Issuu on Google+

Hiver 2012

UNE INITIATIVE DE LA

À la une

Plan nord,

les entreprises prennent d’assaut le territoire nordique page 2

Votre entreprise pourra-t-elle en profiter?

À la CDEBF (CLD) page 3

Nouvelles-éclair pages 4 et 5

Signatures pages 6 et 7

Actualité page 8

Nouvelle entreprise page 9

Jeunes entrepreneurs pages 10

Relève page 11

Numéro de convention de la poste-publications 40037621


Plan Nord,

les entreprises prennent d’assaut le territoire nordique 20 000 emplois annuellement. Le Plan Nord sera aux prochaines décennies ce que le développement de la Manicouagan et de la BaieJames aura été aux années 60 et 70. Les besoins immédiats sont évidemment reliés au développement ou à la réfection des réseaux routier, ferroviaire et électrique, de même que la création de ports et d’aéroports. Par contre, les entrepreneurs des autres sphères d’activité ne seront pas en reste, car les besoins futurs seront nombreux : qu’il s’agisse de la construction d’infrastructures indispensables aux exploitations minière, forestière et bioalimentaire, sans oublier la protection de l’environnement, bien des dirigeants d’entreprises y trouveront leur compte. Territoire d’application du Plan Nord Depuis son dévoilement, le Plan Nord fait assurément couler beaucoup d’encre en plus de susciter de vives discussions. Considérant les émotions qu’il provoque sur la scène politique, les discours partisans ou encore les contestations environnementales, être en mesure de bien cerner l’essentiel s’avère parfois laborieux. L’engouement médiatique autour des mines prend tellement de place que les autres projets, aussi nombreux et importants soient-ils, ne sont que peu exposés au public. Ceux-ci sont pourtant pertinents pour les travailleurs et les entreprises de partout au Québec, et ce, parce que leur participation constitue une obligation à la réussite de ce grand déploiement.

Somme toute, un programme d’une telle envergure nécessitera un véritable branchement entre le Nord et le Sud, permettant le partage des compétences et des connaissances.

À la section Actualité, page 8, nous exposons en profondeur les différents aspects de ce chantier qui s’échelonnera sur plus d’une génération. Comme à son habitude, cette édition du bulletin L’Excellence vous propose aussi des reportages mettant en vedette des entreprises sylvifranches. À vous de les découvrir!

Bonne lecture!

747, boulevard Pierre-Roux Est Victoriaville (Québec) G6T 1S7 Téléphone : 819 758-3172 Télécopieur : 819 758-1187 Site Internet : www.cdebf.qc.ca

Des services qui mènent loin... Commissariat industriel

Mentorat d’affaires

Services à l’exportation Développement des communautés rurales ICI ON VA PLUS LOIN

Aide financière Promotion économique régionale Légende des programmes d’aide reçus par les entreprises : Fonds de développement des entreprises d’économie sociale Fonds Jeunes Promoteurs

Qu’est-ce que le plan NOrd? Tout d’abord, l’ambitieux projet libéral est situé au nord du 49e parallèle, sur un territoire deux fois grand que la France, où il se déploiera sur 25 ans. Il entraînera des investissements de plus de 80 milliards de dollars durant cette période et permettra de créer ou de consolider en moyenne

Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs Fonds local d’investissement Soutien au travail autonome Aide technique

René Thivierge, directeur général

Mentorat


VIP Manufacturier,

réseautage et jeux de hasard au rendez-vous

Le 1 er février dernier, sous une thématique de casino, la CDEBF (CLD) conviait les industriels et les sous-traitants manufacturiers de la MRC d’Arthabaska à son activité annuelle, le VIP Manufacturier. C’est au Complexe Évasion de Victoriaville qu’une cinquantaine de participants ont pu échanger et élargir leur réseau de contacts d’affaires, dans une ambiance décontractée et conviviale. Sur place, chacun pouvait tenter sa chance en jouant aux dés ou à la roulette, ayant 100 000 $ virtuels à mettre en jeu. Naturellement, nous ne pouvions pas avancer des milliers de dollars en bourse comme dans les grands casinos de ce monde. Tout de même, nous avons tiré au sort quatre chèques-cadeaux parmi nos invités, offerts gracieusement par M. Claude Mailhot, propriétaire du tout nouveau Spa nordique du lac Bijou situé à Saint-Norbert-d’Arthabaska. De ces lots, l’ultime prix de présence représentait une nuitée dans un des chalets, avec accès privé au bain à remous et au sauna; inutile de préciser que nos heureux gagnants auront plaisir à se relaxer et à profiter de ce site enchanteur , explique Mme Karine Martel, responsable des communications à la CDEBF (CLD). Également présente lors de l’événement, la caricaturiste Fannie Le Vasseur a dessiné le portrait de quelques participants qui ont bien apprécié leur représentation.

