ABBAYE DE FOREST Le Contrat de Quartier Durable implique un Plan d’Action pour améliorer l’environnement et la qualité de vie des habitants. Les partenaires concernés sont la Région, la commune et les habitants du quartier concernés. Il délimite un programme de réalisations dans le cadre de moyens financiers fixés dans un timing défini. Tous ces projets répondent à des besoins prioritaires identifiés en matière de logements, d’équipements et d’infrastructures de proximité, d’espaces publics, d’actions sociaux-économiques et d’espaces productifs, économiques et commerciaux.

C’est dans cette perspective que la Région et la commune de Forest ont voulu donner un nouvel élan au quartier de l’Abbaye… qui demandait, en effet, une plus grande attention et une série de rénovations. Ce quartier n’avait, depuis plusieurs années, plus connu de rénovations et peu d’initiatives avaient été prises pour redynamiser ce quartier. Un diagnostic détaillé effectué courant 2014 a permis d’élaborer un programme d’interventions. La phase opérationnelle de ce contrat s’étalera de 2015 à 2018 et comprendra une série d’opérations environnementales, socio-économiques et immobilières. C’est pendant cette période que tout propriétaire situé dans le périmètre d’intervention pourra profiter d’avantages régionaux qui pourront se traduire en primes à la rénovation d’habitat, d’énergie, d’embellissements de façades, voire d’avantages fiscaux. Une série de rénovations d’espaces publics, de création d’équipements et la mise en œuvre de projets socio-économiques vont assurer une réelle redynamisation de ce quartier.

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

07


SOUS LA LOUPE

« Ces projets impliquent une participation active des citoyens… » « LA PLACE EST À VOUS » Le programme Contrat de Quartier Durable Abbaye s’étalera sur une période de 4 années et se concentrera autour de trois axes de développement : tracé de l’eau (cf. supra), alentours de l’Abbaye et quartier mixte. Il regroupe principalement des rénovations d’espaces publics et la création de nouveaux équipements.

08

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

C’est dans ce contexte de revitalisation que plusieurs initiatives sont ou seront entreprises par des acteurs locaux. Citons comme exemple l’aménagement de mobiliers urbains et la création d’une série de mosaïques originales. Ces projets impliquent une participation active des citoyens qui conjuguent diversités culturelles, sociales, genres et âges. Ce programme doit être considéré comme une intégration de la création citoyenne dans


SOUS LA LOUPE

l’espace public. Il implique la participation des citoyens et est destiné à tous. A partir d’objet familier et quotidien, et comme l’indique Sandrine Franken de la Maison en plus, les participants à ces ateliers « détournent » ces objets pour en faire jaillir des créations personnelles et originales. De simples dalles urbaines sont transformées en de véritables oeuvres d’art et donnent ainsi vie à ce nouveau quartier. Projet haut en couleur, qui rend cet espace terne plus convivial et humain. Il métamorphose l’espace public et offre aux habitants l’occasion d’être des acteurs du changement et de l’embellissement de leur propre environnement.

Pour plus d’infos veuillez prendre contact avec : « Une Maison en plus » Sandrine FRANKEN Boulevard de la 2e armée britannique, 27 1190 Forest Tél. 02/349 82 40

« Projet haut en couleur qui rend cet espace terne plus convivial et humain »

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

09


SOUS LA LOUPE

LES KASTARS ASBL : C’EST DU SOLIDE ! L’Association bruxelloise « les Kastars » souhaite valoriser le travail manuel et artisanal dans le domaine du design, de l’architecture et de l’urbanisme. C’est en effet l’objectif principal de ses trois animateurs qui donnent rendezvous le dimanche aux amateurs qui veulent se retrouver autour d’un projet commun porteur en faveur de leur commune. Ces 3 animateurs, tous 3 architectes de formation, se sont intégrés et ont tissé un lien social fort avec les habitants. Outre les projets de rénovations urbanistiques, ils s’investissent également dans la restauration de meubles auxquels ils rendent une deuxième vie. C’est à partir de matériaux récupérés tels que palettes – offertes gracieusement par le Delhaize du quartier – ou d’objets mobiliers, qu’ils retravaillent la matière afin de leur redonner une nouvelle destination qui pourra s’intégrer dans le paysage urbain.

