Issuu on Google+

Cahier de la Radiocommunication Professionnelle

Nos partenaires

Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle

Système SaveX ous le nom de SaveX, la société PST annonce la commercialisation d’un système d’aide à la conduite et d’aide à la détection de piétons. Il a été conçu pour protéger les travailleurs des risques de collision et d’accident lorsqu’ils évoluent sur un site industriel dans

S

news

un environnement dangereux. Les cas les plus sensibles étant ceux des déplacements de piétons, parmi de multiples déplacements d’engins de chantier ou de manutention… Le principe consiste à faire porter aux piétons de petits émetteurs d’une portée d’une trentaine de mètres. Les conducteurs des engins

pour leur part sont alertés de la présence d’une ou de plusieurs personnes dans le périmètre contrôlé. L’alarme, dans l’habitacle de l’engin peut être sonore et/ou visuelle. La distance de la zone couverte est paramétrable. Par rapport à des systèmes plus classiques comme la vidéo, SaveX, grâce à la technologie utilisée (champ magnétique, basses fréquences, champs tournants) offre de nombreux avantages. On citera tout d’abord, la faculté avec SaveX de déceler des piétons même en présence d’obstacles entre ces personnes et les engins, (containers, bâtiment), les éléments métalliques ne perturbant en rien son efficacité. SaveX permet de détecter des piétons, quelle que soit leur position : debout, assis, couché… En outre, SaveX fonctionne même dans des environnements difficiles : poussières, pluie, brouillard, fumée, vapeur, ainsi que de nuit. Pour résumer, désormais grâce à SaveX on peut créer une bulle de sécurité pour les piétons qui se déplacent autour d’engins de chantier ou de manutention et que les conducteurs ne voient pas toujours. ■

www.savex-securite.fr

Authorised Seller

Gamme VXD

218_VERTEX-VXD

ê®Ø¥Ø≥`ÆØÆ`£ØÆ¥≤°£¥μ•¨¨•≥n

Radios portables, mobiles et relais DMR numérique

VXD-7200

VXD-720

VXD-R70

Basculez facilement en numérique grâce à la gamme VXD ! La série Vertex Standard VXD fonctionne sous le protocole numérique le plus usité à travers le monde : le DMR. Vous aurez ainsi une compatibilité avec tout autre appareil fonctionnant en DMR, quelle que soit sa marque, mais également la possibilité de converser en analogique avec votre parc existant ! SARDIF vous invite à découvrir l'ensemble de la gamme Vertex Standard sur son site dédié www.yaesu.fr ou au 01 39 93 68 39


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle Le domaine de prédilection de SRi, c’est “la radiocommunication au service de la sécurité”. Grâce à son département Recherche et Développement, la société propose à ses clients des systèmes sur mesures, comme nous avons déjà pu le montrer dans de précédents numéros. Constatant que les postes numériques recelaient d’innombrables possibilités - dont certaines n’existaient même pas en analogique – mais qu’elles n’étaient pas exploitées, SRi a décidé de créer son propre logiciel afin de mieux coller encore aux besoins des clients… Voici donc TransFleet Control”, dont la commercialisation est imminente...

nouveau système

“TRANSFLEET CONTROL” de SRi < La base radio... ... reliée à un PC

GESTION DE FLOTTE RADIO

Au fil des années, la société s’est forgée une solide expérience dans le vaste domaine de la sécurité et de ses liens étroits avec la radio: PTI Radio, superviseur d’alarme, système rondier, systèmes informatisés d’aide à la surveillance, … Dans un premier temps, l’arrivée des modes numériques n’avait été perçue que sous son aspect le plus spectaculaire : celui de la qualité optimalisée de la phonie ! Avec les générations récentes de postes qui se montrent de plus en plus sophistiqués, tout en devenant de plus en plus compacts, les constructeurs n’ont pas tardé à montrer que ces radios ouvraient de vastes horizons, par le biais de nouvelles applications dans tous les domaines précités… S’appuyant sur son équipe R & D, SRi l’a instantanément compris. Elle a su anticiper et ainsi aborder, dans les meilleures conditions, ce grand tournant. Certes, elle n’a pas totalement abandonné l’analogique, mais comme le confesse son dirigeant, Pierre-Arnaud BALME, force est de reconnaître que la radiocommunication numérique fait des merveilles… et qu’elle révolutionne les services de la sécurité… RCBConnection - mai-juin 2013 •

