Page 1

Conseil de Développement de la Loire-Atlantique

Pont de Saint-Nazaire / Photo : Fotolia © Jean-Philippe Delisle

DEMAIN, L’ESTUAIRE… Séance de travail du 13 décembre 2007 avec : Martine STAEBLER, Directrice au GIP Loire Estuaire, Bernard PRUD’HOMME LACROIX, Chargé de projets de restauration de l’estuaire aval au GIP Loire Estuaire et Jean Blaise

L’ESPACE LITTORAL DE LA LOIREATLANTIQUE Cahier Littoral n°15


Cahier du Conseil de DĂŠveloppement de Loire-Atlantique

Littoral - numĂŠro 15

2


1. SaintNazaire

L’ESTUAIRE DE LA LOIRE ET LA MAIN DE L’HOMME Donges

Ancenis

L’estuaire en 1850

Lavau-surLoire

Oudon

L’estuaire en 2000

Montjeansur-Loire

Cordemais Paimboeuf

Ca na l la

té ra l

Couëron

Nantes

Le Pellerin ESTUAIRE EXTERNE

SECTION MARITIME

SECTION INTERMEDIAIRE

SECTION ENDIGUEE

PORT

BASSIN DE MAREE

Evolution de l’estuaire de la Loire (1850-2000) Source : GIP Loire Estuaire

HIER ET AUJOURD’HUI L’estuaire de la Loire façonné par deux siècles d’aménagement et le développement de nouveaux usages En deux siècles, les géométries du fleuve de la Loire et de son estuaire ont fortement évolué en fonction de ses usages et notamment de ses aménagements. Au cours de cette période, 3 principes d’aménagement se sont succédés dans l’estuaire. Tous appliqués dans un même but : favoriser le développement de la navigation maritime et fluviale. • Le resserrement : Jusqu’en 1875, le cours d’eau de Nantes au Pellerin est resserré entre des digues pour augmenter la vitesse du courant, le pouvoir érosif et donc gagner en profondeur (mise en place d’endiguements par barrage de bras secondaires, d’épis, d’endiguements discontinus et continue). Mais cet aménagement est inefficace car l’envasement et l’ensablement du lit en aval s’accroissent. • La séparation : De 1875 à 1900, le lit du fleuve, qui était ensablé et impraticable de Paimboeuf au Pellerin, a été doublé d’un canal artificiel de 15 km et 6 mètres de profondeur. Mais les évolutions indus-

trielles rendent très vite le canal sous-dimensionné pour des navires au tirant d’eau de plus en plus important. • L’ouverture : Au cours du 20e siècle, les travaux ont surtout consisté à former un estuaire en entonnoir et permettre ainsi l’avancée de l’onde de marée le plus loin possible dans le fleuve. La section intermédiaire du fleuve est creusée et endiguée à partir de 1903. Un bassin de marée est créé sur 18 km, de Nantes à Oudon, dès 1913. Les bras de la Loire sont comblés et les seuils supprimés à Nantes, pour limiter les frottements dans le chenal. La section maritime est calibrée avec la digue de Montoir créée en 1938 (déplacement du chenal aval au nord de la Loire). Le chenal méthanier et pétrolier de Donges est creusé en 1976. Au 20e siècle, s’ajoutent d’autres usages, qui contribuent à la transformation de l’estuaire : • La conquête de terres pour l’agriculture, • L’extraction de matériaux…

Cahier du Conseil de Développement de Loire-Atlantique

Littoral - numéro 15

Un estuaire, qu’est ce que c’est ? Zone de contact et d’échange C’est la rencontre du fleuve et de l’océan. Un espace en mouvements perpétuels où se mêlent eaux douces et eaux salées, sable et vase. Zone de vie L’estuaire représente un potentiel biologique considérable. Un lieu privilégié et de passage pour les oiseaux et les poissons.