10

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

Les Kastars : Un atelier pour donner une seconde vie à son vélo Le projet « Forestcycle » permet à tous ceux qui veulent faire revivre leur bécane de se retrouver avec les Kastars pour concevoir un vélo « flambant neuf  »… Ces ateliers se tiennent deux fois par semaine dans un des locaux de l’Abbaye. La main d’œuvre est gracieusement offerte. Uniquement les pièces de rechange sont à charge du propriétaire du vélo. Une occasion rêvée de remettre son vélo en état et de lier de nouveaux contacts.


SOUS LA LOUPE

LE MARCHÉ DURABLE DE LA PLACE ALBERT : UNE INITIATIVE RÉUSSIE ! Plusieurs communes organisent un marché spécifique pour les producteurs locaux, permettant de trouver en un même lieu fruits, légumes, pain, produits laitiers et fromages, viande,… Cela permet non seulement un gain de temps et de déplacements mais également de « consommer » plus sainement. Ces marchés fournissent également la possibilité de découvrir et de déguster sur place les produits proposés localement et de lier des relations « durables » avec les citoyens du quartier.

Pourquoi créer un marché de producteurs durables et locaux ? Plusieurs arguments peuvent justifier cette démarche citoyenne. La commune : • Participe à créer un lien social entre agriculteurs et citoyens, mais tout autant entre citoyens, car ce type de marché est un lieu convivial où l’échange est favorisé. • Encourage la qualité alimentaire car l’agriculture durable favorise les variétés locales et rustiques. Elle propose à notre curiosité des fruits et des légumes oubliés (panais, rutabaga, topinambour), des céréales et des légumineuses (épeautre, millet, lentilles blondes) disparues du monde du « manger conventionnel ». Nous avons également la volonté de « souci de l’éthique et du respect des conditions sociales » (conditions de travail, de salaire,…) • Apporte un soutien aux agriculteurs qui ont fait le choix d’une agriculture respectueuse des hommes et de l’environnement. • Encourage l’accès à une alimentation plus saine à moindre coût par des circuits directs producteur-consommateur. En effet, du fait de l’absence d’emballage et d’intermédiaire, l’agriculture peut dégager un revenu décent, tout en appliquant un prix abordable. Vous réduisez le coût du transport en veillant à favoriser les échanges directs. • Encourage l’économie locale et l’emploi dans votre commune, car en consommant des produits issus de producteurs de votre région, vous dynamisez les échanges locaux. Quels conseils pratiques pour mettre en place un marché de produits durables ? • Identifier en premier lieu les marchés de producteurs locaux qui existent déjà dans votre commune et aux environs.

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

11


SOUS LA LOUPE

Identifier et estimer le potentiel d’un marché durable dans votre quartier. • Définir les critères de sélection des commerçants : types, variété et qualité des produits, localisation et fiabilité des fournisseurs. Etablir une offre équilibrée en ligne avec les attentes des habitants.

• Faire une évaluation régulière de votre marché afin d’identifier les améliorations possibles.

• Prendre contact avec les producteurs locaux pour voir si le projet correspond également à leurs attentes et les intégrer pleinement dans la démarche. Peutêtre travaillent-ils déjà sur un tel projet ? Soumettre une « charte »de collaboration’ incluant directives et règles à respecter.

Les marchands du marché de Forest ont conclu une charte de durabilité et s’engagent ainsi à respecter un nombre de critères comme par exemple : fabrication artisanale, produits locaux et de saisons issus de l’agriculture paysanne, traçabilité, techniques de production respectueuses de l’environnement.

• Choisir le lieu et date du marché en fonction des marchés existants. Pourquoi ne pas envisager un marché en soirée ? Se renseigner sur les contraintes de vos producteurs et des marchés existants sur la commune.

Acheter directement aux producteurs permet de mieux comprendre ce que nous trouvons dans notre assiette, comment cela est produit et par qui !