4

Le dernier né de ses systèmes a été baptisé “TransFleet Control”. Il s’agit d’un système de gestion de flotte radio en temps réel avec envoi de messages texte ou d’ordres de travaux vers des portatifs. A l’origine, comme cela se produit souvent, c’est pour répondre aux besoins spécifiques d’un client que la société a mis au point ce logiciel évolutif dédié à la gamme numérique Mototrbo de Motorola. Son installation a le mérite d’être toute simple. Il suffit d’associer un mobile numérique connecté à une antenne (par exemple un Motorola DM 4600), à un ordinateur sur lequel le soft a été installé. Selon le réseau de la zone à couvrir, on opérera en mode simplex ou en relayé. La liaison entre le poste et l’ordinateur s’effectue par un simple cordon USB ! Les portatifs pourront être des Motorola SL 4010 (avec options PTI, si nécessaire). Pour bénéficier de la fonction localisation outdoor, il faudra impérativement retenir des modèles avec l’option GPS, type DP 4801. Actuellement seule la série SL 4010 dispose du menu Motorola pour gérer les ordres de travaux. A l’inverse, le DP 3601 ne l’a pas, mais il peut néanmoins recevoir des messages et retourner des SMS tapés sur les touches du clavier.

• Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle

Les inscriptions des portatifs

LOGICIEL EVOLUTIF Le logiciel a été conçu par SRi de manière très ouverte, c’est à dire doté d’un maximum de possibilités. D’emblée, ses concepteurs ont souhaité le rendre évolutif et personnalisable. Il appartient à SRi de l’adapter pour son client après avoir

déterminé les fonctions qui seront utiles à ses activités. Qui sait, de nouvelles options pourraient même voir le jour si tels ou tels besoins, non encore pris en compte, sont exprimés… Pour l’instant, comme le prouvent les neuf icônes présentes sur le bandeau supérieur, le “menu” standard (susceptible d’être personnalisé) se montre déjà très complet. En fait, il y a douze icônes, mais certaines correspondent à des options disponibles qui ne s’affichent que lorsqu’elles sont utilisées. Le menu se veut également intuitif : un opérateur se familiarisera très vite avec son maniement. Chacune correspond à un service. On peut dire aussi à une fonction spécifique. On citera ainsi les icônes colorées marquées “ACCUEIL”, “TEST RADIO”, “MESSAGES”, “GPS”, “TICKET”, “ECOUTE DEPORTEE”, “ACTIVATION RADIO”, “DESACTIVATION RADIO” et “LOG ”.

sible d’activer ou de désactiver une radio à distance depuis l’ordinateur de TransFleet Control. Un appareil perdu ou dérobé deviendra inutilisable car il n’aura plus accès au réseau. Lorsqu’il aura été récupéré ou retrouvé, d’une simple manipulation à distance, on pourra donc le rendre à nouveau utilisable. Enfin, avec Logs on dispose d’un archivage et d’une traçabilité de tous les échanges radio, des messages et des alarmes PTI. Une fonction bien utile en cas de litiges.

MESSAGERIE & JOB TICKET La phonie ne constitue pas, et de loin, le seul moyen de communiquer. Depuis son ordinateur Localisation GPS

GESTION DU RESEAU Depuis son ordinateur, l’opérateur du PC Sécurité suit en temps réel l’état du réseau radio et il le gère. Avec “ACCUEIL” il saura automatiquement (sans effectuer la moindre manipulation), quels sont les portatifs qui sont connectés, depuis quelle heure ils se sont inscrits (en fait dès que le poste a été mis en marche) et quand ils sont éteints. L’opérateur peut gérer les groupes, les status, … Grâce à la fonction “TEST RADIO” il peut à tout moment vérifier la continuité radio (la possibilité de communiquer par voie radio) de n’importe quel portatif inscrit sur le réseau et s’assurer du bon fonctionnement des équipements. Il est également posRCBConnection - mai-juin 2013 •

5

• Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle équipé de TransFleet Control, l’opérateur pourra également envoyer des petits messages courts genre “SMS” en direction d’un ou de plusieurs portatifs inscrits sur le réseau. Les détenteurs de ces derniers pourront bien sûr lui répondre par la même voie. Des messages préenregistrés peuvent également être prêts à envoyer. L’application “Job Ticket” servira à affiner et même à gérer des activités par services. L’opérateur transmettra, par des messages de textes courts, des ordres d’interventions à chacun, avec le lieu, la nature du travail, son niveau d’urgence. Le destinataire accusera réception et par exemple, il déclinera la prise en charge de l’intervention s’il est déjà occupé, ou bien il donnera un délai d’attente…Un outil très appréciable de planification et de rentabilisation de certaines activités où le temps de réaction doit être instantané…