L’estuaire de la Loire… • 72 communes riveraines jusqu'aux Ponts de Cé • 60 000 hectares en liaison avec le fleuve, entre Saint-Nazaire et les Ponts de Cé • 4 principales fonctions : économique, environnementale, urbaine et sociale • 850 000 habitants • 35 000 à 50 000 oiseaux suivant les années et surtout les migrateurs • 800 individus environ par m2 dans les grandes vasières aval • 34,5 millions de tonnes de marchandises transportées en 2005 • 360 millions de civelles pêchées en 2003 • 96 000 bovins en 2000 • 75 millions de m3 par an d’eau potable

3


marée Sel

marée Sel L’avancée de la marée et du sel dans la Loire (1900-2000) / Source : GIP Loire Estuaire

1900 1900

Le constat des déséquilibres L’estuaire de la Loire doit aujourd'hui faire face à trois grands déséquilibres : • Enfoncement du fond du lit et de la ligne d’eau d’étiage*, augmentation du marnage* d’environ 3,5 mètres (3 mètres en 1903 à 6,5 mètres en 2003), déstabilisation des berges, érosion régressive* en amont. L'abaissement des lignes d'eau a également un impact négatif sur la fonctionnalité des milieux : connexion hydraulique diminuée,... • Remontée de la marée (à Anetz, à 97 km de l’embouchure, soit 37 km de plus qu’au début du siècle) et du sel (jusqu’au Pont de Bellevue, à Nantes, pour ce qui est de la limite de salure des eaux : 0.5 g/l).

2000

2000

DEMAIN La persistance des dégradations Quelle sera l’évolution de l’estuaire à moyen terme ? Des études ont été menées dans le cadre des deux plans Loire Grandeur Nature (1995-2000 et 20002006) dans le but d’anticiper cette évolution. De ce programme d’études se dégage un scénario tendanciel (en partie illustré ci-dessous). Conclusion ? Si rien n’est fait, les déséquilibres constatés risquent de se poursuivre dans les 40 prochaines années : • L’élévation prévisible du niveau de la mer (liée aux changements climatiques) de 14 cm au niveau de SaintNazaire, engendre une élévation de la pleine mer de 20 cm à Nantes due à l’amplification de l’onde de marée dans l’es-

Le front salé peut devenir gênant pour les prises d’eau potable et l’irrigation. La prise d’eau pour l’eau potable se fait aujourd'hui à Mauves-sur-Loire.

tuaire, • La poursuite de l’avancée du sel et du bouchon vaseux en amont, • La perte de milieux naturels, notamment de vasières, • L’augmentation du marnage à l’aval de Nantes (enfoncement de la ligne d’étiage de 15 à 20 cm à l’aval de Nantes, du fait de l’érosion naturelle du son chenal). Mais si l’hypothèse de retour du sable en amont se confirme, le niveau de la ligne d’étiage devrait remonter (environ 40 cm au niveau du pont de Bellevue). Reste une certitude : La Loire et son estuaire ne peuvent pas se restaurer « naturellement ».

Scénario tendanciel : l’évolution des fonds Source : GIP Loire Estuaire

• Augmentation du volume du bouchon vaseux* et de ces concentrations. Un bouchon vaseux en trop grande quantité dans l’estuaire, dégrade les conditions de vie des poissons en les privant d’oxygène. Il accroît le dépôt de sédiments, qui obstrue les ports, les chenaux et les étiers. * voir définitions page 7

Cahier du Conseil de Développement de Loire-Atlantique

Littoral - numéro 15

4


2.

L’ESTUAIRE DE LA LOIRE A LA RECHERCHE DE SON ÉQUILIBRE…

AUJOURD’HUI Une logique nouvelle en faveur de l’estuaire : « redonner de l’espace au fleuve »… L’évolution du mode de pensée Les usages liés à l’estuaire, notamment la navigation, ont longtemps été la raison première d’aménagements continuels. L’histoire fait qu’aujourd’hui ce temps est révolu. Depuis quelques années, le mode de pensée évolue vers des aménagements en faveur d’un meilleur équilibre du fonctionnement estuarien. Ces dix dernières années, les travaux conduits dans le cadre des deux plans Loire Grandeur Nature ont permis de mettre en évidence de nouvelles approches de restauration. Une nouvelle logique de restauration La logique de restauration avancée est de « redonner de l’espace au fleuve ». Il s’agit de freiner l’onde de marée, qui s’engouffre dans