• Communiquer largement sur ce nouveau marché pour que les consommateurs soient au

12

rendez-vous, cela conditionnera la pérennité du marché. Penser à une communication efficace, dont la presse ou radio locale, des affiches chez d’autres commerçants, la distribution de flyers sur d’autres marchés,…

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

Le rapport « Greenloop », soutenu financièrement par la Région Bruxelloise et initié par plusieurs communes dont Forest, démontrait le potentiel de la création d’un marché durable. C’est ainsi qu’est


SOUS LA LOUPE

né en 2012, à l’initiative de l’échevin en charge des foires et marchés ce marché durable. Le terme durable a volontairement été préféré à bio vu la difficulté de valider le label bio des commerçants présents. La volonté communale est d’élargir l’offre en produits de qualité et de participer ainsi au développement d’une alimentation saine et durable. Ce marché compte entretemps plus de 200 clients par jour de marché. Les commerçants sont soigneusement sélectionnés et les contrats signés sur base annuelle. Une participation financière raisonnable permet de garantir un plus large accès et la gestion est basée sur le principe de l’auto-gérance afin de comprimer les coûts.

Plus d’informations peuvent être obtenues via les liens suivants : Judith CHARLIER, Cellule développement durable – environnement@forest.brussels Tél. 02/348 17 35

Ce marché de la Place Albert se tient tous les jeudis après-midi de 14h à 20h. Il compte aujourd’hui cinq marchands ainsi qu’un foodtruck qui animent ce lieu de rencontres et d’échanges au cœur du quartier Albert. On s’y retrouve assis avec d’autres habitants autour d’un apéro pour déguster et découvrir une alimentation durable et saine. Des travaux de réaménagement sur la dalle de la Place Albert vont prochainement être effectués. Le marché a donc été déplacé de quelques mètres au Square de la Délivrance depuis octobre.

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

13


SOUS LA LOUPE

PARC JOSAPHAT. ZÉRO PESTICIDES ET ZÉRO CARBONE UN EXEMPLE … À SUIVRE ! Schaerbeek compte près de 70 hectares d’espaces verts et intérieurs d’îlot. Le Parc Josaphat, qui compte 22 hectares, représente à lui seul un quart des arbres de la Commune et connaît depuis plusieurs années une redynamisation. Plusieurs initiatives ont permis et vont permettre de donner un nouveau look à ce parc tellement apprécié par ses habitants. Par exemple, le mini-golf et la buvette ont été rénovés et une nouvelle signalétique a été placée. Les étangs complètement curés et nettoyés seront prochainement agrémentés d’émulseurs pour améliorer la qualité biologique des eaux. L’ouverture prochaine du complexe horeca de la « Laiterie », qui comportera plusieurs espaces de rencontres ainsi qu’une brasserie, sera un atout incontestable de ce parc emblématique de Bruxelles. Le Parc Josaphat est géré dans une perspective de durabilité et veut ainsi assurer la pérennité de ce joyau vert. Les chemins, mobilier, ponts et bâtiments sont aujourd’hui régulièrement nettoyés et entretenus. Tout est mis en œuvre pour redonner, grâce à ces rénovations, l’aspect d’origine à cet espace vert dans une

perspective de gestion durable. Il s’agit de préserver un écrin de verdure qui reste pour nombre de Schaerbeekois un endroit unique. La commune veut ainsi insister sur les principes de développement durable à intégrer dans le fonctionnement de l’ensemble des services administratifs.

climatiques. Les paillages organiques et biodégradables favorisent l’activité biologique et l’aération des sols qui possèdent en plus une bonne capacité de rétention d’eau. A Schaerbeek, on pratique l’adage selon lequel il n’y a pas de mauvaises herbes mais uniquement d’herbes qui poussent là où on ne les

Une « cellule pédagogique d’éducation à la propreté et à la nature » a été mise en place depuis 2009 et a notamment comme mission la sensibilisation des usagers du parc. Chaque année en mai une journée « portes ouvertes » permet ainsi de découvrir le parc et ses serres communales afin de montrer la richesse de cet endroit d’exception. La commune de Schaerbeek fut parmi les toutes premières communes de la Région à ne plus utiliser de pesticides pour l’entretien de ses espaces publics depuis 2005. Rappelons que l’Ordonnance du 20/06/2013 relative à « une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable » a étendu l’interdiction d’application de ces pesticides en vigueur depuis 2004. La volonté est d’arriver à une interdiction totale des pesticides à la fin de l’année 2018. Pour certaines zones plus sensibles une restriction pointue est d’application. Le choix des végétaux couvrant le sol se fait à Schaerbeek de manière judicieuse. Leur vitesse de croissance et le volume occupé sera fonction du type de sol, de leurs caractéristiques et des conditions