HAUTE SECURITE En matière de sécurité, “LOCALISATION” offre un positionnement géographiques précis des portatifs et donc de leurs utilisateurs. Avec TransFleet ils apparaissent sur une carte classique, voir sur une cartographie par satellite. Cela nécessite que les postes soient munis de l’option GPS pour la localisation outdoor. A l’intérieur

des bâtiments, la couverture indoor s’effectuera avec des bornes radio… Une fonction optionnelle dite “ECOUTE DEPORTEE” peut être choisie par le client. Cela permet à l’opérateur du PC Sécurité, par exemple en cas d’alarme PTI, de lever le doute d’un malaise ou d’une agression sur le rondier en écoutant son environnement par le biais du portatif. Avec “ALARMES” toutes les Alarmes sur le site sont archivées dans le cas d’une association à TransAlarm, de même qu’avec “RONDES” pour les rondiers avec TransPatrol. Via “COMMANDE DEPORTEE”, il est possible de télécommander des équipements (sirènes, barrières, … ) par le réseau radio. Grâce à TransFleet Control et à son large éventail d’applications, les réseaux numériques Motorola verront désormais leurs possibilités accrues et leur efficacité renforcée. Il restera à SRi d’étudier l’activité du client afin de déterminer ses besoins et de lui livrer un système personnalisé. Non seulement, TransFleet Control peut se piloter depuis un ordinateur (généralement installé au PC Sécurité), mais il est également prévu de pouvoir visualiser les informations du logiciel installé sur le site, depuis une tablette ou un Smartphone. ■

RCBConnection - mai-juin 2013 •

6

• Supplément éditorial au n°220


L’an dernier, la Protection Civile de Paris a célébré son quinzième anniversaire. Au fil des années ses effectifs se sont accrus et ses matériels se sont perfectionnés. Justement, sur ce plan, 2013, sera une année charnière pour les moyens de radiocommunications dont dispose l’association pour mener à bien ses interventions à Paris. Ainsi, les anciens réseaux analogiques sont–ils en train de céder la place à un ultra moderne dispositif flambant neuf de radiocommunications numériques… Ces systèmes baptisés “REMUS” & “ROMULUS” seront en cours de tests lorsque vous lirez ces lignes…

© photo archives P.G.

Cahier de la Radiocommunication Professionnelle

La PROTECTION CIVILE DE PARIS passe sous REMUS & ROMULUS

Par Philippe Gueulle

de premiers secours (dont 126 nautiques) ont été assurés, 8327 interventions et 273 évacuations.

munications couvrant toute la capitale. Il se composait d’un couple de fréquences relayées et d’une fréquence tactique. Ces dernières se situant sur la bande UHF, en 400 MHz. Dès 2007, elle a totalement réorganisé son activité de secours nautiques. Qu’on en juge : aujourd’hui, elle dispose d’une flotte de 17 bateaux ! En 2008, a été effectué l’acquisition d’un nouveau véhicule poste de com-

LE SECOURS A PERSONNES

© photo archives P.G.

© photo archives P.G.

L’objectif de l’association est de “venir en aide à toute personne en danger”. Il s’est tout naturellement et logiquement formalisé dans le domaine des secours à personnes. Après avoir obtenu en

© photo archives P.G.

En préambule, on rappellera que la Protection Civile de Paris est née le 2 janvier 1997, sous le nom de “Secourisme et Protection Civile de Paris”. Constituée de trois associations d’arrondissements (5éme, 9éme et 15éme), son siège se situait dans le 5éme et son premier poste de commandement se trouva installé dans… une cave ! Elle disposait alors de 39 secouristes, de deux ambulances et d’un véhicule léger. Elle s’affilia à la FNPC la même année. Puis elle adopta son nom actuel, et ne cessa ensuite de se développer. En 2003, ce fut la fusion de douze associations locales d’arrondissement qui devinrent antennes en 2006, en application de la loi de modernisation de la Sécurité Civile. De nos jours, ses effectifs atteignent 500 secouristes bénévoles, 100 formateurs, 7 instructeurs et 700 personnels de renforts exceptionnels qui arment un parc de 68 engins, dont 17 Véhicules de Premiers Secours, 25 Véhicules Légers, 4 motos d’intervention, 3 véhicules logistiques, 6 remorques, un VPC, … S’y ajoutent 12 lots “Postes de Secours”, 3 groupes électrogènes et 3 structures de 45 m2. En 2012, les personnels ont renforcé les équipes de la BSPP et du SAMU en montant 615 gardes et effectué 2363 départs en intervention et 1840 évacuations. Toujours en 2012, 1154 dispositifs

1998 l’habilitation pour l’implantation et la mise en service de postes de secours, des liens ont été établis avec la Préfecture de Police de Paris, ainsi qu’avec la BSPP et le SAMU de Paris. Simultanément, en 1999 a été mis en place un partenariat avec le SAMU Social. Toujours à la pointe du modernisme et soucieuse de disposer de moyens encore plus adaptés pour remplir au mieux ses missions, on pourra en citer quelques étapes significatives et marquantes. Ainsi, dans les années 2000, la PCP s’est dotée d’un réseau autonome de radiocom-

RCBConnection - mai-juin 2013 •

8

mandement “VPC”répondant à l’indicatif de “VECTRA 75”, ainsi que de motos d’intervention, puis de Segways, en 2011.