En haut : Plusieurs convives au rendez-vous En bas, à gauche : Une invitée se prêtant au jeu de la caricature En bas, à droite : Monsieur Johnny Izzi, président de la CDEBF (CLD), souhaitant la bienvenue au public


ICI ON VA PLUS LOIN,

précepteur d’entreprises « vertes » Depuis 2007, la CDEBF (CLD) offre le service d’accompagnement ICI ON VA PLUS LOIN aux Industries, Commerces et Institutions (ICI) de la région des Bois-Francs qui désirent obtenir leur certificat d’attestation ICI ON RECYCLE! Aussi, le programme de RECYC-QUÉBEC, Performance des ICI en gestion des matières résiduelles, accorde une aide financière pour l’achat d’équipements tels que des îlots de recyclage, des conteneurs ou encore des compacteurs dédiés à la gestion de ces matières.

à la maison. « L’obtention de l’attestation ICI ON RECYCLE! niveau 2 donne un message fort aux employés, elle les invite à adhérer à cette nouvelle étape dans les efforts de Parmalat pour améliorer la gestion de ses matières résiduelles fait remarquer M. Luc Baillargeon, responsable de la santé et sécurité.

Parmalat sensibilise ses employés Les entreprises qui se joignent au programme sont aussi nombreuses que diversifiées. Parmi celles-ci, Parmalat a obtenu le certificat d’attestation ICI ON RECYCLE! niveau 2 en janvier dernier. Pour les dirigeants de Parmalat, la gestion des matières résiduelles n’est pas une préoccupation nouvelle, comme le témoigne la création de la compagnie Canlac, issue de la recherche sur les sous-produits de la transformation du lait dans les laboratoires de Lactantia. Parmalat souhaite améliorer continuellement ses mesures de réduction, de réemploi et de recyclage de ses matières résiduelles à son usine de Victoriaville.

Un pour tous, tous pour l’environnement En début d’année, la Corporation de développement communautaire des BoisFrancs (CDCBF) a également obtenu son certificat d’attestation de niveau 2. Cette dernière, propriétaire de la Place communautaire Rita-St-Pierre où nous retrouvons plus de 35 organismes vivant sous son toit, voit beaucoup de matières entrer et sortir de ses murs.

L’objectif est que ses 400 employés s’engagent et adoptent les bons gestes lors du tri des matières résiduelles au travail; une pratique qu’ils pourront aussi reproduire

Pensons seulement au comptoir familial Le Support et à la Sécurité alimentaire qui doivent trier des tonnes de dons chaque année. Sans compter le Restaurant

Le babillard électronique, installé dans la salle de pause chez Parmalat, diffuse des messages de sensibilisation écologique

populaire et le CPE La Marelle qui offrent des repas quotidiennement. La CDCBF fait preuve d’ingéniosité pour pallier les problèmes causés par l’arrêt du ramassage des substances compostables pendant les mois d’hiver, notamment en collaborant avec un agriculteur pour disposer des fruits et des légumes abîmés , explique Mme Francine Camiré, responsable de la Place communautaire Rita-St-Pierre. Monsieur David Verville, chargé de projet pour le service ICI ON VA PLUS LOIN, reste optimiste quant à la participation au virage vert : « Longtemps un parent pauvre dans la gestion des entreprises, la gestion des matières résiduelles s’intègre de plus en plus aux préoccupations des décideurs. Tout comme la santé et la sécurité au travail, la gestion des matières résiduelles est en voie de devenir un autre aspect incontournable de la bonne administration d’une industrie . Si vous souhaitez faire partie de ceux qui font la différence, communiquez avec M. Verville au 819 758-3172, poste 235, ou par courriel icionvaplusloin@live.ca.