14

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

>> Grâce à la sciure de bois, vos besoins deviennent matière organique pour le jardin


SOUS LA LOUPE

désire pas’. Le Service Propreté et Espaces Verts (SP&EV) a développé plusieurs alternatives préventives et curatives au désherbage chimique. Les herbes spontanées qui pourraient malgré tout se développer s’arrachent facilement de manière mécanique. Le sarcloir et la binette remplacent efficacement les produits herbicides dans ces massifs perméables. D’autres outils mécaniques permettent également de désherber des surfaces plus meubles par un travail de sol sur les premiers centimètres. Il est vrai que certaines espèces exotiques comme la balsamine géante ou le renouée du Japon qui envahissent les espaces verts en étouffant nos plantes domestiques peuvent être éradiquées grâce au débroussaillage ou à l’arrachage manuel… qui éviteront toutes utilisations abusives d’herbicides et qui ne peuvent être utilisées qu’en dernier recours. Tout nouvel aménagement d’espace public devrait limiter en amont, dès la conception des travaux, l’utilisation des pesticides en anticipant plus systématiquement l’entretien qu’ils vont demander.

Sensibiliser la population locale reste une mission cruciale. Communiquer et dialoguer avec les citoyens à propos du plan communal en terme de gestion durable et de la volonté de réduire l’utilisation de pesticides afin de protéger la santé des habitants ainsi que de préserver l’environnement reste un objectif quotidien. Concrètement, il faut expliquer que les hautes herbes abritent une biodiversité intéressante et que laisser pousser l’herbe ne signifie pas pour autant qu’il y a un défaut d’entretien mais une volonté de préserver la faune et la flore. Il y donc lieu de construire une communication interactive permettant aux citoyens de mieux comprendre les initiatives et les démarches de la commune.

>>Plus d’infos : Service Schaerbeek Propreté & Espaces Verts Tél. 0800/939 88 proprete@schaerbeek.irisnet.be www.schaerbeek.be www.facebook.com/1030be http://twitter.com/achillecolignon

>>Hippomobile à Schaerbeek : un choix écologique et économique pour ramasser les poubelles à travers la commune

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

15


SOUS LA LOUPE

TERDELT. LE DYNAMISME D’UN QUARTIER MOBILISÉ Le caractère propre de ce quartier Terdelt, construit vers 1920, a clairement résisté à l’évolution urbanistique de Bruxelles. Sa nature de cité-jardin paisible, ou se côtoient des populations diverses et où la circulation est règlementée s’inscrit totalement dans une volonté de développement durable. Les rues sont relativement étroites et la circulation y est limitée à 20km/h. Le périmètre du quartier correspond au périmètre de la cité jardin Terdelt. Cette cité jardin au cœur de Schaerbeek, constitue un ensemble homogène, très densément peuplé d’une population mixte. Elle est composée de près de 400 petites maisons individuelles dont les habitants sont souvent propriétaires et de petits immeubles de logements sociaux (environ 250 appartements) appartenant au foyer schaerbeekois. Le quartier compte également une école, une crèche, un pré-gardiennat et une agence ONE.

Bruxelles Environnement a soutenu les habitants, via l’opération « Quartiers durables », afin d’encourager les habitants à modifier leurs comportements et adapter leur environnement ainsi qu’assurer le bien-être de tous. Il s’agit d’un travail collectif impliquant une bonne quarantaine d’habitants qui ont témoigné activement leur soutien ainsi qu’une dizaine de partenaires publics et privés (e.a. la commune de Schaerbeek, le Foyer Schaerbeekois, le Gracq, l’école primaire communale, la maison de soin et repos Résidence Bergamote, etc.). Le groupe pilote est constitué du conseil d’administration asbl Comité de quartier

16

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

Terdelt, très actif au sein du quartier depuis 20 ans et représentant 200 ménages. Le projet a permis de sensibiliser ses habitants et les partenaires sur le développement durable avec des projets tels que la mise en place de groupe d’achats solidaires, une réflexion concernant la gestion des déchets verts, la reverdurisation du quartier, la récupération/ utilisation des eaux pluviales, la création d’un potager collectif, etc. Enfin, le projet a également mis en avant la problématique du rangement sécurisé des vélos et qui a abouti à l’installation de plusieurs vélobox répondant aux spécificités et aux critères du quartier.