QUATRE ETAPES Début 2012, consciente que ses moyens de communications étaient devenus obsolètes, la direction de la Protection Civile de Paris a entamé une réflexion portant sur la restructuration de ses moyens de transmissions opérationnels, en confiant une étude à la société Digi.Com. Les buts de cette

• Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle < Le nouveau portatif numérique

© photo F.D.G.

Synoptique REMUS.

clairement définies. La première, dite Phase1, (qui appartient déjà au passé), consista à effectuer une “remise à niveau rapide et simple des infrastructures radio analogiques existantes afin de les mettre en conformité avec les normes”. Dans ce cadre, “le relais situé à la Tour Maine Montparnasse a été réinstallé dans les règles de l’art et déplacé dans un local technique dédié et sécurisé”. Une première évolution vouée à faciliter ensuite le basculement vers les modes numériques…

étude technique étaient clairement identifiés : faire un état des lieux, analyser les besoins et proposer des solutions modernes et évolutives. Ainsi, l’étude a été d’emblée minutieusement examinée par les responsables de l’association. Ils ont décidé pratiquement aussitôt d’en tirer les conséquences et de concrétiser ce qui était préconisé. Deux projets sont donc en cours d’application : REMUS pour REseau Mobile pour l’Urgence et les Secours (domaine radio) ainsi que ROMULUS pour Réseau Opérationnel MULticentrique pour l’Urgence et les Secours (domaine de l’informatique tactique). A noter que la conception, les programmations et les installations sont assurées en interne. En effet, a été créé un service Transmissions au sein de la Protection Civile de Paris. Il en découlera une meilleure autonomie ainsi qu’une plus grande réactivité. Concrètement, quatre phases successives ont été

système assure des radiocommunications en phonie, mais il transmet aussi des données. Un matériel impressionnant a été acquis afin de remplacer les anciens réseaux analogiques. Côté transceivers, le nouveau parc comprendra pas moins de 105 portatifs Motorola dont 95 DP 4601 pour les équipes (avec GPS et Bluetooth) et 10 SL 4000 pour les cadres (avec Bluetooth). S’y ajoutent près de 50 postes mobiles Motorola DM 4601 pour les véhicules de premiers secours, avec GPS et Bluetooth. L’équipement comprend également trois bases itinérantes en coffrets tactiques, ainsi qu’un relais mobile Motorola DR 3000 dans le PCM Vectra 75 et un relais tactique Motorola DR 3000 en valise. Pour les stations mobiles, ont été retenues des antennes radômes Calearo très voisines avec celles qui équipent actuellement les véhicules de police (voir photos). Elles présentent la particularité d’adopter une forme originale, de combiner plusieurs fonctions (antennes UHF + GPS active intégrée) et d’offrir d’excellentes performances, grâce à leurs radians à polarisations multiples.

< Nouvelle antenne mobile CALEARO. La structure de l’antenne.

RELAIS MONTPARNASSE

© photo F.D.G.

Enfin, les deux relais installés à la Tour Montparnasse sont des Motorola, de type DR 3000. Afin d’offrir des couvertures optimales, un système

La future tablette tactile

La Phase 2 qui est actuellement en cours, consiste à réaliser la migration vers un nouveau réseau radio numérique multi-canaux. C’est la technologie DMR (Digital Mobile Radio) à la norme européenne de l’ETSI qui a été choisie. Un choix destiné à permettre l’accès à de nouvelles fonctionnalités. Ces dernières étant rendues nécessaires par l’évolution et l’augmentation des missions opérationnelles. Ainsi, non seulement ce

RCBConnection - mai-juin 2013 •

9

© photo PCP.

© photo F.D.G.

PHASE 2

• Supplément éditorial au n°220


tennes sur la Tour Montparnasse et à un système novateur de couplage, la couverture radio devrait se voir considérablement optimisée par rapport à celle (déjà satisfaisante) qui était procurée par l’ancien réseau analogique. A noter que la Tour Maine Montparnasse accueille également un serveur qui a été doublé dans la salle informatique de la Protection Civile de Paris. Chaque site disposant d’un accès SDSL et d’un lien FH (Faisceau Hertzien) garantissant une redondance native.

