Page 1

Projet n°1: Une folie au parc La Grange

De la démence à la liberté

Pour ce projet, j’ai comme idée de base de représenter la folie comme une démence. Créer un objet, sculpture, dans lequel la personne entre et forme un parcours. En m’inspirant des travaux de l’artiste Dune Rabby, la personne prend différentes positions ou se trouve dans différents états psychologiques qui développent une folie différente.

Situation de la première sculpture, à l’entrée du parc

Situation de la deuxième sculpture, sur la gauche du parc, dans la «forêt».

Situation de la troisième sculpture, proche de la sortie du parc.

Cette sculpture se compose d’une entré. Arrivant à la fin de celle-ci, la personne a la possibilité de rester recroquevillé et faire du surplace. Dans ce cas, elle se trouve à la vue de tous et n’a aucune intimité. Elle pourrait même développer un besoin d’exhibition chez la personne. Cette sculpture ne disposant d’aucune sortie, le sujet a deux possiblités: 1) Ou il fait marche arrière sans se confronter à sa folie 2) Ou il sort par cette dernière bulle ouverte et produisant chez lui une forme de honte et affirme sont besoin d’exhibition. Cette sculpture est placée à l’endroit le plus à la vue du parc pour intensifier l’effet de l’oeuvre.

Cette oeuvre dispose d’une entrée et d’aucune sortie. Elle a pour but de développer une panique aigue chez l’individu. Ne disposant d’aucune sortie, le sujet est dans l’obligation de faire marche arrère augmentant sa crainte d’enfermement. Il peut même développer une claustrophobie du fait que le passage est étroit, qu’il ne dispose d’aucune lumière et qu’il n’a aucun lien avec l’extérieur. Cette oeuvre se trouve dans le coin du parc pour éloigner le sujet des autres.

Le troisième projet est la finition de ces multiples folies que je vous ai exposé. L’individu dispose d’une entrée et d’une sortie cachée. Par son système de rotation, la grosse boule détient la sortie qui se trouve sous celle-ci. La personne est déboussolée par les différentes hauteures de l’objet. C’est arrivé à la fin du parcours qu’il peut se sentir appaisé par l’espace dans la grosse boule et qu’il peut se trouver susceptible de rester un moment dans la boule. C’est alors que pour sortir, il peut à nouveau faire marche arrière ou chercher la réelle sortie qui lui rendra sa liberté. Sans honte ni jugement mais au contraire dans un sentiment de fierté et d’appaisement, il aura enfin réeussi à sortir de cette folie qui l’oppressait. C’est pourquoi cette sculpture se situe proche de la sortie du parc et qui conclue tout le parcours du jardin de folie. L’individu sera donc libre de décider s’il préfère s’en aller ou, an contraire, retenter l’expérience en toute connaissance de cause.

Système de rotation métallique à roulette qui permet à la grosse boule de tourner Système de rotation métallique qui supporte le poids de la boule qui est en portafeau

Atelier projet n°1 TP1 Format A3 Céline BHEND AI sem. 2 Mars 2008 Chargé d’enseignement: F. Vandenbeusch, assistant: H. S. Vu

Chaques boules représentent une différentes étape de folie et chaque sculpture provoque une folie différente chez le sujet et lui donne différentes possibilitées de sorties en lui animant un sentiment dissemblable.

la folie  

travail sur la folie dans le parc la grange