Les partenaires du SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT ICI ON VA PLUS LOIN

Lors de la préparation des repas au CPE La Marelle ainsi qu’au Restaurant populaire, les matières pouvant être revalorisées, comme des épluchures de fruits et de légumes, sont mises dans un bac pour être compostées.


Distribution R. Désilets, agrandir pour le bien-être de ses employés et accroître sa productivité

blessures au dos. L’agrandissement, au coût de 880 000 $, permettra aussi d’embaucher un employé supplémentaire ainsi que de procéder sous peu à l’installation d’un nouveau poste de soudure , ajoute M. Doucet.

La nouvelle section consiste en un ajout de 4 000 pi2, doublant ainsi la superficie de l’usine

Monsieur Gilbert Doucet, président de Distribution R. Désilets, désirait plus de place pour y manipuler le métal, mais avant tout, l’objectif de cette expansion consistait à améliorer l’environnement de travail de sa ressource la plus précieuse : ses employés.

L’entreprise daveluyvienne fabrique, depuis 1992, des panneaux de coffrage réutilisables servant à réaliser des fondations et des murs en béton pour des immeubles résidentiels et industriels. Grâce à ces systèmes, les constructeurs gagnent en rapidité et en efficacité, en plus de pouvoir se resservir de leurs panneaux pour d’autres projets. « Notre usine qui traite l’acier était devenue trop petite pour la dimension des pièces que nous fabriquons. Nous avions besoin d’espace supplémentaire et par la même occasion, nous voulions faire en sorte que l’agrandissement soit bénéfique pour le bien-être de nos employés , explique l’entrepreneur. En effet, la nouvelle partie de la bâtisse est munie d’une potence donnant la possibilité aux soudeurs de travailler debout, car la pièce sera surélevée à une hauteur adéquate, minimisant ainsi les risques de

Alors qu’auparavant les pièces devaient être transportées à l’autre usine du promoteur, elles pourront maintenant être peintes directement sur place, se traduisant par un accroissement de la production. Nous avons aussi profité de l’expansion pour instaurer un tout nouvel atelier de peinture (paint shop), conforme aux normes environnementales , précise le président. Augmenter sa productivité tout en respectant ses employés et l’environnement, voilà une idée dont tous les entrepreneurs pourront s’inspirer!

134, 7e Avenue Daveluyville (Québec) G0Z 1C0 Téléphone : 819 367-3015 Courriel : info@rdesilets.com Site Internet : www.rdesilets.com

La formation fait progresser les entreprises Consultez notre site Web pour connaître notre offre de formation www.cibleformationconseil.qc.ca Notre expertise  Informatique  Comptabilité  Électromécanique  Mécanique industrielle  Métallurgie  Conduite de chariots élévateurs  Fabrication mécanique  Mécanique automobile  Réfrigération/Climatisation  Plomberie/Chauffage  Vente-conseil  Développement du personnel de gestion  Santé  Formation de formateurs  Formation de superviseurs  Développement des compétences de base (français et mathématiques)  Français des affaires  Anglais des affaires Frais de formation applicables dans le cadre de la Loi sur les compétences.

Une initiative de la

L’intérieur de la nouvelle section On peut apercevoir, au centre, le nouvel atelier de peinture. De plus, afin d’améliorer la ventilation, la hauteur du plafond de cette section est de 18 pieds. La poutre orange suspendue est la potence qui permettra aux travailleurs d’élever et de déplacer les pièces de métal de façon sécuritaire.