REPONDRE AUX NOUVEAUX BESOINS Le nouveau système a été dimensionné pour s’adapter aux besoins croissants des équipes de la PCP. Ainsi, il est passé d’un à quatre canaux radio exclusifs et dédiés. A savoir, 1 canal “OPS” d’infrastructure ; 1 canal “BILAN” d’infrastructure ; 2 canaux tactiques “TACTIQUE 3” & “TACTIQUE 4”. Sur ces réseaux outre la phonie cryp-

tée, seront offerts des services de géolocalisation en temps réel des mobiles et portatifs, de transmission de codes d’états (statuts) horodatés, de transmission de messages courts alphanumériques (de type SMS). En outre, afin de faciliter la gestion et le suivi des interventions, a été prévu l’enregistrement automatique de toutes les communications échangées (voix et données). Il est complété par un horodatage, pour assurer une meilleure traçabilité, sans compter la faculté de réécoute en cas de doutes ou de litiges. Enfin, le système numérique offre la faculté de se connecter sur le réseau depuis un terminal déporté, de type ordinateur PC portable ou fixe. Et ce, même hors de la zone de couverture radio, en offrant des fonctions de phonie et de gestion de flotte (cartographie liée à la géolocalisation, codes d’états, messagerie, réécoute, …). La migration vers le numérique sera accompagnée pour les personnels de la Protection Civile de Paris d’actions de formations nouvelles sur les transmissions. Ceci afin que tous maîtrisent les possibilités de leurs nouveaux équipements.

PHASES 3 & 4 Ultérieurement, la Phase 3, se traduira par “la mise en oeuvre d’une application de transmission des fiches informatisées de victimes”… A cet effet, les intervenants seront équipés de tablettes tactiles embarquées dans les véhicules et/ou couplées aux portatifs pour un usage piéton. La transmission des données passant par le réseau numérique PCP. Cette phase nécessitera la mise RCBConnection - mai-juin 2013 •

10

© photos Protection Civile Paris

spécial d’aériens a été conçu par Kathrein. Ces deux relais ont donc été associés à quatre antennes panneaux de 90° montées aux quatre coins de la Tour Maine Montparnasse par couplage actif en phase. Le parc de véhicules et plus particulièrement des stations mobiles est donc en cours de montage des nouveaux équipements. Grâce au recours à ce nouveau dispositif d’an-

en place d’un serveur sécurisé et redondé de traitement des informations reçues depuis les tablettes pour la régulation par les autorités de la Protection Civile de Paris. Et ce, soit en poste fixe, notamment dans le PC Mobile Vectra 75, soit en mobile par le cadre de permanence opérationnelle. Le serveur permettra de retransmettre les fiches de victimes par courriel et/ou télécopie vers des services tels que les Sapeurs-Pompiers de la BSPP ou le SAMU. Par la suite, ces données seront transférées directement vers les logiciels de régulation de ces mêmes organismes grâce à une compatibilité avec la norme NF 399. Quant à la Phase 4, elle aura pour but d’améliorer la zone de couverture. Ce qui se traduira par l’installation d’un réseau multi-relais interconnectés. Remerciements pour leur sympathique collaboration à MM. Francis Di-Giorgio, responsable du service Transmissions et Frédéric Jalladeau responsable du service Communication, à la Protection Civile de Paris. ■

• Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle De nouveau en exclusivité pour nos lecteurs SWL et grâce à l’aimable collaboration de la société PROSIC qui représente AOR en France, nous avons pu disposer d’un exemplaire du tout nouveau récepteur scanner AOR : l’AR 6000. Un modèle qui est voué à succéder à l’AR 5001D, dont il reprend d’ailleurs l’esthétique générale ainsi que les principales caractéristiques. Mais, découvrez-le en notre compagnie. Précisons que le modèle testé ici est celui qui bénéficie de l’option “Rack”. Ce qui facilite son intégration dans une baie.

