Page 1

Numéro 2 Janvier 2009 Journal de la section d’Ixelles du Parti Socialiste.

IxellesSolidarités Dossier Le logement Problème social n°1

Ernotte un nouveau quartier à Ixelles

Les socialistes se battent pour le droit au logement Pour un monde plus solidaire, plus juste et plus libre


Éditorial Les Socialistes se battent pour le droit au logement Le droit à un logement décent pour chacun est un droit fondamental, inscrit dans la Constitution. Pourtant, de plus en plus de familles ont aujourd’hui du mal à se loger à Bruxelles. La crise du logement est une réalité qu’on ne peut plus ignorer. La commune d’Ixelles n’échappe malheureusement pas à la règle.

Selon les chiffres de l’Institut National des Statistiques, depuis 1998, les dépenses moyennes des ménages belges pour le loyer ont doublé. On estime traditionnellement à 30 % le poids acceptable d’un loyer dans le budget familial. Cette proportion permet de pouvoir faire face aux autres postes de dépenses quotidiennes : alimentation, santé, habillement, mobilité, etc. Or, aujourd’hui, plus d’un locataire sur deux consacre plus de 40 % de son budget à son loyer. Cette situation est particulièrement préoccupante à Ixelles où 67 % de la population est locataire. Depuis plusieurs années, nous assistons à une augmentation de loyers extrêmement importante. Pour expliquer cette hausse considérable, plusieurs facteurs sont à prendre en compte. Les prix à l’acquisition et les coûts de construction ayant eux-mêmes flambé, les bailleurs ont tendance à augmenter les loyers pour rentabiliser leur investissement. Cette tendance s’explique en partie – mais pas uniquement – par le fait que Bruxelles, en tant que Capitale de l’Europe, est soumise à une pression immobilière très forte. Mais les réalités sociologiques et familiales ont également évolué au fil des ans. Il existe de plus en plus de familles monoparentales ou recomposées. Un ménage sur deux se compose aujourd’hui d’une personne seule. Si on ajoute à cela l’accroissement global de la population à Bruxelles, on comprend aisément que la demande en logement a littéralement explosé ces dernières années. À Bruxelles, 50 % des ménages remplissent aujourd’hui toutes les conditions pour obtenir un logement social ! Or les logements sociaux ne représentent qu’environ 8 % du parc immobilier bruxellois, très en-deçà des autres grande villes européennes. À Ixelles, les logements sociaux ne représentent que 3 % des 41 000 logements du parc immobilier !

Le logement est devenu le principal problème social à Bruxelles. Au niveau régional, le Plan Logement mis en place par la Secrétaire d’Etat socialiste Françoise Dupuis, prévoit la mise sur le marché de 5 000 nouveaux logements sociaux et moyens : 4 000 constructions via des opérateurs public, un appel à projets auprès du secteur privé pour faire construire près 500 logements sociaux et moyens et 500 immeubles achetés par la Région sur le marché immobilier privé pour les louer à des Bruxellois disposant de revenus moyens. Par ailleurs, 500 millions d’euros sont consacrés à la rénovation de logements sociaux. Un logement social sur deux est aujourd’hui concerné par un projet de rénovation. Jamais la Région n’a fait un effort aussi important en cette matière. D’autres mesures régionales peuvent également être citées comme l’instauration d’une allocation loyer dans les logements publics, le doublement du nombre de logements gérés par les Agences immobilières sociales, le développement de l’action du Fonds du logement et l’élargissement des ADIL (Allocations de déménagement, d’installation et de loyer). Les élus socialistes d’Ixelles ne sont pas en reste. La Commune dispose aujourd’hui de trois leviers importants en matière de logement public : les propriétés communales, le Foyer Ixellois et le CPAS. Ces trois institutions sont présidées par des élus socialistes qui coordonnent leur action. Par ailleurs la Commune est engagée dans plusieurs contrats de quartier et, avec la région, dans un projet de construction très important au Quartier Ernotte. Il ne faudrait pas oublier enfin, que l’autorité fédérale reste compétente dans des matières aussi importantes pour le logement que le droit de la propriété, la législation en matière de crédit hypothécaire, la fiscalité immobilière, les baux à loyers et la protection des locataires. Grâce à l’action des ministres socialistes, des progrès conséquents ont été faits ces dernières années pour la protection des locataires. Mais beaucoup reste à faire si nous voulons garantir à tous les ménages le droit fondamental au logement. Caroline Désir Conseillère communale, chef de groupe PS – Ixelles