SOUS LA LOUPE

TROIS GROUPES THÉMATIQUES POUR • Le Groupe Mobilité veut promouvoir dans ce quartier Terdelt l’utilisation de modes « contrôlés » de déplacements « doux » et améliorer la mobilité des personnes dits « sensibles » (enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite) dans le quartier. Les habitants veillent à une conception intégrée de stationnements pour autos et d’abris pour vélos qui s’intègre dans le paysage architectural de cette citéjardin. Ils proposent également des ateliers pédagogiques de réparation vélo ouverts à tous. Par ailleurs, ils agissent afin de faciliter la mobilité des personnes

isolées, souvent âgées, en leur proposant des moments de rencontres conviviales. • Le Groupe Environnement veut sensibiliser ses habitants sur la place que devrait avoir la nature au cœur de la ville. Des projets très concrets et accessibles à tous ont été sélectionnés permettant d’apprécier les services rendus par la nature. Plantation de plantes aromatiques, mellifères, indigènes et haies fruitières qui sont mises à l’honneur dans le quartier et sont même distribuées ou échangées… à l’occasion de bourses aux plantes. D’autres projets sont aussi en réflexion comme par exemple le

jardinage écologique, l’accueil des hérissons et des abeilles, la fabrication artisanale et écologique des produits d’entretiens, l’alimentation durable,… • Le Groupe Ressource analyse les flux entrant et sortant du quartier et a décidé de travailler sur la gestion des déchets verts et de l’eau. Le quartier a la chance de compter deux maîtres composteurs qui sont à l’origine du projet de compostage collectif à Terdelt. Les habitants qui n’ont pas de jardin pourront ainsi composter leurs déchets et une partie des tontes de haie du quartier sera utilisée. L’objectif reste la promotion du compostage individuel et collectif.

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

17


SOUS LA LOUPE

ET QU’EST-CE QU’UN COPOMO ? Le quartier Terdelt compte depuis plus de 5 années déjà une activité de compost collectif. L’école E. Hiel nous accueille avec plaisir pour cette activité. Le CoPoMo (Compost et Potager-Moestuin) est un projet local qui reçoit tous les dimanches en matinée, toute personne inscrite ou simplement désireuse de mieux connaitre le projet. Une occasion unique d’échanges d’idées et d’informations. Toute personne désireuse de participer à cette initiative est supposée s’inscrire afin d’adhérer à quelques règles de bases du compostage et à l’implication minimum de chacun aux activités.

ATELIER-ECHANGE SUR LES LÉGUMINEUSES Les légumineuses, sources de protéines végétales, peuvent représenter une belle alternative à notre surconsommation de viande ! Pourraient-elles nous permettre de manger bio sans se ruiner ? Dans la continuité de nos activités et dans le cadre du quartier durable Terdelt, le comité de quartier a organisé un atelier découverte de ces trésors de la nature. Plusieurs ateliers ont connu un vif succès avec des participants assidus et désireux d’appendre, déguster le résultat et veiller à un changement de comportement dans leurs alimentation quotidienne.

>>Plus d’info Maison communale Schaerbeek Plaine de Colignon, bur. 2.24 Tél. 02/244 74 93 eco-conseil@schaerbeek.irisnet.be

18

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016


SOUS LA LOUPE

SCHAERBEEK, UNE COMMUNE ENGAGÉE DANS UN PROCESSUS D’ACHATS DE FOURNITURES DURABLES ‘’C’est en collaboration et en concertation avec le service Eco-conseil au sein de la commune de Schaerbeek et grâce à l’apport du Groupe de Travail ‘Marchés Publics’ que notre Service Achat revoit progressivement son approche dans les achats de fournitures de la commune’’ avance Karen Stevens, responsable Service Achat de la Commune de Schaerbeek. Un travail en préparation et en réflexion depuis plusieurs années déjà … Cette nouvelle politique ne concerne pas seulement les services administratifs en charge des marchés publics mais également plus largement les Services clients étant les divers services communaux , les écoles, les associations, les collectivités, … La commune de Schaerbeek veut montrer l’exemple et a décidé de limiter l’impact de ses multiples achats fournitures sur l’environnement en imposant graduellement des achats plus responsables. Cela implique que le ‘prix’ n’est plus nécessairement l’élément ‘tout-puissant’ lors de l’attribution de marchés publics mais que des considérations environnementales et durables y ont également une place et peuvent prendre le dessus. Karen Stevens, le souligne d’emblée, ‘’cela implique de changer certaines habitudes au sein des Services de la commune.’’ Peut-on se satisfaire de produits plus génériques, plus standardisés, plus écologiques, … sans perdre en performance et/ou qualité. Le