RECEPTEUR SCANNER

RACK AOR AR 6000

Par Hugues Lepillier

En préambule, on soulignera que ce récepteur appartient à la catégorie “haut de gamme” et qu’il s’adresse surtout à des Pros. Son prix qui atteint plusieurs milliers d’euros vient le confirmer si besoin était ! Dans la gamme AOR, il s’intercale juste en dessous du modèle AR-ALPHA, modèle extrêmement sophistiqué que nous avons déjà eu l’occasion de tester dans ces colonnes. L’AR 6000 appartient à la toute dernière génération de récepteurs qui ont été conçus pour exploiter pleinement les possibilités d’une combinaison avec l’informatique. Concrètement, cela permet de décoder notamment certains signaux numériques. Un appareil adapté donc aux évolutions technologiques des réseaux Pros… Attention, il nous appartient d’emblée de décevoir les SWL français qui attendent depuis des années la mise sur le marché d’un récepteur qui pourrait décoder et aussi décrypter les signaux à la norme TETRAPOL. En fait, l’AR

6000 ne peut donner accès qu’à l’APCO 25, sous réserve que l’option ait été installée. En outre, seuls les signaux APCO 25 reçus en clair pourront être décodés, mais en aucun cas ceux qui bénéficient en plus d’un cryptage additionnel. Malheureusement, sur l’AR 6000 rien n’a été prévu comme option concernant le décodage de signaux en TETRAPOL, pas plus que pour du TETRA ! Une fois encore, le constructeur n’a visé que le marché américain, négligeant totalement l’Europe et la France.

RACK PRO L’intégration de l’AR 6000 dans l’option Rack n’a rien à voir avec un gadget. Le véritable coffret métallique qui n’a pas lésiné sur l’épaisseur de sa structure et dans lequel sera immobilisé le récepteur assurera une excellente protection de l’appareil. Les poignées facilitent le transport de l’ensemble ainsi que son extraction d’une armoire.

RCBConnection - mai-juin 2013 •

12

La présence d’un haut-parleur inséré dans la façade procurera une excellente qualité audio, encore meilleure que celle restituée par le petit haut-parleur incorporé. L’absence de panneau métallique supérieur faisant office de couvercle facilitera la ventilation. A noter que pour les signaux analogiques, pour lequel il excelle d’ailleurs, L’AR 6000 s’avère très complet. Il possède même une fonction capable de décrypter les signaux qui bénéficient d’une protection basique contre les oreilles indiscrètes par inversion de fréquences. Par ailleurs, l’AR 6000 (comme l’AR 5001), permet d’être piloté à distance, via un ordinateur. Il suffit juste de se munir d’un logiciel spécial. La liaison s’effectuant à travers un PC et un cordon USB. On disposera alors d’un récepteur déporté, ce qui est très apprécié dans le domaine Pro.

POSSIBILITES Les caractéristiques de l’AOR AR-6000 se montrent pour le moins attractives : il offre une couverture extrêmement importante sans trou et même assez rare, car elle va de 1Hz à 3,5 GHz. Les pas d’incrémentation sont laissés au choix de l’utilisateur, le plus petit étant de 1 Hz. Aux quatre modes de modulation classiques que sont l’AM, les FM étroite et large, la SSB (USB, LSB) et la CW s’ajoutent d’autres modes comme l’ISB (Independent SideBand), l’AIQ (Analog I/Q), l’APCO 25 (si l’option a été installée), et la vidéo analogique (NTSC, PAL). Tous les pas d’incrémentation sont disponibles, puisque l’on peut descendre jusqu’au 1 Hz… Rappelons que l’ISB (Independant Side Band) corres-

• Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle

LES “PLUS” > Nouvelle génération de récepteurs > Option “RACK” très Pro > Immense couverture > Nombreux modes de modulation > APCO 25* > Très bonne sensibilité > Décrypteur (inversion de fréquences analogiques) > S-mètre à aiguille incorporé > Plusieurs VFO > Capacité de 2000 canaux > Pas d’incrémentation mini de 1 Hz > Enregistreur > Canal prioritaire > Atténuateur > Timer programmable > Verrouillage des touches > Décodeur CTCSS & DCS > Bip débrayable > Recherche de tonalité sub audio > Sortie digitale I/Q

* = option

NOTRE JUGEMENT

LES “MOINS” > Pas de logiciel AOR pour TETRA & TETRAPOL > Coût prohibitif pour un particulier

pond à de l’AM stéréo, utilisée dans certains pays lointains… Les mémoires sont très importantes avec une capacité de 2000 canaux. Ils sont répartis en 40 banques de 50 canaux. Le haut-parleur incorporé a été placé sur le dessus du coffret. Il procure une audio correcte. La qualité de réception pourra se trouver nettement améliorée si l’on dispose du rack optionnel avec son haut-parleur intégré en façade. Côté alimentation, l’AR 6000 est livré avec un petit bloc secteur. Rien ne s’opposera à le raccorder sur une alimentation extérieure, pour le faire fonctionner à bord d’un véhicule : dans un PCM, par exemple.