Entretien avec Françoise Dupuis, Secrétaire d’État au logement Offensive régionale en faveur du logement pour tous

Le site de Françoise Dupuis sur la politique régionale du logement http://www.francoisedupuis.be/code/fr/log.asp

Janvier 2009

La principale difficulté que vous rencontrez ? Tout le monde a l’expression « Mixité sociale » à la bouche. Mais ici vous ne pouvez pas mettre de logements sociaux, parce qu’il y en a déjà. Là, parce qu’il n’y en a pas. Ici parce que c’est trop dense. Là parce que … Le fond du problème, c’est que trop de gens sont anti pauvres. Les gens devraient mieux se connaître et se respecter.

Pages 2-3

Quels sont les principales actions que vous menez pour répondre aux difficultés des habitants à se loger ? Nous voulons un secteur public fort mais des réponses diversifiées. D’abord un programme de construction de 5 000 logements publics répartis en plus de 40 projets. Deux tiers de logement social, un tiers de logement moyen. À moduler selon les communes : davantage de logement social à Ixelles qui en a 3 % et plus de logement moyen à Woluwé St Lambert qui en a déjà 19 %. Les terrains sont donnés par les communes ou les CPAS. La région construit et on confie la gestion aux sociétés de logement social comme le Foyer Ixellois. Cela représente 540 millions en 3 ans. Et le reste en emprunts à rembourser par les loyers.

Ensuite, un programme de 500 millions d’euros dans la rénovation des logements sociaux existants, entre autres pour la remise en état des logements inoccupés et pour les économies d’énergie, ce qui est très important pour diminuer le montant des charges locatives. Les AIS permettent de socialiser le parc privé. Le propriétaire privé met son bien en location par le biais du public. Les loyers sont balisés, un peu en dessous du marché. La gestion est assurée, ce qui est utile aux personnes âgées, aux gens qui vivent à l’étranger ou qui n’ont pas le temps. Et l’Agence intervient aussi dans le montant des loyers de ceux qui en ont besoin. On a doublé ce parc qui atteint les 2 000 logements. Monseigneur Daneels a récemment lancé un appel aux propriétaires chrétiens pour mettre leurs biens dans les AIS. Je peux citer aussi le Fond du logement : 950 familles par an qui sont aidées pour l’acquisition d’un logement soit un accroissement considérable. Et les allocations de déménagement. Et les allocations de loyer pour aider les personnes en difficulté qui sont dans des logements publics.

D’autres perspectives ? Il faudrait pousser à la transformation de bureaux en logements. Il y a 1 400 immeubles plus ou moins convertibles. On peut réquisitionner les logements inoccupés pour les remettre sur le marché de la location. Les communes peuvent le faire assez facilement et les rénovations éventuelles sont prises en charge par la Région. Mais ils sont moins nombreux qu’on ne croit : 5 ou 6 000 pas davantage. Enfin j’aimerais développer le logement communautaire. C’est très important pour les jeunes. Et c’est aussi intéressant pour répondre au problème des sans abris. Beaucoup d’organisations s’en occupent. Mais il y a le problème social des co-habitants qu’il faut adapter.

Le projet Ernotte à Ixelles.