l’estuaire et contribue à l'abaissement des lignes d'eau mais également au maintien du bouchon vaseux. Une nouvelle expertise de l’estuaire Au préalable, l’étude des fonctionnalités environnementales et la connaissance du fonctionnement, notamment hydro-sédimentaire, de cet espace ont du être approfondies, afin de mieux asseoir les logiques d'intervention. De plus, l’expertise scientifique mobilisée a permis de renouveler l'approche de l'estuaire en distinguant : • l’estuaire interne, très vaseux, a une forme convergente, qui amplifie l’onde de marée et la déforme, en renforçant les courants de flot* par rapport à ceux

Les deux estrans* « aval » du scénario de restauration de l’estuaire de la Loire Source : GIP Loire

de jusant*. L’asymétrie de la marée y accentue le mécanisme de piégeage des sédiments (bouchon vaseux, crème de vase). • l’estuaire externe, plus sableux, se caractérise par une géométrie ouverte sur l’océan et de grandes surfaces de vasières. Le scénario morphologique Dans l’estuaire de la Loire, la déformation de l’onde de marée asymétrique s’accroit de Paimboeuf à Nantes. Les sédiments sont piégés dans la partie interne, en amont de Paimboeuf, lors des faibles débits. Les grandes profondeurs en aval de Paimboeuf contribuent également à piéger les sédiments lorsque le débit augmente. Deux leviers d'intervention pour la restauration de l’estuaire de la Loire apparaissent essentiels. Leur objectif : diminuer les mécanismes de piégeage des sédiments en agissant sur l’asymétrie de l’onde de marée. • Recréer des vasières, de Paimboeuf au Pellerin, secteur très convergeant. Ces vasières latérales, aménageables sur des zones de prairies, seraient soumises à la marée et la freineraient en stockant du flot. Le scénario prévoit la création de deux vasières de part et d’autre du chenal (cf. schéma ci-contre). • Combler les fonds de Paimboeuf au Pellerin, qui devraient s’enfoncer à 40 ans (d’après le scénario tendanciel). * voir définitions page 7

Cahier du Conseil de Développement de Loire-Atlantique

Littoral - numéro 15

5


DEMAIN

Les acquis du scénario L'évaluation conduite sur ce scénario confirme son opportunité : • Les acquis sur le fonctionnement hydrosédimentaire : la baisse de la capacité de piégeage et des turbidités, grâce à un bouchon vaseux diminué et le relèvement de la ligne d’eau de basse mer de 50 cm environ. • Un acquis environnemental : la restauration de milieux naturels et donc le rééquilibrage de fonctionnalités écologiques. • Un acquis en faveur du développement durable : l’amélioration des usages développés autour de l’estuaire. Exemple : la pêche, au travers de fonctions de nourricerie mieux préservées et développées.

Estuaire Nantes <> Saint-Nazaire 2007 : la révélation d’un espace oublié… Estuaire Nantes<>Saint-Nazaire est un projet culturel, qui a pour ambition de contribuer au développement de l’identité de la métropole Nantes - Saint-Nazaire. C’est un événement biennal, qui a été mis en place en 2007, pendant les 3 mois d’été, et évoluera en 2009 et 2011. 30 artistes internationaux ont été invités à créer des œuvres in situ sur les rives de l’estuaire, de Nantes à Saint Nazaire. Un voyage artistique, qui permet de découvrir ou redécouvrir librement les paysages et le patrimoine estuariens… Bilan de l’édition 2007 : 700 000 visites, 46 000 billets de croisières vendus, 7 œuvres pérennisées sur 6 communes de l’estuaire à la demande des parties prenantes, une forte implication des acteurs, des entreprises du territoire et de ses habitants… Si les œuvres ont parfois été soumises à polémique, l’événement n’en a pas moins marqué les esprits et devrait continuer ainsi.