papier administratif et les enveloppes peuvent-ils avoir un grammage plus léger et un aspect moins blanc ? Les fardes de classement peuvent-elles être standardisées sans les multiples couleurs chatoyantes ? Les produits d’entretien peuvent-ils être remplacés par des produits moins nocifs, inodores - sans chlore par exemple - tout en garantissant leur efficacité ? Les fournitures scolaires (agenda, cahiers, objets d’écritures, …) peuvent-elles être plus écologiques ? … Le Service Achat de Schaerbeek a dans ce contexte une double mission : tout d’abord comme indiqué, sensibiliser les divers services internes en faveur d’achats plus responsables et respectueux de notre environnement mais également par l’établissement des cahiers spéciaux des charges faire véhiculer ces attentes auprès des fournisseurs potentiels. Cette nouvelle approche évidemment une répercussion directe sur l’offre soumise et les produits proposés par les fournisseurs. Comment peuvent-ils, par exemple, diminuer la quantité d’emballage tout en garantissant une conservation optimale des produits souhaités ? Peuvent-ils soumettre des produits locaux - ne provenant pas de ‘pays lointains’ - et n’ayant donc pas parcourus des kilomètres de fret? La Service Achat de la commune a donc réexaminé les cahiers de charge d’un nombre de marchés en y intégrant sous diverses formes des exigences/ notions ‘durables’ ‘écologiques’ ‘environnementales’ Il veille ainsi à

amener les fournisseurs à soumettre des propositions plus éco-responsables (produits plus durables, moins nocifs, …) tout en devant s’assurer que le nombre d’offres reste à un seuil suffisant. Privilégier les achats responsables permettra de diminuer l’empreinte écologique de la commune , et de réaliser des économies dans plusieurs domaines. Processus qui s’effectue par étape permettant ainsi d’améliorer graduellement cette politique d’achat tout en effectuant une évaluation régulière des décisions prises. Mettre en pratique certains principes du (Plan Communal de) Développement Durable et œuvrer davantage pour le bien-être des générations futures est une responsabilité qui incombe à l’ensemble des acteurs au sein de la Commune de Schaerbeek. Dans cette perspective il est indispensable de continuer à sensibiliser tant les services de l’administration que les opérateurs économiques qui sont un relais crucial et pour la plupart partie prenante de cette démarche.

>>Pour plus d’info : Karen STEVENS Directrice-Adjointe Service Equipement à la commune de Schaerbeek Avenue Georges Rodenbach, 29 1030 Bruxelles 02/244 74 25 kstevens@schaerbeek.irisnet.be

MONITEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE NO 24 // HIVER 2016

19


C’EST ÉLECTRONIQUE… C’EST ÉCOLOGIQUE ! Par soucis de cohérence et d’engagement en faveur d’un développement plus durable mais aussi afin d’éviter des gaspillages inutiles de papier, nous souhaitons diffuser le Moniteur du Développement Durable prioritairement par courriel. Inscrivez-vous ! Vous n’avez pas reçu personnellement le Moniteur du Développement Durable ? Vous souhaitez être tenu au courant de la parution des prochains numéros ? Pas de problème ! Abonnez-vous sur le site internet de Brulocalis. Pour remplir le formulaire : www.brulocalis.brussels > publications > moniteur du développement durable. Téléchargez-le ! Vous pouvez également télécharger gratuitement le moniteur à l’adresse suivante : www.brulocalis.brussels > publications > moniteur du développement durable. Pas d’adresse électronique ? Vous n’avez pas accès à internet et vous souhaitez quand même recevoir le Moniteur du Développement Durable. Téléphoneznous, ensemble nous trouverons une solution. Contact : Service Ville Durable BRULOCALIS - Association Ville et Communes de Bruxelles Rue d’Arlon 53 boite 4 - 1040 Bruxelles Tél : 02/238 51 62 - Fax : 02/280 60 90 Courriel : philippe.mertens@brulocalis.brussels

Moniteur dd 1724  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you