IxellesSolidarités

Quelle est la situation du logement à Bruxelles ? Il y a 500 000 logements à Bruxelles. Mais nous allons avoir besoin de 30 000 logements supplémentaires dans les années à venir. La population croît. Les besoins sont énormes. Les permis de construire sont passés de 2 000 à 5 700 par an. Mais ce qui nous manque, c’est le terrain. Or c’est le foncier qui coûte le plus et détermine les politiques de logement. Cela suppose une réflexion sur la densité. La petite maison familiale avec jardin n’est pas le seul modèle d’habitat. Autre caractéristique, c’est une ville de locataires. À Ixelles, il y a 67 % de locataires. Alors qu’en Flandre, il y a 72 % de propriétaires. Ce n’est pas lié à la pauvreté ou à la crise, mais à l’histoire de la ville. Et cela complique les discussions avec le Fédéral sur la fiscalité ou les lois sur les baux. Enfin, le logement public ne dépasse par 10 % du parc contre, par exemple, 20 % en France. Nous avons donc une faible capacité de gestion de l’offre et donc d’influence sur le montant des loyers.


À savoir… Le Code bruxellois du logement Ce code daté 2004, contient les normes minimales à respecter pour mettre des logements en location. Un service d’inspection est chargé de veiller au respect de ces normes. Informations : http://www.codedulogement.be/fr/ index.html La Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale La SLRB est un pararégional d’intérêt public chargé de gérer les logements sociaux de la Région. La gestion de ces logements sociaux se fait toutefois, au niveau local, via des sociétés immobilières de service public comme le Foyer Ixellois à Ixelles. Rue Jourdan 45-55 – 1060 Bruxelles Téléphone 02 533 19 11 0800 84 055 (numéro vert-gratuit) Télécopieur 02 533 19 00 E-mail : slrb@slrb.irisnet.be Informations : http://www.slrb.irisnet.be/ Les Agences Immobilières Sociales Les AIS, agréées et subventionnées par la Région, offrent des logements à loyer abordable aux publics défavorisés. À cet effet, les AIS signent des conventions avec des propriétaires privés ou essaient de devenir propriétaires elles-mêmes de logements de qualité. La liste des AIS en région bruxelloise est sur le site : http://www.curbain.be/ download/ListeAIS.pdf À Ixelles : Habitat & Rénovation Rue Sans Souci 110 A – 1050 Ixelles Téléphone 02 639 60 16 Télécopieur 02 644 14 04 E-mail : ais.hr@skynet.be La Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale La SDRB est un pararégional d’intérêt public chargé notamment de construire des logements pour les habitants à revenus moyens. Rue Gabrielle Petit 6 – 1080 Bruxelles Téléphone 02 422 51 11 Télécopieur 02 422 51 12 E-mail : info@sdrb.be Informations : http://www.sdrb.irisnet.be

Entretien avec Willy Decourty, Bourgmestre d’Ixelles Ernotte : un nouveau quartier à Ixelles Ce mois de janvier, est posée, dans le quartier Ernotte, la première pierre d’un ensemble de nouveaux logements qui accueilleront plus de 300 familles. La Commune est propriétaire de 250 logements, le Foyer Ixellois de 1 250 et le CPAS d’environ 90, mais, avec cela, Ixelles n’a que 3 % de logements sociaux ! C’est bien entendu insuffisant. Ixelles est très en-deçà de la moyenne régionale. C’est pourquoi nous avons voulu ce nouveau quartier qui fait d’Ixelles l’une des communes-pilotes du plan Logement de la Région. Comment se présente le projet Ernotte ? Le terrain, dernière réserve foncière de la commune, a été mis spontanément à disposition de la Société du Logement de la Région de Bruxelles Capitale (SLRB) par la commune d’Ixelles. Il est situé à la limite de Watermael-Boitsfort. Il s’agit d’une énorme friche bordée par la chaussée de Boitsfort et l’avenue de la Forêt, près de la gare SNCB « Boondael », futur relais RER. Le quartier est très vert et les typologies de bâti assez variées : d’une part, des villas unifamiliales quatre façades, d’autre part, des immeubles à appartements aux gabarits de type moyens. Le projet prévoit la construction de 234 logements sociaux qui seront gérés par le Foyer Ixellois, et de 82 logements moyens, qui seront gérés par la commune d’Ixelles. Il s’agira d’une cité-jardin à dimension humaine avec des immeubles « rez + 3 » accueillant 8 à 9 logements unifamiliaux. Les tailles des logements sont diversifiées et favorisent les relations de voisinage. Nous avons été particulièrement attentifs tant à la qualité architecturale qu’aux économies d’énergie. Les logements seront fortement isolés avec un ensoleillement maximum. Le PS s’assurera que soient intégrés les équipements