Les enseignements de la démarche Les avancées de cette démarche permettent déjà de retenir deux orientations essentielles pour l’avenir : • Chercher à maintenir et approfondir le niveau de connaissance de l’estuaire • Favoriser les logiques d’expérimentations et de principe de précaution. Aller au bout d’une telle démarche requiert du temps. Les réponses aux problématiques estuariennes seront progressives.

L’enjeu : rééquilibrer les quatre fonctions de l’estuaire Alors que certains usages liés à l’estuaire se sont adaptés aux transformations du fleuve, d’autres sont aujourd'hui limités par les déséquilibres créés par deux siècles d’aménagements. L’enjeu de la démarche est donc de rééquilibrer les quatre fonctions principales de l’estuaire : l’économie, l’urbain, l’environnement et la vie sociale. Un certain nombre d’objectifs et de critères déterminants sont déjà déclinés pour chacune des fonctions : Economie : • favoriser le développement de l’activité portuaire en aval (conditionné par l’espace disponible) • améliorer les conditions de prélèvements d’eau pour les industries, (turbidité et salinité du cours d’eau) • restaurer le réseau hydraulique de la Loire aux marais, en soutien à l’agriculture (vase, salinité) • maintenir la pêche et les cultures marines • maintenir les activités portuaires sur Nantes, l’évolution des trafics pouvant offrir davantage de souplesse quant aux contraintes d’accès Urbain : • maintenir les conditions

Cahier du Conseil de Développement de Loire-Atlantique

Littoral - numéro 15

• •

de prélèvement en eau potable, améliorer l’articulation de la ville avec le fleuve, via des projets urbains comme celui de l’Ile de Nantes, d’une ville port à Saint Nazaire, de réaménagement des rives de Loire… Évoluer vers de meilleures conditions de développement des usages de l’eau, comme les navettes navibus, les bassins pour la plaisance… (courants, turbidité) Conserver l’image portuaire de Nantes Ne pas aggraver l’incidence des crues

Environnement : • garantir la fonction de nourricerie, en augmentant la production primaire et secondaire, par la création et l’entretien de vasières • restaurer la biodiversité en préservant ou améliorant les fonctions des vasières, prairies, roselières… • restaurer le transit piscicole (bouchon vaseux) Vie sociale : • évoluer vers une réappropriation collective de l’estuaire, en développant ses aménités* et en valorisant son identité, au travers de projets culturels etc. * voir définition page 7

6


Définitions Photo : Les rencontres du fleuve

Définitions en partie extraites de « Et si la Loire Océane » et « Un nouvel équilibre pour l’estuaire de la Loire - Les Objectifs - Etudes prospective aval » - Publications GIP Loire Estuaire

À venir… Du 5 au 15 juin 2008 : « Les rencontres du fleuve » Pour sa deuxième édition, le festival itinérant « Les rencontres du fleuve » se déroulera du 5 au 15 juin 2008 le long de la Loire, de Varades à Paimboeuf. Cette manifestion s’articule autour de quatre particularités : • Le nautisme : A cette occasion, une flotille de bateaux du patrimoine, accompagnée de drakkars animera 6 ports de la Loire-Atlantique. • L’art : Chaque jour et chaque soir, des rencontres musicales et du théâtre de rue autour de l’environnement offriront un autre regard sur les rives de Loire. Sans compter les rencontres artistiques entre amateurs et professionnels… • L’environnement : A chaque escale, le Village Découverte proposera des expositions, des animations, des ateliers pédagogiques et ludiques aux groupes scolaires et au grand public. Il sera animé par des acteurs de l’environnement du département. L’objectif : sensibiliser aux pêches et poissons en Loire. • Les habitants : Les habitants de la Loire Atlantique sont acteurs de ce projet de territoire. A ce jour, 120 à 150 associations se sont mobilisées pour cet évènement. Participent également au projet : • Le Conseil Général, les collectivités territoriales… • les associations : l’Union Régionale des CPIE, le GIP Loire-Estuaire, les associations naturalistes, le réseau d’Ecopôle, les associations du patrimoine… • les institutions : le Port Autonome, les Voies navigables de France, Nantes Gestion Equipements, • les entreprises partenaires, les pêcheurs professionnels de Loire, • les artistes professionnels et amateurs…