LA FACE AVANT La façade adopte une teinte grise très Pro. Le bandeau supérieur est monopolisé par un large panneau d’affichage à cristaux liquides et sur la gauche, par un vu mètre qui occupe la palce restante. Le panneau d’affichage bénéficie d’une illumination verdâtre très efficace. Les afficheurs à cristaux liquides sont d’une définition exemplaire. Le vu-métre à aiguille gratifié d’un rétro éclairage orangé procure une bonne précision. Particularité astucieuse de cet appareil, en pressant sur “SCOPE”, le panneau d’affichage se transformera en analyseur de spectre. Ce qui

permettra de repérer les fréquences voisines qui sont actives et de pouvoir venir se caler quasi instantanément dessus. En plus d’une prise casque ou écouteur, on dispose d’une prise accessoires à huit broches (GPS, télécommande, alimentation, …). On remarquera également à proximité immédiate de ces deux prises, la présence d’une fente servant à introduire une carte SD. Celle-ci permettra de conserver des enregistrements sonores, en l’occurrence de signaux reçus.

LES COMMANDES La touche POWER, à la gauche du vu-mètre pilote la marche-arrêt de l’AR 6000. Avec “FUNC”, on accédera aux fonctions secondaires. Une pres-

UNE BATTERIE DE PRISES ! Sur le châssis arrière, on recense un grand nombre de prises. On trouve d’abord deux prises d’antennes “ANT 1” & “ANT 2 HF” au standard “N”. Ces dernières pourront être programmées par l’utilisateur selon ses désirs et surout en fonction des aériens qu’il possède… S’y ajoutent, une prise IF de type “BNC”, une Jack “SP OUT”, une Jack “LINE OUT”, une multibroches “ACC2”, ainsi qu’une CINCH jaune pour “VIDEO OUTPUT”, Une “10 MHz IN”, une RS 232 “REMOTE”, une USB, et une pour l’alimentation DC 12 volts, avec le + au point chaud complètent l’ensemble. On trouve aussi un inverseur qui commande la marche arrêt de l’AR 6000. Sur ce point, avant de craindre qu’une panne n’affecte le bloc d’alimentation (ce qui nous est arrivé !), on vérifiera que l’interrupteur d’alim incorporé a bien été positionnée sur ON. RCBConnection - mai-juin 2013 •

13

• Supplément éditorial au n°220


Cahier de la Radiocommunication Professionnelle

CARACTÉRISTIQUES AOR AR 6000 > Couverture : 1Hz à 3,5 GHz > Modes de modulation : AM, NFM, WFM, FM Stéréo, USB, LSB, CW, APCO25* > Décodages : DCS, CTCSS, > Décodage modes numériques : APCO non crypté* > Capacité mémoires : 2000 canaux > Banques : 40 de 50 canaux > Canal prioritaire : 1 > VFO : 5 > Vitesse normale d’exploration : environ 100 canaux pas à la seconde > Pas d’incrémentation : à partir de 1 Hz > Stabilité en fréquence : mieux que ± 0,1 ppm (après 5 minutes) > Sensibilité AM (10 dB S/N, 3 KHz) : 1µV de 25 MHz à 1 GHz > Sensibilité FM (12 dB SINAD, 15 KHz) : 0,5 µV de 25 MHz à 1 GHz > Sélectivité AM (6 KHz) : mieux que 5,5 KHz / - 3 dB > Sélectivité NFM (15 KHz) : mieux que 14,2 KHz / - 3dB > Impédance des antennes : 50 Ohms > Atténuateur : 10 ou 20 dB > Connecteurs d’antennes : N & N > Alimentation : 10,7 à 16 volts DC, 2 A > Puissance audio : 2 Watts, sous 8 Ohms > Température de fonctionnement : 0° à + 50° C > Dimensions : 304 x 220 x 97 mm > Poids : 5 kg > Prises : ANT1 = N ; ANT 2 = N ; ACC 8 broches ; RCA Vidéo OUT ; SMA 10 MHz ; Alimentation (avec inverseur M/A); sortie IF 45,05 MHz ; Jack 3,5 mm HP ; Jack 3,5 mm Line Out ; AUX 2 (pour l’option GPS) ; RS 232 C ; USB I/Q > Support carte : SD ou SDHC > Capacité d’enregistrement : 8 heures environ avec carte SD 1 GB > Accessoires fournis : bloc d’alimentation avec cordon

sion longue sur cette dernière servira à passer l’affichage en mode analyseur de spectre. Sous le vu mètre, on a deux boutons qui servent respectivement à ajuster le niveau des signaux reçus “AF GAIN” ainsi que le seuil de déclenchement du silencieux “SQUELCH”. De l’autre côté, on a un gros bouton qui correspond au vernier. A côté, un plus petit bouton servira à sélectionner des fonctions secondaires et à faire son choix au sein des menus proposés. La partie centrale est occupée par le clavier. En plus d’un pavé numérique à douze touches, s’ajoutent de part et d’autre, une

colonne de quatre touches. Les fonctions en sérigraphies de teinte rouge orangée correspondent aux fonctions primaires. Celles qui sont mentionnées en lettres blanches, symbolisent les fonctions secondaires. Elles sont accessibles après avoir pressé sur “FUNC”. Un inventaire s’avérant trop long, on se reportera à l’imposante notice qui abonde de précisions.