indispensables au développement d’une vie sociale dans le quartier, tels que des locaux commerciaux, un lavoir, un local communautaire, un restaurant communautaire, un espace de rencontres pour les jeunes, une plaine de jeux. La Commune d’Ixelles diminuera, grâce à ce projet, une partie de l’énorme retard en matière d’offre de logement public. Le PS, via l’Echevinat des Propriétés Communales et la Présidence du Foyer Ixellois, pourra être à l’initiative des synergies nécessaires pour faire de cette nouvelle cité un véritable lieu où confort de vie rimera avec cohésion sociale. Vous êtes aussi en charge des contrats de quartiers à Ixelles ? Ces programmes de revitalisation, initiés par la Région de BruxellesCapitale, sont menés dans différents quartiers fragilisés en partenariat avec les communes. À Ixelles, nous avons eu la chance de bénéficier jusqu’ici de trois contrats de quartier : Gray, Malibran et Blyckaerts. Ceuxci ont permis de renforcer l’offre de logements confortables à des prix abordables dans des lieux soumis à une très forte spéculation immobilière. 80 logements à caractère social ou moyen ont ainsi pu être créés ou rénovés.


La Commune est propriétaire d’un parc immobilier. De combien de logements dispose-t-elle ? Le parc locatif de la commune se compose actuellement d’environ 250 logements, dont 200 à caractère social. Les projets en cours permettront d’atteindre le chiffre de 300 dans un avenir proche, chiffre auquel il y a lieu d’ajouter les 84 futurs logements moyens du projet « Ernotte » qui seront gérés par le service des Propriétés Communales. L’accroissement du patrimoine de la Commune demeure bien sûr, à mes yeux, une priorité. À qui la Commune loue-t-elle ces logements ? Les règles d’attribution des logements sont semblables à celles appliquées au logement social. Toutefois, contrairement aux baux des Sociétés Immobilières de Service Public comme le Foyer Ixellois qui sont à durée indéterminée, ceux de la commune présentent une durée classique de 9 ans. Comment la commune parvientelle à entretenir tous ces logements communaux ? La commune entretient son patrimoine comme n’importe quel propriétaire et y consacre, pour ce faire, un budget de 450 000 euros. En outre, 2 900 000 euros sont inscrits au budget afin d’entreprendre les rénovations lourdes des propriétés communales, notamment celles qui ont été acquises récemment.

Ixelles Le Foyer Ixellois Société Immobilière de Service Public (SISP) qui gère les 1253 logements sociaux de la commune d’Ixelles, principalement dans les quartiers Boondael, l’Aulne, Flagey et Gray. Rue des Cygnes 8-10 – 1050 Ixelles Téléphone 02 649 20 13 Télécopieur 02 640 65 85 Informations : http://www.foyerixellois.be CPAS Le CPAS gère plusieurs dizaines de logement sociaux et moyens. Il aide également dans les démarches pour obtenir des ADIL (allocations de déménagement, d’installation et de loyer) accordées par la Région de BruxellesCapitale. Cellule logement rue Jean Paquot 65A – 1050 Ixelles Téléphones 02 641 55 40 – 02 641 55 11 – 02 641 56 20 Secrétariat des Propriétés Communales Le patrimoine immobilier de la commune d’Ixelles comprend 250 logements. Maison Communale d’Ixelles chaussée d’Ixelles 168 – 1050 Ixelles Téléphone 02 515 63 58