Cahier du Conseil de Développement de Loire-Atlantique

• Aménité Ce mot définit l’agrément lié à un lieu, le plaisir offert par la vision de la nature, l’attrait pour un territoire qui se différencie des autres, ce qui en fait sa valeur. Dans la conscience collective, ces concepts relèvent de plus en plus du bien public et de l’intérêt général. • Bouchon vaseux Il correspond à une zone de turbidité maximale, constituée de sédiments en suspension et de matières organiques qui s’accumulent et forment une masse vaseuse pesant entre 0,5 et 1 million de tonnes. Située à la rencontre des eaux marines et des eaux du fleuve, cette masse se déplace d’amont en aval et inversement, en fonction du jour, des cycles de marée et du débit du fleuve. • Courant de flot Le courant de marée généré par la marée montante est appelé le courant de flot. • Courant de jusant Le courant de jusant est le courant créé par la marée descendante. • Érosion régressive C’est une érosion qui se propage vers l’amont de l’estuaire, suite à l’abaissement du lit du fleuve. • Estran Il correspond à une zone maritime tantôt couverte, tantôt découverte par la marée. • Étiage Il désigne les plus faibles débits (en Loire, moins de 250 m3/s). A l’opposé, la crue désigne des hauts débits pouvant faire déborder le cours d’eau de son lit. La plus haute crue connue en Loire est celle de 1910 avec un débit de 6 400 m3/s. • Marnage Il désigne la différence des niveaux d’eau entre la pleine mer et la basse mer : il est de 2 à 6 mètres dans l’estuaire. Lors de la progression de l’onde de marée, les rives sont naturellement recouvertes, puis découvertes : ce sont 25 km2 de surfaces marnantes ou intertidales, zone de contact entre les domaines terrestre et aquatique.

Littoral - numéro 15

7


L’estuaire de la Loire / Photo : GIP Loire Estuaire

Pour en savoir plus !

Quelques orientations B Préserver et restaurer la biodiversité de l’estuaire

Et si la Loire Océane… Publications GIP Loire Estuaire, Ed. 2006 Un nouvel équilibre pour l’estuaire de la Loire - Les objectifs - Etudes prospectives aval / Programme interrégional Loire Grandeur Nature Pays de la Loire 2000-2006 Publications GIP Loire-Estuaire, Ed. Décembre 2006 Une démarche progressive pour l’estuaire de la Loire - Les scénarios - Etudes prospectives aval / Programme interrégional Loire Grandeur Nature Pays de la Loire 2000-2006 Publications GIP Loire-Estuaire, Ed. Juin 2007 Les plans Loire Grandeur Nature depuis 1995 Plan Loire Grandeur Nature www.plan-loire.fr

B Favoriser le développement des usages de l’eau B Favoriser le développement de l’activité portuaire en aval de l’estuaire B Valoriser l’identité de l’estuaire à travers des projets culturels, écotouristiques…

L’évènement biennal Estuaire Nantes-Saint Nazaire 2007 Estuaire Nantes-Saint-Nazaire www.estuaire.info Le festival itinérant Les rencontres du fleuve Les rencontres du Fleuve - Nantes www.lesrencontresdufleuve.fr GIP Loire Estuaire 22 rue de la Tour d’Auvergne - 44200 Nantes Tel : 02 51 72 93 65 Mel : gip@loire-estuaire.org www.loire-estuaire.org

CODELA

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT de la LOIRE-ATLANTIQUE 2, quai de Versailles - BP 44621 44046 Nantes Cedex 1 : 02 40 48 48 00 Fax : 02 40 48 14 24 Emel : cdla@codela.fr Crédits photo : GIP Loire Estuaire, Fotolia, Les rencontres du fleuve

littoral15  

loire-atlantique, conseil de developpement, littoral, hallegate, fattal, pottier

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you