40, boul. des Bois-Francs Nord, C.P. 40 Victoriaville (Québec) G6P 6S5 Téléphone : 819 758-2300 Télécopieur : 819 758-4925 cible@csbf.qc.ca


Fenestration Plus fenefco... fusionner pour mieux compétitionner

récents investissements, désirent se donner une image de marque et développer un sentiment d’appartenance au sein des employés. Pour cette raison, ils misent sur la formation du personnel déjà en place pour augmenter le rendement de l’entreprise. La participation au virage vert figure parmi leurs principaux objectifs : comme quoi l’innovation en matière de développement durable permettra de répondre aux besoins d’une plus vaste clientèle. Même si Fenefco comptait déjà 18 années d’opération, le bâtiment et le nouvel appareil de production, que détiennent aujourd’hui les copropriétaires, ne laissent aucunement paraître l’antécédence des lieux. Dotés néanmoins d’une expérience considérable, ils entreprennent une autre étape de leur croissance entrepreneuriale, de laquelle ils peuvent indéniablement tirer une grande fierté. 36, route 116 Saint-Christophe-d’Arthabaska (Québec) G6R 0S4 Téléphone : 819 357-5250 Courriel : contact@fenestrationplus.com Site Internet : www.fenestrationplus.com Avant

De gauche à droite, à l’avant : MM. Jean Allison et David Charest et à l’arrière : MM. David Côté, Gabriel Gagnon et Jocelyn Roger

Après s’être porté acquéreur de Fenefco, M. Gabriel Gagnon a vite découvert qu’il profiterait d’une fusion avec son plus proche concurrent. Une vision que partageaient avec lui MM. Jean Allison, David Charest, David Côté et Jocelyn Roger, les quatre copropriétaires de Fenestration Plus. Avec plus d’un million de dollars en investissement, les cinq associés se retrouvent à la tête d’une entreprise qui, par son modernisme, se distingue fort bien dans leur domaine. L’idée derrière la fusion consistait à regrouper les forces de chacun pour ainsi offrir un meilleur service et des produits de qualité supérieure à nos clients. Cette alliance nous confère également certains avantages stratégiques qui nous permettront de nous démarquer , signale M. Gagnon à propos de leur récente association. Combinées, les deux industries profitent d’un pouvoir d’achat bonifié, se partagent leurs réseaux de distribution et se hissent parmi les 40 plus importantes entreprises dans le secteur des portes et fenêtres. C’est l’emplacement du 36, route 116 à Saint-Christophed’Arthabaska, originalement occupé par Fenefco, qui a été sélectionné par l’amalgame d’entrepreneurs pour continuer conjointement leurs opérations. Du montant investi, 300 000 $ furent consacrés à l’agrandissement et à la rénovation du bâtiment, passant de 27 000 à 32 000 pi2 de surface. La nouvelle salle d’exposition nous permet de tout présenter au même endroit, en plus de libérer de l’espace pour l’administration , ajoute M. Gagnon. Pas moins de 700 000 $ ont été injectés pour la modernisation des lignes de production, de sorte que Fenestration Plus Fenefco possède un type de machinerie unique au Québec. Pour faciliter la gestion manufacturière, celle-ci est assistée par un logiciel conçu par Greenbee Software, une compagnie située à Victoriaville. Les associés, dans la foulée de la fusion et des

maintenant

de Nouvelles acquisitions entièrement automatisées À gauche, une soudeuse à cadre 4 têtes et à droite, un nettoyeur de coin à double tête.

En plus d’une salle d’exposition traditionnelle, les dirigeants ont eu l’idée originale d’habiller l’extérieur des bureaux de différents revêtements ainsi que de diverses portes et fenêtres produites sur place.


SIGNATURES

PRISE,

l’entrePRISE qui aide à regagner le marché du travail

La nouvelle bâtisse de PRISE située au 265, boulevard Labbé Nord, à Victoriaville

L’acronyme PRISE signifie « Partenaires régionaux pour l’insertion sociale par l’économique ». Fondée en 1997, cette entreprise à but non lucratif, a aidé plusieurs personnes de la région à se bâtir un projet de vie et à intégrer le monde du travail. PRISE opère une usine de transformation du bois avec un parc-machine apte à satisfaire les demandes de sa clientèle commerciale et à offrir une gamme diversifiée d’expérience aux travailleurs en formation. Nos services d’insertion, en partenariat avec Emploi-Québec et Service Canada, s’adressent à des gens de tous âges qui ont besoin d’une aide quelconque pour accéder à un emploi et s’y maintenir. Pendant leur parcours d’une durée de six mois, ils sont formés et accompagnés afin de développer autant leurs compétences et leur confiance en eux-mêmes que les attitudes nécessaires à devenir de bons candidats pour un emploi. Vers la fin de leur cheminement, ils reçoivent une formation sur les méthodes de recherche d’emploi; leur candidature est généralement bien reçue par les employeurs dela région dont beaucoup font partie d’un réseau régulier et nous informent de leurs postes disponibles , explique madame Ginette Voyer, directrice de l’insertion et des ressources humaines chez PRISE.