Janvier 2009

Pierre Lardot, Échevin chargé des propriétés communales

C’est votre deuxième mandat comme Échevin des Propriétés Communales. Quel est votre regard sur la crise du logement ? Le prix des biens immobiliers a sensiblement augmenté ces dix dernières années, rendant l’accès à la propriété de plus en plus difficile. On constate que ce phénomène de flambée des prix a été particulièrement important en Région bruxelloise et ceci s’explique, entre autres, par l’attractivité « retrouvée » des centres urbains, particulièrement à Ixelles. Il y a donc, à mon sens, une véritable nécessité d’impulser des politiques permettant à certaines personnes économiquement fragilisées de rester en ville, dans les quartiers où elles vivent parfois depuis de nombreuses années en mettant « sur le marché locatif » des logements sociaux et moyens. D’autres politiques permettent également de faire favorablement évoluer cette situation. Je pense par exemple au droit de gestion publique qui implique la remise en état par un pouvoir public d’un logement laissé à l’abandon et, ensuite, la location de ce bien à des prix conventionnés. Le PS soutient bien sûr les Agences Immobilières Sociales (AIS). À l’heure actuelle, une cinquantaine de logements sont par exemple gérés par l’Agence Immobilière Sociale d’Ixelles, Habitat et Rénovation.

Le Fonds du logement de la Région de Bruxelles-Capitale Il propose différents types d’aide : des prêts hypothécaires très avantageux, des prêts hypothécaires pour jeunes ménages, une formule de location-achat, des prêts régionaux pour garantie locative. Il informe et accompagne les candidats locataires ou propriétaires. Rue de l’Eté 73 – 1050 Ixelles Téléphone 02 504 32 11 Télécopieur 02 504 32 01 Informations : http://www.fondsdulogement.be/

Pages 4-5

Le Service des Propriétés communales, le Foyer Ixellois et le CPAS sont les trois interlocuteurs des citoyens en recherche d’un logement décent pour un loyer acceptable. À Ixelles, depuis les élections communales de 2006, les responsables politiques de ces trois instances sont des mandataires socialistes.

… à savoir

IxellesSolidarités

Développer le logement social à Ixelles


Les socialistes sont sur tous les fronts

Anne Delvaux, Conseillière communalle, Présidente du Foyer Ixellois Comment les logements sociaux sont-ils attribués aux candidatslocataires ? L’attribution d’un logement social – et plus précisément l’ordre d’accès à un logement social – est réglé en fonction de certaines caractéristiques du ménage. Le candidat locataire acquiert des titres de priorité en fonction des situations qui lui sont propres et de son ancienneté sur la liste d’attente. Ces titres de priorité sont additionnés. Le candidat locataire qui réunit le plus grand nombre de priorités se voit attribuer le logement adapté. Les listes d’attentes sont importantes, d’autant plus actuellement au regard de l’augmentation du taux d’insalubrité des logements privés à bas prix. Le travail d’accompagnement social des candidats locataires augmente d’autant plus que la période d’attente en longue. 1 253 logements, est-ce vraiment suffisant dans une commune de la taille d’Ixelles ? Non bien entendu et c’est ce qui explique les délais d’attente beaucoup trop longs ! Mais comme le disait notre Bourgmestre, Ixelles est commune pilote dans le Plan Logement de la Région bruxelloise. Le projet « Ernotte » entraînera l’augmentation du parc

locatif du Foyer Ixellois de 234 nouveaux logements. Au-delà des briques, il s’agit d’un défi social et humain motivant à relever pour les administrateurs socialistes du Foyer Ixellois. Une partie du patrimoine du Foyer est relativement ancien. Les logements sociaux sont-ils toujours en bon état à Ixelles ? Il est clair que nous devons constamment rénover des logements. Le PS veille à ce qu’une planification cohérente et efficace soit effectuée et qu’il soit systématiquement fait appel à tous les subsides existants : rénovation, projets d’utilisation rationnelle de l’énergie, sécurisation des logements, etc. Grâce aux plans de financement quadriennaux de la Région, plusieurs gros chantiers de rénovation des logements existants sont en cours : ■ la centralisation des installations de production d’eau chaude sanitaire et de chauffage ainsi que d’installation de panneaux solaires sur le toit au « Château » rue du Vivier ; ■ la réhabilitation à la rue des « Artisans » des 16 logements restant à rénover (27 logements ont récemment été entièrement rénovés et sont déjà réattribués) ; ■ la réhabilitation de 5 maisons et de 30 autres logements de la « Cité Volta » ■ la rénovation et la réhabilitation de 122 logements dans le quartier « Vandeuren ». En parallèle, le Foyer Ixellois poursuit les rénovations des logements non repris dans ces plans d’investissement en utilisant d’autres ressources financières. À cette fin, le Conseil Communal a, d’ailleurs, réservé un budget pour l’année 2008. L’objectif poursuivi au travers de ces divers plans de rénovation est la résorption progressive et continue du vide locatif.