DES AVANTAGES Dès les premières manipulations, on remarquera que la sensibilité est très correcte, quelle que soit la bande sur laquelle on se trouve. Ceci indépendamment du fait que ce récepteur puisse être doté d’une option numérique APCO 25. Ce qui démontre que ce récepteur appartient à la catégorie des très bons récepteurs à vaste couverture, de surcroît ! Lors du balayage d’une bande limitée et clairement définie, les fréquences actives pourront se trouver automatiquement envoyées dans les mémoires. Une horloge programmable pourra s’afficher et piloter certaines fonctions dont une alarme et un timer. Certaines fonctions sont paramétrables et personnalisables, par le biais de menus. En présence d’un signal analogique crypté par inversion de fréquence, l’AR 6000 pourra le restituer en clair. Il suffira de chercher et de trouver manuellement le bon réglage. C’est redoutablement efficace. Enfin, la possibilité d’enregistrer des signaux reçus sera précieuse pour analyser ces derniers avec des appareils de mesures, …

PAS SI COMPLEXE ! Comme avec les récepteurs AOR de dernière génération testés ces derniers mois dans nos colonnes, nous n’étions pas certain de parvenir à maîtriser rapidement l’AR 6000. Rassurés en son temps avec l’AR Alpha qui s’était avéré moins compliqué qu’il n’y paraissait nous en avons eu à nouveau la preuve avec l’AR 6000. Attention, avec ce genre de récepteur, il sera impensable d’effectuer l’impasse sur la lecture attentive du

RCBConnection - mai-juin 2013 •

14

manuel. Dans les grandes lignes, il faut s’imprégner de ses commandes et des fonctions proposées. Car, inévitablement on sera un peu surpris par l’affichage qui mentionne un niveau en dB pour le squelch. Les indications portées sur la plupart des touches sont suffisamment explicites pour qu’un initié devine à quoi elles ouvrent l’accès. Pour notre part, nous n’avons été victime d’aucun blocage de l’AR 6000, même si parfois quelques inévitables petites fausses manipulations se sont produites.

TESTS Notre test s’est sciemment limité aux modes analogiques, car non seulement dans notre région il n’y a pas d’utilisateurs de réseaux radio en APCO 25, mais en outre la platine optionnel n’équipait pas notre modèle. Sur les différentes bandes HF, VHF et UHF, nous avons débuté nos essais avec notre double discone de référence. Puis, nous avons continué avec les diverses antennes fixes omnidirectionnelles spécialisées dont nous disposions: antenne HF Antron 199, VHF Marine de vedette, UHF Pro, et même avec une directive UHF et une filaire HF. Dans tous les cas, les résultats obtenus n’ont pas été affectés de birdies. Au contraire la sensibilité et la sélectivité ont mis en défaut en VHF là où il excelle notre scanner de référence, un UBC 860 XLT : il sortait bien mieux des signaux très faibles, du souffle et du bruit de fond. Le filtrage par CTCSS sur les bandes Pro est efficace. Sur les bandes VHF Services Publics (il en reste encore un peu), VHF Air, VHF Marine, UHF PMR 446, mais aussi sur les bandes RA y compris en HF, l’AR 6000 offre bien plus qu’un compromis ! Petit reproche : si l’on utilise ce récepteur, comme un scanner de table classique, donc sans son rack optionnel, un étrier inclinable sur l’avant aurait été bienvenu. Par ailleurs, la firme AOR serait bien inspirée de concevoir des options et logiciels donnant accès à d’autres modes numériques… ■

• Supplément éditorial au n°220


219-PubSardif_

15/02/13

3:05

Page 5

Authorised Seller

Gamme VX-450

218_vertex

Radios VHF/UHF portables

SARDIF vous invite à découvrir l'ensemble de la gamme Vertex Standard sur son site dédié www.yaesu.fr ou au 01 39 93 68 39


RCBC n°220 - Cahier PRO (Supplément éditorial au numéro)