PRISE est également une entreprise réelle de production. Ses services de sous-traitance sont la découpe de bois de dimensions et la fabrication de panneaux lamellés-collés pour une clientèle aussi variée que celle des fabricants de meubles, de bâtons de hockey, de portes, etc. De même, PRISE fabrique et vend une gamme d’accessoires de cuisine des plus originaux, allant de la planche à découper jusqu’au cageot pour entreposer les fruits et les légumes. Aussi, depuis quatre ans, en collaboration avec Laurentide re-sources, l’entreprise reçoit la majorité des piles usées, récupérées au Québec, afin de les trier et de les préparer au recyclage. Nous en traitons entre 300 000 et 400 000 kilos par année , fait savoir le directeur général, M. Alain Laveault. Avec les nouvelles mesures gouvernementales en matière de récupération des piles usées, la quantité devrait encore augmenter au cours des prochaines années. Il est important de mentionner que tous les bénéfices des ventes sont réinvestis dans la poursuite et l’amélioration de la mission de PRISE auprès des travailleurs. Une nouvelle bâtisse pour fêter ses 15 ans d’existence L’acquisition de son propre bâtiment en avril dernier a permis à PRISE d’améliorer sa situation à tous les points de vue, entre autres des espaces de production et d’entreposage de quelque 33 000 pi2, soit un peu plus que le double précédemment loué sur la rue Jacques-Cartier. De plus, notre emplacement sur le boulevard Labbé nous apporte une visibilité supérieure et une meilleure accessibilité. Nous sommes aussi très fiers des nouveaux locaux que nous avons fait construire pour recevoir nos activités de formation et d’insertion,

ils représentent à notre sens la structure d’accueil par excellence pour nos travailleurs , explique M. Laveault. En bientôt 15 années d’existence, PRISE a aidé et supporté près de 700 adultes de tous âges dans leur cheminement vers une vie active, et dont la majorité travaille maintenant dans diverses entreprises de la région. 265, boulevard Labbé Nord Victoriaville (Québec) G6P 1A7 Téléphone : 819 751-6631 Courriel : prise@prise.ca Site Internet : www.prise.ca

Des employés s’affairant à trier des piles

Chez PRISE, on peut aussi se procurer différents accessoires de cuisine

Un groupe de travailleurs en formation de secourisme


plan nord,

votre entreprise pourra-t-elle en profiter? Vers des partenariats d’affaires avec les Premières Nations

Le Plan Nord est le projet d’une génération. Il a d’abord été l’expression d’une vision du développement durable du Québec. À compter de maintenant, il apparaît comme l’un des plus grands chantiers de progression économique, sociale et environnementale de notre époque. Par son potentiel minier, le Nord offre l’occasion de s’associer au développement des économies émergentes en assurant une utilisation responsable des ressources qu’il recèle. Cependant, le Plan Nord ne se limite pas à l’exploitation minière : des investissements majeurs sont prévus dans les domaines de l’énergie hydroélectrique et éolienne, du transport, de la construction, de l’agroalimentaire et du secteur forestier. La recherche et le partage des connaissances dans les différents champs d’expertise constituent des éléments indispensables à la réussite du projet. une croissance démographique rapide Selon les prévisions, le Plan Nord créerait 20 000 emplois par année sur une période de 25 ans. Évidemment, tous ces gens devront être logés, nourris, éduqués, soignés, etc. Afin de faire face à cette croissance démographique rapide, le gouvernement procédera à la construction de milliers de logements en plus de mettre en place des infrastructures scolaires et de santé. L’embauche de travailleurs spécialisés, de formateurs et d’enseignants est déjà prévue pour satisfaire à la demande.