Quelles actions les socialistes veulent-ils mener en faveur des locataires ? Le PS est particulièrement attentif aux difficultés sociales rencontrées par les locataires du Foyer Ixellois. Nous veillons à fournir les moyens nécessaires aux assistants sociaux pour qu’ils poursuivent leur travail essentiel dans les meilleures conditions et puissent ainsi lutter contre l’exclusion sous toutes ses formes. Un exemple d’actualité : la nouvelle école des devoirs à Boondael mise sur pied grâce à une parfaite collaboration entre le Service de la Jeunesse de la Commune et son Echevin, Béa Diallo (PS) et le Foyer Ixellois. Le PS défend sans limite le respect de la dignité de chacun et encouragera envers et contre tout les projets visant à l’autonomisation des bénéficiaires. Pour nous, le logement social est un tremplin, un passage, une ouverture… à laquelle chacun à son tour à droit ! Il s’agit de votre premier mandat politique. Quelles sont vos impressions ? Après un début de mandat difficile qui a entraîné des prises de positions fortes, l’avenir se dessine positivement. Un partenaire politique ouvert, des objectifs communs, une vision progressiste, ce sont les ingrédients au menu des prochaines années. Transparence et dialogue resteront toujours mes maîtres mots ! Le Foyer ixellois est en pleine réflexion, reconstruction dirais-je même. Une nouvelle dynamique de saine gestion se met en place avec des membres du personnel, demandeurs et volontaires. Il y a du travail mais les forces vives sont là et nous avons encore quelques années devant nous !


Le nouveau visage de Malibran

Quel rôle le CPAS peut-il jouer pour améliorer l’accès au logement ? D’abord la gestion et la rénovation du parc immobilier du CPAS ; ensuite l’acquisition de biens immobiliers par la conclusion de baux à nourriture, dons et legs et la réaffectation de bâtiments en logements et la construction de nouveaux logements ; enfin, la participation à la lutte contre les logements insalubres et les marchands de sommeil par la formation des assistants sociaux visant à déceler les indices d’insalubrité.

Janvier 2009

Vous êtes membre du Conseil de l’action sociale depuis presque 20 ans dont 12 comme Vice-Président, et maintenant Président du CPAS. Quelles sont vos impressions ? Les contraintes sont terribles : délais pour les prises de décisions, pour les approbations par nos tutelles, pour le lancement de marchés publics, etc. Tout cela est parfois frustrant quand on veut avancer rapidement dans des projets. Il est aussi très important d’obtenir l’adhésion de chacun des conseillers, majorité comme opposition, afin de porter ces projets ensemble vers les pouvoirs qui nous financent : Commune, Région, Commissions communautaires et État fédéral. Il y a tant de choses à faire et dans tellement de domaines différents… ! Il suffit de lire la note de politique générale qui accompagne le budget chaque année pour se rendre compte et apprécier tout l’éventail de l’action sociale à Ixelles. Je me dois de souligner l’expertise et la compétence du personnel du CPAS. Ce personnel travaille dans des conditions souvent difficiles et mérite certainement aussi d’être « logé » correctement ! Avec les membres du Conseil, je m’y emploie et des projets de déménagement du CPAS sont en cours.

Une régie foncière Le PS d’Ixelles défend la création d’une régie foncière, permettant une dynamique en matière de rénovation et de gestion, chargée de gérer en tout ou en partie les propri-étés de la Commune et du CPAS. Des logements de transit Le PS d’Ixelles préconise la création de logements de transit supplémentaires pour répondre rapidement aux situations les plus urgentes. Remettre les logements dormants sur le marché Le PS d’Ixelles souhaite mettre fin au problème des « logements dormants », c’est-à-dire des habitations inoccupées sans pour autant être laissées à l’abandon. Au premier rang des raisons avancées par leurs propriétaires, on retrouve les difficultés qu’ils ont rencontrées dans la gestion de leurs locations, comme des loyers impayés ou des dégâts locatifs. Le PS d’Ixelles entend initier une réflexion concertée avec tous les acteurs institutionnels et les autorités politiques compétentes à tous les niveaux de pouvoirs afin de favoriser, d’encourager et d’encadrer, le cas échéant, la réaffectation de ces logements et habitations sur le marché des locations à loyers modérés. Lutter contre l’insalubrité et l’exploitation Le PS d’Ixelles estime que les pouvoirs publics doivent jouer un rôle plus important dans la lutte contre les logements insalubres et contre les marchands de sommeil. Les outils existent que, ce soit au niveau régional ou communal, et le PS veillera à ce que les lois qui protègent contre ces abus soient appliquées. Une maison de la convivialité Le PS soutient la création d’une véritable « Maison de la Convivialité » dans le quartier de l’Aulne. Ce projet se construira en concertation avec l’ensemble des acteurs oeuvrant dans le quartier. Il s’agira d’un endroit de rencontre et d’échange pour tous, un espace où pourront s’organiser de nombreuses activités multiculturelles et intergénérationnelles (ateliers créatifs, espace de lecture et de jeu, halte garderie, école de devoirs, projets culturels, lieu de rencontre, aide administrative, etc.) et qui sera géré par les habitants, pour les habitants.

Pages 6-7

Le CPAS est propriétaire de 88 logements. À qui sont-ils destinés ? La cellule logement du CPAS gère 47 logements à caractère social. Les règles d’attribution de ces logements, sont semblables à celles appliquées par la Commune. Le CPAS gère aussi 26 logements moyens, pour permettre aux personnes disposant d’un salaire, mais non éligibles pour des logements sociaux, de se loger à un prix abordable. En effet, la hausse des loyers, particulièrement à Ixelles, a eu pour conséquence l’explosion du nombre de demandeurs de logements auprès du CPAS. Le CPAS loue 8 logements au prix du marché, particulièrement bien situés et pouvant apporter un loyer élevé, ce qui lui permet de financer des actions sociales. La mise en location se fait par affichage. Enfin, le CPAS dispose de 7 logements de transit, destinés à des situations urgentes (expulsions, incendies, catastrophes, etc.) et provisoires. Un suivi social est systématiquement mis en place afin de retrouver une solution de logement durable. Ces logements sont attribués par le Comité patrimoine ou en urgence par moi, sur proposition d’un(e) assistant(e) social(e).

Perspectives

IxellesSolidarités

Philippe Brunelli, Président du CPAS d’Ixelles

Mais l’action du CPAS ne se limite pas à la gestion d’un parc immobilier ! Pour se loger décemment, il faut d’abord pouvoir constituer une garantie locative. Ensuite, il faut que le loyer soit payé chaque mois. Il faut un minimum d’ameublement et d’électroménager. Les factures d’eau, de gaz et d’électricité doivent être payée, etc. Tout cela n’est pas évident lorsque l’on dispose d’un revenu allant de 700 à 1 000 euros par mois. C’est pourquoi, dans certains cas et après enquête sociale, le CPAS intervient dans ces domaines. Notre cellule logement collabore également, au sein de la Coordination sociale d’Ixelles, avec les partenaires du monde associatif et d’autres institutions publiques. Enfin, elle effectue certaines démarches administratives en faveur d’usagers afin d’obtenir des allocations de déménagement, d’installation et de loyer.