Le visage des communautés autochtones a bien changé au cours des dernières années, considérant que certains de ses individus se retrouvent à la tête de compagnies appartenant à des particuliers ou aux communautés. Celles-ci sont favorisées pour prendre part aux projets offerts par le gouvernement et par Hydro-Québec, d’où l’importance d’ériger des partenariats d’affaires. Quel que soit le genre d’alliance privilégiée, allant de la simple fourniture de services à la coentreprise, en passant par le consortium, la collaboration avec les gens d’affaires autochtones augmentera vos chances de réaliser un contrat, de prendre possession du marché et de vous différencier de la concurrence. De plus, cette approche vous garantira une meilleure connaissance du territoire et l’acceptation sociale de la part de ses habitants, de sorte que vous vous éviterez des complications relatives à la réalisation de votre projet.

À quand un Plan Sud? Selon les prévisions libérales, le Plan Nord générera des retombées économiques favorables pour tout le Québec. Ainsi, à leur retour, les travailleurs du Nord, qui gagnent généralement de très bons salaires, profiteront du séjour en région pour consommer, et ce, au grand plaisir des entreprises. Il est donc question d’une modification majeure dans les habitudes de consommation pour une quantité considérable d’individus. Selon leur secteur d’activité, certaines entreprises du Sud verront leur chiffre d’affaires s’accroître, alors que d’autres devront s’adapter pour faire face à ce changement. Les entrepreneurs sont sans contredit les mieux placés pour savoir si le Plan Nord profitera directement ou indirectement à leur compagnie. Il leur est cependant indispensable de se questionner sur la façon par laquelle ils iront chercher leur part du gâteau.

L’heure e s t à l a communication Étant donné l’ampleur des objectifs qui y sont rattachés et la durée sur laquelle il s’échelonnera, le Plan Nord nécessite un effort de communication considérable permettant aux compagnies de partout au Québec de bien saisir ses particularités et les défis qu’il représente. Des conférences et des salons sont déjà prévus pour les dirigeants désireux d’en apprendre plus sur le sujet, dont le Salon Plan Nord qui aura lieu les 20 et 21 avril prochain, au Palais des congrès de Montréal. Cet événement grand public sera l’occasion de rassembler les différentes parties prenantes du Plan Nord, de réunir dans un même lieu les donneurs d’ouvrage et les fournisseurs de produits et services, de prendre connaissance des projets d’avenir et de voir les possibilités d’emplois. Pour en connaître davantage sur ce salon, ou pour vous y inscrire, consultez le www.ccmm.qc.ca/fr/lachambre-plan_nord_ressources_naturelles. Pour satisfaire votre soif de savoir à propos de l’imposant projet qu’est le Plan Nord, le gouvernement provincial a mis en ligne un site Internet qui saura certainement répondre à toutes vos interrogations : www.plannord.gouv.qc.ca.


les vitraux du coin,

beauté et originalité sur mesure Vue du dessus

Madame Audrey Lehoux posant fièrement devant l’une de ses créations

Avec plus d’une décennie d’expérience dans le domaine du vitrail, Mme Lehoux vient tout juste de lancer sa propre entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces sur mesure. La jeune artisane s’est forgé, au fil des années, une solide réputation basée sur la qualité de ses créations. L’éventail des produits qu’elle offre est aussi vaste que diversifié : conception et fabrication de vitraux pour des portes d’armoires, d’unités sur mesure, de séparations entre des pièces; de même que des cadres lumineux,

des lampes de type « Tiffany ainsi qu’un service de gravure sur verre. Désireux de présenter à leurs clients des œuvres originales, de nombreux designers et fabricants d’armoires font appel à l’artiste-verrier. Certaines commandes, en provenance du public, constituent un défi technique ou créatif : des défis qui riment avec plaisir pour cette adepte du verre. Plusieurs projets miroitent dans l’esprit de la nouvelle entrepreneure : « Je souhaite me procurer prochainement un four à fusion. Je pourrai ainsi réaliser des pièces plus complexes et introduire cette facette du métier dans mes leçons , mentionne l’artiste. Le partage de ses connaissances s’avère très important pour la promotrice, en vertu de quoi, elle propose des cours qui permettent aux participants d’expérimenter toutes les étapes d’une création artistique.