Point de vue Il faut encadrer les loyers

Vous voulez un monde solidaire, devenez militant du Parti Socialiste Contactez le secrétariat de la section d’Ixelles Catherine Deregnoncourt Rue Lesbroussart 29 à 1050 Ixelles catherine.deregnoncourt@gmail.com

Les élus socialistes

PS Philippe Brunelli presidentcpas@ixelles.irisnet.be Fabrizzio Bucella fabrizio.bucella@cfwb.be Hassan Chegdani hassanchegdani@hotmail.com Willy Decourty wdecourty@voo.be Anne Delvaux anne_delvaux@voo.be

Catherine Deregnoncourt catherine.deregnoncourt@gmail.com Caroline Désir carodesir@yahoo.com Pierre Lardot pierre_lardot@yahoo.fr Serge Mousset serge.mousset@belgacom.net Anne Swaelens aswaelens@parlbru.irisnet.be

Fabrizzio Bucella Catherine Deregnoncourt Anne Swaelens

Pierre Lardot

Willy Decourty

Philippe Brunelli Hassan Chegdani Anne Delvaux Caroline Désir

Béa Diallo

Michel Gheude Président du PS d’Ixelles

Serge Mousset

La seconde est à la fois environnementale et sociale. Les propriétaires voyant leurs revenus limités reporteront à plus tard les investissements nécessaires à la réhabilitation et à la modernisation de leurs biens. Or, à Bruxelles, une grande part du parc de logements est dans un état lamentable. Les plus démunis vivent dans des conditions indignes, parfois insalubres. Energie, chauffage, isolation, sécurité sont donc autant de chantiers qu’il ne faudrait pas retarder mais au contraire encourager. Encadrer veut donc bien dire prendre en compte les nécessités et les difficultés des différents acteurs par des mesures équilibrées et inscrites dans une politique à long terme du développement de la ville tout en venant à court terme au secours de milliers de ménage en graves difficultés pour se loger. La négociation en cours sur la réforme de l’Etat est cruciale pour développer à Bruxelles une telle politique. En effet, la législation sur les baux est une compétence fédérale. La régionalisation de cette compétence est la condition sine qua non pour que la Région de Bruxelles-Capitale puisse mettre en œuvre une vraie politique sociale spécifique au marché de la location à Bruxelles. Cet aspect du débat communautaire n’est pas un quelconque « brol » politicien éloigné de la réalité, c’est une des clés essentielles pour résoudre notre problème social n°1 : un logement pour tous.

Pascal Dufour

Se loger est devenu le problème social n°1 à Bruxelles : accès à la propriété et loyers beaucoup trop chers, explosion de la demande de logements, retards dans la politique de logement social, augmentation du nombre de loyers impayés, drame catastrophique des sans abris. Notre dossier montre à quel point les socialistes, ont pris la mesure du problème et mobilisent tous les outils possibles pour améliorer une situation critique pour des milliers de familles. Il reste que ces efforts ne produiront pas tous leurs effets de manière immédiate. Il reste qu’ils resteront insuffisants face à l’ampleur du problème. Il reste que notre mécanisme d’indexation des loyers est insuffisant pour protéger les locataires dans la situation actuelle. Il est indispensable d’encadrer l’évolution des loyers par une législation régionale appropriée. Encadrer, pour autant, ne peut signifier bloquer car bloquer purement et simplement les loyers n’est pas sans conséquences négatives. La première est sociale. La majorité des propriétaires de logements sont de petits propriétaires. Ils louent une partie de leur maison ou un logement qui a appartenu à leurs parents, ou un bien dans lequel ils ont investi leurs économies. Il ne s’agit donc pas de venir en aide aux locataires en plongeant des milliers de petits propriétaires dans les difficultés.

Les élus socialistes d’Ixelles

SPa Pascal Dufour pdufour@ixelles.be Indépendant Béa Diallo bea.diallo@groupe-ps.org Éditeur responsable : Michel Gheude Avenue Brillat-Savarin 97 1050 Ixelles

PS Flagey  

PS Flagey Ixellois

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you