Passionnée par son métier, Mme Lehoux saura certainement inculquer son amour du verre à ses étudiants qui, par la suite, pourront meubler leur demeure de jolis articles décoratifs colorés.

Téléphone : 819 806-0406 Courriel : audrey-lehoux@hotmail.com

Un cadre lumineux fabriqué par l’artiste-verrier


JEUNES ENTREPRENEURS

Solutions libergia,

ambassadeur des logiciels libres

Messieurs Evans Bernier et Alain Paradis

La majorité des entrepreneurs s’entendront sur le fait suivant : les coûts élevés liés aux infrastructures informatiques représentent des montants substantiels, sans oublier que leur utilisation comporte certains risques. Les propriétaires de Solutions Libergia inc., MM. Evans Bernier et Alain Paradis, sont bien informés sur le phénomène et proposent à leurs clients une alternative : les logiciels libres.

L’expression « logiciel libre fait référence à la liberté d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer un logiciel alors que la variante privée ne le permet pas. Les logiciels libres offrent la possibilité d’obtenir des solutions informatiques actualisées sans devoir payer les coûts parfois excessifs des licences et des mises à jour annuelles. Qui plus est, ils permettent également d’éliminer le lien de dépendance existant entre l’utilisateur et ses fournisseurs ou son hébergeur Web. Les promoteurs mettent à la disposition des clients leurs compétences en développement, selon les besoins de chacun, en plus d’offrir des services d’hébergement, de formation, de soutien technique, de services-conseils et de consultation. Monsieur Bernier ne se cache pas pour vanter le caractère modifiable des logiciels libres : « Notre clientèle apprécie tout

particulièrement l’avantage de pouvoir adapter ceux-ci à leur business. Pourquoi accommoder son commerce à des logiciels fermés quand il est possible, à l’inverse, pour une fraction du prix, d’ajuster des logiciels libres à son entreprise? . Autant les gens d’affaires que les gouvernements sont dépassés par les nouvelles avancées du Web et ne savent pas toujours comment diminuer leurs coûts d’infrastructures informatiques. À l’examen de vos besoins, Libergia aura certainement des Solutions à vous recommander.

17, rue Notre-Dame Est Victoriaville (Québec) G6P 3Z4 Téléphone : 819 604-4844 Courriel : info@libergia.com Site Internet : www.libergia.com

pantoufles petits minous, pour le confort de leurs petits pieds

Son récent démarrage lui confère un horaire assez flexible, lui permettant une présence plus active auprès de ses enfants, tout en conservant un revenu appréciable. À ces commodités s’ajoute la fierté d’être son propre patron et de partager ses valeurs et ses talents à travers les produits qu’elle confectionne. Ayant de la difficulté à dénicher pour ses enfants des pantoufles satisfaisant à ses critères, Mme Caroline Tardif a décidé de leur en fabriquer. Ce qui devait à la base répondre à un simple besoin s’est vite transformé en une véritable passion. À la suite de cette constatation, elle fonda son entreprise, Pantoufles Petits Minous, avec comme mission d’offrir aux consommateurs des pantoufles entièrement faites de matériaux naturels.

L’extérieur des pantoufles est fait de coton imprimé, l’intérieur en velours de laine et la semelle en cuir antidérapant. « La laine de mouton est isolante, ce qui permet aux pieds de rester à une température confortable. De plus, elle absorbe jusqu’à 30 % de son poids en humidité, sans paraître mouillée, contrairement à la laine synthétique qui n’en absorbe que 8 %, laissant une sensation humide et inconfortable  , affirme la promotrice lorsque questionnée sur les avantages concurrentiels de son produit.

Pour l’instant, ses confections sont uniquement destinées aux bébés et aux petits d’âge préscolaire. Madame Tardif n’exclut pas la possibilité d’élargir sa clientèle aux enfants plus âgés, si la demande se fait sentir. Ses articles sont vendus dans différentes boutiques dont, entre autres, Le Coffre aux trouvailles et Le Capucin, situées à Victoriaville. Pour les clients qui préfèrent magasiner sur le Web, l’entreprise possède aussi son magasin virtuel au www.petitsminous.ca.

Courriel : pantouflespetitsminous@hotmail.com Site Internet : www.petitsminous.ca


Eddynet,

une relève déjà bien amorcée vendeur puis de coordonnateur des ventes, M. Steve Nolin a le profil rêvé pour succéder à son cousin plus âgé. Son dynamisme et l’ambition dont il fait preuve seront profitables à la compagnie avant même le départ de son fondateur.

Monsieur Steve Nolin devant l’un de ses balais mécaniques

À l’approche de la retraite, alors que plusieurs entrepreneurs en sont à se demander ce que deviendra leur entreprise, M. Mario Nolin, président d’Eddynet, située à Saint-Rémi-deTingwick, peut terminer sa carrière dans une certaine tranquillité d’esprit. En effet, sa relève est assurée par nul autre que son cousin, M. Steve Nolin. Avec ses six années d’expérience à la Coopérative des Bois-Francs, à titre de

Eddynet, fondée en 1995, assure toutes les étapes de sa production, allant de la conception à la mise en marché. L’entreprise se spécialise dans la fabrication de balais et d’accessoires adaptés aux besoins de ses clients pour le nettoyage des rues, routes, trottoirs, stationnements, chantiers de construction, cours industrielles, patinoires et voies ferrées. Dans cette association, le jeune entrepreneur pourra bénéficier des connaissances de l’actuel président, avant qu’il ne quitte définitivement l’industrie. « Dès sa création, Eddynet s’est donné comme mission d’améliorer sans cesse l’étendue de sa

ON ATTEND VOTRE COUP DE SIFFLET.

gamme de produits ainsi que leur polyvalence. Nous avons l’intention de poursuivre dans cette direction en développant de nouveaux équipements , lance le nouveau copropriétaire. N’étant pas qu’un simple sujet d’actualité, la question de la relève entrepreneuriale amène les dirigeants d’entreprises à faire certains choix déterminants à l’approche de la retraite. La formule pour laquelle ces deux associés ont opté facilitera l’éventuel rachat de la compagnie, tout en évitant certains bouleversements attribuables à un tel changement.

157, rue Principale Saint-Rémi-de-Tingwick (Québec) J0A 1K0 Téléphone : 819 359-2802 Courriel : info@eddynetinc.com Site Internet : www.eddynetinc.com

Pour établir ensemble la meilleure stratégie. Au Centre financier aux entreprises d’Arthabaska, c’est en équipe que nous avons choisi de travailler pour faire évoluer vos projets de développement, qu’ils soient locaux ou internationaux. Nous sommes convaincus que c’est la formule gagnante, celle qui permet à vos idées d’affaires de bien grandir et, surtout, de grandir longtemps.

310, boul. des Bois-Francs Sud Victoriaville (Québec) G6P 4T1 Tél. : 819 758-9419 Sans frais : 1 888 758-9419


> VOTRE BUREAU PARTOUT EN TOUT TEMPS Accèdez partout à vos : Fichiers Logiciels Courriels WEBINAIRE GRATUIT SUR LE CLOUD COMPUTING 22 mars 2012 dès 13h30 Réservez vos places! Guillaume Paris Expert en hébergement sécurisé

SÉCURITÉ

Vos données sont en sécurité grâce à une infrastructure redondante à la fine pointe de la technologie.

DISPONIBILITÉ

Bénéficiez d’un accès sécurisé de partout en tout temps.

APPELLEZ-NOUS!

SIMPLICITÉ Travaillez et laissez l’entretien de vos applications aux experts.

ÉCONOMIE

Payez seulement pour vos besoins et évitez l’acquisition coûteuse d’équipement.

UN ACCÈS À DISTANCE À VOS LOGICIELS PRÉFÉRÉS

SOLUTIONS ADAPTÉES À VOS BESOINS

ET PLUS... Victoriaville - Boucherville - Québec 819.751.6660 Sans frais 1.877.368.3241 www.vertisoftpme.com


Bulletin l'Excellence - Hiver 2012